Monday, March 17, 2014

Old outtakes now in UHQ + NEW outtake from Kristen's Backstage Photoshoot (2012)

Anciennes photos désormais en UHQ + NOUVELLE photo du photoshoot Backstage de Kristen (2012)
Photographed by Blake Gardner - Photographiée par Black Gardner


image host image host image host
NEW outtake - NOUVELLE photo
image host

Scans

(November 2012 issue - Numéro de novembre 2012)
image host image host image host image host image host

Interview

For our interview with Kristen Stewart, pick up copies of Backstage on newsstands Nov. 08 (For one week).

Transcript:

OUT OF THE DARKNESS
Leaving her "TWILIGHT" years behind, Kristen Stewart goes "ON THE ROAD"

Kristen Stewart is not who you might think she is.
By Jenelle Riley

Since her career rocketed into the stratosphere with the first “Twilight” film in 2008, Stewart has frequently been portrayed in the media as serious or sullen, intensely private and uncomfortable with giving interviews. But spend a few minutes with the 22-year-old, and it becomes apparent that nothing could be further from the truth. Seated in the corner of a Beverly Hills hotel restaurant in a simple white T-shirt and a baseball cap just days before the release of the final “Twilight” installment, “Breaking Dawn: Part 2,” Stewart seems at complete ease. She is thoughtful and warm; despite having only met once in passing six weeks earlier, she instantly recognizes and greets her interviewer with a friendly hug. She’s got a sharp sense of humor. And, for the record, “I actually like giving interviews!” She elaborates, “Given that I can talk to a hundred or more people at a press junket, at some point there is going to be something brought up that makes me see things I never considered. It’s fascinating to talk to so many people about one of the most important things in your life.”

Stewart is also an actor, and a good one at that, a fact that seems to get lost in all the media attention devoted to her personal life. But before “Twilight,” her talent was obvious to the likes of David Fincher, who cast Stewart at age 10 to play Jodie Foster’s daughter in “Panic Room,” and Sean Penn, who handpicked her to appear in his 2007 film “Into the Wild.” There are also her acclaimed turns in the indies “Speak” and as a young woman with a neurological disorder in 2007’s “The Cake Eaters,” a performance so convincing people would always ask director Mary Stuart Masterson where she had found an actor with the actual disease. Next month will see Stewart in one of her most challenging roles to date, as 16-year-old free spirit Marylou in “On the Road,” director Walter Salles’ screen adaptation of the beloved Jack Kerouac novel.

Stewart actually met with Salles in 2007 after the director caught her performance as a melancholy teen in “Into the Wild,” but it took several years for the film to get made. It’s time that Stewart is grateful for. “The role was so beyond me at that point,” she says. “I loved the character, and I would have done craft services to be involved with that movie. But I drove away shaking because I was thinking, ‘Oh, my God, I think I’m going to get the job, and I don’t know if I can do it!’ ”

Playing someone as uninhibited as Marylou, who romances both her boyfriend, Dean (Garrett Hedlund), and the film’s protagonist, Sal Paradise (Sam Riley), required Stewart to be exposed, figuratively and literally. The nudity didn’t intimidate Stewart, who played a stripper in 2010’s “Welcome to the Rileys,” though she knew it was something the media would latch on to, anticipating headlines like “‘Twilight’ Good Girl Bares All!” says Stewart, “I know it’s an odd thing to say, but it didn’t worry me. I really do love taking walls down. I didn’t want to hide, especially as Marylou—she’s the last person who would hide.” As it turns out, it was a simple dance scene that frightened Stewart the most. “But whenever I had doubts, I was able to talk to Walter, and all my apprehensions went away,” she says. She starts to praise her director at length before stopping herself and saying, “What can I say—he’s fucking awesome.” Salles has nothing but kind words for Stewart in return. “Kristen is a seriously talented actress who’s going to surprise us many times in the future,” the director says in a phone call from Brazil. “She has the possibility to do pretty much whatever she wants, and she opts for roles that are very courageous choices—characters you might not expect her to play.”

While “On the Road” might seem like an attempt to break away from her “Twilight” image, that’s another misconception about Stewart; unlike many actors associated with a popular franchise, she’s not interested in putting Bella Swan behind her. “Other people try to distance me from her, but not me,” she says. “I’ve said it a hundred times before: I love Bella.” To that end, she admits to getting frustrated when people label the character as weak or passive; it does seem a faulty argument, considering how many times Bella takes action that endangers her life to fight for what she loves. “If Edward and Bella switched places, he would be viewed as someone to admire, someone who just lays everything on the line,” she says. “It takes such a strong person to completely subject yourself to something and give yourself over to something so wholly. It’s an equal relationship; they both give the same amount, so why is she condemned for it? I don’t get it.”

Aside from this year’s blockbuster “Snow White and the Huntsman,” Stewart has gravitated largely to independent fare between “Twilight” films, like playing Joan Jett in “The Runaways” or holding her own opposite Melissa Leo and James Gandolfini in “Rileys.” But “Twilight” has much more in common with those scrappy indies than people think; the first film was not a guaranteed hit when she signed on, just a modestly budgeted movie with unknown actors from an unproven studio. “It’s funny how people forget that,” Stewart says. “If I don’t look elated in a paparazzi photo, people say, ‘Well, you signed on to this!’ Well…not really, all right?” Stewart can pinpoint the moment she began to realize what the film would become. “It was at Comic-Con, when we were literally hit with the energy of 6,000 people like a brick wall in the face. That was the moment I went, ‘What the fuck is this going to be?’”

No one could have anticipated the phenomenon it would become, let alone Stewart, who tries to take the scrutiny and attention in stride. Which brings us to “Fifty Shades of Grey,” the erotic publishing phenomenon that began as “Twilight” fan fiction. Has Stewart read it? “Not really—I’ve skimmed parts of it,” she says. “When I read the first few pages describing her messy hair, I was like, ‘This is so strange.’” Stewart can’t resist an uninhibited laugh, adding, “But it’s just so raunchy! I mean, obviously, everyone knows that. But when I see people reading it on planes and stuff, I’m genuinely creeped out. Like, you’re basically just reading porn right now! Get that blanket off your lap!”

THE 'LONG' ROAD

In 2007, Walter Salles was having dinner with two friends, “Babel” director Alejandro González Iñárritu and composer Gustavo Santaolalla, when he mentioned he was looking for a young actor to play Marylou in “On the Road.” Says Salles, “They both said, in unison, ‘You absolutely have to meet this girl who is in ‘Into the Wild.’” After checking out the film, Salles was taken by the then-unknown Kristen Stewart. “Kristen doesn’t appear for the first two-thirds of the film, but when she comes into the story she just brings a unique light and magnetic quality to the screen that very few actresses possess,” he says. After a meeting at the Sunset Marquis (a place Stewart says now has “a very special place in my heart”), Salles offered her the role. “Several actors were testing for the part at this point, and I didn’t even ask her to test,” he says.

On set, Salles says Stewart impressed everyone with her work ethic. “She is unbelievably concentrated. She can be so tough with herself; she doesn’t give up until she reaches a point where she believes she did her best. That kind of pursuit of excellence is really a gift for any director.” As for her lesser-known talents, he says, “Her iPod had the best selection of music from the ’70s you will ever find, so whenever we wanted good music, we would report to Kristen. Also, she plays pool as well as the boys. Better, in fact. She beat them most of the time.”
Pour notre interview avec Kristen Stewart, procurez-vous des exemplaires du Backstage dans les kiosques dès le 8 novembre (Pendant une semaine).

Retranscription:

HORS DE L’OBSCURITÉ
Laissant ses années "TWILIGHT" derrière elle, Kristen Stewart va "SUR LA ROUTE"

Kristen Stewart n'est pas qui vous pensez qu'elle est.
Par Jenelle Riley

Depuis que sa carrière a été propulsée dans la stratosphère avec le premier film "Twilight" en 2008, Stewart a souvent été dépeinte dans les médias comme trop sérieuse ou maussade, extrêmement privée et mal à l'aise en donnant des interviews. Mais passer quelques minutes avec celle de 22 ans, et il devient évident que rien ne pouvait être plus éloigné de la vérité. Assise dans le coin d'un restaurant du Beverly Hills Hotel dans un simple tee-shirt blanc et une casquette de baseball, quelques jours avant la sortie du volet final de "Twilight", "Breaking Dawn Part 2", Stewart semble complètement à l'aise. Elle est réfléchie et chaleureuse; bien que nous ne nous soyons rencontré qu'une seule fois six semaines plus tôt, elle reconnaît instantanément et salue son interlocuteur avec une accolade amicale. Elle a un sens aigu de l'humour. Et, pour mémoire, "En fait j'aime bien donner des interviews!" Elle poursuit, "Étant donné que je peux parler à une centaine de personnes à la press junket, à un moment donné il va y avoir quelque chose qui sortira du lot qui me fera voir des trucs que je n'avais jamais pris en considération. C'est fascinant de parler à tant de gens à propos de l'une des choses les plus importantes dans votre vie."

Stewart est également une actrice, et une bonne à cela, un fait qui semble se perdre dans toute l'attention médiatique consacrée à sa vie personnelle. Mais avant "Twilight", son talent était évident pour des gens comme David Fincher, qui a casté Stewart à 10 ans pour jouer la fille de Jodie Foster dans "Panic Room", et Sean Penn, qui l'a trié sur le volet pour apparaître dans son film de 2007 "Into the Wld". Il y a aussi ses virages acclamés dans les films indépendants "Speak" et en tant qu'une jeune femme avec un trouble neurologique en 2007 dans "The Cake Eaters," une performance qui a convaincu les gens, qui demandaient toujours à la réalisatrice Mary Stuart Masterson, où elle avait trouvée une actrice avec la maladie en question. Le mois prochain nous verrons Stewart dans un de ses rôles les plus difficiles à ce jour, en tant que la Marylou de 16-ans-à-l'esprit-libre dans "Sur la route", adaptation à l'écran de Walter Salles du célèbre roman de Jack Kerouac.

Stewart a en fait rencontrée Salles en 2007 après que le réalisateur ait vu sa performance d'adolescente mélancolique dans "Into the Wild", mais il a fallu plusieurs années pour que le film se fasse. Stewart en est reconnaissante. "Le rôle était tellement au-dessus de moi à cette époque là," dit-elle. "J'ai adorée le personnage, et j'aurais fait des craft services (ndt: s'occuper de la nourriture et des boissons pour l'équipe d'un film sur un plateau de tournage) pour participer dans ce film. Mais je suis parti toute tremblante parce que je pensais, 'Oh, mon Dieu, je crois que je vais avoir le job, et je ne sais pas si je peux le faire!'"

Pour jouer quelqu'un d'aussi désinhibée que Marylou, qui a une romance à la fois avec son petit-ami, Dean (Garrett Hedlund), et le protagoniste du film, Sal Paradise (Sam Riley), il a été nécessaire à Stewart d'être exposée, littéralement et métaphoriquement. La nudité n'a pas intimidée Stewart, qui a jouée une strip-teaseuse en 2010 dans "Welcome to the Rileys", si elle savait que c'était quelque chose à laquelle les médias allaient s'accrocher, anticipant des titres comme "La bonne fille de 'Twilight' se met à nu!" dit Stewart, "Je sais que c'est une chose étrange à dire, mais ça ne m'a pas inquiéter. J'aime vraiment prendre des murs. Je ne veux pas me cacher, d'autant plus que Marylou, est la dernière personne à cacher." Il s'avère que, c'était une simple scène de danse qui a fait le plus peur à Stewart. "Mais chaque fois que j'ai eu des doutes, j'ai pu parler à Walter, et tous mes appréhensions s'en allaient," dit-elle. Elle commence à faire longuement l'éloge de son réalisateur avant de se arrêter en disant: "Qu'est-ce que je peux dire, il est putain d'incroyable." Salles n'a que des mots aimables sur Stewart en retour. "Kristen est une sérieuse actrice talentueuse qui va nous surprendre à plusieurs reprises dans l'avenir," le réalisateur dit dans un appel téléphonique en provenance du Brésil. "Elle a la possibilité de faire à peu près tout ce qu'elle veut, et elle opte pour des rôles qui sont des choix très courageux - des personnages que vous pourriez ne pas vous attendre à la voir jouer."

Alors que "Sur la route" pourrait apparaître comme une tentative de rompre avec son image de "Twilight", il s'agit d'un autre malentendu à propos de Stewart, à l'inverse de nombreux acteurs associés à une franchise populaire, elle ne cherche pas à mettre Bella Swan derrière elle. "D'autres personnes essaient de me distancer d'elle, mais pas moi," dit-elle. "Je l'ai dit cent fois avant: J'aime Bella." Sur cela, elle avoue être frustrée quand les gens étiquettent le personnage comme faible ou passive; ça a l'air d'un argument défectueux, compte tenu du nombre de fois où Bella prend des mesures qui mettent en danger sa vie pour se battre pour ce qu'elle aime. "Si Edward et Bella changent de place, il serait considéré comme une personne à admirer, quelqu'un qui a juste la bonne ligne de conduite," dit-elle. "Il faut être une telle personne forte pour se soumettre totalement à quelque chose et vous abandonnez à quelque chose si entièrement. C'est une relation d'égalité; ils donnent tous deux la même quantité, alors pourquoi est-elle condamnée pour cela? Je ne comprends pas."

À part le film blockbuster de cette année "Blanche-Neige et le Chasseur," Stewart s'est dirigée en grande partie vers des projets indépendants entre les films "Twilight", comme en jouant Joan Jett dans "The Runaways" ou en se tenant aux côtés de Melissa Leo et James Gandolfini dans "Welcome to the Rileys". Mais "Twilight" a beaucoup plus en commun avec ces films indépendants que les gens ne le pensent; le premier film n'était pas un succès garanti quand elle a signée, juste un film modestement budgétisé avec des acteurs inconnus d'un studio non prouvé. "C'est drôle comment les gens oublient cela," dit Stewart. "Si je ne semble pas enchantée dans une photo de paparazzi, les gens disent, 'Eh bien, vous avez signé pour ça!' Eh bien.. pas vraiment, ok?" Stewart peut définir exactement le moment où elle a commencée à réaliser ce que le film deviendrait. "C'était à la Comic-Con, quand nous avons été littéralement frappés par l'énergie de 6 000 personnes comme un mur de brique dans le visage. C'était le moment où j'étais genre 'Putain, Qu'est-ce que ça va être?'"

Personne ne pourrait avoir prévu le phénomène que ça deviendrait, sans parler de Stewart, qui essaye de prendre la chose minutieusement et l'attention dans la foulée. Ce qui nous amène à "Fifty Shades Of Grey," le phénomène de publication érotique qui a commencé comme une fanfiction de "Twilight". Stewart l'a-t-elle lu? "Non vraiment - j'en ai lu quelques parties," dit-elle. "Quand j'ai lu un peu les premières pages décrivant ses cheveux en bataille, j'ai réalisée, 'Ceci est si étrange.'" Stewart ne peut pas résister à un rire sans complexe, ajoutant, "Mais c'est juste si libidineux! Je veux dire, évidemment, tout le monde le sait. Mais quand je vois les gens le lire dans des avions et autres, je suis flippée. Genre, tu lis juste un porno maintenant! Retires cette couverture (de livre) de tes genoux!"

LA 'LONGUE' ROUTE

En 2007, Walter Salles dînait avec deux amis, le réalisateur de "Babel" Alejandro González Iñarritu et le compositeur Gustavo Santaolalla, quand il a mentionné il cherchait une jeune actrice pour jouer Marylou dans "Sur la Route". Salles dit, "Ils ont tous les deux dit, ensemble, 'Tu dois absolument rencontrer cette fille qui est dans 'Into The Wild.'" Après avoir régler le film, Salles a été emballé par Kristen Stewart alors inconnue. "Kristen n'apparaît pas durant les premiers deux tiers du film, mais quand elle entre dans l'histoire elle apporte juste une qualité légère et magnétique unique à l'écran que très peu d'actrices possèdent," dit-il. Après une réunion au Sunset Marquis (un endroit ue Stewart nomme comme "un endroit très spécial dans mon coeur"), Salles lui a offert le rôle. "Plusieurs acteurs étaient entrain d'être tester pour le rôle à ce moment-là et je ne lui ai pas même demandé d'être tester," dit-il.

Sur le tournage, Salles dit que Stewart a impressionnée tout le monde avec son travail éthique. "Elle est incroyablement concentrée. Elle peut être si dure avec elle-même; elle ne n'arrête pas jusqu'à qu'elle ait atteint un point où elle croit qu'elle a fait de son mieux. Cette sorte de poursuite d'excellence est vraiment un cadeau pour n'importe quel réalisateur." Quant à ses talents moins connus, il dit, "Son iPod avait la meilleure sélection de musique des années 70 que vous ne trouverez jamais, ainsi quand nous avons voulu la bonne musique, nous faisions un rapport à Kristen. Aussi, elle joue au billard aussi bien que les garçons. Mieux, en fait. Elle les a battus la plupart du temps."

Fashion

JOE'S JEANS "Teddy Bomber Jacket" : Buy|Acheter
image host


Source #2 - Fashion - Scans