Thursday, October 18, 2012

Translation added - Kristen in ELLE Russia & Harper's Bazaar Russia (November 2012 issues)

Traduction ajoutée (la française arrive!) - Kristen dans le ELLE Russie (numéro de Novembre 2012)

ELLE Russia
image host image host image host
image host image host image host image host
Harper's Bazaar Russia
image host

From the 'Florabotanica' photoshoot!

ELLE Russia Transcript/Translation:

Kristen possessed an important quality. She manages to look natural in all situations, even on the red carpet. For example, at the On The Road premiere she was wearing an exotic dress by Nicolas Ghesquiere for Balenciaga and her hair was loose and she even moved her fingers through her hair at times in front of surprised photographers, while her older colleagues were afraid to move their heads, so as not to ruin their hairdos. Kristen came to the interview with Elle barefoot, supporting her image of “nature’s child” who has no written rules.

Elle: On The Road is based on a cult novel by Jack Kerouac. Did you read the book after you got the script? 

Kristen Stewart: I read it when I was 15. It opened my eyes to life, literature, to an “alternative” take on life not taught in schools or with family. I am trying to read the works of other writers of the “beat generation” The Naked Lunch by Burrows and Howl By Ginsberg. But they did not get to me as Kerouac did. I literally started reading after I read him. 

Elle: You can hardly call your character, Marylou, positive. Lover of alcohol drugs and group sex.. 

KS: Marylou has a lot more potential that it is seen at first sight. She has rare selflessness and kindness, desperately trying to find love, and for it, she is ready to go to extremes. I can understand this character but she is not close to me; I would not be able to do everything to satisfy the needs of other people; I love myself too much. But it was this very contrast that I liked most. I felt like teasing myself, like subjecting myself to challenges.

Elle: Can you relate to your Twilight character more? 

KS: I like Bella because she is her own person, does what she wants, not paying attention to others, is not worried about what impression her words make. She does not have friends; she is her own best friend. I also had few friends. I never tried to be popular. I used to get annoyed by teenage parties. It seemed like everybody tried to attract attention at those parties, to be louder than others, smarter, but in fact, nobody ever says or does anything smart

Elle: After the premiere of On The Road, the journalists wildly discussed the scene where you are nude. 

KS: I knew that only that scene would be noticed in the whole movie. I don’t care what they think about my nudity. I am proud of what I did. This suited Marylou’s character. Without getting nude, I would not be able to express the essence of her character. There is no place for shame in this movie.

Elle: Looks like Salles’ picture helped you to break from the image of the eternal lover of a vampire from Twilight. 

KS: I don’t agree with your cynical attitude towards Twilight. If there had been no Bella, I wouldn’t have gotten other parts. I am grateful to her for what she brought me. 

Elle: What does it mean to you to be the favorite of millions?

KS: I don’t ask myself questions like that. I don’t understand what being a star means. Yes it is easier for me professionally, but my popularity did not change my personal life much. I can still freely walk my dogs-Oz, Jack and Lily. Maybe because I am tiny, I don’t easily get noticed. Rob [Robert Pattinson –ELLE] is less lucky; he is easier to notice in a crowd.

Elle: Your fame brings some responsibility. For example, you represent Florabotanica by Balenciaga. 

KS: I love Balenciaga for its daring feminine and sexual style. This project has great creative potential and I am so proud to be the face of the new fragrance of this brand.

Elle: In real life, you dress like your Twilight character: loose t-shirts, jeans, sneakers. But you also wear dresses by famous designers. For example, you had a few wonderful showings at the premieres of On The Road, Cosmopolis [starring Robert Pattinson], and the next part of Twilight still, what is your relationship with fashion? 

KS: I don’t have a desire to have dresses by famous designers. But what I could not refuse was a group of some talented creative guys, with whom I was lucky enough to work

Elle: By the way, speaking of guys, who do you prefer? Brad Pitt or George Clooney? 

KS: [shrugs shoulders] 

Elle: Mysterious lover or a friend? 

KS: As for men, I don’t have expectation or stereotypes. I follow my intuition.

Elle: They say it’s hard for you to say goodbye to colleagues when shoots are over. 

KS: When you live with people like a big friendly family for several months, you get attached to them. Not just them but their lifestyle, things. For example, it was hard for me to leave the wedding dress behind. First, there were long fittings, and then I put it on and did the scene quickly. And then the costume designer was running to me to take it off. I almost cried; I wanted to wear it for at least a day more … or the 1949 Hudson car from On The Road. There was something sad and solemn about the last day. We were shooting a scene; Sam Riley and me were in the middle of the road, seen in a car mirror. It will stay in my mind forever. 

Elle: How do you get ready for the roles? Read books? Visit the place of action? 

KS: Before Salles’ film, I did a road trip with my two girlfriends. The trip was a lot shorter and we did not look for adventures, which the characters in the movie encounter. As for Twilight, before the shoots, I was interested in books for teenagers. I always thought that adults, who have forgotten their youth, wrote them, but when we started doing Twilight, I changed my mind and fell in love with the story. But I still prefer realistic novels and old editions.

Elle: Can you describe yourself in three words? 

KS: Charming, slim, and unpredictable. Others would say ungrateful, arrogant and conceited.

Elle: Why? 

KS: I like doing only the things I like. I hate smiling on order. Hate telling jokes from my life.

Elle: Well, no jokes then. How does your ordinary day go then? 

KS: [shrugs shoulders] plane, hotel, interview.

Elle: Which question bores you? 

KS: When I am asked how to become successful.

Elle: Your answer to that? 

KS: Don’t look for idols for yourselves and don’t blame others for your failures. Create your own dream and walk towards it with firm steps.

Elle: One of your latest films is a fairy tale, Snow White and The Huntsman. Do you believe in miracles? 

KS: No. In tales, I like connection with reality most. Even in fantastical stories, it happens that characters encounter problems and they fight for their happiness themselves without the help of wizards.

Elle: If you had magic powers, what would you do?

KS: I would turn my dogs into people. For a short while just to see how they would look and what would they talk about.  
Extrait du photoshoot pour 'Florabotanica'!

Retranscription/Traduction du ELLE Russia:


Kristen a possédé une qualité importante. Elle réussit à sembler naturelle dans toutes les situations, même sur le tapis rouge. Par exemple, à l’avant-première de Sur La Route elle portait une robe exotique par Nicolas Ghesquiere pour Balenciaga et ses cheveux étaient lâches et elle a même passé ses doigts dans ses cheveux de temps en temps devant des photographes étonnés, tandis que ses collègues plus vieux ont peur de déplacer leurs têtes, afin de ne pas ruiner leurs coiffures. Kristen est venu à l'interview avec Elle nu-pieds, soutenant son image "de l'enfant de la nature" qui n'a aucune règle écrite.

Elle : Sur la Route est basé sur un roman de culte par Jack Kerouac. Avez-vous lu le livre après que vous avez obtenu le scénario ?

Kristen Stewart : Je l'ai lu quand j'avais 15 ans. Il a ouvert mes yeux à la vie, la littérature, "à une alternative" prennent la vie non apprise dans les écoles ou avec la famille. J'essaye de lire les travaux d'autres auteurs “beat generation” The Naked Lunch de Burrows and Howl de Ginsberg. Mais ils ne me sont pas arrivés comme Kerouac a fait. J'ai littéralement commencé à lire après que je l'ai lu.

Elle : Vous pouvez à peine appeler votre personnage, Marylou, positif. Amateur  d'alcool drogue et le sexe de groupe…

KS : Marylou a beaucoup plus de potentiel que l'on le voit à première vue. Elle a le désintéressement rare et la bonté, essayant désespérément de trouver l'amour et pour cela, elle est prête à aller aux extrêmes. Je peux comprendre ce personnage mais elle n'est pas proche de moi; je ne serais pas capable de faire tout pour satisfaire les besoins d'autres gens; je m'aime trop. Mais c'était ce gros contrasté que j'ai aimé le plus. J'ai eu envie de me taquiner, comme me soumettre aux défis.

Elle : Pouvez-vous plus vous identifier à votre personnage de Twilight ?

KS : J'aime Bella parce qu'elle est sa personne propre, fait ce qu'elle veut, ne prêtant pas attention à d'autres, n'est pas inquiétée de ce que l'impression ses mots font. Elle n'a pas d'amis; elle est sa propre meilleure amie. J'avais aussi peu d'amis. Je n'ai jamais essayé d'être populaire. J'ai eu l'habitude d'être ennuyé par les fêtes d’adolescents. Il semble que chacun ait essayé d'attirer l'attention à ces fêtes, être plus fort que d'autres, plus intelligents, mais en fait, personne ne dit jamais ou fait rien d'intelligent.

Elle : Après l’avant-première de Sur la Route, les journalistes ont d'une manière extravagante discuté la scène où vous êtes nus.

KS : Je savais que l’on remarquerait que cette scène dans tout le film. Je m’en fou de ce qu’ils pensent de ma nudité. Je suis fière de ce que j’ai fait. Ça allait au personnage de Marylou. Sans devenir nue, je ne serais pas capable d'exprimer l'essence de son personnage. Il n'y a aucune place pour la honte dans ce film.

Elle : On dirait que l’image de Salles vous a aidés à vous casser l’image de l’amante éternelle d’un vampire dans Twilight.

KS : Je ne suis pas d'accord avec votre attitude cynique envers Twilight. S'il n'y avait eu aucune Bella, je n'aurais pas obtenu d'autres rôles. Je suis reconnaissant envers elle pour ce qu'elle m'a apporté.

Elle : Qu'est-ce que ça signifie à vous pour être la favorite de millions ?

KS : je ne me pose pas de questions comme ça. Je ne comprends pas ce qu’est d’être une star signifie. Oui c'est plus facile pour moi professionnellement, mais ma popularité n'a pas beaucoup changé ma vie privée. Je peux toujours promener librement mes chiens-Oz, Jack et le Lis. Peut-être parce que je suis minuscule, on ne me remarque pas facilement. Rob [Robert Pattinson-ELLE] est moins chanceux; il est plus facile de le remarquer dans une foule.

Elle : Votre gloire apporte un peu de responsabilité. Par exemple, vous représentez Florabotanica par Balenciaga. 

KS : J'aime Balenciaga avec son style féminin et sexuel audacieux. Ce projet a le super potentiel créatif et je suis si fier d'être le visage du nouveau parfum de cette marque.

Elle : Dans la réalité, vous vous habillez comme votre personnage dans Twilight : t-shirts large,  jeans, basket. Mais vous portez aussi des robes par des concepteurs célèbres. Par exemple, vous aviez quelques merveilleuses expositions aux avant-premières de Sur la Route, Cosmopolis mettant en vedette Robert Pattinson] et la prochain Twilight, quelle est votre relation avec la mode ?

KS : je n'ai pas envie d'avoir des robes par des concepteurs célèbres. Mais que je ne pouvais pas refuser, c’était un groupe de quelques types doués et créatifs , avec qui j'ai eu la chance de travailler.

Elle : À propos, en parlant de types, qui préférez-vous ? Brad Pitt ou George Clooney ?

KS : [hausse des épaules]

Elle : Amant mystérieux ou un ami ?

KS : Quant aux hommes, je n'ai pas d'espérance ou des stéréotypes. Je suis mon intuition.

Elle : Ils disent que c'est dur pour vous de dire au revoir aux collègues quand le tournage est fini.

KS : Quand vous vivez avec des gens comme une grande famille sympathique pendant plusieurs mois, vous vous attachez à eux. Pas juste eux mais leur style de vie, choses. Par exemple, c'était dur pour moi de laisser la robe de mariée derrière moi. D'abord, il y avait de longues installations et ensuite je l'ai mis et ai fait la scène rapidement. Et ensuite le costumier me courait après pour l'enlever. J'ai presque pleuré; j'ai voulu la  porter pour au moins un jour plus de … ou la voiture Hudson 1949 de Sur la Route. Il y avait quelque chose de triste et solennel du dernier jour. Nous tournions une scène; Sam Riley et moi étions au milieu de la route, vue dans un miroir de voiture. Il restera dans mon esprit pour toujours.

Elle : Comment vous préparez-vous pour les rôles ? Lire des livres ? Rendre visite l'endroit où se passe l’action ?

KS: Avant le film de Salles, j'ai fait un voyage de route avec mes deux amies. Le voyage était beaucoup plus court et nous n'avons pas cherché d'aventures, que les personnages  dans le film rencontrent. Quant à Twilight, avant le tournage, j'ai été intéressé par des livres pour des adolescents. Je pensais toujours que les adultes, qui ont oublié leur jeunesse, les ont écrits, mais quand nous avons commencé à faire Twilight, j'ai changé d'avis et suis tombé amoureux de l'histoire. Mais je préfère toujours des romans réalistes et de vieilles éditions.

Elle : Pouvez-vous vous décrire dans trois mots ? 

KS : Charmant, mince et imprévisible. D'autres diraient ingrat, arrogant et vaniteux.

Elle : Pourquoi ? 

KS : J'aime faire seulement les choses que j'aime. Je déteste le sourire sur commande. Je déteste dire des blagues de ma vie.

Elle : Eh bien, aucune plaisanterie alors. Comment votre jour ordinaire va-t-il alors ? 

KS : [hausse des épaules] Avion, Hôtel, Interviews.

Elle : Quelle question vous ennuie ?

KS : Quand on me demande comment réussir.

Elle : Votre réponse à cela ?

KS : Ne cherchez pas d'idoles pour vous-mêmes et ne blâmez pas d'autres de vos échecs. Créez votre propre rêve et aller vers cela avec des pas fermes.

Elle : Un de vos derniers films est un conte de fées, la Blanche-Neige et le Chasseur. Croyez-vous aux miracles ?

KS : Non. Aux contes, j'aime le rapport avec la réalité le plus. Même dans des histoires fantastiques, cela arrive que les personnages rencontrent des problèmes et ils se battent pour leur bonheur eux-mêmes sans l'aide de magiciens.

Elle : si vous aviez des pouvoirs magiques, que feriez-vous ?

KS : Je transformerais mes chiens en personne. Pendant un court temps juste pour voir ce à quoi ils ressembleraient et de quoi ils parleraient.