Saturday, February 15, 2014

Old outtake from ELLE France (2012) now in LQ/cropped

Ancienne photo du photoshoot pour ELLE France (2012) désormais en LQ/cadré

Photographed at Topanga Canyon, Cali by Matt Jones
Photographiée au canyon Topanga, Californie par Matt Jones

LQ
image host

MQ
image host image host image host image host image host image host image host image host

image host image host image host image host image host image host

MQ tagged - MQ taguées
image host

(May 18, 2012 issue - Numéro du 18 mai 2012)
Scans

image host image host image host image host image host image host image host

Interview

The Twilight heroine didn’t let people suck the blood out of her. Kristen Stewart is “On The Road” to glory, the new screen adaptation of the masterpiece by Kerouac that will be presented at Cannes. We me her.

KRISTEN STEWART CHANGED. Since she appeared to the (very) huge public, in 2008, as unsuspicious Bella Swan in the first movie from the “Twilight Saga” series. One, like the other, went a long way. The character discovered the joys of sex (We had to wait for the 4th movie, we imagine it was faster for Kristen), She lived fully her love for a vampire (Stewart can no longer deny her real life relationship with Robert Pattinson, her better half on screen), & went through loneliness & wickedness. As for the actress herself, she had her transition to adulthood under the spotlight. She was 18 during the first movie. Now, she’s 22, still appears to be a teenager, and kept in her voice that tone of cool distrust that clashes within a Hollwood densely populated by robotic pin-ups, and today, she has that look in her eyes, of someone that is determined, self-willed. But we see something surprising as well, someone sexy. During our photoshoot in the mountains of Topanga Canyon overlooking the beaches of Malibu, the actress is a ease & strikes a pose with that detached & wild look that is her trademark. A break, while we wait for the sun to set, & we we settle down with a few cigarettes to talk about the movie that promises to be a turning point in her career. She knows it and she talks about it with passion; “One The Road” is the role of her – young – life. “When Walter Salles chose me to play Marylou,” she remembers, “I was 16. It was my favorite book, the role that I couldn’t pass up.” Brought up in Los Angeles by a father who is a TV Producer & mother who is a screen writer, Kristen Stewart “grew up on set”. “I was always roaming around, and I was dreaming for a job that would allow me to be part of the process. It led me to be an actress, totally by accient. It’s on the job while working with amazing directors that I learned to like it.” She is 11 when David Fincher lets her play Jodie Foster’s young daughter in “Panic Room”, she’s is 17 when Sean Penn gives her a small role in “Into The Wild”. She was an actress for so many years before she became a star, and the transition was not easy. “The first few times I was recognized in the street, it was a complete surprise,” she says. “It may sound naive, but until “Twilight,” the ‘celebrity aspect’ of the job had completely escaped me. I suddenly found myself facing this unhealthy interest that relates more to the “pop culture” than to movies; people come to ask you for a picture or an autograph because they saw you on the cover of a gossip magazing, but they have no idea what movies you were you were in. This is disturbing."

TODAY, SHE'S FOUND THE SOLUTION : “Accept the idéa that everyone is a little weird [...] Anyway, when things do not affect you, it’s as if they didn’t exist in the first place.” So, that’s it for the ‘Fame game’, actively ignored. For roles, however, it’s a different mechanism. The opposit in fact. To give life to her characters, Stewart asks nothing but to be completely carried away, she wants to be moved, overwhelmed. “To embody someone, you have to feel things for real, you have to be somebody else… It’s a mysterious process that takes time. I am often frustrated when the director yells “Cut!” before I’ve reached that moment where I feel inside of me that I succeeded in bringing the right emotion to life.”
When she talks about her job, her eyes light up, her voice gets deeper, she starts fluttering her hands around and hits her chest to mimic the intensity of an emotion. There is something sexual in her description of acting, this quest for the ultimate moment where you let go, which leaves her completely drained if she is interrupted before the paroxysm.

She’s delighted by the friendship she shares with her partners from “On The Road”, Garrett Hedlund (an irresistible Dean Moriarty) & Sam Riley (mind-boggling in the role of Sal Paradise, Kerouac’s alter ego). The fact that her relationship with her colleague Robert Pattinson went beyond the strict limits or work is no longer a mystery. But, lucid, Kristen has fun with the fact that she’s shared strong moments with someone on screen, without anything else happening outside the set. “We live this very intense moment & when we meet the next day it’s like.. ‘But, who are you by the way?’” The cinematic equivalent of a one night stand!
Desire, frustration, envy … Kristen Stewart has a carnal relationship to comedy, and we understand what Walter Salles saw in her before anyone else did: a brut sensuality that makes her perfect for Marylou, the only girl that boys tolerate by their sides in “On The Road”, a young, a free spirited woman, sassy, lost. Absolutely all along the movie, Stewart gets around a lot without false modesty, revealing in each shot, way more than a breast or a bit of ass. Besides, her most intense scene is played while she’s fully clothed; she’s dancing for several minutes with a bewitched Dean Moriarty, a frenzied & furiously sexual moment where they both end up being sweaty and disheveled. Torrid but never lewd, it’s a real performance.

BECOMING SOMEBODY ELSE, live fake experiences but feeling real things… “I wouldn’t be able to tell you what makes me want to act & pretend to be somebody else all the time,” she admits, “Wanting to tell stories to people, but I learn so much from movies I make… It changed my life. It’s a strange desire, a weird impulsion.” We knew her as upright & passionate, and we were more than the surprised to see the beautiful rebel tie the knot with Balenciaga, who recently made her their new muse. She says she became interested in fashion after “years of forced learning”: “I used to dress for red carpets by obligation, until I that day where I realized that it was a big chance.” So when Nicolas Ghesquière asked her to "join him", she jumped on that occasion. “I decided to ignore the superficial side of the fashion world. However, Nicolas is one of the coolest people I know. Hearing him talk about his work, be him, among people like him who like to make beautiful things, it’s incredibly stimulating for me.” Make a collaboration out of every professional experience, It’s Kristen Stewart’s creed, a wise, young woman who is struggling to extricate herself from the depths of misunderstanding that “Twilight” put her in.

After “On the Road”, she’ll be playing in another movie this summer, with “Snow White & The Huntsman”, a movie based on Grimm’s tale, with a big budget & magistral special effects. She portrays a feisty & pire princess. That will convince the last disgruntled people, who chose to see her as a fleeting starlet, that she’s here to stay/last, and begin her transformation before the release, in November, of her final chapter of Edward & Bella’s adventures, which will set her free for good, from the grip of this vampire movie. The metamorphosis has just begun.
L’héroïne de Twilight ne s'est pas laissé vampiriser. Kristen Stewart est “Sur la route” de la gloire, dans l'adaptation du chef-d'oeuvre de Kerouac présentée à Cannes. Rencontre.

KRISTEN STEWART A CHANGÉ. Depuis qu'elle est apparue au (très) grand public, en 2008, sous les traits de l'ingénue Bella Swan dans le premier volet de la saga “Twilight”, l'une comme l'autre ont fait du chemin. Le personnage a découvert les joies du sexe (il a fallu attendre l'épisode 4, on imagine que ça a été plus rapide pour Kristen), a vécu à fond son amour pour un vampire (Stewart ne peut plus nier sa romance à la ville avec Robert Pattinson, sa moitié à l'écran), et a fait l'expérience de la méchanceté et de la solitude... L'actrice, elle, a vécu son passage à l'âge adulte sous le feu des projecteurs. Elle avait 18 ans lors de l'opus 1. Elle en a aujourd'hui 22, a toujours l'air d'une ado, a gardé dans la voix ce ton de défiance cool qui détonne dans un Hollywood peuplé de pin-up robotisées, et a aujourd'hui dans le regard quelque chose de décidé, de volontaire, mais aussi, c'est plus surprenant, de sexy. Lors de notre séance photo dans les montagnes de Topanga Canyon qui surplombent les plages de Malibu, l'actrice est à l'aise et prend la pose avec cet air détaché et un peu farouche qui est sa marque de fabrique. Un break, en attendant que le soleil se couche, et on s'installe avec quelques cigarettes pour discuter du film qui promet de marquer un tournant dans sa carrière. Elle le sait et en parle avec passion : “Sur la route” est le rôle de sa - jeune - vie. "Quand Walter Salles m'a choisie pour incarner Marylou," se souvient-elle, "j'avais 16 ans. C'était mon livre préféré, le rôle que je n'aurais pas pu laisser passer.”
Élevée à Los Angeles par un père producteur de télévision et une mère scénariste, Kristen Stewart a “grandi sur un plateau”. “J'étais tout le temps dans les parages à rôder, et je rêvais d'avoir un travail qui me permettrait d'être intégrée au processus. Ça a été celui de comédienne, un peu par hasard. C'est sur le tas, en travaillant avec des réalisateurs géniaux, que j'ai appris à aimer ça.” Elle a 11 ans quand David Fincher lui fait jouer la fille de Jodie Foster dans “Panic Room”, elle en a 17 quand Sean Penn lui confie un petit rôle dans “Into the wild”. Le métier d'actrice précède donc de plusieurs années celui de star, et la transition n'a pas été facile. “Les premières fois où on m'a reconnue dans la rue, ça a été une surprise totale, poursuit-elle. Ça peut sembler naïf, mais, jusqu'à “Twilight”, l'aspect célébrité m'avait totalement échappé. Je me suis tout d'un coup retrouvée confrontée à cet intérêt malsain qui a plus trait à la 'pop culture' qu'au cinéma ; des gens viennent te demander une photo ou un autographe parce qu'ils t'ont vue dans un magazine people, mais ils n'ont aucune idée des films dans lesquels tu as joué. C'est perturbant.”

AUJOURD'HUI, ELLE A TROUVÉ LA SOLUTION : “Accepter l'idée que tout le monde est un peu bizarre. [...] De toute façon, quand les choses ne vous touchent pas, c'est comme si elles n'existaient pas.” Voilà donc, pour le “fame game”, activement ignoré. Pour les rôles, en revanche, c'est un mécanisme inverse qui se déclenche : pour donner vie à ses personnages, Stewart ne demande qu'à se laisser complètement emporter, toucher, bouleverser. “Pour incarner quelqu'un, il faut ressentir les choses pour de vrai, changer de peau... C'est un processus mystérieux qui prend du temps. Je suis souvent frustrée quand le réalisateur crie 'Coupez !' avant que j'aie atteint ce moment où je sens au fond de moi que j'ai réussi à faire naître la juste émotion.” Quand elle parle de son métier, son regard s'éveille, sa voix se fait plus profonde, ses mains papillonnent, tapent sa poitrine pour mimer l'intensité d'une émotion ressentie. Il y a quelque chose de sexuel dans sa description du jeu, cette quête du moment de lâcher prise ultime, qui la laisse sur le carreau si elle est interrompue avant le paroxysme.


Elle se réjouit de l'amitié qui l'unit à ses partenaires de “Sur la route”, Garrett Hedlund (un irrésistible Dean Moriarty) et Sam Riley (époustouflant dans le rôle de Sal Paradise, l'alter ego de Kerouac). Que ses relations avec son collègue Robert Pattinson aient depuis un moment dépassé le strict cadre professionnel n'est plus un mystère. Mais, lucide, Kristen s'amuse d'avoir par le passé fait l'expérience de moments forts avec quelqu'un face caméra, sans que rien n'en subsiste hors plateau : “On vit cet instant très intense et quand on se croise le lendemain on se dit 'Mais t'es qui, au fait?'” L'équivalent cinématographique d'un coup d'un soit !
Du désir, de la frustration, de l'envie... Kristen Stewart a un rapport charnel à la comédie, et l'on comprend ce que Walter Salles a vu en elle avant tout le monde : une sensualité brute qui la rend parfaite en Marylou, la seule fille que les garçons tolèrent à leurs côtés dans “Sur la route”, une jeune femme libérée, délurée, perdue. Absolument juste tout au long du film, Stewart y bourlingue sans fausse pudeur, dévoilant à chaque plan bien plus qu'un sein ou un bout de fesse. Sa scène la plus intense se joue d'ailleurs tout habillée ; elle y danse pendant de longues minutes une partie endiablée et furieusement sexuelle avec un Dean Moriarty envoûté, et dont ils ressortent tous deux moites et échevelés. Torride mais jamais impudique, c'est une vraie performance.

DEVENIR QUELQU'UN D'AUTRE, vivre des expériences pour de faux mais les ressentir pour de vrai... “Je ne saurais pas dire ce qui me pousse à jouer à faire semblant tout le temps, admet-elle, à vouloir raconter des histoires aux gens, mais j'ai appris tellement des films que j'ai faits... Ça a changé ma vie. C'est un désir étrange, une impulsion bizarre.” On la savait intègre et passionnée, et on a été plutôt surpris de voir la belle rebelle se faire passer la corde au cou par Balenciaga, qui en a récemment fait sa nouvelle égérie. Elle dit avoir pris goût à la mode après “des années d'apprentissage forcé” : “Je m'habillais pour les tapis rouges par obligation, jusqu'au jour où j'ai réalisé que c'était une chance énorme.” Alors, quand Nicolas Ghesquière lui a proposé d'“en être”, elle a sauté sur l'occasion : “Le côté superficiel du milieu de la mode, j'ai décidé de l'ignorer. En revanche, Nicolas est une des personnes les plus cool que je connaisse. L'entendre parler de son travail, être avec lui, dans le sillage de gens comme lui qui aiment faire de belles choses, c'est incroyablement stimulant pour moi.” Faire de chaque expérience professionnelle une collaboration, de chaque rencontre un enrichissement, c'est le credo de Kristen Stewart, jeune femme sage qui s'évertue à se dépêtrer des abîmes de malentendus dans lesquels l'a plongée l'aventure “Twilight.”

Après “Sur la route”, elle sera à l'affiche, cet été, de “Blanche-Neige et le Chasseur”, relecture du conte de Grimm à la sauce gros budget avec effets spéciaux magistraux. Elle y campe une princesse bagarreuse et pure. De quoi convaincre les derniers esprits chagrins, qui ont voulu voir en elle une starlette de passage, qu'elle est là pour durer, et amorcer en beauté sa métamorphose, avant la sortie, en novembre, du tout dernier chapitre des aventures d'Edward et de Bella, qui la libérera pour de bon de l'emprise de ce film de vampires vampirisant. La mue ne fait que commencer.
Source: #1 #2 - Scans - Translation