Saturday, June 2, 2012

Irish Independent - Day & Night supplement (June 1, 2012)





imagebam.com imagebam.com imagebam.com


Queen of Cool

She’s won a reputation as a sulky, spoilt brat, but — Kristen Stewart tells Ed Power — her frostiness has melted as she’s come to terms with her fame.

You fear the worst on your way to meet Kristen Stewart. Tales of her sulkiness are legion. If her most famous screen character, Twilight's Bella Swan, is the girl who can't bring herself to surrender her virginity (to be fair, it's a choice between a milksop vampire and a werewolf unable to keep his shirt on), the skinny on Stewart is that she's the actress who refuses to make peace with celebrity.

Alone with her for half an hour, the worry is she'll be all monosyllables and rolled eyes.

As with many caricatures, it's true, but only to a point. Seated in a vast armchair in Claridges, her features even more china-doll and porcelain than on screen, Stewart is chatty and tomboyish, glamorous, though not in that blinding Hollywood way.

She meets your gaze and it doesn't feel like you're staring straight into the sun. Still, hints of the old seriousness linger.

Clicking her tongue, Stewart admits that when Twilight took off in 2008 transforming her from suburban slacker to international icon of love-struck teendom, she retreated into herself. Sometimes this came off as grumpy, even mean-spirited. It's taken until recently for her to recognise that.

"The thing is, movie stars aren't supposed to be like ANYTHING," says the petite 22-year-old, her patter a gushy SoCal mall-speak.

"You are used to seeing them smiling. Now, in situations where people judge you, I'm able to smile too. You feel proud of yourself and worthy to be there." 

Whereas, early on she felt undeserving of the adulation?

"When something like that is thrust upon you, it's not easy to wrap your head around it," she says. "I'd done a bunch of movies up to that point. [Twilight] was something I hadn't expected. I was uncomfortable. It came off that I was ungrateful. When it was just that it was a lot for me. I always took everything so seriously."

"People wanted a five-second canned answer. I was incapable of that." 

Stewart recalls attending ComicCon, the world's pre-eminent geek fest, and being stunned by the Twilight-mania.

Something big, she suspected, was about to blow up. "I didn't necessarily know my life was never going to be the same again. I knew Twilight was going to be huge ... It was so weird to do something like that. That was so bizarre. It was visceral." 

As she quickly learned, global fame carries a downside. She couldn't leave the house anymore. Screaming teenagers would descend, literally in droves.

"It's gotten easier," she says. "I can walk down the street. You just have to do it differently. It's intense when you have a movie coming out. Which is cool -- it means people are talking about it. When it's in-between time, it's okay for me."

"I know everyone thinks my life must be nuts. Between movies it's not. Except when people pop out and suddenly I'll be photographed somewhere I don't expect. I always look really surprised. It's like 'oh'. And they always use the first shot."


"It's not full-on all the time. I do wish I could walk around a bit more. But it doesn't matter." 

It must be difficult, having to always be sweet to fans. She shrugs.

"I'm nice to people who are nice," she says. "There are ridiculous people who walk around and probably think I'm a total asshole. I enjoy meeting people who are happy to meet you."

"People who don't go, 'Oh God, there's that weird novelty sitting in the corner, I'm going to take a picture of her and put it on Facebook'. I definitely give back what is given to me." 

The one thing everyone -- even non-Twilight heads -- know about Stewart is that she refuses to discuss her love life.

Lately, however, cracks have appeared. In a throwaway comment to a UK lads' mag last year she mentioned that her boyfriend -- understood by the entire world to be Twilight co-star Robert Pattinson -- is English (it was the palpable chemistry between the two in a screen test that won Pattinson the part of hunky vamp Edward Cullen in the first place).

In a different interview she as much as 'fessed up to their item-hood, saying: "So much of my life is so easily Googled. I mean, it's like, come on guys, it's so obvious!" Today she wears a gold ring on her index finger, said to be a gift from her hulking beau.

Given it's an open secret, why skirt around the issue? Isn't she making a bigger deal of it than it really is? The answer, it seems, is that she's afraid she and Pattinson might end up another novelty Hollywood couple, with Brangelina, Bennifer, TomKat, etc. Who, she intimates, would wish to be one half of K-Patz?

"I don't want that," she says. "As soon as you embrace that, you think you are worth it, that it's everyone's business to know what you are doing on your Sunday afternoon."

"I think that's so embarrassing. It's not something I find interesting in other people. I don't want to be that." 

Did she work all of that out in her head when she and Pattinson started seeing each other (allegedly)? She shakes her head. "At that point it was definitely not an intentional thing. I was just reacting." 

In her first flush of global celebrity, Stewart caught flack for her alleged slovenliness. By this, it was meant she didn't go out dressed like red-carpet bait 24/7. After Twilight, paparazzi shots of her mooching around in skater-gear were ubiquitous.

While the actress soon smartened up and was recently named the world's best-dressed woman by a UK fashion magazine, given the choice, she'd be back in hoodies and Keds tomorrow.


"If I was a civilian, I wouldn't be interested in fashion in the least," says Stewart, this afternoon demurely turned out in a grey blouse. "If I was flipping through magazines, I would have opinions on who looks good and who doesn't. However it wouldn't be a world I would have anything to do with. It's a weird relationship you have with fashion."


"It puts you in a position to get work," she elaborates. "If you do it right, it's a perception that literally makes you more valuable."


"That's not why I do it, I am definitely honest in all my choices."


"It's such a strange thing -- if you don't have good fashion sense, it could kill you as an actor. Especially as a girl." She snorts. "It's ridiculous."  


She was raised by "eccentric, weird hippie parents" in LA's San Fernando valley. Her father was a stage manager, her mother a script supervisor and Stewart grew up on movie sets. 


"I would see these other kids and I'd ask 'where is their mom, where is their dad?' And I'd be told 'they're the actors, don't talk to them'. And I thought, 'I want to do that.'" 


You sense her family aren't in the least intimidated by her success and that this is one of the things that keeps her grounded. "They are not impressed ... My dad is constantly telling me I should stop being so weird," she laughs. "My mom is like 'oh, just go make a good movie'."


Her first major role was in Panic Room, playing Jodie Foster's daughter. Though too young to appreciate the fact, it was a tough shoot. Notoriously finicky, director David Fincher would require actors to do up to 80 takes of a scene. 


"Luckily, I was with Jodie," she says. "Obviously she's been acting her entire life. She always had my back. I had no idea it was not normal to do 80 takes of one line. Sometimes I got a little heavy. At one point Jodie said 'no, no ... she's done'. Looking back now I think, 'wow, I was really able to take it at a young age'." 


Shooting on the final Twilight movie, Breaking Dawn -- Part II, finished recently (she has the bruises, picked up in an on-set mishap, to prove it). 


So she has to start thinking about life without Bella. Her first significant part is as the titular heroine of the clamourous new retelling of the brothers Grimm's classic fairtytale, Snow White and the Huntsman. 


The movie could be seen as playing it safe, proving she can carry a tween-friendly blockbuster on her own. Anyone who has seen Stewart own the screen in quirky, smaller features such as Adventureland and The Runaways will be disappointed she's leaped from Twilight straight to another summer tent pole. 


"It might seem from the outside that it's time to prove myself out of the Twilight franchise, to see if I can hold the next one up," she says. "But honestly I was so moved by this [the Snow White] world."


"It's close to my heart. It all fell off the train for me and is kind of awesome." 


With Twilight, on-set incursions by fans were a nearly daily occurrence. Was it nice to get away from Bella-mania and shoot Snow White in England? "While we had a couple of visitors, it wasn't even close to [Twilight]."


"Twilight is such a different thing. If there is an iconic scene, the entire crew is standing there going 'ooh, how are they going to do that?'."


"It was more of a show than a genuine experience at times." 


After Snow White, she will stretch herself with edgier roles. First up is Walter Salles' adaptation of the beat classic On The Road, in which she performed her first nude scenes. "It's pretty explicit," she says. 


"I got the job when I was 16. I'm happy I ended up doing it when I was 21, and not just because of the nudity aspect."


"Because I'm older it made it a lot freer for us to just completely lose control and let people watch. [While shooting the movie] I didn't really think about it."


"I'm sure I'll see it and go 'woaah!'" 


So finally Stewart gets to leave Twilight behind. Will she miss Bella? 


"Every project you start... you want to finish it. You want to get to the end, see how it turns out. I'm relieved on the one hand because the story is almost done."


"I was waiting for Bella's story to be fully realised. Now that it's done it's an enormous relief. But I'm not trying to distance myself from Twilight. It is something I want to keep remembering."
Reine des cool

Elle a gagnée une réputation de boudeuse, de môme gâté mais - Kristen Stewart raconte à Ed Power - que sa froideur a fondu quand elle en est arrivée à accepter sa célébrité.


Vous craignez le pire sur votre rencontre avec Kristen Stewart. Les contes sur sa maussaderie sont nombreux. Si son personnage à l'écran le plus célèbre, Bella Swan de Twilight, est la fille qui ne peut pas prendre sur elle concernant sa virginité (pour être honnête, c'est un choix entre un vampire chiffe molle et un loup-garou incapable de garder sa chemise sur lui), la maigrichonne Stewart est est l'actrice qui refuse de faire la paix avec la célébrité.



Seul avec elle pendant une demi-heure, le souci est qu'elle réponde par monosyllabes et roule des yeux.


Comme avec de nombreuses caricatures, c'est vrai, mais seulement sur un point. Assise dans un fauteuil vaste au Claridges, ses traits sont encore plus qu'à l'écran de type poupée de Chine et de porcelaine, Stewart est bavarde et garçon manqué, glamour, mais pas de cette façon aveuglante d'Hollywood.


Elle répond à votre regard et il ne donne pas l'impression que vous regardez fixement droit dans le soleil. Pourtant, de vielles notes de gravité s'attardent.


En passant sur sa langue, Stewart admet que quand Twilight a décollé en 2008 et la transformer d'une fille de banlieue à l'icône internationale frappé par l'amour des groupes de fans adolescents, elle s'est renfermée sur elle-même. Parfois, cela est sorti comme grincheux, même mesquin. Il a fallu jusqu'à récemment pour elle pour le reconnaître.


"La chose est que, les stars de cinéma ne sont pas censés être genre RIEN," dit la petite de 22-ans, sa façon de s'exprimer extrêment déroutante avec l'accent de la Californie du Sud.



"Vous avez l'habitude de les voir sourire. Maintenant, dans des situations où les gens vous jugent, je suis capable de sourire aussi. Vous vous sentez fier de vous-même et digne d'être là."


Considérant que, dès le début elle se sentait indigne de l'adulation?


"Quand quelque chose comme ça vous est imposé, ce n'est pas facile à entrer dans votre tête," dit-elle. "J'avais fait un tas de films jusqu'alors. [Twilight] était quelque chose  à quoi je ne m'attendais pas. J'étais mal à l'aise. Il est sorti que j'en étais ingrate. Quand c'était juste que c'était beaucoup pour moi. J'ai toujours tout pris au sérieux."

"Les gens voulaient une réponse de cinq secondes en conserve. J'étais incapable de cela."

Stewart se souvient d'avoir assisté à la Comic Con, prépondérante dans le monde des convetions de geek, et d'avoir été abasourdie par la Twilight mania.


Quelque chose de grand, elle s'en doutait, était sur ​​le point d'éclore. "Je n'ai pas nécessairement su que ma vie n'allait jamais être la même. Je savais Twilight allait être énorme... C'était tellement bizarre de faire quelque chose comme ça. C'était tellement bizarre. C'était viscérale."

Comme elle l'a rapidement appris, la renommée mondiale a un inconvénient. Elle ne pouvait plus sortir de sa maison. Des adolescents hurlant allait descendre, littéralement en masse.

"C'est devenu plus facile," dit-elle. "Je peux marcher dans la rue. Vous avez juste à faire les choses différemment. C'est intense lorsque vous avez un film qui sort. Ce qui est cool - Ca signifie que les gens en parlent. Quand il est entre les deux, c'est bon pour moi."


"Je sais que tout le monde pense que ma vie doit être dingue. Entre les films, elle ne l'est pas. Sauf quand les gens surgissent et que tout à coup je suis photographiée quelque part où on ne m'attends pas. J'ai toujours l'air vraiment surprise. C'est comme 'oh'. Et ils utilisent toujours la première photo."


"Ce n'est pas complet tout le temps. Je souhaite pouvoir marcher dans les environs un peu plus. Mais ça n'a pas d'importance."

Ca doit être difficile, de devoir toujours être doux avec les fans. Elle hausse les épaules.

"Je suis gentille avec les gens qui sont gentils," dit-elle. "Il y a des gens ridicules qui se promènent et pensent probablement que je suis une connasse totale. J'aime rencontrer des gens qui sont heureux de te rencontrer."


"Les gens qui ne vont pas faire, 'Oh mon Dieu, il n'y a cette nouveauté bizarre assise dans le coin, je vais prendre une photo d'elle et de la mettre sur Facebook'. J'ai vraiment donné en retour ce qui m'est donné."


La chose que tout le monde -- même les personnes non fan de Twilight -- connait sur Stewart, c'est qu'elle refuse de discuter de sa vie amoureuse.


Récemment, cependant, des fissures sont apparues. Dans un commentaire à un magazine anglais l'an dernier, elle a mentionné que son petit ami - compris par le monde entier pour être sa co-star de Twilight, Robert Pattinson - est anglais (c'était avec l'alchimie évidente entre les deux dans un test à l'écran que Pattinson a gagné le rôle d'Edward Cullen en premier lieu).


Dans une autre interview, elle a confessé, en disant: "Tellement de ma vie est si facilement sur google. Je veux dire, c'est comme, allez les gars, c'est tellement évident!" Aujourd'hui, elle porte un anneau d'or sur son index, dit-on, un cadeau de son beau lourdaud.


Étant donné que ce n'est plus un secret pour personne, pourquoi contourner la question? N'en fait t'on pas une plus grosse affaire qu'elle ne l'est réellement? La réponse, paraît-il, c'est qu'elle a peur qu'elle et Pattinson puissent finir comme un autre nouveau couple d'Hollywood, comme les Brangelina, Bennifer, TomKat, etc. Qui, elle le laisse entendre, voudrait être la moitié de K-Patz?


"Je ne le veux pas," dit-elle. "Aussitôt que vous rentrez dans ça, vous pensez que vous en valez le coup, et que c'est l'affaire de tous de savoir ce que vous faites votre dimanche après-midi."

"Je pense que c'est tellement embarrassant. Ce n'est pas quelque chose que je trouve intéressant chez d'autres personnes. Je ne veux pas être ça."

A t-elle travaillé tout cela dans sa tête quand elle et Robert Pattinson ont commencés à se voir l'un l'autre (prétendument)? Elle secoue la tête. "A ce stade ce n'était définitivement pas une chose intentionnelle. Je voulais simplement réagir."

Dans sa première vague de célébrité mondiale, Stewart a été photographiée avec sa négligeance présumée. Par cela, il en a été dit qu'elle ne sortait pas habillé 24h/24 et 7j/7 comme sur les tapis rouge. Après Twilight, les flash de paparazzi étaient omniprésentes.


Alors que l'actrice s'est rapidement embelli et a récemment été nommé la femme la mieux habillée au monde par un magazine de mode anglais, elle s'est donné le choix, elle était de retour dans ses sweats et Keds demain.


"Si j'étais une anonyme, je ne serais pas intéressé le moins du monde par la mode," dit Stewart, cet après-midi sagement habillé d'une blouse grise. "Si je feuilletais des magazines, je n'aurai pas d'opinions sur qui est bon et ce qui ne l'est pas. Toutefois, ce ne serait pas un monde avec qui j'aurai quelque chose à voir. C'est une relation bizarre que vous avez avec la mode."


"Elle vous met dans une position pour obtenir du travail," elle élabore. "Si vous le faites correctement, il y a cette impression qu'elle vous met plus en valeur."


"Ce n'est pas pourquoi je le fais, je suis définitivement honnête dans tous mes choix."


"C'est une chose étrange - si vous n'avez pas un bon sens de la mode, cela pourrait vous tuer en tant qu'acteur en particulier pour une fille." Elle grogne. "C'est ridicule."


Elle a été élevé par des "excentriques, bizarres et hippies parents" à Los Angeles dans la vallée de San Fernando. Son père était un régisseur, sa mère une superviseur de script et Stewart a grandi sur les plateaux de cinéma.

"Je voyais ces autres enfants et je me demandais 'où était leur mère, où était leur père? Et je me disais 'ils sont des acteurs, ne leur parlent pas'. Et j'ai pensé, 'je veux faire ça.'"

Vous sentez que sa famille n'est pas le moins du monde intimidée par son succès et qu'il s'agit d'une des choses qui la maintient sur terre. "Ils ne sont pas impressionnés... Mon père est constamment entrain de me dire que je devrais arrêter d'être si bizarre," rit-elle. "Ma mère est comme 'oh, allez va juste faire un bon film'."

Son premier grand rôle était dans Panic Room, jouant la fille de Jodie Foster. Bien trop jeune pour apprécier ça, c'était un tournage difficile. Bien connu comme méticuleux, le réalisateur David Fincher, a fait faire aux acteurs usqu'à 80 prises d'une scène.


"Heureusement, j'étais avec Jodie," dit-elle. "Évidemment, elle a joué toute sa vie. J'étais toujours derrière elle. Je n'avais aucune idée que ce n'était pas normal de faire 80 pour une ligne. Parfois, j'étais un peu lourde. À un moment donné Jodie a dit 'non, non... elle l'a fait'. En regardant en arrière maintenant je pense, 'wow, j'ai vraiment pu le faire à un jeune âge'."


Le tournage du film dernier film de Twilight, Breaking Dawn Part 2, s'est terminé récemment (elle a des ecchymoses, eu dans un incident sur ​​le plateau, pour le prouver).


Alors elle doit commencer à penser à la vie sans Bella. Son premier rôle important depuis est l'héroïne du célèbre compte des frères Grimm, Blanche Neige et le Chasseur.


Le film pourrait être vu comme le fait de jouer en toute sécurité, ce qui prouve qu'elle peut porter un blockbuster d'elle-même. Quiconque a vu Stewart a l'écran dans d'excentriques, rôles de petits films comme dans Adventureland et The Runaways sera déçus car elle saute de Twilight à un autre gros film d'été.


"Il peut sembler de l'extérieur qu'il est temps de faire mes preuves en dehors de Twilight, pour voir si je peux tenir jusqu'au suivant", dit-elle. "Mais honnêtement j'ai été tellement ému par ce monde [de Blanche-Neige]."

"Il est dans mon cœur. Tout était évident pour moi et c'est en quelque sorte super."

Avec Twilight, les venus des fans sur le plateau étaient presque quotidien. A t-il été agréable de sortir de la Bella-mania et de tourner Blanche-Neige en Angleterre? "Bien que nous ayons eu un plusieurs visiteurs, ce n'était en rien pareil [que pour Twilight]."


"Twilight est une chose si différente. Si il ya une scène emblématique, tout l'équipage est là et fait 'ooh, comment vont-ils faire cela?'."

"C'était plus un show qu'une véritable expérience."

Après Blanche-Neige, elle va s'étendre à des rôles plus pointues. Le premier est l'adaptation de Walter Salles du classique beat 'Sur la Route', dans lequel elle donne ses premières scènes de nu. "C'est assez explicite," dit-elle.

"J'ai eu le boulot quand j'avais 16 ans. Je suis heureuse d'avoir fini par le faire à 21 ans, et pas seulement à cause de l'aspect de nudité."


"Parce que je suis plus âgé et c'est beaucoup plus libre pour nous de simplement perdre complètement le contrôle et laisser les gens regardaient. [Alors que lors du tournage du film] je n'y ai pas vraiment penser."

"Je suis sûr que je vais le voir et être 'woaah!'"

Donc finalement Stewart laisse Twilight derrière. Bella va t'elle lui manquer? 

"A chaque projet que vous commencez... vous voulez le terminer. Vous voulez arriver à la fin, voir comment il devient. Je suis soulagé d'une part parce que l'histoire est presque terminé."

"J'ai attendu que l'histoire de Bella se réalise pleinement. Maintenant que c'est fait c'est un énorme soulagement. Mais je n'essaie pas de me distancer de Twilight. C'est quelque chose que je veux garder en mémoire."



Source - Scans - Via