Thursday, May 17, 2012

The Guardian UK Interview + Scans

image host image host image host image host

After a year of unsuccessful auditions, the nine-year-old Kristen Stewart told her mother she wanted to pack it all in. It hadn’t been her ambition to act; she had wanted to be an archaeologist. But she lived in Los Angeles, where an agent saw her sing in a school play aged eight, and so inevitably the notion was put to her. She was interested initially. Her parents were crew members, and she had spent time on film sets where there was a feeling that: “we were all in this together, and we were making something worthwhile”. She takes one of many deep, meaningful breaths. “And then I would see a kid walk around and people would be like: ‘Shhh, that’s the actor, don’t talk to him.’ And I was like, 'I want a job, I want you guys to talk to me like I matter'!”

It’s not surprising Stewart wasn’t tying down all those roles. I can’t imagine her having made a convincing child star in the twinkling insincerity and too many teeth mould. She’s just so socially awkward. She bounds into the hotel room, in her Led Zeppelin T-shirt and black jeans, clasping a glass of milk, and rather than sitting opposite me, she perches on the next chair, so close I have to check our knees aren’t touching.

She’s renowned for being moody. I’ve read whole interviews about her dislike of being interviewed, and she certainly has nervous tics. Her leg sometimes twitches like a piston, and she says “do you know what I mean” 18 times in the course of the interview. But she seems to be putting her all into being understood as genuine, and that, in itself, is completely endearing.

Anyway, her essential traits were not going over very well in the child actor market. She would go to auditions for commercials where she had to dance with the product. She pulls a face. “And in those situations I became really like a pompous nine-year-old. I was like: ‘I don’t want to do those auditions any more. I feel silly.’” She asked if she could ditch the final one, and her mother said: “Kristen! You have fucking integrity! If you make an appointment, you go. I’ll fire your agent tomorrow.”

If she hadn’t landed her role as a troubled, tomboyish kid in The Safety of Objects, followed by a role as a troubled, tomboyish kid in Panic Room, she might be off on an archaeological dig right now. Instead she’s at the heart of a juggernaut.

When she first signed up, in her late teens, to play Bella Swan in Twilight, there was, she says, no talk of sequels or merchandise or monsterish profit margins. It was a small film. Stewart has been in lots of smallish films, before and since. She has played Joan Jett in The Runaways, an 80s teenager working at an amusement park in Adventureland and a girl suffering from a serious illness in The Cake Eaters. The word that is often applied to her performances is “watchful”.

She started off on a distinctive route, then, an indie-inflected career, and Twilight seemed apt. The first film is all rain storms and inchoate emotion. Then the series took on a life of its own. The first film took almost $70m in its opening weekend in the US; the second, New Moon, had the biggest midnight opening in US box office history; the four films in the franchise have made more than $2bn at the worldwide box office in total. Last year, a Forbes magazine survey found that for every dollar Stewart is paid, her films bring in an average of $55.83, making her the best-value actor around – a value which reflects both the staggering speed of her rise, and how many young women adore her. Bella Swan might be devoid of any obvious interests beyond her lust for vampire Edward Cullen and werewolf Jacob Black, but her very blankness has allowed a generation of young women who are in love or would like to be to live out their longings for dangerous, unattainable men. Stewart is startlingly beautiful, of course, but her slightly clumsy gait, her palpable self-consciousness, have made her a perfect proxy.

She realised how big Twilight was going to be before it even came out, when she and Robert Pattinson, her co-star and rumoured boyfriend, were mobbed by 6,500 people at a comics convention. Did that make her nervous? “Oh my gosh. It blew my head off.” She’s talked since then of feeling trapped, unable to go for walks, stuck in hotel rooms. She says it’s not always like that though. “I mean, if I walked out of this hotel” – Claridge’s – “obviously I’d be screwed. But in London, I am perfectly fine, unless I have a trail of parasites behind me. “. The paparazzi are at the hotel entrance when I leave. “But I’m good at evading those little twits. Once I lose them, once no one’s trying to make a buck off you, you know, I’m fine – I know at this point that there’s a buck to be made, which is weird considering I’m just walking down the street with dirty hair.”

Stewart has a silent film star face that can project all manner of wordless emotion. It’s a quality that has been used to great effect in the Twilight series – all that endless staring, wanting, needing – and now in her new film, Snow White and the Huntsman, in which she stars as the titular heroine, and which threatens to become another franchise. The film is uneven. It’s hard to get excited about the romantic hero, played by Chris Hemsworth, a character who spends a surprising amount of the film as a sloppy drunk. But it’s visually interesting, with its blinking mushrooms, melting mirrors and dark, dark forests. Stewart and her co-star Charlize Theron, as the evil queen, are terrific.

The film is a reworking of the classic fairytale, with Stewart as a more powerful heroine, who is locked up by the evil queen for a decade, before escaping and becoming a warrior. Stewart was never a great fan of the Disney movie. “In the original she totally represents what a woman wanted to be back then: the ultimate maternal figure. She cleans house really well. It’s just that [women] do more than that now.” Instead they created a “bad-ass, girl power movie”, she says, in which the character’s strength is represented in a realistic way. “We’re not built to take out big guys in armour. So it was really more about being faster and smarter.”

In some ways, Snow White is, of course, the ultimate Hollywood story; the older woman terrified that a young girl might surpass her in beauty. (There’s a hilarious scene in which Theron sucks the life force out of Lily Cole.) I ask if Stewart finds the Hollywood focus on looks difficult, and she answers an entirely different question. She starts talking about how beauty is ruined “if you’re not cool as well. If you don’t have the heart to back up your looks, you are ugly. I’ve met so many people that I thought were so gorgeous and talented and amazing. And then you meet them for one second and you’re like,” she heaves another breath, and spits out emphatically, “‘you are wearing a costume, you are a fake, you are so unattractive’. And it doesn’t always come across in a picture, but you can be really beautiful in a still frame, and then, in life, moving around, you’re ugly. And that’s kind of what the movie’s about.”

There’s a big similarity between Snow White and Twilight, she says, in that, “there’s a stage of life represented in both movies that is so impassioned, and it doesn’t know why yet. Do you know what I mean? That was what I really liked about Bella. The fact that she trusted that at some point these feelings are going to make sense, and that she’s not going to let everyone tell her she’s fucking crazy. Also, it was just so,” she takes a big breath, “it was so intense,” she laughs.

Was she an intense teenager? “Yeah, I’m still a very intense person.” She’s 22 now. “I’m chilled out about some things. I’m cool. But definitely, I take things far too seriously … I am just a serious person. I love joking around, and it’s obviously about mood, because sometimes I can definitely be a silly idiot. But most of the time I am like this.” She makes a sound as if her mouth has been suctioned shut. Quite private? “Yeah,” she says. “And I’m overtly aware of fucking everything. I’m always like,” she mimes picking things out of the air, “details, little things. Just obsessive, analytical.”

Many thought Twilight pushed an abstinence message, presenting sex as a danger to be avoided – in this case, of course, specifically because it would involve coupling with a vampire and a werewolf. Was it worrying to have that outlook pinned to her? “I always just very honestly said that that’s not why I did the movie, and it’s not why the book was written,” she says, adding that she finds it frustrating when people read the characters differently to her. “Mostly in this idea that Bella is a weak girl who is just obsessed with these two boys, and doesn’t really think beyond her own needs, and is selfish. And she is, completely, but that’s like the way to live, man! You’ve got to follow your heart. That is actually a really bold way to live, not making concessions, or giving things up … I don’t know why people ignore the sacrifices that Edward makes. I don’t know why the power thing has been viewed the way it’s been viewed, because I just view it so differently.”

Isn’t it because the men are physically threatening, and Bella willingly becomes their potential victim? In the first film, Edward tells Bella he’s “the world’s most dangerous predator”, and has wanted to kill her. Her response? “I trust you.” “I think girls think that they’re stronger than the next one, and so they can take it,” says Stewart. “I think that she’s not hurting herself. I mean, it’s extreme, it’s really romantic, it’s really ideal. I think that the reason it’s effective is because if she was a vampire, he would do the same. He would be like ‘fuck me up!’”

Stewart grew up with an older brother, Cameron, and adopted brother, Taylor, who’s five days her senior, and says it was a very tomboyish childhood. “I don’t think I had a picture taken of me without a backwards baseball cap before the age of 14.” They all played hard. “You’d just connect skateboards to bikes and see how fast you can go down a hill without dying … I would go for it. But I would hurt myself. I’m always, always, always the one that is incredibly gung-ho, really excited, and then just before, you doubt yourself, and take a tumble.” The first time she realised a film could be really important was when she made Speak, aged 13, about a girl who had been raped. She did a public service announcement after it was shown on TV, with details of a helpline for people who had been sexually assaulted to call. An enormous number did so that night. The other film that stands out for her, in those terms, is Welcome to the Rileys, in which she played a troubled teenager, working in a strip club. She met women in those jobs while researching it, which gave her an idea she is still working on, of putting her earnings into a network of homes for women who want to leave the sex trade, or need support.

She has just made another film that means a lot to her, On the Road, with the director Walter Salles. She plays the wild, instinctive Marylou, partner of Dean Moriarty, and she loved the chance to improvise, to try to bring the feel of the book to the screen. “I think in order to do that book right, in order to make everyone happy – because there’s a lot of people sitting around going: ‘OK, let’s have it’ – it had to be spontaneous, it had to have that feeling of never quite knowing where someone’s going to jump or scream,” she says. “So sometimes it was a truer reading of the line to just forget it, and say it your own way.”

Stewart reminds me, at times, of an earlier era of actors. The sullen teenagers of James Dean’s generation (she is keen to adapt the one-time Dean vehicle, East of Eden); or the grungy young actors of the 90s – Winona Ryder, River Phoenix, Johnny Depp – with their gorgeous, unwashed earnestness. She plays a character who is a terrible role model in Twilight, but in person is a blessed relief, with her trainers on the red carpet, crumpled clothes and intensity. While many of her toothierchild-star contemporaries implode, she seems grounded. “When you make moving pictures, it’s so easy to become disingenuous,” she says. “It’s so easy to just become a commodity, and I think that’s so embarrassing.” And with that, she finishes her milk.
Après un an d'auditions infructueuses, Kristen Stewart, 9 ans, disait à sa mère qu'elle voulait tout remballer. Ce n'était pas son rêve de devenir actrice, elle voulait devenir archéologue. Mais elle vivait à Los Angeles, où un agent l'a vu chanté dans une pièce à l'école alors qu'elle n'avait que 8 ans et inévitablement ça l'a attiré. Elle a été intéressé initialement. Ses parents travaillent dans ce domaine et elle a passé beaucoup de temps sur des plateaux de tournage où il y a a un sentiment que : « on était tous là dedans ensemble, et on faisait quelque chose qui en valait la peine. » Elle prends une longue et profonde insipration. « et ensuite j'ai vu un enfant marcher et des gens dire : « Shhh, c'est un acteur, ne lui parlez pas. » et j'étais genre 'Je veux travailler, je veux que vous me parliez comme si je comptais' ! »

Il n'est pas surprenant que Stewart n'attachait pas tous ces rôles. Je ne peux pas l'imaginer être une enfant star convaincante dans la non sincérité scintillante et une apparence modèle. Elle est juste socialement maladroite. Elle saute dans sa chambre d'hôtel, dans son T-shirt Led Zeppelin et son jeans noir, serrant un verre de lait dans sa main et au lieu de se mettre à mon opposé, elle se perche sur la prochaine chaise la plus proche, tellement proche que je devais vérifier que nos genoux ne se touchaient pas.

Elle est connu pour être d'une humeur maussade. J'ai lu des interviews où elle disait combien elle n'aimait pas être interviewer et elle a certainement des tics nerveux. Elle secoue parfois sa jambe comme un piston et elle dit « vous voyez ce que je veux dire » 18 fois dans une interview. Mais elle semble se mettre tout entière dans l'authenticité et ça, en soi, c'est très attachant.

Quoiqu'il en soit, ces traits n'étaient pas les meilleurs sur le marché des enfants acteurs. Elle irait aux auditions pour la publicité où elle a dû danser avec le produit. Elle fait une grimace. « et dans ces situations, je devenais une enfant de 9 ans pompeuse. J'étais genre : « Je ne veux plus faire ces auditions. Je me sens bête. » » Elle a demandé si elle pouvait abandonner la dernière audition et sa mère lui a dit : « Kristen ! Tu as une putain d'intégrité ! Si tu as un rendez vous, tu y vas. Je virerais ton agent demain. »

Si elle n'avait pas campé le rôle d'une enfant troublé et garçon manqué dans The Safety of Objects, suivi par son rôle d'enfant troublé et garçon manqué dans Panic Room, elle serait dans des champs archéologiques maintenant. Au lieu de ça elle est au cœur d'un mastodonte.

Quand elle a signé, à la fin de son adolescence, pour jouer Bella Swan dans Twilight, il n'était pas question, dit-elle, de suites, de merchising ou de grosses machines à profit. C'était un petit film. Stewatr a été dans beaucoup de petits films, avant et encore maintenant. Elle a joué Joan Jett dans The Runaways, une adolescente des années 80 travaillant dans un parc d'attraction dans Adventureland et une fille souffrant d'une maladie grave dans The Cake Eaters. Le mot qui est toujours appliqué à ses performances est « vigilant ».

Elle a commencé sur une route particulière, une carrière remplie de films indépendants et Twilight semblait apte. Le premier film n'est que tempêtes de pluie et émotion débutante. Puis la saga a pris vie. Le premier film a rapporté presque 70 millions de dollars lors de la première semaine aux USA. Le second, New Moon, détient le record des plus grosses entrées à la première diffusion de l'histoire du box office ; les quatre films de la franchise ont rapporté plus de 2 milliards de dollars au box office mondial. L'année dernière, une enquête du magazine Forbes a trouvé que pour chaque dollar qu'on paye à Stewart, ses films introduisent une moyenne de $55,83, faisant d'elle l'actrice à la meilleure valeur – une valeur qui reflète à la fois la vitesse stupéfiante de son évolution et le nombre de jeune femme qui l'adorent.

Bella Swan est peut être exempt de n'importe quel intérêt évident au delà de son attachement pour le vampire Edward Cullen et le loup Jacob Black, son absence d'expression a autorisé une génération de jeunes femmes qui sont amoureuse ou qui aimerait vivre leur désir pour des hommes dangereux et inaccessible. Stewart est magnifique bien sûr mais sa démarche maladroite, sa gène palpable, a fait d'elle une parfaite transition.

Elle a réalisé combien Twilight serait énorme avant que ça arrive, quand elle et Robert Pattinson, sa costar et prétendu petit ami, ont rassemblé prés de 6500 personnes à une convention de comics. Est ce que ça l'a rendu nerveuse ? « Oh mon Dieu. Ça m'a rendu malade. » Elle parlait depuis cet événement le sentiment d'être piégée, incapable de sortir se promener, d'être enfermé dans ses chambres d'hôtel. Elle dit que ce n'est pas toujours comme ça. « Je veux dire, si je sors de cet hôtel, je vais me faire avoir. Mais à Londres, je suis très bien, à moins d'avoir une traînée de parasites derrière moi. » Les paparazzi étaient à l'entrée de l'hôtel quand je suis parti. « Mais je suis assez forte pour les éviter. Une fois que je les perds, une fois que personne n'essaie de se faire de l'argent sur moi, vous savez, je vais bien - je sais à quel point il y a du dollar à ce faire, ce qui est bizarre si on considère que je marche juste dans la rue avec les cheveux sales. »

Stewart a un visage de star de film muet qui peut projeter les émotions sans nom de toutes les manières. C'est une qualité qui a été utilisé à bon escient dans la saga Twilight – tous ces regards infini, voulu, nécessiteux – et maintenant dans son nouveau film, Blanche Neige et le Chasseur, dans lequel elle joue l'héroïne de l'histoire, et qui est menacé de devenir une autre franchisse. Le film est irrégulier. Il est dur d'être excité par un héros romantique, joué par Chris Hemsworth, un personnage qui passe une quantité de temps surprenante à être saoul. Mais c'est visuellement intéressant, avec ces champignons clignotant, ses miroirs parlants et ces forêts très très sombres. Stewart et sa costar Charlize Theron dans le rôle de la reine maléfique sont géniales.

Le film est une nouvelle version du conte de fée classique, avec Stewart dans le rôle d'une héroine plus puissante, qui est enfermé par la reine maléfique depuis une dizaine d'années avant de s'échapper et de devenir une guerrière. Stewart n'a jamais été une grande fan de Disney. « Dans l'original, elle représente totalement ce qu'une femme voudrait être à cette époque : la figure maternelle ultime. Elle nettoie bien la maison. Elle fait juste plus que ce que nous faisons aujourd'hui. ». à la place, ils ont créé une "jeune femme puissante et battante", dit elle, dans lequel la force du personnage est représenté de manière réelle. « Nous ne sommes pas construit pour battre des tas de muscles en armure. Donc c'est plus être rapide et intelligent. »

D'une certaine manière, Blanche Neige est, bien sûr, l'ultime histoire hollywoodienne ; la vieille femme qui terrifie une jeune fille qui la surpasse en beauté. (il y a une scène hilarante dans laquelle Charlize Theron aspire la force vitale de Lily Cole.). Je demande si Stewart trouve l'attention d'Hollywood sur soi est dur et elle répond à une question complétement différente. Elle commence à parler de comment la beauté est ruinée « Si vous n'êtes pas cool bien sûr. Si vous n'avez pas le cœur à soutenir vos apparences, vous êtes horrible. J'ai vu tellement de personnes que je pensais être si belles et talentueuses et incroyables. Et puis vous les rencontrez pendant une seconde et vous êtes genre , » Elle soulève un autre souffle et crache emphatiquement, « tu portes un costume, tu es faux, tu n'es pas attractif'. Et ça n'apparait pas forcément sur une image, mais vous pouvez être très beau dans un contexte et puis dans la vie, être horrible. Et c'est ce dont le film traite. »

Il y a une grande similitude entre Blanche Neige et Twilight, dit elle, avec ça « Il y a une scène de la vie représenté dans chacun des films qui est si passionné, et on ne sait pas encore pourquoi. Vous voyez ce que je veux dire ? C'est ce que j'aime à propos de Bella. Le fait qu'elle croyait que à un certain moment ces sentiments allaient avoir du sens, et qu'elle n'allait laisser personne lui dire qu'elle est folle. C'était juste tellement, » elle reprendre sa respiration, « c'était très intense », elle rit.

Était-elle une adolescente intense ? « Ouais, je suis toujours une personne très intense. » Elle a 22 ans maintenant. « Je suis détendu par rapport à certaines choses. Je suis bien. Mais je prends définitivement les choses bien trop au sérieux... je suis une personne sérieuse. J'aime blaguer et c'est carrément une histoire d'humeur parce que parfois je peux être une parfaite idiote. Mais la plupart du temps je suis comme ça. » Elle fait un bruit comme si sa bouche avait été fermée. Privé ? « Ouais » dit elle « Et je suis manifestement consciente de me foutre de tout. Je suis toujours du genre, » elle mime de prendre des choses « des détails, des petites choses. Juste obsédée, analytique. »

Beaucoup pensaient que Twilight diffusait un message d'abstinence, présentant le sexe comme un danger à éviter – dans ce cas, bien sûr, spécialement parce que ça impliquait de le faire avec un vampire et un loup garou. Était-ce inquiétant d'avoir cette vision collée sur soi ? « J'ai toujours dit honnêtement que ce n'est pas pour cette raison que j'ai fait le film, et ce n'est pas ce pourquoi le livre a été écrit, » dit elle, en ajoutant qu'elle trouve frustrant quand les gens comprennent les personnages différemment. « Surtout dans cette idée que Bella est une fille faible qui est juste obsédée par deux garçons, et ne pense à rien d'autres que ses propres besoins, et qu'elle est égoïste. Et elle l'est, complètement, mais c'est la manière de vivre, mec ! Tu dois suivre ton cœur. C'est en fait une façon très brave de vivre, ne pas faire de concessions, ou abandonner... Je ne sais pas pourquoi les gens ignore les sacrifices qu'Edward fait. Je ne sais pas pourquoi le pouvoir est vu comme il l'est, parce que je l'ai vu tellement différemment.»

N'est ce pas parce que les hommes sont physiquement menaçants et que Bella devient leur victime potentielle volontairement ? Dans le premier film, Edward dit à Bella qu'il est « le prédateur le plus dangereux au monde » et qu'il a voulu la tuer. Sa réponse ? « Je te fais confiance » « Je pense que les filles pensent qu'elles sont plus fortes que la prochaine et donc qu'elles peuvent y arriver, » dit Stewart. « Je pense qu'elle ne se blessent pas elle même. Je veux dire, c'est extrême, c'est très romantique, c'est vraiment idéal. Je pense que la raison pour laquelle c'est efficace, c'est parce que si elle était un vampire, il ferait la même chose.»

Stewart a grandi avec un frère plus âgé, Cameron et un frère adoptif, qui est de 5 jours son aîné et dit que c'était une enfance très « garçon manqué ». « je ne pense pas que j'ai une photo de moi sans casquette de baseball avant 14 ans. » Ils jouent tous beaucoup. « Vous connectez juste le skateboard au vélo et vous voyez à quelle vitesse vous allez en descendant une colline sans mourir. Je le ferais. Mais je me ferais mal. Je suis toujours celle qui est super excitée et puis juste avant, je doute et je le fais pas. » La première fois qu'elle a réalisé qu'un film pouvait être important était quand elle a fait Speak à 13 ans, à propos d'une fille qui se fait violée. Elle a fait une annonce publique aprés qu'il soit diffusé à la télé avec les détails pour aider les personnes victimes d'abus sexuel. L'audience ce soir là a été immense. L'autre film qu'elle a fait dans ce genre de contexte est Welcome To The Rileys, dans lequel elle joue une adolescente troublée, qui travaille dans un club de strip tease. Elle a rencontré des femmes dont c'est le métier pendant ces recherches, ce qui lui a donné une idée sur laquelle elle travaille toujours, de donner de l'argent dans un réseau de maisons pour les femmes qui veulent quitter ce business ou qui besoin de soutien.

Elle vient juste de faire un film qui lui tient aussi beaucoup à cœur, Sur la Route, avec le réalisateur Walter Salles. Elle joue la sauvage et instinctive Marylou, partenaire de Dean Moriarty et elle a aimé la chance d'improviser et d'essayer de porter les sentiments du livre sur écran. « Je pense que pour faire ce livre correctement, pour rendre tout le monde content – parce qu'il y a beaucoup de gens assis à dire « Ok, on le fait » - je devais être spontanée, il devait y avoir cette impression qu'on ne sait jamais quand quelqu'un va sauter ou crier », dit elle. « Alors parfois on oubliait totalement les répliques pour nous exprimer à notre façon ».

Stewart me rappelle, de temps en temps, une aire d'acteur passée. Les adolescents maussades de la génération de James Dean (elle aimerait jouer dans A L'est d'Eden un jour), ou les gens acteurs un peu grunge des années 90 – Winona Ryder, River Phoenix, Johnny Depp – avec leur sérieux caractéristique. Elle joue un personnage qui est un modèle de rôle terrible dans Twilight, mais en personne c'est un soulagement béni, avec ces baskets sur le tapis rouge, ses vêtements froissés et son intensité. Quand ces contemporains implosent, elle semble clouée au sol « quand vous faites des films, c'est très facile d'être déloyal, » dit elle. « C'est très facile de juste devenir une commodité et je pense que c'est très embarrassant. » Et avec ça, elle finit son lait.
Source - Scans