Friday, November 11, 2011

Photoshoot/Scans/Interview for Entertainment Weekly - 2011


By Sam Jones - for the November 25, 2011 issue - at the Four Season Hotel, Beverly Hills - with Robert Pattinson and Taylor Lautner.

image host image host image host image host image host image host image host

Scans:

image host image host image host image host image host image host image host
image host image host image host

Interview:



The End Begins

“Dude,” says Kristen Stewart. “There was something so sensory about it,”. An hour ago, Stewart, Taylor Lautner and Robert Pattinson – otherwise known as the stars of The Twilight Saga - had their hand-and footprints immortalized in cement outside of Grauman’s Chinese Theatre in Hollywood. Still giddy, palms stained a faint gray, the 21-year-old actress waxes poetic to her costars for a moment about how it felt when, right after leaving her prints for posterity, she impulsively grabbed Lautner’s and Pattinson’s hands. “The concrete was so gritty and I didn’t even look, I just found your hands and it really felt like something,” she says. The dudes she’s speaking to, being dudes, burst into laughter. Stewart glares at them with mock rage: “You know what? Fuck you both right now in the face for laughing at me.” Pattinson, 25, smiles and teases her for how poised she was during the ceremony. “I noticed how slick you were earlier,” he says. “Everyone’s like, ‘Kristen Stewart is so awkward.’ And you’re like, Little Miss Slick nowadays.”

It’s not just Stewart who has grown up. Breaking Dawn – Part 1 (rated PG-13, in theaters November 18) is the penultimate chapter based on Stephenie Meyer’s best-selling series – and it delves into some startling stuff. (Yes, yes; spoiler alert). In the film, which was directed by Bill Condon (Dream Girls), fans will see their chaste heroes, Bella and Edward marry (!) and finally have sex (!!), which leads to Bella’s life-threatening pregnancy with a half-vampire fetus and a gory birth scene that you’ll just have to see to believe. Now that production on both movies (Part 2 will be in the theaters November 2012) has wrapped, the actors have each officially begun their post-Twilight careers. Lautner, 19, starred in the thrilled Abduction earlier this fall; Pattinson recently wrapped Cosmopolis; and Stewart is on a short breaking from filming next summer’s Snow White and the Huntsman, costarring Charlize Theron and Chris Hemsworth.

The trio- relentless in their affectionate teasing – talked to EW over coffee and pastries in Los Angeles. 

What has Bill Condon brought to the franchise as a director?
Kristen Stewart: I think you could feel his heart. Genuinely. It’s so easy to be influenced by cynicism, to take out a lot of the stuff that’s sentimental. Lines have been cut before – I’ve definitely had that experience on Twilight sets and said, “Oh, but that was so sweet.” Bill didn’t do that. He kept it all in. He really got the fucking love story. I think that we lost that for a while, and now it really feels real again.

You’ve seen the finished movie now. Are you disappointed about anything that got trimmed? Taylor Lautner: The birth scene, for sure.  
Robert Pattinson: Yes, the birth scene – and the sex scene.
Stewart: Both. I wanted more from both of those.
Pattinson: Also, we’ve seen versions of those scenes that are way more.
Stewart: Better.

I’m assuming the PG-13 rating was an issue. Pattinson: It just limits things, like camera angles. Also there were these parts in the birth scene where Bella was in pain - Stewart: That’s what I’m really disappointed about – and I’ve talked about it with Bill. It was more sympathetic or something when I played the scene with less energy, and it made it easier for him to tell the story. But in the book, Bella is screaming, ‘NOOOO” [Stewart stands and demonstrates] And I did like that – crazy and Exorcist-like. I was going for this weird mix of turning into the most feral mother you can imagine and also fighting for my own life. I mean, I was a nutcase. I was an absolute nutcase. Pattinson: Everyone was just shitting themselves before we did [the birth scene] because it was such a big deal. But I think all three of us felt like it was a great day. To do a take that’s five or six minutes long and feel like you’ve hit every beat…
Lautner: I do still love the birth scene. I know it’s frustrating that some things aren’t in there.
Stewart: Yeah, I still love it too.

Did you get to see any of the love-scene footage before it was sanitized?
Pattinson: There’s a version where it was really intense.
Stewart: In the book, you don’t see the actual sex, but they talk about it afterwards and it’s intense as hell. [Shooting the scene] wasn’t a full experience because it was so fragmented. We did little individual shots of his face, my face, his hands. Cinematically, cut all together, it’s awesome. I really like it, but we didn’t really do that scene.  
Pattinson: And when we did they kept telling us to stop. [laughs]
Stewart: I know! Bill kept going, “Stop thrusting!” [Laughs]…I mean I didn’t actually want to have sex with him on set but….
Pattinson: Why not? [laughs] You can see my butt crack – why does butt crack not make it an R? You see my butt crack the whole time.
Stewart: No, you don’t, They darkened it or something.
Lautner: They shortened it, or I think they erased the crack.
Pattinson: It was really Kristen’s fault it was going R-rated. [To Stewart] Your fancy moves – no one’s seen movies like that in a PG-13 movie! [Laughs] The thing about ratings is, it’s about noises.
Stewart: Like if his thrust coincided with my ohhhh–that’s not okay.
Pattinson: If a sex scene is rated R, the first thing you do is take out the sounds and put music over it. Same thing if there’s a horror scene; you take out the screams.
Lautner: Or in an action scene, if you’re punching someone in the face you take out the sound effect of the fist making contact.
Stewart: I punched Chris Hemsworth in the face last week [while shooting Snow White and the Huntsman]. Gave him a black eye.
Lautner: What? For real? Were you supposed to? Stewart: I was supposed to miss him.

Have you ever given anyone a black eye before?
Stewart: No. And I have to say for anyone who’s ever been in that situation where, as a girl, you think it’s not going to do anything — it fucking does something.
Lautner: [Laughs] Wow.
Stewart: Yup! He was standing over me, like, Huntsman-ing out, and I just went boom. I spun around. I punched him right out of his close-up! And then I started crying. I felt horrible.
Lautner: Are you kidding me? I know you feel horrible in the moment, but afterwards did you feel kind of good?
Stewart: It felt good in the way, like, I known this [gestures to her fist] works now. I can punch Chris Hemsworth. I can spin that man around! And I didn’t do it as hard as I could [Pattinson and Lautner laugh]
Lautner: I did the same thing on Abduction. Stewart: You hit someone?
Lautner: Yeah. He went out, though. [To Pattinson] It was actually the guy that played your father in Water for Elephants. Pattinson: Oh my God!
Stewart: You knocked him unconscious? Lautner: Yes! And he’s huge. It was just for a split-second. It was one of those last-minute things where the stunt guy came up and says, “Taylor, you need to extend more — Ilia [Volok], you need to stick your chin out more.” The very next take I hit him right in the chin, and he went down to the ground. He came to right away, but he has this chunk of flesh, like, coming out of his mouth. I did feel miserable. But then afterwards is when I felt like, “Whoa!”

Rob, how about you? Have you ever knocked anyone out on film?
Pattinson: I think I punched someone in the face in Remember Me. There was this bit where I was on the floor hitting someone repeatedly, and I kept being like, [whispers] “Sorry, sorry.” But he didn’t seem to feel it at all. [Laughter]

Rob, the last time we talked you called Edward a “pussy” — in part because he carries a bucket around for Bella to vomit in when she’s pregnant and sick. I thought you were just being metaphorical. Then I saw the movie, and you actually do hold a bucket for Bella when she’s sick.
Stewart: And that’s not pussy behavior, in my opinion.
Pattinson: That wasn’t the pussy part of it. The pussy part of it was the other stuff. The pussy part …
Lautner: Just say it! [Laughs]
Stewart: Dude! No more! Do not say “pussy part” again. This is very typical of a conversation we would have on the set.
Pattinson: [Making fun of himself] “I don’t understand, Bill! What is this? I’m going to leave the set if you make me do this pussy part behavior…”
Stewart: The thing is, we’re joking now. This is all in jest. But on set this always went on! [Gestures to Pattinson] I could kill him sometimes. [Looks affectionately at Pattinson, who just finished eating a piece of pastry] You’ve got shit all over your face. You look like a fool.

So now that you’ve moved on to different projects, does it feel like starting at a new school?
Stewart: It’s like that all the time. That’s what being in this business feels like. Lautner: That;s the normal thing. Twilight is the unnormal.
Pattinson: Also, because of the Twilight fame, you arrive on a set with a certain familiarity anyway. People will treat you differently.
Stewart: [Sighs] Yeah, it’s weird. It’s the strangest part of being “famous” because you don’t get to give first impressions anymore. Everyone already has an impression of you before you meet them.
Pattinson: So you feel like you’re already defending yourself. Also you need to become fast friends with people on a movie, especially the cast, and if you can’t go out with people or socialize with them in a real way …
Stewart: It’s harmful.

Taylor, was that true for you on Abduction?
Lautner: Yeah, it was similar. You do want to start completely clean.

Would any of you ever do TV?
Pattinson: I would, yeah. I’ve never been as invested as I was with The Wire. I’ve never met anyone from The Wire and I think if I ever say anyone — Michael K. Williams or David Simon — I would literally cry. I would play every part in The Wire if they ever did another series.
Stewart: I wouldn’t want to. When I start production on a film — and I know I’ve used this metaphor a million times — but it’s like I’m a shook-up can of Coke. All I want is to be done, as much as I love the process.

Does producing or directing interest you? Stewart: Right now on Snow White, I’m having the most fulfilling experience as an actor. I’m close with the director [Rupert Sanders], have his ear, and it’s to his credit that I feel this way because I’m getting my first taste of really collaborating. Usually as an actor you put your hands up and go, “That’s not my thing.” And I love acting. Honestly, I love looking at the call sheet where it says my character’s name above my name — that’s what I’m here for. But it’s also so cool to be on their level, to give an opinion and be taken seriously.

So what do you want to do next?
Stewart: I want to go home. I can’t wait to not be working and go home and gain some interests. [Laughs] I want to see what I’m into. I want to figure out what I want. I can’t answer this question right now, but I can’t wait to be able to.

Taylor, there have been reports that you and Gus Van Sant are teaming for a movie based on an article in The New Yorker that you acquired.
Lautner: It’s extremely premature. I love Gus and have always been a huge fan of his. I never thought I’d have an opportunity to work with him so, … we’ll see.

So what are we allowed to know?
Lautner: That I’m a huge Gus Van Sant fan. [Laughs]

It certainly would be an unexpected move after Abduction.
Lautner: I never want to do the same thing. I want to so something different. And whatever I end up doing next, I’ll want to do something different after that.

Is it hard when your other films, like Abduction or Water for Elephants, don’t perform at the box office like a Twilight movie?  
Stewart: You can’t ever compare.  
Lautner: You just have to tell yourself this is otherworldly. You’ve got to know that going in.
Pattinson: There are two ways to go about it … I mean, there’s no way to have your movies be massively successful and get 100 percent of the critical praise every single time.  
Lautner: Right.
Pattinson: It’s impossible. If you’re trying to sell a movie or a project to a studio and you imply for one second that you’re an artist, you’re out the door.

There are actors who seem to be able to do both indie films and big studio films.
Pattinson: But how many people are there, really who can do that?
Stewart: Dude! So you don’t think they exist? There are phenomenal acts that do both commercial movies and small ones. Catherine Keener! Julianne Moore! There are lots.
Pattinson: Look at you, just waiting to contradict me.
Stewart: It’s just that this is what I want to be. So if you say it doesn’t exist, that’s big for me! Like, that’s all I aspire to and you are saying it doesn’t exist. You don’t have to choose one road or another.

There are definitely actors who can do both.
Stewart: Right? [She grins, putting a hand on both Pattinson's and Lautner's knees] C’mon, guys! Let’s see if we can do this.
La Fin Commence
 
« Mec, » dit Kristen Stewart. « Il y avait quelque chose de si sensorial à propos de ça, ». Il y a une heure, Stewart, Taylor Lautner et Robert Pattinson – par ailleurs connu en tant que les stars de la saga Twilight – ont immortalisé leur empreintes de mains et de pieds dans le ciment à l'extérieur du Grauman's Chinese Theatre à Hollywood. Toujours étourdie, les paumes couvertes de ciment, l'actrice de 21ans a regardé ses costars pendant un moment pour voir ce que ça faisait quand, juste après avoir laissé ses empreintes pour le postérité, elle a s'empara brusquement des mains de Lautner et Pattinson. «  Le béton était si graveleux et je n'avais même pas regardé, j'ai juste trouvé vos mains et on ressentais vraiment quelque chose, » dit-elle. Les mecs à qui elle parle, étant des mecs, ontT éclaté de rire. Stewart les a régardé avec un faux air de colère : « Vous savz quoi ? Allez tout les deux vous faire foutre maintenant à vous moquez de moi. » Pattinson, 25 ans, sourit et la taquine sur comment elle était durant la cérémonie. « J'ai remarqué comment tu étais brillant plus tôt » dit-il. « Tout le monde est genre 'Kristen Stewart est tellement bizarre.' Et tu es genre, Petite Miss Brillante maintenant. »

Ce n'est pas juste Kristen Stewart qui a grandi. Breaking Dawn – Part 1 (PG-13, au cinéma le 18 Novembre) est le pré-ultime chapitre basé sur la saga la plus vendu de Stephenie Meyer – il est constitué de choses assez ahurissante (Oui, Oui ; Spoiler Alert). Dans le film, qui fut réalisé par Bill Condon (Dreams Girls), les fans verront leurs héros chastes, Bella et Edward se marier (!) et feront enfin l'amour(!!), ce qui amènera Bella à une grossesse d'un fœtus mi-vampire menaçant sa vie et une scène d'accouchement gore qu'il faut voir pour y croire. Maintenant que la production sur les deux film (Partie 2 sera au cinéma en Novembre 2012) est finie, les acteurs ont chacun officiellement commencé leur carrières de l'après-Twilight. Lautner, 19ans, apparaît dans le film d'action Abduction début automne ; Pattinson a récemment fini Cosmopolis et Stewart est dans une petite pause de tournage du film de l'été prochain Snow White And The Huntman, apparaîssant au côtés de Charlize Theron et Chris Hemsworth.

Le trio - implacable dans leurs taquineries tendres - a parlé à EW avec du café et des pâtisseries à Los Angeles.

Qu'est-ce que Bill Condon a apporté à la saga en tant que réalisateur ?
Kristen Stewart : Je pense qu'on peut sentir son cœur. Généralement. C'est si facile d'être influencé par le cynisme, d'enlever tout les choses sentimentales. Des répliques ont été coupés avant – J'en ai définitivement eu l'exprérience sur les tournages de Twilight et disai : « Oh, mais c'était mignon. » Bill ne fait pas ça. Il gardait tout. Il a vraiment compris la putain d'histoire d'amour. Je pense qu'on avait vraiment perdu ça pendant un moment, et maintenant ce redevient vrai.

Vous avez vu le film terminé maintenant. Êtes-vous déçus à propos de quelques choses qui ont été coupé ?
Taylor Lautner : La scène d'accouchement, sûrement.
Robert Pattinson : Oui, le scène d'accouchement – et la scène de sexe.
Stewart : Les deux. Je voulais plus des deux.
Pattinson : Nous avons aussi vu des versions de ces scènes qui sont bien.
Stewart : Mieux.

J'en déduis que le PG-13 était un problème.
Pattinson : Ça limite les chose, comme les prises de vues de la caméra. Il y avait aussi ces moments dans la scène d'accouchement où Bella souffrait – Stewart: C'est pour cela que je suis vraiment déçue – et j'ai parlé de ça avec Bill. On compatissait plus ou quelque chose quand je jouais la scène avec moins d'énergie, et ce fut plus facile pour lui de raconter l'histoire. Mais dans le livre, Belle crie, « NOOOO » [Stewart se lève et nous montre] And je l'avais fait comme – fou et comme dans l'Exorcist. J'étais pour ce mélange bizarre de me métamorphoser en mère la plus sauvage que vous pouvez imaginer mais aussi qui se bat pour sa propre vie. Je veux dire, j'étais une dingue. J'étais totalement une dingue. Pattinson : Tout le monde se chiaient dessus avant qu'on la fasse [la scène d'accouchement] parce que c'était un si gros deal. Mais je pense que nous trois avons ressentis cela comme une super journée. De faire une prise qui dure cinq ou six minutes et se sentir comme si tu as été frappé de partout...
Lautner : J'aime toujours la scène d'accouchement. Je sais que c'est frustrant que certaines choses ne soient pas dedans.
Stewart:Ouais, je l'aime toujours aussi.

Avez-vous pu voir quelques séquances de la scène d'amour avant que ce soit censuré ?
Pattinson : Il y a une version où c'était très intense.
Stewart : Dans le livre, tu ne vois pas la scène de sexe en elle-même, mais ils en parles par la suite et c'est intense comme l'enfer. [Tourner la scène] n'était pas comme l'expérience entière parce que c'était très fragmenté. Nous avons tourné des petites scènes individuellement de son visage, de mon visage, de ses mains. Cinématographiquement, coupé tout ensemble, c'est génial. Je l'aime vraiment, mais nous n'avons pas vraiment fait cette scène.
Pattinson: Et quand nous le faisions, ils continuèrent de nous didre d'arrêter. [Rires]
Stewart : Je sais ! Bill continuait de dire : « Arrêtes de pousser » [Rires] …. Je veux dire je ne voulais pas vraiment coucher avec lui sur le tournage mais...
Pattinson : Pourquoi pas ? [Rires] On peut voir ma raie des fesses – pourquoi ma raie des fesses ne le rend pas Rated-R ? On voit ma raie des fesses tout le long.
Stewart : Non, on ne voit pas. Ils l'ont foncé ou quelque chose comme ça.
Lautner : Ils l'ont raccourci, ou je pense qu'ils ont effacé la raie.
Pattinson : C'téait vraiment de la faute de Kristen que ça allait être Rated-R. [A Stewart] Tes grands mouvement, personne ne voit ça dans des films PG-13. [Rires] Les trucs sur les ratings c'est les bruits.
Stewart : Comme si son coup de hanche coïncidait avec mon ohhhh- c'est pas bon.
Pattinson : Si une scène de sexe est Rated R, la première chose qu'on fait c'est d'enelver les sons et de mettre la music dessus. La même chose pour une scène d'horreur, tu enlève les cries.
Lautner : Ou une scène d'action, si tu frappes quelqu'un dans le visage on enlève le son de l'effet quand le poing entre en contact.
Stewart : J'ai frappé Chris Hemsworth au visage la semaine dernière [en tournant Snow White And The Huntman]. Je lui ai donné un œil au beurre noir.
Lautner : Quoi ? Pour de vrai ? Tu étais supposé le faire ?
Stewart : J 'étais supposé le manquer.

Avez-vous déjà donné un œil au beurre noir à n'importe qui avant ?
Stewart : Non. Et je dois dire à n'importe qui, qui a été dans cette situation où, en tant que fille, vous pensez que ça va ne rien faire du tout – ça fait un putain de quelque chose.
Lautner : [Rires] Wow.
Stewart : Yep ! Il était debout au dessus de moi, genre, faisant le chasseur, et j'y suis allé boom. Je tournai autour. Je l'ai frappé just quand il s'est approché ! Et puis après j'ai commencé à pleurer. Je me sentais horrible.
Lautner : Tu rigoles ? Je sais que tu t sens horrible à ce moment, mais après tout Ne t'es-tu pas sentie un peu bien ?
Stewart : Je me suis senti bien, d'une certaine façon, comme, Je sais que ça [imite son coup de poing] ça marche. Je sais donné un coup de poing à Chris Hemsworth. Je peux frapper ce gars ! Et je ne les pas fait aussi fort que j'aurais pu. [Rires de Pattinson et Lautner]
Lautner : J'ai fait la même chose sur Abduction. Stewart : Tu as frappé quelqu'un ?
Lautner : Ouais. Il est parti, cependant. [A Pattinson] C'était en fait le gars qui a joué ton père dans Water For Elephants. Pattinson : Oh mon Dieu !
Stewart:Tu l'as frappé insconsciemment ? Lautner : Oui ! Et il est grand. C'était juste durant une petite seconde. C'était un des trucs de dernière minute où le cascadeur est venu et a dit : « Taylor, tu dois plus t'étendre – llia [Volok], tu as besoin de tendre plus ton menton. » La prise d'après je l'ai frappé au menton, et il est tombé au sol. Il est venu tout de suite, mais il avait ce morceux de chair qui sortait de sa bouche. Je me suis senti mal. Mais c'est bien après que je me suis senti gnre « Whoa ! »

Et toi, Rob ? N'as-tu jamais frappé quelqu'un sur un film ?
Pattinson : Je crois que j'ai donné un coup de poing à quelqu'un dans Remember Me. Il y avait cette scène où j'étais au sol frappant quelqu'un répétitivement, j'étais genre [murmures] « Désolé, désolé. » Mais il n'avait pas l'air de les sentir du tout. [Rire]

Rob, la dernière fois qu'on t'a parlé tu appelais Edward une « tapette » - en partie parce qu'il amène un sceau à Bella pour vomir quand elle est enceinte et malade. Je pensai que tu étais juste métaphorique. Puis j'ai vu la film, et tu donnes effectivement un sceau à Bella quand elle est malade.
Stewart : Et ce n'est pas un comportement de tapette, à mon avis.
Pattinson : Ce n'était pas partie de tapette. La partie de tapette du film était d'autres trucs. La partie de tapette...
Lautner : Dis-le juste ! [Rires]
Stewart : Mec ! Pas plus ! Ne dis pas « Partie de tapette » encore. C'est une conversation typique qu'on pourrait avoir sur le tournage.
Pattinson : [Se moquand de lui-même] « Je ne comprend pas Bill ! Qu'est ce que c'est ? Je vais partir du plateau si tu me fais faire cette partie de comportement de tapette... »
Stewart : Le truc est que, on rigole maintenant. Tout ça est une plaisanterie. Mais sur le plateau c'est toujours comme ça ! [Montre Pattinson] Je pourrais le tuer de temps en temps. [Regarde Pattinson affectueusement, qui vient de finir une part de pâtisserie] Tu en as plein la figure. Tu ressembles à un imbécile.

Donc maintenant que vous avez migré vers différent projet, est-ce que vous le ressentez comme commencé une nouvelle école ?
Stewart : C'est comme ça tout le temps. C'est ça d'être dans le business. Lautner : C'est la chose normal. Twilight est l’anormal.
Pattinson : Aussi, parce qu'avec la célébrité de Twilight, on arrive sur le tournage avec une certaine familiarité de toute les façons. Les gens vous traitent différemment.
Stewart : [Soupire] Ouais, c'est bizarre. C'est la partie la plus étrange d'être « célèbre » parce que tu n'as plus les même impressions dès le début. Tout le monde a déjà une impression de toi avant que tu les rencontre.
Pattinson : Donc tu te sens comme si tu devais déjà te défendre. Tu dois aussi devenir rapidement ami avec les gens sur une film, spécialement le cast, et si tu ne peux pas sortir avec les gens ou vraiment socialiser avec eux...
Stewart : C'est nuisible.

Taylor, était-ce vrai pour Abduction ?
Lautner : Oui, c'est similaire. Tu veux commencé complètement clean.

Ne voudriez-vous jamais faire de la télé ?
Pattinson : Je voudrais, oui. Je n'est jamais était autant investi que dans The Wire. Je n'ai jamais rencontré quelqu'un de The Wire et je crois que si je dis quelqu'un – Micheal K. Williams ou David Simon – je pleurerais littéralement. Je jouerais toute les scène de The Wire si ils font une autre saison.
Stewart : Je ne voudrais pas. Quand je commence une production sur un film – et je sais que j'ai utilisé cette métaphore un million de fois – mais c'est comme secouer une canette de Coca. Je vrux que tout soit fait, tant que j'aime le procédé.
Est-ce que Produire ou Réaliser vous intéresse ?
Stewart : En ce moment sur Snow White , J'ai l'expérience la plus remplie en tant qu'actrice. Je suis proche du réalisateur [Rupert Sanders], j'ai son oreille, et c'est grâce à lui que j'entrevois cette voie parce que c'st mon premier goût de la collaboration. Habituellement en tant qu'acteur tu lève les mains et t'y vas, « C'est pas mon truc. » And j'aime jouer. Honnêtement, j'aime regardé la feuille d'appel où il y a le nom de mon personnage au dessus de mon nom – c'est pourquoi je suis ici. Mais c'est aussi tellement cool d'être sur un autre niveau, de donner son opinion et d'être pris au sérieux.

Donc que voulez-vous faire après ?
Stewart : Je veux rentrer à la maison. Je ne peux pas attendre de ne pas travailler et de rentrer à la maison et de gagner certains intêrets. [Rires] Je veux voir dans quoi je suis. Je veux resoudre ce que je veux. Je ne peux pas répondre à cette question maintenant, mais je ne peux pas attendre d'en être capable.

Taylor, il y a eu des rumeurs que toi et Gus Van Sant allaient vous associé pour un film basé sur un article du New Yorker que vous avez acquis.
Lautner : C'est extrêmement prémature. J'aime Gus et j'ai toujours été un grand fan de lui. Je n'ai jamais pensé d'avoir une opportunité de travailler avec lui donc … nous verrons.

Ce serait un film très inattendu après Abduction.
Lautner : Je ne veux pas faire la même chose. Je veux faire quelque chose de différent. Et peu importe ce avec quoi je finis, je veux faire quelque chose différent après ça.

Est-ce dur quand vos autres films, comme Abduction ou Water For Elephants, ne marchent pas au Box-Office comme une film de Twilght ?
Stewart : Tu ne peux jamais comparer.
Lautner : Tu dois juste te dire que c'est peu réaliste. Tu dois savoir ce qui arrive.
Pattinson : Il y a deux façons d'aborder la chose … Je veux dire , ce n'est pas possible que ton film ait énormément de succès et ait 100% des critiques de son côté à chaque fois.
Lautner : Exact.
Pattinson : C'est impossible. Si tu essaies de vendre un film ou un projet à un studio et tu t'implique pour une seconde en tant qu'artiste, tu es à la porte.

Il y a des acteurs qui semblent être capable de faire les deux petit film et des films de grands studios.
Pattinson : Mais combien de gens il y ici, qui peuvent vraiment faire ça ?
Stewart : Mec ! Ne penses-tu pas qu'ils existent ? Il y a des acteurs phénoménals qui font les deux des films commercials et des plus petits. Catherine Keener ! Julianne Moore ! Il y en a beaucoup.
Pattinson : Regardes-toi, tu attends juste de me contredire !
Stewart : C'est juste que c'est ce que je veux être ! Genre, c'est tout ce que j'aspire à et tu dis que ça n'existe pas. Tu n'as pas à choisir une voie ou une autre.

Il y a définitivement des acteurs qui font les deux.
Stewart : Exact ? [Elle sourit, met une main sur les genoux de Pattinson et Lautner] Allez, les gars ! Voyons si on peux faire ça.