Thursday, May 17, 2012

Viva Press Interview


ANAHEIM/LOS ANGELES – The Kristen Stewart parade marches on. The sensationally gifted Twilight actress raises her game to even greater heights in her new film, SNOW WHITE AND THE HUNTSMAN, which is a revisionist retelling of the classic fairytale. Stewart soars as Snow White, investing the porcelain princess with a feral charm and dark gravitas that goes well beyond anything in Bella’s imagination.

Though she seems to have been part of our cultural fabric for ages, Stewart has only just turned 22. She’s still massively uncomfortable with her celebrity…, but in front of the cameras she disappears into her performance with the seamless grace that only the finest actresses can achieve. Away from the comforts of the film sets on which she grew up thanks to her mother’s job as a Hollywood set decorator, Stewart reverts to her twitching, fidgeting, hesitant, and relentlessly self-conscious persona, so much so that she struggles to deliver a convincing portrait of her own true self. Still, the pixie-ish actress with the alabaster complexion and chronic tendency to recalibrate her every thought does offer plenty of insight into her bubble-like existence.

“I like to play characters that I can draw from in my own life,” Stewart observes. “I’ve invested so much of my life into my work that I almost don’t have any choice. It’s interesting how you can blur the line between acting and living and learn from your performances. I’m just trying to keep learning as much as I can and not get caught up in all the distractions that can play havoc with your mind.”

Q: Kristen, what was your approach to the very tough Snow White that this film saw you play?
STEWART: She needed to develop a warrior-like mentality and at the same time she was a very caring, compassionate young woman. We wanted to remain true to the essence of the story where Snow White represents the good side of humanity and its best ideals. Yet she also has to engage in violence in order to fight very evil forces. That was our way of creating a new kind of fairytale that is going to engage people and take the audience on a different kind of journey.

Q: Was the presence of Charlize Theron one of the reasons you wanted to be part of this project?
STEWART: Yes. I’ve always been a huge admirer of Charlize. She was already signed to the film before either Chris or myself and after reading the script and knowing that she was playing in it, I knew I had to be part of it.
It’s really an incredible opportunity to work with someone you think is so brilliant and whose work you’ve followed and respected so much. Charlize was basically the reason I wanted to make this film.

Q: What makes Snow White special in your eyes?
STEWART: Snow White has a unique ability to see the true essence of others. Her real beauty is the way she can see the world and believe in humanity despite the violence and evil that surrounds her. She has incredible intuition that is one of her greatest gifts and so she sees The Huntsman (Chris Hemsworth) for who he really is. I also enjoyed working with Chris because he had a way of bringing new elements to the scenes we were doing and I was able to play off of that and that was really exciting for me as an actress. We surprised each other a lot and I thrive on that way of working together. Chris was also a lot of fun to be around.

Q: There is a lot of action in this film. Did you get banged up?
STEWART: (Laughs) It was scary sometimes to do certain things like jumping in cold water from pretty high up or some of the fighting. I once really hit Chris hard by accident and I felt awful. But he’s such a good sport and was more worried that I might have hurt my hand!

Q: What did it feel like to play opposite Charlize Theron? Were you ever intimidated by her?
STEWART: I was very inspired by her. She has an incredible presence and she has a way of looking at you that makes her perfect to play the Evil Queen. In some sense I probably was intimidated but it was more a case of my being so excited and excstatic about working with someone of her talent. We had a chance to talk about a lot of things and we both have the same goals and approach when it comes to acting. We both throw ourselves into the process and we had such a fantastic time working together.

Q: This fairytale is famous for the issue of beauty. In this version of SWATH, the Queen is convinced that beauty is the source of her power. Do you believe that beauty can be empowering?
STEWART: Beauty can be empowering in good and bad ways. There are people who use it to their advantage in a negative way and as our film shows the Queen has embraced her beauty in a way that has seen her become a horrible human being. She views beauty as a weapon and a force of manipulation.

This is where Snow White represents the opposite force. She sees beauty everywhere in the world and even sees the inner beauty of the Queen. Snow White is able to see the light and the beauty of things in general and that is her great strength.

Q: Is Snow White a more rebellious Bella?
STEWART: I think they’re both very strong characters although they’re also very different. I like films that take risks and where you have a chance to challenge audience expectations and you’re not worried about how you’re going to be perceived. I don’t think about how a role is going to affect my image or how it figures in to any big plan of how I want my career to evolve. I think your only guide should be to find interesting roles and films that you love and which inspire you to do your best work.

Q: You’ve achieved a lot as an actress at a very young age. How has your fame affected you?
STEWART: That’s hard to say. I still find it hard to feel at ease in situations where people know so much about you and you’re dealing with so many perceptions and you want to give people a sense of who you are – it’s difficult sometimes. I want to get past all that and it’s a struggle sometimes to be yourself and not feel that you have to behave a certain way. I don’t like any fuss around me and so when I’m with my friends I like the fact that I can be myself.

Q: Is it hard to socialise with people outside your profession?
STEWART: I’m not good at meeting people. Most of my friends are people who have known me for a long time even before Twilight started and I usually hang out with them. It’s more difficult to get to know people because you learn to protect yourself when there’s a lot of attention focussed on you and I’m shy to begin with. So it’s tough sometimes to get to make friends except when you’re on a film set and that’s your family for several months.

Q: You attended the Coachella music festival recently. Was it hard to avoid people following you or crowds gathering around you?
STEWART: My friends are very good at being protective of me and sometimes I tell them not to worry so much about it. I just keep my cap pulled down tightly over my forehead and try to move away if I’ve been spotted or photographers are trying to take my picture. It’s not so bad. I had a good time at Coachella. It was fun.

Q: Your parents are both involved in the film and TV business. What was that like for you while your were growing up?
STEWART: She works very close with the director, so I would get special treatment when I would visit her on set. I knew about the process (of filmmaking) before I ever made a movie. I was just comfortable on a set. It is a very foreign place to be if you’re not used to it.

Q: How did you first get into acting?
STEWART: I sang in a school play and some agent happened to be sitting in the audience because his own daughter was in the play. So he called my parents about my coming in to audition.
My parents were nice enough to actually run it by me, I mean instead of just, like, hanging up. They were, like, ‘Do you want to do this?’ They were not very enthusiastic. They are realistic about the business. It is not a normal thing to be successful at it.

Q: What was the audition like?
STEWART: It was a general cattle call where agents would come and take a look at potential child actors. I didn’t really have anything to be worried about. It wasn’t something I needed. It was, like, let’s give this a shot. If it hadn’t happened, I wouldn’t be devastated. Now if you were to take it away from me, I don’t really know what I would do!

Q: Do you feel you’ve adjusted to your celebrity at this point in your life?
STEWART: It’s still something I’m working on. It took me time to feel less paranoid about people looking at me or following me. You learn to make yourself less conspicuous and keep your head down if you’re out in public and usually it’s OK. You get used to not making eye contact and walk faster than you normally would. It’s not a big ordeal. I’m able to travel so much and enjoy doing work that is really fulfilling. It’s all pretty good.

Q: How do you feel you’ve evolved personally over the years and becoming identified with Bella and the Twilight films?
STEWART: Bella and I have taken this journey together and she’s still my favourite character that I’ve played. When I look back on her, I see that she has so much going on inside her and how she sees so much. I will always admire her courage and insight. I feel that we’ve gone through so much together and there are so many parallels between her life and mine. She’ll always be a part of me.

Q: What about the idea of Prince Charming? Charlize was saying she doesn’t think there’s just one, there’s possibly several. What are your beliefs?
STEWART: I don’t know…. I don’t have, I don’t think about it. I think that for some people, you can feel like there’s one but I don’t think that there are rules. If life had rules like that, God, it would be so much easier.

Q: Do you believe in ‘happily ever after?’
STEWART: It’s possible. I mean, lucky girl, (laughs) but at the same time a lot of people grow up needing that so that if it doesn’t happen then I’m not complete in my life, I would have lived half a life or something. That would be sad. But I feel pretty sturdy, I feel pretty lucky.

Q: What’s the best thing a guy has done for you?
STEWART: I don’t know…(laughs)

Q: Best date?
STEWART: Come on now, my God, (laughs) no, I don’t know, man.

Q: In what way do you think beauty is powerful?
STEWART: It’s weird because it actually is but it’s a scary thing because it can be…. some of the most beautiful people who use their beauty as a weapon, if looked at through the wrong eyes, or through the right eyes actually, are grotesquely ugly. And I think it just depends on who is looking and you can really take advantage of people, and also, you can be so taken advantage of if that’s all there is to it. But I think, in our case especially, beauty is power yes. To her, she’s being brought up and told that that’s the one card that she can play to a fault. No matter what, you’ve got this and it’s strong and it’s probably true, but ultimately, it’s strength of character. It’s all of those really basic things that are so true, but what is going to last? Not that. Obviously.

Q: What do you cherish most in a human being?
STEWART: Honesty probably, but not objective honesty, it’s like, there’s a way to be soulfully honest, there’s a way to be honest with your eyes.

Q: Is there some truth that you wouldn’t like to hear?
STEWART: Maybe, but that doesn’t mean I don’t want to hear it, I’m like ridiculously obsessed with (laughs) truth.

Q: Is there some time in your life where you can enjoy just the pleasure of feeling like a princess?
STEWART: I mean yeah, sure. But I don’t need that though to be honest, I don’t have that thing, I have a lot of friends who are actors as well and they sort of love the process of getting ready for something because they feel kind of important, I don’t identify with that, other things make me feel…

Q: How about being the face of Balenciaga? That’s like a princess dream in a way.
STEWART: Yes, when I found that out I was like, because admittedly, I’ve always been sort of like not on the forefront of the things that I wear. Like, I don’t always know exactly what I’m doing, but I always have been incredibly into it, and so I was kind of shocked that they offered it to me. And I was really, really honoured, and very excited.

Q: Are you modelling at all, photoshoots, things like that?
STEWART: Yeah, I like to play characters, it depends on who you are working with, it can be really fun and artistic and like free. But I don’t always like taking pictures.
ANAHEIM/LOS ANGELES - La parade de Kristen Stewart marche d'un pas sûr. L'actrice sensationnelle de Twilight a fait évolué son jeu vers de plus grands horizons avec son nouveau film, Blanche Neige et le Chasseur, qui es une version révisée du conte de fée classique. Stewart monte en flèche comme Blanche Neige., investissant le rôle de la princesse à la peau de porcelaine avec un charme sauvage et une gravité sombre qui va au-delà de quoi que ce soit dans l'imagination de Bella.

Quoiqu'elle semble avoir une part importante de la culture des jeunes depuis longtemps, Stewart vient juste d'avoir 22 ans. Elle reste très inconfortable avec sa célébrité et est indubitablement le sujet d'interview le plus nerveux, mais en face des caméras, tout disparaît pour laisser place à sa performance avec une grâce indéniable que seule une grand actrice peut avoir. Loin du confort des plateaux de tournage sur lesquels elle a grandi, grâce à sa mère et son métier de scénariste. Stewart retourne à son tic, le personnage remuant, hésitant et implacablement embarrassé, tellement qu'elle lutte pour livrer un portrait convaincant d'elle même. Cependant, l'actrice au teint d'albâtre et la tendance chronique à recalibrer chaque pensée, offre vraiment beaucoup d'aperçu de son existence.

« J'aime jouer des personnages que je peux tirer de ma propre vie, » Dit Stewart. « J'ai tellement investi de ma propre dans mon travail que je n'ai pas vraiment le choix. C'est intéressant la façon dont on peut effacer la frontière entre mon métier et ma propre vie et d'apprendre de mes performances. J'essaie juste de continuer à apprendre autant que possible et ne pas me laisser aller à toutes les distractions qui pourraient faire des ravages sur mon esprit. »

Q: Kristen, quelle était votre approche pour la très forte Blanche Neige que ce film vous voit jouer ?
STEWART: Elle a besoin de développer une mentalité de guerrière et en même temps c'est une jeune femme très soucieuse et compatissante. On voulait rester vrai par rapport à l'essence de l'histoire où Blanche Neige représente le bon côté de l'humanité et ses meilleurs idéaux. Elle doit aussi s'engager dans la violence pour combattre des forces maléfiques. C'est notre manière de créer un nouveau genre de conte de fée qui va engager les gens dans un voyage d'un genre différent.

Q: Est ce que la présence de Charlize Theron est une des raisons pour lesquelles vous vouliez faire partie du projet ?
STEWART: Oui, j'ai toujours été une grande admiratrice de Charlize. Elle était déjà engagée pour le film avec moi ou Chris et après avoir lu le scénario et su qu'elle jouait dedans, j'ai su que je voulais en faire partie. C'est une grande opportunité de travailler avec quelqu'un que vous pensez si brillant et dont vous suivez le travail et que vous respectez tant. Charlize est juste la raison pour laquelle je voulais faire ce film.

Q: Qu'est ce qui rend Blanche Neige spéciale à vos yeux ?
STEWART: Blanche Neige a une capacité unique à voir la véritable essence des gens. Sa beauté réelle est la façon dont elle voit le monde et croit en l'humanité malgré la violence et la méchanceté qui l'entourent. Elle a une intuition incroyable qui est un de ces plus grands cadeaux et elle voit le chasseur (Chris Hemsworth) pour ce qu'il est. J'ai aussi apprécié travailler avec Chris parce qu'il a une façon d'apporter de nouveaux éléments aux scènes qu'on tournait et je pouvais en jouer et c'était vraiment excitant pour moi en tant qu'actrice. On s'est surpris l'un l'autre, je m'épanouis dans cette façon de travailler ensemble. Chris est aussi très marrant.

Q: Il y a beaucoup d'action dans ce film. Avez vous été blessé ?
STEWART: (rires) C'était effrayant parfois de faire certaines choses comme sauter dans l'eau froide du haut d'une pseudo falaise ou quelques scènes de combats. Une fois, j'ai frappé Chris par accident et je me suis senti mal. Mais il est tellement de bonne humeur et il était plus inquiet sur le fait que je puisse m'être blesser la main.

Q: Comment c'était de jouer en face de Charlize Theron ? Étiez vous intimidée ?
STEWART: Je suis très inspiré par elle. Elle a une présence incroyable et elle a une façon de vous regarder qui l'a rend parfaite pour jouer la reine maléfique. Parfois, j'ai peut être été intimidée maos c'était plutôt le fait d'être excité et impatiente de travailler avec quelqu'un comme elle. On a eu la chance de parler de beaucoup de choses et on a toutes les deux les mêmes buts quand on en vient à la comédie. On s'est toutes les deux jeter dans le processus et on a une collaboration fantastique.

Q: Ce conte de fée est célèbre pour les problèmes de beauté. Dans cette version de Blanche Neige, la reine est convaincue que la beauté est le source de son pouvoir. Pensez vous que la beauté peut rendre puissant ?
STEWART: La beauté peut rendre puissant de façon bonne ou mauvaise. Il y a des gens qui l'utilise à leur avantage pour des buts négatif et comme le montre notre film, la reine se sert de sa beauté d'une telle manière qu'elle devient un humain horrible. Elle voit la beauté comme un piège et une force de manipulation.

C'est dans ce contexte que Blanche Neige représente la force opposée. Elle voit la beauté partout dans le monde et même la beauté intérieur de la reine. Blanche Neige est capable de voir la lumière et la beauté des choses et c'est sa grande force.

Q: Blanche Neige est-elle plus rebelle que Bella ?
STEWART: Je pense qu'elles sont toutes les deux très fortes mais aussi différentes. J'aime les films avec lesquels je vais prendre des risques et dans lesquels j'ai une chance de surprendre le public et vous ne savez pas comment vous serez perçu. Je ne pense pas à comment un rôle va affecter mon image ou comment il figure à n'importe quel grand projet de la façon dont je veux que ma carrière évolue. Je pense que le seul guide devrait être de trouver des rôles intéressants et des films que vous aimez et qui vous inspire pour donner le meilleur de vous même.

Q: Vous avez beaucoup fait en tant qu'actrice à un jeune âge. Comment votre célébrité vous a affecté ?
STEWART: C'est dur à dire. Je trouve toujours cela compliqué d'avoir à faire, dans certaines situations, à des gens qui savent tellement de choses sur vous et vous avez à faire à tellement de perceptions et vous voulez donner une idée de qui vous êtes, c'est parfois compliqué. Je veux aller au-delà tout cela, et c'est un combat parfois pour être soi-même et ne pas sentir que vous avez à vous comporter d'une certaine façon. Je n'aime pas faire d'histoires autour de moi et quand je suis avec mes amis j'aime le fait de pouvoir être moi-même.

Q: Est ce que c'est dur de s'entendre avec les gens qui ne sont pas de la profession ?
STEWART: Je suis pas douée pour rencontrer les gens. La plupart de mes amis sont des gens qui me connaissent depuis très longtemps, avant que Twilight arrive et je sors souvent avec eux. C'est plus difficile d'apprendre à connaître les gens parce que vous apprenez à vous protégez quand vous recevez toute l'attention sur vous et je suis très timide. Donc c'est dur parfois de se faire des amis sauf quand vous êtes sur le tournage d'un film. Ils deviennent votre famille pour les mois à venir.

Q: Vous avez assisté au Festival de musique Coachella récemment. Était-ce dur d'éviter les gens qui vous suivent ou les foules qui se forment autour de vous ?
STEWART: Mes amis sont très protecteurs avec moi et parfois je leur dis de ne pas trop s'inquiéter pour ça. Je garde juste ma casquette basse sur mon front et de me déplacer quand j'ai été vu ou que des photographes essaient de prendre des photos. Ce n'est pas si terrible. J'ai passé du bon temps à Coachella, c'était cool.

Q: Vos parents sont impliqué dans le business du film et de la TV. Comment c'était de grandir dans ce contexte ?
STEWART: Elle travaille en étroite relation avec le réalisateur, donc j'ai des traitements spéciaux quand je veux venir la voir sur les plateaux. Je connaissais le processus (de la réalisation d'un film) avant même d'en avoir fait un. J'étais à l'aise sur les plateaux. C'est un endroit très étranger quand vous n'êtes pas habitué.

Q: Quand as-tu fait tes premiers pas d'actrice ?
STEWART: J'ai chanté dans une pièce à l'école et il se trouve qu'un agent faisait parti de laudience parce que sa propre fille était sur scène. Donc il a appelé mes parents à propos de ma venue à une audition.
Mes parents ont été assez cool pour me laisser choisir, je veux dire au lieu de juste, genre, raccrocher. Ils étaient genre « Est ce que tu veux faire ça ? ». Ils n'étaient pas très enthousiastes. Ils sont réalistes à propos de l'industrie. Ce n'est pas une chose normale d'y arriver.

Q: Comment était l'audition ?
STEWART: C'était une audition de masse où des agents venaient et regardaient pour trouver des enfants acteurs potentiels. Je n'avais pas grand chose à craindre. Ce n'était pas quelque chose dont j'avais besoin. C'était plutôt genre, on se donne une chance. Si ça ne marche pas, je ne serais pas déçu. Maintenant si on me l'enlevait, je ne sais pas ce que je ferais!

Q: Pensez vous que vous vous êtes ajusté à votre célébrité aujourd'hui ?
STEWART: C'est quelque chose sur laquelle je continue de travailler. Ça m'a pris du temps pour me sentir moins parano à propos des gens qui me regardent ou qui me suivent. Vous apprenez à être moins suspicieux et à baisser la tête quand vous êtes en public et en général ça fonctionne. Je me suis habitué à ne pas regarder les gens dans les yeux et marcher plus vite que la normale. Ce n'est pas grand chose. Je peux beaucoup voyager et apprécier de faire un travail qui est vraiment gratifiant. C'est très bien.

Q: Comment estimez-vous que vous avez évolué personnellement au cours des années et que vous êtes identifié à Bella et aux films Twilight ?
STEWART: Bella et moi avons fait le voyage ensemble et elle reste mon rôle préféré. Quand je reviens sur elle, je vois qu'elle a tellement de choses en elle et comment elle voit. J'admirerai toujours son courage et sa perspicacité. J'ai l'impression d'avoir traverser tellement de choses avec elle et il y a tellement de parallèle à faire entre sa vie et la mienne. Elle fera toujours parti de moi.

Q: Quel est votre avis à propos du Prince Charmant ? Charlize a dit qu'elle ne pensait qu'il n'y en ait qu'un seul, il peut y en avoir plusieurs . Qu'est ce que vous en pensez?
STEWART: Je ne sais pas... je n'en ai pas, je n'y crois pas. Je pense que pour certaines personnes, Vous sentez qu'il y en a un mais je ne pense que ça réponde à certaines règles. Si la vie avait des règles comme ça, mon Dieu, comme ça serait plus simple.

Q: Croyez vous au 'Ils vécurent heureux pour toujours' ?
STEWART: C'est possible. Je veux dire, pour les filles chanceuses, (rires) mais en même temps beaucoup de gens grandissent en ayant besoin de telle ou telle chose et si ça ne leur arrive pas leur vie n'est pas complète. Ils auront vécu la moitié de leur vie ou je ne sais quoi. C'est triste. Je me sens bien et très chanceuse.

Q: Quel est la meilleure chose qu'un mec ait fait pour vous ?
STEWART: Je ne sais pas... (rires)

Q: Meilleur rendez vous ?
STEWART: Vraiment ? (rires) j'en ai aucune idée.

Q: De quelle manière pensez vous que la beauté est puissante ?
STEWART: C'est bizarre parce que ça l'est vraiment en fait mais c'est aussi effrayant parce que ça peut être... Certaines des plus belles personnes qui utilisent leur beauté comme une arme, d'un point de vue ou d'un autre, sont grotesquement laides. Et je pense que ça dépend de qui vous regarde et vous pouvez tirer avantage de ça, et aussi, vous pouvez être avantageux si c'est uniquement ce qui vous définit. Mais je pense que dans notre cas en particulier, la beauté est synonyme de pouvoir. Pour elle, elle a été élevé avec l'idée que c'était un atout contre tout. Qu'importe la situation, vous avez cette idée, elle est forte et c'est probablement vraie, mais c'est la force du personnage. C'est l'ensemble de ces choses basiques qui sont vraies mais est ce que ça gagne au final ? Non. Visiblement.

Q: Qu'est ce que vous chérissez le plus chez l'être humain ?
STEWART: L'honnêtement probablement, mais pas l'honnêteté objective, c'est comme, il y a une façon d'être honnête de toute votre âme et une de l'être avec vos yeux.

Q: Y a-t-il des vérités que vous n'aimeriez pas entendre ?
STEWART: Peut être mais ça ne veut pas dire que je ne veux pas les écouter, je suis comme bizarrement obsédé (rires) par la vérité.

Q: Y a-t-il des moments dans votre vie dans lesquelles vous appréciez juste le plaisir de vous sentir comme une princesse.
STEWART: Je veux dire oui, bien sûr. Mais je n'en ai pas absolument besoin pour être honnête. Je ne ressens pas ce genre de chose. J'ai beaucoup d'amis qui sont acteurs aussi et ils aiment se préparer pour assister à des premières et autres parce qu'ils se sentent importants en quelque sorte. Je ne m'identifie pas à ça, les autres choses me font sentir...

Q: Comment c'est d'être le visage de Balenciaga ? C'est un rêve de princesse d'une certaine façon.
STEWART: Oui, quand j'ai découvert ça, j'étais comme, certes je n'ai jamais vraiment prêté attention à ce que je portais. Je ne sais pas toujours ce que je fais exactement mais je me sens toujours incroyable dedans et donc j'étais un peu choqué qu'ils me le proposent. Et j'étais vraiment vraiment honorée et très excité.

Q: Aimez vous poser pour des photoshoots ou ce genre de choses ?
STEWART: Ouais, j'aime jouer des personnages, ça dépend d'avec qui vous travaillez. Ça peut être amusant et artistique et assez libre. Mais je n'aime pas toujours ça.
Source via