Sunday, December 2, 2012

UPD New quotes - Kristen's roundtable interview for 'On the Road'

MAJ Nouvelles citations - Interview table-ronde de Kristen pour 'Sur la Route'


Kristen sat down with reporters for a roundtable interview about 'On the Road', in early November in Los Angeles.

* UPDATED * New quotes!

•• DishMag - “I think the actual law is, if you are with a parent you can go and see an R-rated movie,” Stewart said. “I guess it depends on who your parents are, or who you are. I read On the Road when I was 14, so I don't know. My parents never wanted to shelter me from the world that we live in. I think if you have a desire to see it, and your parents don't want you to see it, take that bull by the horns.”

“Most journalists I sit down with are huge On the Road fans,” Stewart said. “I feel that they're assigned to those stories because they have an interest in the book. I've gotten to talk to a lot of passionate On the Road fans. But the difference between them is there's a lot to feel in Twilight, and that's the experience of having individual exchanges with fans, without even saying anything. You just feel it. But obviously with On the Road there's a lot to talk about.”


Nov 28
•• AwardsDaily - I recently sat down to a couple of one on one interviews for the upcoming adaptation of Jack Kerouac’s On the Road. The first was with the film’s co-star Garrett Hedlund (Tron: Legacy) and the second was with screenwriter Jose Rivera and director Walter Salles who had previously collaborated on the highly acclaimed The Motorcycle Diaries (2004). Those interviews will be coming shortly, but in the mean time I wanted to pull out some of the more interesting responses from the roundtable with Kristen Stewart which took place on the same day.

Stewart of course is on everyone’s mind right now as the last chapter of the Twilight Saga rakes in cash at the multiplex, but it’s easy to forget that she’s also carved out a nice niche for herself and done some of her best work in smaller scale films like Into the Wild, The Runaways, Welcome to the Rileys and now On the Road.

In front of cameras and in front of the media since before she was even a teenager, a lot of ink has been spilled about Stewart and her personal life so it’s not all that surprising she’s kind of a guarded presence. She has a reputation for being a difficult interview, but I don’t blame her. This is what happens in a world where a young woman’s behavior can be trumpeted as a “scandal” in tabloid headlines even when whatever it is all falls well within the boundaries of the law. We’re a society that seems to need to build people up and tear them back down again and it can’t be easy being buffeted by those forces at an age when a lot of people are still trying to figure out what they want to do with themselves.

So, it’s not all that surprising Stewart seemed a little bit nervous sitting down to a table full of microphones and people waiting to dissect her. Beyond the nervous energy though (a lot of toe tapping), Stewart’s enthusiasm for her character and the project won out. She spoke in stops and starts as the words tried to keep up with the thoughts in her brain, but this is clearly an intelligent person who has spent a lot of time getting inside her character Marylou. It was interesting too how much love and respect she has for the character. My take on Kerouac’s story and this adaptation especially is that it’s dominated by the men Sal Paradise (Sam Riley) and the free-wheeling Dean Moriarty (Hedlund) while the female characters (Stewart’s Marylou and Camille played by Kirsten Dunst) kind of got the raw end of the deal. It’s pretty clear though that Stewart at least sees her character very differently and she made me think about her in new ways.

- On her character Marylou:

I really had to dig pretty deep to find it in me to play a person like that. It took a long time. I couldn’t say no. I would’ve done anything on the movie. I would’ve followed the movie in a caravan had I not had a job in it. I was like 14 or 15 when I read the book for the first time and 16 or 17 when I spoke to Walter for the first time. It was easy to connect the dots after having really gotten to know the person behind the character and what you would need to pull off a lifestyle like that. That didn’t happen until deep in the rehearsal process. At first I was just attracted to the spirit of it. I’m the type of person who needs to be pushed really hard to be able to let it all hang. I think that Marylou is the type of person you can’t help but be yourself around because she’s so unabashedly there and present all the time, like this bottomless pit of really generous empathy. It’s a really rare quality that makes you capable of living a really full, a really rich life without it taking something from you. You couldn’t take from her. She was always getting something back. She’s amazing.

- On LuAnne Henderson, the real woman behind Kerouac’s character Marylou:

I think that LuAnne would’ve been ahead of her time now. I think generally people’s expectations for their lives are in a personal way not all that different. It’s a really fundamental thing to want to be a part of a group. We are pack animals. In a way she had very conventional ideals as well. She had this capacity to live many lives that didn’t necessarily mess with the other. She was ultimately not above emotion. She was above jealousy, but not above feeling hurt. She felt hurt but not slighted.
Maybe if this movie was made back in the day as opposed to now, people would be shocked by the sex and the drugs and they would actually miss what the movie is about. Whereas now we’ve just seen a little bit more of it so it’s not shocking to stomach. It’s easier to take. I mean, sure, times have changed, but people don’t change. That’s why the book’s never been irrelevant. There will always be people that want to push a little bit harder and there are repercussions. Knowing what happens to all the characters afterwards is really interesting. She knew Neal to the end of his life and they always shared what they had. They never left their hearts even though their lives changed monumentally.

- On whether On the Road is appropriate for Twilight fans:

I think that probably depends on your parents. I read On the Road when I was 14. My parents never really wanted to shelter me from the world that we live in so I think that I’m probably not the right person to ask (laughs).

- On the importance of being on the road:

When you can literally Google anything and see it, you feel like you don’t have to go see it in person. You can do a lot of travelling in your bedroom, but you’re not touching anything. You’re not feeling it.

- On doing her first nude scenes and how her parents handled it:

I think everyone was really happy that it took a few years for the movie to get made (laughs). My mom came to Cannes. She loved it. She was really proud. I haven’t talked to my dad about it yet (laughs).
Welcome to the Rileys was probably a more difficult movie for a parent to watch. I was so sensitive after that. That character really found its way into me. I was so overtly sensitive about anything, not just overtly sexual, but anything about a young girl. It just rocked me and I think my parents could probably feel that as well. So it was just not something that we engaged or talked about.
It’s hard to step outside of it. I know it’s funny to talk about it from an outsider’s perspective, like “Oh, it must be weird to sit down and watch your ass with your mom” or whatever, but it’s so weird being on the inside of it. I genuinely don’t feel like… I don’t want to say that I’m watching another person at all because what I love about my job is aspects of life that you relate to but you didn’t quite know you had in you can shock the shit out of you and so the process of making the movie is finding out why you responded that way. So, I don’t feel like you’re every playing a different person, but you’re taking care of another person and you have such a responsibility to that person. It’s easy to be mature about it. It’s easy to place it in a context and feel protective of it.

- Advice for young actors who might be starting out in a major franchise like Twilight:

You’d better love it or don’t do it. To be on one project for 5 years, I have the exact same feeling that I had when I first started it. The only difference is that now finally I have that weight lifted, but I want it back. I don’t have to worry about Bella anymore, but I’m like “Really? It’s so weird. Where is it? She’s not like tapping me on the shoulder anymore.” So, yeah. I would say “love it.”
Kristen s'est assise avec des journalistes pour une table-ronde à propos de 'Sur la Route', début novembre à Los Angeles.

* MAJ * Nouvelles citations!

•• DishMag - “Je crois que la loi actuelle est que, si vous êtes avec un parent vous pouvez y aller et voir un film R-rated (interdit au moins de 17 ans),” dit Stewart. “Je suppose que cela dépend de qui sont vos parents, ou de qui vous êtes. J'ai lu Sur la Route quand j'avais 14 ans, donc je ne sais pas. Mes parents n'ont jamais voulu me mettre à l'abri du monde dans lequel nous vivons. Je pense que si vous avez un désir de le voir, et que vos parents ne veulent pas que vous le voyez, prenez le taureau par les cornes.”

“La plupart des journalistes avec qui je m'assois sont d"énormes fans de Sur la Route,” dit Stewart. “Je pense qu'ils sont assignés à ces histoires parce qu'ils ont un intérêt au livre. J'ai pu parler à beaucoup de fans passionnés de Sur la Route. Mais la différence entre eux [et les fans de Twilight] est qu'il y a beaucoup à ressentir dans Twilight, et ça c'est l'expérience d'avoir des échanges individuels avec les fans, sans même dire un mot. Vous le ressentez juste. Mais évidemment, avec Sur la Route il y a beaucoup à dire.”


28 nov
•• AwardsDaily - J'ai récemment rencontré certaines des membres de l'adaptation à venir du Sur la Route de Jack Kerouac lors d'interviews. La première était avec la co-star du film Garrett Hedlund (Tron: Legacy) et la seconde avec le scénariste Jose Rivera et le réalisateur Walter Salles qui avait déjà collaboré ensemble sur le hautement célèbre The Motorcycle Diaries (2004). Ces interviews seront à venir prochainement, mais en attendant, je voulais sortir quelques-unes des réponses les plus intéressantes de la table ronde avec Kristen Stewart qui a eu lieu le même jour.

Stewart est bien sûr dans tous les esprits en ce moment avec le dernier chapitre de Twilight, les râteaux à cash au cinéma, mais il est facile d'oublier qu'elle s'est aussi taillée une place agréable et a fait part de son meilleur boulot dans des films de moindre envergure comme Into the Wild, Les Runaways, Welcome to the Rileys et maintenant Sur ​​la Route.

Devant les caméras et devant les médias avant même qu'elle soit une adolescente, beaucoup d'encre a coulé à propos de Stewart et sa vie personnelle alors ce n'est pas vraiment surprenant qu'elle soit en quelque sorte réserver. Elle a la réputation d'être une personne difficile à interviewer, mais je ne la blâme pas. C'est ce qui arrive dans un monde où le comportement d'une jeune femme peut être claironné comme un "scandale" en titres des tabloids, même si quel qu'il soit tout cela tombe bien dans le cadre de la loi. Nous sommes une société qui semble avoir besoin de construire les gens et de les faire tomber encore et il peut ne pas être facile d'être ballotté par les forces à un âge où beaucoup de gens sont encore entrain d'essayer de comprendre ce qu'ils veulent faire d'eux-mêmes.

Donc, ce n'est pas du tout surprenant si Stewart semblait un peu nerveuse assise à une table pleine de micros et de personnes attendant de la disséquer. Au-delà de la vivacité (beaucoup de tapotage de pied), L'enthousiasme de Stewart pour son personnage et le projet l'ont emporté. Elle parlait en s'interrompant et reprenant en faisant en sorte que ses paroles suivent ses pensées, mais elle est clairement une personne intelligente qui a consacré beaucoup de temps à rentrer dans son personnage Marylou. Ce qui était intéressant aussi c'est tout l'amour et le respect qu'elle a eu pour son personnage. Mon avis sur l'histoire de Kerouac et particulièrement sur cette adaptation est qu'elle est dominée par les hommes Sal Paradise(Sam Riley) et le désinvolte Dean Moriarty (Hedlund) tandis que les personnages féminins (Marylou par Stewart et Camille jouée par Kirsten Dunst) n'ont en quelque sorte eu que la mauvaise partie de l'histoire. Néanmoins il est plutôt clair que Stewart voit son personnage de manière très différente et m'a fait penser à elle d'une nouvelle façon.

- Sur son personnage Marylou:

J'ai vraiment du creuser très profond pour le trouver en moi, pour jouer une personne comme ça. Ça a mis longtemps. Je ne pouvais pas dire non. J'aurais fais n'importe quoi dans ce film. J'aurais suivi le film dans une caravane si je n'avais pas obtenu un job dedans. J'avais comme 14 ou 15 ans quand j'ai lu le livre pour la première fois et 16 ou 17 quand j'ai parlé à Walter pour la première fois. C'était facile de relier les points après avoir vraiment appris à connaitre la personne qui se cache derrière le personnage et ce que vous avez besoin de tirer de ce style de vie. Ça n'est arrivé que très tard dans le processus de répétition. Au début j'étais juste attirée par l'esprit de celui-ci. Je suis le genre de personne qui a besoin d'être poussée vraiment très fort pour être en mesure de tout relâcher. Je pense que Marylou est ce genre de personne, celle où vous ne pouvez être que vous-même quand vous êtes à ses côtés parce qu'elle est résolument là et présente tout le temps, comme ce puits sans fond d'une généreuse empathie. C'est une qualité très rare qui vous rend capable de vivre une vie très pleine, une vie vraiment riche sans qu'on puisse obtenir quoi que ce soit de vous. Vous ne pouviez rien lui prendre. Elle obtenait toujours quelque chose en retour. Elle est incroyable.

- Sur LuAnne Henderson, la vraie femme derrière le personnage Marylou de Kerouac: 

Je pense qu'aujourd'hui LuAnne aurait été en avance sur son temps. Je pense généralement que les attentes des gens pour leurs vies sont d'une manière personnelle pas si différentes que ça. C'est une chose vraiment fondamentale de vouloir faire partie d'un groupe. Nous sommes des bêtes de somme. D'une certaine façon elle avait aussi des idéaux très conventionnels. Elle avait une capacité à vivre plusieurs vies sans qu'elles n’empiètent nécessairement l'une sur l'autre. Finalement elle n'allait pas outre l'émotion. Elle passait outre la jalousie, mais pas outre le sentiment d'être blessée. Elle s'est sentie blessée mais pas offensée.
Peut-être que si le film avait été fait à l'époque plutôt que maintenant, les gens auraient été choqués par le sexe et les drogues et auraient manqué de quoi parle réellement ce film. Tandis que maintenant que nous en avons vu un peu plus ça n'est pas aussi choquant qu'un coup dans l'estomac. Il est plus facile à prendre. Je veux dire, bien-sûr, les temps ont changés, mais les gens ne changent pas. C'est pourquoi le livre n'a jamais été aussi pertinent. Il y aura toujours des gens qui veulent pousser un peu plus fort et il y a des répercussions. Savoir ce qui arrive à tous les personnages après ça est vraiment intéressant. Elle connu Neal à la fin de sa vie et ils ont toujours partagé ce qu'ils avaient. Jamais ils n'ont quitté leurs cœurs quand bien même leurs vies avaient changé de façon monumentale.

- Quant à savoir si Sur la Route est approprié pour les fans de Twilight: 

Je pense que ça dépend de vos parents. J'ai lu Sur la Route quand j'avais 14 ans. Mes parents n'ont jamais voulu me mettre à l'abri du monde dans lequel nous vivons donc je pense que je ne suis probablement pas la bonne personne à qui demander (rires).

- Sur l'importance d'être sur la route: 

Lorsque vous pouvez littéralement tout rechercher sur Google et le voir, vous ressentez que vous n'avez pas besoin d'aller le voir en personne. Vous pouvez beaucoup voyager depuis votre chambre, mais vous ne touchez rien. Vous ne le ressentez pas.

- A propos de faire ses premières scènes de nu et la façon dont ses parents ont géré ça: 

Je pense que tout le monde a été très content qu'il ai fallu quelques années pour que le film se fasse (rires). Ma mère est venue à Cannes. Elle l'a aimé. Elle était vraiment fière. Je n'ai pas encore parlé de ça avec mon père (rires).
Welcome to the Rileys a probablement été plus difficile à regarder pour un parent. J'étais tellement sensible après ça.
Ce personnage a vraiment fait son chemin jusqu'à moi. J'étais franchement sensible à n'importe quoi, pas seulement ce qui était ouvertement sexuel, mais tout ce qui pouvait concerner une jeune fille. Ça m'a simplement retournée et je pense que mes parents pouvaient aussi ressentir ça. Donc ça n'a pas été quelque chose dont nous nous sommes occupé ou dont nous avons parlé.
C'est dur d'en sortir. Je sais que c'est amusant de parler de ça d'un point de vue extérieur, comme "Oh, ça doit être bizarre de vous asseoir et de regarder votre cul avec votre mère" ou peut importe, mais c'est tellement bizarre d'en faire partie. Sincèrement, je ne me sens pas...Je ne veux pas dire que je regarde une autre personne du tout parce que ce que j'aime de mon job ce sont ces aspects de la vie qui vous concerne mais que vous ne saviez pas vraiment que vous aviez en vous et qui viennent vous frapper à la gueule de sorte que tout le processus de fabrication du film est de découvrir pourquoi vous avez répondu de cette manière. Donc, je n'ai pas envie de jouer chacune des différentes personnes, mais vous prenez soin de quelqu'un d'autre et vous avez une telle responsabilité envers cette personne. C'est facile d'être mûre à ce propos. C'est facile de le mettre dans son contexte et de s'en sentir protecteur.

- Un conseil pour les jeunes acteurs qui pourraient démarrer dans une importante franchise comme Twilight:

Vous feriez mieux de l'aimer ou de ne pas le faire. Pour être sur un projet pendant 5 ans, j'ai exactement le même sentiment que j'ai eu lorsque je l'ai commencé. La seule différence est que maintenant on m'a enlevé ce poids, mais je veux le récupérer. Je n'ai plus à me soucier de Bella, mais je suis comme "Vraiment? C'est trop bizarre. Où est-il? Elle n'est plus là à me taper sur l'épaule." Alors, ouais. Je dirais " Aimer le".


Via