Sunday, October 28, 2012

NEW behind the scenes pictures - Kristen on the cover of Jalouse Magazine (France - April 2008 issue)

NOUVELLES photos behind the scenes - Kristen en couverture du magazine Jalouse (France - numéro d'avril 2008)

Amazing! Amazing! Amazing!

Photographed by Matthew Frost in Los Angeles - Photographiée par Matthew Frost à Los Angeles

image host image host image host image host image host
image host image host image host image host

image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host

Behind the scenes

with the photographer Matthew Frost - avec le photographe Matthew Frost
image host image host

Scans

image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host

Interview

A BEAUTIFUL CHILD.

In Into the Wild, the very beautiful film directed by Sean Penn, she brightens the screen. At 17, Kristen Stewart has a filmo long as your arm, smokes, doesn’t drink but talks. The little girl from Panic Room has grown up. Meeting on a parking in West Hollywood.

In the third act of Into the wild, between dog and wolf, on a scene with spotlights, the arrival of Kristen Stewart looks like an elf appearence. Holding a guitare, she sings, with a husky voice, something about a life she hasen't lived yet. Christopher Mac Candless, better known as Alexander Supertramp, aka Emile Hirsh, the heros of the film of Sean Penn seems finally to be moved, whereas he only has eyes for the road and landscapes, and poetry of those who traveled before him. He will soon be on the road again, lonely, after a short bivouac with Tracy. 

At this point, we finally know the film is not what we expect. Sean Penn admit the part of liberty in this film is liberty itself. No sex, no drugs will counter to this quest of truth, by going back to nature. This is a road movie of a pure beauty and also kind of an anticonformism film. Mac Candless, brilliant young man begins a trip to Alaska. He will find a "happy life" and the deadlock of its own condition as a man. "IF ONLY EVERY DIRECTOR WAS LIKE SEAN PENN WHO BUILD THEIR FILMS AROUND CHARACTERS, OR IDEAS THAT THEY CARE OF."

We meet Kristen Stewart in Los Angeles. The day before, Misha Barton, drunk, would have refused to give money after dinner at Chateau Marmont. The whole city gossip: people are commenting, arguing, etc... just like in the past with the Ancien Régime. Welcome to Hollywood! This city, where Marilyn has killed herself, Lana Turner stabbed... where 24 hours a day starlets are followed and exposed by www.eentertainment.com How can Kristen not shiver when she's about to take the same path as these famous actors?

Kristen is not yet famous, she goes from on place to another with few people. She doesn't demand her own makeup artist, doesn't do any whim. She answers to the interview, sitting on the floor of the parking of the studio. She smokes a lot, shivers because it's winter and also say the truth.

She has grown up in LA (her father is a stage manager for tv). She doesn't want people to think she's succeeded thanks to that. What she has done, she's done it by herself. When she was 11 she played Jodie Foster's daughter, in Panic Room by David Fincher. From this experience she keeps the memory of a great industry. She won't say anything bad about the director who had conveyed her, or only by saying "if only every director was like Sean Penn, who build their films around characters, or ideas that they care of"

Kristen likes independant movies without knowing it. She says "studios of production have a quota of films to make in a year, which is paradoxical to the fact some directors are fighting to make their personal project work. There are films shot without any reason, any goal, with a planning they have to respect carefully. I've been on sets where they were filming nothing, but filming anyway, shot, shot, and shot which held nothing."

Then she says "I come back from Sundance, it was the second time i've been there. Four years ago, I had the feeling everyone was talking about films. This time we were talking about nothing but Puma shoes offered and parties where you should go to." 

Kristen have an idealistic anger that she wants to keep. At 17 she seems to find easily her way through the vacuity and tensions in the Hollywood business. She knows she sometimes needs to be alone. She reads, writes, sings and sometimes gets bored, but she prefers being bored than being dizzy. She doesn't want to be a "it-girl".

All she asks for is to do her job. She begins to really love acting when she "loses" herself. She's more an artist than a cover girl, she likes cinema itself, not only because she's part of it. Kristen is absolutely an actress, no need to check her filmography to be convinced. Her brief performance in Into the Wild is enough.

ETERNAL SUNSHINE OF THE SPOTLESS MIND

In a few weeks she will start to shoot under the direction of Catherine Hardwicke, the writer of thirteen and Lords of Dogtown. Twilight is a story about a teenager from Phoenix who goes to FOrks, in Washington, and falls in love with a vampire. Kristen has the leading role in this movie, inspired by the novel of Stephenie Meyer. The moment of truth is close. Her appearence in Sean Penn's film got her some propositions to sing in a professional way, in a girls band. She refused. She would like to sing if she could writes and if she has someone good to inspire. She still listen to the Beatles. She admire Michel Gondry and has seen all of his films. To the comment of Eternal sunshne... she says "How could we want to erase happiness of our memory, even if some unhappiness came next?" When asking if she has already suffered in love she said yes. At 17, she abandonned her innocence to come into an anger of idealism. After a discomfit hug ("we do that here") she goes away alone, hands in her pockets, head bent, while its the beginning of the evening. She looks like a beautiful child.
Dans Into the Wild, le très beau film de Sean Penn, elle crève l'écran. A 17 ans, Kristen Stewart a une filmo longue comme le bras, fume, ne boit pas mais cause. La petite fille de Panic Room a grandi. Rencontre sur un parking, à West Hollywood.

Au détour du troisième acte d'Into the Wild, entre chien et loup, sur une scène de fortune aux spotlights ténus comme ceux d'une autoroute en service minimum, l'arrivée de Kristen Stewart a tout d'une apparition elfique. Guitare et maintien vacillant, voix précocement rauque, elle chantonne quelque chose à propos d'une vie qu'elle n'a pas encore vécue. Un parterre de hippies s'émerveille. Parmi eux, Christopher Mac Candless, plus connu sous le nom d'Alexander Supertramp, alias Emile Hirsh, le héros messianique du film de Sean Penn, semble enfin subir une émotion au-dessous de la ceinture, lui qui n'a d'yeux et de cœur que pour la route distribuant ses espaces et la poésie de ceux qui l'ont parcourue avant lui. Las, l'homme, comme le veut l'atavisme, reprendra sa marche solitaire, au terme d'un court bivouac amoureux, qui ne connaitre point d'autre résolution pour Tracy que quelques moiteurs inassouvies.

Car c'est ici que le film dément la filiation qu'on serait tenté de lui prêter au premier abord; à l'encontre des chantres beatniks, Sean Penn n'admet, comme substance à ce long poème libertaire, que la liberté elle-même. Ni sexe, ni défonce ne viennent altérer cette quête éperdue de vérité par le retour aux sources: littéral pour le héros, littéraire pour le cinéaste qui, aux ombres encore chaudes de Kerouac et Ginsberg, préfère celles lithiques, fondamentales, de Lord Byron ou Henry D. Thoreau. S'ensuit un road-movie d'une beauté pure, qui parvient presque à renouveler un propos anticonformisme usé jusqu'à la trame. Mac Candless, brillant jeune homme promis à la réussite, à la propriété privée et au cholestérol, brûle ses vaisseaux et se met en marche vers l'Alaska. Il y trouvera "une vie heureuse" et l'impasse de sa condition d'homme. Sean Penn, sommité de l'Olympe-spectacle, couvert de gloire et de dollars, est l'une des incarnations les plus intouchables de cette société du désir qu'il renie. A l'heure où tout un chacun rêve d'être Sean Penn (ou consorts), Sean Penn lui-même relit Jack London et embarque pour un tournage qui a tout de l'épopée, histoire d'aller fustiger, au frais des studios, notre belle société consumériste, dont ces mêmes studios sont la fidèle turgescence.  

Nous rencontrons Kristen à Los Angeles, Californie. La veille au soir, Mischa Barton, saoule, comme de bien entendu, aurait refusée de régler sa table au Chateau Marmont. La ville bruisse: on se récrie, on commente, on ricane, comme aux beaux jours de l'Ancien Régime. La Cour se repaît des feuilletons digestifs rapportés des appartements royaux. Bienvenue à Hollywood! Cette cité, jaillie du désert, siège du porno et d'une épidémie de vocations historiques vouées, dans 99,99% des cas, à se résoudre derrière un bar, est de longue date passée maîtresse en abattage de femmes. Pour exemple, la fusion récurrente des tabloids avec les colonnes faits-divers, qui ne date pas d'hier. Marilyn suicidée, Lana Turner poignardée, Elizabeth Short (le Dahia Noir), premier crime sexuel à avoir bénéficié d'une promotion nationale. Et plus proche de nous, la déchéance épisodique des starlettes du moment, visible 24h/24 sur www.entertainment.com. Comment ne pas trembler pour l'adorable môme à la croisée des chemins qui, du haut de ses 17 ans, s'apprête à embarquer dans cette galère?

Kristen n'est pas encore célèbre, elle se déplace en équipe réduite (son attachée de presse pour tout entourage), n'impose pas sa maquilleuse perso et ne fait ni caprice, ni manières. Elle donne son interview assise par terre, sur le parking du studio photo. Elle fume presque autant que moi, grelotte dans le sunset hivernal et, surtout, dit la vérité.

Elle a grandi à Los Angeles, enfant de la balle au sens premier du terme (son père est stage manager pour la télévision, dans le business, certes, mais pas de ce côté-là du plateau). Elle ne veut surtout pas qu'on la prenne pour "une fille de". Ce qu'elle a accompli, qu'elle en soit créditée. A 11 ans, elle jouait la progéniture de Jodie Foster dans Panic Room, la "commande" de David Fincher. De cette expérience, elle garde le souvenir flou et contrasté d'une mécanique industrielle, harassante. Elle ne médira pas du réalisateur qui l'a "révélée", ou alors par antiphrase: "Si seulement tous les réalisateurs étaient comme Sean Penn, qui bâtit ses films autour de personnages, autour d'idées qui lui sont chères."

Kristen aime le cinéma d'auteur sans le savoir. Quand je lui dis que c'est justement ce qui est supposé distinguer le cinéma d'auteur, aux ancrages européens, du cinéma hollywoodien, les œuvres fondées sur des humains plutôt qu'asservies à une trame, succincte par définition, elle approuve en précisant qu'elle n'a pas vu grand-chose, tout au plus Les 400 Coups, et se récrie aussitôt contre les usages de l'industrie locale. "Les studios ont un quota de films à livrer dans l'année et les budgets idoines, à l'heure où on l'entend partout des réalisateurs se démène pour faire aboutir leurs projets personnels, il y a des films qui se tournent, sans tête, sans raison, sans vocation. Il faut faire son nombre de plans dans la journée. J'ai été sur des plateaux où l'on ne filmait rien mais on filmait tout de même, des plans, des plants, des plans, qui ne contenaient rien."

Avant de poursuivre: "Je viens de Sundance, c'est la seconde fois que j'y vais. Il y a quatre ans, il me semblait que tout le monde y parlait des films. Cette fois-ci, on ne parlait de rien d'autre que des nouvelles Puma distribuées à la criée et des soirées auxquelles il convenait d'apparaitre."

Kristen est dominée par une colère instinctive, une colère d'idéaliste qu'elle cultive, sachant bien que c'est peut-être ça qui la préservera. A 17 ans, elle semble déjà bien armée contre la vacuité et les tentations qui soufflent des collines d'Hollywood: elle connait la nécessité de sa propre solitude. Elle lit, écrit, chante et parfois s'ennuie, préférant s'ennuyer plutôt que de s'étourdir. Le destin de la it-girl la fait trembler.

Tout ce qu'elle demande c'est de faire honnêtement son boulot. Elle commence à adorer jouer au moment où elle "se perd". Plus artiste que cover-girl, elle aime le cinéma en lui-même, pas seulement parce que c'est sa tribune. Actrice, Kristen Stewart l'est absolument. Inutile de consulter sa filmo déjà conséquente pour s'en convaincre. Sa brève performance dans Into the Wild suffit. Profondeur de regard et d'expression, elle a le drame inscrit sur le visage: c'est dans son au revoir au héros qu'on comprend qu'il va mourir.

Eternal Sunshine of the spotless mind.

Dans quelques semaines, elle commence à tourner sous la direction de Catherine Hardwicke, auteur de Thirteen et des Seigneurs de Dogtown. Twilight racontera l'histoire d'une adolescente originaire de Phoenix, qui déménage à Forks, dans l'état de Washington, pour tomber amoureuse d'un vampire. Kristen tient le premier rôle de cette adaptation d'une roman "culte" de Stephenie Meyer. Le moment de vérité approche. Ses séquences folk dans le film de Sean Penn lui ont valu quelques propositions de maisons de disques: un girls band, du prêt-à-enregistrer. Elle a décliné. Elle voudrait bien chanter, si elle parvient à écrire, si elle trouve quelqu'un de bien à inspirer. Elle n'a pas dépassé le stade de Beatles. Figurent également à son Panthéon Walt Withman, Matin Scorsese, tout particulièrement Taxi Driver. C'est un début. Elle admire Michel Gondry, dont elle a vu tous les films, s'extasie, se reprend. L'argument d'Eternal Sunshine... lui donne le vertige: "Comment vouloir effacer de sa mémoire le souvenir du bonheur, quel que soit le malheur qui a suivi?". Je lui demande si elle a déjà souffert par amour. Pour de bon. Elle répond que oui, d'un ton sans réplique. A 17 ans, elle a quitté l'insouciance pour entrer dans la sainte colère, avant que le cynisme et la dérision ne viennent graver leurs épitaphes sur la tombe de l'idéalisme adolescent. Après un hug déconcertant ("We do that here"), elle part toute seule sur le parking, les mains dans les poches de son blouson et s'éloigne, tête baissée, dans les ultimes rayons du couchant. Alors je me demande qui je viens exactement de rencontrer. Est-ce la lumière évocatrice ou parce que je viens de le relire, mais c'est Truman Capote qui me souffle la réponse. A beautiful child.
Source: #1 #2 #3 #4 #5 - Scans/Translation