Wednesday, October 27, 2010

Jake Scott talks about Kristen and 'Welcome to the Rileys' with Tonight At The Movies

Jake Scott parle de Kristen et 'Welcome to the Rileys' avec Tonight At The Movies



Q: With your background in music videos how did this film come to you and what made you decide to make it? 
Jake: It is funny because this has come up a bit today and music videos are something I did a long time ago…I still do the odd one but I haven’t done one for a couple years now. I actually do more commercials… it comes from the same thing I realize. I have been trying for sometime to do various projects and developing things that were not all family dramas but all essentially character based projects. I am much more drawn to that kind of material and I was really frustrated with the project I was developing, it was just taking forever…I don’t know why we cant get this thing going, but it was similarly about family and it was similarly character driver… Michael Costigan who came in to run Scott Free…I was in complaining to him one day and he said, why don’t you read this script… I think it is something you would be great for, why don’t you have a go with it. So I read it and I loved what I read…it is not like it was strategic, it was really a feeling about the story and the characters that I loved and I was really compelled by it. I think partly the ordinariness of the couple the Riley’s, they come from a very sort of ordinary life in the mid west… who are thrown in this other world, it is kind of an amazing thing to tell the story about them. ..I try not to read press, good or bad you know, because if it is bad you get really hurt or you get really angry and if it is good it goes to your head. But what I have picked up is that the plot is a bit familiar. I would like to know what films are like it…I guess in the bedroom sort of covers some territory; it is not half as familiar as half of the bloody films that are made in the studios. You know what I mean?…even the ending most of the time. So for me, I thought this was unusual and I know my cinema. I thought that this was a very unusual circumstance for this character Doug Riley to find himself in.

Q: The film is such an intimate portrait of these three character.
Jake: That is what I loved about it that is what I loved about the script, it was intimate and small and their size. So when I made the film I tried to make it from their perspective…there is not a lot of big wide shots, or a lot of mucking about in New Orleans, it is really a portrait of people. I really held back and restrained myself, because in New Orleans you can obviously go wild…restrain myself with all of those thing and those temptations, as a film maker… I don’t know you know, it is different a music video is a music video and this is a movie and I am a lover of movies. I think with my first film Plunkett & Macleane, I made all the mistakes that a music video director can make with their first film, I made them. I probably wrote the book on those mistakes, so I wasn’t about to do that again.

Q: The film captures some very raw performances can you talk about the casting for the film and in particular casting Melissa Leo? She has such a powerful but understated performance that as a mother is so easy to relate to. 
Jake: Ya I mean she is mother, she as a son who is twenty three and I am a father of four….

Q: You beat me I have three. 
Jake: You have three, there you go, you know what it is like… and Jim’s a dad, actually Kristen lives in a somewhat funny, extended family…there are other kids too, so we all came to it with the knowledge of our own lives . It is raw, but I like to say it is authentic. I strived to be as authentic as I could be to these characters, without resorting to what I see a lot… where it all gets a bit melodramatic, or gets a little bit heavy all time and you get these sort of endless scenes of these people weeping and shouting… That is a problem for me. That was a danger. That you would end up, in a self conscious gritty realism as well… you know what I mean. 

Q: A fine line to walk on? 
Jake: Ya, you really have to walk this fine line and authentically portray these characters and that begins and ends with casting really…the casting is really important…I had battles with casting, because there is always this pressure to cast a name and would you believe it James, Melissa and Kristen, at that time, were not names… and you’re going what the fuck are you talking about? Not a name? …There is this currency that I encountered, this whole sort of price tag on an actors head a dollar sign over their head of what they mean and what they don’t mean and I get it is economics… so I was just determine and I absolutely refused to cast someone that I did not think was right., who was gonna get the film made. I wouldn’t do it… There were times when you think, well just fuck if I just cast that person it would all get made, but I couldn’t do it. It would be disaster if I did that, so I just stuck to my guns… I am really glad I did because for me, the most the important thing, is the performances.

Q: Well I am really glad that you did because all three are just amazing performances.
Jake: Thank you, that is great to hear.

Q: I read that you and Kristen took a kind of field trip to some LA strip clubs for her performance and Melissa Leo has said that Kristen got so into character that when they met before filming she did not recognize her. 
Jake: Melissa said that really? I think I remember hearing that. The strip club thing in LA… I thought it would be a good idea, to go with her and see how she responded and give her a sense of what it was, so that she could start to, you know get it. Kind of get out of the intellectual, the preconceived notion of what it is and actually see it for real…because movies I think..most of the time, portray that world wrongly. They do it badly or they glamorize it…A lot of those girls are really damaged, to be doing that in LA it is one thing, on sunset strip…but when you go to New Orleans, in these back street places, that get very, very dark, very quickly… I thought to take her to the one in LA…I kind of wanted to see how he does… it was like water off of a ducks back, she was really interested actually and I actually had this girl, not because I asked for it, but this girl actually came over where we were sitting and started dancing all over me. Kristen was giggling and I was so embarrassed, it is like shit man, I don’t know that my actors should see me doing this… it was a nice way for us to kind of, to sort of bond this way as well.

Q: I am not sure how you would go about explaining you are there for research. 
Jake: They did not know and actually one strip club that we went into…was not open for business. The guy actually said, so listen okay come back later and we will try you out then. He was really like, god she is great we gotta get her in there.

Q: What was the process like choosing the score for the film? You have so much experience working in the other direction in music video where I would assume that the music decides the visuals and here you have it in reverse. 
Jake: I probably listen to more music than I watch movies and I am really, really into music… I am one of these sorts of people who kinda loves it all…New Orleans funk is one of my favorite types of music, funk and blues, you know it was tempting to go there… but [Doug] is not there at a party, he is there to escape and hide…We do refer to the music of New Orleans a couple of times, there is some source music that we use…that is very much in the background. I kept it very low on the mix…but the score has to do with Doug, not to do with New Orleans. The score is very much guided by the characters and their journey and their experience. We did use a banjo in the score, but we did not use it the way it is normally is, which was Marc Streitenfeld’s great idea. Again, you said it. It was wise not to have done that…because New Orleans music is party music for the most part, and as I said they are not going there to party. It wasn’t relevant. There is a nice counterpart in the strip club scene that is filled with that kind of music…I put the Keels in because I love the Keels and I like that track, it just kind of works when we played it against the scene. It is a little bit to cool for a strip club, but most people don’t know that song…then there is hip hop and some bad dance music, which is what they play.

Q: What was the hardest scene to direct given it is such an intimate film? 
Jake: There are a couple scenes that aren’t in the film, that were a fucking nightmare to direct. There was one in particular that was a bone of contention with Jim and Melisa. They didn’t feel we were nailing it’s one point…it actually end up in the film, as a very brief scene where they are sitting on the steps… that scene on the steps went into a whole thing about faith and god. We tried, we reshot it and I just couldn’t get it to work and I thought maybe I can’t direct, I don’t know why this isn’t working. Everything we tried didn’t work, so we didn’t put it in the film and it didn’t need to be in the film. That’s why it wasn’t working… I think that very last the scene, where she runs away and jumps out of the car and says, I am not your kid it is too late for that shit…that was the very last scene we shot and it was really tough to get that right…I think it is because we all assumed that was going to be okay that scene, because it was so inherently dramatic. But actually, when we got there and started working, it did not feel right. So Jim and I started to improvise a bit… I think we all expected that to be a very tearful scene, including Jim… and he said, you know what, this is not a time he would cry… and I said, you know what I feel the same. This a much more a sudden shock of realization for him… you realize this isn’t gonna solve it, he wake up and realizes, because she says it, I can’t do this, it isn’t right. She has her own life to live and this is not my daughter. 

Q: That scene for me left a very empty feeling. 
Jake: There is suddenly a void again where it has been filled Mallory.

Q: The three characters in the film sort of start to heal each other, when you get to the end of the film it is sort of the beginning for them. 
Jake: Oh I am so glad to here you say that, because that is actually what I wanted. It is actually the end of the film is the beginning of there lives. That is exactly the idea. In fact, the scene in the bus station is the first scene of the next film.

Q: You are left sort of wondering what happens to them. Do they keep in touch? Does Lois continue to live and not shore herself up inside her house? 
Jake: It is all up to everyone to decide. I have my ideas, who knows? We don’t know what is gonna happen in life.

Q: Was that part of the appeal of the script? 
Jake: Ya. I mean, the film is about learning to live with un controllable forces. The uncontrollable force of death, of life, of sex…sex is a big thematic thing in the film. The daughter… her need to go out at night with her boyfriend, which Lois tries to prevent, because she fears… the sexual aspect of it, tries to stop it and it results in her death. So being confronted by this sexual kid, this being is just intangible for Lois. She cannot bear to see this kid do this to herself, but that is an uncontrollable force again. It really became a big theme in the film.

Q: What is next for you do you have any projects in the works?
Jake: Back doing commercials and trying to developed some other projects. One thing, I am hoping to get going is sort of in the early stages of getting a script written. A thing called Murder At 19,000 Feet. It is about a Tibetan nun in the Himalayas witnessed by these climbers, and it is what happens to the people that are witnesses and it really throws out that question of What would you have done in that situation? What would you do? Sort of about a moral imperative and a moral decision and a threshold of sorts. I really hope that one happens and it sounds hugely commercial. I love the story, it is very powerful.

Q: It sounds like it has an interesting premise? 
Jake: It is a true story.

Q: I am sure you have been asked this a million times but you were raised in this amazing family of film. Has that been more of a blessing or a curse for you as a filmmaker? 
Jake: It is more of a blessing than a curse. It has been a pretty good life so far…but … the most honest way I can say it is that I am lucky to come from a family of really talented filmmakers… I have had access and have seen and done things that a lot of people have not been able to, but then what comes with that is that I find you can be unfairly judged…

Q: I would assume that there are expectations to meet? 
Jake: There is a tendency for people to just assume that it is easy for you. That you were able to get things done, do things…because your daddy is a big famous film director. It is like that, it is kind of like nonsense…I am doing that work, not him. I have worked very hard to get where I have gotten and I have done a lot of work, and it has been a harder road for me as a result of my first film not working…I think I was very bruised by what happened with my first film…the critics in the UK in particular, really went for me on that film… it was kind of like, fuck guys give me a break and it wasn’t that bad… it had some problems and it was very flawed, it also had a lot of…I would defend it and say it has some virtues…it was audacious… It kind of killed my spirit for a while and it makes you afraid to try again, because they are also judging you through your family. I just thought that was so fucking unfair…you know what I am still shooting commercials and music videos and growing and try to change…So my answer is really, it is more of a blessing I am very, very lucky. The insights I have had, the things I have been able to see as an aspiring filmmaker are kind of like dream experiences for any young filmmakers you know. Really I met Staney Kubrick…I think about that sometimes and I think shit I actually got to do that…I am very proud of my father and my uncle. I am very proud to be from my family, it can only be a blessing right?

Q: You have all these great resources around you for guidance and to ask questions. 
Jake: We don’t tend to, as much now though. You know, because I am forty five and I am a dad, I have four kids and I am getting on with it. I mean we talk all the time and we have business together as a family. It tends to more…like things to do with running the company and that sort of stuff. I think my father sometimes scratches his head at my choices, like this film. I think he worries. I think he was very concerned…I detect there has been concern about commerciality. I know that he just wants me to succeed and a film like this is a smaller film, with a smaller potential audience right? So he as father is concerned with that it is kind a funny isn’t it? Q: He is a father. Jake: Ya exactly, that is the thing, we are just a family like anybody else.

Q: I think that there is a misconception that because you are Ridley Scott or Stephen Spielberg that it is easy to get a film made. 
Jake: No man, I have seen him struggle. I mean he gets battles he has to fight, it is insane…

Q: That it is a cake walk? 
Jake: It is not, that is true, that is very, very true.
Q: Avec tes expériences dans les clips musicaux comment ce film est venu à toi et qu'est ce qui t'as décidé à le faire?
Jake: C'est drôle parce que cela est un peu arrivé aujourd'hui et les clips musicaux sont quelque chose que j'ai fait il y a longtemps... je fais toujours le bizarre mais je n'en ai pas fait un depuis quelques années maintenant. En fait, je fais plus de publicités... il s'agit de la même chose que je réalise. J'ai essayé pendant un certain temps de réaliser des projets divers et de développer des choses qui ne sont pas toutes dans les drames familiaux mais tous les personnages sont essentiellement basés sur des projets. Je suis beaucoup plus attiré par ce genre de matière et j'ai vraiment été frustré par le projet que j'ai développé, ça a juste pris éternellement... Je ne sais pas pourquoi nous ne pouvons pas faire que cette chose se passe, mais ça a été pareil sur la famille et c'était également un personnage conducteur... Michael Costigan qui est venu pour faire courir Scott Free... J'ai été me plaindre à lui un jour et il a dit, pourquoi ne lis-tu pas ce script... Je pense que c'est quelque chose pour laquelle tu serais formidable, pourquoi n'as-tu pas un aller avec ça. Donc je l'ai lu et j'ai adoré ce que j'ai lu... ce n'est pas comme si c'était stratégique, c'était vraiment un sentiment sur l'histoire et les personnages que j'ai adoré et j'ai vraiment été obligé par ça. Je pense en partie par la banalité du couple Rileys, ils viennent d'un même type de vie ordinaire du mid west... qui sont jetés dans cet autre monde, c'est en quelque sorte une chose étonnante de raconter l'histoire à leur sujet... J'essaie de ne pas lire la presse, bonne ou mauvaise tu sais, parce que si c'est mauvais ça te blesse vraiment ou ça te met vraiment en colère et si c'est bon ça te monte à la tête. Mais ce que j'ai retenu c'est que l'intrigue est un peu familière. Je voudrais savoir quels films sont comme ça... Je suppose que la chambre couvre en quelque sorte une partie du territoire; ce n'est pas à moitié aussi familier que la moitié des films sanglants qui sont réalisés dans les studios. Tu vois ce que je veux dire?... même la fin la plus tard du temps. Donc pour moi, j'ai pensé que c'était une circonstance très particulière pour que ce personnage Doug Riley se trouve lui-même.

Q: Le film est un tel portrait intime de ces 3 personnages.
Jake: C'est ce que j'ai aimé à ce sujet c'est ce que j'ai aimé à propos du script, c'était intime et petit et à leur taille. Donc quand j'ai fait le film j'ai essayé de le faire à partir de leur point de vue... il n'y a pas beaucoup de larges gros plans, ou beaucoup de déblayage sur la Nouvelle Orléans, c'est vraiment un portrait de personnes. Je me suis vraiment retenu et me suis restreint, parce que à la Nouvelle Orléans tu peux bien évidemment devenir sauvage... me restreindre avec toutes ces choses et ces tentations, comme un cinéaste... Je ne sais pas tu sais, c'est différent, un clip musical est un clip musical et c'est un film et je suis un amateur de films. Je pense qu'avec mon premier film Plunkett & Macleane, j'ai fait toutes les erreurs qu'un réalisateur de clips musicaux peut faire avec son premier film, je les ai faites. J'ai probablement écrit le livre sur ces erreurs, donc je n'étais pas sur le point de faire ça à nouveau.

Q: Le film rend compte de certaines performances très crues, peux-tu parler du casting pour le film et en particulier du casting de Melissa Léo? Elle a une telle performance puissante mais discrète à laquelle il est si facile de s'identifier en tant que mère.
Jake: Ouais je veux dire elle est mère, elle a un fils qui a 23 ans et je suis un père de 4 enfants...

Q: Tu me bats j'en ai 3.
Jake: Tu en as 3, là tu vas, tu sais comment c'est... et Jim est un papa, effectivement Kristen vit dans une famille quelque peu drôle et élargie... il y a d'autres enfants aussi, donc nous sommes venus à ça avec la connaissance de notre propre vie. C'est cru, mais je tiens à dire que c'est authentique. Je me suis efforcé d'être aussi authentique que je pouvais l'être pour ces personnages, sans avoir recours à ce que je vois beaucoup... où tout est un peu mélodramatique ou devient un peu lourd tout le temps et tu as ces sortes de scènes sans fin de ces personnes pleurant et criant... C'est un problème pour moi. C'était un danger. Que tu finirais ainsi dans une conscience de soi réaliste et graveleuse... tu vois ce que je veux dire.

Q: Une bonne ligne sur laquelle marcher?
Jake: Ouais, tu dois vraiment marcher sur cette bonne ligne et authentiquement interpréter ces personnages et ça commence et ça se termine avec un casting vraiment... le casting est vraiment important... J'ai eu des batailles avec le casting, parce qu'il y a toujours cette pression d'auditionner un nom et tu croirais que James, Melissa et Kristen, à cette époque, n'étaient pas les noms... et tu vas dire de quoi es-tu en train de parler bordel? Pas un nom?... Il y a cette devise que j'ai rencontré, tout ce genre d'étiquettes sur la tête d'un acteur un signe dollars sur leur tête de ce qu'ils veulent dire et ce qu'ils ne veulent pas dire et c'est de l'économie... donc j'étais juste déterminer et j'ai absolument refusé d'auditionner quelqu'un qui ne pensait pas que c'était bon, qui allait avoir le film fait. Je ne le ferais pas... Il y a des fois quand on y pense, juste le bordel si j'avais juste auditionner cette personne si tout ce serait fait, mais je ne pouvais pas le faire. Ca aurait été un désastre si j'avais fait ça, donc je me suis juste collé à mes armes... Je suis vraiment content de l'avoir fait parce que pour moi, la chose la plus importante, ce sont les performances.

Q: Eh bien je suis vraiment heureuse que tu l'ais fait parce que les 3 sont tout simplement des performances incroyables.
Jake: Merci, c'est génial à entendre.

Q: J'ai lu que Kristen et toi avez fait une virée dans certains clubs de striptease de LA pour sa performance et que Melissa Leo a dit que Kristen était tellement dans le personnage quand elles se sont rencontrées avant le tournage qu'elle ne l'a pas reconnu.
Jake: Melissa a vraiment dit ça? Je pense que je me souviens avoir entendu cela. La chose du club de striptease à LA... J'ai pensé que ce serait une bonne idée, d'aller avec elle et voir comment elle répondait et lui donner une idée de ce que c'était, afin qu'elle puisse commencer à, tu sais le faire. Genre de sortir de l'intellectuel, de l'idée préconçue de ce que c'est et en fait le voir pour de vrai... parce que les films je pense... la plupart du temps, représentent ce monde à tort. Ils le font mal ou ils l'idéalise... Beaucoup de ces filles sont vraiment endommagées, faire ça à Los Angeles est une chose, au coucher de soleil... mais quand tu vas à la Nouvelle Orléans, dans ces endroits dans les ruelles, qui deviennent très, très sombres, très vite... J'ai pensé à l'emmener dans un de Los Angeles... Je voulais en quelque sorte voir comment il fait... c'était comme un canard hors de l'eau en fait elle était vraiment intéressée et j'ai effectivement eu cette fille, pas parce que j'ai demandé pour ça, mais en fait cette fille est venue où nous étions assis et a commencé à danser tout autour de moi. Kristen a rit et j'étais tellement gêné, c'est un comme un homme de merde, je ne savais pas que mes acteurs me verrait faire ça... c'était une belle façon pour nous plutôt, de se lier à cette voie aussi en quelque sorte.

Q: Je ne sais pas comment vous vous y prendriez pour expliquer que vous être là pour la recherche.
Jake: Elles ne le savaient pas et en fait le club de striptease dans lequel nous sommes allés... n'était pas ouvert au public. Le gars a réellement dit, donc écoutez ok revenez plus tard et nous vous testerons ensuite. Il était vraiment comme, dieu elle est géniale, nous l'avons là.

Q: Quel est le processus comme le choix des musiques pour le film? Tu as tellement d'expérience de travail dans l'autre sens de clips musicaux où je suppose que la musique décide les visuels et ici tu l'as dans le sens inverse.
Jake: J'écoute probablement plus de musique que je ne regarde de films et je suis vraiment, vraiment dans la musique... Je suis un de ces sortes de gens qui adore tout ça... Le funk de la Nouvelle Orléans est un de mes genres de musique préférée, le funk et le blues, tu sais c'était tentant d'y aller... mais [Doug] n'est pas là làune fête, il est là pour s'échapper et se cacher... Nous nous référons à la musique de la Nouvelle Orléans à quelques reprises, il y a quelques sources de musique que nous utilisons... qui est beaucoup dans l'arrière plan. Je l'ai gardé très bas sur le mix... mais la musique a à voir avec Doug, rien à voir avec la Nouvelle Orléans. La musique est très bien guidée par les personnages et leur parcours et leur expérience. Nous avons utilisé un banjo dans la musique, mais nous ne l'avons pas utilisé de la manière dont il l'est normalement, qui a était une très bonne idée de Marc Streitenfeld. Encore une fois, tu l'as dit. C'était sage de ne pas faire ça... parce que la musique de la Nouvelle Orléans est une musique de fête la plupart du temps, et comme je l'ai dit ils ne vont pas là pour faire la fête. Ce n'était pas pertinent. Il y a une belle contrepartie dans la scène au club de striptease qui est rempli de ce genre de musique... J'ai mis les Keels dedans parce que j'adore les Keels et j'aime cette chanson, c'est en quelque sorte des travaux lorsque nous avons joué contre la scène. C'est un peu à la cool pour un club de striptease, mais la plupart des gens ne connaissent pas cette chanson... ensuite il y a du hip hop et quelques mauvaises de dance music, qui sont ce qu'ils jouent.

Q: Quelle a était la scène la plus difficile à réaliser étant donné qu'il s'agit d'un film intimiste?
Jake: Il y a quelques scènes qui ne sont pas dans le film, qui ont été un putain de cauchemar à diriger. Il y en avait une en particulier qui était une pomme de discorde avec Jim et Melissa. Ils ne se sentaient pas de nous clouer c'est un point... en fait ça finit dans le film, comme une scène très courte où ils sont assis sur les marches, cette scène sur les marches est venue dans un ensemble de choses sur la foi et Dieu. Nous avons essayé, nous l'avons re tourné et je ne pouvais pas la faire aller et j'ai pensé que peut-être je ne peux pas diriger, je ne sais pas pourquoi ça n'a pas fonctionné. Tout ce que nous avons essayé n'a pas fonctionné, nous ne l'avons donc pas mise dans le film et elle n'avait pas besoin d'être dans le film. C'est pourquoi ça ne fonctionnait pas... Je pense que la toute dernière scène, où elle s'enfuit et saute de la voiture et dit, je ne suis pas votre enfant c'est trop tard pour cette merde... c'était la toute dernière scène que nous avons tourné et c'était vraiment difficile de l'avoir bien... Je pense que c'est parce que nous pensions tous que cette scène allait bien se passer, parce qu'elle était si intrinsèquement dramatique. Mais en fait, quand nous sommes arrivés et que nous avons commencé à travailler, ça ne se sentait pas bien. Donc Jim et moi avons commencé à un peu improviser... Je pense que nous nous attendions tous à ce que ce soit une scène très larmoyante, y compris Jim... et il a dit, tu sais quoi, ce n'est pas un moment où il pleure... et j'ai dit tu sais quoi je ressens la même chose. Ceci est beaucoup plus qu'un choc brutal de réalisation pour lui... tu réalise que ça ne va pas se résoudre, il se réveille et s'en rend compte, parce qu'elle le dit, je ne peux pas faire ça, ce n'est pas juste... Elle a sa propre vie à vivre et ce n'est pas ma fille.

Q: Pour moi cette scène a laissé un sentiment très vide.
Jake: Il y a tout à coup un vide là où ça a été rempli par Mallory.

Q: Les 3 personnages dans le film, commencent en quelque sorte à se guérir les uns les autres, quand tu arrive à la fin du film c'est en quelque sorte le début pour eux.
Jake: Oh je suis tellement content de t'entendre dire ça, parce que c'est effectivement ce que je voulais. C'est en fait la fin du film qui est le début de leurs vies. C'est exactement l'idée. En fait, la scène dans la gare routière est la première scène du prochain film.

Q: Tu as terminé de sorte qu'on se demande ce qui leur arrive. Restent-ils en contact? Lois continue-t-elle de vivre et ne s'enferme pas à l'intérieur de sa maison?
Jake: C'est tout à chacun de décider. J'ai mes idées, qui sait? Nous ne savons pas ce qui va se passer dans la vie.

Q: Était-ce la partie de l'appel du script?
Jake: Ouais. Je veux dire, le film est au sujet d'apprendre à vivre avec des forces incontrôlables. La force incontrôlable de la mort, de la vie, du sexe... le sexe est une grande chose thématique dans le film. La fille... son besoin de sortir la nuit avec son petit ami, ce que Lois tente d'empêcher, parce qu'elle a peur... l'aspect sexuel de ça, elle essaie de l'arrêter et il en résulte sa mort. Donc être confronté à cette enfant sexuelle, ce qui est juste immatériel pour Lois. Elle ne peut pas supporter de voir cette enfant se faire ça, mais c'est à nouveau une force incontrôlable. C'est vraiment devenu un thème important dans le film.

Q: Quelle est la suite pour toi, as-tu des projets de travail?
Jake: Retourner faire des pubs et essayer de développer d'autres projets. Une chose, j'espère en quelque sorte mettre en scène en écrivant un script. Une chose appelée Murder At 19 000 Feet. Il s'agit d'une nonne Tibétaine dans l'Himalaya vue par ces grimpeurs, et c'est ce qui arrive aux gens qui sont témoins et ça rejette vraiment cette question de Qu'aurais-tu fait dans cette situation? Que ferez-tu? Une sorte de truc sur le moral impératif et une décision morale et un seuils de toute sorte. J'espère vraiment qu'il arrivera et ça semble extrêmement commercial. J'adore l'histoire, c'est très puissant.

Q: On dirait une prémisse intéressante?
Jake: C'est une histoire vraie.

Q: Je suis sur qu'on t'as demandé ça un million de fois mais tu as été élevé dans cette étonnante famille du film. Est ce que ça a été plus une bénédiction ou une malédiction pour toi en tant que cinéaste?
Jake: C'est plus une bénédiction qu'une malédiction. Ca a été une vie assez bien jusqu'ici... mais... la façon la plus honnête c'est que je peux dire que je suis chanceux de venir d'une famille de cinéastes très talentueux... J'ai eu accès et j'ai vu et fait des choses dont beaucoup de personnes n'ont pas été capables, mais ensuite ce qui vient avec ça, c'est que je trouve que l'on peut être injustement jugé...

Q: Je suppose qu'il y a des attentes à satisfaire?
Jake: Il y a une tendance pour les gens de simplement supposer que c'est facile pour toi. Que tu serais en mesure de faire avancer les choses, faire des choses... parce que ton papa est un grand metteur en scène célèbre. C'est comme ça, c'est un peu comme un non-sens... Je fais ce travail, pas lui. J'ai travaillé très dur pour arriver là où je suis et j'ai fait beaucoup de travail, et ça a été une voie plus difficile pour moi vu que mon premier film ne marche pas... Je pense que j'ai été très meurtri par ce qui s'est passé avec mon premier film... les critiques aux Royaume-Uni en particulier, sont vraiment venus pour moi sur ce film... c'était un peu comme, putain les mecs donnaient moi une pause et ce n'était pas si mal... il a eu quelques problèmes et c'était très imparfait, il a également eu beaucoup de... je le défends et dis qu'il a des vertus... il était audacieux. Ça a genre tué mon esprit pendant un certain temps et ça te fait peur d'essayer à nouveau, car ils te jugent également par ta famille. J'ai juste pensé que c'était si injuste putain... tu sais que j'ai toujours tourné des publicités et des clips musicaux et en grandissant et j'ai essayé de changer... Donc ma réponse est vraiment, c'est plus une bénédiction je suis très, très chanceux. Les idées que j'ai eu, les choses que j'ai pu voir comme un aspirant cinéaste sont en quelques sortes des expériences de rêves pour tous les jeunes cinéastes tu sais. Vraiment j'ai rencontré Staney Kubrick... Je pense à ça parfois, et je pense merde en fait je dois le faire... Je suis très fier de mon père et de mon oncle. Je suis très fier d'être de ma famille, ça ne peut être qu'une bénédiction non?

Q: Tu as toutes ces ressources géniales pour te guider et pour poser des questions.
Jake: Nous n'avons pas tendance à, autant que maintenant. Tu sais parce que j'ai 45 ans et je suis papa, j'ai 4 enfants et je veux en venir à autre chose... Je veux dire nous parlons tout le temps et nous avons des affaires ensemble comme une famille. Ca tend à plus... de choses à faire avec la gestion de l'entreprise et ce genre de trucs. Je pense que parfois mon père se gratte la tête avec choix, comme ce film. Je pense qu'il s'inquiète. Je détecte qu'il a été préoccupé par la chose commerciale. Je sais qu'il veut juste que je réussisse et un film comme celui-ci est un plus petit film, avec un plus petit public potentiel non? Donc en tant que père il est concerné par ça, c'est amusant en quelque sorte, n'est ce pas?

Q: C'est un père.
Jake: Ouais exactement, c'est le truc, nous sommes juste une famille comme tout le monde.

Q: Je pense qu'il y a une fausse idée que parce que tu es Ridley Scott ou Stephen Spielberg que c'est facile d'avoir un film.
Jake: Non mec, je l'ai vu lutté. Je veux dire il s'est battu, il doit se battre, c'est fou...

Q: C'était une partie de plaisir?
Jake: Ca ne l'est pas, c'est vrai, c'est très, très vrai.


TonightAtTheMovies