Friday, May 25, 2012

Associated Press Interview + Article - Cannes - 2012


Interviewed on May 24, 2012 in Cannes.


En vostfr par nous-mêmes.


Kristen Stewart understands the lure of the open road. So do her “On The Road” co-stars, Garrett Hedlund and Sam Riley.

The three young actors play the central love triangle in Walter Salles’ adaptation of Jack Kerouac’s Beat Generation novel, an experience that has helped them appreciate why the book is considered a classic.

The tale of wannabe writer (and Kerouac surrogate) Sal Paradise and his friend Dean Moriarty crisscrossing the United States in search of freedom and the elusive “it” was published in 1957. But Stewart said the way it captures the heady feeling of young adulthood is timeless.

“You’re so filled with something that is hard to identify at this age,” said the “Twilight” star, who plays Dean’s teenage bride Marylou, a free spirit torn between the lure of adventure and desire for a more settled life.

“You’re just bursting, and (the characters) value that so much,” said Stewart, who is just 22 herself. "They don’t ignore it. That celebration of youth and exploration is just something that you envy."

“I read it right at the point when I was about to get my (driver’s) license, and I thought, wow, I want to meet people who push me the way people push each other. I wanted to be more like them.”

Minnesota-born Hedlund (“Troy,” ”Tron: Legacy”) plays the carnal, vital Moriarty, a character modeled on Kerouac’s friend Neal Cassady. He said some things have changed since Kerouac wrote his freewheeling, impressionistic story.

“Back then a car was 100 bucks and all you had to choose between was a radio and a heater, and things seemed a little freer,” said the 27-year-old actor. “The roads seemed more open than they are today, but a young person’s ambitions are still the same. Everybody between the ages of 17 and 21 or 22 still feels that they can achieve anything they want in life if they are ambitious enough.”

“On the Road,” which premiered this week at the Cannes Film Festival, has been a long time coming. Kerouac, who died in 1969, hoped to see his book filmed, and actors linked to an adaptation over the decades range from Marlon Brando to Brad Pitt.

Brazilian director Salles, who made the Che Guevara road movie “The Motorcycle Diaries,” has been involved since 2004, spending years interviewing surviving Beat Generation figures for an unreleased documentary on the book.

He finally got the go-ahead, with Francis Ford Coppola’s son Roman Coppola producing, to shoot a film whose fourth main character is the American landscape – though Salles had to travel far and wide to recreate the 1940s U.S. setting. The movie was shot in Canada, Chile and Mexico as well as the United States.

The film opened in France this week and is due for a fall release in the U.S.

The actors felt the weight of expectation from the book’s millions of fans, but say it helped them form a bond – albeit one less erotically entangled than that of their characters.

“We were the only people there who really know and understand what it feels like to be gifted, or burdened, with the responsibility of playing these characters,” said Riley, whose breakthrough role was as Joy Division singer Ian Curtis in “Control.” "So we really did have that sort of feeling that we’re separate from the others."

“Garrett and I particularly spent six months in one another’s pockets,” said the 32-year-old British actor. “I have friends where I don’t know if I could spend that much time with them. And for a Yorkshireman and a lad from Minnesota – two young actors who both have their own ambitions – it could have been an absolute disaster, a clash of egos. But Garrett was always there for me to lean on, and vice versa.”

Salles had firm ideas about the actors he wanted for the film. The cast includes Kirsten Dunst, “Mad Men’s Elisabeth Moss, Amy Adams, Tom Sturridge and Viggo Mortensen as characters inspired by real-life Beat generation figures.

“I felt like it was cheating or something, that we had the best cast, in my mind, that’s ever been assembled,” Hedlund said. “Maybe there was something about each and every one of us that was similar to him in a way, to (explain) why we got along the way he did. There was no rotten egg within the bunch, and that’s so rare.”

The director said he was determined to cast Stewart even before “Twilight” made her a star, after he heard raves about her performance in the Sean Penn’s 2007 Alaskan drama “Into The Wild.”

“I remember writing down the name,” Salles said, “so I wouldn’t forget it.”
Kristen Stewart comprend l'attrait de la grande route. Comme ses co stars de Sur la Route, Garrett Hedlund et Sam Riley.

Les trois jeunes acteurs jouent le triangle amoureux centrale de l'adaptation au cinéma du roman Beat Generation de Kerouac de Walter Salles, une expérience qui leur a appris à apprécier pourquoi le livre est considéré comme un grand classique.

L'histoire de l'écrivain en devenir (et alter ego de Kerouac) Sal Paradise et de son ami Dean Moriarty traversant les États-Unis à la recherche de la liberté a été publié en 1957. Mais Stewart affirme que les sentiments ressentis dans le livre sont intemporels.

« Vous êtes tellement empli de chose que c'est dur de les identifier à cet âge, » dit la star de Twilight, qui joue la jeune épouse de Dean, Marylou, un esprit libre déchiré entre l'attrait de l'aventure et le désir d'une vie plus commune.

« Vous êtes déchiré et les personnages lui donnent tellement de valeur, » dit Kristen, à seulement 22 ans. « Ils ne l'ignorent pas. Cette célébration de la jeunesse et de l'exploration est juste quelque chose que vous enviez. »

« Je l'ai lu quand j'allais passer mon permis, et je pensais, wow, je veux rencontrer des gens qui me poussent comme ils le font. Je veux être comme eux. »

Hedlund, natif du Minnesota (“Troy,” ”Tron: Legacy”) joue le très vivant Moriarty, un personnage personnifiant l'ami de Kerouac Neal Cassady. Il dit que les choses ont changé depuis que Kerouac a écrit son histoire volontaire et impressionniste.

« A cet époque, une voiture coutait 100$ et vous aviez à choisir entre la radio et le chauffage et les choses semblaient plus libres, » dit l'acteur de 27 ans. « Les routes paraissaient plus libres qu'aujourd'hui, mais les ambitions des jeunes sont les mêmes. Tous les jeunes entre 17 et 21-22 ans pensent qu'ils peuvent arriver à ce qu'ils veulent si ils sont assez ambitieux. »

« Sur la Route », dont la première a eu lieu cette semaine au Festival de Cannes, a fait pendant longtemps espérer à Kerouac, mort en 1969, de voir son livre adapté au cinéma, et acteurs liés à une adaptation sur toute la gamme des décennies de Marlon Brando à Brad Pitt.

Le réalisateur brésilien Salles, qui a réalisé le film sur Che Guevara « The Motorcycle Diaries, » a passé des mois depuis 2004 à interviewer les survivants de la beat generation pour se faire un dossier complet sur le livre.

Il a finalement obtenu le feu vert, avec le fils de Francis Ford Coppola, Roman Coppola à la production, pour tourner un film où les quatre personnages principaux représentent le paysage américain – bien que Salles du voyager beaucoup pour recréer les USA des années 40. Le film a été tourné au Canda, au Chili et au Mexique ainsi qu'aux USA.

Le film est sorti en France cette semaine et est prévu aux USA pour cet automne.

Les acteurs sentent le poids des attentes des millions de fans du livre, mais ça les aide à créer un lien - bien qu'un peu moins érotiquement empêtré que celui de leurs personnages.

« Nous étions les seules personnes ici qui comprennent et savent ce que c'est d'être doué et chargé de responsabilité pour jouer ces personnages, » dit Riley dont le rôle significatif fut celui du chanteur de Joy Division, Ian Curtis dans « Control ». « Donc on a vraiment ce sentiment d'être à part. »

« Garrett et moi en particulier avons passé 6 mois dans les vêtements d'autres personnes, » dit l'acteur anglais de 32 ans. « J'ai des amis avec qui je ne sais pas si je pourrai passer autant de temps avec eux. Et pour un gars du Yorkshire et une gaillard du Minnesota – deux jeunes acteurs avec leurs propres ambitieux – ça aurait pu tourner au désastre, une bagarre d'ego. Mais Garrett était toujours là pour moi pour me soutenir et vice versa. »

Salles avait des idées claires sur les acteurs qu'il voulait pour son film. Le casting inclut Kirsten Dunst, Elizabeth Moss, Amy Adams, Tom Sturridge et Viggo Mortensen pour les personnages inspiré des vraies figures de la beat generation.

« J'avais l'impression de tricher ou autres, que nous avions le meilleur casting possible, pour moi, qui avait été réuni, » dit Hedlund. « Peut être qu'il y avait quelque chose à propos de chacun d'entre nous qui lui plaisait d'une certaine façon pour expliquer pourquoi il nous a choisi. Il n'y a personne que ne mérite pas d'être là et c'est tellement rare. »

Le réalisateur qu'il était déterminé à engager Kristen Stewart avant même que Twilight ait fait d'elle une star, après avoir entendu parler d'elle et de sa performance dans le drame de Sean Penn, Into the Wild en 2007.

« Je me souviens avoir écrit son nom, » dit Salles, « comme ça je ne l'oublierais pas. »



Source - Via