Monday, July 2, 2012

Istoe Gente (Brazil) - Cannes - 2012




In Twilight, it’s only on the penultimate movie that the leading couple have a romantic sex scene. But Kristen Stewart, the performer of the delicate heroine of the vampire saga, says: “I see actresses do ridiculous fake sex scenes in movies and then declare that they felt safe on set.” At 22 years old and as the highest-paid actress in Hollywood between May 2011 and 2012, earning $ 34.5 million according to Forbes magazine, Kristen says it was says with a fearless attitude to nudity that she starred On the Road, which premieres in Brazil on July 13.


In Walter Salles’ movie she plays Marylou, free-spirited young woman who becomes the lover of two friends who cross roads of the United States in an existential journey. “I would have joined these two guys, for sure,” says Kristen, adding that she read Jack Kerouac’s book as an adolescent, and that she admires people with libertarian attitudes. Off screen, however, she has a life within the rules and maintains a secretive romance with Robert Pattinson, her partner in Twilight. 


How would you describe the experience of working in On the Road? 
K: It was the greatest experience I had doing movies. I wasn’t part of the entire filming trip, but I went to Montreal to join the team and prepare. Then I went to New Orleans, Phoenix and San Francisco. Then I came home and made another Twilight movie. What was strange, because I wanted to go back to that experience with Walter (Salles), which was discontinued. I had no time to think about what had happened in those weeks on the road. What, in fact, closely resembles the experience of my character. 


Were you afraid of doing the sex scenes? 
K: On the contrary, I wanted to do the sex scenes. I like movies that test my limits. It’s a way to challenge myself, to leave the comfort zone. I confess that I lived more interesting experiences during those four weeks of filming on the road than in my normal life. The sequences of nudity among the characters are discreet and did not show genitals. 


Did that make you more comfortable? 
K: I see actresses do ridiculous fake sex scenes in movies and then declare that they felt safe on the set. In most cases, the sequences seem fake, you can see that they are using skin color strips to cover their breasts. I didn’t want to feel safe. It’ much more interesting to see genuine sex scenes than something we realize that it’s fake. I always wanted to be as close as possible to actual experience. 


Was Kerouac’s book already familiar to you? 
K: I first read it when I was 15 or something. It was my first favorite book because it opened so many doors in my head. It really lit a fire inside of me, inspired me to want that feeling to see or hear new things, things you want and go after. I liked the style of the text, but also the roller-coaster style of the narrative, the sense of freedom that the characters show. 


It was common for women of your generation to read On the Road in adolescence? 
K: Definitely not! There were many people who came to me and said: “how come a modern girl like you is reading a book about people who were young in the 40′s and 50′s?”Or: “how do you, a contemporary girl, can relate to a young girl from back then?” We always want to know where we came from. So it was a matter of having contact with my roots, with characters that inspire me in life. And these two guys with whom she shared important youth moments, I would have joined them, for sure. 


What do you admire in Walter Salles? 
K: Walter makes things happen. One of the strangest things about it is that at the end of a rehearsal, the shooting of a take, or a day’s work, he takes no credit for anything because it happened to you. It is rare to find someone like that. Walter has this very particular ability to bring people together. I know this is the purpose of any good director, but I never felt so motivated by another person the way I felt with him. I would do anything for that guy. This is his power. For some reason, you want to follow him wherever he goes. 


How do you deal with harassment from fans of the Twilight saga? This type of fan still bother you? 
K: I don’t know … I don’t think about it much. The fact is that I could share the experience of those movies with millions of people worldwide. It’s crazy, I know, but it is a unique experience that probably will never be repeated. It’s crazy, weird and wonderful thing to share the same energy with so many different people. I don’t know how these people will see me after the saga ends. 


Low budget movies, such as On the Road, are a way to distance yourself from the image of heroin from blockbusters such as Twilight and Snow White and the Huntsman? 
K: It’s nice to offer something new to the public, to diversify the audience’s perception of you. But I love Twilight, I’m very proud of the saga. I see it as a great compliment when a fan says he can not see me in another kind of movie. I know I’ll always be remembered as Twilight’s Bella. And it’s not a bad thing. There is room for all kinds of work. I like small movies as well. I don’t see Snow White and the Huntsman as a movie that show’s that I can do something different from Twilight. 


Are you religious as the Snow White movie? 
K: I’m not religious. But I talk to myself. There are times when I play certain events as signs when I’m about to do something important and I don’t know what the outcome, for example. In those days, when something trivial goes wrong, like dropping something on the floor, I curse and I have the distinct impression that I will have a horrible day (laughs). Talking to myself is a way to put positive energy in the world. I’m obsessed with it, with not spoiling a situation. I think that’s what Snow White does with her prayers.
Dans Twilight, c'est seulement sur l'avant-dernier film que le couple leader va avoir une scène de sexe romantique. Mais Kristen Stewart, l'interprète de l'héroïne délicate de la saga de vampires, dit: "Je vois des actrices faire de ridicules fausses scènes de sexe dans les films et ensuite déclarer qu'elles se sentaient en sécurité sur le plateau." A 22 ans et étant l'actrice la mieux payée à Hollywood, entre mai 2011 et 2012, gagnant 34,5 millions de dollars selon le magazine Forbes, on a dit de Kristen que c'était avec une attitude courageuse à la nudité qu'elle a joué sur la route, dont la première au Brésil est le 13 Juillet. 

Dans le film de Walter Salles, elle joue Marylou, jeune femme à l'esprit libre qui devient la maîtresse de deux amis qui traversent les routes des États-Unis dans un parcours existentiel. "J'aurais rejoint ces deux gars, c'est sûr," dit Kristen, ajoutant qu'elle a lu le livre de Jack Kerouac adolescente, et qu'elle admire les gens avec des attitudes libertaires. Hors écran, cependant, elle a une vie dans les règles et maintient une romance secrète avec Robert Pattinson, son partenaire dans Twilight. 

Comment décririez-vous l'expérience de travail dans Sur la Route? 
K: C'était la plus grande expérience que j'ai eu dans un film. Je n'ai pas participer à l'ensemble du voyage pour le tournage, mais je suis allée à Montréal pour rejoindre l'équipe et me préparer. Puis je suis allée à la Nouvelle-Orléans, Phoenix et San Francisco. Puis je suis rentrée et j'ai fait un autre film Twilight. Ce qui était étrange, parce que je voulais revenir à cette expérience avec Walter (Salles), qui a été abandonnée. Je n'avais pas le temps de penser à ce qui s'était passé durant ces semaines, sur la route. En fait, cela ressemble beaucoup à l'expérience de mon personnage. 

Aviez-vous peur de faire des scènes de sexe? 
K: Au contraire, je voulais faire les scènes de sexe. J'aime les films qui testent mes limites. C'est une façon de me remettre en question, de quitter la zone de confort. J'avoue que j'ai vécu les expériences les plus intéressantes au cours de ces quatre semaines de tournage sur la route que dans ma vie normale. Les séquences de nudité parmi les personnages sont discretes et ne montre pas les parties génitales. 

Est-ce que ça vous a rendu plus à l'aise ? 
K: Je vois des actrices faire de ridicules fausses scènes de sexe dans les films et ensuite déclarer qu'elles se sentaient en sécurité sur le plateau. Dans la plupart des cas, les séquences semblent fausses, vous pouvez voir qu'elles utilisent des bandes de couleur peau pour couvrir leurs seins. Je ne voulais pas me sentir en sécurité. C'est beaucoup plus intéressant de voir de véritables scènes de sexe que quelque chose nous faisons qui sonne faux. J'ai toujours voulu être aussi proche que possible de l'expérience réelle. 

Le livre de Kerouac vous était déjà familier ? 
K: je l'ai lu quand j'avais 15 ans ou quelque chose comme ça. C'était mon premier livre préféré car il a ouvert tellement de portes dans ma tête. Il a vraiment allumé un feu à l'intérieur de moi, m'a inspiré à vouloir connaître le sentiment de voir ou entendre des choses nouvelles, des choses que vous voulez et poursuivez. J'ai bien aimé le style du texte, mais aussi le style montagnes russes de la narration, le sens de la liberté que les personnages montrent.  

Il était courant pour les femmes de votre génération de lire Sur la route à l'adolescence ? 
K: Absolument pas! Il y avait beaucoup de gens qui sont venus vers moi et on dit: " Comment se fait-il qu'une jeune fille moderne comme vous lise un livre sur les gens qui étaient jeunes dans les années 40 et 50" Ou: "comment voulez-vous qu'une jeune fille contemporaine comme vous, puisse établir un rapport avec une jeune fille de l'époque? "Nous voulons toujours savoir d'où nous venons. Donc, c'était une question d'avoir des contacts avec mes racines, avec des personnages qui m'inspirent dans la vie. Et ces deux gars avec qui elle partageait des moments importants de sa jeunesse, je les aurais rejoint, à coup sûr. 

Qu'est-ce que vous admirez dans Walter Salles? 
K: Walter fait bouger les choses. Une des choses les plus étranges à ce sujet est que, à la fin d'une répétition, le tournage d'une prise, ou d'une journée de travail, il ne se dit pas que c'est grâce à lui, parce que c'est à nous que c'est arrivé. Il est rare de trouver quelqu'un comme ça. Walter a cette capacité toute particulière à rassembler aux gens. Je sais que c'est le but de tout bon metteur en scène, mais je ne me suis jamais sentie aussi motivée par une autre personne que ce que j'ai ressenti avec lui. Je ferais n'importe quoi pour ce gars. C'est son pouvoir. Pour une raison quelconque, vous voulez le suivre partout où il va. 

Comment pouvez-vous faire face au harcèlement des fans de la saga Twilight? Ce type de fan vous dérange encore? 
K: Je ne sais pas ... Je n'y pense pas beaucoup. Le fait est que je pouvais partager l'expérience de ces films avec des millions de personnes dans le monde. C'est fou, je sais, mais c'est une expérience unique qui ne sera probablement jamais répétée. C'est dingue, étrange et merveilleux de partager la même énergie avec autant de personnes différentes. Je ne sais pas comment ces gens vont me voir après que la saga soit terminée. 

Des films à petit budget, comme sur la route, sont une façon de vous éloigner de l'image de l'héroïne de blockbusters tels que Twilight et Blanche-Neige et le Chasseur? 
K: C'est bien d'offrir quelque chose de nouveau au public, de diversifier la perception de l'auditoire envers vous. Mais j'aime Twilight, je suis très fière de la saga. Je vois cela comme un grand compliment quand un fan dit qu'il ne peut pas me voir dans un autre genre de film. Je sais que l'on se souviendra toujours de moi comme de la Bella de Twilight. Et ce n'est pas une mauvaise chose. Il y a de la place pour toutes sortes de travaux. J'aime les petits films ainsi. Je ne vois pas Blanche-Neige et le chasseur comme un film qui montre que je peux faire quelque chose de différent de Twilight. 

Etes-vous croyante comme dans le film Blanche-Neige? 
K: Je ne suis pas religieuse. Mais je me parle à moi-même. Il y a des moments où je joue certains évènements comme des signes quand je suis sur le point de faire quelque chose d'important et je ne sais pas quel sera le résultat, par exemple. Pendant ces moments là, quand quelque chose ne va pas, comme laisser tomber quelque chose sur le plancher, je jure et j'ai la nette impression que je vais avoir une journée horrible (rires). Parler à moi-même est un moyen de mettre de l'énergie positive dans le monde. Je suis obsédée par elle, de ne pas gâcher une situation. Je pense que c'est ce que Blanche-Neige fait avec ses prières. 


Source - Via - English translation