Wednesday, June 13, 2012

'Breaking Dawn Part 2' in Entertainment Weekly - NEW pics, new interview!


image host image host
image host image host
image host

Scans:

image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host

Interview:


How to explain The Twilight Saga: Breaking Dawn – Part 2? Let’s hear Robert Pattinson give it a shot. The actor, 26, says this final instalment of the francise – rates PG-13 and in theaters Nov. 16 – is "stranger than all the other films put together." He pauses. He sighs. He stammers (charmingly, British-ly) before arriving at a surprisingly simple resting place: "Vampires are weird." • And getting weirder all the time. Pattinson’s larger point is that while the previous Twilight movies have always kept one foot in reality (girl-meets-vampire reality, anyway), Stephenie Meyer’s Breaking Dawn, the fourth and last book of the Twilight series, is a 754-page tonal departure, so packed with plot twists and new characters that Summit Entertainment split it into two films. Part 1 covered a lot of ground in the lives of Bella (Kristen Stewart), Edward (Pattinson), and Jacob (Taylor Lautner) last November: There was the long-awaited wedding of Bella and Edward and an even more anticipated, feather-flying martial consummation, which resulted in a Halfling fetus growing inside Bella and a mind-bogglingly bloody delivery for our heroine, culminating in her death. But considering the film ended with Bella coming back to sorta life opening her glowing, telltale – red vampiric eyes, fans knew things were just getting started. What you will see in these pages is an exclusive first look at Bella and Edward’s daughter, Renesmee (Mackenzie Foy, 11), the Halfling child over whom all manner of hell will break loose.

"Let me tell you, this movie is so weird", confirms Stewart, 22, clearly intending this as a compliment, "It. Is. Bizarre." Bill Condon, who directed both instalments of Breaking Dawn from scripts by Melissa Rosenberg, says he’d always been excited by how different the two movies would be. "I always thought of Part 1 as having two distinct halves: the romantic and the horror," he says. “but this one is epic. This is a whole different thing.”

Let’s begin with one of the more obvious differences between Breaking Dawn – Part 2 and all that came before. (yes, yes: spoiler alert.) Bella has now left the mortal world behind and joined the sparkly-skinned Cullen clan both physically and spiritually. Says Lautner, 20, “That’s kind of the huge thing that fans are waiting for – to see the clumsy teenage Bella that Kristen did so well suddenly become this super-sexy vampire who’s athletic and graceful. She took it very seriously and pulls it off.” Condon agrees: “I don’t think you can grasp how major an achievement it is till you see it. Her transformation from high school girl to fierce warrior is amazing. She’s a different species now.” Stewart says that years of watching her castmates helped inform how she played Vampire Bella. “I know every single version of vampire, and I took a little bit from everyone,” she says with a laugh. “But I wanted her to be the best one.”

Not that it didn’t take some adjusting. “Kristen complained about 500 times more than I have,” says Pattinson of the uncomfortable red contact lenses that the actors playing vampires must wear. “She condensed four years of complaining into a few months.” (Stewart, long used to Pattinson’s teasing ways, sighs in response to this and reminds EW that she’s been wearing brown contact lenses over her green eyes since the series began.) Performing in high heels during action-heavy scenes did not come easily – Stewart jokes that the kind of preternatural grace Bella possesses as a vampire “does not actually exist” in the actress playing her – but she did manage to locate her inner bloodsucker while shooting a scene in which Bella hunts a mountain lion. “I leaped through the air and tackled a crazy huge tube of foam shaped like a mountain lion.” She says. “I ripped that mother to the ground! For the first time I was like, ‘Wow, I’m, like, really, playing a vampire now.’”

One source of Bella’s newfound ferocity is her daughter. Renesmee, the half-human, half-vampire baby maturing at an unnatural rate, lies at the heart of the drama in Part 2. The vampire ruling class known as the Voluturi mistakenly believe that Renesmee is a human youngster turned into a vampire, which is a serious no-no in Meyer’s bloodsuck world, so they intend to snuff out the Cullens as punishment. (The girl has some decidedly vamp qualities but is also very much human, heartbeat and all.) Condon spotted Foy early in the audition process. “It’s a hugely important part,” he says. “There were a lot of kids. But this was kind of obvious. It was one of those rare times when you see some-thing – like with an apartment or house – and it feels good and you just need to take it. I felt that way, like, ‘Oh, this is good.’” Foy seems remarkably unfazed by the time spent with her überfamous costars. “They are super-nice,” she says.

Condon says it went well beyond superficialities. “They were amazing with her,” he says. “It really brought something paternal out in Rob, and Kristen was especially protective. I’d have to interrupt them when they were in deep conversation to get going with a scene.” It helped that Stewart began her own acting career as a child, in movies such as The Safety of Objects and Panic Room. “I loved chatting with Mackenzie,” she says. “I’m always curious about what’s going on in the minds of kids on set. She’s really close to the age I was when I started.”

Pattinson points out that having an impressionable youth on the set curbed certain cast members’ predilection for raucousness. “We’re all around the same age and we’re really not polite to each other anymore. You’d have to tone it down when Mackenzie was around,” he says. Or at least attempt to. “She had a little swear jar, and I think she made 850 bucks or something.” (Stewart, known to work blue in casual speech, laughs when asked if she managed to respect the swear jar: “Uh, yeah, no.”)

Playing a mother to an 11-year-old actress, Stewart says, might have been difficult in a more traditional context, but this being the Twili-verse, it was easier to wrap her head around mothering a child who in real life is only a decade or so younger: “[My relationship with Renesmee] is so completely rooted in this world, and I could relate to it because I very much believe it.” Bella and Renesmee’s bond is a particularly special one, complete with supernatural methods of communication. “It’s a really cool relationship. I hope it comes across,” Stewart says. And having an actress like Foy, who (rather spookily) resembles both her and Pattinson, didn’t hurt either. “Even our hands look similar,” Stewart says. “It was kind of strange. But it’s funny how it actually helps. It’s like, ‘Oh hey, you look like me , kid” Come on!’”

Renesmee, of course, has a supernatural link to a certain older man as well. Jacob, who’s spent most of the series in unrequited love with Bella, has imprinted on the infant Renesmee – “imprinting” being the process by which his tribe of werewolves suddenly discover who their soul mates are. In the past, Lautner has said he found the metaphysical mechanics of it all a bit confusing. But talking to Stephenie Meyer and diving back into the book got him more comfortable with the notion of being in love with a child. “Everyone likes to tease me about it,” he says. “Everyone thinks it’s so funny, and I laugh along with them, but it’s important for me to keep in my mind that it’s as simple as a lifelong bond. It’s not nearly as creepy as everybody likes to joke.” That “everybody” includes Pattinson, needless to say. “Oh, I can’t wait till he has to do live TV,” Pattinson says of Lautner with a gleeful cackle. “Did you ask him if his taste in women has changed? The first scene I saw them together, I literally could not stop laughing. I wouldn’t have been able to do it.” Lautner remains resolute: “I think people will be very happy with the whole imprinting situation.”

Joking aside, imprinting provides an elegant solution to the love triangle that’s fuelled years of Team Edward/Team Jacob rivalries. Once Jacob’s heart is promised to Renesmee, the three principal characters find themselves on the same side against a common enemy. It offered Lautner an opportunity to act beyond the part of despondent suitor. “For me Part 2 is so great because it’s a completely different side of Jacob that we’ve never seen before,” he says. “He’s always had one goal: to be with Bella. In this one, he’s happy” He’s much more relaxed and comedic. The trio was so tense and the triangle is still here, but it’s a completely different relationship between them.”

Breaking Dawn-Part 2’s conclusion revolves around a confrontation on a field between a multitude of Volturi and the Cullen clan, who have rallied friends from all over the globe for back up. Translation: An awful lot of new vampire characters were on set, along with a ton of extras.

For Condon, it was a challenge logistically – and not just because it took about an hour to get everyone through the lunch line. “The first part of Breaking Dawn was all about these crucial moments: wedding, pregnancy, birth, and death. There was a clear path. Here we introduce 23 new vampires and have hundreds of extra Volturi, so it was just about making sure that we had the same kind of clarity.” The director had never filmed an epic battle scene before, but his resume (which includes Dreamgirls) wound up serving him well. “Ultimately you treat it like a musical,” he says. “It’s all about a rhythm.”

Maybe, but filming the climax was still a nightmare, according to his cast. “Everyone started to go absolutely insane,” says Stewart with a laugh. “It moves so quickly in the movie, but it took so long to film. There was so much dialogue and so much to shoot and so many people and so many story lines.” Much of the action took place in a warehouse, and shooting this particular sequence dragged out over a couple of months, including additional reshoots for a few of the principals. “Oh, gosh, we spent my life on that field with the fake snow and the greenscreen,” says Stewart. “[The fake snow] gets under your contacts and into your lungs. It’s horrible s—. It’s the end of our movie, and it’s a big deal to really bring it to the high point it deserves. But yeah, it was a mind-losing experience.”

Team Twilight says that the resulting scenes were worth the effort, and we’ll take them at their word. They also say there’s some kind of visual valentine to fans in the closing moments. Pattinson, who’s seen a rough cut of the film, found himself surprisingly moved. “The end is so sweet. There’s this nice finality to it,” he says. “Everyone who was watching started crying. It does a serious justice to the series.”

Stewart emphatically agrees. “Bill decided to do this really f—ing amazing thing at the end,” she says. “The fans are going to go nuts.” No doubt. On Nov, 16, pandemonium comes to a theater near you.
Comment expliquer Breaking Dawn Part 2? Écoutons Robert Pattinson faire un essai. L'acteur, 26 ans, dit que ce dernier volet de la franchise - PG-13 et dans les salles le 16 novembre - est "plus étrange que tous les autres films réunis." Il fait une pause. Il soupire. Il balbutie (délicieusement, 'Anglais') avant d'arriver à une surprenante conclusion: "Les vampires sont bizarres." • Et deviennent plus bizarres avec le temps. Le plus grand point pour Pattinson est que tandis que les précédents films Twilight ont toujours gardés un pied dans la réalité (une-fille-qui-rencontre-un vampire est la réalité, de toute façon), Breaking Dawn de Stephenie Meyer, le quatrième et dernier livre de la saga Twilight, un tome de 754 pages, est si remplis de rebondissements et de nouveaux personnages que Summit Entertainment l'a divisé en deux films. La Partie 1 a parcouru beaucoup de la vie Bella (Kristen Stewart), Edward (Pattinson), and Jacob (Taylor Lautner) en novembre dernier: Il y avait le mariage tant attendu de Bella et Edward et un évènement encore plus attendu, la consommation matrimonial à plumes-volantes, qui a conduit à un fœtus hybride grandissant à l'intérieur de Bella et a une troublante sanglante livraison pour notre héroïne, aboutissant à sa mort. Mais compte tenu de la fin du film avec Bella qui revient à la vie en ouvrant ses ardents, totalement-rouges yeux vampiriques, les fans savaient que les choses n'ont fait que commencer. Ce que vous verrez dans ces pages est un premier aperçu exclusif de la fille de Bella et d'Edward, Renesmée (Mackenzie Foy, 11 ans), l'enfant hybride sur qui l'enfer va barder.

"Permettez-moi de vous dire que, ce film est si bizarre," confirme Stewart, 22 ans, disant clairement cela comme un compliment. "Il. Est. Bizarre." Bill Condon, qui a dirigé les deux volets de scripts de Breaking Dawn par Melissa Rosenberg, dit qu'il avait toujours été excité par combien les deux films seraient différents. "J'ai toujours pensé que la Partie 1 avaient deux moitiés distinctes: le romantique et l'horreur", dit-il. "Mais celui-ci est épique. C'est quelque chose de totalement différent."

Commençons par l'une des différences les plus évidentes entre Breaking Dawn Part 2 et tout ce qui est venu avant. (Oui, oui: alerte spoiler) Bella a maintenant quitté le monde des mortels et a rejoint le clan Cullen à la peau-scintillante tant physiquement que spirituellement. Lautnet dit, 20 ans, "C'est le genre de chose énorme que les fans attendent - voir la maladroite adolescente Bella que Kristen a faite devenir soudainement ce vampire super-sexy qui est athlétique et gracieuse. Elle l'a pris très au sérieux et l'a réussi." Condon est d'accord: "Je ne pense pas que vous pussiez saisir à quel point c'est un accomplissement majeur tant que vous ne l'avez pas vu. Sa transformation de jeune fille lycéenne à une féroce guerrière est incroyable. Elle est d'une espèce différente maintenant." Stewart dit que les années à regarder ses co-stars ont contribuées à l'éclairer sur comment jouer Bella vampire. "Je connais chaque version du vampire, et j'ai pris un peu de tout le monde," dit-elle avec un rire. "Mais je voulais qu'elle soit la meilleure."

Non pas qu'il n'a pas fallu quelques ajustements. "Kristen s'est plainte environ 500 fois plus que moi," dit Pattinson à propos des inconfortables lentilles de contact rouges que les acteurs jouant des vampires doivent porter. "Elle a condensée quatre ans à se plaindre en quelques mois." (Stewart, beaucoup citée dans les taquineries de Pattinson, soupire en réponse à ceci et rappelle à EW qu'elle a porté des lentilles de contacts marrons sur ses yeux verts depuis que la série de films a commencée.) Jouer en talons hauts pendant de grosses scènes d'action n'a pas été facile - Stewart dit en plaisantant que le genre de grâce surnaturelle que Bella possède en vampire "n'existe pas réellement" dans l'actrice qui la joue - mais elle a réussi à localiser son vampire intérieur pendant le tournage d'une scène dans laquelle Bella chasse un puma. "J'ai bondis dans les airs et attaquée un énorme tube de mousse en forme de puma." dit-elle. "Je lui ai défoncé sa mère sur le sol! Pour la première fois j'étais comme, 'Wow, je suis, genre, vraiment, entrain de jouer un vampire maintenant.'"

Une des source de la nouvellement acquise férocité de Bella est sa fille. Renesmée, le mi-humaine, mi-vampire bébé venant à terme à une vitesse surnaturelle, se trouve au cœur du drame dans la Partie 2. La classe dominante des vampire connu sous le nom de Voluturi croit à tort que Renesmée est une jeune humaine transformée en vampire, ce qui est grave dans le monde de suceur de sang de Meyer, ainsi ils ont l'intention de tuer les Cullen en guise de punition. (La fille a des avantages de vampire mais est aussi très humaine, coeur qui bat et tout.) Condon a repéré Foy au début des auditions. "C'est une partie très importante", dit-il. "Il y avait beaucoup d'enfants. Mais c'était évident. C'est une des rares fois où quand vous voyez quelque chose - comme avec un appartement ou une maison - et que vous sentez bien et donc que vous avez besoin de prendre. Je me suis senti, comme, 'Oh, ceci est bon.'" Foy semble remarquablement non impressionner par le temps passé avec ses co-stars super célèbres. "Ils sont super-sympa", dit-elle.

Condon dit qu'il sont allés bien au-delà des superficialités. "Ils ont été formidables avec elle", dit-il. "Ça a vraiment apporté quelque chose paternel en Rob, Kristen a été particulièrement protectrice. Je devais les interrompre quand ils étaient en pleine conversation et qu'on devait aller tourner une scène." Ça a aidé que Stewart ait commencée sa propre carrière enfant, dans des films comme The Safety of Objects et Panic Room. "J'ai adorée bavarder avec Mackenzie," dit-elle. "Je suis toujours curieuse de savoir ce qui se passe dans l'esprit des enfants sur les plateaux. Elle est vraiment proche de l'âge que j'avais quand j'ai commencée."

Robert Pattinson fait remarquer qu'avoir un enfant sur le plateau à réfréner la vulgarité de certains membres du casting. "Nous sommes tous à peu près du même âge et nous ne sommes pas vraiment polis les uns envers les autres. Nous avons du baisser le ton lorsque Mackenzie était là," dit-il. Ou du moins essayer. "Elle avait un 'pot à injure', et je crois qu'elle a récoltée 850 dollars ou quelque chose comme ça." (Stewart, connu pour ses jolis mots dans ses expressions occasionnelles, rit quand on lui demande si elle a réussi à respecter le 'pot à injure': "Euh, ouais, non.")

Jouer une mère d'une actrice de 11 ans, Stewart dit que ça aurait été difficile dans un contexte plus traditionnel, mais Twilight fait que c'était plus facile pour elle de materner une enfant qui dans la vie réelle n'a qu'une dizaine d'années de moins qu'elle: "[Ma relation avec Renesmée] est si enracinée dans ce monde, et j'ai pu relater cela car j'y croyais." La relation entre Bella et Renesmée est particulièrement spécial, avec des méthodes de communications surnaturelles. "C'est une relation vraiment cool. J'espère que cela se verra," dit Stewart. Et avoir une actrice comme Foy, qui lui ressemble à la fois à elle mais aussi à Robert Pattinson, n'est pas mal non plus. "Même nos mains se ressemblent," dit Stewart. "C'était un peu étrange, mais c'est drôle la façon dont ça aide réellement. C'est comme, 'Hé, tu me ressembles, gamine! Viens!'".

Renesmée, a une relation surnaturelle avec un certain homme plus âgé. Jacob, qui a passé la majeure partie de la saga dans un amour non partagé avec Bella, s'est imprégné de Renesmée - "l'imprégnation" est le processus par lequel sa tribu de loups-garous découvrent leurs âmes sœurs. Dans le passé, Lautner a déclaré qu'il avait trouvé tout cela un peu déroutant. Mais parler avec Stephenie Meyer et se replonger dans le livre l'a rendu plus à l'aise avec l'idée d'être amoureux d'une enfant. "Tout le monde aime me taquiner à ce sujet," dit-il. "Tout le monde pense que c'est très drôle, et je ris avec eux, mais c'est important pour moi de garder à l'esprit que c'est aussi simple qu'une relation pour la vie. Ce n'est pas aussi effrayant que tout le monde aime à le penser." Le "tout le monde" comprend Pattinson, ça va sans dire. "Oh, je suis impatient qu'il fasse des émissions TV en direct," Robert Pattinson dit de Lautner avec un ricanement joyeux. "Lui avez-vous demander si son type de femme a changé? La première scène où je les ai vus ensemble, je ne pouvais littéralement pas arrêter de rire. Je n'aurais pas été capable de le faire." Lautner reste catégorique: "Je pense que les gens seront très contents de l'imprégnation."

Blague à part, l'imprégnation met un terme avec élégance au triangle amoureux et ses années de rivalités de Team Edward/Team Jacob. Dès lors que le cœur de Jacob est promis à Renesmée, les trois personnages principaux se retrouvent du même côté contre un ennemi commun. Elle a offert Lautner l'occasion de jouer au-delà du cliché du prétendant abattu. "Pour moi, la Partie 2 est si géniale, car on voit une facette complètement différente de Jacob que nous n'avons jamais vu auparavant", dit-il. "Il a toujours eu comme objectif: d'être avec Bella. Dans celle-ci, il est heureux. Il est beaucoup plus détendue et comique. Le trio était si tendue et le triangle est toujours là, mais les relations entre eux sont complètement différentes."

La fin de Breaking Dawn Part 2 tourne autour d'un affrontement entre une multitude de Volturi et le clan Cullen, qui ont ralliés des amis du monde entier. Traduction: Un très grand nombre de nouveau vampires étaient sur ​​le plateau, avec une tonne de figurants.

Pour Condon, c'était un défi logistique - et pas seulement parce qu'il a fallu environ une heure pour mettre tout le monde en ligne pour le déjeuner. "La première partie de Breaking Dawn était à propos de moments cruciaux: le mariage, la grossesse, la naissance et la mort. Il y avait un chemin tracé. Ici, nous introduisons 23 nouveaux vampires et des centaines de figurants Volturi, donc il fallait faire en sorte qu'on soit clair à nouveau." Le réalisateur n'avait jamais filmé une scène épique de bataille avant, mais sont CV (qui comprend Dreamgirls) l'a bien aidé. "En fin de compte c'est comme une comédie musicale," dit-il. "C'est une question de rythme."

Peut-être, mais tourner cette scène a été un cauchemar, selon son cast. "Tout le monde a commencé à devenir complètement fou", dit Stewart en riant. "Ça va tellement vite dans le film, mais cela a pris si longtemps à tourner. Il y avait tellement de dialogue et tant de gens à filmer et tellement de personnages et d'histoires." Une grande partie de l'action a eu lieu dans un entrepôt, et le tournage de cette séquence particulière a pris plusieurs mois, y compris les reshoots supplémentaires pour quelques-uns des personnes principaux. "Oh, mon dieu, on a passé notre vie dans ce champ avec cette fausse neige et le fond vert", dit Stewart. "[La fausse neige] s'infiltre sous vos lentilles de contacts et dans vos poumons. C'est horrible. C'est la fin de notre film, et c'est une grosse affaire de vraiment le faire à la hauteur de ce qu'il mérite. Mais oui, c'était une expérience à vous en faire perdre l'esprit."

La Team de Twilight dit que le résultat des scènes valait l'effort, et nous allons les prendre au mot. Ils disent aussi qu'il y a quelques visuels de Saint Valentin pour les fans dans les derniers instants. Pattinson, qui a vu un premier montage du film, s'est surpris lui-même à être ému. "La fin est si adorable. Il y a cette finalité sympa dedans," dit-il. "Tout ceux qui l'ont regardé ont commencés à pleurer. Il rend un sérieux hommage à la saga."

Stewart est catégoriquement d'accord. "Bill a décidé de faire ce putain de truc vraiment étonnant à la fin," dit-elle. "Les fans vont devenir fous." Sans doute. Le 16 [14 pour la France] novembre, le chaos arrivera dans le cinéma près de chez vous.
Thanks for the transcript - Via