Friday, June 1, 2012

'On the road' Roundtable Interview - Cannes - 2012




Q: Kristen, how big a leap does On The Road represent for you?

STEWART: I loved being part of the film and having had the chance to throw myself into my character. I thought of MaryLou as this fun-loving, adventurous woman who is enjoying this time in her life and just being herself. It was so beautiful for me to be able to express her wildness and try to capture that free-spirited side of her.

Q: You seem so natural in the role?

STEWART: Thank you. I don’t know any other way to play a part but to try to live my character and want to feel every emotion that my character experiences. I’ve grown up and spent most of my life playing characters that are specific instances in my own life. There’s this strange interplay between me and the movies I make that I can’t really explain but it’s something that drives me.

Q: So it goes beyond acting in some way?

STEWART: I think acting is about feeling the emotions of your character. To be able to play somebody else, to capture their essence, you need to become that person and get carried away in their world. I love the feeling that I have when I’m on the set, doing a scene, and throwing myself into the emotions and energy of my character. With MaryLou, I don’t know any other way I could have managed to portray her without losing myself in those kinds of emotions.

Q: Your portrait of MaryLou in the film seems more vivid that how Jack Kerouac describes her in the novel…?

STEWART: I think it’s a lot to do with realising who she was in reality. There was this really great story that she‘d always tell when she first read the book. And Jack Kerouac was so worried about all the details, LuAnne was like, “I’m just happy to be in it!” I think that says everything about her. I think we were privy to so much untapped information about LuAnne that to ignore it….it somehow had to find its way in. I mean, I think we stay very true to the scroll, but all of the history, all of the truths of who she really was and why she did what she did, we don’t know from reading the book. But because we knew (more about her real life), I think it found its way in somehow.

Q: One of the most interesting scenes in the film comes when you and Gareth are dancing and getting all hot and sweaty…

STEWART: That was one of my favourite moments in the film. I think we all love it when we can just let loose and have fun in that way and feel so alive and uninhibited. That was one of those scenes where you see how vivid and happy MaryLou could be and how being around her could be intoxicating.

Q: You were already a huge fan of the book when Walter Salles the director first approached you about the role several years ago?

STEWART: Yes. I didn’t really love reading until I had read On the Road when I was 16. Now I read constantly and something about the characters and the way they lived and their limits and priorities in life. I wanted to keep up. They keep pushing each other. They love each other so much and I want to find relationships like that in my own life that are so challenging. I want to live vicariously through them and learn from the music and the books they talk about and the artists they discuss.

Q: Was it empowering or enriching in many ways to play MaryLou?

STEWART: When I was there doing the scenes it involved a major transformation for me…MaryLou was so far and away a different personality from mine. I’m a follower and she was running ahead of everyone and to play her I had to lose all inhibition. I’m always fascinated by a character like her who is so self-aware and so unselfconscious at the same time and therefore so unlike me in real life! (Laughs) So it was great for me to be able to let it all hang out like her. When I was there I felt so comfortable on the set. Walter (Salles) makes you feel that you can do no wrong. He’s led you to this place where you can be very creative and free but you feel as if you’ve arrived there on your own. There are so many aspects of On the Road that you can learn from. It’s the spirit that you can learn so much from following their journey and how they discover the world. This movie really opened so many doors for me creatively.

Q: You’ve turned 22 last month. Did you celebrate in any special way?

STEWART: It was nothing big… It was kind of a relief not to have a party or a milestone. I liked it because it was a non-event birthday celebration. I went bowling with some friends. I’m a terrible bowler. (Laughs)

Q: A lot of celebrities feel like they live in a bubble. Is that your perspective?

STEWART: I’ve had that feeling but lately I’m not as bothered by the attention. I have a pretty easy life and I think I should be doing more to get out in the world sometimes. That’s mainly why I love my work because I get to experience how other people live and have to struggle in life. My life is very boring by comparison and when I’m acting I feel I’m learning more about the real world or at least different kinds of people who have very intense experiences. I love living in those different realities. It’s changed my life.

Q: Your parents are both involved in the film and TV business. What was that like for you while your were growing up?

STEWART: She works very close with the director, so I would get special treatment when I would visit her on set. I knew about the process (of filmmaking) before I ever made a movie. I was just comfortable on a set. It is a very foreign place to be if you’re not used to it.

Q: Did that make it inevitable that you would become an actress one day?

STEWART: I didn’t know for sure that I would be an actress. I was always hanging around film sets and I wanted to be part of that world in some way. But then I saw how directors worked with actors to create a scene and I just knew I wanted to do that.

Q: How did you first get into acting?

STEWART: I sang in a school play and some agent happened to be sitting in the audience because his own daughter was in the play. So he called my parents about my coming in to audition.
My parents were nice enough to actually run it by me, I mean instead of just, like, hanging up. They were, like, ‘Do you want to do this?’ They were not very enthusiastic. They are realistic about the business. It is not a normal thing to be successful at it.

Kristen Stewart is a long-time fan of the book, and it inspired her to write herself.

Although she’s nearly 40 years younger than Jack Kerouac’s book (which was written in 1951, but not published for another six years), Kristen Stewart is a longtime fan. The novel also helped introduce her to a wider range of authors. “I read it when I was 14,” the actress said. “I had read some Burroughs, I had tried to read ‘Naked Lunch,’ it didn’t get inside me as much as ‘On the Road’ did. I read Ginsberg’s stuff. It opened a lot of doors to different writers. Like, Henry Miller is not a part of the [beat generation], but he’s one of my favorite writers and I only know about him through these people.” Indeed, her reading of Kerouac & co inspired her to do some writing of her own, something she hopes to return to one day. “I wrote when I was younger. But I have such an outlet now, it’s not a compulsion and I don’t want to force it. I’m not a storyteller, it was really about words and what they could do. I’ll get back to it, I’m sure.”

Stewart became particularly attached to the ’49 Hudson in which so much of the film is set.

Every road movie needs a great car, and luckily there was one already specified in the book — the ’49 Hudson owned by Neal Cassady (the inspiration for Hedlund’s character Dean Moriarty). And given that so many of her scenes took place in or around the car, it’s unsurprising that the actress felt it to be part of the cast by the time the movie wrapped. “It’s so comfortable in there. Road trips now are not the same because our cars are not the same. It’s like a room. By the end of the movie, my last scene was in the Hudson, and I can’t even describe to you what it was like to get out of it and know that I wasn’t going to get back in. It was horrible,” she said. “My last scene was one quick shot in a rearview mirror, right before we got dumped in San Francisco. It’s perfect that it was my last scene as well, because you know it’s coming. And there’s this awesome picture that I will cherish for the rest of my life of me and Walter and Sam standing in the middle of the road, right after they called wrap and I definitely just wiped a full face of tears off. It so captures that moment because now I’m on my own road.”

Q : Kristen, a quel point Sur La Route est un grand saut pour vous ?


STEWART : ai aimé faire partie du film et d'avoir le chance de n’imprégner de mon personnage. J'ai pensé de Marylou comme une femme amusante, aimée et aventureuse qui profite de son temps dans la vie et qui est juste elle-même. C'était tellement beau pour moi d'être capable d'exprimer son extravagance et d'essayer de capter son côté esprit-libéré. 


Q: Vous semblez si naturelle dans le rôle ?


STEWART : Merci. Je ne connais pas d'autres façon de jouer cette partie mais j'essaie de vivre mon personnage et je veux ressentir chaque émotion que mon personnage éprouve. J'ai grandi et passé la plupart de ma vie à jouer des personnages qui ont des significations spécifiques dans ma propre vie. Il y a cette étrange réciprocité notre moi et les films que je fais que je ne peux pas expliquer mais c'est quelque chose qui m’entraîne. 


Q: Donc ça va au-delà du jeu d'une certaine façon ?


STEWART : Je pense que jouer c'est ressentir les émotions de ton personnage. Pour être capable de jouer quelque d'autre, de capter son essence, tu as besoin de devenir cette personne et s'occuper de leur monde. J'aime le sentiment que j'ai quand je suis sur un tournage, faisant une scène, et m'imprégner des émotions et de l'énergie de mon personnage. Avec Marylou, je ne sais pas si il y avait d'autres façons que j'aurais pu exploiter pour la représenter sans me perdre dans ce genre d'émotions. 


Q: Votre portrait de MaryLou dans le film semble plus vif par rapport à comment Jack Kerouac la décrit dans le roman ... ? 


STEWART : Je pense que ça a beaucoup avoir avec la réalisation de qui elle était dans la réalité. Il y avait cette  histoire qu'elle aurait toujours raconté quand elle a lu le livre la première fois. Et Jack Kerouac s'inquiétait beaucoup des détails, LuAnne était genre « Je suis juste contente d'être dedans ! » Je pense que ça dit tout à propos d'elle. Je pense que nous étions privé de tellement d'informations inexploitées à propos de LuAnne pour les ignorer... Ça a d'une certaine façon trouvé sa voie dedans. Je veux dire, je pense que nous sommes resté très fidèle à l'intrigue, mais de toute l'histoire, mais toutes les réalités de qui elle était vriment and pourquoi elle a fait ce qu'elle a fait, on ne le savait pas en lisant le livre. Mais parce qu'on savait (plus sur sa vraie vie), je pense que ça a trouvé sa voie d'une certaine façon. 


Q: L'une des plus intéressantes scènes dans le film arrive quand vous et Garrett êtes en train de danser et devenaient tout chaud et transpirant... 


STEWART : C'était l'un de mes moments préférés dans le film. Je pense que nous avons tous aimé quand on doit juste se laisser aller et s'amuser dans ce sens et se sentir vivant et inhibé. C'était une des scènes où l'on voit à quel point MaryLou peut être vive et heureuse et à quel point être à ses côtés peut être enivrant. 


Q:Vous étiez déjà une très grand fan du livre quand Walter Salles le réalisateur vous a approché pour le rôle quelques années auparavant ? 


STEWART : Oui. Je n'aimais pas vraiment lire jusqu'à que je lise Sur La Route quand j'avais 16 ans. Maintenant je le lis constamment, quelque chose à propos des personnages et la façon dont ils vivent et leur limites et priorités dans la vie. Je voulais continuer. Ils continuent de se pousser l'un l'autre. Ils s'aiment tellement et je veux trouver des relations comme ça dans ma propre vie qui sont tellement stimulante. Je veux vivre à cause d'eux, à travers eux et en apprendre de la musique et des livres dont ils parlent et des artistes dont ils discutent. 


Q: Étais-ce revitalisant ou enrichissant dans beaucoup de façons de jouer MaryLou ?


STEWART : Quand j'étais en train de faire les scènes qui impliquaient une grand transformation pour moi... MaryLou a une personnalité tellement lointaine et différent de la mienne. Je suis uen suiveuse et elle menait devant tout le monde et pour la jouer je devais perdre toute inhibition. Je suis toujours fascinée par un personnage comme elle qui est consciente et si désinvolte en même temps et de plus si différente de moi dans la vraie vie!(Rires) Donc c'était  pour moi d'être capable de tout laisser sortir comme elle. Quand j'étais là-bas je me sentais si à l'aise sur le plateau. Walter (Salles) te fait sentir comme si tu ne pouvais pas faire mal. Il te conduit à cette endroit où tu peux être créatif et libre mais tu te sens comme si tu étais arrivé par toi-même. Il y a tellement d'aspects de Sur La Route que tu peux apprendre. C'est l'esprit que tu apprends tellement en suivant leur journée et comment ils ont découvert le monde. Ce film ouvrent vraiment beaucoup de portes créativement pour moi. 


Q: Vous avez eu 22 ans le mois dernier. Avez-vous fais quelque chose de spécial pour les fêter ?


STEWART : Ce n'était rien de grand... C'était une sorte de soulagement de ne pas avoir de fête ou de cérémonie importante. Je l'ai aimé parce que c'était une célébration de non-événement d'anniversaire. Je suis allé au Bowling avec des amies. Je suis terrible au bowling. (Rires)


Q: Beaucoup de célébrités se sentent comme si ils vivent dans une bulle. Est-ce votre perspective ?

STEWART : J'ai eu ce sentiment mais dernièrement je ne suis pas si dérangé par l'attention. J'ai une vie assez facile et je pense que je devrais faire plus pour sortir du monde de temps en temps. C'est principalement pourquoi j'aime mon travail parce que j'ai l'opportunité de voir comment d'autres gens vivent et doivent lutter dans le vie. Ma vie est très ennuyante en comparaison et quand je joue je sens que j’apprends plus à propos du monde réel ou du moins sur différentes sortes de gens qui ont vécu des expériences intenses. J'aime vivre dans ces réalités différentes. Ça change ma vie. 


Q: Vos parents sont tout les deux impliqués dans le business du film et de la TV. Comment c'était pour vous pendant que vous grandissiez ?


STEWART : Elle travaille de façon très proche du réalisateur, donc j'avais une traitement spéciale quand j'allais la voir sur le tournage. Je connaissais le processus (de faire un film) avant même d'avoir fait de film. J'étais à l'aise sur un tournage. C'est très étrange d'être dans une endroit pareil si on est pas habitué. 


Q: Étais-ce inévitable que vous deveniez actrice un jour ?


STEWART : Je ne savais pas pour sûr que je deviendrais une actrice. Je traînais toujours sur les tournage de film et je voulais en faire partie un jour. Mais ensuite j'ai vu comment les réalisateurs travaillaient avec les acteurs pour créer une scène et j'ai juste su que je voulais faire ça. 


Q: Comment avez-vous commencé à jouer ?


STEWART : Je chantais dans une pièce d'école et un agent se trouvais assis dans le public parce que sa propre fille était dans la pièce. Donc il a appelé mes parents pour que j'aille à une audition. Mes parents étaient assez gentils de le faire pour moi, enfin je veux dire à la place de juste, laisser ça. Ils étaient genre 'Veux-tu le faire ?' Ils n'étaient pas très enthousiaste. Ils étaient réaliste face au business. Ce n'est pas une chose normal d'avoir du succès à cela.


Kristen Stewart est une fan du livre depuis longtemps, et ça l'a inspirée à écrire elle-même. 


Même si elle est quasiment 40 ans plus jeune que le livre de Jack Kerouac (qui a été écrite en 1951, mais non publié encore pendant les six années suivantes), Kristen Stewart est une fan de longue date. Le roman l'a aussi aidée à s’intéresser à une rangée de grands auteurs. « Je l'ai lu quand j'avais 14 ans, » a dit l'actrice. « J'ai lu du Burroughts, j'ai essayé de lire 'Naked Lunch', ça ne m'a pas touché autant que 'Sur La Route'. J'ai lu des trucs de Ginsberg. Ca l'a ouverte à beaucoup d'auteurs différents. Comme, Henry Miller ne fait pas parti de la [beat generation], mais c'est un de mes auteurs préféré et je le connais juste à travers ces gens-là. » En effet, sa lecture de Kerouac & co l'a inspirée à écrire elle même, quelque chose qu'elle espère concrétiser un jour. « J'ai écrit quand j'étais plus jeune. Mais j'ai tellement un trou maintenant, ce n'est pas une compulsion et je ne veux pas me forcer. Je ne suis pas une conteuse d'histoire c'étit vraiment à propos des mots et ce qu'ils pouvaient faire. Je m'y remettrais, j'en suis sûr. »


Stewart devint particulièrement attaché à la Hudson '49 dans laquelle le film se passe si souvent. 


Chaque film sur le route a besoin d'une  voiture, et avec chance il y en avait une de specifiée dans le livre – la Hudson '49 appartenant à Neal Cassady (l'inspiration du personnage de Hedlund Dean Moriarty). Et en plus de ça beaucoup de ses scènes prennent place dans la voiture ou autour, ce n'est pas surprenant que l'actrice se sentie faire parti du cast le temps que le film fut fini. « C'est tellement agréable dedans. Les voyages sur la route ne sont plus les mêmes maintenant parce nos voitures ne sont plus les mêmes. C'est comme une pièce. Vers la fin du film, ma dernière scène était dans la Hudson, et je ne peux pas même pas décrire ce que c'est de sortir et de savoir que je n'y retournerais pas. C'était horrible, » a-t-elle dit. « Ma dernière scène était une rapide prise dans le reflet d'un miroir, juste avant que l'on soit déposé à San Francisco. C'est parfait que ce fut ma dernière scène, car vous savez ça arrive. Et il y a cette photo géniale que je chérirais pour le reste de ma vie de moi et Walter et Sam debout au milieu de la route, juste après qu'ils aient dit que c'était fini et j'ai définitivement essuyer les larmes de mon visage. C'est si captivant ces moments car maintenant je suis sur ma propre route. »



Source - Source