Sunday, September 30, 2012

Sam Riley talks about 'On the Road' and Kristen

Sam Riley parle de 'Sur la Route' et Kristen





Scotsman - "I don’t have to look good, do I?" Sam Riley says, sounding pleased. It’s no surprise really. When you watch Riley as Sal Paradise (the alter ego of Jack Kerouac) in Walter Salles’ long-awaited big-screen adaptation of On the Road, Kerouac’s iconic 1957 novel, you will need no convincing that Riley knows how to suck the guts out of a filterless fag. Maybe it’s one of the skills he learned at Beatnik Bootcamp, the month-long preparatory period Salles organised for his principal cast, including Kristen Stewart (Marylou), Garrett Hedlund (Dean Moriarty, based on Neal Cassady) and Tom Sturridge (Carlo Marx, based on Allen Ginsberg), to learn the wild ways of the Beat Generation.

“Neal Cassady’s son came to speak to us,” says Riley, “as did biographers and experts on the period. We watched documentaries about jazz musicians of the time and films that Walter wanted to inform the way he was going to shoot, early Cassavetes. There were a lot of French-Canadian dialect sessions for me and typewriting practice." He pauses, before adding with a sarcastic transatlantic twang, “It was a full programme.”

"We went all the way across America. We went to Canada. We went to Argentina at one point because Walter wanted real snow.” He laughs. “He remembered a road in Patagonia that he thought looked American when he was making The Motorcycle Diaries so we all flew there. It seemed to never end, somehow.”

Unsurprisingly, Salles has assembled a fantastic cast for the project from Viggo Mortensen playing a morphine-muddled Old Bull Lee (based on Burroughs) with Amy Adams as his Benzedrine-befuddled wife, Jane, to Kirsten Dunst as Camille, one of Dean’s partners and the mother of his children. Of course, much attention has been focused on Kristen Stewart, not least because until promoting On the Road, she’s hardly been seen. For his part, Riley is full of praise for Stewart’s performance.

“Kristen was hired before Twilight I think but it took that long for this film to come to fruition. Before that she’d worked with Jodie Foster, Sean Penn had chosen her, a lot of people with a lot of knowledge of the business had hired her for the actress she is.

With Garrett [Hedlund] as well, the system at the studio tends to mean only certain types of film are made, which then pigeonholes actors as eye-candy. But it’s not true. They [Stewart and Hedlund] don’t have anything to prove to their colleagues but they have something to prove to elements of the media or the industry that pigeonholes them. I think Kristen is great in the film.”
Scotsman - "Je n'ai pas à paraître bien, le dois-je?" dit Sam Riley, semblant heureux. Ce n'est pas vraiment étonnant. Lorsque vous regardez Riley en Sal Paradise (l'alter ego de Jack Kerouac) dans l'adaptation sur grand écran de Sur la Route par Walter Salles attendue depuis longtemps, l'emblématique roman de 1957 de Jack Kerouac, vous n'aurez pas besoin de convaincre que Riley sait comment sucer les tripes d'une clope sans filtre. C'est peut-être l'une des compétences qu'il a acquises au camp d'entrainement Beatnik, une période de préparation d'un mois que Salles a organisé pour son casting principal, inclus Kristen Stewart (Marylou), Garrett Hedlund (Dean Moriarty, basé sur Neal Cassady) et Tom Sturridge (Carlo Marx, basé sur Allen Ginsberg), pour apprendre les manières sauvages de la Beat Generation.

"Le fils de Neal Cassady est venu nous parler," dit Riley, "comme l'ont fait les biographes et les experts de cette période. Nous avons regardés des documentaires sur des musiciens de jazz de l'époque et des films dont Walter voulait que l'on connaisse la façon qu'ils avaient de les tourner, les débuts de Cassavetes. Il y avait beaucoup de séances de dialectes canadiens-français pour moi et de pratique de la dactylographie." Il fait une pause, avant d'ajouter avec un accent sarcastique transatlantique: "C'était un programme complet."

"Nous avons fait toute l'Amérique. Nous sommes allés au Canada. Nous sommes allés en Argentine à un moment donné parce que Walter voulait de la vraie neige." Il rit. "Il se souvenait d'une route en Patagonie qui selon lui avait l'air américaine, quand il faisait The Motorcycle Diaries donc nous avons tous pris l'avion. Ça semblait ne jamais finir, en quelque sorte."

Sans surprise, Salles a réuni un casting fantastique pour le projet de Viggo Mortensen jouant Old Bull Lee (basé sur Burroughs) shooté à la morphine avec Amy Adams dans le rôle de sa femme shooté à la benzédrine, Jane, à Kirsten Dunst en Camille, une des copines de Dean et la mère de ses enfants. Bien sûr, une grande attention a été concentrée sur Kristen Stewart, non pas parce qu'avant la promotion de Sur la Route, elle a été à peine vu. Pour sa part, Riley est plein d'éloges sur la performance de Stewart.

"Kristen a été engagée avant Twilight je crois mais il a fallu longtemps pour que ce film se concrétise. Avant cela, elle avait travaillée avec Jodie Foster, Sean Penn l'avait choisi, beaucoup de gens qui ont beaucoup de savoir sur l'industrie l'avaient engagée pour l'actrice qu'elle est."

"Avec Garrett [Hedlund] de même, le système au studio tend à vouloir dire que certains types de films sont réalisés, ce qui cataloguent les acteurs en tant que tape à l'oeil. Mais ce n'est pas vrai. Ils [Stewart et Hedlund] n'ont rien à prouver à leurs collègues mais ils ont quelque chose à prouver aux médias ou l'industrie qui les cataloguent. Je pense que Kristen est géniale dans le film."



Via - @KstewAngel