Friday, November 18, 2011

Photoshoot/Scans/Interview for Glamour UK - 2011

By Matthias Vriens-McGrath - for the December 2011 issue.

image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host

Scans:

image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host

Interview:


The Lady is a VAMP

Kristen Stewart doesn’t so much greet me as collide with me, when I pitch up at her temporary West London pad for GLAMOUR’s cover interview. I’ve arrived a few minutes early, and a clumsy moment ensues when she opens the door before I have a chance to knock, and we find ourselves face to face on the doorstep. She was just on the way to the shop, she explains, as we exchange apologies, and if I want to go straight up, she’ll be back in a minute.

I’m already surprised that I’ve been invited to the apartment she’s living in while filming Snow White and The Hunsman in London (rare in celeb-land), so it’s even more astonishing when I get upstairs and discover it’s going to be just the two of us –with no publicist to keep an eagle eye on the time or shut down any thorny questions. But over the next hour, we laugh a lot, as Kristen proves to be funny, sweary, self-deprecating and open to being askedanything. Whether she answers, of course, is a different matter, but this is one actress who can easily handle that herself.

Back from the shop, with her hair in a messy ponytail and wearing skinny jeans, a sloppy tee and a hood, Kristen seems relaxed, the polar opposite of the awkward, nervy interviewee who climbed aboard the Twilight Sagajuggernaut in 2007. “That’s a fair assessment,” she chuckles good-naturedly when I put it to her. “I don’t think there was much behind it other than I was young, and expecting it, and trying way too hard to be ‘not fake’. When I was younger, I’d look around and see these people, even people I knew, start to do an interview and become a completely different person. I was always scared of being like that. Someone would [ask a question] and you could see my whole thought process on my face. It’s like, ‘Hide that shit! What are youdoing?‘”

Things changed when she accepted the fact that she was never going to fit the mould of soundbite-ready, cookie-cutter starlet — and nor would she want to. A couple of times during the interview she berates herself with a: “God … I have such hard time fucking expressing myself,” but at no point does she seem worried sabot saying the ‘wrong’ thing, even though, in the past, interview quotes have come back to haunt her. “When you say something slightly different, it throws people, and now I’m comfortable doing that,” she says. “I’m just like, ‘Yeah, I know — I’m a fucking freak, huh?’ You known what I mean? It just doesn’t bother me any more.”

Despite this new laissez-faire attitude to interviews, Kristen is not immune to pre-red-carpet nerves, and she wearily groans “not any more, man,” when I ask if she ever Googles herself. She pauses and adds, “I do like to look at what I wear, though. It’s not like I put on a fucking dress and don’t care about it after.”

Born in Los Angeles in 1990, style-wise Kristen is a California frill through and through when she’s off-duty (“There’s something about wearing jeans, trainers and a sloppy T-shirt everywhere you go that seems very southern California to me.”) But she’s definitely come into her own on the red carpet over the past few years (as witnessed overleaf), and when we speak, London Fashion Week is approaching. “I love choosing stuff to wear, and my publicist always calls and asks, ‘Do you wanna do something like this?” [go to the shows] and if I’m not busy, I’m definitely interested. I’m going to one thing –either Burberry or Mulberry. I’m not sure.” It turns out to be Mulberry as, the following Sunday, Kristen appears in the front row next to Kate Moss.

It’s a rare public appearance furring her time in the UK as, for the most part, the 21 year old has been taking full advantage of the relative anonymity London affords her. Aside from a few tabloid-reported sightings, pap shots have been thin on the ground. Kristen wandered unhindered around the Notting Hill Carnival and, although she won’t namecheck specific places, she insists all the pubs and restaurants within a mile radius of her flat are regular haunts. “In L.A. you have to be fairly selective about where you go, but I’m so fine here,” she shrugs. “It’s similar to New York, in that people are doing their own thing and they feel like they’re probably cooler than you, so I tend to be able to get around very easily.” Plus, she’s enjoying the British pub culture. “We have bars, clubs and restaurants [in the US], but here you go to the pub for the afternoon and you have lunch. In an American publication, that would seem like, ‘She’s hitting the bars in London!’ but it’s just a different mentality here.”

She’s also sticking to her resolve in staying under the radar about the likely-but-never-confirmed-nor-denied relationship with Robert Pattinson. With gossip columnists alternately reporting that they are together, aren’t together, have broken up, are back together, does she never feel like just going on the record about how it really is? Apparently not. “It’s funny when this question comes up, because I sort of feel like, I don’t really care!” she says, looking like she truly doesn’t. “People can say whatever they want …” She trails off, then adds, “[The interest] is totally understandable, but when it’s personal to you, it’s like your life becomes a product, and I’m repelled by that. I don’t like to give away gems that people are gonna be like. ‘Oh m God!’ So I’ll always just shrug it off — in fact, I always find it kind of funny, and not just with Rob.”

Since there’s no real-life Kristen/Rob exclusive forthcoming, we stick to the on-screen version of their romance. We’re here to talk about the fourth installment of The Twilight Saga: Breaking Dawn Part 1, which picks up as Bella and Edward prepare to get married. Every Twilight movie has been hyped to an enormous degree, but the existence around this one has been even more rabid, close to that headboard-breaking, pillow-biting honeymoon sex scene between the newlyweds. “On a particular level, it’s entirely true that it’s the most important scene in the whole movie, but obviously it goes without saying it’s been built up at this point to an insane degree,” she laughs, before acknowledging that even she was slightly shocked by Bella’s burgeoning sexuality. “There are two big sex scenes in the two [final] films, and we did them fairly early. It was so weird, it didn’t even feel like we were doing a scene within a Twilight film. I was like, ‘Bella! What are you doing? Wow! What is happening here?!’ It was very surreal. We [originally] got rated R [restricted for under 17s], They recut it.” Does she realize, I say with a raised eyebrow, that people would pay good money to see the original R-rated version of the sex scene? “It was tame!” she insists, adding, “I’ve done my fair share of coming-of-age movies, but they [the ratings board] know who our audience is, and can be like, ‘Hmmm guys, just cool it a little.’ It’s funny because in the book, you don’t see anything. It’s everyone’s imagination, so it’s entirely subjective. I hope it’s good!”

The wedding and, more specifically, the wedding dress, have both been kept strictly under wraps in the run-up to the film’s release. “I had to be shrouded in secrecy the entire two days of filming … it was crazy,” she laughs. “I was on full lockdown, as if I was wearing millions of dollars” worth of diamonds, and I’m so excited for the wedding dress to be revealed,” she says. “It was one of those moments you go, ‘This is something to remember,’ and you want to put yourself in the experience so that it doesn’t pass you by. It ended up being great for everyone, I think.” She corrects herself with a laugh –”Well, for me, at least” –adds, with faux conceit, “I think everyone had a wonderful time at anywedding … and it was marvelous!”

She’s joking, but for Twi-hards, Twilight has become so much more than a compulsively addictive book-to-film franchise and, after having her own super-fan meltdown, Kristen can empathize, even with the more overzealous among them. “There definitely are people that kind of lose it and get very emotional,” she says. “But recently, I met [musician] Jenny Lewis and I had the most ridiculous experience. IT was so embarrassing, I couldn’t speak. It was eye-opening, actually — I’m sure that [fans] leave and find themselves going ‘It’s the one time I’m probably ever going to get a chance to meet this chick, and God, I couldn’t even fucking speak!’”

Bella also swaps her jeans and hoods for a bikini during the film’s honeymoon scenes. “I know I’m tiny and shit,” Kristen acknowledges with candor, but stripping off wasn’t without its concerns. “I did [Jack Kerouac adaptation] On the Road right before Breaking Dawn, and I definitely did hand out a little bit,” she says. “Then, when I was doing prep for Breaking Dawn, I suddenly realized, ‘This is so not On the Road. People definitely want to see you looking trim.’ Usually, we’re all making fun of Taylor [Lautner] for working out so often, and then suddenly me and Rob were like, ‘Shit!’ and were running around the block while Taylor laughed at us.”

Speaking of her co-star’s ripped physique, did she know her last three films feature six of GLAMOUR’s top 50 sexiest men, namely Rob, Taylor, Kellan Lutz, and Jamie Campbell in Breaking Dawn, Garrett Hedlund in On The Roadand Chris Hemsworth in Snow White and the Huntsman? Is that just good luck or some astute film choices? She starts laughing again, and it transpires that such polls provide endless on-set ammo. “The first time Rob was the ‘sexiest man in the word’, a couple of years ago, it was the biggest joke in the world. We never stopped taking the piss and neither did he. [But] they’re all great guys and not … geez, now I sound like I’m generalizing about attractive men, but there’s something a little vain about working out every single day, whereas they’re the greatest guys and all kind of goofy. That’s why it’s so funny.”

With filming on Snow White … retiring the following day, Kristen resolves to tell Chris about his as-yet-unpublished accolade. Right now, aside from the horse riding lessons she’s taking for the part (“I’m fairly terrified,” she admits, “I fell off the other day”), she has the rest of the day off, and she sees me out with a hug. As we reach the lift, she says, “Thanks, that was fun.” And you know, I think she means it.

Brit Girl or LA Woman
We put Kristen’s Brit Cred to the test.

How do you take your tea?
With milk and a little bit of honey — which is weird, I guess.

What’s your pub drink?
[Proudly] It’s a pound.

Gastropub or old-man boozer?
Oh, old-man pub, definitely.

Sausage sandwich or bacon butty?
I don’t know what a butty is. [I explain] Oh, bacon.

How do you feel about beans on toast?
I love beans on toast.

Sunday roast of choice?
Chicken or lamb.

Have you adopted any British swear words, like ‘wanker’?
I love that word, but in my accent, the funny thing about using British slang — ‘fucking wanker’ — is it just sounds so off.

American jocks or British lads?
[Looks momentarily ruffled, hides a small laugh and does an 'aw, shuck' gesture] Well, I’m kind of repulsed by jocks from anywhere, so I have to go with the lads.

Favorite British music?
Laura Marling. Man, I’m such a huge fucking fan. Rob introduced me to her onTwilight because he thought that [her music] was right for the movie. I love her.

Favorite London hangout?
I’ve had some really good roast dinners … the Swan & Edgar in Marylebone.

Favorite London memory?
[Another laugh] God, I can’t even tell you, so annoying. Erm, hmmm … I spent my last two New Years here, and both of them were fucking incredible.
The Lady is a VAMP

Kristen Stewart ne m’a pas tant saluée que rentrée dedans, alors que je me présentais devant son appartement temporaire à West London, pour l’interview de Glamour. Je suis arrivée quelques minutes en avance, et il s’est ensuivi un moment de flottement quand elle a ouvert la porte avant que je n'ai eu le temps de frapper, et nous nous sommes retrouvées face à face devant la porte d’entrée. Elle allait juste partir faire une course, m’a-t-elle expliqué alors que nous échangions des excuses, et si je voulais patienter en haut, elle serait de retour dans une minute.

Je suis déjà surprise d’avoir été invitée dans l’appartement où elle réside pendant le tournage de Blanche Neige et le Chasseur à Londres (chose rare dans le monde des célébrités), alors c’est encore plus surprenant quand je monte et que découvre que nous ne serons que toutes les deux – sans agent de publicité pour garder un œil d’aigle sur le temps restant ou faire la sourde oreille aux questions embarrassantes. Au contraire, nous avons beaucoup ri durant l’heure suivante, et Kristen prouve qu’elle est drôle, ne se prend pas la tête et est prête à ce qu’on lui pose toute question. Si elle y répondra, bien sûr, est une autre affaire, mais c’est une actrice qui peut facilement supporter ce genre de situation d’elle-même.

De retour du magasin, avec les cheveux coiffés en une queue de cheval désordonnée et portant un jean slim, un tee-shirt relâché et un sweat à capuche, Kristen semble décontracter, à l’opposé de la jeune interviewée maladroite et nerveuse qui s’était embarquée dans la Saga Twilight en 2007. "C’est une juste analyse", a-t-elle reconnu de bon cœur quand je lui ai exposé ma pensée. "Je ne pensais pas qu’il y avait autant de choses derrière quand j’étais jeune, je ne m’attendais pas à cela, et j’essayais vraiment de ne pas paraitre 'fausse'. Quand j’étais plus jeune, je regardais autour de moi et je voyais ces personnes, même des personnes que je connaissais, commencer une interview et devenir une personne totalement différente. J’avais toujours très peur d’être comme cela. Quelqu’un me posait une question et pouvait voir mes pensées se dessiner au fur et à mesure sur mon visage. Je pensais alors 'Cache moi ça! Qu’est que tu es en train de faire ?'"

Les choses ont changées quand elle a acceptée le fait qu’elle ne rentrera jamais dans le moule des réponses tout faites, - des starlettes sans personnalité – et qu’elle ne le veut pas de toute façon. Plusieurs fois durant l’interview, elle se coupe avec un "Bon sang… J’ai vraiment du mal à m’exprimer", mais à aucun moment elle ne parait s’inquiéter de dire la 'mauvaise' chose, même si, par le passé, certains extraits d’interviews se sont retournés contre elle et l’ont hantée. "Quand vous dites quelque chose d’un peu différent, cela marque les gens, maintenant je me suis habituée à faire ça", dit-elle. "Je suis juste comme 'Ouais, je sais, - je suis vraiment bizarre, hein ?' Vous voyez ce que je veux dire? Cela ne me touche plus maintenant."

Malgré cette nouvelle attitude pendant les interviews, Kristen n’est pas immunisée contre le stress pré-tapis rouge, et elle grogne d’un air las "non, plus maintenant", quand je lui demande si elle tape toujours son nom sur Google. Elle s’arrête et ajoute : "J’aime regarder ce que je porte, par contre. Ce n’est pas comme si je mettais une putain de robe et que je m’en fichais après."

Née à Los Angeles en 1990, Kristen est une fille Californienne encore et toujours quand elle ne travaille pas. ("Il y a quelque chose à propos du port de jeans, baskets et de larges t-shirts n’importe où vous allez qui me semble très Californie du Sud"). Mais elle a définitivement trouvée son propre style sur le tapis rouge durant les dernières années et à l’heure où nous parlons, la semaine de la mode à Londres approche. "J’aime choisir les choses que je porte, et mon agent de publicité me téléphone toujours et me demande 'Est-ce que tu voudrais faire quelque chose comme cela ?' [pour aller aux événements], et si je ne suis pas occupée, je suis vraiment intéressée. Je vais aller à un événement – soit Burberry ou Mulberry, je ne suis pas sûre." Il apparait que c’est Mulberry vu que le dimanche suivant, Kristen se montre en compagnie de Kate Moss devant l’estrade du défilé.

C’est une apparence publique rare pendant le temps qu’elle passe au Royaume-Uni car, la plupart du temps, la jeune femme de 21 ans préfère tirer parti du relatif anonymat que lui offre Londres. Si l’on enlève quelques journaux à potins où on a pu l’apercevoir, les photos de paparazzis ont été plutôt rares dans l’ensemble. Kristen se balade librement autour du Notting Hill Carnival et, bien qu’elle ne cite pas des endroits spécifiques, elle insiste sur le fait que tous les pubs et restaurants dans un kilomètre à la ronde de son appartement sont ses lieux de prédilection. "A Los Angeles, vous devez être vraiment sélectif sur le lieu où vous voulez aller, mais ici tout va bien," dit-elle avec un haussement d’épaule. "C’est pareil que New-York, dans le fait que les gens s’occupent de leurs affaires et se sentent probablement supérieur à vous, donc je suis capable de me promener très facilement." En plus, elle adore la culture des pubs anglais. "Nous avons des bars, des clubs et des restaurants [aux USA], mais ici vous allez au pub pendant l’après-midi et vous pouvez manger le repas du midi. Dans un journal américain, cela serait ressenti comme 'Elle squatte les bars à Londres!', mais il y a une mentalité différente ici."

Elle est aussi bien déterminée dans sa résolution à rester dans le vague à propos de sa probable-mais-jamais-confirmée-ni-démentie relation avec Robert Pattinson. Avec les articles de potins relatant alternativement qu’ils sont ensemble, ne sont pas ensemble, se sont séparés, sont de nouveau réunis, n’a-t-elle jamais pensé à juste dire ce qu’il en est vraiment ? Apparemment non. "C’est amusant quand cette question arrive, parce qu’en fait je me sens comme quelqu’un qui s’en fiche un peu!", dit-elle, avec un air de celle qui ne s’en fiche vraiment pas. "Les gens peuvent dire ce qu’ils veulent…" s’arrête-elle un moment, puis ajoute, "[L’intérêt] est totalement compréhensible, mais quand ça vous touche personnellement, c’est comme si votre vie devenait un produit, et je suis dégoutée par cela. Je n’aime pas abandonner des choses précieuses à des gens qui seront comme 'Oh Mon Dieu!'. Donc je vais juste toujours les ignorer – en fait, j’ai toujours trouvé cela drôle en quelque sorte, et pas seulement avec Rob."

Puisqu’il n’y a pas de moment Kristen/Rob à venir dans la réalité, nous sommes scotchés devant la version sur écran de leur histoire d’amour. Nous parlons ici du quatrième volet de la Saga Twilight, Révélation, 1ere partie, qui commence quand Edward et Bella se préparent pour leur mariage. Tous les films de Twilight ont subi un énorme battage médiatique, mais celui-ci a été encore plus important, à cause cette scène si attendue, celle de la lune de miel et de l’oreiller mordu entre les deux jeunes mariés. "Si l’on prend un point de vue particulier, c’est entièrement vrai que c’est la scène la plus importante de tout le film, mais cela va sans dire que cela a été tellement rabattu que s’en est devenu malsain.", se moque-t-elle, avant d’admettre qu’elle a elle-même été un peu choquée par la sexualité bourgeonnante de Bella. "Il y a deux grosses scènes de sexe dans les deux films, et nous les avons tournés vraiment tôt. C’était vraiment étrange, je n’avais même pas l’impression d’être dans un film de la saga. Je me disais, 'Bella, mais qu’est-ce que tu fais? Wow! Qu’est-ce qui se passe ici?!' C’était surréaliste. Nous [initialement] avons eu la restriction R [interdit aux moins de 17 ans]. Ils l’ont repoussée." Réalise-t-elle, dis-je avec un haussement de sourcils, que les gens paieraient cher pour voir la version originale de cette scène de sexe ? "C’était sous contrôle!", insiste-t-elle, ajoutant, "J’ai fait mon travail pour des films qui s’adressent à des personnes majeures, mais ils [les personnes s’occupant des restrictions] connaissent notre public et peuvent penser 'Humm les gars, calmez-vous un peu'. C’est amusant, parce que dans les livres, vous ne voyez rien. C’est l’imagination de chacun, dont c’est entièrement subjectif. J’espère que ça sera bien!"

Le mariage, et plus spécifiquement, la robe, ont tous deux été bien gardés dans le secret avant la sortie du film. "J’ai dû être vraiment habillée dans le secret pendant les deux jours de tournage… c’était fou", rit-elle. "J’étais enfermée à double-tour, comme si je portais des diamants pesant des millions de dollars, mais c’était juste une robe." Mais elle admet s’être sentie 'ridiculement' mariée, dès qu’elle a porté la robe. "Je trouve que la robe est vraiment belle, et je suis vraiment impatiente que la mariage soit révélé," dit-elle. "C’était un de ces moments que vous faites, un 'C'est quelque chose à se souvenir', et vous voulez vous investir dans ce moment de telle sorte que cela restera en vous. Cela s’est trouvé être en fin de compte un moment génial pour tout le monde, je pense." Elle se corrige dans un rire – "Enfin, pour moi, au moins"- puis ajoute, avec une fausse suffisance, "Je pense que tout le monde a passé un moment merveilleux à mon mariage… et c’était formidable!"

Elle plaisante, mais pour les Twi-hards, Twilight est devenu beaucoup plus qu’un livre addictif adapté en film et, après avoir eu son propre moment de folie fanatique, Kristen peut compatir, même avec les plus enthousiastes d’entre eux. "Ce sont définitivement des personnes qui ne répondent plus de rien et deviennent très sensibles", dit-elle. "Mais récemment, j’ai rencontrée la musicienne Jenny Lewis, et j’ai eu la plus ridicule expérience de ma vie. C’était vraiment très embarrassant, je ne pouvais pas parler. J’avais les yeux grands ouverts, en fait – je suis sûre que les fans partent et pensent 'C'est la seule fois que je vais probablement avoir la chance de rencontrer cette fille, et bon sang, je ne peux même pas aligner un fichu mot!'"

Bella échange aussi ses jeans et sweats pour un bikini durant les scènes de la lune de miel. "Je sais que je suis mince et tout", reconnait Kristen avec candeur, mais me déshabiller ne s’est pas fait sans inquiétude. "J’ai fait Sur La Route [l’adaptation de Jack Kerouac] juste avant Révélation, et j'en montre un peu plus que d’habitude", dit-elle. "Puis, alors que je faisais les repérages pour Révélation, j’ai soudain réalisé que ce n’était pas du tout comme Sur La Route. Les gens veulent vraiment me voir svelte. D’habitude, nous nous moquons tous de Taylor qui doit s’entretenir à longueur de journée, et soudainement Rob et moi nous sommes dits 'Merde!' et nous nous sommes mis à courir autour des bâtiments pendant que Taylor se moquait de nous."

En parlant du physique de sa co-star, savait-elle que ces trois derniers films mettent en scène six des 50 hommes les plus sexys selon Glamour, à savoir Rob, Taylor, Kellan Lutz et Jamie Campbell Bower pour Révélation, Garrett Hedlund pour Sur la Route et Chris Hemsworth pour Blanche Neige et le Chasseur? Est-ce juste de la chance, ou un choix astucieux de films? Elle commence à rire de nouveau, et il transparait que ce genre de sondages donne des sources infinies de munitions sur les plateaux. "La première fois que Rob a été 'l'homme le plus sexy du monde', il y a quelques années, ça à été la plus grosse blague du monde. Nous n’avons jamais pu nous empêcher de nous moquer de lui, et lui non plus. Mais ce sont tous de super personnes, et pas des… crétins, maintenant je donne l’impression de généraliser à propos des beaux hommes, mais il y a quelque chose de futile à travailler avec eux chaque jour, alors qu’ils sont les meilleures personnes et tous un peu dingo."

A propos du tournage de Blanche Neige, en parlant du jour suivant, Kristen se résout à dire à Chris à propos de son accolade-pas-encore-publiée. Maintenant, à part les leçons d’équitation qu’elle prend pour son rôle ("Je suis vraiment terrifiée", admet-elle, "Je suis tombée l’autre jour"), elle a le reste du jour libre, et elle me dit au revoir dans une étreinte. Alors que nous atteignons l’ascenseur, elle me dit "Merci, c’était amusant." Et vous savez, je crois qu’elle le pense vraiment.

Fille Anglaise ou Femme de LA
On teste la Kristen Anglaise.

Comment bois-tu ton thé ?
Avec du lait et un peu de miel – ce qui est bizarre j'imagine.

Quelle est ta boisson dans un Pub ?
[Fièrement] C'est une pinte de Bière.

Pub Gastronomique ou vieux bistro ?
Oh, définitivement vieux pub.

Sandwich à la saucisse ou butty (sandwich) au bacon ?
Je ne sais pas ce qu'est un butty. [J'explique] Oh, Bacon.

Que penses-tu des flageolets sur toast ?
J'adore les flageolets sur toast.

Viande du Dimanche ?
Poulet ou Mouton.

N'as-tu pas adopté quelques insultes anglaises, comme 'branleur' ?
J'aime ce mot, mais avec mon accent, le truc marrant d'utiliser l'argot anglais – 'putain de branleur' – c'est sonne tellement mal.

Sportifs Américain ou Garçons Anglais ?
[Regard momentanément troublé, cache un petit rire, fait un « aw »] Eh bien, je suis plutôt assez répulsive de toutes sortes de sportifs, donc je dirais les garçons [Anglais].

Musique Anglaise préférée ?
Laura Marling. Mec, je suis une grand fan. Rob me la fait connaître sur Twilight parce qu'il pensait que [sa musique] était bien pour le film. Je l'adore.

Sortie préférée à Londres ?
J'ai fait de très bon restaurants... Le Swan & Edgard in Marylebone.

Meilleur souvenir de Londres ?
[Un autre rire] Mon dieu, je ne peux pas vous le dire, si embarrassant ; Erm, hmmmm … J'ai passé mes deux derniers Nouvel An ici, et les deux était putain d'incroyable.


Via