Wednesday, October 3, 2012

New interview with Refinery29

Nouvelle interview avec Refinery29





We're going to go ahead and say it. Kristen Stewart has always felt like a bit of an enigma to us. She's an actress in a huge obsessive-screaming-fans franchise who doesn't seem to care for the limelight; she's guarded with her personal thoughts and feelings in a way that makes reading and writing about her a little maddening; and she doesn't seem to be particularly interested in beauty — yet, she's the face of one of our favorite new fragrances, Balenciaga's Florabotanica.

So, we set out on a fact-finding mission to learn a bit more about the On The Road (and yes, Twilight) star and gossip-rag fixture. And we kinda fell in love with her. Here's what we learned: She's thoughtful and willing to explore when it comes to personal style and she's pretty freaking smart and self-aware when it comes to everything else. And really, that's what we look for in our friends.

Not sold? Read on for her thoughts on everything from grandma florals and getting to know yourself through fashion that challenges you to all of those verbs in Kerouac's writing and of course, that ubiquitous hand-on-hip celeb-on-red-carpet moment. We dare you not to be a believer by the end.

So, you went to the Balenciaga show on Friday. How was it?
"So sick! It really was incredible."

Did you see a standout look in the collection that really spoke to you?
"There was this small bustier in white that's typically worn with nothing under it, but they put a T-shirt under it, and it was sick! A few of its skirts, too, and the shoes — they were crazy! I feel like I don't need to think about what I'm going to wear for the next six months because it's pretty much handled."

When you see looks on the runway like that, do you immediately know which ones you'll want for the red carpet?
"All the stuff I see is definitely for the carpet. Any of the looks I saw today, I wouldn't want to waste on something that wasn't important because this round was really, really impressive and super-fance. Balenciaga is so particular, and I don't want to make it sound exclusive, but I mean, you need to know yourself to recognize yourself in the clothes; you have to really own it.

"What I love about fashion is that you find things that surprise you, that can uncover what's buried, that unleash certain aspects of yourself. Balenciaga does this like no other and I have a great time sifting through the stuff. Nicolas [Ghesquière] always picks the most fun things ever!"

On a more surface level, how is the Balenciaga aesthetic reflective of your own? What do you love about Ghesquière's designs?
"I think it's the balance — you can look really pretty, depending on what you decide to wear with a piece, but you can be really hard as well. It's rare to find a brand that's not one, or the other. I know it seems like I just wear simple shit when I'm dressing normally, and a lot of black, but I like colors! I mean, Nicolas is really out there and he really pushes it with patterns –– his patterned jeans are better than anyone's."

We get that you don't want to draw attention to yourself with clothes when you're being photographed a thousand times a day, but do you ever think about incorporating more color and pattern into what you wear?
"You're right, the reason you see me wearing simple clothes is because I don't want to give [the paparazzi] anything. Literally, I go outside every day in the same thing, so they can't say anything. So, it seems like I don't put any thought into it, but I recently put all my stuff in one area and obsessively, OCD-style, arranged all of my stuff. Like such a girl!

"And you might be surprised, but I do have more than a white T-shirt and a pair of jeans; I actually have some cool stuff! And I think I'm going to start using it. As I get older, I get more comfortable, and I'm finding those things that define me. Before, it really was just a T-shirt and jeans, but now, it's changing."

But, on the carpet, you seem pretty fearless about wearing what you like, and taking unconventional risks — like when your foot was hurt and you wore Chucks with a gorgeous dress. How do you find the confidence to make that work?
"It's really important to like what you're wearing. It's pretty clear when I don't like what I'm wearing, and it's pretty clear if you got dressed for other people. Even if you're not looking the the best you can, or maybe your outfit isn't spot on, if it looks like you got dressed and you like it, you'll probably look cool anyway."

So, your mantra is basically, 'this makes me happy, so this is what I'm going to wear'?
"Yeah! Sometimes you're not in the appropriate mood for the event you're going to, and you can look overdressed or underdressed, but even more than where you're going, your look has to suit your energy. It sounds completely self-involved, but it works."

When you're on the red carpet, you tend to take serious-looking pictures –– you're definitely not the hand-on-hip girl…
"God, if I ever see my hand on hip, I'm like 'Stop it!'"

Exactly –– it can feel like such a cliche. But do you have a secret to posing without feeling forced?
"Again, I think the biggest thing is to like what you're wearing. But, in reality, I'm not very comfortable taking pictures, so I just try to get through it. Recently, though, I've had to do a lot of On The Road stuff, and I've been incredibly comfortable, not because there's a personal pride thing, but because I'm so proud of everyone, and to be a part of this group. So, I guess the secret to taking good pictures is to have a good reason to do it. Just stand tall, man! I know that's funny coming from me, but it's true!"

We're all really excited for On The Road! Have you always been a huge Kerouac fan?
"I read On The Road when I was a freshman in high school, and I met Walter [Salles, the movie's director] for it when I was 17. I know that I've said this so many times, but it really was my favorite book; I was obsessed with it. I loved the verbs; just so many fucking verbs — I really liked that it wasn't packaged and delivered in a story-book sort of way, and when you're a freshman in high school, every book is written like that.

"Like, where is it's beginning, middle, and end, in that book? It's just really hard to pin down. I was like 'I've got to find people like that.' I really wanted to keep up with people that really push you. When I met Walter, I was younger than the character was in the book, and didn't know how to insert myself into that story. But I was like, 'I'll do anything!', and when I finally got the part, I was like, 'Are you sure? I'm 17!' Luckily, I had a few years to grow up, and I was 20 when we started filming. But I've been a fan since I was 14 or 15."

You're the face of Balenciaga's Florabotanica, and we love that it has this element of danger that's absent in traditional floral fragrances. How does wearing it make you feel?
"I mean, I've never worn a scent before, and I think that what I was saying earlier about getting older and finding those clothes that help define you –– that's not a superficial thing, it's creative –– and this is the same thing. It really can pull something out of you.

"I mean, I typically wouldn't be into a floral fragrance. But this is a really warm fragrance. It is a more dangerous scent than you'd expect from a flowery perfume, but that's probably expected, considering it's Balenciaga — you're not going to get a grandma perfume. I definitely don't have to lie when I say I like it!

Well that's a bonus!
"Oh, you have no idea."

So, we know you're not a huge makeup girl, but do you have a single favorite beauty product?
"I use Proactiv –– it's good shit!"

Do you have any beauty secret you've learned on sets or backstage?
"Not really, but I use lots and lots of dry shampoo!"

On va aller de l’avant et le dire. Kristen Stewart a toujours été une sorte d’énigme pour nous. C’est une actrice avec une énorme communauté de fans obsédés criants qui ne semble pas se soucier de la publicité ; elle reste dans ses pensées personnelles et ses sentiments d’une façon où ce qu’on peut lire et écrire sur elle peut-être un peu énervant ; et elle ne semble pas être particulièrement intéressée par la beauté --- pour l’instant, elle est l’égérie d’un de nos parfum préféré, Florabotanica de Balenciaga.

 Ainsi, nous partons sur une mission d'enquête afin d'en apprendre un peu plus sur la star de Sur La Royte (et de Twilight) et la lumière des commérages ridicules. Et nous sommes en quelque sorte tombé amoureux d’elle. Voilà ce qu’on a appris : elle est réfléchi et volontaire pour découvrir quand on en vient au style personnel et elle est vachement intelligente et consciente d’elle-même quand on en vient à tout le reste. Et c’est vraiment ce que nous recherchons chez nos amis.

Pas convaincu ? Lisez ses pensées sur tout, des fleurs de grand-mère et apprendre à se connaître à travers la mode jusqu’aux verbes dans l’écriture de Kerouac qui vous mets tous au défi et bien sûr ce moment « mains-sur-les-hanches-sur-le-tapis-rouge ». On doute que vous ne nous croirez pas à la fin.

Donc, vous êtes allé au défilé Balenciaga vendredi. Comment c’était ?
« Un truc de malade ! C’était vraiment incroyable. »

Avez-vous vu une tenue dans la collection qui vous a vraiment parlé ?
« Il y avait ce petit bustier en blanc qui est typiquement porté avec rien en dessous, mais ils ont mis un T-Shirt en-dessous, et c’était un truc de malade ! Quelques jupes aussi et les chaussures – elles étaient folles ! Je crois que je n’ai pas besoin de penser à ce que je vais porter pour les prochains six mois parce que c’est assez bien géré. »

Quand vous voyez des tenues en défilé comme ça, savez-vous immédiatement lesquelles vous voulez pour les tapis rouges ?
« Toutes les choses que je vois sont définitivement pour les tapis. Toutes le tenues que j’ai vu aujourd’hui, je ne voudrais pas les perdre pour quelque chose qui n’était pas important parce que cette fois c’était vraiment, vraiment, impressionnant et super classe. Balenciaga est si particulier, je ne veux pas que ça sonne exclusif, mais je veux dire, on doit se connaitre soi-même pour se reconnaitre soi-même dans les vêtements ; on doit vraiment les posséder.

« Ce que j’aime à propos de la mode c’est qu’on doit trouver des choses qui nous surprennent, qui peuvent faire découvrir ce qu’il y a en-dessous, qui font ressortir certains aspects de nous-même. Balenciaga fait ça comme rien d’autre et j’ai passé du bon temps à passer les choses aux cribles. Nicolas [Ghesquière] choisit toujours les choses les plus marrantes ! »

Une dernière sur le niveau superficiel, est-ce que l’esthétique de Balenciaga te représente ? Qu’aimez-vous à propos des designs de Ghesquière ?
« Je pense que c’est un équilibre – on peut être vraiment belle, selon de ce qu’on décide de porter avec une pièce, mais tu peux être vraiment mal aussi. C’est rare de trouver une marque qui n’est pas l’une ou l’autre. Je sais qu’on a l’impression que je porte une simple merde quand je suis habillée normalement, et beaucoup de noir, mais j’aime les couleurs ! Je veux dire, Nicolas est vraiment là et il insiste vraiment avec les motifs --- ses motifs sur les jeans sont meilleurs que tous les autres. »

On a compris que vous ne vouliez pas attirer l’attention avec les vêtements quand vous êtes photographiée milles fois par jour, mais n’avez-vous pas jamais pensé à incorporer plus de couleurs et de motifs dans ce que vous portez ?
« Vous avez raison, la raison pourquoi vous me voyez porter des vêtements simple est parce que je ne veux pas tout donner [aux paparazzis]. Littéralement, je vais dehors tous les jours avec les mêmes choses, donc ils ne peuvent rien dire. Donc, on dirait que je n’y pense jamais, mais j’ai récemment mis tous mes trucs dans un endroit et avec obsession, OCD-style, j’ai arrangé tous mes trucs. Comme une vraie fille !

« Et vous seriez surpris, mais j’ai plus qu’un T-Shirt blanc et un jean ; j’ai en fait des trucs cool ! Et je crois que je vais commencer à les utiliser. Plus je vieillie, plus je deviens à l’aise, et je trouve des choses qui me définissent. Avant, c’était vraiment juste un T-Shirt et un jean, mais maintenant, ça change. »

Mais sur le tapis rouge, vous semblez ne pas avoir peur de porter ce que vous aimez, de prendre des risques inconventionnels --- comme quand vous avez mal aux pieds vous portez des Chucks avec une robe sublime. Comment trouvez-vous la confiance de faire marcher ça ?
« C’est très important de porter ce que vous aimez. C’est assez évident quand je n’aime pas ce que je porte, et c’est assez évident si tu as été habillé par d’autres personnes. Même si tu n’es pas habillé au mieux que tu peux, ou peut-être  que la tenue n’est pas remarquable, si on dirait que tu as choisi et que tu l’aime, tu seras habillé probablement cool de toute façon. »

Donc, votre mantra est en gros, ‘ça me rend heureuse, donc c’est ce que je vais porter’ ?
« Ouais ! De temps en temps tu n’es pas de bonne humeur pour l’évènement où tu vas, et tu peux sembler trop habillé ou pas assez, mais encore plus là où tu vas, ton look doit aller avec ton énergie. Ça semble complètement auto-impliqué, mais ça marche. »

Quand vous êtes sur le tapis rouge, vous avez tendance à prendre des photos sérieusement --- vous n’êtes définitivement pas le type main-sur-la-hanche…
« Mon dieu, si jamais je vois ma main sur la hanche, je suis genre ‘Arrêtes ça !’ »

Exactement --- ça peut sembler être un cliché. Mais avez-vous un secret pour poser dans vous sentir forcée ?
« Encore une fois, je pense que la chose la plus importante est d’aimer ce qu’on porte. Mais, en réalité, je ne suis pas très à l’aise pour prendre des photos, donc j’essaie juste de passer au travers. Récemment, cependant, j’ai dû faire pour beaucoup de choses pour Sur La Route, et j’ai été incroyablement à l’aise, pas parce que c’est un truc personnel, mais parce que je suis fière de tout le monde, et de faire partie du groupe. Donc, je suppose que le secret pour prendre de bonnes photos est d’avoir une bonne raison de le faire. Juste rester debout, mec ! Je sais que c’est marrant venant de moi, mais c’est vrai ! »

On est tous très excités pour Sur La Route ! Avez-vous toujours été une grande fan de Kerouac ?
« J’ai lu Sur La Route quand j’étais en première année de lycée, et j’ai rencontré Walter [Salles, le réalisateur du film] pour ça quand j’avais 17 ans. Je sais que j’ai dit ça tellement de fois, mais c’était vraiment mon libre préféré, j’ai obsédé avec ça.  J’ai aimé les verbes, putain tellement de verbes – J’ai vraiment aimé le fait que ça n’était pas tout fait et délivré comme un story-book, et quand on est en première année de lycée, tous les livres sont écrits comme ça.

« Genre, où est le début, le milieu, et la fin dans ce livre ? C’est juste vraiment dur de le cerner. J’étais genre ‘je dois trouver des gens comme ça’. Je voulais vraiment trouver des gens qui t’incite vraiment. Quand j’ai rencontré Walter, j’étais plus jeune que le personnage dans le livre, et je ne savais pas comment m’insérer dans l’histoire. Mais j’étais genre, ‘Je ferais n’importe quoi ! ‘, Et quand j’ai finalement eu le rôle, j’étais genre ‘Es-tu sûr ? J’ai 17 ans !’ Avec chance, j’avais quelques années pour grandir, et j’avais 20 ans quand on a commencé à tourner. Mais j’ai été une fan depuis mes  14 ou 15 ans. »

Vous êtes l’égérie de Florabotanica de Balenciaga, et nous aimons cet élément de danger qui est absent dans les parfums traditionnels. Comment vous sentez-vous n le portant ?
« Je veux dire, je n’ai jamais porté un parfum avant, et je crois que ce que je disais plus tôt à propos de vieillir et de trouver des vêtements qui vous aident à vous définir --- ce n’est pas une chose superficielle, c’est créatif --- et c’est la même chose. Ça peut vraiment faire ressortir quelque chose de vous.

« Je veux dire, je ne serais typiquement pas dans les parfums florales. Mais c’est vraiment un parfum chaleureux. C’est un parfum plus dangereux, mais c’est probablement attendu, en considérant que c’est Balenciaga – tu ne veux pas avoir un parfum de grand-mère. Je n’ai définitivement pas à mentir quand je dis que je l’aime !

Eh bien, c’est un bonus !
« Oh, vous n’avez pas idée. »

Donc, nous savons que vous n’êtes pas une pro du maquillage, avez-vous un seul produit de beauté préféré ?
« J’utilise Proactiv --- c’est une bonne merde ! »

N’avez-vous pas appris des secrets de beauté en coulisse ?
« Pas vraiment, mais j’utilise beaucoup beaucoup de shampoing secs ! »


Source - Via - Via