Friday, June 22, 2012

Music.com Interview

Playing amateur psychologist based on a 15-minute interview and a Google search (an extensive Google search, mind you) isn’t the wisest of moves, but I’m going to give it a whirl anyway: Kristen Stewart is nowhere near as surly, withdrawn or detached as the Twilight star’s naysayers would have you think.

There have been a fair few articles and opinion pieces about the 22-year-old actress’ demeanour, particularly when she’s on the publicity trail (sample headline: ‘Kristen Stewart Is Trolling The World’), but get her talking about what draws her to a project or shapes her performance and Stewart is forthcoming with ideas and impressions. Not all are completely formed but the fact that she seems to be considering her answers rather than relying on ready-made anecdotes and platitudes is actually kind of cool.

Along with co-star Chris Hemsworth and director Rupert Sanders, Stewart was in Australia this week to promote her latest film, the revisionist fairy tale Snow White And The Huntsman, a big-budget fantasy that adds a slight shade of darkness to the story of the ‘fairest of them all’ princess. (That said, have you read the original Brothers Grimm fairy tale lately? Some pretty gnarly stuff in there.)

She plays Snow White, imprisoned and victimised by her wicked stepmother Ravenna (Charlize Theron), a witch who retains her beauty by literally drawing the life out of the young women of the land. When Snow White escapes, Ravenna dispatches Hemsworth’s boozy, brawling Huntsman to bring her back. But it’s not long before the two outsiders join forces to take the battle to the evil Ravenna, aided by a band of dwarves played by the best-of-British likes of Bob Hoskins, Ian McShane and Ray Winstone.

Stewart believes that most people’s notion of Snow White is the sweet, demure Disney version of the character (“unless they read a lot of fairy tales as a kid, which I didn’t”), and so she admits that she didn’t really see the potential of a new Snow White story when she first heard about the film.

“I didn’t really see why anyone would want to join her cause,” she says. "Back when the Disney version was made, being a caretaker, being delicate and sweet and maternal, was kind of an ultimate goal. But to do the story today, I think she has to do a little more than sweep house. When I read it, I could totally recognise Snow White within this very dark context as someone really, really trying to retain light and not harden."

“Right now, a lot of female characters that are trying to be strong are promoted as 'Yeah, female empowerment!' but in this case I'm glad she remained a girl, someone trying to find her strength and her steadiness and her compassion and her trust in herself. You know, we rip her heart out and stomp on it, put it back in her chest and see if it still beats... and it does. So I thought it was really impressive, the darkness and the light of this world.”

It was revealed this week that Stewart topped the Forbes magazine list of Hollywood’s highest-paid actresses, her paydays for the last two Twilight Saga movies earning her more than $12 million (and her cut of her profits ramping it up even more). But her tastes seem to be run more towards the independent end of things, with the actress taking on roles in critically-acclaimed films like Adventureland, Into the Wild and The Runaways.

So she was happily surprised when Snow White And The Huntsman offered her the opportunity to delve a little deeper into the creative process than she imagined it would.

“It's a big movie with a lot of people involved and a lot of money invested in it,” she says. “The type that's done by committee...or at least I've heard. On this, it was really me and Rupert and Chris – me and Charlize didn't work much together but sometimes we did – and it felt so intimate. There was a handful of us holding this thing very delicately in our hands. And it changed every day - it was shaped and moulded and rewritten and we were constantly discussing about what we'd be shooting the next day or the next week. And that's very rare on a big movie like this. I don't have much experience of big movies but my impression was that smaller movies were a bit freer. But we had a lot of freedom here.”

Her next role offers an interesting contrast – in On The Road, Walter Salles’ much-anticipated adaptation of Jack Kerouac’s novel, she plays Marylou, the young wife of freewheeling Dean Moriarty. It’s a project that’s been in development for decades, based on a book that many, many readers are greatly invested in.

“I've always felt a self-inflicted pressure,” says Stewart when asked if she feels an added sense of responsibility when attached to such a project. “And as soon as you raise your hand and say 'Yes, I will participate', you're putting yourself in a position to either satisfy or let down a lot of people who really love this thing. A movie takes a lot of passion and a lot of investment, and the greatest part of the job is being able to share that with people. It's great to share a love for something, and doing that on this scale is so remarkably unique. It will probably never ever happen to me again. When we first started, we didn't know what was going to happen - it was something we all loved and were invested in. It was this small, quirky movie that blew up and we were lucky enough to take the ride.”

I was thinking about how that last statement seemed a little incongruous when talking about On The Road when Stewart exclaimed, “Wait, were you talking about fuckin’ Twilight or On The Road? I don't know why I inserted Twilight when you said On The Road!” She laughed to herself before starting over, and there’s now a greater enthusiasm and sincerity in her voice than before.

“On The Road was my first favourite book. It ignited something inside of me when I read it, and when I sat down with Walter it was clear we loved it for the same reasons. He didn't even make me audition, which blew my mind. Our expectations are high, impossibly high, as anyone's. The way that book should become a movie is to have it feel found, stumbled-upon, spontaneous. The only way you can do that is by knowing everything – we basically spent four weeks in school studying it – and then forgetting everything. I know there are so many people with so many expectations and opinions and criticisms and I can say to them that everybody involved in this film squeezed the last bit of soul we could into it.”
Jouer le psychologue amateur, qui se repose sur une interview de 15 minutes et une recherche sur Google (Google une recherche approfondie, s'il vous plaît) n'est pas la plus sage des choses à faire, mais je vais lui donner le vertige de toute façon: Kristen Stewart est loin d'être aussi hargneuse , retirée ou détaché comme les opposants de la star de Twilight pourrait le faire croire.

Il y eu quelques articles équitables et quelques articles d'opinion sur l'attitude de l'actrice de 22 ans, en particulier quand elle est en promotion (échantillon de titre: 'Kristen Stewart court le monde'), mais obtenir d'elle qu'elle parle de ce qui l'attire dans un projet ou sur certains aspects de sa performance et Stewart se met à avoir des idées et des impressions. Toutes ne sont pas complètement formées, mais le fait qu'elle semble considérer ses réponses plutôt que de compter sur des anecdotes déjà toutes prêtes et des platitudes est en fait plutôt cool.

Avec sa co-star Chris Hemsworth et directeur Rupert Sanders, Stewart était en Australie cette semaine pour promouvoir son dernier film, l'adaptation du conte de fées Blanche-Neige et le chasseur, un fantasme à gros budget qui ajoute une légère nuance d'obscurité à l'histoire de la princesse «la plus belle d'entres toutes». (Cela dit, avez-vous lu le conte de fée original des frères Grimm ces derniers temps? Y a certains trucs assez noueux là-dedans.)

Elle joue Blanche-Neige, emprisonnée et victime de sa belle-mère méchante Ravenna (Charlize Theron), une sorcière qui conserve sa beauté par retirer littéralement la vie à des jeunes femmes du pays. Lorsque Blanche-Neige s'échappe, Ravenna dépêche un Hemsworth arrosé, oblige au chasseur de la ramener. Mais ce n'est pas long avant que les deux outsiders unissent leurs forces pour prendre la bataille contre le mal qu'est Ravenna, aidé par une bande de nains joués par des gens comme étant les meilleurs britanniques Bob Hoskins, Ian McShane et Ray Winstone.

Stewart croit que la notion que la plupart des gens ont de Blanche-Neige est la douceur, ce qui diminue la version du personnage de Disney ("à moins qu'ils ne lisent beaucoup de contes de fées comme un gamin, que je ne suis pas"), et alors elle admet qu'elle n'a pas vraiment vu le potentiel d'une nouvelle histoire de Blanche neige quand elle a entendu parler du film.

"Je n'ai pas vraiment compris pourquoi quelqu'un voudrait se joindre à sa cause," dit-elle. "À l'époque où la version de Disney a été faite, étant une sorte de gardienne, étant délicate et douce et maternelle, c'était le but ultime dans le film. Mais pour faire l'histoire aujourd'hui, je pense qu'elle a à faire un peu plus que de balayer la maison. Lorsque je l'ai lu, je pouvais tout à fait reconnaître Blanche-Neige dans ce contexte très sombre comme quelqu'un de vraiment, vraiment entrain d'essayer de conserver la lumière et ne pas se durcir."

"À l'heure actuelle, beaucoup de personnages féminins qui tentent d'être forte sont promus comme 'Ouais, l'autonomisation des femmes!' mais dans ce cas je suis contente qu'elle soit restée une jeune fille, quelqu'un qui essaie de trouver sa force et sa constance et sa compassion et sa confiance en elle-même. Vous savez, nous déchirons son coeur et tapons du pied dessus, le remettre dans sa poitrine et voir si il bat encore ... et il bat. J'ai donc pensé que c'était vraiment impressionnant, les ténèbres et la lumière de ce monde."

Il a été révélé cette semaine que Stewart en tête de liste du magazine Forbes est l'une des actrices d'Hollywood les mieux payées, ayant toucher comme salaire pour les deux derniers films de la Saga Twilight, plus 12 millions de dollars (et sa part des profits, cela monte encore plus). Mais ses goûts semblent être tournés plus vers la fin indépendante des choses, avec l'actrice tenant le rôle dans des films acclamés par la critique comme Adventureland, Into the Wild et The Runaways.

Alors qu'elle était agréablement surprise quand Blanche-Neige et le chasseur lui a offert l'occasion de se plonger un peu plus dans le processus créatif qu'elle ne croyait pouvoir le faire.

«C'est un grand film avec beaucoup de personnes impliquées et beaucoup d'argent investi dedans,» dit-elle. "Le type qui est fait par un comité ... ou du moins c'est ce que j'ai entendu. Sur ce point, c'était bien moi et Rupert et Chris - moi et Charlize on ne travaillaient pas beaucoup ensemble, mais parfois nous l'avons fait - et ça semblait si intime. Il y avait une poignée d'entre nous qui tenions cette chose très délicatement dans nos mains. Et ça a changé tous les jours - il a été façonné et réécrit et nous avons été constamment à discuter de ce que nous ferions sur le tournage le lendemain ou la semaine prochaine. Et c'est très rare sur un film à gros budget comme ça. Je n'ai pas beaucoup d'expérience de grands films, mais j'ai eu l'impression que les petits films étaient un peu plus libre. Mais nous avons eu beaucoup de liberté ici."

Son prochain rôle offre un contraste intéressant - dans Sur la route, de Walter Salles, adaptation très attendue du roman de Jack Kerouac, elle joue Marylou, la jeune femme en roue libre de Dean Moriarty. C'est un projet qui a été en développement depuis des décennies, basé sur un livre pour lequel beaucoup, beaucoup de lecteurs sont fortement investis.

«Je me suis toujours sentie une pression auto-infligée,» dit Stewart lorsqu'on lui a demandé si elle se sent un sens de responsabilité ajoutée lorsqu'elle est attachée à un tel projet. "Et dès que vous levez la main et dites: 'Oui, je vais participer', vous vous mettez dans une position soit satisfaite ou décevant beaucoup de gens qui aiment vraiment cette chose. Un film prend beaucoup de passion et beaucoup d'investissements, et la plus grande partie du travail est d'être capable de partager cela avec les gens. C'est génial de partager un amour pour quelque chose, et faire que cet aspect soit si remarquablement unique. Cela ne m'arrivera probablement plus jamais. Lorsque nous avons commencé, nous ne savions pas ce qui allait se passer - c'est quelque chose que nous aimions tous et on était vraiment investis. Il s'agissait d'un petit film original qui a explosé et nous avons eu la chance d'en faire partie."

Je pensais à la façon dont cette dernière déclaration semblait un peu incongrue quand on parle sur la route lorsque Stewart s'est exclamé: "Attendez, parliez-vous du putain de 'Twilight ou de sur la route? Je ne sais pas pourquoi j'ai inséré Twilight quand vous avez dit Sur la Route!" Elle riait d'elle-même avant de recommencer, et il y a maintenant un plus grand enthousiasme et une sincérité dans sa voix que par le passé.

"Sur la Route a été mon premier livre préféré. Il s'est allumé quelque chose à l'intérieur de moi quand je l'ai lu, et quand je me suis assise avec Walter, il était clair que nous l'avons adoré pour les mêmes raisons. Il ne m'a même pas fait faire d'audition, ce qui m'a époustouflée. Nos attentes sont fortes, incroyablement élevées, comme n'importe qui. La façon dont ce livre devrait devenir un film est d'avoir trouvé le sens, d'être tombé dessus, d'être spontanée. La seule façon que vous pouvez faire est de tout savoir - nous avons essentiellement passé quatre semaines à l'école, a étudié - et puis à tout oublier. Je sais qu'il y a tant de gens qui ont des attentes et des avis tant des critiques et je peux leur dire que tout le monde impliqué dans ce film a pressé le dernier morceau d'âme que nous pouvions y trouver."
Source