Monday, October 3, 2011

Photoshoot for GQ UK (November 2011 issue) - 2011

Photoshoot pour le GQ anglais (numéro de novembre 2011) - 2011

Photographed by Norman Jean Roy

October 3, 2011


Ciao, Bella. After four years as the heroine of abstinence-drenched vampire series Twilight, Kristen Stewart is ready to sink her teeth into something a little more grown-up. The actress goes for chilled beers and nachos with GQ to talk candidly about the phenomenon, fame and the future, starting with another book adaptation: next year's On the Road. Read the full interview and see the stunning photo shoot by Norman Jean Roy in the November issue of British GQ, out on Thursday.
Ciao Bella. Après quatre ans comme l'héroïne inondé d'abstinence dans la saga de vampire Twilight, Kristen Stewart est prêt à planter ses dents dans quelque chose d'un peu plus adulte. La sage enfant chéri d'Hollywood prend des bières refroidies et des nachos avec GQ pour parler franchement sur ​​le phénomène, la gloire et l'avenir, à commencer par l'adaptation cinématographique de l'année prochaine du classique de la Beat Generation de Jack Kerouac, Sur la Route. Lire l'interview complète et voir le magnifique photoshoot par Norman Jean Roy dans le numéro de novembre du GQ british, jeudi.
 




image host image host image host image host image host image host
image host image host image host image host image host image host
image host
image host

Scans:

image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host

Behind the Scenes:



Interview:


After four years as Twilight's blockbuster fantasy figure, Kristen Stewart is stepping out of the darkness. Here the vampire bride opens her heart for fearing for her life in Hollywood culturequake, sinking her teeth into Kerouac and saying Caio, Bella. Story by Jonathan Heaf. Photographs by Norman Jean Rov. Styling by Sally Lyndley.

Hollywood is a tough place to hide. Especially when all around you seem willing to shop their own grandmother to be seen, heard, filmed, paid, then seen, heard, filmed, and paid (double) to do the sequel (in 3-D) with Jason Flemying (playing the bad guy). Andy Serkis (as the curiosity intelligent ape with a grudge against humanity) and Hans Zimmer (mastering the score). But as any number of Audi R8-leasing LA agents would argue; if it's the gentle, quiet life you're after, then you should stay as far away from Hollywood as your pretty little green legs will carry you. Get out of the Game. Go back to your pig-rearing half-cousins in Albuquerque, New Mexico. Go home. Have kids. Teach. Forget about your silly little movie-star fairy tale...

But you want to be a star? You want to be famous? Then jump off the couch, sugar pie, and I'll see you -- without your enabler -- tonight at the Chateau, room 69, to go over your "motivation". Oh, but you want to be an actor? Someone respected for your craft? Well, I hear there's a duplex going begging next to James Lipton's condo in TriBeCa. After five years of failed go-sees and audiences I'll see you at Mel's Drive-In, on Sunset Boulevard, where you'll be waiting tables for the rest of your jumped-up, sad, lonely, precious, little life. Take my order down! Fresh OJ, wheat pancakes, a plate of huevos rancheros with two eggs over-easy and a side of nevergoingtohappen. So long, toots. And close the door -- on your career -- as you leave."

"Slam!"

Such a scene might be somewhat purple, but that doesn't mean it never happens. To be a star in Hollywood takes a lucky break, a reality TV show, a pit bull for an agent, redemption from addiction, several DUIs and a spectacular relapse or, at the very least, a generous slice of hard-fought nepotism. To be a great actor, however -- no matter how skeptical you might be about this industry -- still takes talent. Thankfully Kristen Stewart -- the beautiful 21-year-old star of the Twilight franchise -- is not from Albuquerque, has no cousins who rear pigs (who we're aware of), has never knowingly "hopped off an agent's knee" (unless, of course, it was to reach his face with her fist -- with three older brothers that kid can look after herself), nor been anywhere near the industry rubbernecking Mecca that is the infamous Chateau Marmont. In short, other than her bank account (Forbes has her earnings listed alongside Julia Roberts earlier this year) there's nothing remotely "Hollywood" about Kristen Stewart.

Actually, that last bit isn't true. Kristen has been to the Chateau. About a million and half times. And to say it isn't really her kind of place would be like saying Dominique Strauss-Kahn is going to struggle to hire home help. It's just a given.

"I just think if we went there [the Chateau], I'd be looking behind my shoulder the entire time," agrees Kristen as we take our seats in a dusty Mexican eatery about an hour's drive from anything that remotely resembles civilization. Found in the mountains of Topanga Canyon, the diner is a homely shack where each cold beer comes with a red, plastic basket of warm nachos and sweet, homemade salsa. The place reminds me of every Disney roller-coaster ride waiting room I've ever been in. "It's about the only place I can still come in LA where I have an iota of invisibility. And" -- her delicate, beautiful, refined features losing all humor suddenly -- "I'd prefer to keep it that way."

It’s clear Kristen is fiercely protective over her home turf. Even as this safe house, her voice ever so often drops to a whisper as another customer clatters through the shack’s back door. I wouldn’t call if paranoia, but she obviously gets a little twitchy around strangers. Especially journalists. It’s hardly surprising. Ever since it was announced back in 2007 that she would be taking on the role of Isabella “Bella” Swan in the film adaptation of Stephenie Meyer’s sensationally successful Twilight books, Kristen has been watched.

And watched. And trailed. And stalked. Chased. Hunted. Harangued. Online. By paps. By fans. By haters. By besotted Mumsnet members and their cats. By sign-making, prepubescent girls desperate to get their claws into Edward Cullen, the character played by Robert Pattinson. In LA. In Hollywood. In Britain. Scotland. The Isle of Wight. While driving her grey Mini. In taxis. At premieres. While on holiday. Working. Not working. While she’s sleeping. In her dreams. In her nightmares. To say the success of the vampire franchise has turned Kristen’s life upside down and inside out (in ways both brilliant but also terrifying) until she doesn’t know which way round her own guts go any more is an understatement. But now, finally, just as it was this past summer for those damn Potter kids, “It All Ends”.

“Yes, we’re finished. Filmed every scene.” Next month sees the release of Twilight: Breaking Dawn - Part 1, while Part 2, in true modern franchise, cash-sucking style, will be released in November 2012. So is Kristen relieved it’s finally all wrapped? Her tell is a wry smile, which then breaks out into a grin you could park a canoe in. “It’s so rare in a career to feel that a chapter is closing but there’s something final about this. No more epic, iconic scnenes...”

Unless you’re one of the millions of Twilight fans - or “Twihards” as more fanatical followers are known - then you’re no doubt entirely unaware of all the hysteria. For the Twihards, however, this final movie is the giant red-button moment, when cruel abstinence gives way to wanton abandonment (ie when Bella and Edward get to do it in a waterfall). First up, there is “the Wedding”; in Breaking Dawn, Kristen’s character Bella Swan finally ties the knot with alpha-vamp Edward. Next, “the Conception”; after one slow-mo, softly-lit night of love-making with her immortal, blood-sucking heart-throb, Bella falls pregnant with their half-human, half-vampire, wolf-cub child thing.

“I was nervous for the wedding scene,” she admits. “When I looked at the set, with the pews and the lights, and I could see everyone was there in all their outfits, I cried. God, that f***ing dress!”

Although she can rock a mean short - short - dress for a premiere, Kristen’s go-to-emsemble-of-choice is so-skinny-they-look-sprayed-on jeans, scuffed Converse and an old Rob Zombie T-shirt. “I was stuck in that thing for a week; I could hardly move. But it felt incredibly ceremonial. It felt like a real wedding.”

There's no doubt that the young woman sitting across from me, sipping a beer quietly, with the smoke from her cigarette trailing up into the tress, is somewhat transformed from the teenage girl who set out a little naively (her words) on this whole joinery more than four years ago. Lessons have been learnt. "The main moment, when we knew it was going to be a big deal, was at Comic-Con in Sand Diego in 2008. It was the first piece of promotion for Twilight that any of us had done, so we had no real expectations. There were thousands and thousands of people waiting for us. That was the moment when we felt how powerful this thing was going to be. It was me, Rob [Pattinson], Ashley Greene, Taylor [Lautner], and we just looked at each other and were like, 'What the hell is going on'"

All their hopes (and fears) were soon to be realized. Twilight was destined to become a full-blown trans-global youth culturequake and Kristen, along with British-born Pattinson, the main stars at the centre of the maelstrom, not least due to the are-they/aren't-they off-camera relationship rumours. The momentum ignited by the huge fanbase was soon plundered by those at the top of Summit Entertainment, the company at the helm of the cinematic adaptation. Nothing gets movie executives foamier around the mouth than the prospect of cashing in on the young, easily influenced and truly obsessed. Or, as the most ardent fans of Pattinson are known amid the darker recesses of the internet, the "Robsessed". "From that moment on, the guys from the studio were walking around with dollar signs in their eyes. Like, kerching! And then it began. The insanity. The schedules. The demands. The interviews."

The deeper into the franchise the young stars were flung, the bigger the Twilight phenomenon ballooned. Soon, every aspect of their lives was being affected by the bloodthirsty cultural juggernaut. "The big jump for me, I guess, was having security. And I mean, going everywhere with you. Just a big guy standing next to me the whole time. JB is his name -- that's my guy. And he would kill me for saying this, but even he has a goddamn fan site. All these girls have identified him and he's now known as 'HBG' -- Hottie Bodyguard."

As Twilight, New Moon, the second installment, hit multiplexes in 2009, Kristen and Pattinson fount they couldn't even leave their hotel for fear of being mauled by a flash mob of screeching Twihards. Scenes of the stars fleeing down New York streets pursued by hundred of teary, shock-haired fans were beamed across the globe. Did the actress ever fear for her life? "Sure. I mean, people are crazy. Everyone does what they have to do to protect themselves, but it would be fake for me to sit here and say people are not crazy. I'm sure lots of people shy away from this question as they want to make sure they look 100 per cent appreciative all the time and that everything is the most amazing thing always … But at the end of the line, people are fucking crazy! I would have been very happy just working from job to job, paying my rent one movie at a time. I never wanted to be this famous. I never imagined this life for myself."

Kristen Stewart, a Californian, has been working in film since the age of eight. Right from the gun she knew she was prepared to fight her corner and do the sort of work she believed in, rather than take the fast buck and be seen in a cereal commercial with a talking monkey. It's not that she knew what sort of actress she truly wanted to be, more she knew what kind of actress she never wanted to be.

Her first proper role was in the independent film The Safety of Objects, originally an AM Homes book about dysfunction and turmoil in small-town America. Kristen played the tomboy daughter of a troubled dingle mother (Patricia Clarkson). "I got Safety … towards the end of that period where I thought I should keep acting. As a little kid, you audition for so many fucking goddamn embarrassing parts -- and my words would have been pretty much the same at that age too …"

You may have noticed, Kristen enjoys a good curse. Some women suit swearing, others don't have the piss'n'vinegar to back it up. With Kristen, the blue-hued language fits neatly her wily independent spirit. "I would be like, 'No Way.' Which is why I never got offered very many of those roles. I would just go though the motions. Even while starting out I took things very seriously; I wasn't the sort of kid that would do a doll commercial or do a series for Nickelodeon. They asked me to do silly things, and I wasn't a silly kid."

Kristen's notoriously sulky, slacker vibe and reported ill-temperament is often commented on -- she gets it. "It's funny. I picked an old backpack out of the closet the other day, one I used to wear all the time as a teenager. It's covered with anarchy signs, all these quotes and these metal studs. I was like, 'Wow, you must have really liked how that looked!' Despite what people think, I was such a rule follower at school. I loved the whole slacker look, like, 'Hey, I don't care, whatever,' but if I didn't turn my homework in, I would panic."

Come 2001, and Kristen got her big Hollywood break opposite Jodie Foster, cast by influential director David Fincher in Panic Room. It's a dark, violent, smart thriller about a botched burglary on a sprawling Manhattan brownstone. "It was tough, and the takes were endless, as you'd expect from David. He has a daughter around the same age so that made our relationship a lot easier -- he knew how to deal with this. He's intense, but I didn't know any different."

After Panic Room came a host of parts, mostly calling Kristen to play the complex, clever teenage girl shielding her face with her long brunette hair while going through some sort of crisis, either real or existential, hormonal or otherwise. Speak (2004) was a television movie about a high-schooler who -- after being raped at a part by a popular jock -- stops all verbal contact with those around her. It garnered the then 13-year-old actress huge critical praise, not least for her mature handling of such a sensitive subject.

"I was definitely aware of the film's subject matter," she says. "And it wasn't because of anything that had happened in my own life -- not at all. I grew up in a happy household." Another was Sean Penn's Into the Wild, a 2007 film about the real-life adventures of Christopher McCandless, a young man who hitchhiked across America in the early Nineties -- heading north for Alaska -- in a bid to become one with nature rather than do his parents' bidding and go to college and get a job like everyone else. McCandless was played superbly by Emile Hirsch, while Kristen was cast opposite as the teenage sweetheart who develops a crush on the young dreamer. “Those good roles are a testament to the scripts I’ve been given. You would have to be a brick or a piece of wood not to be able to engage with some of that material.”

As she talks, it’s clear this isn’t merely a media-savvy actress practising some iota of self-deprecation for the benefit of our interview. Kristen has, in fact, a startlingly grounded view on her work, and on acting in general, perhaps indicative on how easy she finds the very idea of becoming someone she’s not. “I don’t want to discredit people’s individuality, bit I think people are pretty much the same. People are very similar. If you have a good enough imagination then you can feel things that you personally have never done before. That’s acting.”

Such a view of her chosen professional art form (not that Kristen would ever call acting an “art form”, one suspects) mirrors her rather dim view of her trade when just a rookie. Aged just 13, she told one magazine she though acting was “living a lie”.

“I think when I was younger, I was trying very hard to sound unpretentious. At that age, I was so bitterly self-conscious, and so desperate not to sound like a total douche. I don’t feel like that at all now. I think it was something I heard my parents say.”

Kristen’s parents work in the film industry, as crew members, solid blue-collar liberals, behind the camera. “My folks have always given me hell for how easy I have it,” Kristen admits. “My dad would say stuff like, ‘Oh, just go and sit in your trailer, practise your lines, and go lie for a living.’ It was something I said as a kid. Don’t worry, I have a much more pretentious view of acting nowadays.”

To be perfectly honest, I could have quite happily sailed through life without ever enduring a single minute of the Twilight phenomenon. The undead don’t do it for me, you see. As it happens, I did sit through them all, some of them perhaps more begrudgingly than others, but then they weren’t made for me so much as for my niece. If I had a 14-year-old niece hooked on abstinence porn. As Kristen admits, “Twilight is a catnip for those young innocent girls.” Talking to Kristen about the next steps in her career, however, she too seems more happy to turn the page.

The adaptation of Jack Kerouac’s On the Road is set for release in January next year and Kristen has been cast as the beautiful “sharp talk” Marylou. Although obviously an entirely different literary beat to Meyer’s Twilight, once again it’s a book with somethign of a sizeable fanbase. Not to mention it being one of the more seminal works in modern American literature. No pressure, then.

“It’s a pretty big deal for me,” she explains. “Of course, all the actors took the responsibility of bringing such a work to visual fruition incredibly seriously. But we knew our stuff; Walter [Salles, the movie’s director] demanded it. We had a four-week rehearsal period where we did sort of beatnik boot camp - sound a little corny, but it was awesome. There was dancing and listening to music and he had us watching Shadows a bunch of times. We had Kerouac biographers come over and give us talks, and Marylou’s daughter - or rather the daughter of LuAnne Henderson [who Marylou is based on] - came to spend time with us all and that gave us such brilliant insight.” Was Kristen already a fan of the book? “It was my first ever favourite book.”

Kristen decided to quit regular schooling in her early teens and switch to home-schooling, partly because she was away filming so much and partly because she didn’t feel the school system was supporting her. “School became genuinely uncomfortable,” she explains. “I was feeling a little self-conscious about the acting thing with my peers, but also my teachers became a problem. They didn’t want to do the extra work or put packages together so I could keep up while away. They failed me. My teachers failed me. Not one, but all of them. I’m always slightly ashamed, in a way, about what I do. I’m slightly embarrassed as I had such serious ambitions when I was younger, I just never imagined that I would ever have a reason not to go to school. But then this happened."

This for Kristen, currently, means riding around on horseback in the English countryside while wielding a huge sword in the face of Charlize Theron. Theron is the Evil Queen to Kristen’s Snow White, in a Gothic interpretation of the famous story that’s been reworked for the big screen. Kristen has had to shape up and get fit for her part, something she’s never had the desire or impetus to do. “I’ve never worked out before. Now I’m only allowed to eat stuff out of a box. I’m It works. Also, I feel more energised and stronger. It took me a long time to realise that I was a girl as a teenager. At that point I never really believed it. I looked like a boy for a long time. Now, finally, I feel like a woman.”

Snow White and the Huntsman is filming in and around Gloucestershire, although Kristen is spending a good deal of time in a rental in Notting Hill, London. The day before, while at the GQ shoot, she had explained that she was looking forward to seeing more of the UK, as “my boyfriend is English”, although when I bring this up again the blood drains into her boots. “I never would have said that if I knew you were going to be interviewing me.”

I honestly hadn’t expected such a defensive reaction, but it’s clear when she feels her privacy is being breached, Kristen is quick to transform into “Tiger Mom”. The whole issue, if you don’t already know, has to do with whether or not she’s dating her Twilight co-star Robert Pattinson, the subject of which has seen more speculation than the origin of Barack Obama’s birth certificate. I tell her I’m surprised this is such an issue seeing as the evidence is already out there for all to see on the web - the photos, the stolen moments, the Christmas getaways... “Yeah, I know it is,” she admits. “So much of my life is so easily googled. I mean, it’s like, come on guys, it’s so obvious!” Her mood tights, perhaps all too aware of how much she’s already said. “But this subject, I don’t think you realise what a big deal it is for people. Well, it is a big deal. They would be ‘Oh. My. God’ There would also be still a 50/50 split. Some people would still be, ‘See, told you they’re not together.”

Kristen is acutely aware of all the gossipmongers. Far more so than I am, it seems. She knows about names: the “Robstens” (those who think K-Stew” and R-Patz” are together); the “Nonstens” (those fans who think they aren’t) and the “F***stens” (those who say they don’t give a monkey’s either way - but actually really do). I ask her who it is such a big deal to? These deranged fans? To her and Rob? What is it she’s so worried about?

"I don't worry about it at all. It's just one of those things. I'm selfish. I'm like, 'That's mine!' And I like to keep whatever is mine remaining that way. It's a funny little game to play and it's a slippery slope. I always say to myself I'm never going to give anything away because there's never any point or benefit for me."

I say that perhaps after the last installment of Twilight is out it will get somewhat easier. "Yeah, maybe. I mean, right now it really is not a nightmare, it's just one of those things. I guarantee whenever I get married or have a baby, everyone is going to want to know my kid's name and I'm not going to say it for ages. That's just the way I want to do it. It'll come out but it won't have come from me. They're going to be really pissed off that I won't say it and I'm just going to say, 'No!' I also have that desire to blurt stuff out, but I've learnt I can't do that. Not when you realize the whole world is listening. That's why perhaps I look so uncomfortable in interviews at times. I mean, we've talked about hiding things and I've had to get much more adept at that, sadly. But I'm glad I'm not one of those actresses who is just so ready to open up for everyone."

Is there any advice that she would go back and give herself, before Twilight made her a global superstar? "Genuinely don't worry about anything quite so much. Don't beat yourself up about those big scenes that don't belong to you; things are going to be the way they're going to be. And the whole interview thing, talking to the world … It wasn't ways for me at first. Doing this …" She smiles and points a finger accusingly. She's only half-joking. "You say things every day that are going to be forever, they are about things in your life that matter the most, you're caught off guard, you react weirdly, and you feel that people hate you. Sometimes people do hate you."

Really? You felt journalists hated you? "The first time around people were definitely aggressive with me. I know it was a response to my energy. I could feel them thinking, 'Come on, what is wrong with you -- play the Game.' But I didn't know how and I didn't know I had to, nor whether I wanted to. But I wasn't being defiant, I just wasn't prepared. And I think people responded to that in a negative way. I was just young and caught off guard. It got people so angry. They think you're a fraud. 'She's just saying she's young as an excuse: get it together or get out of the business.' I had people say that to me. How about, er, I'm an actor and I really don't give a fuck what you think? How about that?" She laughs, lights a Parliament Light and breathes out, looking more composed, content and less hidden than she had done all afternoon. How's she feeling? "I'm a 21-year-old woman having a beer with GQ. I've arrived."
Après quatre ans en tant que figure fantastique du blockbuster Twilight, Kristen Stewart est sortir de l'obscurité. Ici la mariée vampire ouvre son coeur redoutant pour sa vie dans le séisme de culture d'Hollywood, enfonce ses dents dans Kerouac et disant Ciao, Bella. Histoire par Jonathan Heaf. Photographies de Norman Jean Roy. Habillés par Sally Lyndley.

Hollywood est un endroit difficile à cacher. Surtout quand tous autour de vous semblent disposés à dénoncer leur grand-mère pour être vu, entendu, filmé, payé, puis vu, entendu, filmé, et payé (double) pour faire la suite (en 3-D) avec Jason Flemying (jouant le méchant mec). Andy Serkis (comme le singe curieux et intelligent avec une rancune contre l'humanité) et Hans Zimmer (maitrisant les bande-son). Mais comme n'importe quel nombre d'agents de location d'Audi R8 à LA dirait, si c'est la douceur, la vie tranquille, que vous voulez après, alors vous devriez rester aussi loin d'Hollywood que vos jolies petites jambes vigoureuses vous le permettent. Sortez du jeu. Retournez à votre élevage porcin à Albuquerque, au Nouveau-Mexique. Rentrez chez vous. Ayez des enfants. Enseigner. Oubliez un peu votre idiote star de cinéma des contes de fées...

Mais vous voulez être une star? Vous voulez être célèbre? Puis sautez sur le divan, entarter une tarte au sucre, et je viendrai vous voir -- sans votre agent -- ce soir au Château, chambre 69, pour parler de votre "motivation". Oh, mais vous voulez être un acteur? Quelqu'un de respecté dans votre métier? Eh bien, j'ai entendu qu'il y a un duplex pour aller mendier à côté de la co-propriété de James Lipton à TriBeCa. Après cinq ans d'échec de va et vient dans les auditions, je vous verrai à Mel Drive-In, sur Sunset Boulevard, où vous attendrez des restes sur la table, triste, solitaire, précieux, petite vie. Prenez ma commande! Jus d'orange frais, pancakes, un plat de Huevos Rancheros avec deux oeufs au plats et une entrecôte qui n'est jamais arrivé. Aussi long, que Toots. Et fermer la porte -- sur votre carrière - que vous quittez.

"Clac!"

Une telle scène pourrait être un peu surfaite, mais cela ne signifie pas que ça ne se produit jamais. Pour être une star à Hollywood il faut de la chance, une émission de télé réalité, un pit-bull comme agent, se libérer de ces addictions, plusieurs cure de désintoxication et une rechute spectaculaire ou, au moins, lutter pour le népotisme. Pour être un grand acteur, cependant -- peu importe à quelle point vous êtez sceptique à propos de cette industrie -- il faut toujours du talent. Heureusement Kristen Stewart -- la belle de 21 ans, star de la franchise Twilight -- n'est pas d'Albuquerque, n'a pas de cousins qui ont derrière eux des porcs (nous sommes conscients de ça), n'a jamais sciemment "sauté au genou d'un agent" (sauf, si bien entendu, il essayait de lui un coup de poing dans le visage -- avec trois frères plus âgés, cette enfant peut se defendre), n'étant pas n'importe où près de la Mecque de l'industrie du tourisme de luxe qui est le tristement célèbre Chateau Marmont. En bref, autre que son compte bancaire (Forbes à énumérés ses gains aux côtés de Julia Roberts plus tôt cette année) il n'y a rien de plus distant "d'Hollywood" que Kristen Stewart.

En fait, ce dernier point n'est pas totalement vrai. Kristen a été au Château. Environ un million de fois et demie. Et dire que ce n'est pas vraiment son genre d'endroit serait comme dire, Dominique Strauss-Kahn va se battre pour embaucher de l'aide à domicile. Je vous dit juste ça.

"Je pense juste que si nous allions là-bas [au Château], je regarderai derrière mon épaule tout le temps", convient Kristen tandis que nous prenons nos places dans un restaurant mexicain poussiéreux à environ une heure de route de tout ce qui ressemble à de la civilisation. Se trouvant dans les montagnes de Topanga Canyon, le restaurant est une baraque accueillante où chaque bière froide est livré avec un panier rouge en plastique de nachos chaudes et une douce , salsa fait maison. L'endroit me rappelle tous les tours de montagne russes de Disney, la salle d'attente dans laquelle je n'ai jamais était. "C'est le seul endroit ou je peux encore venir à Los Angeles où j'ai un peu d'invisibilité. Et" -- elle est délicate, belle, les traits fin avec une perte d'humour soudainement -- "Je préfère rester sur cette voie."

Il est clair que Kristen est très protectrice sur son propre terrain. Même dans cette maison sure, sa voix devient souvent un murmure lorsqu’un autre client claque la porte arrière de la cabane. Je n'appellerais pas cela de la paranoïa , mais elle devient visiblement un peu méfiante auprès des étrangers. En particulier des journalistes. Ce n’est pas surprenant. Depuis qu'on a annoncé en 2007 qu'elle allait jouer le rôle d'Isabella "Bella" Swan dans le film adapté des livres au succès monstre de la saga Twilight de Stephenie Meyer, Kristen n’a pas arrêté d’être épiée.

Et regardée. Et suivie. Et traquée. Poursuivie. Chassée. Piégée. Sur le net. Par des paparazzis. Par des fans. Par des rageux. Par des abrutis membres du ''Mumsnet'' et leurs chats. En signe de décision, par les jeunes filles prépubères désespérées à planter leurs griffes dans Edward Cullen, le personnage joué par Robert Pattinson. À L.A. . En Angleterre. Écosse. L'île de Wight. Pendant qu'elle conduit sa Mini grise. Dans des taxis. A des premières. Pendant ses vacances. Au travail. En dehors. Quand elle dort. Dans ses rêves. Dans ses cauchemars. Dire que le succès de la franchise a chamboulé la vie de Kristen de toute part (de manière aussi brillante que terrifiante) jusqu'à ce qu'elle ne sache plus où donner de la tête est un euphémisme. Mais maintenant, finalement, comme ce fut juste le cas l’été dernier pour ces sacrés gamins d’Harry Potter, "Tout est fini".

"Oui, nous avons fini. Tournés chaque scène." Le mois prochain verra la sortie de Twilight: Révélation 1ère partie, pendant que la partie 2, en vrai franchise moderne, qui sait comment pomper de l’argent, sortira en novembre 2012. Alors Kristen est-elle soulagée que tout soit enfin fini ? Sa réponse est un sourire désabusé, qui se fend ensuite d’un sourire grand comme ça. "C'est si rare dans une carrière de sentir qu'un chapitre se ferme mais il y quelque chose de final à propos de ça. Plus de scènes épiques ni iconiques..."

A part être l'un des millions de fans de Twilight - ou "Twihards" comme sont connus les plus fanatiques - alors vous êtes sans aucun doute entièrement ignorant de toute l'hystérie. Pour les Twihards, cependant, ce dernier film est LE moment , quand l'abstinence cruelle cède la place à l'abandon aveugle (c'est à dire quand Bella et Edward le font dans une cascade). Premièrement, il y a "le mariage"; dans Breaking Dawn,le personnage de Kristen ,Bella Swan se lie enfin avec le vampire télépathe Edward. Ensuite, "la conception"; après une lente et douce nuit d'amour avec son immortel suceur de sang, Bella tombe enceinte de leur enfant mi-humain, mi-vampire et imprégné d’un loup.

"J'étais nerveuse pour la scène du mariage", admet-elle. "Quand j'ai regardé le plateau, avec les bancs et les lumières, et que je pouvais voir que tout le monde était là dans leurs tenues, j'ai pleurée. Dieu, cette putain de robe!"

Même si elle peut assurer avec une courte - courte - robe pour une première, le choix de Kristen se porte sur des jeans slims si-étroits-qu’ils-paraissent-collés,des Converses éraflées et un ancien T-shirt usé de Rob. "J'ai été coincé dans cette chose pendant une semaine, je pouvais à peine bouger. Mais ça reflétait incroyablement la cérémonie. Cela ressemblait à un vrai mariage."

Il ne fait aucun doute que la jeune femme assise en face de moi, sirotant une bière tranquillement, avec la fumée de sa cigarette qui fuit dans les arbres, est quelque peu transformé de l'adolescente qui a établi un peu naïvement (ses mots) tout ce voyage de plus de quatre ans. Des leçons ont été apprises. "Le moment principal, lors duquel nous avons su que ça allait être une grosse affaire, a été à la Comic-Con de San Diego en 2008. Elle a été le premier moment pour chacun d'entre nous de la promotion de Twilight, donc nous n'avions pas de véritables attentes. Il y avait des milliers et des milliers de personnes qui nous attendaient. Ce fut le moment où nous avons senti la puissance que ça allait être. On était moi, Rob [Pattinson], Ashley Greene, Taylor et nous nous sommes juste regardés et étions comme, 'Que diable se passe t'il?'"

Kristen bien connu pour être maussade, reporte que l'on fait souvent des remarques sur son mauvais tempérament -- elle le prend. "C'est drôle. J'ai pris un vieux sac à dos sortit du placard, l'autre jour, celui que j'avais l'habitude de porter tout le temps adolescente. Il est couvert de signes d'anarchie, toutes ces citations et ces clous métalliques. J'étais comme, 'Wow, vous devez avoir beaucoup aimé à quoi ça ressemble! Malgré ce que les gens pensent, j’étais un disciple des règles à l'école. J'ai adoré l'aspect négligé, genre, 'Hey, je me fou de tout, mais si je ne rend pas mes devoirs, je panique."

Revenez en 2001, et Kristen a obtenu sa grande chance à Hollywood face à Jodie Foster, casté par l'influent réalisateur David Fincher dans Panic Room. C'est un thriller sombre, violent, intelligent d'un cambriolage raté sur un vaste grès brun de Manhattan. "C'était dur et les prises étaient interminables, comme vous vous y attendriez de David. Il a une fille du même âge que moi ce qui a rendu notre relation beaucoup plus facile - il savait comment faire face à ça. Il est fort, mais je n'en connaissais aucun autre."

Après Panic Room est venue une foule de projets, appelant surtout Kristen pour jouer une complexe, intelligente adolescente protégeant son visage avec ses longs cheveux de brunette en passant par une sorte de crise, réelle ou existentielle, hormonale ou autrement. Speak (2004) était un téléfilm d'une collégienne qui - après s'être fait violer par un sportif populaire - arrête tout contact verbal avec son entourage. Il a obtenu de grandes louanges pour l'actrice de 13 ans, pas moins pour sa gestion mature d'un tel sujet sensible. "J'ai été vraiment consciente du sujet du film," dit-elle. "Et ce n'était pas à cause de ce que j'ai vécu dans ma propre vie - Pas du tout. J'ai grandi dans une famille heureuse."

Un autre a été Into the Wild de Sean Penn, un film de 2007 qui raconte les aventures de la vie réelle de Christopher McCandless, un jeune homme qui fait du stop à travers l'Amérique du début des années 80 - vers le nord de l'Alaska - dans le but de faire un avec la nature plutôt que d'obéir aux ordres de ses parents et d'aller à l'université et d'avoir un emploi comme tout le monde. McCandless a été superbement joué par Emile Hirsch, tandis que Kristen a été casté à l'opposé comme l'adolescente qui développe un béguin pour le jeune rêveur. "Ces bons rôles sont un témoignage des scripts que j'ai reçu. Vous devriez être une brique ou un bout de bois pour ne pas pouvoir vous engager avec si peu de matière."

Comme elle parle, il est clair ce n'est pas seulement une actrice médiatique-drôlement-calée pratiquant un certain iota d'auto-désapprobation pour le bien de notre interview. Kristen a, en fait, une vue saisissante fondée sur son travail, et sur la comédie en général, qui peut-être révélateur de la facilité dont elle trouve la vrai idée pour devenir quelqu'un qu'elle n'est pas. "Je ne veux pas discréditer l'individualité des gens, mais je pense que les gens sont à peu près les mêmes. Les gens sont très semblables. Si vous avez une imagination assez bonne alors vous pouvez sentir des choses que vous n'avez personnellement jamais faite auparavant. C'est la comédie."

Une telle vue de son choix professionnel de forme d'art (non pas que Kristen appellerait un jour la comédie une "forme d'art", on s'en doute), reflète sa vision plutôt sombre de son métier lorsque qu'on est juste débutant. Âgé de seulement 13 ans, elle dit à un magazine qu'elle pensait que la comédie était "vivre un mensonge". "Je pense que quand j'étais plus jeune, j'essayais très durement de sembler sans prétention. À cet âge, j'étais si amèrement consciente, et si désespéré de ne pas avoir une douche froide. Je ne me sens pas du tout comme ça maintenant. Je pense que c'était quelque chose que j'ai entendu dire par mes parents."

Les parents de Kristen travaillent dans l'industrie du film, en tant que membres de l'équipe, cols bleus libéraux, derrière la caméra. "Mes parents m'ont toujours donné l'enfer pour me montrer la facilité avec laquelle je l'ai," Kristen avoue. "Mon père disait des trucs comme: 'Oh, va juste t'asseoir dans ta caravane, pratique tes lignes, et va mentir pour vivre.' C'était quelque chose que j'ai dit comme un enfant. Ne vous inquiétez pas, j'ai une vision beaucoup plus prétentieuse de la comédie de nos jours."

Pour être parfaitement honnête, j'aurais pu être tout à fait heureux de navigué à travers la vie sans jamais avoir à endurer une seule minute le phénomène Twilight. Les morts-vivants ne le font pas pour moi, tu vois. Comme cela est arrivé, je suis entouré d'eux, certains d'entre eux peut-être plus à contrecœur que les autres, mais ils n'étaient pas faits pour moi autant que pour ma nièce. Si j'avais une nièce de 14 ans accro à l'abstinence porno. Comme Kristen l'admet, "Twilight est une herbe à chat pour ces jeunes filles innocentes." Parler à Kristen des prochaines étapes de sa carrière, cependant, et elle semble plus heureuse de tourner la page.

L'adaptation de Jack Kerouac de Sur la route est prévu pour janvier de l'année prochaine et Kristen a été casté comme la belle à la "conversation tranchante" Marylou. Bien évidemment c'est un tout autre rythme littéraire que Twilight de Meyer, encore une fois c'est un livre avec une base de fan importante. Sans parler du fait que c'est une des œuvres les plus séminal de la littérature américaine moderne. Pas de pression, alors.

"C'est une affaire très importante pour moi", explique t-elle. "Bien sûr, tous les acteurs ont pris la responsabilité d'apporter un travail visuel incroyablement sérieux. Mais nous connaissions notre boulot; Walter [Salles, réalisateur du film] l'a exigé. Nous avons eu une période de quatre semaines de répétition où nous avions un genre de camp d'entraînement beatniks - ça sembler un peu ringard, mais c'était génial. Nous dansions et écoutions de la musique et nous avons regarder Shadows un tas de fois. Des biographes de Kerouac sont venus et nous ont parlés dans des entretiens, et la fille de Marylou - ou plutôt la fille de Luanne Henderson [sur qui Marylou est basée] - est venu passer du temps avec nous tous et nous a donné ses aperçus géniaux." Kristen était déjà une fan du livre? "C'était mon premier livre préféré."

Kristen a décidé de quitter l'école au début de son adolescence et de passer à l'enseignement à domicile, en partie parce qu'elle était absente à cause des tournages et en partie parce qu'elle ne sentait pas que le système scolaire la soutenait. "L'école est devenue véritablement inconfortable," explique t-elle. "J'ai pris moi-même conscience qu'être avec mes camarades, mais aussi mes professeurs est devenu un problème. Ils n'avaient pas envie de faire du travail supplémentaire ou de mettre des colis ensemble pour que je puisse suivre pendant mon absence. Ils m'ont laissé tomber. Mes professeurs m'ont laissés tomber. Pas un, mais chacun d'eux. J'ai toujours un peu honte, en quelque sorte, de ce que je fais. Je suis un peu gêné car j'avais de telles sérieuses ambitions quand j'étais plus jeune, je n'ai jamais imaginé que je pourrais avoir une raison de ne pas aller à l'école. Toutefois c'est ce qui s'est passé."

Ça pour Kristen, actuellement, veut dire se balader à cheval dans la campagne anglaise brandissant une épée énorme dans le visage de Charlize Theron. Charlize Theron est la Reine du mal pour la Blanche-Neige de Kristen, dans une interprétation gothique de l'histoire célèbre qui a été retravaillé pour le grand écran. Kristen a eu à prendre forme et à se mettre en forme pour sa partie, quelque chose qu'elle n'a jamais eu le désir ou l'impulsion de faire. "Je n'ai jamais travaillé ça avant. Maintenant, j'ai seulement le droit de manger des choses en boîte. Ça fonctionne. Aussi, je me sens plus énergique et plus forte. Il m'a fallu longtemps pour réaliser que j'étais une fille comme une adolescente. Je ne l'aurais jamais vraiment cru à ce point. Je ressemblais à un garçon pendant une longue période. Maintenant, enfin, je me sens comme une femme."

Blanche-Neige et le Chasseur est en tournage dans et autour de Gloucestershire, bien que Kristen passe beaucoup de temps dans une location à Notting Hill, à Londres. La veille, tandis que sur le tournage de GQ, elle avait expliqué qu'elle avait hâte de voir plus du Royaume-Uni, comme "mon petit-ami est anglais", quand je soulève cette question à nouveau le sang s'écoule dans ses bottes. "Je n'aurais jamais dit cela si j'avais su que vous alliez m'interviewer."

Honnêtement, je ne m'étais pas attendu à une réaction si défensive, mais il est clair qu'elle estime que sa vie privée est violée, Kristen est rapide pour se transformer en "Maman Tigre". Toute la question, si vous ne le savez pas déjà, est de savoir si oui ou non elle sort avec sa co-star de Twilight, Robert Pattinson, dont le sujet a vu plus de spéculation que l'origine du certificat de naissance de Barack Obama.

Je lui dis que j'étais surpris de cette question car la peuve est déjà là sur le web - les photos, les instants volés, les escapades de Noël... "Ouais, je sais qu'elle y est", admet-elle. "Tant de ma vie est si facilement googlé. Je veux dire, c'est comme si, allez les gars, c'est tellement évident!" Son humeur tendu, peut-être trop consciente de combien elle en a déjà dit. "Mais ce sujet, je ne pense pas que vous réalisez à quel point c'est une une grosse affaire pour les gens. Eh bien, si c'est une grosse affaire. Ils seront comme 'Oh. Mon. Dieu' il y aura aussi à 50/50 des avis divisés. Certaines personnes seront encore, 'Vous voyez, je vous dis qu'ils ne sont pas ensemble."

Kristen est très consciente de toutes les mauvaises langues. Beaucoup plus que je ne le suis, il semble. Elle connaît les noms: "Robstens" (ceux qui pensent que K-Stew et R-Patz sont ensemble), le "Nonstens" (les fans qui pensent qu'ils ne sont pas ensemble) et le "Fuckstens" (ceux qui disent qu'ils ne donnent pas un signe de toute façon - mais en réalité vraiment). Je lui demande si pour elle c'est une grosse affaire? Ces fans dérangés? Pour elle et Rob? Est-ce que cela l'inquiete?

"Je m'inquiète pas de tout cela. C'est juste un de ces trucs. Je suis égoïste. Je suis comme: 'C'est le mien!'. Et j'aime garder ce qui est mien de cette façon. C'est un petit jeu amusant à jouer et c'est un terrain glissant. Je me dis toujours que je ne vais jamais rien donner de suite parce qu'il n'y a jamais de point ou d'avantage pour moi."

Je dis que peut-être qu'après que le dernier volet de Twilight soit sorti cela deviendra un peu plus facile. "Ouais, peut-être. Je veux dire, tout de suite ce n'est vraiment pas un cauchemar, c'est juste un de ces trucs. Je vous garantis que chaque fois que je me marie ou ai un bébé, chacun va vouloir connaître le nom de mon enfant et je ne vais pas le dire pendant une éternité. C'est juste la façon dont je veux le faire. Il sortira mais il ne sera pas venu de moi. Ils vont être vraiment très énervés que je ne le dise pas et je vais juste dire, ' Non!'. J'ai aussi ce désir de laisser échapper des choses, mais j'ai appris que je ne peux pas le faire. Pas quand vous vous rendez compte que le monde entier écoute. C'est pourquoi peut-être je semble si inconfortable dans les interviews à certains moments. Je veux dire, nous avons parlés de cacher des choses et j'ai dû en devenir beaucoup plus expert, malheureusement. Mais je suis heureuse de ne pas être une de ces actrices qui est prête à s'ouvrir à tous."

Y at-il des conseils qu'elle aimerait avoir si elle pouvait revenir en arrière, avant que Twilight fasse d'elle une superstar mondiale? "Vraiment ne vous inquiétez pas à propos de n'importe quoi autant. Ne vous culpabilisez pas au sujet de ces grandes scènes qui ne vous appartiennent pas, les choses vont être de la façon dont elles vont être. Et faire une interview entière, parler au monde... Ce n'était pas des choses pour moi au début. Faire cela..." Elle sourit et pointe d'un doigt accusateur. Elle fait seulement une demi-blague. "Vous dîtes des choses tous les jours qui vont être à jamais, elles sont les choses dans votre vie qui importent le plus, vous êtes pris au dépourvu, vous réagissez bizarrement, et vous sentez que les gens vous détestent. Quelquefois les gens vous détestent vraiment."

Vraiment? Vous avez senti que les journalistes vous détestez? "La première fois des personnes ont été définitivement agressif avec moi. Je sais que c'était une réponse à mon énergie, je pouvais sentir leur pensée, 'Viens, qu'est-ce qui ne va pas avec vous - joue le jeu.' Mais je ne savais pas comment et je ne savais pas que je devais, ni si je le voulais. Mais je n'étais pas rebelle, je n'étais juste pas préparée. Et je pense que les gens ont répondu à cela de façon négative. J'étais juste jeune et prise au dépourvu. Ça a mit les gens tellement en colère. Ils pensent que vous êtes une escroquerie." Elle dit simplement qu'elle était jeune comme une excuse: être ensemble ou sortir du business. "J'ai eu des gens qui me l'ont dit. Que diriez-vous, euh, je suis un acteur et je n'ai vraiment rien à foutre de ce que vous pensez? Que diriez-vous de cela?"

Elle rit, allume une Parliament Light (cigarette) et expire, en semblant plus calme, contenu et moins caché que ce qu'elle avait fait toute l'après-midi. Comment elle sent? "Je suis une femme de 21 ans prenant une bière avec GQ. J'y suis arrivée."

Yes Kristen, and we're really proud of you!