Thursday, September 20, 2012

Kristen on the cover of Madame Figaro Pocket Magazine (+ New picture and interview)

Nouvelle photo/interview dans le magazine Madame Figaro (+ version complète de la photo pour ELLE Canada)

Photographed by Jan Welters.

image host image host image host


The issue with Kristen comes out on Sept 21 in France. You can buy it online on Sept 22, on Newsstand. | Le numéro avec Kristen sort le 21 septembre en France.

Interview:

Translation by itsoktobeyou.org

Between the actress star and the fashion designer, it was an obvious fact. They both cultivate a complicity based on agreements of head, heart and bottom... It is not amazing that the art director of Balenciaga chose the beautiful to embody the image of Floridablanca, the new flavor of the brand. Artists' confidences.

We meet Kristen Stewart before the "scandal" which fed the international press celebrity all summer long. A private affair - an adultery revealed by paparazzis: the young woman would have had an affair with the director Rupert Sanders, a husband and the head of a family - was transformed in the United States into affairs of state. The "culprit" had to present public excuses to her fiancé, the idol Robert Pattinson, "humbled" according to her million fans. Tarnished, moral blazon at the lowest and Hollywood which sulks at her, curious lapel of the fate for K-Stew, subjected to the merciless trial by the mob while she had managed of the tour de force to lock hermetically her intimate sphere. It is to say the ridiculous Puritanism which reigns in the United States, where, in 2012, the whim of a 22-year-old kid can be again set up as deadly sin and lead to an excommunication deserving of the scarlet letter. The earth will continue nontheless to turn. Hollywood will pass in the other thing and beauty queen Stewart will probably get back into the good graces before long. Because everything smiles to this bright actress, to the happy mortuary and to the underlined charisma: last June, she took the head of the Forbes ranking of the ten American the best paid actresses (27 million euro approximately for the past year). There is something of terribly animal at this beautiful girl with the green eyes and with the deep voice, to whom the world belongs. Her look did not escape Nicolas Ghesquière, very sharp art director of Balenciaga, who has a sound to spot the atypical or the rebels (Charlotte Gainsbourg, Jennifer Connelly) and chose Stewart as muse of his new woman perfume, Florabotanica, a given name which makes reference to the botanical gardens of the XVIIIth century in which the rarest and the most exotic botanical species lived. Where from the concept of a heady garden, alternately enchanted or poisonous, in which princess Kristen would get lost. Interview in two voices.

Madame Figaro. - Do you remember your first meeting?

Kristen Stewart. - I remember it as if it was yesterday: it was on a photoshot for a magazine, with Bruce Weber, I was quite young, I had to be 14 or 15 years old. I was kind of used to photography sessions, but that does not mean I was in my element. It was the first time I crossed the path of Nicolas and when I identified clearly the brand, Balenciaga. I had the intuition that we would see again each other. At that time, I knew nothing about fashion: at least, people are capable of quoting Chanel; me, no, absolutely nothing. I was intimidated enough, I was neither a model nor a known actress, and I was there, in the center of the fashion world. We could feel on set a so contagious energy that I was seized, an energy comparable to the one who makes me like the cinema. Today that I know better this world, I assure you that we can easily make the difference between those who create because they are carried by an internal necessity, and the others, the followers. Nicolas is a member of the first category, he is extraordinarily invested. It is an obvious fact: there is only to see as his face gets clearer when he looks at a garment. A light emanates from him.
Nicolas Ghesquière. - The ideal, it is when clothes are embodied. When Kristen wears one of my creations, I clearly see that she takes it up and that then everything makes sense. When I saw her the first time, I knew immediately that she and I would share something. It was indistinct, but I was sure of that. I urged to see her again and I began to send her signals: can we dress her? Would she agree to see the current collection? It was the beginning of our dialogue.

You seem to be free spirits, each in your respective domains...

Kristen Stewart. - it is necessary to accept yourself. If we really want to come true, you should not be ashamed of who you are, you have to face your choices. To say : when i did this, i was l'île That, i am different nowadays. It's useless to look into the mirror, you have to keep going forward. We criticize my work. It's my decision to make something positive and to progress out of it. I always trusted myself, that does not mean that I fall asleep on my laurels or that I do not make a mistake. Everything evolves and the life takes care to make you move.
 Nicolas Ghesquière. - Otherwise, we are stuck and we atrophy.
Kristen Stewart. - I hate what stagnates. It is necessary to create, to go towards the novelty. Even when we do not like each other.

Nicolas, how do we make the resistance in such an environment ? Does it require Will, some stamina?

Nicolas Ghesquière. - We are carried by a desire, but we ignore where this power of the desire comes from. Later, we work hard to make the difference, and the expectation towards yourself is big. The freedom of speech exists at the price of this permanent questioning.
Kristen Stewart. - Absolutely, it is ceaselessly necessary to question yourself but not to be afraid either of letting it go.
Nicolas Ghesquière. - In the fashion, everything is disproportionate: we love or we hate, but there is a half-measure, never of warmth...

Do you have a dangerous job for your nerves ?

Nicolas Ghesquière. - There is obviously way more dangerous jobs, but the risk lies in the very permeable border between what we are and what we make.
Kristen Stewart. - Similar to the cinema. It is not so normal, these jobs which cannibalize our lives. For my part, it never stops. As soon as we tell me a story, I think: would it make a good movie? Everything becomes confused and the life leads me ceaselessly to movies. To be an actress, it is to try to understand. It is also what I try to make every day. Then, when a journalist asks me: " does it ache? Does that matter ? ", I answer: " Yes, but it is so good! "

Is it easy to stay yourself, subjected to such a high pressure ?

Kristen Stewart. - Yes, if we dash challenges to preserve a line of conduct.
Nicolas Ghesquière. - Kristen and I began early, and when we begin early, we harden faster: we have to fight more to convince and make our point of view heard.

Kristen, are you from now on trendy creature?

Kristen Stewart. - I have never had problems with what I wore, even when it was approximate and when we noticed it. What I observed since then, on the other hand, it is that a garment, even if it does not change you, can make you understand things on yourself or make you discover new territories. A garment, it is as a movie: a door opened on a horizon. This is why the fashion is fascinating and this is why I appreciate it.
Nicolas Ghesquière. - There is a side effortless at Kristen: she wears a dress effortlessly. And she goes quite naturally towards strong pieces...
Kristen Stewart. - As I am rather casual, people think that the fashion does not interest me.... Nevertheless I go exactly towards the opposite of the casual!
Nicolas Ghesquière. - She embodies ideally a modern sophistication. It was blatant in the last Cannes film festival, during the presentation of on the Road, Walter Salles's movie.

Nicolas, would you say of Kristen that she is your muse.

Nicolas Ghesquière. - Much better than a muse! When she wears one of my clothes, she confirms it and I am fulfilled. Between us, there is a relation and I want to continue this conversation.
Kristen Stewart. - With Nicolas, I can participate, and it is what pleases me: be active.

Kristen, the magazine Forbes awards you the first place in its ranking of the actresses the richest in the year, and thus the most powerful...

Nicolas Ghesquière. - It is promising! (He laughs.) Strong choices, legitimacy, energy, sensibility I take!
Kristen Stewart. - The power? It means some more of responsibilities and movement because nothing in the life has to remain immovable. I hope to be reflected and to responsible. I do not live a frivolous life, but I do not either see myself making as many actors, charity galas only because it is popular! I do not want to scatter, I want to be sincere and to be invested in all that I make... As for the Forbes ranking: nonsense! (She laughs.)

Kristen Stewart by Nicolas Ghesquière
"She is brave, really brave. She made artistic strong choices, which translate a radicality. She embodies the creative freedom. And I do not speak either about her charisma or about her beauty. It is a source of inspiration. "

Nicolas Ghesquière by Kristen Stewart
"It emanates from him such a quiet strength, such an invincibility and such an authenticity. I want to follow him blindly! "
Entre l’actrice star et le couturier prodige, c’était une évidence. Ces deux-là cultivent une complicité fondée sur des accords de tête, de cœur et de fond... Pas étonnant que le directeur artistique de Balenciaga ait choisi la belle pour incarner l’image de Florabotanica, le nouveau parfum maison. Confidences d’artistes.

On rencontre Kristen Stewart avant le « scandale » qui a alimenté la presse people internationale tout l’été. Une affaire privée – un adultère révélé par des paparazzis : la jeune femme aurait eu une aventure avec le réalisateur Rupert Sanders, marié et père de famille – s’est transformé aux Etats-Unis en affaire d’Etat. La « coupable » a dû présenter des excuses publiques à son fiancé, l’idole Robert Pattinson, « humilié » selon ses millions de fans. Blason terni, moral au plus bas et Hollywood qui lui fait la tête…, curieux revers du destin pour K-Stew, soumise à l’impitoyable vindicte populaire alors qu’elle avait réussi le tour de force de verrouiller hermétiquement sa sphère intime. C’est dire le puritanisme ridicule qui règne aux Etats-Unis, où, en 2012, la tocade d’une gamine de 22 ans peut encore être érigée en péché capital et conduire à une excommunication digne de la Lettre écarlate. La terre n’en continuera pas moins de tourner, Hollywood passera à autre chose et miss Stewart rentrera probablement en grâce avant longtemps. Car tout sourit à cette actrice douée, à la morgue réjouissante et au charisme souligné : en juin dernier, elle a pris la tête du classement Forbes des dix actrices américaines les mieux payées (27 millions d’euros environ pour l’année écoulée). Il y a quelque chose de terriblement animal chez cette belle fille aux yeux verts et à la voix grave, à qui le monde appartient. Son allure n’a pas échappé à Nicolas Ghesquière, le très pointu directeur artistique de la maison Balenciaga, qui n’a pas son pareil pour repérer les atypiques ou les rebelles (Charlotte Gainsbourg, Jennifer Connelly) et a choisi Stewart comme égérie de son nouveau parfum féminin, Florabotanica, un nom de baptême qui fait référence aux jardins botaniques du XVIIIème siècle dans lesquels les espèces végétales les plus rares et les plus exotiques cohabitaient. D’où le concept d’un jardin capiteux, tour à tour enchanté ou vénéneux, dans lequel la princesse Kristen se perdrait. Interview à deux voix.


Madame Figaro. - Vous souvenez-vous de votre première rencontre ?


Kristen Stewart. - Je m’en souviens comme si c’était hier : c’était sur un photo shoot pour un magazine, avec Bruce Weber, j’étais toute petite, je devais avoir 14 ou 15 ans. J’avais une certaine habitude des séances photo, ce qui ne veut pas dire que j’étais dans mon élément. C’est la première fois que j’ai croisé le regard de Nicolas et que j’identifiais clairement une marque, Balenciaga. J’ai eu l’intuition que nous nous reverrions. À cette époque, je ne connaissais rien à la mode : au minimum, les gens sont capables de citer Chanel ; moi, non, rien du tout. J’étais assez intimidée, je n’étais ni un mannequin ni une actrice connue, et j’étais là, au centre d’un moment de mode. Il régnait sur ce plateau une énergie tellement contagieuse que j’ai été saisie, une énergie comparable à celle qui me fait aimer le cinéma. Aujourd’hui que je connais mieux ce monde, je vous assure qu’on peut facilement faire la différence entre ceux qui créent parce qu’ils sont portés par une nécessité intérieure, et les autres, les suiveurs. Nicolas fait partie de la première catégorie, il est extraordinairement investi. C’est une évidence : il n’y a qu’à voir comme son visage s’éclaire lorsqu’il regarde un vêtement. Une lumière émane de lui.
Nicolas Ghesquière. - L’idéal, c’est quand les vêtements sont incarnés. Quand Kristen porte une de mes créations, je vois bien qu’elle en prend possession et qu’alors tout fait sens. Lorsque je l’ai vue la première fois, j’ai su instantanément qu’elle et moi partagerions quelque chose. C’était imprécis, mais j’étais sûr de ça. Je mourais d’envie de la revoir et j’ai commencé à lui envoyer des signaux : peut-on l’habiller ? Accepterait-elle de voir la collection en cours ? Cela a été le début de notre dialogue. 



Vous semblez être des esprits libres, chacun dans vos domaines respectifs...


Kristen Stewart. - Il faut assumer. Si l’on veut réellement s’accomplir, il ne faut pas avoir honte de ce qu’on est, il faut assumer ses choix. Se dire : quand j’ai fait ça, j’étais ainsi, aujourd’hui je suis différente. Cela ne sert à rien de regarder dans le rétroviseur, il faut aller de l’avant. On critique mon travail ? À moi d’en faire quelque chose de positif et de progresser. J’ai toujours eu confiance en moi, ce qui ne veut pas dire que je m’endors sur mes lauriers ou que je ne me trompe pas. Tout évolue et la vie se charge de vous faire bouger. 

Nicolas Ghesquière. - Sinon, on fait du surplace et on s’atrophie. 

Kristen Stewart. - Je déteste ce qui stagne. Il faut créer, aller vers la nouveauté. Même quand on ne s’aime pas.


Nicolas, comment fait-on de la résistance dans le milieu de la mode ? Cela requiert-il de la volonté, de l’endurance ? 
 

Nicolas Ghesquière. - Nous sommes portés par un désir, mais on ignore d’où émane cette puissance du désir. Après, on travaille dur pour faire la différence, et l’attente vis-à-vis de soi-même est grande. La liberté d’expression existe au prix de ce questionnement permanent. 

Kristen Stewart. - Absolument, il faut sans cesse se remettre en question mais ne pas avoir peur non plus de baisser la garde, de s’abandonner. 

Nicolas Ghesquière. - Dans la mode, tout est démesuré : on aime ou on déteste, mais il n’y a pas de demi-mesure, jamais de tiédeur...

Faites-vous un métier dangereux...pour les nerfs ?

Nicolas Ghesquière. - Il y a évidemment bien plus dangereux, mais le risque réside dans la frontière très perméable entre ce que l’on est et ce que l’on fait.
Kristen Stewart. - Pareil au cinéma. Ce n’est pas si normal, ces métiers qui cannibalisent nos vies. Pour ma part, cela ne s’arrête jamais. Dès qu’on me raconte une histoire, je pense : est-ce que cela ferait un bon film ? Tout se confond et la vie me ramène sans cesse aux films. Être actrice, c’est essayer de comprendre. C’est aussi ce que j’essaie de faire tous les jours. Alors, quand un journaliste me demande : « Est-ce que c’est douloureux ? Est-ce que ça compte ? », je réponds : « Oui, mais c’est si bon ! » 



Est-il facile de rester soi-même, soumis à une si haute pression ? 


Kristen Stewart. - Oui, si l’on se lance des défis pour conserver une ligne de conduite. 

Nicolas Ghesquière. - Kristen et moi avons commencé tôt, et lorsqu’on commence tôt, on s’endurcit plus vite : on doit se battre davantage pour convaincre et faire entendre son point de vue. 



Kristen, êtes-vous désormais une fashion créature ? 
 

Kristen Stewart. - Je n’ai jamais eu de problèmes avec ce que je portais, même quand c’était approximatif et qu’on le remarquait. Ce que j’ai observé depuis, en revanche, c’est qu’un vêtement, même s’il ne vous change pas, peut vous faire comprendre des choses sur vous-même ou vous faire découvrir de nouveaux territoires. Un vêtement, c’est comme un film : une porte ouverte sur un horizon. C’est pour ça que la mode est fascinante et que je l'apprécie.
Nicolas Ghesquière. - Il y a un côté effortless chez Kristen : elle s’approprie une tenue sans effort. Et elle va tout naturellement vers des pièces fortes...
Kristen Stewart. - Comme je suis assez casual, les gens pensent que la mode ne m’intéresse pas... Pourtant je vais exactement vers le contraire du casual ! 

Nicolas Ghesquière. - Elle incarne idéalement une sophistication moderne. C’était flagrant au dernier Festival de Cannes, lors de la présentation d’On the Road, le film de Walter Salles. 



Nicolas, diriez-vous de Kristen qu’elle est votre muse ? 

Nicolas Ghesquière. - Bien mieux qu’une muse ! Lorsqu’elle porte un de mes vêtements, elle le valide et je suis comblé. Entre nous, il existe une relation et je veux continuer cette conversation-là. 

Kristen Stewart. - Avec Nicolas, je peux participer, et c’est ce qui me plaît : être active.

Kristen, le magazine Forbes vous attribue la première place dans son classement des actrices les plus riches de l’année, et donc la plus puissante... 

Nicolas Ghesquière. - C’est prometteur ! (Il rit.) Des choix forts, une légitimité, une énergie, une sensibilité... je prends ! 

Kristen Stewart. - Le pouvoir ? Cela signifie encore plus de responsabilités et de mouvement puisque rien dans la vie ne doit rester immobile. J’espère être réfléchie et responsable. Je ne mène pas une vie frivole, mais je ne me vois pas non plus faire comme beaucoup d’acteurs, des galas de charité uniquement parce que c’est bien vu ! Je ne veux pas m’éparpiller, je veux être sincère et investie dans tout ce que je fais... Quant au classementForbes : foutaises ! ( Elle rit. )

Kristen Stewart par Nicolas Ghesquière 
“Elle est courageuse, vraiment courageuse. Elle a fait des choix artistiques forts, qui traduisent une radicalité. Elle incarne la liberté créative. Et je ne parle ni de son charisme ni de sa beauté. C’est une source d’inspiration.”

Nicolas Ghesquière par Kristen Stewart “Il émane de lui une telle force tranquille, une telle invincibilité et une telle authenticité. J’ai envie de le suivre les yeux fermés!”


3 comments:

  1. Can I buy Madame Figaro in the USA?

    ReplyDelete
  2. excellente interview!!! j'aime bien cet article, très élogieux!!
    Merci de l'avoir posté!

    ReplyDelete

• To preserve the good atmosphere, the comments of advertising and insults to Kristen, her staff or our team will be deleted. Thanks :).

• Pour préserver la bonne atmosphère, les commentaires de pub et les insultes envers Kristen, son staff ou notre équipe seront supprimés. Merci :)