Sunday, January 9, 2011

Photoshoot/Scans/Interview/BTS for Vogue - 2011

By Mario Testino - for the February 2011 issue (but photoshoot realized in 2010) - with Tom & Lorenzo (Proenza Schouler).

January 9, 2011

image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host
image host image host


image host image host image host image host image host image host
image host

+ Scans from the 'Best Dressed' Special Edition 2011.

image host

Behind the scenes:

En vostfr par nous-mêmes:


On a fall weekend in a quiet, suburban part of Baton Rouge, Louisiana, the town where the Breaking Dawn set is located (with much secrecy and heavy confidentialy agreements), Stewart, a sylph in tomboyish jeans and a lumberjack shirt, is moving around the kitchen of a friend's house, cracking her knuckles as she talks. She gets nervous dealing with the media - TV interviews in particular, she says, make her squirm - and she is sometimes accused of being downbeat and defensive in her public appearances, not least because she rarely smiles. She nurses some bad-girl career. "I choose things that are so overly ambitious, and if I can't do stuff like that, I don't want to be doing this.", she says. Scratch the surface, however, and the attitude seems more about the passion and perfectionism she feels about her work and the opposite. "A compulsion absolutely fills you", she says of finding a good part, and admits that she sometimes has difficulty lettin go.

Today she is stoked from having just returned from shooting On the Road with Walter Salles, the masterly Brazilian director of The Motorcycle Diaries and Central Station. She plays a character based on Neal Cassady's wirst wife, LuAnne Henderson, opposite Garrett Hedlund and Sam Riley. It was an intense improvisatory experience that left her "crying my head off," she says. "I didn't want to leave." Installing herself in Baton Rouge for the foreseeable future was "like going back to school... Twilight is a different beast." A massive production planned to the millisecond and freighted with dollars signs waiting to happen, Breaking Dawn brings several years of Stewart's life to a climax. She feels the weight of portraying Bella Swan, "a character who is embedded in so many people's psyches at this point. It's starting to enter my head a lot more than it used to because it's at the end and it's come such a long way. I just want the fans of the book to be happy." She laughs. "I don't necessarily care about anyone else."

To a large segment of the population, Stewart may have sprung fully formed onto the screen as an incarnation of their favorite heroine. (At last count, Stephenie Meyer's books have sold some 100 million copies worldwide.) But, despite her youth, Stewart has made more than 20 films, many of them independent and nearly all of them stellar, and pulled off such pitfall-ridden roles as a teenage rape victim and a girl disabled by neurological illness. She grew up in the Valley, the daughter in a family on the more nuts-and-bolts side of the industry - her mother is a script supervisor, her father a TV producer, her brother is a grip. After being spotted as a child at a school performance, Stewart walked straight onto the A-list, talking her first proper role in 2001's The Safety of Objects, an adaptation of A.M. Homes story collection, alongside Glenn Close and Patricia Clarkson, and her second in Panic Room, a virtual two-hander with Jodie Foster. "At that time I just thought it was fun," she says, grateful that she began her career before adolescent insecurities set in. "I don't think I would ever have been able to be an actress had I not started at nine years old. I would have been the last person to stand up and say, 'I'd like to star in the play."

Some facts about Stewart: Currently on her nightstand are Dave Cullen's Columbine; Into the Wild author John Krakauer's Under the Banner of Heaven, a study of radical Mormonism; and Anna Karenina. On her playlist, the Shins, Broken Bells, and Jenny Lewis, the L.A musician who puts Stewart in the unusual position of being starstruck herself: "She's the only person I've ever met that I can't function around." (Stewart also plays guitar and was thrilled to portray Joan Jett, whom she got to know, in The Runaways.) Her favorite movies are John Cassavetes' A Woman Under the Influence, starring Gena Rowlands, and La Vie in Rose, with Marion Cotillard.

She loves Jane Fonda in Klute. Her new hobby is cooking, no doubt encouraged by the fact that she lives in a somewhat isolated way: "You build a perimeter of people that are really important to you." Friends tease her for watching the Food Network with a stern frown of concentration on her face. "I'm such a dork." (The frown pays off. For lunch, she prepares an elaborate, and delicious, Mexican tortilla soup with numerous condiments, slong with pulled-pork sandwiches.) She also likes involving private membership and small numbers of people over large areas. So far, a regular if interesting young woman. In other ways, not regular at all. If she sees a teenage girl. Stewart will literally duck and cover. "There's no way to eloquently put this," she says. "I just can't go to the mall. It bothers me that I can't be outside very often. And also to not ever be 'some girl' again. Just being some chick at some place, that's gone."
She can pinpoint the week she stopped being "some girl" and entered the land of 24-hour security, lockdowns, and endless speculation about her relationship with her co-star Robert Pattinson, which she refuses to discuss. ("It's not my job.") She had completed the first Twilight movie, which had not yet been released, and just filmed Welcome to the Rileys in New Orleans, where, she says, "I feel so good walking down the street by myself," before correcting herself: "At least I used to." She went back for an extra week of work during editing, and suddenly she coudn't walk down the street anymore. "It really erupted," she says. "It was a weird thing to watch."

Stewart, who is careful never to complain about the mixed blessing of the Twilight phenomenon, is smart enough to understand the nature of her particular celebrity. "Masses of girl identified with Bella in a really profund way, for want of a better world," she says. "The connection that I've seen people have.. I've seen it physically. It's the chacacters they're flipping for." She also feels the power for good that comes with her influence. "It's funny when you are endowed not only with public recognition on a fucking seriously vast level, but also money," she says with endearing earnestness. "Like, funds." (She was reportedly paid $25 million for the two films of Breaking Dawn, plus a percentage of the gross.) "Anytime I hear that somebody's really rich, the first question is 'Do you do anything with it? Or do you, like, chill? You just sit on it?'" She is thinking carefully, strategically, about how best to put her own contribution to use, and has a plan - inspired by her researches for the role of a runaway in the sex trade - to set up a network of halfway houses to help those who want to recover and get back on their feet. "That would be amazing," she says. "Right now it's the thing I feel most connected to."

Stewart carries a lot on her slender shoulders for a young woman barely out of her teens. But her transition to adulthood will be a boon to moviegoers. She herself may doubt that she will eventually be able to move past the Twilight juggernaut - "At this point it seems like 'We'll see what the Twilight girl did. Let's see how she's trying to be different'" - but others disagree, and a generation for whom the tattle about KStew and RPattz is not so compelling and the Twilight movies perhaps a guilty pleasure rather than a fervent passion can look forward to seeing her flex her muscles in adult roles. Her nerviness and cool on-screen are interesting to watch, qualities gorwn women would like to see their relfection in. "She's one of the smartest actresses I've ever worked with," says Condon. "Not only does she have astonishing technical ability, she has an incredibly incisive and serious approach to character. She has just unlimited potential.".
Au cours d'un week-end d'automne, dans la banlieue calme de Bâton Rouge en Louisiane, la ville où le tournage de Breaking Dawn se situe (avec de nombreux accords secret et confidentiels), Stewart, une sylphide dans un jean de garçon manqué et une chemise de bûcheron, se déplace dans la cuisine d'un ami, parlant en faisant craquer ses doigts. Elle devient nerveuse quand elle est confrontée au média – les interviews télé en particulier, dit-elle, qui lui donne des convultions – et elle est parfois accusée d'être négative et sur la défensive dans ses interventions publiques, du moins parce qu'elle sourit rarement. Elle entretient une carrière de bad-girl. « Je choisis des choses qui sont si excessivement ambitieuses, et si je ne peux pas faire ce genre de choses, je ne veux plus faire ça. » , dit-elle. Au delà des apparences, quoiqu'il en soit, son attitude reflète plus la passion et la perfectionnisme qu'elle ressent dans son travail que l'opposé. « Un contrainte vous absorbe complètement », dit-elle afin de trouver un bon côté, et admet que de temps en temps elle a des difficultés à laisser aller.

Aujourd'hui elle revient tout just du tournage de Sur La Route avec Walter Salles, le magistral réalisateur Brésilien de The Motorcycle Diaries et Centra Station. Elle y joue un personnage basé sur la première femme de Neal Cassady, LuAnne Henderson, face à Garrett Hedlund et Sam Riley. C'était une intense expérience improvisée qui l'a laissée « pleurer à n'en plus pouvoir » dit-elle. « Je ne voulais pas partir. » S'installer à Bâton Rouge pour le futur proche était « comme retourner à l'école... Twilight est une autre affaire. » L'énorme production plannifié à millisecondes et qui n'attend qu'à crouler sous les dollars, Breakind Dawn a amené plusieurs années de la vie de Stewazrt à leur apogée. Elle ressent le poids que c'est d'interpréter Bella Swan « une personnage qui est ancré à un tel point dans l'esprit de tellement de gens. Ca commence à rentrer dans ma tête beaucoup plus que parle passé parce qu'on est à la fin et on revient d'un long chemin. Je veux juste que les fans soient heureux. » rit-elle. « Je ne fais pas forcément attention à tout les autres. »

A une grande partie de la population, Stewart semble déjà entièrement formée à l'écran pour incarner leurs héroïne préférée. (Au dernière nouvelle, plus de 100 millions d'exemplaires des livres de Stephenie Meyer ont été vendus dans le monde.) Mais malgré sa jeunesse, Stewart a fait plus de 20 films, beaucoup d'entre sont indépendants et presque tous excellent, lui donnant des rôles pièges tel qu'une adolescante vicitme d'un viol et une fille handicapée par une maladie neurologique. Elle a grandit dans la Vallée, la fille d'une famille qui vient plus ou moins de l'industrie - sa mère est un superviseur de scénario, son père un producteur de TV, son frère est preneur. Après avoir été remarquée enfant lors d'une pièce à l'école, Stewart est allé droit dans la A-list, ayant son vrai rôle en 2001 dans The Safety of Objects, une adaptation de la série de livre d'A.M. Homes, au côtés de Glenn Close et Patricia Clarkson, et son second rôle dans Panic Room, un virtuel duo avec Jodie Foster. « A ce moment-là je pensais juste que c'était marrant » dit-elle, reconnaissante qu'elle commença sa carrière avant les insécurités d'adoslescantes se mettent en route. « Je ne pense pas que j'aurais été capable d'être une actrice si je n'avais pas commencé à neuf ans. J'aurais été la dernière personne à se lever et dire 'J'aimerais jouer dans la pièce.' »

Quelques faits sur Stewart : Fréquemment sur sa table de nuit il y a Columbine de Dave Cullen, Under the Banner of Heaven de l'auteur d'Into The Wild John Krakauer, une étude du Mormonisme Radical ; et Anna Karenina. Sur sa playlist, The Shins, Broken Bells, et Jenny Lewis, le musicienne de L.A. qui met Stewart dans l'inhabituelle position d'être éblouie par elle-même « Elle est la seule personne que j'ai jamais rencontré où je ne peux plus bouger autour. » (Stewart joue aussi de la guitare et a été choisie pour interpréter Joan Jett, qu'elle a dû rencontrer, dans The Runaways.) Son film préféré est A Woman Under the Influence de John Cassavetes, et La Môme avec Marion Cotillard.

Elle aime Jane Fonda dans Klute. Son nouveau passe-temps est la cuisine, sans doute encouragée par le fait qu'elle vit de façon un peu isolée : « Tu construis un périmètre de personne qui sont très importantes pour toi. » Ses amis la taquinent car elle regarde the Food Network (chaîne de cuisine américaine) en froncant les sourcils très concentrée. « Je suis une telle abrutie. » (Le froncement de sourcils s'atténues. Pour le déjeuner, elle prépare un potage méxicains de tortilla élaboré et délicieux, avec de nombreux condiments, accompagné avec des sandwiches au porc.) Elle aime aussi impliquer des membres privés et un petit nombre de personnes sur des grandes surfaces. Jusqu'à présent, un habitué si la jeune femme s'intéresse. En d'autres façons, pas d'habitué du tout. Si elle voit une adolescente. Stewrt va littéralement baisser la tête subitement et se couvrir. "Il n'y a aucun moyen de mettre ça de façon loquace," dit-elle. "Je ne peux pas juste aller au centre commercial. Ça me dérange de ne pas pouvoir être à l'extérieur très souvent. Et aussi de ne jamais être "une fille" à nouveau. Juste être une nana à un endroit, c'est fini"
Elle peut identifier la semaine où elle a cessé d'être "une fille parmi d'autres" et est entrée dans la terre de sécurité 24H/24H, enfermée, et la spéculation sans fin sur sa relation avec son co-star Robert Pattinson, dont elle refuse de discuter. ("Ce n'est pas mon travail"). Elle a terminé le premier film Twilight, qui n'était pas encore sorti, et a tout de suite tourné Welcome To The Rileys à la Nouvelle Orléans où, dit-elle, "Je me sens si bien de marcher dans la rue," avant de se corriger: "Du moins j'en avais l'habitude". Elle y est retournée pour une semaine supplémentaire de travail pendant l'édition, et soudain elle ne pouvait plus marcher dans la rue. "Ca a vraiment éclaté" dit-elle. "C'était une chose bizarre à regarder".
Stewart, qui est attentive à ne jamais se plaindre de la bénédiction mixte du phénomène Twilight, est assez intelligente pour comprendre la nature de sa célébrité particulière. "Des masses de jeunes filles se sont identifiées à Bella de manière vraiment profonde, faute d'un monde meilleur" dit-elle. "Le lien que j'ai vu que les gens ont... Je l'ai vu physiquement. C'est le personnage pour lequel elles se retournent". Elle ressent aussi le pouvoir pour le bien qui vient avec son influence. "C'est drôle quand tu es doué, non seulement avec la reconnaissance du public sur un putain de vaste niveau sérieux, mais aussi l'argent" dit-elle avec une ardeur attachante. "Comme, les fonds". (Elle aurait été payé 25 millions de dollars pour les 2 films de Breaking Dawn, majoré d'un pourcentage du salaire brut). "Chaque fois que j'entends que quelqu'un est vraiment riche, la première question est 'Fais-tu quelque chose avec ça? Ou, fais-tu, comme, le mettre au frais? Tu t'assois juste dessus?" Elle pense profondément, stratégiquement, sur la meilleure façon de comment mettre sa propre contribution pour l'utiliser, et a un plan - inspirée par ses recherches pour le rôle d'une fugueuse dans le commerce du sexe - de mettre en place un réseau de maisons de transition pour aider ceux qui veulent récupérer et se remettre sur leurs pieds. "Ce serait étonnant" dit-elle. "En ce moment c'est la chose à laquelle je me sens le plus connectée".

Stewart porte beaucoup sur ses frêles épaules pour une jeune femme à peine sortie de l'adolescence. Mais son passage à l'âge adulte sera une aubaine pour les cinéphiles. Elle peut se douter qu'elle finira par être en mesure d'aller au-delà du mastodonte Twilight - "A ce stade, ça parait comme 'Nous allons voir ce que la fille de Twilight a fait. Allons voir comment elle essaye d'être différente'" - mais d'autres sont en désaccord, et une génération pour laquelle les cancans sur KStew et RPattz ne sont pas si convaincants et les films Twilight peut-être un plaisir coupable plutôt qu'une passion fervente, peut s'attendre à voir sa souple et ses muscles dans des rôles adultes. Sa nervosité et cool à l'écran sont intéressants à regarder, les qualités dont les femmes adultes aimeraient voir leur réflexion dedans. "Elle est l'une des plus belles actrices avec qui je n'ai jamais travaillé" ajoute Condon. "Non seulement elle a une étonnante capacité technique, elle a une approche du personnage extrêmement incisive et sérieuse. Elle a juste un potentiel illimité!".