Thursday, September 6, 2012

Pictures/Scans/Interview - Vogue UK (October 2012)

Photos/Scans/Interview - Vogue UK (Octobre 2012)

image host image host image host image host image host image host
image host image host image host

Digital Scans:

image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host


* Photographed by Mario Testino - October 2012 issue - out on newsstands on 10th September

Previously post with a behind the scenes picture
* Photographié par Mario Testino - Numéro d'octobre 2012 - en vente dès le 10 septembre

Post précédent avec une photo behind the scenes


Interview:


Kristen Stewart seduced the world as the teenage idol Bella wan. But her emergence into adulthood has been far from fairytale. Christa D' Souza meets a young woman caught in the middle of a very public scandal. Photographs by Mario Testino.

It started straightforwardly enough. I was going to LA to interview one of the biggest stars in the world about her upcoming film. At 22 (British Vogue says '21'), Kristen Stewart had just been listed by Forbes magazine as the highest paid actress in Hollywood, a wealth largely due to Twilight, the vampire franchise in which she plays virgin idol Bella Swan. The quintessential emo, fame for her baity persona Stewart was second only to Kate Middleton, in terms of public interest, an interest nurtured by our fascination with her off screen courtship with co-star Robert Pattinson, which had tantalised the world with it's are-they, aren't-they narrative for years.

For instance, however, Stewart was promoting a smaller, indie project: Walter Salles's film adaptation of Jack Kerouac's mostly autobiographical hipster classic On the Road. The book had been a passion of hers for years - of course it had! - and she'd lobbied and lobbied for the part of 16-year-old Marylou (the free spirit based on Neal Cassady's wife LuAnne, who also enjoyed a love affair with Kerouac). Marylou was a million miles away from Stewart's neurotic and clumsy-to-the-point-of-dyspraxic Swan; the perfect breakaway role. Like I said, it all seemed pretty straightforward.

And so we met on a lovely sunny day at Casita del Campo, a gloomy, near-empty Mexican restaurant not far from the Los Feliz mansion she shared with Pattinson. A tiny, intense presence, dressed in faded grey skinnies, she looked like a little doll as she slid into the booth. She had personally picked the venue, a) because there were sure to be no "cockroaches" (her word for the paparazzi) lurking in the bushes; and b) because, being a cool Silver Lake chick, she loves Mexican food. "I don't even know, why I'm looking at the menu," she sighed, as she half-heartedly swiped a chip in the salsa. "I already made myself lunch."

With her reputation for bolshiness (all that gurning and insistent wearing of trainers on the red carpet and so forth), I'd half expected the meeting to be one of those classic journalistic struggles, but, in fact, she turned out to be excellent company: interesting, interested, articulate, funny, easy. She spoke carefully, with precision; a Valley Girl, sure, with all the "dudes" and the "likes", but an articulate, measured one. She was especially droll and affectionate about her upbringing in the San Fernando Valley: how her mother, Jules, a scriptwriter/artist/"doer to the point of OCDness", has a proper tatoo sleeve, hair extensions and a dog that's part wolf; how she has decorated almost every ceiling in the house with one of her crazy Alice in the Wonderland murals; and how Kristen and her brother Cameron would come home from school and there Jules might be"ripping out a bathroom" because she was bored. She joked about how her dad, John (British Vogue said 'Bill'), a stage manager with waist-length hair, had suddenly developed a thing for fashionand was "beginning to look like Karl Lagerfeld". He keeps asking me to get him a Balenciaga man-bag and I keep saying, 'Dad? Absolutely not!'"

And she was most forthcoming about On the Road, a copy of which decorated the dashboard of her first car when she was 16. We talked about how the part was a big departure from anything she had done previously. For one thing, the was nudity aplenty. In one scene, she, Sam Riley and Garrett Hedlund (who plays Kerouac and Cassady respectively) attempt a threesome. In another, she gives them hand jobs simulataneously. But Stewart was up for it all. "Walter made us confident," she said animatedly, but awkward in her desire to make herself clear. "He totally primed us to be in a position to do things. We'd thought about it all so much that by the time we got to the set the story kind of worked it's way through us. Like, we were vessels or something. In a way I can't take credit for any of it."

Said Walter Salles, via email: "I met Kristen in Los Angeles. She knew On the Road inside out and understood the character better than anyone I had met up to that point. LuAnne was decades ahead of her time. She was a free-spirited, non judgemental young woman... but it was probably very difficult to be in her position in the late Forties, early Fifties, a constant challenge. Kristen understood this duality the fact that the exhilarating moments had a painful counterpart."

For some whose reputation is so je m'en fous, Stewart was keen to declare how she had never thought of herself as a rebel at all. She described herself as the kind of kid who got panic attacks about her marks in school, and an adult who "always overthinks the thought... Like how do you think of nothing?" It was, she conjectured, probably why she found the Beat Generation era so seductive. "What the fuck do I know, but I think that's why the book will always be relevant. There is always going to be that seam of people who want things differently to the standardised version. It's not necessarily a rebellious thing, it's just who they are. That world back then, it just seems freer to me than anything I could ever touch and I'm fully nostalgic for it, even though I wasn't even alive then..."

"It's the loyalty aspect of it all," she went on in her low, earnest way. "I love being on the periphery with a group of people who have the same values that I do. People who don't get off on fame, who just like the process of making movies and thrive on that, and fuck anybody who doesn't."

When I mentioned her upcoming nuptials with Pattinson (as had been reported that week in the tabloids, along with designs for the cake, the dress and details that Katy Perry was to be a bridesmaid), she merely shrugged her little dolly shoulders with the resignation of one long, long used to fantastical speculation and sighed. "Hey, they're all fucking nuts. It changes everyday. This whole, am I fashionable, am I not? There's never one constant. Of course it's seductive and important, what people think about you, but you can't pay attention. They can say what they want..."

They do say what they want. And sometimes you do have to pay attention. A month later, the same magazines that had described her "wedding" in such detail published pictures of her embracing not Pattinson but another man, Rupert Sanders, the British director of Snow White and the Huntsman, in which Stewart starred. Sanders is married to the model Liberty Ross, who played Stewart's birth mother in the same film, and he is 21 years her senior.

A billion Twihard hearts convulsed with grief. The "Robsten" fantasy? Shattered? Overnight, she was receiving death threats, pilloried as the most hated homewrecker in Hollywood. Debate rolled and raged about how long the relationship had been going on. Then came Stewart's almost implausibly contrite apology: "I'm deeply sorry for the hurt and embarassment I've caused to those close to me and everyone this has affected. This momentary indiscretion has jeopardised the most important thing in my life, the person I love and respect the most: Rob. I love him, I love him, I'm so sorry." Sanders's even more contrite apology followed soon after.

The truth of it all? In the time since, I've scrolled back through my tapes and notes to glean clues as to what might have happened and have found few lightbulb absolutes.

"You know when your blood pressure goes up and you are excited and you literally reach for your heart," Stewart had said at one point over lunch that day, while describing life in general. "That's the reason I wanted to make Snow White. It physically felt like the right thing to do." and to work with the first-time Brit director Supert Sanders? "Omigod," she had said, eyes fluttering skyward, "just, I mean, to die."

Sanders was similarly effusive about her, taking time out to speak to me from his holiday in Hawaii. "She'd burnt her lower pelvis area, quite low doen," he had said of his first impression of the actress. "She was bandaging a bad burn there, in her very tight jeans, with a Camel clamped between her teeth. That was my very first image of her. She's got this masculine edge. She's like this beautiful tomboy or something. What surprised me most when I met Kristen was how unlike the character of Bella Swan she was in real life," he added. "She was so tough, so grown up. She was exactly the modern badass version of Snow White that I was looking for. I wanted that young, spirited, rebellious warrior, and she epitomised all of that."

"She and Liberty didn't have very many scenes together," he said, when I asked whether she and his wife were friends, "so they didn't get to know eachother that well. But they definitely have similarities. There's a look they share. Kristen is almost like royalty the way she understands what she has to do, in the way that she has learnt to compartmentalise... Well Lib's quite 'regal' or something as well."

Royalty, regal, spirited warrior. Stewart is a warrior, of sorts. Albeit a warrior, as Sanders once put it, with the weight of the world on her shoulders. She's got that rock'n'roll edge, too, as played to perfection in her role as Joan Jett in The Runaways. I still have an image in my mind of her turning up on the Vogue show, requesting vodka and then downsizing with white wine "because it's still only morning."

But here's the thing, To be 22 and to have assumed that unbelievable heavy mantle of fame and all that it entails... Might we not allow her some human error? Might she not be entitled to make some mistakes as she negotiates her way round a post-Twilight world, a block of time in her life she has likened to being away at school (both she and her brother were mostly home-educated).

"I can't be a free spirit," she had said, almost imploringly, at one point when we first met. "Not in a normal, relatable way anyway. I can't even do my own groceries or walk through a mall. How could I be? But, at the same time, there are always different ways I can explore my freedom. My country is definitely a smaller place to way it was in On the Road, but that doesn't mean the spirit will ever go away."

The second and last time we met, Stewart and I were taking a cigarette break on the steps of the Hotel Particulier in Montmartre, where a dinner was being thrown in honor of her and Nicholas Ghesquire. It was about a week after our first meeting and she was as disarmingly friendly and chatty as ever. As the face of the new Balenciaga fragrance, Florabotanica, Stewart was very much on show, in a baby-blue silk corset dress from the latest collection and high, patent ankle boots. Earlier, Ghesquire had told me how he adored her ability to subvert the red carpet tradition; he loved the way she was such a symbol of "tetchy youthfulness" and what fun she was to collaborate with on different looks.

Stewart had just returned from Sydney with Sanders and her Snow White co-star Chris Hemsworth on her last leg of the film's promotional tour. She seemed a little tired (those slight bags under her eyes were a bit more pronounced, and she seemed almost a little constrained by all her finery), but - with that cigarette placed behind her back, like she was behind a bike shed, and a drink in hand - she was in full swing. In retrospect, perhaps dangerously so.

"My God, I'm so in love with my boyfriend," she suddenly confided, squeezing her fists and stiffening that little body with anticipation. “I wish he was here now. I think I want to have his babies.”

Have I heard her right? Wasn’t her "boyfriend" the one thing she never talked about? To anyone? And yet here we were. “God, I miss him,” she said, raking her hair back and exhaling a plume of smoke.“I love the way he smells. And him me. Like, he loves to lick under my armpits. I don't get this obsession with washing the smell off. That smell of someone you love. Don’t you think it’s the whole point?”

Looking back, the exchange still feels surreal. It took place just three weeks before those incriminating pictures were allegedly taken. Was she even talking about Pattinson? Was she having on me? Who knows?

I think back to something she said before in that crazy restaurant about wanting to be her own person, and not having to conform to expectations.

"Um, how do I put this perfectly?" she said, so concentrating on getting it out right that her knee started to jiggle. "Look. I know if you haven't thought about how you want to present a very packaged idea of yourself then it can seem like you lack ambition. But, dude, honestly? I can't. People expect it to be easy because there you are, out there, doing the thing that you want and making lots of money out of it. But, you know, I'm not that smooth. I can get clumsy around certain people. Like if I were to sit down and think, 'OK, I'm, really famous, how am I going to conduct myself in public? I wouldn't know who that person would be! It would be a lot easier if I could, but I can't."

As we go to press, the story keeps changing, and people's expectations are shifting daily. The premiere of Breaking Dawn (the final Twilight intsallment) and its attendant red carpet rounds are yet to go ahead. Pattinson is said to have moved out of the Los Feliz house amid fabulous gossip concerning custody of the couple's dog, Bear. Sanders, slated to make a further Snow White with Stewart, is yet to confirm his plans. He has not removed his wedding ring.

Work wise, Stewart won the plum role of Peyton Loftis - in the film of William Styron's 1951 novel Lie Down in Darkness - the one she was supposed, mistakenly, to be feuding over with Jennifer Lawrence. Then there is Cali, on which she has her first producing credit. Professionally speaking, a cynic might wonder, could the current brouhaha work in her favor?

Again, who knows? One thing, though, is that Stewart did not strike me as a bad person. Not at all. Just a young, attractive, intelligent woman trying to navigate her way through the bullshit. So cut her some clack, OK?
Kristen Stewart a séduit le monde entier en l'idole des jeunes Bella Swan. Mais son émergence dans l'âge adulte a été loin d'être un conte de fées. Christa D'Souza rencontre une jeune femme prise au milieu d'un scandale très public.

J'ai commencée sans détour. Je suis allé à Los Angeles pour interviewer l'un des plus grandes stars du monde au sujet de son prochain film. A 21 ans, Kristen Stewart vient d'être répertorié par le magazine Forbes comme l'actrice la mieux payée à Hollywood, une richesse due en grande partie à Twilight, la franchise vampire dans laquelle elle joue Bella Swan. L'emo par excellence, connue pour sa personnalitée « d'appât » Stewart était en second juste derrière Kate Middleton, en terme d'intérêt public, un intérêt nourri par notre fascination avec sa relation avec sa co-star hors écran Robert Pattinson, qui avait tantalisée le monde avec ses sont- ils, ne sont ils pas commentaires depuis des années.

Par exemple, cependant, Stewart faisait la promotion d'un plus petit projet indépendant : l'adaptation cinématographique de Walter Salles du classique hippie de Jack Kerouac essentiellement autobiographique nommé Sur la route. Elle s'était prise de passion pour ce livre depuis des années - bien sûr, cela fût le cas ! - Et elle avait fait pression pour le rôle de Marylou 16 ans ( un esprit libre basé sur la femme de Neal Cassady LuAnne, qui a également vécu une histoire d'amour avec Kerouac). Marylou était à un million de miles de la névrotique Stewart et maladroite jusqu'à la dyspraxique Swan, le rôle parfait pour s'échapper. Comme je l'ai dit, tout cela semblait assez simple.

Et donc nous nous sommes rencontrées lors d'une belle journée ensoleillée au Casita del Campo, un sombre, presque vide restaurant mexicain non loin de la maison de Los Feliz qu'elle partageait avec Robert Pattinson. Une minuscule présence intense, vêtue d'un slim gris délavé, elle ressemblait à une petite poupée alors qu'elle se glissait sur la banquette. Elle avait personnellement choisi le lieu, a) parce qu'il n'y avait pas de "cafards" (son expression désignant les paparazzi) tapis dans les buissons, et b) parce que, étant une nana de Silver Lake, elle aime la nourriture mexicaine. "Je ne sais même pas pourquoi je regarde le menu," soupira-t-elle, alors qu'elle trempait une chips dans la salsa. "Je me suis déjà fait à déjeuner."

Avec sa réputation de « rechigneuse » (et avec toutes ces tentatives de reconcialiation et insistants journalistes sur le tapis rouge et ainsi de suite), je m'attendais presque à ce que la réunion soit une de ces luttes classiques du journalisme, mais, en fait, elle s'est avéré être une excellente compagnie: intéressante, intéressée, articulée, drôle, facile. Elle a parlé avec soin, avec une précision, une fille de la vallée, bien sûr, avec tous les "mecs" et les "j'aime", mais dans un language articulé, et mesuré. Elle était particulièrement drôle et affectueuse de son enfance dans la vallée de San Fernando: comment sa mère, Jules, une scénariste/artiste "faiseuse au point de trouble compulsif du comportement", affiche une manche tatouée, des extensions de cheveux et un chien qui est en partie loup; comment elle a décoré presque chaque plafond dans la maison avec une de ses folles peintures murales d'Alice au pays des merveilles, et comment Kristen et Cameron,son frère rentrant de l'école pouvaient peut-être tomber sur Jules "arrachant une salle de bains", parce qu'elle s'ennuyait. Elle a plaisanté sur la façon dont son père, John (Vogue britannique a dit «Bill»), un manager de plateau TV avec une longueur de cheveux qui va jusqu'à la taille, avait soudainement développé un penchant pour la mode et qui "commence à ressembler à Karl Lagerfeld". Il n'a de cesse de me demander de lui trouver un sac Balenciaga pour homme et je continue de lui dire: 'Papa? Absolument pas!'"

Et elle a été très bavarde à propos de On the Road, dont une copie a décoré le tableau de bord de sa première voiture quand elle avait 16 ans. Nous avons parlé de la façon dont le rôle a été une grande nouveauté par rapport à tout ce qu'elle avait fait précédemment. D'une part, la nudité était en abondance. Dans une scène, elle, Sam Riley et Garrett Hedlund (qui joue Kerouac et Cassady respectivement) tenter un truc à trois. Dans une autre, elle leur donne de façon simultanée une branlette avec ses mains. Mais Stewart était prête à tout cela. "Walter nous a donné confiance," dit-elle avec vivacité, mais maladroite dans son désir de se faire comprendre. "Il nous a complètement apprêté pour être en mesure de faire les choses. Nous avions pensé à tout cela tellement qu'au moment où nous sommes arrivés sur le tournage l'histoire a fait son bonhomme de chemin à travers nous. Comme si, nous étions des hôtes ou quelque chose comme ça. D'une certaine manière je ne peux pas tirer crédit de tout cela."

Walter Salles a dit, via email : « J’ai rencontré Kristen à Los Angeles. Elle connaissait Sur La Route de A à Z et comprenais le personnage mieux que n’importe qui que j’ai pu rencontrer. LuAnne avait des décennies d’avance sur son temps. Elle était une jeune femme au libre esprit, sans jugement… mais c’était probablement très difficile d’être dans sa position à la fin des années quarante, début années cinquante, un challenge constant. Kristen a compris cette dualité des moments exaltants qui ont une douloureuse contrepartie. »

Pour certains dont la réputation est si ‘je m’en fous’, Stewart a tenu à déclarer qu’elle n’a jamais pensé d’elle-même en tant que rebelle du tout. Elle se décrivait comme une gentil enfant qui avait des crises de panique à propos de ces notes à l’école, et une adulte qui « pense toujours trop sur la pensée… Par exemple, comment pensez-vous à rien ? » C’était, conjectura-t-elle, probablement pourquoi elle a trouvé l’ère de la Beat Generation si séduisante. « Bordel, qu’est que j’en sais, mais je pense que c’est pourquoi les livres seront toujours intéressants. Il y aura toujours ce genre de gens qui veulent des choses différentes aux versions standardisées. Ce n’est pas nécessairement quelque chose de rebelle, c’est juste ce qu’ils sont. Ce monde d’avant, ça semble plus libre pour moi de n’importe quoi que j’ai pu jamais toucher et je suis complètement nostalgique de ça, même si je n’étais même pas vivante à ce moment… »

« C’est l’aspect fidèle de tout ça, » continua-t-elle d’un moyennement faible sérieux. « J’aime être dans la périphérie avec un groupe de gens qui ont les même valeurs que les miennes. Les gens qui ne jouent pas sur la célébrité, qui aime juste le processus de faire des films et réussissent sur ça, et nique tous ceux qui ne le sont pas. »

Quand j’ai mentionné ses noces à venir avec Pattinson (ça a été reporté cette semaine dans les tabloïds, le croquis pour le gâteau, la robe et des informations que Katy Perry serait demoiselle d’honneur), elle a simplement haussé les petites épaules de résignation d’une longue, longue habituelle spéculation fantastiques et a soupiré. « Hey, ils sont tous débile, putain. Ça change tous les jours. Tout ce, suis-je à mode, ne le suis-je pas ? Il n’y a jamais une constante. Bien sûr c’est séduisant et important, ce que les gens pense de toi, mais tu ne dois pas faire attention. Ils peuvent dire ce qu’ils veulent… »

Ils disent ce qu’ils veulent. Et quelques fois tu dois y fairte attention. Un mois plus tard, les mêmes magazines qui ont décrit son ‘mariage’ en détails publièrent des photos d’elle câlinant pas Pattinson mais un autre homme, Rupert Sanders, le réalisateur anglais de Blanche Neige et le Chasseur, dans lequel apparaît Stewart. Sanders est marié au Top Model Liberty Ross, qui joua la mère de Stewart dans le même film, et il est plus vieux de 21 ans.

Un milliard de cœurs de Twihard ont convulsés de douleur. Le fantasme ‘Robsten’ ? Brisé ? Au cours de la nuit, elle a reçu des menaces de mort, pilonisée comme la plus haïs briseuse de ménage d’Hollywood. Débats animés et rageux à propos du temps que la relation durait. Puis arriva l’excuse presque vraisemblablement contrite de Stewart : « Je suis profondément désolé du mal et de l’embarassement que j’ai causé à ceux qui me sont proches et à tous ceux que ça a affecté. Cette indiscrétion momentanée a compromis la chose la plus importante de ma vie, la personne que j’aime et respecte le plus : Rob. Je l’aime, je l’aime, je suis tellement désolée. » L’excuse encore plus contrite de Rupert arriva juste après.

La vérité de tout ça ? Depuis ce moment, j’ai fait défiler mes cassettes, mes notes pour avoir des indices quant à quoiqu’il aurait pu se passer et nous avons trouvé quelques illuminations absolues.

« Vous savez quand la pression de votre sang s’accélère et que vous êtes excité et que vous littéralement retenez votre cœur, » Stewart avait dit à un moment donné durant le déjeuner ce jour-là, pendant qu’elle décrivait sa vie en général. « C’est la raison pourquoi je voulais faire Blanche Neige. On ressentait physiquement que c’était la bonne chose à faire. » Et de travailler pour la première avec le réalisateur anglais Rupert Sanders ? « Ohmondieu, » avait-elle dit, les yeux voletant au ciel, « juste, je veux dire, à mort. »

Sanders était similairement effusif à propos d’elle, prenant le temps de me parler pendant ces vacances à Hawaii. « Elle s’est brûlée sa partie inférieur du bassin, assez bas, » dit-il de sa première impression de l’actrice. « Elle se bandait cette mauvaise brûlure là, dans son jean très serré, avec une camel coincée entre ses dents. C’était ma toute première image d’elle. Elle avait cette touche masculine. Elle est comme ce beau garçon manqué. Ce qui m’a le plus surpris en rencontrant Kristen fut comment elle ne ressemblait pas du tout à son personnage de Bella Swan dans la vraie vie, » ajouta-t-il. « Elle était si forte, si mature. Elle était exactement la version moderne dur-à-cuire de Blanche Neige que je recherchais. Je voulais cette jeune, courageuse, rebelle guerrière, et elle était tout ça. »

« Elle et Liberty n’avait pas beaucoup de scènes ensemble, » disait-il, quand je lui ai demandé si elle et sa femme étaient amies, « donc elle n’ont pas pu bien se connaître. Mais elles ont définitivement des ressemblances. Il y a le look qu’elle partage. Kristen est comprend presque comme une reine la façon de ce qu’elle doit faire, la façon dont elle a appris à compartimenter.. Eh bien Lib est assez ‘majestueuse’ aussi. »

Reine, Majesté, courageuse guerrière. Stewart est une sorte de guerrière. Quoiqu’une guerrière, comme l’a déjà dit Sanders, avec le poids du monde que ses épaules. Elle a une touche rock’n’roll, aussi, comme quand elle joué à la perfection dans son rôle de Joan Jett dans The Runaways. J’ai toujours cette image dans ma tête ce retournement sur le Vogue show, demandant de la vodka et après se résignant au vin blanc « car c’est encore seulement le matin. »

Mais voici le truc, Avoir 22 ans et avoir à assumer l’incroyable lourde cap de la célébrité et tout ce qui l’entoure… Peut-être ne lui accordons pas quelques erreurs humaines ? Peut-être n’est-elle pas appelé à faire quelques erreurs alors qu’elle négocie son passage au monde post-Twilight, un paquet de temps de sa vie qu’elle a aimé passer loin de l’école (elle est son frère étaient scolarisé à domicile).

« Je ne peux pas être un libre esprit, » avait-elle dit, presque d’un ton implorant, à un moment quand nous nous sommes premièrement rencontré. « Pas dans une normal, relative façon. Je ne peux même pas faire mes propres courses ou marcher dans un centre commercial. Comment pourrais-je ? Mais, en même temps, il y a d’autres façons où je peux explorer ma liberté. Mon pays est définitivement un endroit plus petit qu'il l'était dans Sur la Route, mais ça ne veut pas dire que l’esprit s’en ira à jamais. »

La deuxième et dernière fois que nous nous sommes rencontrés, Stewart et moi parlions d’un arret de cigarette sur les marche d’Hotel Particulier à Montmartre, où un dîner avait été fait en son honneur et Nicholas Ghesquière. C’était une semaine après notre première rencontre et elle était étonnamment amicale et bavarde comme jamais. En tant qu’égérie du nouveau parfum de Balenciaga, Florabotanica, Stewart était vraiment dans le show, dans une robe corset bleu en soie de la dernière collection et de hautes bottes à gros talons. Plus tôt, Ghesquière m’avait dit à quel point il adorait son abilité à renverser la tradition des tapis rouge ; il aimait la façon dont elle était le symbole de la « jeunesse ombrageuse » et à quel point elle était marrante à collaborer avec sur différent looks.

Stewart était juste de retour de Sydney avec Sanders et sa co-star Chris Hemsworth dans son dernière tour promotionnel du film. Elle semblait un peu fatiguée (ces petit sacs en dessous de ses yeux étaient un peu plus prononcés, et elle semblait presque un peu contrainte par toutes ses atours), mais – avec cette cigarette placé derrière son dos, comme si elle était derrière un hangar de moto, et un verre à la main – elle était toute retournée. En rétrospective, peut être dangereusement.

« Mon Dieu, je suis tellement amoureuse de mon petit ami, » confit-elle soudainement, serrant ses poings et son petit corps se raidissant d’anticipation. « J’aurais aimé qu’il soit là maintenant. Je pense que je veux ses bébés.»

Ai-je bien entendu, hein ? N’était-ce pas son ‘petit ami’ la seule chose dont elle ne parle jamais ? A personne ? Et voilà qu’on n’en est là. « Mon Dieu, il me manque, » disait-elle, ramenant ces cheveux en arrière et exhalant un bout de fumée. « J’aime la façon dont il sent. Et lui la mienne ? Comme, il aime lécher mes sous de bras. Je ne comprends pas cette obsession de nettoyer l’odeur. Cet odeur de quelqu’un que tu aimes. Ne penses-tu pas que c’est tout le but ? »

En s’en souvenant, l’échange reste irréel. Ça s’est passé juste trois semaines avant ces photos incriminantes soient prises. Etait-elle en train de parler de Pattinson ? Se moquait-elle de moi ? Qui sait ?

Je pense qu’en revenant à quelque chose qu’elle a dit avant dans ce restaurant fou à propos de vouloir être sa propre personne et ne pas à avoir à se confirmer aux attentes.

« Um, comment je dois mettre ça parfaitement ? » a-t-elle dit, si concentrées à sortir que son genoux commença à trembler. « Regarde. Je sais que si tu n’avais pas pensé à comment tu veux présenter une idée très emballée de toi-même alors on pourrait croie que tu manques d’ambition. Mais, mec, honnêtement ? Je ne peux pas. Les gens s’attendent à ce que ce soit facile parce que tu es là, dehors, faisant un truc que tu veux et faisant beaucoup d’argent. Mais, tu sais, je ne suis pas si lisse. Je peux être maladroite autour de certaines personnes. Comme si j’étais assise et je pensais, ‘OK, je suis, vraiment célèbre, comment je vais me conduire en publique ? Je ne saurais pas qui cette personne est. Ce serait plus facile si je pouvais mais je ne peux pas. »

Pendant que nous l’imprimons, l’histoire continue de changer, et l’attente des gens est change tous les jours. L’avant-première de Breaking Dawn (Le dernier Twilight) et les attendus sur le tapis rouge sont à annoncer. Pattinson est dit qu’il a déménager de la maison de Los Feliz dans les potins concernant le chien du couple, Bear. Sanders, avait prévu de faire un autre Blanche Neige avec Stewart, est encore à confirmer ses plans. Il n’a pas enlevé sa bague de mariage.

Sage travail, Stewart a gagné le boulot en or le rôle de Peyton Loftis – dans le film du roman Lie Down in Darkness de William Styron de 1951 – celle qu’elle avait présumé, à tort, à être en querelle Jennifer Lawrence. Puis il y a Cali, que lequel elle produit pour la première fois. Professionnellement parlant, un cynique pourrait se demander, l’actuel brouhaha pourrait-il jouer en sa faveur ?

Encore une fois, qui sait ? Une chose, cependant, est-ce que Stewart ne me semble pas une mauvaise personne. Pas du tout. Juste une jeune, attrayante, intelligente femme essayant de naviguer dans cette merde. Donc laissez-la un peu, OK ?


Fashion:
Thx to @courtjustice

In Gucci Fall/Winter 2012 | En Guicci Automne/Hiver 2012


In Balenciaga and 'Just Cavalli' by Roberto Cavalli | En Balenciaga et 'Just Cavalli' par Roberto Cavalli


Full VERSUS Fall/Winter 2012 outfit with DSquared2 leopard pumps | Tenue complète par VERSUS Automne/Hiver 2012 avec talons léopard DSquared2


Balenciaga 'Oak Tree Tee' | Haut Balenciaga 'Oak Tree Tee'


Balenciaga jacket with Just Cavalli leggings | Veste Balenciaga avec un pantalon Just Cavalli


Thanks to @Just_Georgia - @whf_violet - MetroUK - @kstewartfans - Thanks to @CharlotteSaint - @WEARESIBLING - @hollybasham - @katorcrog - Robstendreams - @RKbubbles