Monday, May 21, 2012

Author Gerald Nicosia talks about On the Road and the Cast + New pics from the Boot Camp

Gerald Nicosia parle de Sur la Route et son casting + de nouvelles photos du Boot Camp.

image host image host
image host
Kristen, Sam Riley, Garrett Hedlund and Walter Salles.


The Daily Beat: One of the pictures you shared – the one taken by Lu Anne Henderson’s (Marylou in On The Road) daughter, Anne Marie Santos – shows you on the set of the movie. How much time did you spend on the movie set, and what was your role?

Gerald Nicosia: Well I was at Beat Boot Camp, the first drill instructor, in a big loft in Montreal, in July 2010, but that was before shooting started. I was working intensively with the actors Kristen Stewart, Garrett Hedlund, and Sam Riley, as well as talking with Walter and answering questions from various members of the crew, such as the cinematographer Eric Gautier—one of the sweetest men I ever met—and the wardrobe guy, Danny Glicker, who was also very sweet and carried his little dog (it might have been a Pomeranian) with him everywhere. That was three days and nights of solid work. Then I was on the set for a day in December in San Francisco, just before they wrapped the shoot. But I talked with Walter several times on the phone in between, exchanged emails with him, and gave him several pages of detailed notes on the script.

The Daily Beat: Tell us about your working relationship with Salles and with the actors.

Gerald Nicosia: Well, it was playing tapes, showing photos, answering questions, and just rapping with them. Some of the best stuff took place in the bar of the St.-Sulpice Hotel in Montreal, where we were all staying. Everybody let down, and I really got to know Kristen, Sam, and Garrett—or at least got to know little pieces of them. I liked them all very much—thought they were all very real people, with very real connections to Kerouac and ON THE ROAD. Sam and Garrett drank pretty heavily, and they all smoked heavily—it might have been Gauloises. I was a little bit of a Dutch uncle with them, telling the “kids” they better take care of themselves, and of course they disregarded me and thought I was talking nonsense about adverse health effects many years down the line. Old age versus youth. But seriously, they all had serious stuff in their heads. Kristen was concerned about the plight of veterans—the current crop from Iraq and Afghanistan—and wants to play a disabled female vet. We talked about my book HOME TO WAR. Sam talked about how hard it was to transition from being a good-time music man in a rock band to having to be a heavy-duty lead actor, all because he auditioned for the role of Ian Curtis in CONTROL. Garrett made clear that he was still breaking away from that Minnesota farm he’d grown up on.

The Daily Beat: Can you tell us how accurately the script and the actors interpreted Kerouac, Cassady, and Marylou?

Gerald Nicosia: I don’t know—I haven’t seen the film yet, but they really wanted to do a good job. In fact, they were worrying too much about getting their parts with complete accuracy. I told them to lighten up, to take some of that pressure off, and just to try to convey the hearts, the open-heartedness, of those characters, to a public who didn’t really know them—and that would be enough.
The Daily Beat: Une des photos que vous avez partagé – celle prise par la fille de Lu Anne Henderson (Marylou dans Sur La Route), Anne Marie Santos – vous montre sur le plateau du film. Combien de temps avez vous passé sur le tournage et quel était votre rôle ?

Gerald Nicosia: Et bien j'étais aux répétitions dans un grand loft à Montréal en juillet 2010, Mais c'était avant que le tournage commence. J'ai beaucoup travaillé avec les acteurs, Kristen Stewart, Garrett Hedlund et Sam Riley, Et aussi avec Walter en plus de répondre aux questions des différents membres de l'équipe, comme le cinématographe Eric Gautier – un des hommes les plus adorables que j'ai jamais connu – et le costumier, Danny Glicker, qui est aussi adorable et qui traine son petit chien (je crois que c'est un Pomeranien) avec lui partout. C'était 3 jours et nuits de travail intense. Puis j'ai été sur le tournage, une journée en décembre à Ssan Francisco, just avant qu'il termine le tournage. Mais j'ai parlé plusieurs fois à Walter au téléphone, échangé des mails avec lui et lui ai donné plusieurs pages de détails sur le script.

The Daily Beat: Parlez nous de vos relations de travail avec Salles et les acteurs.

Gerald Nicosia: Et bien ça consistait essentiellement à regarder des vidéos, montrer des photos, répondre à des questions. La plupart des meilleurs trucs se sont passé au bar de l'hôtel St Sulpice à Montréal où tout le monde restait. Tout le monde laissait tomber les barrières et j'ai pu vraiment connaître Kristen, Sam et Garrett – ou au moins une petite partie d'eux. Je les aime tous -penser que c'était de vraies personnes avec de vraies connexions avec Kerouac et Sur La Route. Sam & Garrett ont pas mal bu et ont beaucoup fumé – je crois que c'était des Gauloises. J'étais un peu un oncle sympa pour eux, leur disant que les jeunes devraient faire plus attention à eux et bien sûr ils n'ont pas tenu compte de moi et ont pensé que je parlais de bêtises sur les effets défavorables sur la santé, etc. Les vieux VS les jeunes. Mais plus sérieusement, ils ont tous la tête bien sur les épaules. Kristen était très intéressé par la situation critique des vétérans – la situation actuelle d'Irak et d'Afghanistan – et voulait joué une femme handicapée par la vie. On a parlé de mon livre Home To War. Sam parlait de comment il était dur de faire la transition entre un musicien dans un groupe de rock et être un acteur au lourd devoir de leader, tout ça parce qu'il avait auditionné pour le rôle de Ian Curtis dans Control. Garrett a fait comprendre qu'il essayait d'en finir avec cette ferme dans le Minnesota où il a grandi.

The Daily Beat: Pouvez vous nous dire comment le script et les acteurs ont interprétés Kerouac, Cassady et Marylou ?

Gerald Nicosia: Je ne sais pas – je n'ai pas encore vu le film mais ils voulaient vraiment faire bien. En fait ils étaient plus inquiets à propos de faire de leur personnage une interprétation très réelle et conforme au texte. Je leur ai dit de se détendre, de se relaxer et juste d'essayer de transmettre le cœur et la personnalité de ces personnages à un public qui ne les connaît pas vraiment – et que ce serait assez.


Big thanks to The Daily Beat.