Friday, September 7, 2012

Scans/Transcript - NEW photoshoot/interview for ELLE Canada (October 2012)

Scans/Retranscription - NOUVEAU photoshoot/interview pour ELLE Canada (Octobre 2012)


image host image host image host

Interview:


EXPOSED LIFE - Kristen Stewart talks about growing up in the spotlight. By Kathryn Hudson

When you are talking about Kristen Stewart, it seems impossible to keep up with the swirling controversy about her personal life. I spoke with the actress shortly before those now-infamous pictures were bandied about-I have no late-breaking gossip. Infact, I'm going to steer slear of that altogether to avouid Twihard death threats and Twitter rumours...

Here is what I will say...

Stewart drops a revealing clue about herselfbefore we have even formally introduced ourselves. "Hi, Kat? It's Kristen," she says, her unmistakable monotone pinging through cell towers from where she is in Paris to the phone in my hand,

That's the clue.

Because that's not how this generally goes. Normally, a publicist calls to see if you're ready to speak to "Ms. Stewart," or any other person famous enough to make it seem rude to initally call them by their first name (even though they're uinvariably younger than you). Then the publicist connects you to the assistant, who then (and I have no proof but have often pictured it this way) holds the phone to the celeb's ear for the duration of the chat.

It seems that, at 22, Stewart is bringing dialling back.

But as the sun sets on Twilight, we chat about her role as the face of Balenciaga's new fragrance, Florabotanica, high-school bullies, pies and learning not to care about interviews.

Congratulations on being named Forbes' highest-paid actress. How do you measure success?

"Those Forbes lists are fucking bullshit. Really, they're ridiculous. The list itself is somewhat true but not in detail-not that that matters... I'm never going to be the type of person who sits on a big mountain of money. Things become stagnant. But on a success level, I've never felt more challenged. I'm so ready to work right now. If I can always feel as challenged as I do now, I'll feel successful."

How does it feel now that Twilight franchise is coming to an end?

"Most projects I've been a part of were tiny. For Twilight, we had four years to fucking obsess-over this one project and be so indulgent. The odd thing is that the reason you start a project is to finish it: You want that story told. But to have that [tension] last for four years is remarkable. Sthe relief that comes with it is even more palpable. [Twilight] is something I hold so close, I can't even tell you. Four years... that's high school, you know?"

You seem really ambitious.

"When I first started, the whole idea behind it was that I just wanted a job. I looked up to my parents and thought that what they did was so cool. I was born on-set and wanted the adults to talk to me, and it has really just grown from there."

And now you're involved in fashion. What interests you about it?

"In all walks of life, you meet kindered spirits. I met Nic [Ghesquiere] when I was 15. When they said that I was going to do this Balenciaga spread for Interview Magazine, I was like, 'Whoa!' I didn't know any designers' names, but I knew that. It's an odd relationship that actors are allowed to have with fashion- I have nothing to do with it; I don't make it. My impulse to create has nothing to do with clothes. But my ineterest is in being around that creative energy, even if it has nothing to do with my own. It's so addictive. When a collection walks down the runway, it tells a story. It kind of has the spirit of a little movie."

Why do you think Ghesquiere wanted you to be the face of the fragrance?

"I've met certain directors and sometimes you just know instantly. You shake someone's hand and you think, 'Whoa, we need to work together.' So he'll probably say that it's because [impersonating him] 'she has kindered spirit.'" [Laughs]

You often soundapologetic when discussing your casual style. What makes you feel good?

"Yeah, I do get a little apologetic in interviews about that. It's not that I'm apologetic...I feel so fucking good in a pair of jeans that fit well. Patti Smith always had a trench coat- something that you can hold onto for 15 years and you can wear anything underneath. So right, now, I can't stop wearing this Balenciaga biker jacket.Every plan ride I've taken in the past six months, I've slept in it. I don't think I'll ever stop wearing it for the rest of my life- unless I become obese." [Laughs]

Kate Moss is a style icon, and she often wears kicks and jeans. It's a personal aesthetic, just like any other.

"I like being able to move. I like looking sturdy. I hate clothes that don't allow you to move around. Clothes can really drag you down."

It's funny that you want to look sturdy because I think so may girls nowadays want to look delicate, especially in heels.

"I always feel like I'm teeteruing on stilts, at least on carpets- especially walking around with fans. I hate towering over them. I so want to get down off those things."

You've worked with some cool rebels, like Joan Jett. What is rebellious to you?

"With my just having played Snow White, everyone's like, 'You play all these strong characters; it must be so important for you to be a strong girl.' The whole point is that as soon as you mention it, you discredit it. 'Oh, yeah, strong for a girl. Thanks.' I think when your perspective is slightly different from other people's and you've got the trust in yourself and the strength of heart to follow that, that's a rebel."

You were picked on in school. Have you run into any of those kids?

"No. [Laughs] God, I would love to. Not that I would do anything. Just to grow up and see them again, outside of all this, would be an interesting thing... Hell, yeah. That's only natural."

You say that what you do for a living is the most interesting thing about you. But what other stuff are you up to?

"The job is strange because everything is rolled into one. My best friends, who are constantly inspiring me, are directors or actors. It's always like, 'Maybe we should make a movie about that.' You never really feel like you're working and you never feel like you're not working. I mean, I really liketo play music- I play guitar. I don't know... What interests you?"

I like cooking.

"I love cooking as well. I'm obsessed with it."

What kinds of stuff do you make?

"I love making Italian and good old-fashioned American food."

Do you like baking?

"Not that much. What first got me into cooking was baking pies. but I hated the crust part. I can never get it right. The chemistry behind baking is too rigid. You spend so much time baking something, and then at theend, if it isn't perfect, it's just a complete waste. You're like, 'I spent my whole day on this shit!' [Laughs] I'm the most prideful, arrogantcook. I don't even sit down; I just set the table and stand and watch everyone eat and then eat after."

You seem really easy to talk to. I have read so much stuff about people being hard on you for not being super-shipper. Do you care?

"I think that it's awful when people misinterpret my being uncomfortable as, like, 'I don't want to be here.' It's really the opposite- I'm too concerned. I absolutely love it so much. I don't expect to seem cool to everyone; nor do I want to be. I think that's the opposite of the definition of cool. So I don't care at all."

Was it always like that?

"I grew insanely...I was really raw, and I shut down almost completely. I think what showed before was the forming of this really rough callus that I've actually managed to get rid of. Now I've established this boundary line."

That's probably what going from a teenagerto a young adult feels like for most people.

"I think so. It's just really heightened [because] now everyone is considering it. It's from such a detached level, like it means nothing. None of this touches you, by the way. Unless you go look yourself up, you're never going to see it. Although, from the energy in some interviews, you know instantly. It's like, 'You absolutely despise me and you don't even know.'"
VIE EXPOSÉE – Kristen Stewart parle d’avoir grandi sous les projecteurs. Par Kathryn Hudson

Quand vous parlez de Kristen Stewart, ça semble impossible de garder le tourbillon controversé de sa vie privée. J’ai parlé rapidement avec l’actrice avant ses photo maintenant très connues qui ont circulées-je n’ai pas d’informations de dernière minute. En fait, je vais m’éloigner de tout ça pour éviter les menaces de mort des Twihard et des rumeurs sur Twitter…

Voici ce que je dirais…

Stewart laisse tomber un indice d’elle-même avant même que nous nous sommes formellement présentées. « Salut, Kat ? C’est Kristen, » dit-elle, de son voix monotone incontestable à travers le combiné de où elle est à Paris jusqu’à ce téléphone dans ma main,

C’est l’indice.

Parce que ce n’est pas comme ça que ça se passe généralement. Normalement, un publiciste parle pour voir si tu es prête à parler à « Mlle. Stewart, » ou n’importe quelle personne assez célèbre pour que ça semble malpolie de les appeler initialement par leur prénom (même si ils sont constamment plus jeune que toi). Puis la publiciste te passe à l’assistant, qui ensuite (et je n’ai pas de preuve mais je me le suis souvent imaginé comme ça) donne le téléphone à l’oreille de la célébrité pour la durée du chat.

Il semble qu’à 22 ans, Stewart rend la numérotation.

"Mais comme le soleil s’éteint sur Twilight, nous parlons de son rôle en tant qu’égérie du nouveau parfum de Balenciaga, Florabotanica, des voyous de lycée, de tartes et d’apprendre à ne pas s’inquiéter des intrviews."

Félicitation pour avoir été nommé actrice la mieux payée dans Forbs. Comment mesure-tu ton succès?

"Ces listes de Forbes sont de la putain de merde. Vraiment, c’est ridicule. La liste elle-même est d’une façon mais sans détails-pas que ça compte… Je ne serais jamais le type de personne qui s’assoie sur une grosse montagne d’argent. Les choses se stagnent. Mais au niveau du succès, je ne me suis jamais autant sentie défié. Je suis tellement prête à travailler maintenant. Si je peux me sentir autant défiée que maintenant, je me sentirais en réussite."

"Qu’est-ce que ça fait maintenant que Twilight arrive à sa fin?"

"Beaucoup projet où j’ai participé était court. Pour Twilight, on a eu quatre ans à être plus que putain d’obsédé à ce seul projet et à être indulgent. L’étrange truc qui est la raison de commencer un projet est pour le finir : Tu veux que cette histoire soit racontée. Mais pour avoir cette tension pendant les quatre dernières années c’est remarquable. Le soulagement qui va avec c’est que c’est encore plus palpable. Twilight est quelque chose qui m’est si proche, je ne peux même pas l’expliquer. Quatre ans… C’est le lycée, tu sais ?"

Tu sembles très ambitieuse.

"Quand j’ai tout d’abord commencé, l’idée de base était que je voulais juste un travail. J’ai regardé mes parents et j’ai pensé que ce qu’ils faisaient était tellement cool. Je suis née sur un tournage et je voulais que les adultes me parlent, et cela vient vraiment de là."

Et maintenant tu es impliquée dans la mode. Qu’est-ce qui t’y intéresse?

"Dans la vie de tout les jours, on rencontre des esprits intéressants. J’ai rencontré Nic (Ghesquière) quand j’avais 15 ans. Quand ils ont dit que j’allais faire cet exposition Balenciaga pour Interview Magazine, j’étais genre, ‘Whoa !’ Je ne connaissais aucun nom de designers, mais je savais ça. C’est une étrange relation que les acteurs ont la possibilité d’avoir avec la mode- je n’ai rien avoir avec ; je ne le fais pas. Ma capacité à créer n’a rien avoir avec les vêtements. Mais mon intérêt est d’être autour de cette énergie créative, même si ça n’a rien avoir avec moi. C’est si addictif. Quand une collection défile sur le podium, ça raconte une histoire. C’est un genre d’esprit d’un petit film."

Pourquoi pensez-vous que Ghesquiere vous voulait pour être l’image du parfum?

"J’ai rencontré certain réalisateurs et quelque fois tu le sais juste instantanément. Tu serres la main de quelqu’un et tu penses, ‘Whoa, on a besoin de travailler ensemble.’ Donc il dirait probablement (l’imitant) ‘elle avait un esprit intéressant.’"(Rires) Vous donnez souvent l’impression de vous excusez quand on parle de votre style occasionnel. Qu’est qui te fait sentir bien?

"Oui, je m’excuse beaucoup en interviews à ce propos. Pas que je suis quelqu’un excusante… Je me sens si bien dans une paire de jean qui me va bien, putain. Patti Smith avait toujours un trench coat-quelque chose que tu peux garder pendant 15 ans et que tu peux porter sans rien. Donc oui, maintenant, je ne peux pas m’arrêtr de porter cette veste de motard Balenciaga. A chaque évènement je l’ai pris dans ces derniers six mois, j’ai dormi dedans. Je ne pense pas que j’ai arrêtera un jour de la porter pour le reste de ma vie- à moins que je devienne obèse." (Rires)

Kate Moss est une icône de la mode, et elle porte souvent des baskets et des jeans. C’est un style personnel, comme n’importe quel autre.

"J’aime être capable de bouger. J’aime paraître costaud. Je déteste les vêtements qui ne me permettent pas de bouger. Les vêtements peuvent vraiment vous rabaisser."

C’est marrant que vous vouliez paraître costaud parce que je pense que beaucoup de filles aujourd’hui veulent paraître délicates, spécialement en talons.

"Je me sens toujours chanceler sur des escarpins, du moins que les tapis rouge-surtout en marchant autour des fans. Je déteste les prendre de haut. Donc je veux descendre de ces choses."

Tu as travaillé avec quelques cool rebelles, comme Joan Jett. Qu’est-ce qui est rebelle en toi?



"Juste avec ce que j’ai jouée dans Blanche Neige, tout le monde est genre, ‘Tu joues tout ces forts personnages ; ça doit être super important pour toi d’être une fille forte.’ Tout le but est que dès que tu le mentionne, tu le discrédites. ‘Oh ouais, forte pour une fille. Merci.’ Je pense que quand ta perspective est légèrement différente des autres personnes et tu dois avoir confiance en toi et la force du cœur à suivre ça, c’est un rebel."

Vous avez été harcelée à l’école. Avez-vous déjà été confrontée à ce genre d’enfant?

"Non. (Rires) Mon dieu, j’aimerai bien. Pas que je ferais quelque chose. Juste pour grandir et les voir encore, en dehors de tout ça, serait une chose intéressante … Ouais, bordel. C’est juste naturel."

Vous dîtes que ce que vous faîtes pour vivre est la chose la plus importante à propos de vous. Mais que faîtes-vous d’autres?

"Le travail est étrange parce que tout est réunis en un. Mes meilleurs amis, qui m’inspirent constamment, sont réalisateurs ou acteurs. C’est toujours genre, ‘Peut être qu’on devrait faire un film à ce propos.’ Tu ne sens jamais si tu travailles ou si tu ne travailles pas. Je veux dire, j’adore jouer de la musique- je joue de la guitare. Je sais pas … Qu’est-ce qui t’intéresse ?"

J’aime cusiner.

"J’aime cuisiner aussi. Je suis obsédé par ça."

Quel genre de truc vous faîtes?

"J’aime faire de l’italien et de la bonne nourriture traditionnelle américaine."

Aimez-vous faire de la pâtisserie?

"Pas vraiment. Ce qui m’a tout d’abord amener à la cuisine fut de faire des tartes. Mais je détestais la partie de la croûte. Je n’arrivais jamais à bien la faire. L’alchimie derrière la pâtisserie est trop rigide. Tu passes tellement de temps à pâtisser quelque chose, et ensuite à la fin, si ce n’est pas parfait, c’est juste une grosse perte de temps. Tu es genre, ‘j’ai passé toute ma journée sur cette merde !’ (Rires) Je suis la plus fière, arrogante cuisinière. Je ne m’assis même pas, je mets juste la table et reste debout et regarde tout le monde manger et je mange après."

Tu sembles aisée à parler. J’ai lu tellement de choses à propos de personnes étant en dur avec vous pour ne pas être une super-bavarde. Ça t’inquiète?

"J’ai follement grandi… J’étais vraiment brut, et je me la suis fermé presque complètement. Je pense que ce qui a été montré auparavant était la création de cette dureté vraiment grossière dont j’ai en réalité vraiment réussie à me débarrasser. J’ai maintenant créé une limite."

C’est probablement que qui arrive d’une adolescente à une jeune adulte qui ressent comme beaucoup de personnes.

"Je le pense aussi. C’est juste vraiment exagéré maintenant que tout le monde y fait attention. C’est d’un niveau si détaché, genre ça veut rien dire. Rien de tout ça te touche, de toute façon. A moins que tu te regardes, tu ne vas jamais le voir. Bien que, de l’énergie de certaines interviews, tu le sais instantanément. C’est genre ‘Tu me méprise absolument mais tu ne me connais même pas."


Via - Via - English transcript