Tuesday, October 9, 2012

New interview with Movies.ie for 'On the Road'

Nouvelle interview avec Movies.ie pour 'Sur la Route'





How are you finding your post-Twilight career?

KS: The only time I have ever had to answer that question is in an interview. I don't look for anything. It's a very odd thing to pretend to be someone else and let people watch you do that. It really takes something special and I never know what that is until I find it. People who put movies into boxes... Into genres... When life is really sad, it's really funny too and what is that? Is it a dark comedy? Or is it a dramedy? Or is it a drama that's sometimes funny? I have no desire to...This sounds so pretentious, but I don't want to be in the entertainment industry, movies can be pretty important if you want them to be, and it's the only time I feel like it's worth doing such a ridiculous thing as acting in a film.

How did you prepare to play Marylou in ON THE ROAD?

KS: it's weird because On The Road was my first favourite book and we were allowed to know so much more than what is told in the novel. The version that came out in 1957 compared to the scroll [the original scroll that Kerouac wrote], compared to reality and really who these people were... You can only do On The Road once, so I think it's really cool that all of those three stories are rolled into one. As a character, Mary Lou couldn't be further from me. Everything she does is outward, she is one of the most generous, absolutely open faced people and in reality... It's hard to play that on one note. In the book, she's fun and she's sexy and she's progressive because of the time and the bold things that she's doing, but you do sort of go ‘Gosh' as a more sensitive girl, you do go ‘Wow, I don't know if I could do that, I don't know if I could keep up'. That is what I love about the book because I want to be able to keep up with those people. Figuring out who Luanne actually was, she was a bottomless pit, no one could waste her, she had everything to give and she expected just as much in return. It was really really lucky that we had the tapes and the access to the biographers and basically just to humanise these characters. It is not about Mary Lou, the book is not about her, she is a peripheral character. To play her, it was really nice to be able to understand why she did some of the stuff she did and not just play a fun, sexy character.

Where do you think her vulnerability was?

KS: Unlike anybody else in the whole story and unlike anybody else at this point in this movement, she was able to juggle all of her values that really didn't coincide, but she did it with such skill. She could compartmentalise her life with great skill, she had very traditional values, she wanted things that are very typical of a young girl that age and also, very very untypical desires and really limitless boundaries. She could do both and that's why the end of the boy's stories is so sad because they couldn't, they didn't have that ability, and maybe her vulnerability and strength sort of lies in between there. She is not somebody who can't feel, everything definitely affects her, she's not someone who's above jealousy... She is so accepting and very very aware of all the beauty in people, even if they are buried really deep and she doesn't need everything she wants from one place, she can get it from many many different places. Sure, she was totally ahead of her time and she totally carved the way, and she is absolutely a pioneer for us ladies, but she had no idea of what she was doing. I think she would be just as special and just as unique now. I think she would impress people just as much.

Why do you consider it a vulnerability that she can understand people?

KS: Just because you understand something, doesn't mean that it doesn't touch you. She could overcome things that hurt, but she still was hurt, but she could understand the hurt and love it as well and learn from it. She never really took anything as malicious, it was just who they were, they couldn't help themselves and she couldn't help herself some of the time. She had a very acute understanding of that and she was so evolved. I am much more sensitive and possibly more vulnerable than her. She's a girl...

I heard that you didn't need to take part in the ‘Beatnik Bootcamp' that the others went on, that you knew everything by heart when you started on the film...

KS: I knew the novel by heart, and it definitely opened doors to other writers. I was into Burroughs but... It's weird and it's fun to read, but it didn't get inside me. I knew Tom Sturridge really well, he's a really good friend, and a few weeks before we went to bootcamp we did a precurser because we were scared [laughs] and we didn't want to get there and feel like these people who are so invested, and have been for their whole lives, in this project... We didn't want to feel like stupid kids walking in and traipsing all over what they loved. So we read I Celebrate Myself together, which is really the greatest book on [Allan] Ginsberg... Not that I have anything to do with that character, but it's so sad, it's so good. In the bootcamp it was more about learning things - it's not about dates and when things happened and whose name is whose, even though by default we do have a lot of that information rolling around in our heads now - it really was more about learning how to dance with Garret [Hedlund], listening to the music, smoking way too many cigarettes on a balcony... I hate faking anything, luckily we didn't all hate each other. Luckily, everyone all kind of fell in love. Everyone says you get so close and you form this family... Unparalleled. I have never had this on a movie before, so I think the four weeks was really important for that. Also, everything you learn needs to be forgotten; the only true way to do the story is to learn every line, know it be heart and forget it and figure out your own way to say it. I think if we recited the book, anybody who really loved the book would be disappointed. You want to see it jump, you want to see it breathe, you don't want to know exactly where it's going, you don't want to be getting a middle end, you want to go on a ride. I feel like every time I have read the book I have had a different experience and with the movie you can choose to go down so many different avenues. It doesn't lead you to a place; it lets you discover it and that was the way that we approached rehearsal and filming.

How old were you when you first read the book?

KS: 14. I loved it, I f***ing loved it. I wasn't too into reading before I read the book and I ripped through it. Reading to me before... I was a good student but it was not something that got me off and I loved it. I think it represents a stage of life where you are finally able to choose who your family members are and choose who your friends are, rather than just being surrounded by whoever you happen to be surrounded by. When I read the book I was like ‘I need to find people that push me like that, I need to find people that make me feel like that' and I think that was really important for me at a young age. Certain relationships are comfortable, they are fine, but you get lazy and complacent. I want my friends to trick me out. I have said this about a lot of movies that I have done recently, but I think that's because of my age, at that age you're filled with something that is bursting, and it's hard to put your finger on it. These characters have such a faith in those feelings and such a respect for their friends' feelings, it's like ‘hold on, they will make sense, they will make sense soon'. So many people ignore those feelings if they don't immediately mean something to them in a logical way that they can articulate. It's so important not to ignore them and I think they have such respect for themselves and such trust in themselves and their ambitions don't necessarily need a result, it's about the experience.

Carolyn Cassady also wrote a book called Off The Road; did you read that as well?

KS: Yes, it is really hard for me to read that book. I am more sensitive than Luanne... There is another book that's just come out called The One And Only, and it's the untold story of On The Road and it's her transcribed interviews that we listened to. Everyone's different version of the story... You can't just read one to really get an idea of that happened and how these men so completely entered each other's lives and lived so many different lives. Emotionally speaking, reading everyone's different version was so so so so helpful.

You have said that sometimes people try and talk you out of doing movies because there is not enough for you on the page, what did you see in this that they didn't?

KS: I read the book and I knew that Walter was directing it. As soon as I sat down in front of him I knew. You find people in life that... It's not even about what we talked about that day, it's more about the fact that we knew we loved it for the same reasons. I knew he respected her and I knew that he would lead me to know her more - because at that point I didn't - and I was so intimidated, I am not that girl. Not to say that you can become a completely different person, that would be an insane claim, there are certain qualities that are sometimes buried very deep and I can't believe I was able to pull these out. All I wanted to do was lose control, and I am a controlling little... [laughs] I am very acutely aware of myself and she is very self-aware but she is completely without an ounce of self-consciousness.

When you watched it, did it feel like you?

KS: No, not at all, but when I am with them I turn into that girl. It's so weird. That's what I mean, you are not actually changing, it's just certain aspects of yourself that you didn't know you had kind of come alive. That's why my job is so cool.

You signed on to the movie a long time before it was actually made. Were you ever afraid of losing your dream part because you were getting older?

KS: It was starting to get to that point, actually, but I needed to grow up. I was a much younger 16 than Luanne. I wouldn't have been able to be so limitless... I was very lucky that it timed out this way. I think I was kind of the perfect age at my stage of life.

Do you think Jack and Neal could exist now or were they a product of their time?

KS: No, which I think is why it's sustained. It has never not been a relevant book. You are always going to have people who have different values and priorities in live, and are willing to follow that line. I think that there are Jack and Neals all over the place.

You said you all bonded on this film, but how easy is it to fake it when you don't feel close to the people you are working with?

KS: It's painful; it's just disappointing. There is always such a responsibility to the character that you are playing that you would do anything to keep that. It's just not as fun, and you can see it, it shows. I rely, really very heavily, on the director/actor relationship, and I like that about myself. I find that if you don't have a good relationship with an actor you rely on the director, if you don't have a good relationship with a director, rely on your actor. You are never going to hate everyone. I usually try not to fixate on it, and it's easy to do, especially with me because one little thing is wrong and I am like [growls] ‘Leeeeeeave the set!' [laughs] but that will ruin everything.

What was your relationship like with director Walter Salles?

KS: I have never seen anyone with the power to evoke absolute and utter dedication in so many people. Of course its On The Road, but it's him as well. We would all lie on the floor and let him walk across us to get across the street. I don't know why, I think it's just him. There is just something about him. Sometimes you meet people and the dynamic is just ‘Wow, you're my boss'. I don't know what it is necessarily. Of course he knows more than anyone, he has done more research, he knows more than most of the biographers probably, but it's not just that. He is so obsessed, to the point that by the end of the movie we were worried about him. He was skinny and so beat. That's the only reason you should do things in life; he tells stories because he needs to. He's amazing.

ON THE ROAD is at Irish cinemas from October 12th
Comment trouvez-vous votre carrière post-Twilight?

KS: La seule fois où j'ai dû répondre à cette question est dans une interview. Je ne cherche rien. C'est une chose très étrange de prétendre être quelqu'un d'autre et de laisser les gens vous regarder faire. Il faut vraiment quelque chose de spécial et je ne sais jamais ce que c'est jusqu'à ce que je le trouve. Les gens qui mettent les films dans des cases... dans des genres... Quand la vie est vraiment triste, elle est vraiment drôle aussi, et donc qu'est ce que c'est? Est-ce une comédie sombre ? Ou est-ce une comédie dramatique? Ou est-ce un drame qui est parfois drôle? Je n'ai aucune envie de ... Cela semble tellement prétentieux, mais je ne veux pas être dans l'industrie du divertissement, les films peuvent être assez importants si vous voulez qu'ils le soient, et c'est la seule fois où j'ai l'impression que ça vaut la peine de faire une chose aussi ridicule que de jouer dans un film.

Comment vous êtes-vous préparée pour jouer Marylou dans SUR LA ROUTE?

KS: C'est bizarre parce que Sur la Route a été mon premier livre favori et on nous a permit d'en savoir beaucoup plus que ce qui est dit dans le roman. La version qui est sorti en 1957 comparée au scroll [le rouleau original que Kerouac a écrit], par rapport à la réalité et qui étaient vraiment ces gens... Vous ne pouvez faire Sur la Route qu'une seule fois, donc je pense que c'est vraiment cool que ces trois histoires soient rassemblées en une seule. En tant que personnage, Marylou ne pouvait pas être plus différente de moi. Tout ce qu'elle fait est tourné vers l’extérieur, elle est l'une des personnes les plus généreuses, totalement transparente et en réalité... Il est difficile de jouer cela sur une seule note. Dans le livre, elle est amusante et elle est sexy et elle est progressiste à cause de son époque et des choses audacieuses qu'elle fait, mais vous vous dîtes en quelque sorte 'Dieu ' et comme une fille plus sensible, vous vous dites ,' Wow, je ne sais pas si je pourrais le faire, je ne sais pas si je pourrais tenir'. C'est ce que j'aime dans le livre parce que je veux être en mesure de faire face à ces gens. Déterminer qui Luanne était en réalité, elle était un puits sans fond, personne ne pouvait l'user, elle avait tout à donner et attendait tout autant en retour. Nous avons vraiment vraiment été chanceux d'avoir eu les enregistrements et accès aux biographes et fondamentalement juste humaniser ces personnages. Il ne s'agit pas de Marylou, le livre n'est pas sur elle, elle est un personnage secondaire. Pour l'incarner, c'était vraiment agréable de pouvoir comprendre pourquoi elle a fait certaines choses et non pas juste interpréter un personnage drôle et sexy.

D’où pensez-vous que venait sa vulnérabilité?

KS: Contrairement à quelqu'un d'autre dans toute l'histoire et contrairement à quiconque à ce moment dans ce mouvement, elle a été en mesure de jongler avec toutes ses valeurs qui ne coïncidaient pas vraiment entres elles, mais elle l'a fait avec une telle habilité. Elle pouvait compartimenter sa vie avec une grande habilité, elle avait des valeurs très traditionnelles, elle voulait des choses qui sont tout à fait typiques d'une jeune fille de son âge et avait aussi des désirs très très atypiques et des frontières vraiment illimitées. Elle pouvait faire les deux et c'est pourquoi la fin de l'histoire des garçons est si triste parce qu'eux ne le pouvaient pas, ils n'avaient pas cette capacité, et peut-être que sa vulnérabilité et sa force en quelque sorte se situaient entre... Elle n'est pas quelqu'un qui ne peut pas ressentir, tout l'affecte définitivement, elle n'est pas quelqu'un qui passe au-dessus de la jalousie.. Elle est si consentante et très très consciente de toute la beauté des gens, même si elle est enfoui très profondément et elle n'a pas besoin d'obtenir tout ce qu'elle veut dans un seul et même endroit, elle peut l'obtenir de beaucoup beaucoup d'endroits différents. Bien sûr, elle était totalement en avance sur son temps et elle a totalement ouvert la voie, et elle est complètement une pionnière pour nous les dames, mais elle n'avait aucune idée de ce qu'elle faisait. Je pense qu'elle serait tout aussi spéciale et tout aussi unique aujourd'hui. Je crois qu'elle impressionnerait tout autant les gens.

Pourquoi considérez-vous que c'est une vulnérabilité qu'elle puisse comprendre les gens?

KS: Juste parce que vous comprenez quelque chose, ne signifie pas que ça ne peut pas vous toucher. Elle pouvait surmonter les choses qui font mal, mais elle était tout de même blessée, mais elle pouvait comprendre la douleur et l'aimer aussi et en tirer des leçons. Elle n'a jamais vraiment pris quoi que ce soit avec malveillance, c'était simplement qui ils étaient, ils n'y pouvaient rien eux mêmes et la plupart du temps elle n'y pouvait rien elle même. Elle avait une compréhension très perspicace là dessus et elle était si évoluée. Je suis beaucoup plus sensible et probablement plus vulnérable qu'elle. C'est une fille...

J'ai entendu dire que vous n'avez pas eu à participer au camp d'entrainement 'Beatnik' où les autres sont allés, que vous connaissiez tout par cœur quand vous avez commencée sur le projet...

KS: Je connaissais le roman par cœur, et il a définitivement ouvert des portes à d'autres écrivains. J'étais sur Burroughs, mais... c'est bizarre et c'est amusant à lire, mais ça ne m'a pas transportée. Je connaissais vraiment bien Tom Sturridge, c'est un très bon ami, et quelques semaines avant nous sommes allés au camp d'entrainement et nous avons fait un précurseur parce que nous avions peur [rires] et nous ne voulions pas y aller et nous sentir comme ces gens qui se sont tellement investi, et ce depuis toute leur vie, dans ce projet... Nous ne voulions pas nous sentir comme des enfants stupides qui se promènent et piétinent tout ce qu'ils ont aimé. Alors nous avons lu 'I celebrate Myself' ensemble, qui est vraiment le plus grand ouvrage sur [Allan] Ginsberg... Non pas que j'ai quelque chose à voir avec ce personnage, mais c'est tellement triste, c'est tellement bon. Au camp d'entraînement c'était plus pour apprendre des choses - pas pour les dates ou quand les choses se sont passées et qui est qui, même si par défaut, nous avons beaucoup de ces informations qui trottent dans nos têtes maintenant - c'était vraiment plus apprendre à danser avec Garret [Hedlund], écouter de la musique, fumer trop de cigarettes sur un balcon... Je déteste feindre quoi que ce soit, heureusement, nous ne nous détestions pas les uns et les autres. Heureusement, nous sommes tous en quelque sorte tombés amoureux. Tout le monde dit que l'on se rapproche beaucoup,que l'on forme une famille... Sans précédent. Je n'ai jamais eu ça sur un film avant, donc je pense que les quatre semaines étaient vraiment importantes pour ça. De plus, tout ce qu'on apprend doit être oublié; le seul vrai moyen pour raconter l'histoire est d'apprendre chaque ligne, l'apprendre par cœur et l'oublier et chercher votre propre façon de la raconter. Je pense que si nous avions récité le livre, toute personne qui aurait vraiment aimé le livre aurait été déçue. Vous voulez le voir sauter, vous voulez le voir respirer, vous ne voulez pas savoir exactement où il va, vous ne voulez pas d'une fin intermédiaire, vous voulez faire une balade. J'ai l'impression que chaque fois que j'ai lu le livre, j'ai eu une expérience différente et avec le film, vous pouvez choisir de longer tant d'avenues différentes. Il ne vous mène pas à un endroit, il vous permet de le découvrir et c'était la façon dont nous avons abordé les répétitions et le tournage.

Quel âge aviez-vous lorsque vous avez lu le livre?

KS: 14 ans. Je l'ai adoré, je l'ai putain d'adoré. Je n'étais pas vraiment très lecture avant d'avoir lu le livre et j'ai éclos avec lui. Lire pour moi avant... J'étais une bonne élève, mais ce n'était pas quelque chose qui me rendait dingue et je l'ai adoré. Je pense que cela représente une étape de votre vie où vous êtes enfin en mesure de choisir qui sont les membres de votre famille et de choisir qui sont vos amis, plutôt que d'être entourée par quiconque vous entoure alors. Quand j'ai lu le livre je me suis dit: 'J'ai besoin de trouver des gens qui me poussent comme ça, j'ai besoin de trouver des gens qui me font sentir comme ça' et je pense que c'était vraiment important pour moi à un jeune âge. Il y a certaines relations ou vous vous sentez à l'aise, et c'est très bien, mais vous finissez paresseux et complaisants. Je veux me faire piéger par mes amis. Je l'ai dit pour beaucoup de films que j'ai fait récemment, mais je pense que c'est à cause de mon âge, à cet âge vous vous sentez pleine de quelque chose qui déborde, et il est difficile de mettre le doigt dessus. Ces personnages ont une telle foi en ces sentiments et un tel respect pour les sentiments de leurs amis, c'est comme 'tiens le coup, ils auront un sens, bientôt ils auront un sens'. Alors beaucoup de gens ignorent ces sentiments s'ils n’évoquent pas immédiatement quelque chose pour eux qu'ils peuvent exprimer d'une façon logique. C'est tellement important de ne pas les ignorer et je pense qu'ils ont un tel respect pour eux-mêmes et une telle confiance en eux et leurs ambitions n'ont pas nécessairement besoin d'aboutir, c'est pour l'expérience.

Carolyn Cassady a également écrit un livre intitulé 'Off The Road'; l'avez-vous lu aussi?

KS: Oui, il est vraiment difficile pour moi de lire ce livre. Je suis plus sensible que Luanne... Il y a un autre livre qui vient de sortir qui s'appelle The One And Only, et c'est l'histoire inédite de Sur la Route et ce sont ses interviews retranscrites que nous avons écouté. Chacun a une version différente de l'histoire... Vous ne pouvez pas en lire juste une et vraiment avoir une idée de ce qui s'est passé et comment ces hommes sont complètement entré dans la vie de chacun et vécu tant de vies différentes. Emotionnellement parlant, lire toutes les versions différentes m'à été très très très très utile.

Vous avez dit que parfois, les gens essaient de vous convaincre de faire des films parce qu'il n'y a jamais assez pour vous sur la page, que voyez-vous vous qu'ils n'ont pas vu?

KS: J'ai lu le livre et je savais que Walter allait le réaliser. Dès que je me suis assise en face de lui, je savais. Vous trouverez des gens dans la vie qui... Ce n'est même pas de ça dont nous avons parlé ce jour-là, c'est plus du fait que nous savions que nous l'avons aimé pour les mêmes raisons. Je savais qu'il la respectait, et je savais qu'il me pousserait à plus la connaître - car à ce moment là je n'avais pas - et j'étais tellement intimidée, je ne suis pas cette fille. Je ne dis pas que vous pouvez devenir une personne complètement différente, ce serait une revendication insensée, il y a certaines qualités qui sont parfois enfouies très profondément et je n'arrive pas à croire que j'ai été en mesure de faire ressortir tout ça. Tout ce que je voulais faire, c'était perdre le contrôle, et je suis quelque peu quelqu'un qui veut contrôler... [rires] Je suis profondément consciente de moi-même et elle l'est aussi mais elle l'est sans même en prendre conscience.

Lorsque vous l'avez regardé, est ce que ça vous ressemblez?

KS: Non, pas du tout, mais quand je suis avec eux je deviens cette fille. C'est tellement bizarre. C'est ce que je veux dire, vous n'avez pas réellement changé, c'est juste certains aspects de vous que vous ne saviez même pas que vous aviez qui prennent vie. C'est pourquoi mon travail est si cool.

Vous avez signé pour le film longtemps avant qu'il ne soit effectivement tourné. Avez-vous déjà eu peur de perdre votre part de rêve parce que vous vieillissiez?

KS: En fait on en arrivait à ce point, mais j'avais besoin de grandir. J'étais une jeune de 16 ans beaucoup plus jeune que Luanne. Je n'aurais pas été capable d'être autant sans limites... J'ai eu de la chance que ça se soit passé comme ça, d'avoir eu ce délai. Je pense que j'avais un peu l'âge parfait pour cette étape de ma vie.

Pensez-vous que Jack et Neal pourraient exister maintenant ou sont-ils le produit de leur temps?

KS: Non, voilà pourquoi je pense que ça dure. Il n'a jamais été un livre pertinent. Vous allez toujours avoir des gens qui dans la vie ont des valeurs et des priorités différentes, et sont prêts à suivre cette ligne de conduite. Je pense qu'il y a des Jack et Neal un peu partout.

Vous avez dit que vous étiez tous très proches dans ce film, mais est-il facile de faire semblant quand vous ne vous sentez pas proche des gens avec qui vous travaillez?

KS: C'est pénible; c'est juste décevant. Il y a toujours une telle responsabilité envers le personnage que vous interprétez que vous feriez n'importe quoi pour le garder. Ce n'est tout simplement pas aussi amusant, et vous pouvez le voir, ça se voit. Je compte, vraiment énormément, sur la relation réalisateur/acteur, et j'aime ça chez moi. Je trouve que si vous n'avez pas une bonne relation avec un acteur ,vous pouvez compter sur le réalisateur, si vous n'avez pas une bonne relation avec un réalisateur, comptez sur votre acteur. Vous n'allez jamais détester tout le monde. D'habitude j'essaie de ne pas me focaliser là dessus, et c'est facile à faire, surtout avec moi, car si une petite chose ne va pas, je suis comme [grogne] 'Soooooortez du plateau!' [Rires], mais ça ruinerait tout.

Quelle était votre relation avec Walter Salles?

KS: Je n'ai jamais vu quelqu'un ayant le pouvoir de susciter un dévouement aussi absolu et total chez autant de gens. Bien sûr c'est Sur la Route, mais c'est lui aussi. Nous pourrions tous nous allonger sur le sol et le laisser nous marcher dessus pour traverser la rue. Je ne sais pas pourquoi, je pense que c'est juste lui. Il y a juste quelque chose chez lui. Parfois, vous rencontrez des gens et la dynamique est simplement "Wow, tu es mon patron". Je ne sais nécessairement ce que c'est. Bien sûr, il en sait plus que quiconque, il a fait plus de recherches, il en sait probablement plus que la plupart des biographes, mais ce n'est pas exactement ça. Il est tellement obsédé, au point qu'à la fin du film, nous étions inquiets à son sujet. Il était maigre et abattu. C'est la seule raison pour laquelle vous devriez faire des choses dans la vie; il raconte des histoires, parce qu'il en a besoin. Il est étonnant.

Sur la Route dans les cinémas Irlandais le 12 octobre.


Source - @KstewAngel