Monday, April 16, 2012

FilmInk Magazine (May 2012) + New Behind the scenes picture

FilmInk Magazine (Mai 2012) + Nouvelle photo Behind the scenes

image host image host image host image host image host


The take is over, and while the crew re-lights the scene, Stewart bounds over for a chat, looking like the true warrior in her chainmail and breastplate. “I was trying to think the other day what films have women in armour,” she muses. Joan of Arc? “Yeah that, and, I guess, Elizabeth, and that’s it.” With the chance to show her mettle, it is little wonder that Stewart jumped at the chance to play such a radical reinvention of the heroine, even if early gossip suggested that she wasn’t interested in taking on the role in the wake of just having finished the Twilight franchise. “That was perpetuated by the idea that I didn’t see myself playing Disney’s Snow White, in the cartoon,” she notes. “But we have stayed so true to who she is, classically, if you read the fairytale. We’re doing a really true rendition of who she is.” Which is? “She’s a character that does truly lack vanity…not to say that everyone is stuck up, but a certain point, you are aware of yourself, and she simply doesn’t have that, which is cool. She’s kind of stunted. She’s a very odd little combination of personality traits. She’s kind of a freak!”

Stewart also liked the duality that her Snow White was given. “It’s cool to play a character that is able to step outside of herself and consider others in an almost supernatural way, but at the same time, knows that she’s human and has those struggles and still fights for herself. She’s just the essential leader. Our Snow White is the definition of what makes a hero…so many of our heroes are assholes. They find pleasure in hurting people. She doesn’t. Yet, she can seriously take care of business.”

With Stewart noting that the film is not taking the story and turning it on its head, Snow White and the Huntsman does follow the original Brother’s Grimm tale closely – for a while, at least – as The Huntsman (Thor star, Chris Hemsworth) is instructed by the Queen to take Snow White into the forest and kill her. The twist comes when he switches allegiances and becomes her protector, even tutoring her in combat and sword-play. Together, they then join forces to bring down the evil Queen. “He’s a comforting presence,” Stewart admits of Hemsworth. “I know his type.”

Stewart was one of several key cast members impressed by this. [regarding the 3 and a half minute trailer, as presented at ComicCon] “That was the first thing that drove me to do the project.” she says. “The story was amazing, but it’s about beauty, so unless it’s beautiful, it’s just not going to make an impact.” Stewart credits Sanders’ desire to collaborate too. “Something that actors always talk about is, ‘Oh, it’s been such a collaboration…we really are a family’, but me and him really are on the same page. We’re a team, and that’s rare…really rare.”

Likewise, there will be blood. “We’re not shying away from the parts that are gruesome, because it makes the parts that are beautiful that much more beautiful,” says Stewart. Beauty, of course, is a key theme in Snow White, revolving around the Queen’s obsession with her own image and being “the fairest of them all”. “It doesn’t mean beautiful, it means fair,” corrects Stewart. “It’s what’s pumping through her veins, rather then what you look like. I don’t know if the Queen is aware of that, at least until the end, and she realises ‘Oh, fair is not necessarily what I thought it was.’”

According to Kristen Stewart, Charlize Theron was doing exactly the same thing. “She is not afraid to take a hit,” says the young actress of her Oscar winning co-star. “She keeps telling me to hit her harder. We’re fairly similar in that we do shut off when the cameras start rolling. Not to totally blow her cover, but we both go into a zone, and it gets fairly dangerous.”

Despite, the undeniable presence and charisma of Chris Hemsworth, this is ultimately what makes Snow White & The Huntsman such a stand-alone: it’s the rarest of Hollywood action movies in that it is led by two strong female protagonists. “It is fairly common to have your story as a woman, even if you’re the protagonist, facilitated by all of the male characters,” says Kristen Stewart, “It’s so rare to have a female lead character being so proactive. She pushers her own story forward, rather then being affected by all of the outside elements. Hopefully we do that, I’m really proud to be a part of something like that. It’s always food for women to feel empowered.”
La prise est finie, et pendant que l'équipe éclaire la scène, Stewart vient nous voir pour parler, elle ressemble à une vraie guerrière dans sa cotte de maille et son plastron. "L'autre jour, je me demandais dans quels autres films les filles avaient une armure," songea t-elle. Jeanne d'Arc? "Oui, elle et Elizabeth, c'est tout je pense." Avec la chance de montrer son courage, ça ne m'étonne pas que Stewart ait sauté sur l'occasion de jouer une réinvention de cette héroïne, même si des rumeurs ont suggérés qu'elle ne voulait pas accepter des rôles à l'opposé de celui de Twilight pour changer de registre. "Tout ça a été crée car je ne me voyais pas dans le rôle de la Blanche-Neige de Disney, dans le dessin animé," nous a t-elle fait remarquer. "Mais nous étions obligés de lui rester fidèle, comme dans le conte de fée. Nous faisons vraiment une nouvelle version d'elle." Qui est? "C'est un personnage qui n'a pas d'orgueil... je ne dis pas que tout le monde en a, mais à un moment, tu es au courant de ce que tu es, et elle n'en a simplement pas, ce qui est cool. Elle est un peu frêle. C'est une combinaison de plusieurs traits de personnalité. Elle est un peu bizarre!"

Stewart a aussi aimé la duplicité qu'a sa Blanche-Neige. "C'est cool de jouer un personnage qui est capable de complètement se mettre de côté pour s'occuper des autres, d'une manière presque surnaturelle, mais en même temps, on sait qu'elle est humaine et qu'elle a tous ces doutes mais qu'elle continue quand même de se battre. C'est la principale meneuse. Notre Blanche-Neige est la définition d'un héros... tellement de nos héros sont des cons. Ils aiment blesser les personnes. Elle pas. Pour l'instant, elle peut facilement être à la tête du business."

Avec Stewart faisant remarquer que le film ne raconte pas le conte à sa sauce, Blanche-Neige et le Chasseur suit vraiment le conte des frères Grimm presque à la lettre - pendant un moment, tout du moins - quand le chasseur se voit obligé de pourchasser Blanche-Neige et de la tuer sous les ordres de la Reine. Le changement arrive quand il décide d'aider Blanche-Neige et devient son protecteur, lui donnant même des cours d'épée et de combats. Ensemble, ils rassemblent des forces pour détruire la Reine. "Sa présence est rassurante," admet Stewart. "Je connais son genre."

Stewart était une des nombreuses personnes impressionnées par ça. [faisant référence à l'extrait de 3 minutes montré à la Comic-Con] "C'est la première chose qui m'a attiré dans ce projet," dit-elle. "L'histoire est géniale, mais c'est sur la beauté, donc à moins que ça ne parle de beauté, ça ne va pas aller loin." Stewart parle aussi du fait que Sanders voulait collaborer. "Les acteurs parlent toujours du fait que le casting est une famille, et nous sommes vraiment sur la même longueur d'onde avec Rupert. Nous formons une équipe, et c'est vraiment... vraiment rare."

De plus, il y aura du sang. "Nous ne sommes pas timides concernant les moments où c'est horrible, parce que c'est ce qui les rend beaux, vraiment plus beaux," dit Stewart. La beauté, bien sûr, est le thème clé dans Blanche-Neige, tournant autour de l'obsession de la Reine d'être "la plus belle de toutes". "Ça ne veut pas dire belle, ça veut dire juste," corrige Stewart. "C'est ce qui coule dans ses veines, pas ce à quoi elle ressemble. Je ne sais pas si la Reine est au courant de ça, tout du moins avant la fin, et elle réalise 'Oh, belle n'est pas forcément ce à quoi je pensais.'"

Selon Kristen Stewart, Charlize Theron faisait exactement la même chose. "Elle n'a pas peur de prendre un coup," a dit la jeune actrice. "Elle me dit sans cesse de frapper plus fort. Nous nous ressemblons pour ça, nous nous 'éteignons' quand la caméra tourne. Ce n'est pas pour la démasquer, mais nous entrons toutes les deux dans une zone, et ça devient vraiment dangereux."

En dehors de la présence du charismatique Chris Hemsworth, Blance-Neige est vraiment toute seule: c'est un des rares films d'action d'Hollywood qui est dirigé par deux femmes fortes. "C'est vraiment commun d'avoir une femme dans le rôle principale, même si c'est la protagoniste, ce qui est facilité par la présence d'hommes," dit Kristen Stewart. "C'est tellement rare d'avoir une femme en rôle principale qui est si active. Elle se pousse au maximum au lieu de se préoccuper des éléments extérieurs. Espérons que nous faisons ça bien, je suis vraiment fière de faire partie de ce projet. C'est toujours bon pour une femme de se sentir si puissante."


Source - @Mel452