Friday, June 1, 2012

The Irish Times Interview

Interview avec The Irish Times


JUST DON’T SAY anything bad about Kristen Stewart. Seriously. The first time I met Ms Stewart she was 17 years old. She had just finished shooting Twilight and was intimidated, even before the film’s release, by the burgeoning popularity of Stephenie Meyer’s vampire saga.

“I’m, like, Little Miss Indie film,” she told me. “I really wanted to work with Catherine Hardwicke, the director. And I presumed Twilight was just another off-centre, cool little film for a very devoted, quite exclusive fan base.”

The Twi-hard fanbase soon set her straight, but she was taking it well: “Girls, especially at a certain age, can be bullies. But I understand why. I understand their covetousness. Edward is such an icon. All I can say is ‘sorry’ to anyone who thinks I’m not Bella Swan. Really. I’m sorry for stealing Edward. I completely relate to that. But I love the book just as much as they do and share their protective urges toward it.”

Back then, she was not yet a star, but she was already an accomplished actor. She had impressed critics with what ought to have been a mere wisp of a part in Sean Penn’s Into the Wild and had stolen scenes from right under Jodie Foster’s nose in David Fincher’s The Panic Room.

Wearing jeans and a hoodie, she curled up into a little ball beside me, tucking her Converse sneakers under herself. She was whip smart, singular and terrifically, endearingly awkward. I developed a weird maternal, or possibly maternal instinct for the teenager right then and there.

It is a relief to sit down with her in London all these years later and to discover that she hasn’t changed a bit. She retains all the wobbliness of a newborn foal. She trips over her own shoes and words.

“Um, um . . . blah. Okay. Let’s just start again,” she stammers, mid-introductory handshake. “Cheers. Hello. All that.” 

It’s a vindication of sorts: for the longest time I’ve enjoyed physically poking people who talk trash about the 22-year-old and her Twilight franchise, especially when these same arbiters go on to praise the far more conservative Harry Potter sequence.

“Oh wait . . .” She panics momentarily. “I mean, I don’t mean wait, I mean sorry. I don’t want to stop talking but you know there’s no film in that camera over there?” 

That’s okay: this isn’t for TV.

“Oh. Okay. Cool. I just thought I had wasted your time. Okay. We can talk now. Sorry.”

You’d think K-Stew would be a little bit grander at this point in her career. You’d think she’d be accustomed to the glare of the spotlight. As one half of bicephalic celebrity juggernaut “Robsten”, she and her romantic partner, Robert Pattinson, are among the most photographed and stalked entities on earth. Instead she sits, feet all fidgety, with her shoulders rigid against her ears. It’s only when we start talking in wolf-dog noises – she lives with two of the beasts; I have one – that she loses her angular shape and nervous twitches.

Do hers try to talk too, I wonder. Like they’re trying to make human sounds?

“Yes. Oh yes. All the time!” she cries, over random, unco-ordinated hand gestures. “They definitely talk. ‘Arr Arr Arr!’ They think they can imitate me perfectly.” 

An assistant briefly puts her head around the door as Kristen makes like a lupine. She doesn’t look remotely surprised.

“I have no tact,” laughs Stewart. “That’s the thing. None.” 

She really isn’t terribly Hollywood. You can see why she loved shooting in Montreal recently, a place where nobody cared if she talked in wolf-dog and nobody cared what was in her bins.

“I’m usually pretty self-conscious about running around town with my face hanging out,” she says. “I got to live more in four weeks up there than I would in a lifetime worth of my normal life.” It’s a big year for Kristen Stewart in her “normal life”. Walter Salles’s adaptation of On The Road sees Hollywood’s shyest starlet cavorting in a three-way on-screen relationship with Sam Riley and Garrett Hedlund. In November, the Twilight franchise takes a final bow with Breaking Dawn Part II.

This week, Snow White and the Huntsman will put Stewart’s box-office clout to the test. It’s an epic fantasy film that sees Kristen’s Snow White face down Charlize Theron’s wicked stepmother on the battlefield. Even she’s a little surprised to find herself in a second big-budget fantasy franchise.

“I know what people must be thinking,” she says, breaking into So-Cal business speak: “‘Ooh. Is she trying to prove herself outside the Twilight franchise? Can she hold up another one?’ That’s so not why I did this. That’s so not why I choose things.” 

So why did Little Miss Indie plump for this year’s Narnia Chronicles? A rollicking reimagining of the Grimm Brothers’ classic that falls somewhere between Lord of the Rings and Princess Mononoke, Rupert Sanders’s impressive debut feature sees Stewart channelling the qualities of a feral child and never, ever whistling while she works.

“It felt like new material to me,” she tells me. “I had definitely seen the Disney cartoon. But even that’s a tenuous connection. I think I watched it once or twice. It wasn’t one of my favourites. So this wasn’t about rediscovering something I connected with before or as a little girl. It moved me right now. It was completely novel. She’s the most frazzled, raw character I’ve ever played. Her nerves are so very close to the surface of her skin.” 

A natural actor in the way that certain footballers are natural strikers, Stewart offers a kitchen-sink-friendly nous that is nicely complemented by Sanders’s very tactile, very maggoty universe. That, she says, was ultimately why she was happy to sign up for a fairytale.

“I mean, it’s a princess story,” she laughs. “It’s supposed to be la-la-la. But none of us ever felt silly. We never had to fake a thing. We were consistently challenged by our environment. Rupert threw very dangerous elements at us all the time. It was muddy. It was cold. It was England. You can read through something. You can get into character. But if you want to get that little bit deeper nothing hurts like actual pain. I love that. I love watching people in discomfort on-screen. And you can always tell.” 

Stewart never varies her methodology, whether she’s playing Bella in Twilight or Marylou in On the Road. She says the Kerouac book changed her life as a younger teen. But that doesn’t mean she regarded the Salles adaptation as being any weightier than her other roles.

“I don’t like it when people dismiss Twilight as puppy love or Snow White as a fairytale,” she says. “Why should something be a less valuable depiction of the human condition because it’s about a 17-year-old girl? Why should something be less credible as a story because it’s about a princess? I don’t think of those parts as lesser parts.” 

It’s hard to know what Stewart’s Twi-hard fanbase will make of On the Road. Walter Salles’s film, though far from being an unqualified success, pokes away at the misogyny of the original Kerouac text. The book’s Beat heroes, in particular Dean Moriarty (a thinly fictionalised Neal Cassidy) are exposed (and almost denounced) as lousy boyfriends, husbands and fathers.

Consequently, at last week’s Cannes premiere, audiences were taken aback to realise that Stewart – playing Dean’s passed-around, 16-year-old bride – is naked and cavorting for a good deal of the 137-minute run-time.

“I never thought of it that way,” she says. “I felt safe with Walter. I felt safe with the guys. It wasn’t about me being naked. I loved the challenge of it. I look at it now and it’s insane. But I don’t feel connected to what’s on the screen. I mean, I do but . . . it’s me, but it’s not. And I love Marylou. She jumps right off the page and smashes you in the face. With her tongue. She never sold herself. That was the one thing about her that made her different from everyone else in that movement. She wasn’t rebelling against anything. She was just being.” 

Two weeks after I meet Kristen Stewart in London she walks past the press room in Cannes. Her On the Road co-star, Kirsten Dunst, steps in to help when Kristen, in heels she just can’t manage, almost trips over her own feet.

It really is a relief to discover that she hasn’t changed a bit.
La première fois que j'ai rencontré Melle Stewart, elle avait 17 ans. Elle venait de finir de tourner Twilight et elle était intimidé, même avant la sortie du film, par la popularité de la saga vampiresque de Stephenie Meyer.

"J'étais un peu la Miss film indépendant," nous disait elle. "Je voulais vraiment travaillé avec Catherine Hardwicke, la réalisatrice. Et je pensais que Twilight était juste un autre petit film cool pour une base de fans limitée et dévouée."

Les fans ont rapidement pris leur droit mais elle le prenait bien : “Les filles en particulier à un certain âge, peuvent se révéler être des brutes. Mais je comprends pourquoi. Je comprends leur convoitise. Edward est une icône. Tout ce que je peux c'est « désolé » à tous ceux qui pensent que je ne suis pas Bella Swan. Vraiment, je suis désolé de vous avoir voler Edward. Je comprends totalement. Mais j'aime le livre autant qu'elles et je partage le besoin de le protéger.”

A ce moment là elle n'était pas encore une star mais elle était déjà une actrice accomplie. Elle a impressionné les critiques avec sa performance dans le film de Sean Penn, Into The Wild et a volé la vedette à Jodie Foster dans le film de David Fincher, Panic Room.

Habillé d'un jeans et d'un sweat, elle joue avec une petite balle à côté d'elle, ses baskets Converse sous elle. Elle est intelligente, singulière et horriblement maladroite. J'ai développé une sorte d'instinct maternel bizarre pour cette jeune adolescente à ce moment là.

C'est un soulagement de s'asseoir avec elle à Londres, plusieurs années plus tard et de découvrir qu'elle n'a pas beaucoup changé. Elle a conservé un caractère branlant comme un nouveau né. Elle trébuche sur ses propres pieds et butte sur ces propres mots.

“Um, um . . . blah. Ok, on recommence,” bégaye-t-elle, en introduisant une poignée de main.“Hey. Bonjour. Et tout ça.”

C'est une sorte de justification : pendant longtemps j'ai aimé les gens piqués physiquement qui critiquaient cette actrice de 22 ans et sa franchise Twilight, surtout quand ces mêmes personnes donneraient le bon dieu sans confession aux adaptations du plus conservateur Harry Potter.

“Oh attendez...” Elle panique momentanément. “Je veux dire, je voulez pas dire attendez, je voulais excusez moi. Je ne veux pas arrêter de parler mais il n'y pas d'images dans cette caméra là bas ?” 

C'est pas grave : ce n'est pas pour la télévision.

“Oh d'accord. Cool. Je pense juste que je gaspillais votre temps. Ok, on peut y aller maintenant. Désolé.” 

Vous pensez que K-stew serait un peu plus sûre à ce point de sa carrière. Vous pensiez qu'elle serait habituer à l'éclat aveuglant des projecteurs. Comme une moitié du célèbre couple créé par les internautes « Robsten », elle et son partenaire amoureux, Robert Pattinson, qui font parti des plus photographiés comme des entités régnantes sur Terre. Au contraire, elle s'assoit, les pieds agités, avec ses épaules remontées vers ses oreilles. C'est uniquement quand on commence à parler du bruit des chiens loups – elle en a deux ; j'en ai un – qu'elle perd sa pose angulaire et ses tics nerveux.

J'imagine qu'ils essayent de parler eux aussi. Comme s'ils voulaient reproduire des sons humaines ?

"Oui. Oh oui. Tout le temps !" pleure-t-elle, avec une gestuelle marrante et pas coordonnée. « Ils parlent pour sûr. 'Arr arr arr !' Ils pensent qu'ils peuvent m'imiter à la perfection. » 

Un assistant passe sa tête par la porte quand Kristen imite le hurlement du loup. Elle ne paraît pas vraiment surprise.

"Je n'ai aucun tact," rit Stewart. « C'est le problème. Aucun tact. » 

Elle n'est pas vraiment fan d'Hollywood. Vous pouvez voir pourquoi elle aimait tourner à Montréal ces derniers temps, un endroit où personne ne retient, si elle hurle comme un chien loup et personne pour savoir quel est son problème.

“Je suis assez consciente de moi même à propos du fait que je cours partout dans la ville avec mon visage comme ça, » dit elle. « Je vais vivre plus en 4 semaines ici que je le ferais dans ma vie en général, » C'est une grande année pour Kristen Stewart dans sa « vie normale ». L'adaptation de Sur La Route de Walter Salles montrera la star timide d'Hollywood dans une relation à l'écran avec Sam Riley et Garrett Hedlund. En novembre, la franchise Twilight tirera sa révérence avec le dernier opus de la saga.

Cette semaine, Blanche Neige et le Chasseur testera le succés de Stewart au box office. C'est un film fantasy épique qui montrera la Blanche Neige de Kristen combattre la belle mère joué par Charlize Theron. Même si elle est surprise de s'être trouvé à nouveau dans une franchise à gros budget.

“Je sais ce que les gens vont penser, » dit elle: “‘Ooh. Essaye-t-elle de prouver qu'elle peut jouer autre chose que Twilight ? Peut elle tenir dans une autre ?' Ce n'est pas pour cette raison que je l'ai fait. C'est pas comme ça que je choisis mes projets.” 

Donc pourquoi la Miss film indépendant a choisi ce rôle à la Chronique de Narnia ? Une version réinventé du conte de fée classique des frères Grimm qui s'installe entre Le Seigneur des Anneaux et Princesse Mononoke, les impressionnants débuts de Rupert Sanders montrent Kristen Stewart additionner les qualités d'une enfant fougueuse à un travail de jeu extraordinaire.

“C'est comme du nouveau matériel pour moi,” dit elle. “J'ai vu le film de Disney. Mais c'est un rapport très simple. Je crois que j'ai du le voir une ou deux fois étant enfant. Ce n'était pas mon favori. Ce n'était pas à propos de redécouvrir quelque chose à laquelle j'étais connecté avant ou en tant que petite fille. Ça m'a intrigué. C'était complétement nouveau. C'est le personnage le plus usé et inexpérimenté que j'ai interprèté. Ces nerfs sont très inactifs à la surface de sa peau.”

Une actrice naturelle de la même façon que certains footballeurs sont des grévistes naturels, Stewart offre un bon sens amical qui est joliment complété par l'univers très tactile, très véreux de Sanders. Cela, dit elle, était en fin de compte la raison pour laquelle elle voulait faire parti de ce conte de fée.

“Je veux dire, c'est une histoire de princesse,” rit elle. “C'est supposé être tout beau tout rose. Mais aucun de nous ne s'est jamais senti idiot. On a jamais eu à tricher sur quelque chose. On était mis à l'épreuve par notre environnement, constamment. Rupert nous a envoyé des éléments très dangereux. C'était boueux. Il faisait froid. C'était l'Angleterre. Vous pouvez parcourir quelque chose. Vous pouvez vous imprégner de votre personnage. Mais si vous voulez aller plus loin, rien ne fait aussi mal que la douleur actuelle. J'aime ça. J'aime voir les gens mal à l'aise à l'écran. Et c'est toujours valable. »

Stewart n'a jamais changé de stratégie, même quand elle jouait le rôle de Bella dans Twilight ou celui de Marylou dans Sur La Route. Elle dit que le livre que le livre de Kerouac lui a changé la vie en tant que jeune adolescente. Mais ce n'est pas pour autant qu'elle a agit différemment pour l'adaptation de Walter Salles.

“Je n'aime pas quand les gens catégorisent Twilight comme un film de midinettes ou Blanche Neige comme un conte de fée » dit elle. « Pourquoi ça doit avoir moins de valeur parce que ça met en scène une jeune fille de 17 ans ? Pourquoi le film aurait moins de valeur parce que c'est une histoire de princesse ? Je ne pense pas que ces rôles ont moins d'importance. » 

C'est dut de savoir ce que les fans Twilighters de Kristen vont penser de Sur la Route, le film de Walter Salles, étant un succès disqualifié, poussant loin la misogynie de l'oeuvre originale de Kerouac. Les héros beat du livre, en particulier Dean Moriarty (l'alter ego fictionnel de Neal Cassady) sont exposé (et presque dénoncé) comme des petits amis, des maris et des pères minables.

Par conséquent, à la première cannoise, l'audience ont été surpris de voir que Stewart – qui joue le rôle de l'épouse de 16 ans de Dean- est nue et cabriolante pour une bonne partie des 137 minutes du film.

“Je n'y ai jamais pensé dans ce sens là,» dit elle. « Je me suis senti à l'aise avec Walter. Je me suis senti à l'aise avec les garçons. Ce n'était pas à propos de moi nue. J'ai aimé le challenge que ça représentait. Je le vois maintenant et c'est incroyable. Je ne me suis pas senti connecté à ce qui défilait sur l'écran. Je veux dire, si mais... c'est moi, mais pas vraiment. Et j'aime Marylou. Elle vogue en toute liberté et vous explose à la figure. Avec sa langue. Elle ne s'est jamais vendu. C'est ce qui la rend différent des autres dans ce mouvement. Elle ne se rebelle contre rien. Elle vit juste. » 

Deux semaines aprés avoir rencontré Kristen Stewart à Londres, elle allait à Cannes. Sa co star, Kirsten Dunst, l'a aidé quand, affublé de talons hauts, elle a failli tomber en se prenant dans ses propres pieds.

C'est vraiment soulagent de voir qu'elle n'a pas changé.
Source via