Wednesday, June 13, 2012

Première Interview

image host

Premiere: The epilogue of Twilight comes out in November, you were in Cannes not long ago with On The Road, we’ll find you again this month in Snow White and the Huntsman … This is a big year for you. The most impressive of your young career?

Kristen Stewart: The most exciting, certainly yes! And yes, probably the biggest since the release of the first Twilight. I am pleased to be showing these three very different films. There is a contrast between each of them that will perhaps allow spectators to see me in a new light. But there was absolutely nothing premeditated on my part. I did not say “Okay, let’s try to release these three movies at the same time, just to show that I have a wide acting range.” (Laughter). It’s really a coincidence and not the result of a strategy or any career plan.

Premiere: It’s hard not to notice with the Cannes selections of On The Road & Cosmopolis that it’s a sign the Twilight chapter is definitely closed for Robert Pattinson and you…

Kristen: Yes, Cannes is the Grail, the ultimate goal for every actor. This is not why we do this profession, but there is no reward more satisfying than a selection there. That said, it’s hard for me to talk about the “end” of Twilight. First of all because the last film has not been released yet, and also because I’ve never had the feeling of being trapped in the saga. I’ve always tried to change a little, to try new things between each movies.

Premiere: The difference is that before, between the Twilight movies, you used to shoot smaller independent films like Welcome To The Rileys and The Runaways. Snow White and the Huntsman is a rather large machine, especially the first part of a new franchise and the first film where you assume your status as a movie star …

Kristen: I don’t see it that way. At first I was against the idea of playing in a film that could have sequels. A new franchise? Thanks, but not thanks. And especially not a saga about Snow White, a story that everyone knows with a beginning, a middle and an end. I didn’t want to be attached to a project over such a long period of time like I was with Twilight. I love these films, it was a great adventure, but I really wanted to move on, to try new experiments. And then I met Rupert Sanders (The Director)… I fell under the spell of his imagination, his aesthetic procedures. It made ​​me discover a new world in which I really wanted to evolve. When you meet a director, you know very quickly if things will go right or wrong. He will be your boss, The one you’ll have to follow at all costs for many months. Choosing a film, a role, it’s not something rational. It’s a visceral instinct, almost indescribable. Overnight, you only have that in mind. And then I met Rupert & he made me want to go for it…

Premiere:So There will be a sequel to of Snow White and the Huntsman?

Kristen: I do not want to sell the chickens before they hatch and I have probably no right to tell you this, but yes, we are quite optimistic. We are all proud of the film, we want there to be a sequel. If there are none, it won’t be the end of the world either, but I am hopeful.

Premiere: So you’re going to be busy with that project for the next five years…

Kristen: It’s weird, huh? In any case, it confirms what I said: there is no logic behind my career choice!

Premiere: Is doing a movie always a bet?

Kristen: That’s exactly it. The final result depends on a lot of factors and it’s a miracle when our first intentions last until the end. Flaw free paths are rare, in particular in big budget movies where people are scared because of the funds in play, the commercial expectations and finally products that are calibrated, lukewarm and souless. I’m biased, I know, but I find Snow White and the Hunstman really good and unique in its own genre. It’s even more striking when it’s a story that everyone is supposed to know by heart. The final result is really cool.

Premiere: When did you realise, on an artistic level, that you won that bet?

Kristen: Pretty early on, to be honest. Rupert had a great reputation as a commercial director but he never shot feature films. He landed the job of Snow White and the Huntsman by preparing this sort of demo tape in which he exposed his aesthetic choices. In the movie, we travel between several worlds and it just so happens that Rupert was as inventive in his description of the enchanted forest than the one of the dark forest. It was important for me to know that he would be convincing on both plans because it’s truly the heart of the story: the fight of the light against the darkness.

Premiere: Let’s talk about your personal relationship with the myth of Snow White. I think I understood that you weren’t a fan of Walt Disney when you were a child…

Kristen: That’s not true, I love Dinsey movies! It’s just that I’m not a fan of cartoons with princesses in it. I prefered the Jungle Book or Robin Wood to Snow White and the Seven Dwarves. Our Snow White marks a return to basics. We play it classic, she’s very faithful to the Grimm Brothers’. Of course, since the tale is short we had to develop and invent new twists and turns. The movie is darker, more violent. Disney adapted the Grimm’s story with their own colors. We darkened the picture.

Premiere: During the shooting of the movie, you mentioned the things Snow White and Joan of Arc had in common. Did you know that Jennifer Lawrence took Joan of Arc as a model too for her role in The Hunger Games?

Kristen: Oh really? That’s funny … and logical in the sense that women don’t have many historical figures to look up to – unlike men who have plenty to choose from. It’s normal for Jennifer and I to be interested in Joan of Arc since she’s the mother of all modern heroines.

Premiere: From Joan Jett in The Runaways to Snow White, you always chose roles of rebels, of heroines that defy the rules. Do you see those similarities, those echos between your roles?

Kristen: Yes, but mostly I feel like I find an interest in characters that are honest, righteous, whether it’s Joan Jett, Bella in Twilight or Marylou in On the Road. I haven’t played yet someone that I didn’t like 100%, or someone whom I didn’t approve the choices. It’ll be my next step: to face a role really wicked and twisted.
Première : L'épilogue de Twilight sort au mois de Novembre, vous étiez il y a peu à Cannes avec Sur La route, on vous retrouve ce mois-ci dans Blanche-Neige et le Chasseur... C'est une grosse année pour vous. La plus impressionnante de votre jeune carrière? 

Kristen Stewart : La plus excitante, en tout cas oui ! Et oui, sans doute la plus importante depuis la sortie du premier Twilight. Je suis heureuse d'être à l'affiche de ces trois films très différents. Le contraste à être dans chacun d'eux va peut-être permettre aux spectateurs de me voir sous un jour nouveau. Mais il n'y avait absolument rien de prémédité de ma part. Je ne me suis pas dit « Parfait, arrangeons-nous pour que ces trois films sortent en même temps, histoire de montrer l'écart de mon registre » (Rires). C'est vraiment un pur hasard et non le résultat d'une stratégie ou d'un quelconque plan de carrière.

Première : Difficile de ne pas voir dans les sélections cannoises de Sur La Route et de Cosmopolis le signe que le chapitre Twilight est définitivement clos pour Robert Pattinson et vous... 

Kristen Stewart : Oui, Cannes, c'est le Graal, le but ultime pour tous les acteurs. Ce n'est pas pour ça qu'ont fait ce métier, mais il n'existe pas de récompense plus gratifiante qu'une sélection là-bas. Cela dit, il est difficile pour moi de parler de la "fin" de Twilight. Déjà parce que le dernier film n'est pas sorti, et aussi parce que je n'ai jamais eu l'impression d'être prisonnière de la saga. J'ai toujours fait en sorte de changer d'air, de tenter d'autres choses entre deux épisodes. 

Première : La différence, c'est qu'avant, entre deux Twilight, vous tourniez des petits films indépendants comme Welcome To The Rileys ou The Runaways. Blanche-Neige et le Chasseur est au contraire une grosse machine, particulièrement le premier volet d'une nouvelle franchise et le premier film où vous assumez pleinement votre statut de movie star... 

Kristen Stewart : Je ne le vois pas comme ça. Au début, j'étais contre l'idée de jouer dans un film qui pourrait avoir une suite. Une nouvelle franchise ? Merci, mais très peu pour moi. Et surtout pas une saga tirée de Blanche-Neige, une histoire que tout le monde connait avec un début, un milieu et une fin. Je ne voulais pas être enchaînée à un projet sur une aussi longue période que pour Twilight. J'adore ces films, ça a été une super aventure, mais j'avais vraiment envie de bouger, d'engranger les expériences. Et puis j'ai rencontré Rupert Sanders (le réalisateur du film)... Je suis tombée sous le charme de son imaginaire, de ses procédés esthétiques. Il me faisait entrevoir un monde inédit dans lequel j'avais très envie d'évoluer. Quand tu rencontres un réalisateur, tu sais très vite si ça va coller ou pas. Il va être ton boss, celui que tu vas devoir suivre coûte que coûte pendant de longs mois. Choisir un film, un rôle, ça n'a rien de rationnel. C'est une pulsion viscérale, quasiment indescriptible. Du jour au lendemain, tu n'as plus que ça en tête. Et là, ma rencontre avec Rupert m'a fait plonger...

Première : Il y aura donc bien une suite à Blanche-Neige et le Chasseur ? 

Kristen Stewart : Je ne veux pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué et je n'ai sans doute pas le droit de vous dire ça, mais oui, on est plutôt optimistes. On est tous fiers du film, on a envie qu'il y ait une suite. S'il n'y en a pas, ce ne sera pas un drame non plus, mais j'ai bon espoir.

Première : Vous venez donc d'en reprendre pour cinq ans...

Kristen Stewart : C'est bizarre, hein ? En tous cas, ça confirme ce que je disais : il n'y a pas de logique derrière mon choix de carrière !

Première : Un film, c'est toujours un pari ? 

Kristen Stewart : Exactement. Le résultat final dépend de tout un tas de facteurs, et c'est un miracle lorsque les intentions de départ subsistent toutes à l'arrivée. Les parcours sans fautes sont rares, en particulier sur les films à gros budget où les gens prennent peur à cause des sommes en jeu, des attentes commerciales, et finalement des produits calibrés, tièdes, sans âme. Je suis de parti pris, certes, mais je trouve Blanche Neige et le Chasseur très réussi, assez unique en son genre. C'est d'autant plus remarquable que c'est une histoire que tout le monde est censé connaître par cœur. Le résultat est vraiment cool.

Première : A quel moment avez-vous compris que, artistiquement parlant, ce pari-là était gagné ? 

Kristen Stewart : Assez tôt, en fait. Rupert avait bonne réputation en tant que réalisateur de pubs mais il n'avait jamais tourné de longs métrages. Il a décroché le job sur Blanche-Neige et le Chasseur en préparant une sorte de bande démo dans laquelle il exposait ses choix esthétiques. Dans le film, on voyage entre plusieurs univers, et il se trouve que Rupert était aussi inventif dans sa description de la forêt enchantée que dans celle de la « dark forest ». C'était important pour moi de savoir qu'il allait être convaincant sur les deux tableaux parce que c'est vraiment le cœur de l'histoire : le combat de la lumière contre les ténèbres.

Première : Parlons de votre relation personnelle au mythe de Blanche-Neige. J'ai cru comprendre que vous n'étiez pas très cliente de Walt Disney quand vous étiez petite... 

Kristen Stewart : Faux j'adore les Disney ! C'est juste que je ne suis pas fan des dessins animés avec des princesses. Je préférais Le Livre de la jungle ou Robin des Bois à Blanche-Neige et les sept nains. Notre Blanche-Neige à nous marque un retour aux sources. On la joue classique, très fidèle aux frères Grimm. Bien sûr, comme le conte est très court, il a fallu développer, inventer de nouvelles péripéties. Le film est plus sombre, plus violent. Disney avait adapté les frères Grimm en leur ajoutant des couleurs. Nous, on noirci le trait.

Première : Pendant le tournage du film, vous évoquiez les points communs entre Blanche-Neige et Jeanne d'Arc. Saviez-vous que Jennifer Lawrence avait aussi pris Jeanne d'Arc comme modèle pour son rôle dans Hunger Games ? 

Kristen Stewart : Ah oui ? Tiens, c'est marrant... Et logique aussi dans le sens où les femmes n'ont pas énormément de figures historiques emblématiques auxquelles se référer - à la différence des hommes, qui ont l'embarras du choix. C'est normal que Jennifer et moi nous intéressions à Jeanne d'Arc car elle est la mère de toutes les héroïnes modernes.

Première : De Joan Jett dans Les Runuways à Blanche-Neige, vous choisissez toujours des rôles de rebelles, d'héroïnes qui défient les conventions. Percevez-vous ces similarités, ces échos entre tous vos rôles ? 

Kristen Stewart : Oui, mais j'ai surtout le sentiment de m'intéresser à des personnages honnêtes, intègres, qu'il s'agisse de Joan Jett, de Bella dans Twilight ou de Marylou dans Sur La Route. Je n'ai encore jamais joué quelqu'un que je n'aimais pas à 100%, dont je n'approuvais pas les choix. Ce sera la prochaine étape : me confronter à un rôle vraiment pervers et tordu...
Source - Translation1 - Translation2