Wednesday, June 30, 2010

Kristen talks to New York Magazine ('Eclipse' New York Screening)

Kristen parle à New York Magazine (Projection d'Eclipse à New York)

At Monday night's premiere of The Twilight Saga: Eclipse, we cornered Kristen Stewart and discovered something about her athletic skills (she literally outruns photographers), the athletic skills of her male counterparts in Twilight (their push-ups distract them from filming), and her working relationship with James Gandolfini on the set of Welcome to the Rileys (non-athletic, but challenging nonetheless). Like she says: "Whoa."

With all the frenzy about the Twilight movies, what’s your best story about running or hiding from the paparazzi?

Um, the best is when you can just pull up to places before them, and I know that I can run faster than them. And that’s satisfying every single time, and that happens quite a bit, so ...

Really? That happens a lot?

Yeah. I mean, they just can’t catch me, which is awesome. As long as the parking situation is okay, that’s always satisfying.

You can even outrun them in those Louboutin heels?

Definitely not.

Peter Facinelli has joked about how the guys in this series have to work out obsessively to remain buff.

Yeah.

Which one of the guys is the most vain and body-obsessed?

[Laughs.] Oh my gosh, I don’t know. I mean, they’re all very devoted, but it’s funny when the wolf pack breaks out in little mini–push-ups and they start punching each other in the stomachs. And then suddenly we just have to do a scene, and it’s like, “You guys!” It sort of takes you out of it for a second, you know, in a funny way.

You did a movie with James Gandolfini, Welcome to the Rileys. Did you get to do scenes with him?

Yeah, most of my scenes are with him.

What was he like? Is he intimidating?

He was. I mean, at first I was definitely intimidated. He’s just very, um … he’s incredibly honest, which is something I really like. It’s just that at first it’s sort of like, whoa. Also, I think the script itself was sort of so ambitious, I think everyone, even Melissa Leo and James — who really have no reason to be nervous about stuff anymore — even they were ... not nervous, but ... They knew what they were getting themselves into, and that rubbed off on me, and I was, like, Whoa, I’m really a part of something that’s, like, not going to be so easy. I mean, those are all the best ways to feel before you do a movie, but we got along great. He’s awesome. We had, like, a Mowgli-Baloo dynamic.

So when the cameras were off, he sort of chatted and joked with you? He seems very quiet to the press when he’s promoting his own projects.

Yeah, he is definitely quiet, it’s not like he’s just that way for you guys — but he’s really funny, too, and we had a good time working on it.
Lundi soir, lors de la Première d'Eclipse, nous avons acculé Kristen Stewart et découvert quelque chose sur ses compétences athlétiques (elle devance littéralement les photographes), les qualités athlétiques de ses homologues masculins dans Twilight (leurs pompes les distraient du tournage), et sa relation de travail avec James Gandolfini sur le tournage de Welcome to the Rileys (non athlétique, mais tout de même difficile). Comme elle dit: "Woaw".

Avec toute la frénésie sur les films Twilight, quelle est ta meilleure histoire à propos de fuir ou de se cacher des paparazzis?

Heu, le meilleur c'est lorsque tu peux juste remonter dans les lieux avant eux, et je sais que je peux courir plus vite qu'eux. Et c'est satisfaisant à chaque fois, et c'est ce qui se passe un peu, donc...

Vraiment? Ça arrive souvent?

Ouais. Je veux dire, ils ne peuvent pas me rattraper, c'est ce qui est terrible. Tant que la situation du parking est correcte, c'est toujours satisfaisant.

Tu peux même les dépasser dans des talons Louboutin?

Certainement pas.

Peter Facinelli a plaisanté sur la façon dont les gars de la série ont du s’entraîner de façon obsessionnelle pour rester musclés.

Ouais.

Lequel d'entre eux est le plus vaniteux et obsédé par son corps?

[Rires] Oh mon dieu, je ne sais pas. Je veux dire, ils sont tous très dévoués, mais c'est amusant quand la meute s'éclatent avec des petites minis tractions et commencent à se frapper l'un l'autre dans l'estomac. Et puis soudain, nous devons simplement faire une scène, et c'est comme, "Vous les gars!". Ca te met hors de ça pendant une seconde, tu sais, dans une drôle de façon.

Tu as fait un film avec James Gandolfini, Welcome To The Rileys. As-tu eu à faire des scènes avec lui?

Ouais, la plupart de mes scènes sont avec lui.

Comment était-il? Était-il intimidant?

Il était. Je veux dire, au début j'étais complètement intimidée. Il est juste très, heu... il est incroyablement honnête, ce qui est quelque chose que j'aime vraiment. C'est juste qu'au début c'était un peu comme, woaw. Aussi, je pense que le script en lui-même était en quelque sorte tellement ambitieux, je pense que tout le monde, même Mélissa Leo et James, qui n'ont vraiment aucune raison d'être nerveux à propos de plus de choses, même qu'ils étaient... pas nerveux, mais... Ils savaient dans quoi ils s'embarquaient, et ça a déteint sur moi, et j'étais, comme, woaw, je fais vraiment partie de quelque chose c'est, comme, ça ne va pas être si facile. Je veux dire, ce sont toutes les meilleurs manières de se sentir avant de faire un film, nous sommes géniaux. Il est impressionnant. Nous avons eu comme une dynamique Mowgly-Baloo.

Donc quand les caméras étaient éteintes, en quelque sorte il parlait et plaisantait avec toi? Il semble très calme face à la presse quand il fait la promotion de ses propres projets?

Ouais, il est définitivement tranquille, ce n'est pas comme si il vient de cette façon pour vous les gars, mais il est vraiment amusant, aussi, et nous avons du bon à travailler dessus.
Source