Saturday, September 8, 2012

The Ottawa Citizen Interview


Out of the twilight, on the road - By Jay Stone

They were young and wild and free, and they took to the road in a whirlwind of talk and sex and good times. They were looking for a new way of life, and they inspired a generation of young people to look along with them.

And those are just the actors. Kristen Stewart, the 22 year old star who has been hounded into what looks like exhaustion by the tabloid press, emerged in public this week for the first time in two months. The occasion was the North American premiere of On the Road, Walter Selles's jazzy interpretation of the Jack Kerouac book about a group of young people driving down the existential highways of 1950s America.

Stewart plays Marylou, a freespirited teenager who marries the animating spirit of the long and jazzy road trip - a charismatic excon named Dean Moriarty and played by rising Garrett Hedlund - for a life of drugs and open sexuality and a search for a new kind of life. The book became the defining document of the so-called Beat Generation of young hipsters in postwar America.

"As a sensitive girl of this time who is maybe a bit more conventional - ha ha - I kind of was curious about how you could have the strength to do the things she did," Stewart said the day after On the Road had its public premiere at the Toronto International Film Festival. "And it's not that at all. It takes a lot of strength to be super-vulnerable. She was so so so open to the world."

Stewart, though, seemed guarded and tired. There was an unspoken subtext about her Toronto appearance: the revelation of, and apology for, an affair she had with the married director of her previous film Snow White and the Huntsman. It resulted in the breakup of her relationship with Twilight co-star Robert Pattinson.

No one was talking about it at the festival, but it hung in the air during interviews, in which Stewart was paired with Hedlund, who did most of the talking. She seemed tired, but she was game, partly because of the passion the film's actors feel toward Kerouac's book and the five-year process of making the film.

"If you approach it as a completion of the process, there are things that would never occur to you if you weren't asked the question," Stewart said about the interviews. "Sit down and have 10-minute conversations with 15 different people; if you don't take something from that, you're a sociopath."

Hedlund added, "At the end of the day we both know it's the end of a long road we've been on."

It's a road that has, in some way, been going on since Kerouac published the book in 1957, disguising himself (his character, played by Sam Riley, is called Sal Paradise) and his friends (Dean Moriarty is actually proto-hipster Neal Cassady) as they roared down the two-lane blacktop of a simpler, less-crowded country, looking for kicks and for truth.

"It's the expression of youth," Hedlund said. "Wanting to grasp everything and have it at the same time. Live long and never die."

Hedlund visited San Francisco to hang out in the spots where Cassady was raised: a museum to his memory, the City Lights bookstore that published many early Beat Generation poets, the restaurants where Kerouac, Cassady and Alan Ginsberg and the rest would hang out. He said he was coming out of a bar when a bum asked him for $20, and so he asked the man - who turned out to be a former football player just recently released from San Quentin prison - what the beats meant to the city.

"Ah the beat generation is all dead and gone now," Hedlund quotes the man as telling him. "Back then it was social consciousness. Now you've got rich kids coming out at 21 or 22, driving their parents' BMWs, trying to live this life, but it's a hoax."

"It's not a style, it's a feeling, it's a how you express yourself out of your innermost honesty and truth and how you are as a whole completely and uncensored and not caring. It's everything you are and if you live in this manner you might qualify to be somebody that somebody says re-semble the Beat Generation."

Hedlund read all the literature and met with members of Cassady's family, and he discovered a man who wanted to experience everything in life. "Things were happening and he wanted to be there. Someone said parties exist without you being there, don't worry about it, get your rest at night. He wasn't that. He wanted to be at that party."

Marylou, Stewart's character, isn't as well known.

She was really a teenager named Luanne Henderson, but Stewart said she left behind a long record of her thoughts about that era.

"I have what was possibly the easiest job," she said. "I would have done anything to be part of this movie. I would have played (peripheral character) Chad King. So that's how I approached it. I loved the book so much, I wanted to be around Walter, I wanted to be around the people interested in it. I just wanted to do anything."

Together they've made a world that seems freer, in some ways, than today's culture: for instance, Dean and Marylou are shown taking part in group sex with friends, and no blame is assigned. Hedlund says that while the highways are more polluted now, with billboards and telephone lines, it's still possible to hit the road.

"It's a level of your ambition and drive," he says. "It's a matter of where you want to aim your arrow. The things that have changed in time are the highways and the road. It's not as free. There's not as many hitchhikers, not on the main roads. To get where you want to get faster, you have to take the back roads. There's wonderful experiences to be had. When you're young you think you can achieve anything. The world's at your fingertips. And then reality starts to hit you. But I think it's always possible: we all want to get out of our parents' homes and not go to school and not have curfew. Some people fail. Some people succeed. some people have wonderful stories and some people have tales of sadness. It's all relative."
En dehors de Twilight, sur la route – De Jay Stone

Ils étaient jeunes, sauvages et libres, et ils ont pris la route dans un tourbillon de discussions et de sexe et de bons moments. Ils recherchaient une nouvelle façon de vivre, et ils ont inspirés une génération de jeunes gens à prendre exemple sur eux.

Et ceux-là sont juste des acteurs. Kristen Stewart, la star de 22 ans qui a été traquée dans ce qui ressemble à l’épuisement de la presse tabloïd, se montrant en publique pour la première fois cette semaine depuis deux mois. L’occasion était l’avant-première nord-américaine de Sur La Route, l’interprétation jazzy de Walter Salles du livre de Jack Kerouac à propos d’un groupe de jeunes gens conduisant les autoroutes existentielles des années 50 d’Amérique.

Stewart joue Marylou, une adolescente à l’esprit libre qui marrie l’esprit animé du long et jazzy road trip – le charismatique Dean Moriarty joué par le montant Garrett Hedlund – d’une vie de drogues et de sexualité libéré et d’une recherche d’une nouvelle façon de vivre. Le livre est devenu le document définissant la si-dites Beat Generation de jeunes hippies d’après-guerre en Amérique.

« En tant que fille sensible de ce temps qui est peut-être un peu plus conventionnelle – ha ha – J’étais en quelque sorte curieuse à propos de comment pourrait-on avoir le force de faire les choses qu’elle a fait, » Stewart a dit le jour après que Sur La Route ait eu son avant-première publique au Festival International Du film de Toronto. « Et ce n’est pas ça du tout. Il faut beaucoup de force pour être super vulnérable. Elle était si si si ouverte au monde. »

Stewart, cependant, semble sur ses gardes et fatiguée. Il y avait un sous-entendu implicite au sujet de son apparence à Toronto : la révélation de, et les excuses à propos, de l’histoire qu’elle a eu avec le réalisateur marié de son précédent film Blanche-Neige et le Chasseur. Cela se termina par la fin de sa relation avec son co-star de Twilight Robert Pattinson.

Personne n’en parlait au festival, mais ça flottait dans l’air durant les interviews, dans lesquels elle était associée avec Hedlund, qui a le plus parlé. Elle semblait fatiguée, mais elle était courageuse, en partie dû à la passion que les acteurs ressentaient vis-à-vis du livre de Kerouac et le processus de 5 ans de ma réalisation du film.

« Si vous voyez ça comme une fin du processus, il y a des choses qui ne vous viendraient jamais à l’esprit si on vous posait pas la question, » a dit Stewart à propos des interviews. « Asseyez-vous et ayez 10 minutes de conversation avec 15 différentes personnes ;  si vous obtenez pas quelque chose de cela, vous êtes un sociopathe. »

Hedlund ajouta, « A la fin de la journée nous savons tout le deux que ce sera la fin d’un très longue route où nous avons été. »

C’est une route qui a, d’une certaine façon,  continué depuis la publication du livre de Kerouac en 1957, se décrivant lui-même (son personnage, joué par Sam Riley, s’appelle Sal Paradise) et ses amis (Dean Moriarty est en faut le pro-hippy Neal Cassady) alors qu’ils se précipitaient sur la route à deux voies d’un simple et moins encombré pays, à la recherche de coups et de vérité.

« C’est l’expression de la jeunesse, » a dit Hedlund. « Vouloir tout saisir et tout avoir en même temps. Vivre longtemps et ne jamais mourir. »

Hedlund a visité San Francisco pour aller voir les endroits où Cassady a été élevé : un musé en sa mémoire, la librairie City Lights qui a publié beaucoup de jeune poètes de la Beat Genaration, le restaurant où Kerouac, Cassady et Alan Ginsberg et le reste trainaient. Il a dit qu’il sortait d’un bar quand un clochard lui a demandé 20 dollars, et il a donc demandé au gars – qui est récemment devenu un joueur de football libéré de la prison de San Quentin – ce que représentait le Beats à la ville.

« Ah la Beat Generation est bien morte et parti maintenant, » Hedlund cite que l’homme lui a dit. « A l’époque c’était la conscience sociale. Maintenant il y a des riches gamins qui sortent à 21 ou 22 ans, conduisant la BMW de leur parent, essayant de vivre cette vie, mais c’est une blague. »

« Ce n’est pas un style, c’est un sentiment, c’est comment de s’exprimer soi-même dans ta plus intime honnêteté et vérité et comment tu es toi entièrement, complètement, sans censure et sans se soucier. C’est tout ce que tu es et si tu vis de cette manière tu peux être qualifié d’être quelqu’un qui ressemble à quelqu’un de la Beat Generation. »

Hedlund a lu tout la littérature et rencontré les membres de la famille de Cassidy, et a rencontré un homme qui voulait tout expérimenter dans la vie. « Des choses arrivaient et il voulait être là. Quelqu'un a dit que les fêtes existaient sans qu’on soit là, mais ne t’inquiètes pas, reposes-toi la nuit. Il n’était pas ça. Il voulait être à cette fête. »

Marylou, le personnage de Stewart, n’est pas si bien connu.

Elle était vraiment une adolescente nommée Luanne Henderson, mais Stewart a dit qu’elle a laissé derrière compte-rendu de ces pensées sur cette ère.

« J’avais ce qui était sûrement le travail le plus facile, » a-t-elle dit. « J’aurais fait n’importe quoi pour faire partie de ce film. J’aurais joué (personnage périphérique) Chad King. Donc c’était comme je l’attendais. J’ai tellement aimé ce livre, je voulais être autour de Walter, je voulais être autour de gens qui étaient intéressés par ça. Je voulais juste faire quelque chose. »

Ensemble ils ont fait un monde qui semble plus libre, d’une certaine façon, que la culture d’aujourd’hui : par exemple, Dean et Marylou sont montrés participant à une partouze entre amis, et aucun reproche n’est fait. Hedlund a dit qu’alors que les autoroutes sont plus polluées maintenant, avec les panneaux d’affichage et les lignes de téléphone, il est toujours possible de reprendre la route.

« C’est le niveau de ton ambition et de ce qui te fait avancer, » dit-il. « Il s’agit de l’endroit où tu veux arriver. Les choses qui ont changés avec le temps sont les autoroutes et la route. Ce n’est plus si libre. Il n’y a plus autant d’auto-stoppeur, pas sur les routes principales. Pour arriver là où tu veux plis vit, tu dois prendre les petites routes. Il y a de magnifiques expériences qu’on peut avoir. Quand on est jeune et qu’on pense que peut tout réussir. Le monde est au bout des doigts. Et puis, la réalité commence à vous frapper. Mais je pense que c’est toujours possible : on veut tout sortir de la maison de nos parents et ne pas aller à l’école et ne pas avoir de couvre-feu. Certaines personnes échouent. Certaines personnes réussissent. Certaines personnes ont de magnifiques histoires et certaines personnes ont des récits de tristesse. Tout est relatif. »
Source via