Thursday, September 27, 2012

NEW Kristen's Interview with Style.com

NOUVELLE Interview de Kristen avec Style.com


ITsOTBY note: The interview was conducted a few months ago, and not at Balenciaga Fashion Show.

Here, fresh off a press tour for her new movie On the Road and only a month away from the media frenzy that will be the conclusion of the Twilight saga, Stewart met up with Style.com to talk fragrance, front-row intimidation, and why Ghesquière’s Spring lineup may be her most favorite yet.
- Celia Ellenberg

Up until now, Balenciaga’s only fragrance face has been Charlotte Gainsbourg. What’s it like to be in that kind of company?

I wish I could choose a better word, but I think she’s stunning. I sat next to her at the show [last season]—which was the first experience I had at Balenciaga—and I was so ridiculously intimidated by her! I didn’t even say hi. I was just kind of muted by her. It’s an odd relationship that us actors are allowed to have with fashion. For me it started at an extraordinarily young age. I met Nicolas [Ghesquière] when I was 12 [on] this little project that felt very similar to a photo shoot. A rack of clothes comes in and you can just pick out what’s from that company. [Balenciaga] was the first fashion brand I recognized.

Were you drawn to the clothes then?

I’ve never done anything tactfully. I just wanted to be around Nicolas. It’s like movies. You find kindred spirits. You say, “We need to make something together.” My creative vision is not clothes but…I want to be around that.

Nicolas has said that your “rebellious femininity” is what made you a good fit for Florabotanica. That characteristic seems to have followed you around a lot recently, especially in your work. Do you think it’s a pretty true character assessment?

Especially recently right now—maybe this is my age—you either have the boldness of heart or lack of fear that might differ from other people or you don’t. A true rebel, someone who is genuinely, authentically rebellious, has no idea that they’re doing it. It’s just natural. If you’re aware of it than you’re a contrived, fake person. Having Snow White [and the Huntsman] and On the Road—even Balenciaga—everyone is saying, “You’re taking on these strong roles,” and everyone is asking if I’m trying to convey these strong female roles. And objectively, yes, I am. But there’s also a void there right now and people want to fill it.

You’ve been wearing a lot of Balenciaga since joining the house officially. Have you had any favorite fashion moments with the line?

[Nicolas] made my Cannes dress. And I went to the Met ball with him. And we sat down together and I watched him draw this…thing. I think he would say that I had something to do with it, but that’s bullshit. I just sat there. I do love those graphic sweatshirts [from Fall 2012]. And the sheer long dresses—and the shoes! I love all of the shoes so much. I must say, I’ve seen the new [Spring] collection—and it’ so unbelievably cool. You need to know yourself pretty well to wear it, or it wears you. It makes total sense that it’s happening now, though. I don’t want this to sound arrogant, but it was made for me.

Speaking of red-carpet dressing, how do you go about choosing your looks for what has been a nonstop press junket for you that will continue when the final Twilight installment premieres in November?

A lot of actresses say you can play different parts on the red carpet, but I simply can’t claim that I can become someone I’m not. Tara Swennen is my stylist. I’ve worked with the same person my whole life. I can definitely unlock qualities and something very unexpected comes to the surface—and that’s fun, but you know instantly if [a dress] works or it doesn’t. You don’t even have to zip it up. It’s important to trust that.

Do you find wearing perfume—this perfume, specifically—to be an equally transformative experience?

[Perfume] is something that I’m just now stepping into, wanting to smell attractive. I’m 22. I wasn’t the 15 or 16-year-old girl putting on perfume. It’s such a funny thing that it does, that it suddenly gives you “something.” It puts you on another level. There’s sophistication to it. I feel a little bit…hello! And that feels really good. It’s sex. It’s vibrant. And thank God I liked [Florabotanica] when I smelled it; I’m not a good liar.

You’ve become known in beauty circles for your impossibly pale skin. How have you kept your complexion so perfectly alabaster through five Twilight films?

I am really white. Although for my next project, I’m not positive, but I’m going to be blonde and really tan! I keep clean and moisturized. I have oily skin so I use Proactiv. It’s good stuff as my face is…active. Skinceuticals is really great, too. I just discovered their serums.

On set, how important do you find makeup, hair, and costuming to be in properly getting into character? Have you had any truly transcendent beauty experiences, like when you wore that black, Joan Jett shag in The Runaways?

Oh yeah. If I didn’t have that there would’ve been nothing that would make me feel legitimate [in The Runaways]. I wore stickers on my face, I made my nose wider with contours, I thinned out my eyebrows—I had a really great makeup artist, Robin Matthews. On Snow White, I worked with [costume designer] Colleen Atwood—there’s no one like her. Her clothes brought so much. We did a medieval fantasy film but nothing was fake—there was no Velcro! I need that. It’s the same on the red carpet; if you don’t feel good, you can’t sell it.

Be honest: Are you happy or a little sad to put your Twilight days behind you?

As sad as it always is to leave something, the reason you start that project is so you can finish it. I hold it so close, as I do with all my projects. I could interview about Panic Room right now. I feel the same way with Twilight. I got to live in that world for four years and it was the most indulgent experience I’ve ever had. The amount of relief at being done is unbelievable—and even that is kind of sad.
ITsOTBY note: Cette interview a été réalisée il y a plusieurs mois, et non pas au défilé Balenciaga. 

Ici, fraîchement revenue de sa tournée de Presse pour son nouveau film Sur la Route et seulement quelques mois avant la frénésie des médias qui sera la conclusion de la saga Twilight, Stewart rencontra Style.com pour parler du parfum, première grande intimidation, et pourquoi la ligne printemps de Ghesquière sera sans doute sa préférée. 
-Celia Ellenberg 

Jusqu'à aujourd'hui, la seule égérie du parfum de Balenciaga fut Charlotte Gainsbourg. Qu’est ce que ça fait d’être dans ce genre d’entreprise ? 

J’aurais aimé choisis un meilleur mot, mais je pense qu’elle est fantastique. J’étais assise à côté d’elle au défilé [de la dernière saison] – qui était la première expérience que j’avais avec Balenciaga – et j’étais si ridiculement intimidée par elle! Je ne lui ai même pas dis salut. J'ai un peu été mis en sourdine par elle. C’est une relation étrange que nous, les acteurs, sommes permis d’avoir avec la mode. Pour moi ça commencée à un âge extrêmement jeune. J’ai rencontré Nicolas (Ghesquière) quand j’avais 12 ans sur ce petit projet qui était très similaire à un photoshoot. Un paquet de vêtement rentraient et sortaient et tu peux choisir ce qui vient de la marque. Balenciaga était la première marque de mode que j’ai reconnu. 

Étiez vous donc faîtes pour les vêtements ? 

Je n’ai jamais fait quoi ce que soit avec tact. Je voulais juste être autour de Nicolas. C’est comme pour les films. Tu trouves des esprits reliés. Tu dis, « On doit faire un truc ensemble ». Ma vision créative n’est pas des vêtements mais … Je voulais faire partie de ça. 

Nicolas a dit que ta « féminité rebelle » est ce qui va bien pour Florabotanica. Ces caractéristiques semblent t’avoir suivie beaucoup ces temps-ci, spécialement dans ton travail. Penses-tu que c’est une vraie évaluation de ton caractère ?

Spécialement maintenant – peut-être est-ce mon âge – soit on a cette audace du cœur ou cette absence de peur qui peut différer des autres personnes soit on ne l’a pas. Un vrai rebelle, quelqu'un qui est véritablement, authentiquement rebelle, n’a aucun idée qu’il fait. C’est juste naturel. Si tu t’en rend compte c’est que tu es une personne arrangée, une fausse personne. Avoir Blanche Neige [et le Chasseur] et Sur la Route – même Balenciaga – tout le monde dit, « Vous prenez des rôles forts, » et tout le monde me demande si j’essaie de transmettre ces rôles forts féminin. Et objectivement, oui, j’essaie. Mais il y a aussi ce manque maintenant et les gens veulent le combler. 

Vous portez beaucoup de Balenciaga depuis que vous avez rejoint la maison officiellement. N’avez-vous pas de moment de mode favoris avec la ligne ? 

[Nicolas] a fait ma robe de Cannes. Et je suis allé au gala du Met avec lui. Et nous nous sommes assis ensemble et je l’ai regardé dessiner ce… truc. Je crois qu’il dirait que j’avais quelque chose avoir avec, mais c’est de la merde. J’étais juste assise là. J’aime ces dessins sur les pulls [d’Automne 2012]. Et les pures longues robes—et les chaussures ! J’aime tellement toutes les chaussures. Je dois dire, j’ai vu le nouvelle collection de printemps---et c’est si incroyablement cool. Tu dois te connaître assez bien pour porter ça, ou ça te porte. C'est totalement logique que ça arrive maintenant, cependant. Je ne veux pas que ça sonne arrogant, mais c’était fait pour moi. 

Parlant du dressing de tapis rouge, comment vous allez faire pour choisir vos tenues pour ce qui est de la presse junket non-stop qui continuera jusqu'à l’avant-première du volet final de Twilight en Novembre? 

Beaucoup d'actrices disent que vous pouvez jouer des rôles différents sur le tapis rouge, mais je ne peux simplement pas prétendre pouvoir devenir quelqu'un que je ne suis pas. Tara Swennen est ma styliste. J'ai travaillée avec la même personne toute ma vie. Je peux vraiment déverrouiller des qualités et quelque chose de très inattendu remonte à la surface - et c'est amusant, mais vous savez instantanément si [une robe] fonctionne ou ne fonctionne pas. Vous n'avez même pas besoin de remonter la fermeture éclaire. Il est important de croire en ça.

Trouves-tu que porter un parfum – ce parfum particulièrement – est une expérience transformatrice équivalente ? 

[Le parfum] est quelque chose dans lequel je suis maintenant dedans, je voulais sentir séduisante. J’ai 22 ans. Je n’étais pas le fille de 15 ou 16 ans qui mettait du parfum. C’est tellement marrant de le faire, comme si ça te donnais soudainement "quelque chose". Ça te met à un autre niveau. Il y a de la sophistication. Je suis sent un peu … Salut! Et on se sent très bien. C’est sexe. C’est vibrant. Et merci mon Dieu j’ai aimé Florabotanica quand je l’ai senti ; je ne suis pas une bonne menteuse. 

Vous êtes devenue connu dans les cercles de beauté pour votre rare peau pâle. Avez-vous gardé cette couleur de peau parfaitement albâtre à travers les cinq films de Twilight ? 

Je suis vraiment blanche. Même si pour mon prochain projet, je ne suis pas positive, mais je vais être blonde et très bronzé! Je la garde propre et hydratée. J’ai une peau grasse donc j’utilise Proactive. C’est un bon truc pour que mon visage soit… actif. Skinceuticals est vraiment super, aussi. Je viens de découvrir ces sérums. 

Sur un tournage, à quel point trouvez-vous le maquillage, la coiffure, et le costume important pour rentrer dans le personnage ? N’avez-vous jamais eu vraiment des expériences transcendantes de beauté, comme quand tu portais cette coiffure noire de Joan Jett dans The Runaways ? 

Oh ouais. Si je n’avais pas eu ça il n’y aurait rien eu qui m’aurait fait sentir légitime [dans The Runaways]. Je portais des autocollants sur mon visage, j’ai rendu mon nez plus large avec des contours, j’ai réduit mes sourcils - j’avais une maquilleuse vraiment géniale, Robin Matthews. Sur Blanche Neige, j’ai travaillée avec [designer de costume] Colleen Atwood — il n’y a personne comme elle. Ces vêtements apportent tellement. On a fait un film fantastique médiéval mais rien n’était faux — il n’y avait pas de Velcro! J’ai besoin de ça. C’est la même chose pour les tapis rouge ; si je ne me sens pas bien, tu ne peux pas le vendre. 

Soyez honnête : Etes-vous contente ou un peu triste que vos jours Twilight soient derrière vous ? 

Aussi triste que ça l’est quand on quitte quelque chose, la raison pour laquelle tu commences ce projet est que tu veux le finir. Je m’en tiens proche, comme je le fais avec tous mes projets. Je pourrais être interviewée pour Panic Room maintenant. Je ressens la même chose pour Twilight. J’ai dû vivre dans ce monde durant quatre ans et c’était l’expérience la plus indulgente que j’ai jamais eu. La quantité de soulagement que ce soit fait est incroyable – et même cela est un peu triste.