Monday, September 10, 2012

Part 2 added - Movieline Interview

Partie 2 ajoutée - Interview avec Movieline


PART 1

Kristen Stewart fans may have been disappointed that the Twilight superstar did not make an appearance at last week's MTV Video Music Awards, but crowds here in Toronto had the chance to see the actress on the red carpet for the North American premiere of Walter Salles' On The Road along with fellow cast members Garrett Hedlund, Kirsten Dunst, Amy Adams and Sam Riley. Stewart spoke with ML about the part she had actually landed before she filmed her first Twilight installment. Stewart shared her thoughts on the steamy relationship between her character Marylou and Hedlund's Dean Moriarty - a life-long relationship that was rife with affairs, drugs and a wild ride on the road.

"They really are 'simpatico.' It was a tumultuous relationship. And it's hard to love like that, but they were so in love with each other and you don't know this from reading the book, but they stayed lovers until the end of his life," Stewart said during a conversation with ML at a Toronto hotel over the weekend.

Stewart first read On The Road as a high school freshman. A short time afterward, she was approached by director Walter Salles who had been told to consider Stewart for the part of Marylou after fellow filmmakers saw her in Sean Penn's Into The Wild and suggested that he consider the young actress. The project took a number of years before the actual shoot commenced and in the meantime, Stewart began doing the enormously popular Twilight series, propelling her fame into the stratosphere.

"I got the [On The Road] job on the spot and I drove away vibrating," Stewart said.

In the film version of the book written by Jack Kerouac, Stewart plays the unconventional free-spirit Marylou, the former wife and still frequent lover of Dean Moriarty, a fast-talking charismatic with an insatiable libido. Dean and best friend Sal (Sam Riley), a young writer whose life is shaken after Dean's arrival take to the road. Marylou frequently accompanies Sal and Dean's travels across the country in adventures fueled by sex, drugs and the pursuit of the "It" - a quest for understanding and personal fulfillment.

"He kind of raised her and she always had a place in his heart, even though there were a lot of spots in that heart, but she was definitely one in the center and the same goes the other way around," Stewart said of Marylou and Dean, the On The Road names of the real-life individuals described by Kerouac. "They both helped each other grow up."

One of the seminal works of literature of post-war America, On The Road took decades to be made into a film, even after Francis Ford Coppola acquired the filmmaking rights to the story. Stewart said she believes that society may have not been ready to see On The Road in theaters in the immediate years after the book was published, acknowledging that the film, which has not yet been rated, is racy.

"I think it's a good time to see this story visually because we are not shocked by some of the things that we were so shocked by before and it would have veiled it," said Stewart. "It would have been so shocking seeing people doing drugs and having sex that you wouldn't have seen the spirit of [On the Road]. You wouldn't have seen the message behind it. Maybe it would have been good because it would have forced people to look, but maybe they weren't able to do it then."

She also expressed the need for young people to have dreams and a zest for life, similarly to the characters in the film, even if those dreams are not fully comprehended.

"At that stage of your life there's so much ahead of you, at least it feels that way. At that age you need to have a faith and feelings you can't articulate yet because at some point you need to hold onto them and you'll find the words to describe them."

PART 2

Before Twilight and even before Kristen Stewart was first approached to be in On The Road by Brazilian-born director Walter Salles, the young actress read the Jack Kerouac novel for school. She told Movieline that she picked up the book because it was an assignment given, but her experience with the now American classic evolved. "I found the book fun," she said. But after reading and studying it more, it became much more compelling and taught her personal life lessons about growing up, making choices and dealing with inhibitions. She also emphasized that while she played the comparatively wild Marylou, she does not judge her uninhibited character.

"I learned through the book that you really have a choice about who you surround yourself with. [As a young adult] you realize you can choose who you're surrounding yourself with," Stewart told ML in Toronto where On The Road debuted over the weekend. "Up until that point you're really circumstantially with your family or whatever but at some point you can 'choose' your family.

"I have a great family by the way, but you need to find people who can pull something out from you that might be otherwise unseen. And when I read the book, I thought, 'Gosh I need to find people like that.' I'm definitely not the Marylou type. But as I continued reading it as I got older, the weight of it started to mean something more."

In the film version of the book, Stewart plays Marylou who was first married to, then divorced from, and ultimately a lifelong companion/lover/fellow free spirit to Dean Moriarty. The story centers on Dean (based in real life on Neal Cassady) who meets up with close friend Sal (writer Jack Kerouac's own stand-in) as the two travel across the U.S. as well as into Canada and Mexico. Like Dean, Marylou is anything but monogamous and she dabbles in pleasures that are alien to the wholesome fun of the prevailing culture of the conservative 1950s.

Stewart and the rest of the cast, including Garrett Hedlund (Dean), Sam Riley (Sal) and Kristen Dunst (Camille), met and spoke with relatives of the real-life characters they played in addition to other research before embarking on On The Road. Stewart said that she didn't want to simply approach Marylou as a rebellious young woman with loose morals, but explained that while she gained understanding of her, she remained, to some degree at least, an enigmatic figure.

"To play a part like Marylou, she's very vivid and colorful but also on the periphery," said Stewart. "You don't know her heart and head and the how and why she does what she does. By the time that it came to film, I didn't want to play her simply as this character that is just a wild and sexy girl. With the research we were able to do, applying the whys and getting to know the people behind the characters makes you think about the book differently."

Stewart continued, "It's not easy to live a life like that and that's what makes these people remarkable. I did always wonder how she could take it. How deep is that well? how much can you have taken from you? What I found about her is, that uniquely to her — and not to the time she lived in — was her capacity to see through people's flaws and see past them, which was unbelievable. She was just such a wonderful woman. She was infectious. And, no, I did not judge her."

Kristen Stewart appeared at some moments very pensive and at other moments playful in describing her role and unusually long attachment to On The Road. The period coincided with being catapulted to the height of fame through the Twilight franchise, which morphed into zealous attention from so-called Twi-hards who lived vicariously through her and her equally lauded co-star and real-life boyfriend, Robert Pattinson. And as the world now well knows, that relationship hit the skids in the glare of legions of fans through an onslaught of media spectacle.

Just weeks after the tidal wave of attention, Stewart bravely faced media for On The Road, though handlers were clear before assigning interview time — the subject needed to remain "on topic." Still, Stewart talked about herself personally, saying that the experience she had with On The Road had provided her some life lessons both professionally as an actor and also as an individual.

"If this has taught me anything, it's just that if you stop thinking and just breathe through it, you're such a better actor. You just have to do the work initially and then trust that you've already done that work and not get too analytical. You have to trust that you've already completed that effort," she said.

And beyond the work, Stewart said she now has more confidence to say what she thinks with less fear than in her earlier years.

"It's opened me in a way that's probably more appropriate to my age. I think I'm a bit less inhibited, and not thinking too much before speaking. It's not about being shameful, I'm just a bit more unabashedly myself because of this thing, and it probably started at age 15. I can be around people and say what I think without fear."
PARTIE 1

Les fans de Kristen Stewart ont peut-être été déçu de voir que la superstar de Twilight n'a pas fait une apparition au MTV Video Music Awards la semaine dernière, mais les foules ici, à Toronto ont eu la chance de voir l'actrice sur le tapis rouge pour la première nord-américaine de Sur la Route par Walter Salles avec des acteurs tels que Garrett Hedlund, Kirsten Dunst, Amy Adams et Sam Riley. Stewart a parlée avec ML sur le rôle qu'elle a en réalité eu avant de qu'elle tourne le premier volet de Twilight. Stewart a partagée ses réflexions sur la relation torride entre son personnage Marylou et Dean Moriarty joué par Hedlund - une relation à vie qui était en proie à des affaires, des drogues et une course folle sur la route.

"Ils sont vraiment 'simpatico'. C'était une relation tumultueuse. Et il est difficile d'aimer comme ça, mais ils étaient tellement amoureux l'un de l'autre et vous ne le savez pas en lisant le livre, mais ils sont restés amoureux jusqu'à la fin de sa vie," a dit Stewart lors de une conversation avec ML dans un hôtel de Toronto au cours du week-end.

Stewart a d'abord lu Sur la Route en tant que nouvelle étudiante au collège. Peu de temps après, elle a été approchée par le réalisateur Walter Salles à qui il avait été conseiller d'envisager Stewart pour le rôle de Marylou après que des collègues cinéastes l'aient vu dans de Into The Wild de Sean Penn et lui aient suggérés d'envisager la jeune actrice. Le projet a pris un certain nombre d'années avant que le tournage ne commence et, dans l'intervalle, Stewart a commencée à jouer dans la très populaire série de films Twilight, propulsant sa renommée dans la stratosphère.

"J'ai obtenu le boulot sur place et je suis parti vibrante," dit Stewart.

Dans la version cinématographique du livre écrit par Jack Kerouac, Stewart joue la non-conventionnelle libre d'esprit Marylou, l'ex-épouse et l'amante encore fréquente de Dean Moriarty, un charismatique beau parleur avec une libido insatiable. Dean et son meilleur ami Sal (Sam Riley), un jeune écrivain dont la vie est secouée après l'arrivée de Dean pour prendre la route. Marylou accompagne fréquemment Sal et Dean à travers le pays dans des aventures alimentés de sexe, drogue et poursuite du "It" - une quête de compréhension et d'épanouissement personnel.

"Il l'a emporté et elle a toujours eu une place dans son cœur, même s'il y avait beaucoup de places dans ce cœur, mais elle était certainement l'une de ceux au centre et c'est la même chose dans l'autre sens," a dit Stewart de Marylou et Dean, les noms dans Sur la Route des indivus réels décrits par Kerouac. "Ils se sont tous deux aidé à grandir."

L'une des oeuvres fondatrices de la littérature de l'après-guerre d'Amérique, Sur la Route, a qui il a fallu des décennies pour être transformé en un film, même après que Francis Ford Coppola ait acquis les droits cinématographiques de l'histoire. Stewart a dit qu'elle croit que la société peut ne pas avoir été prête à voir Sur la Route dans les salles dans les années qui ont immédiatement suivies la publictation du livre, en reconnaissant que le film, qui n'a pas encore été censuré (Ndt: dans le sens 'interdit au moins de..'), est osé.

"Je pense que c'est un bon moment pour voir cette histoire visuellement, car nous ne sommes pas choqués par certaines des choses dont nous aurions été si choqués avant et ça l'aurait caché," a déclarée Stewart. "Il aurait été tellement choquant de voir des gens prendre de la drogue et avoir les rapports sexuels que vous n'auriez pas vu l'esprit de [Sur la route]. Vous n'auriez pas vu le message derrière lui. Peut-être qu'il aurait été bon, car il aurait forcé les gens à regarder, mais peut-être qu'ils n'étaient pas en mesure de le faire à cette époque."

Elle a également exprimée la nécessité pour les jeunes d'avoir des rêves et un zeste pour la vie, tout comme les personnages du film, même si ces rêves ne sont pas entièrement compris.

"A ce stade de votre vie il ya tellement de choses qui vous attendent, du moins on le sent de cette manière. A cet âge vous avez besoin d'avoir une croyance et des sentiments que vous ne pouvez pas encore exprimer parce qu'à un moment vous aurez besoin de vous accrocher à eux et vous trouverez les mots pour les décrire."

PARTIE 2

Avant Twilight et même avant que Kristen Stewart soit approchée pour jouer dans Sur La Route par le réalisateur brésilien Walter Salles, la jeune actrice a lu le roman de Jack Kerouac pour l’école. Elle a dit à Movieline qu’elle a choisi ce livre car c’était un devoir donné, mais son expérience avec le maintenant classique Américain a évoluée. « J’ai trouvé le livre amusant, » a-t-elle dit. Mais après l’avoir lu et étudié plus, c’est devenu beaucoup plus important et lui a appris des leçons sur sa vie personnel à propos de grandir, faire des choix et faire face avec des inhibitions. Elle l’a également soulignée cela pendant qu’elle jouait la relativement sauvage Marylou, elle ne juge pas son personnage sans tabou.

« J’ai appris grâce au livre que tu as vraiment un choix à propos de avec qui tu t’entoures. [En tant que jeune adulte] tu réalises que tu peux choisir de qui tu t’entoures, » Stewart a dit à ML à Toronto où Sur La Route a fait ses début au cours du week-end. « Jusqu’à ce moment-là tu es vraiment circonstancielle avec ta famille ou autre chose, mais à un certain moment, tu peux « choisir » ta famille.

« J’ai une super famille, soit dit en passant, mais tu as besoin de trouver des gens quo peuvent faire ressortir de toi qui est autrement dit inconnu. Et quand j’ai lu le livre, j’ai pensé, « Mon dieu je dois trouver des gens comme ça.’ Je ne suis définitivement pas le type Marylou. Mais quand j’ai continué de lire et quand j’ai vieilli, le poids de cela voulait dire beaucoup plus. »

Dans la version film du lire, Stewart joue Marylou qui était premièrement mariée, puis divorcée de, le finalement compagnon/amant/l’homme à l’esprit libre de toujours, Dean Moriarty. L’histoire se centre dur Dean (basé sur Neal Cassady dans la vraie vie) qui donne rendez-vous à un ami proche Sal (l’écrivain Jack Kerouac dans la craie vie) et les deux voyagent à travers les US mais aussi au Canada et au Mexique. Comme Dean, Marylou est tout sauf monogame et elle nage dans les plaisir qui sont étrangers à la culture dominante conservatrice des années 50.

Stewart et le reste du cast, incluant Garrett Hedlund (Dean), Sam Riley (Sal) and Kristen Dunst (Camille), ont rencontré et parlé avec l’entourage des personnages de la vie réelle qu’ils jouaient en plus de d’autres recherches avant d’embarquer dans Sur la Route. Stewart a dit qu’elle ne voulait pas juste simplement interpréter Marylou comme une jeune femme rebelle sans morale mais expliqué tout en s’apprenant, elle est restée, à certains niveaux du moins, un figure emblématique.

« Pour jouer comme Marylou, elle est très vive et colorée mais aussi secondaire, » a dit Stewart. « Tu ne connais pas son cœur et sa tête et le comment et pourquoi elle fait ce qu’elle fait. C’est au moment où il a été fait en film, je ne voulais pas la jouer simplement comme ce personnage qui est juste une sauvage et sexy fille. Avec de la recherche nous étions capable de faire, d’appliquer les pourquoi et de connaitre  les gens derrière les personnages qui te font penser au livre différemment. »

Stewart a continuée, « Ce n’est pas facile de vivre une vie comme ça et c’est ce qui rend ces gens si remarquables. Je me demandais toujours comment pouvait-elle le prendre. A quel point était-ce bien ? Combien ça t’as pris ? Ce que je lui ai trouvé est, et uniquement à elle – et pas à cause du temps dans lequel elle vivait – était sa capacité à voir à travers les défauts des gens et de voir plus loin que ça, ce qui est incroyable. Elle était juste une superbe femme. Elle était communicative. Et, non, je ne la juge pas.»

Kristen Stewart apparaissait à certains moments très pensive et à d’autres moments enjoué en décrivant son rôle et son inhabituelle grand attachement à Sur La Route. La période a coïncidé au moment où elle a été catapultée au très haut rang  de célébrité à travers la saga Twilight, qui s’est transformé en une attention zélée de soi-disant Twi-hards qui ont vécu à travers elle et son tout aussi demandé co-star et petit amie de la vraie vie, Robert Pattinson.  Et comme tout le monde le sait bien maintenant, cette relation a dérapé à la lueur des légions de fan à travers une attaque médiatique spectaculaire.

Juste quelques semaines avant l’énorme vague d’attention, Stewart a bravement fait face au meid pour Sur la Route, même si les organisateurs étaient clairs avant l’interview – le sujet devait rester sur le projet. Tout de même, Stewart a parlé d’elle-même personnellement, disant que l’expérience qu’elle a eu dans Sur La Route lui a donné certaines leçons autant professionnellement en tant qu’actrice mais aussi en tant qu’individu/

« Si ça m’a appris quelque chose, c’est juste que si tu arrêtes de penser et juste de respirer à travers ça, tu es un bien meilleur acteur. Tu dois juste faire le travail initial et croire au travail que tu as déjà fait et ne pas devenir trop analytique. Tu dois croire que tu as déjà fait cet effort, » a-t-elle dit.

Et outre le travail, Stewart a dit qu’elle a maintenant plus de confiance à dire ce qu’elle pense en ayant moins peur que les années plus tôt.

« Ça m’a ouvert d’une façon qui est probablement plus approprié à mon âge. Je pense que je suis un peu moins inhibée, et je ne pense plus trop avant de parler. Ce n’est pas à propos d’être honteuse, je suis juste un peu plus moi-même grâce à ce truc, et ça a probablement commencé à 15 ans. Je peux être autour de gens et dire ce que je pense sans avoir peur. »
Source: #1 #2 via