Thursday, June 14, 2012

NEW outtake (non-scan) added - Kristen, Sam Riley & Garrett Hedlund on the cover of M Le magazine (May 19, 2012 issue)

Ajout d'une NOUVELLE photo (version photo) - Kristen, Sam Riley & Garrett Hedlund en couverture de M Le magazine (numéro du 19 mai 2012)

Kristen, Sam Riley & Garrett Hedlund ♥
Photographed by Steven Pan
Photographiés par Steven Pan

LQ/MQ
image host image host image host image host image host image host image host

Scans

image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host

Interview

Photos on the set in a slide show with French narration by Walter Salles.

THE LAST TIME we saw them all three, two boys and daughter were on the porch of a plantation. They got into the Hudson in 1947 and disappeared under the trees of the avenue. It was September 2010, New Orleans, filming on the road had already lasted three months. They still remained the same, to walk the Mexico to San Francisco, via Canada .

A year and a half later, Garrett Hedlund , Sam Riley and Kristen Stewart found themselves in the harsh light of Los Angeles . This is the first meeting of the trio for months, yet it seems that filming has finished . They escape from the studio, where they posed for photographer Steven Pan, to go smoke on the sidewalk. Their complicity physics is intact, the same as that bound them on the bench in the Hudson on American roads. Their way of speaking of movie is not that of the actors constantly rehashing the same language elements imposed by media coaches. In their stories, their thoughts, rather means the echoes of a shared experience that shaped them. Under the auspices of St. Jack Kerouac, edited by Walter Salles, they had another idea in the world of cinema .

May 23, they will be in Cannes for the world premiere of On the road , of Walter Salles , based on the novel by Jack Kerouac , the founding work of the Beat Generation . Brazilian director took over in 2004 of the inspired text of trips across the United States in the late 1940s, published in 1957. It took eight years to complete the film safely, without renouncing to anything, especially not to the three young actors whom he had chosen at the outset, although in the meantime one of them became a star.

For decades Hollywood wondered what faces might take Dean Moriarty, Sal Paradise and Marylou, the trio on the road , as Kerouac modeled from nature. Moriarty is Neal Cassady, the boy who had spent “a third of his youth in reform school, third in pool halls and third in public libraries”, as he likes to remind Walter Salles. Paradise is Kerouac himself, the immigrant Quebec, son of a laborer in Massachusetts. And Marylou is LuAnne Henderson , the girl who fled her family out of love for Cassady, and for freedom.

Six years ago, Walter Salles first chose Garrett Hedlund to play Neal. The actor was 20, he landed his Minnesota farm. A little later, at a dinner, the composer Gustavo Santaolalla has spoken to the director of a very young actress he had noticed in a film which he wrote the score, Into the Wild , Sean Penn. Kristen Stewart – “I remember to have noticed her name on a piece of paper ” says Walter Salles – has become Marylou. Finally, after the screening of Control in Cannes, in 2007, the English Sam Riley was asked to do a screen test with Hedlund. The chemistry between the two boys was so obvious that despite the size difference (Riley is tall and thin, Kerouac was short and stocky) and accent with his model, the British landed the role of Sal Paradise . Partly because they were not well known, the draft Walter Salles has been postponed several times, until early 2010.

AFTER YOU LEFT THE PLATEAU of On the Road , Kristen Stewart filming chained – after the “Twilight,” Snow White and the Huntsman . While the two boys remained a year with nothing to do. Sam Riley, who lives in Berlin, says that with Garrett Hedlund, they talked by Skype. “Have you found anything? Not? Me neither.” Finally, they both agreed supporting roles under the direction of renowned directors, Neil Jordan for Riley, the Coen brothers for Hedlund. After remaining so long in the skin of the characters in Kerouac, the return to this century was not easy.

Kristen Stewart had no choice, she must answer the call vampires. Between the time when, mad with joy, she accepted the role of Marylou and started shooting, she became Bella, the heroine of the series “Twilight,” the lover of the vampire played by Robert Pattinson , who is also his companion in the city. Miraculously, in January 2010, when Walter Salles has found, in the French producer MK2, funds and support that had been stolen elsewhere, the shooting schedule proved to be compatible with the timetable of the young actress. What was the least a priori, it was her star status continued by fans and media , and the will of Walter Salles to the filming of On the road a nomadic experience, as close as possible to the wanderings of Kerouac.

Kristen Stewart played the game during filming, the team sometimes played hide and seek with the press and the fans, the actress who follow the trail. In Argentina (where the team was part look snow in August), to leave the airport, we had to start a limousine vacuum which caused the paparazzi on a wrong track. Part of the filming was repatriated to Mexico to Arizona after kidnapping threats. But on set, no agents, press officers, assistants, this little world that revolves around it in Hollywood. “I do not know how she can stay as sane ” wonders Sam Riley.

The three young actors went through the “boot camp” (classes, in military jargon) that Walter Salles has organized a few weeks before filming in Montreal. In a large apartment, they watched films of John Cassavetes , met with the writers of Beat Generation , listened to jazz in the late 1940s. Kristen discovered rare recordings of LuAnne Henderson. Of all the protagonists of On the Road , LuAnne is the only n ‘ have not benefited from his experience: “It was his life, three years with the man she loved. That’s all, not a chance to become famous. And God knows that the time was opportunistic. ” Kristen Stewart comes alive, as it did on the set in New Orleans, when she recalls her first reading of On the road , or to 14 15 years.

She, who is about to bind the promotion of three movies, tries to prove that this feel-there is no agreed: “We always say it was a family on the set, it is never quite true. This time, though," she insists. "I did not leave the set, I wanted to do with them all the way. But for years, I had prepared myself to the idea of finish the series “Twilight”. ” She is forced to “this huge shift”, has worked continuously for almost a year now and hesitate on the road to follow . “The desire to work very itchy, but I have not seen anything that provokes me, which put me in motion. That’s how movies like On the road , the level of demand increases. “

YOU MUST ALSO MAKE FACE expectations of fans of Kerouac, Americans who wonder why a Brazilian was given the role of Sal Paradise to an Englishman, moviegoers who know that Francis Ford Coppola (who had bought the rights to the book at the end 1960s and is a co-producer of the film) or Gus Van Sant could have made ​​the film. In a bookstore on Sunset Boulevard (if there), a vendor recognized Sam Riley and told him: “You’ll be in on the road ? I hope it will be good. ” Of the three, the actor Britain is the most worried. Matter of temperament, no doubt. He wonders if he will blame his accent (a mixture of Yankee New England and Quebec) that has worked for months. He recalls a story during the “boot camp”. “A writer who had known Kerouac arrived in the room where I was with Garrett. We shook hands and looked over my shoulder wondering where was the one who was playing Kerouac. ”

Six months later, in San Francisco on the evening of last day of filming, Sam Riley met with Carolyn Cassady , Neal’s widow, now 90 years (in the film, his role is played by Kirsten Dunst ). “She stroked my face and looked at me. I can not repeat what she told me but, starting again, I thought that people who had hired me had not completely deceived. ” Meanwhile, Sam Riley / Sal Paradise had picked cotton in Arizona by nearly 50 ° C in the shade, danced in hovels of Puebla (at a time of paroxysmal violence in Mexico) and spent an entire Sunday in the snow in Calgary, Canada.

“I remember we came to wake me up to turn the plans in a hurry. In true prima donna, I thought it was my day off, but I went with them. There was Walter, Eric Gautier (director of photography, editor) and Garrett was in charge of costumes and makeup. ” This lurch in the work plan, unimaginable on the set of a Hollywood movie, produced admirable pictures Sal Paradise walking in the mountains, hoping to stop a car or truck. “In three hours we shot twenty shots, remembers Sam Riley, and among these, my favorite.”

A New Orleans, he had also improvise alongside Viggo Mortensen who played the role of Old Bull Lee, inspired by the character of William Burroughs , literary inventor, heroin addict, murderer of his wife. “I knew Viggo was a man intelligent, cultured, a poet. I spent all night on Wikipedia because I was afraid he asks : “So Sal, what do you think of the Übermensch?”, while I ‘ve never read Nietzsche. ”

These beaches are improvisations in the heart of the film’s Walter Salles wanted. While the trio was traveling on the roads of Arizona by 45 ° C in the shade, the script called for it embeds a hitchhiker. Walter Salles took flight at the talent of singer Jake La Botz. He was humming the sad lament of a man who killed the woman he loves, without warning Kristen Stewart. “The reaction of Marylou when she heard this song the first time was significant," explained Walter Salles. "She stayed in the film, to announce the inevitable rupture between Marylou and Dean Moriarty."

THIS FIGURE OF DEAN MORIARTY , the masculine ideal as Jack Kerouac, the object of desire of women in the film, Garrett Hedlund the door long ago. Walter Salles had seen dozens of actors, none like this one: “Garrett led an emergency, a vitality, but also pain related to the quest for the father. When he auditioned, he arrived in Minnesota. He recited the dialogue she was given, and then he asked me if he could read something. On the bus, he wrote a text on his journey . His interpretation of the wandering, his own life I conquered. ”

As a teenager, Garrett Hedlund had read that Francis Ford Coppola was preparing an adaptation of On the road and had said that the role of his life would escape him. When, at age 20, he crossed paths with Dean Moriarty, he no longer wanted to leave , whatever the vicissitudes of the project. “Every time we offered her a role," recalls Walter rooms, "he asked me if he could do without compromising on the road . ” By dint of refusing the offers, to the despair of his agent, Garrett Hedlund remains to date a Hollywood hopeful, although he could not doubt have become a star for a long time. Long before the project’s success is a certainty, he accompanied Walter Salles in his research, learning to drive a Hudson, meeting with survivors of the beat generation, as the poet Michael McClure. “At the time, I could not say that I would play Dean Moriarty. I held my tongue, I passed for the traveling companion of Walter. ”

“This is a pure soul”, he told Sam Riley. Hedlund lives in a small apartment in Silver Lake , near Beverly Hills . “I prefer to wake up poor in the morning, he said. I do not want to have to work to pay for an apartment. ” In 2009, after the banking crisis was fact derail a first financing package on the road, the young man has yielded to his agent and agreed to star in Tron, big production of Disney. “I was about to ask for rent money my mom," he recalls. "Six months later they were in Montreal, in an apartment with Kristen and Sam.”

Garrett Hedlund has missed the evening of last day of shooting, he left in a hurry to attend the premiere of Tron , Los Angeles. But Walter Salles offered him his hand. In spring 2011, after having finished a rough cut, the filmmaker has taken the road through the United States for “a moment of complete freedom” , intended to ease the pace of the film. A small team of five people, one actor, Garrett Hedlund, and Hudson, who travels the back roads, away from freeways lined with billboards, to find areas that have U.S. Kerouac and Cassady intoxicated. Garrett Hedlund listening list the steps of the journey: the Adirondacks, Cincinnati, Ohio, Lexington, Kentucky Lubbock, Texas, Las Vegas, New Mexico, lacks only one guitar to do a talking blues.

THE ACTOR REMEMBERS each snowfall, every failure. “In Mississippi, a mechanic named Corndog has repaired the car on the lawn outside his house. He had Jheri curls (a hairstyle popularized by Michael Jackson on the cover of Thriller, ed) and put a shower cap to slide under the Hudson, not to put motor oil on his hair.”

Cannes is the terminus and paradoxical logic of this trip. Although the red carpet is a strange place to park a Hudson’s carrying three celestial tramps. But Walter Salles presented his last two films, The Motorcycle Diaries and A Brazilian family (co-directed with Daniela Thomas). It was after having seen The Motorcycle Diaries , another road movie that followed the young Ernesto Guevara through Latin America, as Francis Ford Coppola had the idea of him proposing on the road . Kristen Stewart on the Croisette find his partner “Twilight”, Robert Pattinson, who toured in Cosmopolis , by David Cronenberg . Sam Riley will make his return, he had been disclosed to the Directors’ Fortnight with his interpretation of Ian Curtis , lead singer of Joy Division in Control , of Anton Corbijn . And Garrett Hedlund will show the world that already know all who have crossed: it is a movie star.
Photos sur le set dans un diaporama avec narration en français par Walter Salles.

LA DERNIÈRE FOIS qu'on les a vus tous les trois, les deux garçons et la fille étaient sur la véranda d'une plantation. Ils sont montés dans la Hudson 1947 et ont disparu sous les arbres de l'allée. C'était en septembre 2010, à La Nouvelle-Orléans, le tournage de Sur la route durait déjà depuis trois mois. Il leur en restait encore autant, à se balader du Mexique à San Francisco, en passant par le Canada.

Un an et demi après, Garrett Hedlund, Sam Riley et Kristen Stewart se sont retrouvés dans la lumière crue de Los Angeles. C'est la première réunion du trio depuis des mois, et pourtant on dirait que le tournage vient de finir. Ils s'échappent du studio, où ils posent pour le photographe Steven Pan, pour aller fumer sur le trottoir. Leur complicité physique est intacte, la même que celle qui les unissait sur la banquette de la Hudson, sur les routes américaines. Leur façon de parler du film n'est pas non plus celle des acteurs ressassant sans cesse les mêmes éléments de langage imposés par les media coaches. Dans leurs histoires, leurs réflexions, on entend plutôt les échos d'une expérience commune qui les a façonnés. Sous l'égide de saint Jack Kerouac, sous la direction de Walter Salles, ils se sont fait une autre idée du monde, du cinéma.

Le 23 mai, ils seront à Cannes pour la première mondiale de Sur la route, de Walter Salles, d'après le roman de Jack Kerouac, l'œuvre fondatrice de la beat generation. Le réalisateur brésilien s'est emparé en 2004 de ce texte inspiré de voyages accomplis à travers les Etats-Unis à la fin des années 1940, paru en 1957. Il lui a fallu huit ans pour mener le film à bon port, sans renoncer à rien, surtout pas aux trois jeunes acteurs qu'il avait choisis dès le départ, même si entre-temps l'une d'entre eux est devenue star.

Voilà des décennies qu'Hollywood se demandait quels visages pourraient prendre Dean Moriarty, Sal Paradise et Marylou, le trio de Sur la route, que Kerouac a modelé d'après nature. Moriarty, c'est Neal Cassady, le garçon qui avait passé "un tiers de sa jeunesse en maison de correction, un tiers dans les salles de billard et un tiers dans les bibliothèques publiques", comme aime à le rappeler Walter Salles. Paradise, c'est Kerouac lui-même, l'immigré québécois, fils d'un ouvrier du Massachusetts. Et Marylou, c'est LuAnne Henderson, l'adolescente qui a fui sa famille par amour pour Cassady, et pour la liberté.

Il y a six ans, Walter Salles a d'abord choisi Garrett Hedlund pour jouer Neal. Le comédien avait 20 ans, il débarquait de sa ferme du Minnesota. Un peu plus tard, lors d'un dîner, le compositeur Gustavo Santaolalla a parlé au cinéaste d'une très jeune comédienne qu'il avait remarquée dans un film dont il écrivait la partition, Into the Wild, de Sean Penn. Kristen Stewart - "je me souviens d'avoir noté son nom sur un bout de papier" dit Walter Salles - est ainsi devenue Marylou. Enfin, après la projection de Control à Cannes, en 2007, l'Anglais Sam Riley a été invité à faire un bout d'essai avec Hedlund. L'alchimie entre les deux garçons était si évidente que malgré la différence de taille (Riley est grand et mince, Kerouac était petit et râblé) et d'accent avec son modèle, le Britannique a décroché le rôle de Sal Paradise. Entre autres parce qu'ils n'étaient pas très connus, le projet de Walter Salles a été repoussé plusieurs fois, jusqu'au début de 2010.

APRÈS AVOIR QUITTÉ LE PLATEAU de Sur la route, Kristen Stewart a enchaîné les tournages - la suite des "Twilight", Blanche-Neige et le chasseur. Alors que les deux garçons sont restés un an sans rien faire. Sam Riley, qui habite à Berlin, raconte qu'avec Garrett Hedlund, ils se parlaient par Skype. "Tu as trouvé quelque chose ? Non ? Moi non plus." Finalement, ils ont tous les deux accepté des seconds rôles sous la direction de réalisateurs de renom, Neil Jordan pour Riley, les frères Coen pour Hedlund. Après être restés si longtemps dans la peau des personnages de Kerouac, le retour au XXIe siècle n'a pas été facile.

Kristen Stewart n'a pas eu le choix, il lui fallait répondre à l'appel des vampires. Entre le moment où, folle de joie, elle a accepté le rôle de Marylou et le début du tournage, elle est devenue Bella, l'héroïne de la série "Twilight", l'amante du vampire que joue Robert Pattinson, qui est aussi son compagnon à la ville. Par miracle, en janvier 2010, lorsque Walter Salles a enfin trouvé, chez le producteur français MK2, les fonds et le soutien qui s'étaient dérobés ailleurs, le plan de tournage s'est avéré compatible avec l'emploi du temps de la jeune actrice. Ce qui l'était moins, a priori, c'était son statut de star poursuivie par les fans et les médias, et la volonté de Walter Salles de faire du tournage de Sur la route une expérience nomade, aussi proche que possible des errances de Kerouac.

Kristen Stewart a joué le jeu. Pendant le tournage, l'équipe a parfois joué à cache-cache avec la presse et les fans, qui suivent l'actrice à la trace. En Argentine (où l'équipe était partie chercher la neige au mois d'août), pour sortir de l'aéroport, il a fallu faire démarrer une limousine vide qui a entraîné les paparazzi sur une fausse route. Une partie du tournage au Mexique a été rapatriée en Arizona à la suite de menaces d'enlèvement. Mais sur le plateau, pas d'agents, d'attachés de presse, d'assistants, tout ce petit monde qui gravite autour d'elle à Hollywood. "Je ne sais pas comment elle fait pour rester aussi saine d'esprit", se demande Sam Riley.

Les trois jeunes acteurs sont passés par le "boot camp" (les classes, en jargon militaire) que Walter Salles a organisé quelques semaines avant le tournage à Montréal. Dans un grand appartement, ils ont visionné des films de John Cassavetes, rencontré des écrivains de la beat generation, écouté du jazz de la fin des années 1940. Kristen a découvert des enregistrements rares de LuAnne Henderson. De tous les protagonistes de Sur la route, LuAnne est la seule à n'avoir pas tiré profit de son expérience : "C'était sa vie, trois ans avec l'homme qu'elle aimait. C'est tout, pas une occasion de devenir célèbre. Et Dieu sait que l'époque était opportuniste." Kristen Stewart s'anime, comme elle le faisait sur le tournage à La Nouvelle-Orléans, quand elle se souvient de sa première lecture de Sur la route, à 14 ou 15 ans.

Elle, qui s'apprête à enchaîner la promotion de trois films, s'efforce de prouver que cet enthousiasme-là n'est pas convenu : "On dit toujours qu'on a été une famille sur le tournage, ce n'est jamais tout à fait vrai. Cette fois, si," insiste-t-elle. "Je ne voulais pas quitter le plateau, j'aurais voulu faire toute la route avec eux. Mais depuis des années, je m'étais préparée à l'idée de finir la série "Twilight"." Elle s'est obligée à "cet énorme changement de vitesse", a travaillé sans arrêt pendant presque un an et hésite maintenant sur la route à suivre. "L'envie de travailler me démange, mais je n'ai rien vu qui me provoque, qui me mette en mouvement. C'est ça faire des films comme Sur la route, le niveau d'exigence augmente."

IL FAUT AUSSI FAIRE FACE aux attentes des admirateurs de Kerouac, des Américains qui se demandent pourquoi un Brésilien a donné le rôle de Sal Paradise à un Anglais, des cinéphiles qui savent que Francis Ford Coppola (qui avait acheté les droits du livre à la fin des années 1960 et est l'un des coproducteurs du film) ou Gus Van Sant auraient pu réaliser le film. Dans une librairie de Sunset Boulevard (si, il y en a), un vendeur a reconnu Sam Riley et lui a dit : "Tu vas être dans Sur la route ? J'espère que ce sera bien." Des trois, l'acteur britannique est le plus inquiet. Question de tempérament sans doute. Il se demande si on va lui reprocher son accent (mélange de yankee de la Nouvelle-Angleterre et de québécois) qu'il a travaillé pendant des mois. Il se souvient d'une anecdote pendant le "boot camp". "Un écrivain qui avait connu Kerouac est arrivé dans la pièce où j'étais avec Garrett. Il nous a serré la main et a regardé par-dessus mon épaule en demandant où était celui qui devait jouer Kerouac."

Six mois plus tard, à San Francisco, le soir du dernier jour de tournage, Sam Riley a rencontré Carolyn Cassady, la veuve de Neal, qui a aujourd'hui 90 ans (dans le film, son rôle est interprété par Kirsten Dunst). "Elle m'a caressé le visage et m'a regardé. Je ne peux pas répéter ce qu'elle m'a dit mais, en repartant, je me suis dit que les gens qui m'avaient engagé ne s'étaient pas complètement trompés." Entre-temps, Sam Riley/Sal Paradise avait cueilli du coton en Arizona par près de 50 °C à l'ombre, dansé dans des bouges de Puebla (à un moment de violence paroxystique au Mexique) et passé tout un dimanche dans la neige à Calgary, au Canada.

"Je me souviens qu'on est venu me réveiller pour aller tourner des plans à la sauvette. En vraie prima donna, je me suis dit que c'était mon jour de repos, mais je suis parti avec eux. Il n'y avait que Walter, Eric Gautier (le directeur de la photographie, ndlr) et Garrett s'occupait des costumes et du maquillage." Cette embardée dans le plan de travail, inimaginable sur le plateau d'un film hollywoodien, a produit d'admirables images de Sal Paradise marchant dans les montagnes, dans l'espoir d'arrêter une voiture ou un camion. "En trois heures on a tourné vingt plans, se souvient Sam Riley, et parmi ceux-là, mes préférés."

A La Nouvelle-Orléans, il a dû aussi improviser aux côtés de Viggo Mortensen qui tenait le rôle de Old Bull Lee, inspiré du personnage de William Burroughs, inventeur littéraire, héroïnomane, meurtrier de sa femme. "Je savais que Viggo était un homme intelligent, cultivé, un poète. J'ai passé toute la nuit sur Wikipédia parce que j'avais peur qu'il me demande : "Alors Sal, qu'est-ce que tu penses de l'Übermensch ?", alors que je n'ai jamais lu Nietzsche."

Ces plages d'improvisations sont au coeur du film qu'a voulu Walter Salles. Alors que le trio filait sur les routes d'Arizona par 45 °C à l'ombre, le scénario prévoyait qu'il embarque un auto-stoppeur. Walter Salles a saisi au vol le talent du chanteur Jake La Botz. Il lui a fait fredonner la triste complainte d'un homme qui a tué la femme qu'il aime, sans prévenir Kristen Stewart. "La réaction de Marylou au moment où elle entend cette chanson pour la première fois a été marquante," expliquait Walter Salles. "Elle est restée dans le film, pour annoncer l'inévitable rupture entre Marylou et Dean Moriarty."

CETTE FIGURE DE DEAN MORIARTY, l'idéal masculin selon Jack Kerouac, l'objet du désir des femmes du film, Garrett Hedlund la porte depuis longtemps. Walter Salles avait vu des dizaines d'acteurs, aucun comme celui-là : "Garrett a amené une urgence, une vitalité, mais aussi une douleur liée à la quête du père. Quand il a passé l'audition, il arrivait du Minnesota. Il a récité le dialogue qu'on lui avait donné, et puis il m'a demandé s'il pouvait lire quelque chose. Dans le bus, il avait écrit un texte sur son voyage. Son interprétation de l'errance, sa propre vie m'ont conquis."

Quand il était adolescent, Garrett Hedlund avait lu que Francis Ford Coppola préparait une adaptation de Sur la route et s'était dit que le rôle de sa vie allait lui échapper. Quand, à 20 ans, il a croisé le chemin de Dean Moriarty, il n'a plus voulu le quitter, quelles qu'aient été les vicissitudes du projet. "A chaque fois qu'on lui a proposé un rôle," se souvient Walter Salles, "il m'a demandé s'il pouvait le faire sans compromettre Sur la route." A force de refuser les offres, au désespoir de son agent, Garrett Hedlund reste encore à ce jour un espoir hollywoodien, alors qu'il aurait sans doute pu devenir une star depuis longtemps. Bien avant que la réussite du projet soit une certitude, il a accompagné Walter Salles dans ses recherches, apprenant à conduire une Hudson, rencontrant les survivants de la beat generation, comme le poète Michael McClure. "A l'époque, je ne pouvais pas dire que j'allais jouer Dean Moriarty. Je me taisais, je passais pour le compagnon de voyage de Walter."

"C'est une âme pure", dit de lui Sam Riley. Hedlund vit dans un petit appartement de Silver Lake, loin de Beverly Hills. "Je préfère me réveiller pauvre le matin," dit-il. "Je ne veux pas avoir à travailler pour payer un appartement." En 2009, après que la crise bancaire eut fait capoter un premier montage financier de Sur la route, le jeune homme a cédé aux instances de son agent et a accepté le premier rôle dans Tron, grosse production de la Disney. "J'étais sur le point de demander l'argent du loyer à ma maman," se souvient-il. "Six mois après, on était à Montréal, dans un appartement avec Kristen et Sam."
Garrett Hedlund a raté la soirée du dernier jour du tournage, qu'il a quitté en catastrophe pour assister à la première de Tron, à Los Angeles. Mais Walter Salles lui a offert sa revanche. Au printemps 2011, après avoir fini un premier montage, le cinéaste a repris la route à travers les Etats-Unis pour "un moment de liberté complète", destiné à assouplir le rythme du film. Une équipe réduite de cinq personnes, un seul acteur, Garrett Hedlund, et la Hudson, qui parcourt les petites routes, loin des freeways bordées de panneaux publicitaires, pour retrouver les espaces américains qui ont enivré Kerouac et Cassady. En écoutant Garrett Hedlund énumérer les étapes du voyage : les monts Adirondacks ; Cincinnati, Ohio ; Lexington, Kentucky ; Lubbock, Texas ; Las Vegas, Nouveau-Mexique, il ne manque qu'une guitare pour en faire un talking blues.

LE COMÉDIEN SE SOUVIENT de chaque averse de neige, de chaque panne. "Dans le Mississippi, un mécanicien du nom de Corndog a réparé la voiture sur la pelouse, devant sa maison. Il avait des Jheri curls (une coiffure popularisée par Michael Jackson sur la pochette de Thriller, ndlr) et se mettait un bonnet de douche pour se glisser sous la Hudson, pour ne pas mettre d'huile de moteur sur ses cheveux."

Cannes est le terminus paradoxal et logique de ce voyage. Certes, le tapis rouge est un drôle d'endroit pour garer une Hudson qui trimballe trois clochards célestes. Mais Walter Salles y a présenté ses deux derniers films, Carnets de voyage et Une famille brésilienne (coréalisé avec Daniela Thomas). C'est après avoir vu Carnets de voyage, un autre road-movie qui suivait le jeune Ernesto Guevara à travers l'Amérique latine, que Francis Ford Coppola eut l'idée de lui proposer Sur la route. Kristen Stewart retrouvera sur la Croisette son partenaire de "Twilight", Robert Pattinson, qui a tourné dans Cosmopolis, de David Cronenberg. Sam Riley y fera son retour, lui qui avait été révélé à la Quinzaine des réalisateurs par son interprétation de Ian Curtis, le chanteur de Joy Division, dans Control, d'Anton Corbijn. Et Garrett Hedlund pourra démontrer au monde entier ce que savent déjà tous ceux qui l'ont croisé : qu'il est une star de cinéma.
Source: #1 #2 #3 - Scans/Translation