Friday, June 29, 2012

Kristen & Nicolas Ghesquière talk with WWD + NEW picture + Balenciaga 'Florabotanica' bottle/name/print ad revealed

Kristen & Nicolas Ghesquière parlent avec WWD + NOUVELLE photo + Bouteille, nom, campagne publicitaire de 'Florabotanica' par Balenciaga révélés

image host
Photographed in Paris by Stephane Feugere - Photographiés à Paris par Stephane Feugere

Scans (June 29, 2012 - 29 juin 2012)

image host image host
image host
September debut exclusively at Bergdorf Goodman and Neiman Marcus and retails for $65, $95, and $125.
Début exclusif en september chez Bergdorf Goodman et Neiman Marcus et vendu pour $65 (53 euros), $95 (78 euros), et $125 (102,25 euros).

PARIS — Kristen Stewart has played many new and varied roles in the recent past. She became a beatnik (in “On the Road”), a vampire bride (in the “Twilight” series), Snow White (in “Snow White and the Huntsman”) and Hollywood’s highest-paid actress (in real life), making $34.5 million in the 12 months ended May, according to Forbes. But few know that Stewart is now a fragrance aficionado, too.

She is the face of Balenciaga Paris’ new women’s scent, Florabotanica, which is due out in September. Given that Stewart had never been drawn to fragrance in the past, it was an unlikely part.

“On a base level, the reason you want to wear a fragrance is because you want to smell attractive,” said Stewart, sitting in a suite of Le Bristol hotel here, wearing a Balenciaga T-shirt, shorts and heels. “That in itself is a pretty mature idea, especially considering the teenager I was. I was never the one wearing my mom’s perfume and trying to be sexy. I was like hanging out with my brothers and doing the opposite of that.”

“I’m very lucky that I like the fragrance, because I would have done anything with [Balenciaga designer Nicolas Ghesquière],” continued the 22-year-old. “And I’m a terrible liar.”

Stewart said she was relieved the first time she smelled Florabotanica.

“There is something natural about it,” explained Stewart. “It’s very alive. I think that as a young person wearing it — considering that I’ve never worn a scent — it kind of puts you on this level of, like, ‘Whoa, check me out.’ ”

Teaming with Ghesquière was like “kismet,” she said.

The designer took note of Stewart in the movie “Panic Room” and a subsequent Bruce Weber shoot for Interview magazine. “I remember thinking, ‘Wow, I would love to do something with her one day.’ She’s so Balenciaga,” said Ghesquière.

For her part, Stewart feels “lucky” and “really excited” about the scent project, since it came together naturally.

“Even though, yes, it’s an ad and we’re selling a fragrance — I don’t want to sound pretentious — but I want to be part of this art project,” she said. “I want to be around Nicolas when he gets excited about fabric. I want to see the look on his face when he sees me put on a dress.”

Florabotanica is the second major Balenciaga scent Ghesquière has worked on, after Balenciaga Paris, which came out in 2010. For the new project, executives from fragrance licensee Coty Inc. asked him to pick out part of his Balenciaga fashion and have a young consumer in mind. In 2008, Ghesquière had created a collection involving “nice” and “nasty” flowers. The idea evolved into taking a sampling from that garden.

“It’s more narrative, kind of a fantasy,” he said. “So when I thought about the fragrance and the character that would visit that garden, I thought Kristen could be the perfect beauty and the perfect personality to represent that.”

Ghesquière said Stewart is full of dualities — gorgeous and boyish — for instance.

He described the Florabotanica flacon as being like a laboratory bottle into which the striped tube can be dipped to cull the botanical garden’s extract. Similarly, the scent’s invented name is meant to have both a scientific and natural ring.

Florabotanica’s juice was created with International Flavors & Fragrances perfumers Olivier Polge and Jean-Christophe Hérault. It includes a vetiver, amber and caladium-leaf accord, and a (hybrid) rose, carnation and mint accord.

The advertising photo shoot set was decorated with 3-D metal sculptures looking like elements of a floral print Ghesquière made a couple of years ago.

“It’s the reality that looks artificial,” said Ghesquière. “I think it was quite interesting.”

In the print campaign photographed by Steven Meisel, Stewart — wearing a dress from the flower collection — stands fairly straight-legged, with her hands in her pockets.

“I think that’s kind of perfect for this particular ad. Usually, a fragrance ad would definitely be like,” said Stewart, striking an exaggerated, sexy lounge pose on the couch. “When I first stood there, I was like, ‘OK, do you want me to show the curves of the dress? Do you want me to stand like this? Like that?’ And they were like, ‘Just be comfortable.’ ”

There was no role-playing.

“I find when you do a really good photo shoot, you’ve unlocked something that you didn’t necessarily know you had in you,” said Stewart. “There are qualities that certain clothes, or certain environments and certain people, bring to the surface that can be surprising. But that doesn’t mean that they’re not authentic.”

Stewart confessed she has never really thought about her fashion style or traced a specific influence for it.

“I think the hottest chick that’s ever walked the earth is Brigitte Bardot, and I couldn’t be more different from her,” said Stewart. “So my style icons and stuff, even if I look up to them and think they’re really cool, I don’t think [they find their] way into my own sense of fashion.”

Stewart enjoyed what she wore in “On the Road.”

“Everything…was delicately chosen,” said Stewart. “Danny Glicker designed that movie.”

Up next, actingwise, is a leading role in “Cali,” directed by Nick Cassavetes. She explained it’s about a couple “in the valley that gets involved with really strange people, really screw themselves over and become alienated, reinsert themselves into that world and try to survive. It’s really ‘Grindhouse’-y — extreme in every way.”

To physically prepare for the part, Stewart will become tan and make her hair blonde.

“I’m going to get into the best shape of my life,” she said. “I’m going to look like a stripper. I’m going to look like a porn star.”

Stewart will also try to climb into the character’s psyche.

“If you don’t know why someone is the way that they are, then you’re just playing a caricature of a girl,” she explained. “So if an emotional scene comes up or something, I never want to lie. I don’t want to think about my cat dying when I was younger.”

For her, acting is all about self-discovery.

“A lot of times, you’ll read a script and you can identify with things that are very surprising, things that kind of shock you about yourself. And the process of making the movie is finding out why those feelings occurred,” said Stewart. “Sometimes they’re not always easy to define.”
PARIS - Kristen Stewart a jouée de nombreux rôles nouveaux et variés ces derniers temps. Elle est devenue une beatnik (dans "Sur la route"), une jeune mariée vampire (dans "Twilight"), Blanche-Neige (dans "Blanche Neige et le Chasseur") et l'actrice la mieux payée d'Hollywood (dans la vraie vie), se rapportant 34,5 millions de dollars au cours des 12 mois jusqu'à mai, selon le magazine Forbes. Mais peu savent que Stewart est maintenant une passionnée de parfum, aussi.

Elle est le visage du nouveau parfum féminin, Florabotanica, de Balenciaga Paris qui doit sortir en Septembre. Vu que Stewart n'avait jamais posée pour du parfum dans le passé, c'était une fin peu probable.

"Sur un niveau de référence, la raison pour laquelle vous voulez porter un parfum est parce que vous voulez sentir séduisante," a déclarée Stewart, assise dans une suite de l'hôtel Bristol ici, vêtu d'un t-shirt Balenciaga, short et talons. "C'est en soi une idée assez mature, surtout compte tenu de l'adolescente que j'étais. Je n'ai jamais été celle qui porte le parfum de ma mère et essaye d'être sexy. J'étais du style à sortir avec mes frères et faire le contraire de cela."

"Je suis très chanceuse d'aimer le le parfum, parce que j'aurais fais n'importe quoi avec [Le designer de Balenciaga Nicolas Ghesquière]," a poursuivi celle de 22 ans. "Et je suis une horrible menteuse."

Stewart a déclarée qu'elle était soulagée la première fois qu'elle a senti Florabotanica.

"Il y a quelque chose de naturel avec lui", a expliquée Stewart. "Il est très vivant. Je pense qu'en tant que jeune personne qui le porterait - considérant que je n'ai jamais portée de parfum - il vous mettra genre sur ce niveau, de, 'Whoa, mate moi un peu ça.'"

Faire équipe avec Nicolas Ghesquière était comme "le destin", a t-elle dit.

Le designer a pris note de Stewart dans le film "Panic Room" et un photoshoot ultérieur pour le magazine Interview par Bruce Weber. "Je me souviens d'avoir pensé, 'Wow, j'aimerai faire quelque chose avec elle un jour.' Elle est si Balenciaga," a déclaré Nicolas Ghesquière.

Pour sa part, Stewart se sent "chanceuse" et "réellement excitée" concernant le projet du parfum, puisqu'ils se sont associés naturellement.

"Même si, oui, c'est une publicité et que nous vendons un parfum - je ne veux pas paraître prétentieuse - mais je veux faire partie de ce projet artistique," dit-elle. "Je veux être autour de Nicolas quand il se passionne pour le tissu. Je veux voir l'expression sur son visage quand il me voit mettre une robe."

Florabotanica est le deuxième majeure parfum de Balenciaga sur lequel Ghesquière a travaillé, après Balenciaga Paris, qui est sorti en 2010. Pour ce nouveau projet, les dirigeants de la fragrance licenciée Coty Inc lui ont demandés de prendre une partie de sa mode Balenciaga et d'avoir un jeune consommateur à l'esprit. En 2008, Nicolas Ghesquière a créé une collection impliquant des "gentilles" et "mauvaises" fleurs. L'idée a évoluée en prenant un échantillon de ce jardin.

"C'est plus narratif, une sorte de fantaisie," a t-il dit. "Alors, quand j'ai pensé au parfum et au personnage qui allait visiter ce jardin, j'ai pensé que Kristen pourrait être la beauté parfaite et la personnalité parfaite pour représenter cela."

Ghesquière a déclaré que Stewart est pleine de dualités - magnifique et garçone - par exemple.

Il a décrit le flacon Florabotanica comme étant semblable à une bouteille de laboratoire dans lequel le tube rayé pourrait être trempé pour puisé de l'extrait du jardin botanique. De même, le nom inventé du parfum est destiné avoir une signification tant scientifique que naturel.

Le jus de Florabotanica a été créé avec les parfumeurs Olivier Polge et Jean-Christophe Hérault d'International Flavors & Fragrances. Il comprend un vétiver, de l'ambre et de l'extait de feuille de caladium, et une rose (hybride), un œillet et de la menthe.

Le shooting photo publicitaire a été décoré de sculptures 3-D en métal ressemblant à des éléments d'un imprimé floral que Ghesquière a fait il y a quelques années.

"C'est la réalité qui parait artificielle," a déclaré Ghesquière. "Je pense que c'était très intéressant."

Dans la campagne de presse photographiée par Steven Meisel, Stewart - vêtue d'une robe de la collection florale - se tient debout, les jambes droites, avec ses mains dans ses poches.

"Je pense que c'est parfait pour cette campagne publicitaire particulière. Habituellement, une publicité de parfum serait plutôt genre," a déclarée Stewart, prenant une pose exagérée, sexy sur le canapé. "La première fois que j'étais là, j'étais comme, 'OK, voulez-vous que je vous montre les courbes de la robe? Voulez-vous que je me tienne comme ceci? Comme cela?' Et ils étaient genre 'Soit juste à l'aise.'"

Il n'y avait pas de jeu de rôle.

"Je trouve que quand vous faites une très bonne séance photo, vous débloquez quelque chose que vous ne savez pas forcément avoir en vous," a déclarée Stewart. "Il y a des qualités que certains vêtements, ou certains environnements et certaines personnes, amenent à la surface qui peuvent être surprenantes. Mais cela ne signifie pas qu'elles ne sont pas authentiques."

Stewart a avouée qu'elle n'avait jamais vraiment réfléchis à son style ou suivi une influence spécifique.

"Je pense que la plus chaude nana qui ait jamais marchée sur terre est Brigitte Bardot, et je ne pouvais pas être plus différente d'elle," a déclarée Stewart. "Alors, mes icônes de style et autres, même si je les regarde et pensent qu'ils sont vraiment cool, je ne pense pas qu'[ils trouvent leur] place dans mon propre sens de la mode."

Stewart a appréciée ce qu'elle portait dans "Sur la Route."

"Tout... a été délicatement choisis," a déclarée Stewart. "Danny Glicker était le costumier de ce film."

Le prochain, cinématographiquement, est un premier rôle dans "Cali", réalisé par Nick Cassavetes. Elle explique qu'il s'agit d'un couple "dans la vallée qui se mèle avec des gens vraiment étranges, s'enfoncent eux-mêmes et deviennent aliénés, se réinsèrent dans ce monde et essayent de survivre. C'est vraiment de type 'Grindhouse' - extrême dans tous les sens."

Pour se préparer physiquement pour le rôle, Stewart va devenir bronzée et blonde.

"Je vais entrer dans la meilleure apparence de ma vie," dit-elle. "Je vais ressembler à une strip-teaseuse. Je vais ressembler à une star du porno."

Stewart essayera également de se mettre dans le psychisme du personnage.

"Si vous ne savez pas pourquoi quelqu'un est de cette façon, alors vous allez tout simplement jouer une caricature d'une fille," a t-elle expliquée. "Donc, si une scène émouvante vient ou quelque chose, je ne veux pas mentir. Je ne veux pas penser à mon chat en train de mourir quand j'étais plus jeune."

Pour elle, jouer est tout à propos de la découverte de soi.

"Un grand nombre de fois, vous allez lire un script et vous allez pouvoir identifier des choses qui sont très surprenantes, les choses qui vous choquent sur vous-même. Et le processus de fabrication du film est de savoir pourquoi ces sentiments se sont produits," a déclarée Stewart. "Parfois, ils ne sont pas toujours faciles à définir."

Dress from Balenciaga's Spring 2008 collection - Robe de la collection Printemps 2008 de Balenciaga

WWD - Scans