Saturday, May 19, 2012

'Snow White and the Huntsman' Roundtable Interview

Interview lors d'une table-ronde pour 'Blanche Neige et le Chasseur'

Previously posted (Tù Magazine Interview), but here is the full English version.

Stewart spent four months riding horses and four months with an English accent.

“It’s been interesting to play a young girl who is completely unaware of any vanity. She just has none. In almost every other role you play, you’re at least aware of yourself and might have to play a girl dealing with vanity as she grows into a woman. The fact that Snow White has absolutely none of that, and Ravenna has the ultimate opposite, says something very nice about what people find beautiful in life.” 

The performer appreciated the writers take on Snow White, a character initially trapped in a forest that draws its strength from any weakness. Stewart reflects: “I do admire strong characters, but this wasn’t strong for the sake of strong. It was so feminine and so human, and I love playing a character who is someone that you’re going to root for and throw your drink on the ground and stand up and go, ‘Yeah!’”

Were you anxious that Rupert Sanders was a first-time feature director taking on such a big production?

I wasn’t worried. He is so good at what he does. He’s done a lot of work in the past. Yes, this was his first feature, but he’s great. There was an element of trusting him but there’s always that with any director no matter how many films they’ve made. Rupert has such a strong visual style and he uses imagery in such a powerful way. That was perfect for this story. I loved being surprised by him and I loved collaborating with him.

Was he open to your ideas?

We had to be ready to roll with the punches because we changed things every single day…

So Sanders and the script convinced you to take on the project?

Definitely Rupert and the script was a huge part of it. Charlize was also a solid concrete pillar in the middle of all of this. She was cast before me so when I heard that she was playing the Queen, I wanted to do it. You can read something fantastic but it can fall apart at the seams if you don’t have the other elements supporting it. Knowing that Charlize was a part of it meant that I could trust it and it made it a sure gamble.

Has Sanders brought darkness to the film?

Yes, he makes these characters live in an incredibly dangerous world. The setting and the landscape is like a character on its own. His use of imagery is always very evocative. He has a really good ability to see things in a unique way.

What was it like working with Chris Hemsworth?

I love Chris, he’s a charming guy. He’s great and sort of on a similar wavelength as I am in terms of work because we didn’t have much rehearsal. We jumped right into it and as soon as we started, I was like, ‘oh, this is going to be easy’. He’s a good actor. Chris is honest and you can really talk to him. A lot of the material had so much potential sometimes he would change some and he would roll with the punches.

What was it like doing all the stunts and which was the hardest one for you?

I jumped off a rock that was really high. I heard that it was about 3.6m tall and but it seemed like 6m. I had to jump into frigid water and it was horrifying. I didn’t think I had a problem with heights but it was really scary. That was definitely the hardest stunt.

Where did you film that scene?

It was at Pinewood Studios in a big, outside tank.

Did you go straight from the last Twilight saga film to Snow White And The Huntsman?

I had a little time off in between. I do tend to choose projects that are fairly challenging and I do like to work a lot. Snow White And The Huntsman is very different from Twilight and I liked that. I also like going from one project to the next.

If you were to choose a Prince Charming, what would he be like?

I really don’t have a list. I would hate that.

The Twilight saga is such a phenomenon and you have so many fans because of it. But there are some who snipe at you. How do you feel about those two extremes?

It’s funny because I get nervous talking about my movies. I hate the idea that people think that it’s because I don’t care. And so if they hate me for that, then really, I would be able to prove them wrong. If they hate me for other reasons then, it doesn’t bother me because I’m happy doing what I’m doing.

Has the crazy fan thing died down a little?

The crazy fan thing doesn’t happen. It’s sort of been made up. That’s not to say that they don’t exist and that when we go to premieres people aren’t excited and screaming, but it really only happens at premieres and maybe somewhere like Comic-Con.

What would be your advice to a teenaged girl who feels like she doesn’t fit in the crowd?

It’s hard for me to sit here and think that I’m speaking directly to girls generally and telling them how to have an easier time at being a girl. I would probably just say, ‘don’t worry about it’. It’s hard not to fit in when you are younger and I completely understand that, but at the same time it makes you who you are. It’s best not to worry about it.

Who is your best friend and why?

I grew up with somebody who is one of my best girlfriends and that’s because she’s crazy and funny and she really gets me. Also, Dakota (Fanning) is one of my best friends. I respect her so much and I love her. She’s funny and crazy and lovely.

Is loyalty important too?

Yes. And both of my best friends are really loyal.

What did you take away from working with Charlize Theron?

I’ve grown up admiring Charlize. She’s talented. She’s in her own category and just awesome. It’s exciting to work with whom somebody who I respect and admire and who is acting for the same reasons that I am. I was also intimidated and I wanted to make sure that it was a good working relationship.

You were intimidated?

Yes, I was really nervous and intimidated. When I met Charlize, I was like ‘oh wow, you’re crazy!’ She’s really funny and quick. And she commands a lot of attention. You can’t help but look at her when she walks into a room. She’s very cool. Charlize exceeded my expectations.

How did you overcome those nerves?

You want to impress and you want to deliver. It felt natural acting with Charlize. A lot of the scenes were really intense and before we filmed them we talked a lot about the story and our characters. A lot of scenes are almost like fight scenes because there’s conflict with our characters.

What is your favourite fairytale?

I really didn’t grow up with fairytales. I’m more familiar with Disney movies. My favourite Disney movie was The Jungle Book.

In Snow White And The Huntsman, the Queen sees her beauty as part of her power. In what way do you think that beauty is powerful?

Some of the most beautiful people, who use their beauty as a weapon, are grotesquely ugly inside. With the Queen, she is brought up and told that beauty is the one card she can play to a fault. One of the really beautiful things about Snow White is that she can see through Queen Ravenna’s evil character that there is beauty there.

Do you prefer big productions or small independent films?

They offer such different opportunities. I love going somewhere for five weeks and living in a dingy little hotel room and half writing the script the night before you go on set, that’s fun. At the same time, it feels great to be supported by hundreds of talented people on a big budget film. So I love doing both.

Snow White develops from an innocent girl into a strong woman. Are you a strong woman now?

What’s interesting in the film is that it’s not really a coming-of-age story. It’s not about Snow White growing up. For her, it’s about realising that she has these weapons and being strong enough to utilise them. Her main weapon is the light she has in her, her intuitiveness.

Can you relate to that?

I can relate to becoming a little bit more comfortable and older. At the same time I haven’t gone, “oh I’m a woman! I’m an adult now”.

How do you choose your red carpet style?

What I wear depends on my mood. Sometimes I wear black and I like that. I like how it makes me feel. But then sometimes I go a little lighter.

There are two Snow White films (Mirror Mirror was released earlier) being released this year. Is there room for both?

I know (the star of Mirror Mirror) Lily (Collins) really well and so it’s kind of crazy. Both films will be really cool and very different. But yes, there’s room for both.
Précédemment postée (Interview par le magazine Tù), mais voici la version originale complète en anglais (traduite en français).

Stewart a passée 4 mois à monter à cheval et 4 mois avec un accent anglais.

"C'était intéressant de jouer une jeune fille qui ignore complétement la vanité. Elle n'en a juste aucune. Dans quasiment tous les rôles que vous jouez, vous êtes au moins conscient de vous même et vous jouez une fille qui compose avec la vanité quand elle devient une femme. Le fait que Blanche Neige n'en ait absolument pas et que Ravenna est son total opposé, suggère quelque chose d'agréable à propos de ce que les gens trouvent beau dans la vie."

L'artiste appréciait que les écrivains prennent sur Blanche Neige, un personnage initialement piégé dans une forêt qui tire sa force de ces faiblesses. Stewart réfléchit : "J'admire les personnages forts, mais ce n'était pas fort en terme de force pure. C'était tellement féminin et humain et j'adore jouer un personnage qui est quelqu'un que vous suivrez et qui vous fera lâcher votre verre sur le sol et vous lever et y aller du genre 'Yeah !'"

Etiez-vous anxieuse de savoir que c'était la première expérience de réalisateur de Rupert Sanders sur cette grosse production ?

Je n'étais pas inquiète. Il est bon dans ce qu'il fait. Il a fait énormément de travail par le passé. Oui, c'était sa première expérience mais il est bon. C'est un élément de confiance mais il y a toujours ça avec les réalisateur, qu'importe le nombre de films qu'ils ont déjà fait. Rupert a un style visuel fort et il utilise l'image d'une façon incroyable. C'était parfait pour cette histoire. J'adore être surprise par lui et j'ai adoré collaboré avec lui.

Était-il ouvert à vos idées ?

On devait se tenir prêt à n'importe quelle éventualité parce que les choses changeaient tous les jours...

Donc Sanders et son scénario vous ont convaincu d'accepter le projet ?

Rupert et son scénario ont définitivement tenu un rôle important là dedans. Charlize était aussi un pilier solide et concret au milieu de tout ça. Elle a été engagé avant moi, donc quand j'ai appris qu'elle allait jouer la Reine, j'ai voulu le faire. Vous pouvez lire quelque chose de fantastique maos ça peut tomber à l'eau si vous n'avez aucun autre élément qui soutient la proposition. Savoir que Charlize faisait partie du casting signifiait que je pouvais y croire et que c'était un pari sûr.

Sanders a-t-il apporté de la noirceur au film ?

Oui, il a fait vivre ces personnages dans un monde incroyablement dangereux. Les paysages et le cadre sont comme un personnage à part entière. Son utilisation de l'image est toujours très évocatrice. Il a une très bonne capacité à voir les choses d'une manière unique.

Comment c'était de travailler avec Chris Hemsworth ?

J'adore Chris, il est charmant. Il est génial et on est vraiment sur la même longueur d'onde en terme de travail parce qu'on a pas eu l'occasion de beaucoup s’entraîner. On a foncé là dedans et aussitôt que nous avons commencé, j'étais genre « Oh ça va être facile ». C'est un bon acteur. Chris est honnête et vous pouvez vraiment lui parler. La plupart du matériel de base avait tellement de potentiel parfois il voulait le changer un peu et faire avec.

Comment c'était de faire toutes ces cascades et laquelle était la plus dure pour vous ?

J'ai sauté du haut d'un rocher et c'était vraiment haut. J'ai entendu dire qu'il faisait environ 3,6 mètres mais il en paraissait 6. J'ai du sauter dans de l'eau froide et c'était terrifiant. Je ne pensais pas avoir de problème de vertige mais c'était vraiment effrayant. C'était définitivement la plus dure.

Où avez vous tourner cette scène ?

C'était aux Studios Pinewood dans un immense bassin d'eau.

Avez vous directement attaquer Blanche Neige et le Chasseur après la dernier film de Twilight ?

J'ai eu un peu de temps entre les deux. Je tends à choisir des projets qui proposent un vrai challenge et j'aime beaucoup travailler. Blanche Neige et le Chasseur est très différent de Twilight et j'aime ça. J'aime aussi passer d'un projet à l'autre.

Si vous deviez choisir un prince charmant, qui serait-il ?

Je n'ai pas vraiment de liste. Je détesterais ça.

La saga Twilight est un vrai phénomène et vous avez tellement de fans grâce à ça. Mais il y en a d'autre qui vous critiquent. Comment vous sentez vous par rapport à ces deux extrêmes ?

C'est marrant parce que je suis nerveuse quand je dois parler de mes films. Je déteste l'idée que les gens pensent que c'est parce que je m'en fous. Et donc si c'est pour ça qu'ils me détestent, et bien je serais capable de leur prouver qu'ils ont tort. S'ils me détestent pour d'autres raisons, et bien ça ne me touche pas parce que je suis heureuse de ce que je fais.

Est-ce que la folie des fans a diminuée un peu ?

La folie des fans n'existe pas. C'était comme du déjà vu. Ce n'est pas pour dire que ça n'existe pas et que les gens quand ils vont aux avant premières ne sont pas excités et ne crient pas, mais ça n'existe vraiment que lors des premières et autre part parfois comme au Comic Con.

Quel serait votre conseil pour une jeune fille qui ne se sent pas à l'aise dans le moule qu'on lui impose ?

C'est dur pour moi d'être assise là et de penser que je parle directement à des filles et de leur dire comment se sentir mieux. Je dirais probablement « Ne vous inquiétez pas pour ça. ». C'est dur de ne pas se sentir l'aise quand vous êtes jeunes et je le comprends mais en même temps, ça fait de vous la personne que vous êtes. Le mieux est de ne pas trop s’inquiéter de ça.

Qui est votre meilleure amie et pourquoi ?

J'ai grandi avec quelqu'un qui est une de mes meilleures amies et c'est parce qu'elle est folle et drôle et elle me comprend vraiment. Dakota (fanning) est aussi une des mes meilleures amies. Je la respecte énormément et je l'adore. Elle est marrante, folle et adorable.

La loyauté est-elle importante aussi ?

Oui. Et mes meilleures amies le sont vraiment.

Comment c'était de travailler avec Charlize Theron ?

J'ai grandi en admirant Charlize. Elle est talentueuse. Elle a son propre style et elle est juste géniale. Je suis excité de travailler avec quelqu'un que j'admire et que je respecte et qui joue la comédie pour les mêmes raisons que moi. J'étais aussi intimidée et je voulais être sûre qu'on est une bonne relation de travail.

Vous étiez intimidée ?

Oui, j'étais très nerveuse et intimidée ? Quand j'ai rencontré Charlize, j'étais genre « Oh wow, t'es folle ! » Elle est vraiment marrante et spontanée. Elle incite l'attention. Vous n'y pouvez rien mais vous la regardez quand elle entre dans une pièce. Elle est vraiment cool. Charlize a dépassé mes attentes.

Comment as-tu surpasser votre nervosité ?

Vous voulez impressionner et donner une bonne image de vous même. C'était naturel de jouer avec Charlize. Beaucoup de scènes étaient très intense et avant de filmer on discutait de l'histoire et de nos personnages. Beaucoup d'entre elles étaient des scènes de combat parce qu'il y a un conflit entre les personnages.

Quel est ton conte de fée favori ?

Je n'ai pas vraiment grandi avec les contes de fée. Je suis plus familière avec les films de Disney. Mon préféré était le Livre de la Jungle.

Dans Blanche Neige et le Chasseur, la reine voit sa beauté comme une partie de son pouvoir. Dans quel contexte considérez vous que la beauté est un pouvoir ?

Quelques unes des personnes les plus plus belles, qui utilisent leur beauté comme une arme, sont vraiment laides à l'intérieur. Avec la reine, elle a été amené à considérer la beauté comme une carte dont elle peut jouer. Une des choses vraiment belles de Blanche Neige est qu'elle peut voir à travers le personnage de la Reine Ravenna qu'il y a de la beauté malgré tout.

Préfères-tu les grosses productions ou les films indépendants ?

Ils offrent chacun différentes opportunités. J'aime aller quelque part pour 5 semaine et vivre dans un hôtel bas de gamme avec un script écrit la veille du tournage, c'est fun. Mais en même temps, c'est bon de se sentir soutenu par des centaines de personnes talentueuses sur un film à gros budget. D coup, j'aime faire les deux.

Blanche Neige passe d'une jeune fille innocente à une femme forte. Êtes vous vous même une femme forte ?

Ce qui est intéressant quand le film c'est qu'il n'est pas vraiment question du passage d'un état à un autre. Ce n'est pas à propos de Blanche Neige qui grandit. Pour elle, c'est la question de réaliser qu'elle a des armes et qu'elle devient assez forte pour s'en servir. Sa principale arme c'est la lumière qu'elle a en elle, son intuition.

Pouvez-vous vous identifier à tout ça ?

Je peux m'identifier dans le fait de devenir un peu plus à l'aise et âgée. Mais en même temps, je ne suis pas du genre « Oh je suis une femme ! Je suis une adulte maintenant ! ».

Comment choisissez vous vos tenues pour les tapis rouge ?

Ce que je porte dépend de mon humeur. Parfois je porte du noir et j'aime ça. J'aime ce que ça me fait sentir. Et puis des fois je porte des couleurs plus lumineuse.

Il y a deux films sur Blanche Neige qui sortent cette année. Y a-t-il de la place pour les deux ?

Je connais Lily Collins et c'est un peu fou. Les deux films sont vraiment bien et différents. Mais oui, il y a de la place pour les deux.
Source via