Friday, June 22, 2012

More of Kristen & Rupert Sanders's Interview with The West Australian

Plus de passages de l'interview de Kristen & Rupert Sanders avec The West Australian


Kristen Stewart may have just been named the highest paid actress in Hollywood – but it appears the Twilight star was the last to know. Stewart, who is in Australia promoting Snow White and the Huntsman, raked in $US34.5 million ($34.2 million) in the past year, helped by her new movie, in which she co-stars with Australian actor Chris Hemsworth.

However, the 22-year-old had no idea about her new title until she was asked by Access All Areas during an interview in Sydney yesterday how she felt about knocking Angelina Jolie off the top of Forbes’ list.

“Oh wow,” a clearly embarrassed Stewart said, just hours after the news hit the internet. “What are you talking about? I didn’t know that.”

While her bank balance proves otherwise, sitting alongside SWATH director Rupert Sanders at Sydney’s exclusive Park Hyatt hotel yesterday afternoon, Stewart looked like any other 20-something girl, dressed casually in worn-out leggings and a grey flannel shirt.

Even at the Australian premiere of SWATH on Tuesday night, she ditched her Christian Louboutin heels for a pair of comfy Converse sneakers.

“I just don’t like teetering over all those young girls,” she said. “I want to be able to run around and talk to them. I acknowledge the heels do look better, but that’s OK.”

So is she uncomfortable with her new title?

“No, I think pressure is kind of a big part of the job and I really appreciate pressure, but it’s not really from stuff like that” she said. “Any pressure I feel is self-inflicted.”

Stewart was last in Australia to promote the massively successful Twilight. However, she said the reception she received at the SWATH premiere on Tuesday in Bondi, which saw some fans camp out for 48 hours to get a glimpse of the star, was just as emphatic.

“I got really emotional when I got there,” she said. “We’ve got lucky enough to share that energy and that feeling with so many people with Twilight but when I got there for Snow White and saw the same thing it was baffling. It was really cool.”

-------------------

If you are going to inject a classic fairy tale with contemporary relevance, it helps to have as your leading lady an actress who speaks to her generation.

Director Rupert Sanders admits that he has seen only the first Twilight film – but he knew when it came to finding a girl who embodied all the qualities of the gutsy heroine at the centre of his first feature film, Snow White and the Huntsman, there could be no one better suited to the role than Kristen Stewart.

“She’s very contemporary and very spirited,” Sanders says of the 22-year-old star who has become a household name playing Bella Swan in the hit vampire film franchise.

“She carries a lot of weight on her shoulders and does it with far more years than she has under her belt. There was just something about that spirit that was undefined and raw that drew us to her. It’s very unbridled and kind of un-manicured.”

It’s the morning after the Australian premiere of Snow White and the Huntsman (or SWATH as the film is known on Twitter), Sanders’ ambitious, big-budget adaptation of the Brothers Grimm fairytale, featuring a stellar cast including Australian Chris Hemsworth and Oscar-winning actress Charlize Theron.

In the plush confines of Sydney’s Park Hyatt Hotel, Sanders is sitting alongside his leading lady whose casual leggings, old grey t-shirt and flannel shirt, belie the fact she has, just that morning, been named by Forbes as the highest-paid actress in Hollywood.

“Well, she’s worth every penny,” he adds, giving the uncomfortable- looking actress a reassuring smile.

Sanders, a respected commercial director whose resume includes advertisements for Sears, Toyota and the video game Halo 3: ODST, had been considered for several prominent films, including The Hunger Games, before he was hired by Universal to direct the $170 million Snow White reboot.

-------------------

After reading Evan Daugherty’s script – which is more along the lines of the original fairytale first published in 1812 than Disney’s 1937 animation – the 41-year-old Brit realised that he had an opportunity to “create a world people hadn’t seen before”….

There are elements of the story which older generations will identify with – a mirror, a red apple, an evil queen and, of course, a merry band of dwarves – but thrown into the mix are massive battles, a rebellion, stunning special effects and an underlying message “teaching us to understand mortality and not bury ourselves in jealousy or rage” and it becomes an altogether visually sumptuous and mature affair.

“It’s certainly darker than Disney but I don’t think it’s darker than the Grimms’ version,” Sanders says. “It’s like an original fairytale – they scare you to inform you. And people like to be scared a bit.

“We’re not scaring people in a gratuitous way. It’s peripheral fear, not horror. It makes you tingle and it makes the ride more intense.”

Stewart, whose films outside the Twilight franchise include Into the Wild and The Runaways, admitted at the Australian premiere of SWATH on Tuesday that she never really liked the original fairytale.

“It’s not that I wasn’t a fan,” she says. “I just couldn’t connect with Snow White growing up. So when I first heard about the project I thought, ‘Snow White? Why?’”

Like Sanders, she changed her mind upon reading the script and identifying with a character who was not prepared to be relegated to being saved by someone else. Sanders describes her as a “female Luke Skywalker”.

“There has been a void of women being strong in movies and finally it’s been done well,” Stewart says.

“You recognise Snow White but it’s like all her perfect qualities have been put at the bottom of a pit of mud to see if she can find them and take them and polish them.”

Indeed, Sanders pushed all of his stars to their mental and physical limits during the 80-day shoot in sheeting rain and miserable mud in some of the remotest areas of Britain during winter.

For Stewart, who at one point during filming had to jump into a freezing lake, the most uncomfortable part of her role was having to ride a horse.

“That was by far the highest hurdle for me to get over,” she says. “It terrified me. I think that’s good though – genuine fear and discomfort is cool on screen.”

For Sanders, the discomfort came early on in the piece when he contemplated the enormity of adapting such a beloved fairytale for the big screen.

“You are a bit nervous whenever you do anything in life where you are opening yourself up,” he says.

“I don’t think my job was any more nerve-racking than Kristen’s or Chris’ who are the face of it. I could have probably slid away into anonymity and never worked again if it had been a disaster. I guess there’s pressure for all of us.”

With strong reviews and box office results and talk of a sequel, Sanders doesn’t have to worry too much about his future. As for Stewart, she will take a month’s break before starting work on her next film – a thriller named Cali by The Notebook director Nick Cassavetes.

“It’s hard to talk about because I haven’t got into the zone. Literally as soon as I get home, we need to cast it … sit down with the script,” Stewart says.

“But it’s pretty extreme in every way. It reminds me of movies from the 90s – weird cult movies.”

She will next appear on the big screen as the uninhibited Marylou in the screen adaptation of Jack Kerouac’s classic novel, On the Road, which opens in Australia in September.

Then of course there’s that little film opening in November – the final instalment in the Twilight Saga – Breaking Dawn: Part 2.

While keen to press on with new and challenging roles, Stewart admits it was hard saying goodbye to a character she has lived with for the past four years.

“It’s always the same feeling at the end of something you have invested in,” she says.

In this case it was just longer.

“I will probably have to talk about (the role) for the rest of my life but I am lucky because it’s a fond memory.”
Kristen Stewart vient d'être nommée l'actrice la mieux payé d'Hollywood - mais il semble que la star de Twilight soit la dernière à le savoir. Stewart, qui est en Australie pour la promotion de Blanche Neige et le Chasseur, a ratisséé 34.5 millions de dollars US (34,2 millions de dollars) l'année dernière, aidée par son nouveau film, dans lequel elle a comme co-star l'acteur australien Chris Hemsworth.

Toutefois, la femme de 22ans ne savait pas concernant son nouveau titre avant qu'elle se le voit demandé par Access All Areas lors d'une interview à Sydney hier sur comment elle se sentait de battre Angelina Jolie sur le haut de la liste de Forbes.

"Oh wow," une Stewart clairement embarrassée a déclarée, quelques heures seulement après que la nouvelle ait frappé internet. "Qu'est-ce que tu racontes? Je ne savais pas cela."

Alors que son solde bancaire prouve le contraire, assise aux côtés de Rupert Sanders le réalisateur de Blanche Neige et le Chasseur lors de cette après-midi exclusive à l'hôtel Park Hyatt de Sydney hier, Stewart ressemblait à n'importe quelle autre jeune fille de 20 et quelques, habillée de façon décontractée dans un leggings usé et une chemise à flanelle grise.

Même lors de la première australienne de Blanche Neige et le Chasseur dans la soirée de mardi, elle abandonnée ses talons Christian Louboutin pour une paire de Converse confortables.

"Je n'aime pas être vacillante au côté de ​​toutes ces jeunes filles," dit-elle. "Je veux être en mesure de courir et parler avec eux. Je sais que les talons me donnent une meilleure apparence, mais c'est OK."

Alors, elle est mal à l'aise avec son nouveau titre?

"Non, je pense que la pression est en quelque sorte une grande partie du travail et j'apprécie vraiment la pression, mais ce n'est pas vraiment de trucs comme ça" dit-elle. "Toute pression que je ressens est auto-infligée."

Stewart était l'année dernière en Australie pour promouvoir le phénoménal Twilight. Toutefois, a t-elle dit à la réception, elle a eu lors de la première de Blanche Neige et le Chasseur mardi à Bondi un campement de fans pendant 48 heures pour avoir un aperçu de la star, ce qui était tout aussi énergique.

"Je me suis très émotive quand je suis arrivé," dit-elle. "Nous avons eu la chance de partager cette énergie et ce sentiment avec autant de gens que pour Twilight mais quand je suis là pour Blanche-Neige et voir la même chose c'était déconcertant. C'était vraiment cool."

-------------------

Si vous allez injecter un conte de fées classique avec pertinence contemporaine, il est utile d'avoir à vos côtés l'actrice principale qui est reconnue par sa génération.

Le réalisateur Rupert Sanders admet qu'il n'a vu que le premier film Twilight - mais il a su dès qu'il à fallu trouver une fille qui incarnerait toutes les qualités de l'héroïne courageuse au centre de son premier long métrage, Blanche-Neige et le Chasseur, que le rôle ne pourrait pas être mieux adapté qu'à Kristen Stewart.

"Elle est très contemporaine et très animée," dit Sanders de la star de 22 ans qui est devenue connue en jouant Bella Swan dans le film franchisé à succès de vampire.

"Elle porte beaucoup de poids sur ses épaules et elle le fait comme si elle faisait ça depuis beaucoup plus d'années qu'elle n'en a. Il y avait juste quelque chose par rapport à cet esprit non défini et brute qui nous a mené vers elle. C'est très débridé et d'une nature non-soignée."

C'est le lendemain de la Première australienne de Blanche-Neige et le Chasseur (ou SWATH, le film est connu sous ce nom sur Twitter), Sanders ambitieux, avec une adaptation à gros budget du conte de fées des frères Grimm, avec une excellente distribution, y compris l'Australien Chris Hemsworth et l'actrice oscarisée Charlize Theron.

Dans les limites douillettes de l'Hôtel Park Hyatt de Sydney, Sanders est assis aux côtés de son actrice principale, qui porte pour l'occasion un leggings, un vieux T-shirt gris en flanelle, démentant le fait qu'elle a, le matin même, été nommé par le magazine Forbes comme l'actrice la mieux payée à Hollywood.

"Eh bien, elle vaut chaque centime," il ajoute, en donnant à l'actrice mal à l'aise, un sourire rassurant.

Sanders, un réalisateur de publicité respecté dont le curriculum vitae comprend des publicités pour Sears, Toyota et le jeu vidéo Halo 3: ODST, avait été pris en considération pour plusieurs films de premier plan, y compris The Hunger Games, avant qu'il ait été embauché par Universal pour diriger l'adaptation des 170 millions de dollars de Blanche-Neige.

Après avoir lu le script Evan Daugherty - qui est plus proche du conte originale publiée en 1812 que celui de l'animation Disney en 1937- le Britannique de 41 ans s'est rendu compte qu'il a eu l'occasion de "créer un monde que les gens n'avait pas vu avant" ....

Il ya des éléments de l'histoire qui permettront aux générations plus âgées de s'identifier - un miroir, une pomme rouge, une méchante reine et, bien sûr, une joyeuse bande de nains -, mais ajouté à cela des batailles massives, une rébellion, des effets spéciaux époustouflants et un message sous-jacent "qui nous apprend à comprendre la mortalité et à ne pas nous enterrer dans la jalousie ou la colère" et cela devient quelque chose de tout à fait visuellement somptueux et mature.

"C'est certainement plus sombre que Disney, mais je ne pense pas que ce soit plus sombre que la version des frères Grimm," dit Sanders. "C'est comme un conte de fées original - ils font peur pour vous informer. Et les gens aiment avoir un peu peur.

"Nous ne cherchons pas à effrayer les gens de manière gratuite. C'est la peur périphérique, non pas l'horreur. Il vous fait frémir et il rend l'expérience plus intense."

Stewart, dont les films en dehors de la franchise Twilight comprennent Into the Wild et The Runaways, admis à la première australienne de SWATH mardi, qu'elle n'a jamais vraiment aimé le conte de fées original.

"Ce n'est pas que je n'étais pas fan," dit-elle. "Je ne pouvais tout simplement pas me connecter avec Blanche Neige en grandissant. Alors, quand j'ai entendu parler du projet, je pensais, 'Blanche-Neige? Pourquoi?'"

Comme Sanders, elle changea d'avis à la lecture de l'écriture et l'identification avec un personnage qui n'était pas prêt à être relégué à être sauvé par quelqu'un d'autre. Sanders la décrit comme une "femme Luke Skywalker".

"Il y a eu un vide de la femme forte dans les films et enfin cela a été bien fait," dit Stewart.

"Vous reconnaissez Blanche-Neige, mais c'est comme si toutes ses qualités parfaites ont été mis au fond d'une fosse de boue pour voir si elle peut les trouver et les prendre et les polir."

En effet, Sanders a poussé l'ensemble de ses acteurs à leurs limites mentales et physiques pendant le tournage de 80 jours sous la pluie battante et la misérable boue dans quelques-unes des zones les plus reculées de la Grande-Bretagne pendant l'hiver.

Pour Stewart, qui à un moment pendant le tournage a dû sauter dans un lac gelé, la partie la plus inconfortable de son rôle était d'avoir à monter à cheval.

"Ce fut de loin l'obstacle le plus dur à affronter pour moi," dit-elle. "Il me terrifiait. Je pense que c'est bien cependant - une véritable crainte et le mal être sont cool à l'écran."

Pour Sanders, le malaise est venu dès le début du projet quand il envisage l'énormité de l'adaptation comme un conte de fées bien-aimée pour le grand écran.

"Vous êtes un peu nerveux quand vous faites quelque chose dans la vie où vous ouvrez vous-même au monde", dit-il.

"Je ne pense pas que mon travail était plus énervant que celui de Kristen ou Chris qui sont le visage de celui-ci. J'aurai pu sans doute glissé dans l'anonymat et ne jamais travailler à nouveau, s'il avait été un désastre. Je crois qu'il y a une pression pour nous tous."

Avec des critiques fortes et les résultats au box-office et de parler d'une suite, Sanders n'a pas à trop se soucier de son avenir. Quant à Stewart, elle aura une pause d'un mois avant de commencer à travailler sur son prochain film - un thriller nommé Cali et dirigé par le réalisateur de "The Notebook" Nick Cassavetes.

"Il est difficile d'en parler parce que je n'ai pas encore l'esprit posé dessus. Littéralement dès que je rentre à la maison, nous avons besoin de chercher des acteurs ... s’asseoir avec le script," dit Stewart.

"Mais c'est assez extrême dans tous les sens du terme. Cela me rappelle les films des années 90 - des Films cultes bizarres.

Elle apparaît ensuite sur le grand écran comme une Marylou désinhibée dans l'adaptation à l'écran du roman classique de Jack Kerouac, Sur la route, qui sort en Australie en Septembre.

Alors bien sûr il y a ce petit film qui sortira en Novembre - la dernière partie de la saga Twilight - Breaking Dawn: Part 2.

Bien que désireuse de s'appuyer sur de nouveaux rôles et défis, Stewart admet qu'il a été difficile de dire au revoir à un personnage avec lequel elle a vécu pendant les quatre dernières années.

"C'est toujours le même sentiment à la fin de quelque chose pour lequel vous vous êtes investi," dit-elle.

Dans ce cas, ça a été simplement plus long.

"Je vais probablement avoir à parler (du rôle) pour le reste de ma vie mais je suis chanceuse parce que c'est un bon souvenir."
Source: #1 #2