Thursday, November 22, 2012

New interview with FOCUS Online (Germany)

Nouvelle interview avec FOCUS Online (Allemagne)


Focus: Miss Stewart, with 'Breaking Dawn Part 2' the vampire saga which made you rich and famous, comes to an end. Are you relieved or sad that it’s over?

KS: Both. After the huge success of the first film we felt a lot of pressure, the series developed into a global phenomenon. We were part of a brand that had to be maintained. That's over now, and I'm not sad about it. The saga was a dominant part of my life during the past five years. So much happened during that time - and I've definitely become more mature.

FOCUS: First of all you became an international teen idol practically overnight. How did you cope with so much attention as a 17-year-old?

Stewart: The hype caught us all completely by surprise. The fans went literally crazy, suddenly we needed bodyguards. That was crazy. Jennifer Lawrence, the lead actress in The Hunger Games, who’s going through a similar situation right now, had asked me for advice on how to handle it. I told her: "Enjoy it and at the same time remember your own values."

FOCUS: Has the hype burdened you in a psychological way?

Stewart: Of course, nobody is really prepared for it. We travelled around the world to promote the movies. Wherever we showed up, huge crowds that screamed their heads off were expecting us. It is flattering, but at the same time it’s also scary. Sometimes it was just too much for me.

FOCUS: You became a product and therefore got marketed?

Stewart: The film was the product. Well, probably we somehow were one as well. We followed the plan and the guidelines.

FOCUS: You’ve been often described as "wooden", "arrogant" and on some internet forums really insulted. Have you been aware of that?

Stewart: At the beginning I often logged in the forums of the fans, in preparation for the role of Bella. It soon turned out as a mistake. I've read all sorts of things about me and quickly decided to let it be. I can understand, however, when some of the media describe me as "wooden". I was terribly anxious before the first rounds of interviews and was extremely nervous. Fortunately, it’s gotten all better in the meantime.

FOCUS: What has helped you in getting there?

Stewart: I learnt a lot from Rob (Robert Pattinson, editor). For him it was a lot easier to deal with the fans and the media, right from the beginning. Rob was, in general, an important supporter during the "Twilight" years.

FOCUS: Talent shows are booming, many people dream of becoming famous. Do you understand that?

Stewart: There are probably several motives why people apply to those casting shows. Some of them have real talent; they just want to show it and maybe make a profession of it, if they get a chance. The others live in a dream world. I’ve never wanted to become an actress to be famous. Those who live out those fantasies will probably fail horribly. Fame appears many people worth striving for. They would probably change their minds if they would get to see what it feels like having to give up the private life to a great extent.

FOCUS: You are keeping your private life under wraps - which is not always successful.

Stewart: I already have so much of me to give away, that it just makes me consider my private life, what I do at home, or who I'm dating, just sacred. We must not surrender completely in this business, that’s what I learnt quite fast. Also due to the "Twilight" hype.

FOCUS: Is it difficult after all that’s happened in the last few months to do a joint promo tour with Robert Pattinson?

Stewart: No, we're okay.

FOCUS: Is it easier to play a couple in a movie when you’re also in a relationship off-screen?

Stewart: In the end we both just focused on the roles which couldn’t be further away from reality. I mean, Rob played a vampire. He was wearing red contact lenses and was painted pale. So you do not think: Oh, that's Rob there. On set I always saw him as Edward, the vampire.

FOCUS: Can you understand the enourmous fascination for vampires?

Stewart: Sort of. It's just a kind of a fantasy world. Young girl falls in love with a vampire who can fly with her through the woods. A guy like a superhero. I can understand that especially young people like to immerse themselves in such ideas. Perviously the women dreamed of being picked up by a prince on a white horse, nowadays there are just vampires. But in the end it all comes down to the longing for romance.

FOCUS: "Harry Potter," "Twilight", "The Hunger Games" – does the desire for fantasy worlds get bigger the more problematic the real world is?

Stewart: That’s what has defined cinema for about 100 years. If reality gets more complex, fantasy films gives a welcoming variety to the everyday life. We’ve often been asked why the saga is extremely successful. We have attracted people in a world where the impossible becomes possible. Bella gives birth to a child of a vampire while being still human, and eventually turns into a Vampire with superior forces. On a bad day I would probably like to seek refuge in such a fantasy world, too. Sounds tempting, right?

FOCUS: Do you read fantasy novels yourself?

Stewart: I rather prefer the classics. Authors such as Albert Camus and John Steinbeck inspire me.

FOCUS: You once wanted to study literature?

Stewart: That’s what I could absolutely imagine doing in the future. I left school after the eighth grade, was then taught mainly by private tutors and graduated from high school via the Internet. The idea of going to school again is appealing. But currently I rather use the opportunities that I get in the movie business. I want to be a better character actress. This is something I realised about my abilities as an actress in "Twilight". I still have plenty of room to improve.
FOCUS: Mademoiselle Stewart, avec la saga de vampires 'Breaking Dawn Part 2', qui vous a rendue riche et célèbre, arrive à sa fin. Êtes-vous triste ou soulagée que ça se termine?

KS: Les deux. Après l'immense succès du premier film nous avons eu beaucoup de pression, la saga s'est développée en un phénomène mondial. Nous faisions partie d'une marque que nous devions entretenir. C'est fini maintenant, et je n'en suis pas triste. La saga a été une partie dominante de ma vie durant les cinq dernières années. Tellement de choses se sont passées pendant ce temps - et j'ai définitivement beaucoup mûri.

FOCUS: Tout d'abord, vous êtes devenue une idole adolescente internationale pratiquement du jour au lendemain. Comment avez-vous vécu toute cette attention à seulement 17 ans?

Stewart: Ce battage médiatique nous a complétement tous prit par surprise. Les fans sont littéralement devenus fous, et tout à coup nous avons eu besoin de gardes du corps. C'était dingue. Jennifer Lawrence, l'actrice principale de Hunger Games, qui traverse la même situation en ce moment, m'avait demandé conseil sur la façon de gérer ça. Je lui avait dit: "Apprécie-le et en même temps souviens toi de tes propres valeurs."

FOCUS: Est-ce que ce battage médiatique vous a accablé d'une manière psychologique?

Stewart: Bien sûr, personne n'est vraiment prêt pour ça. Nous avons voyagé à travers le monde pour promouvoir nos films. Partout où nous nous rendions, d'énormes foules nous attendaient en criant à en perdre la tête. C'est flatteur, mais en même temps c'est effrayant. Parfois c'était juste trop pour moi.

FOCUS: Vous étiez devenue un produit et donc étiez commercialisée?

Stewart: Le film était le produit. Eh bien, probablement que quelque part nous en étions devenu un aussi. Nous avons suivi les plans et les consignes.

FOCUS: Vous avez souvent été décrite comme 'étant de bois', 'arrogante' et vraiment insultée sur certains forums internet. Étiez-vous au courant de cela?

Stewart: Au début je me connectais souvent sur les forums de fans, lors de ma préparation pour le rôle de Bella. Ça s'est vite avéré être une erreur. J'ai lu toutes sortes de choses sur moi et rapidement décidé de laisser faire. Je peux cependant comprendre , que certains médias me décrivent comme 'étant de bois'. J'étais terriblement anxieuse avant les premières tournées d'interviews et j'étais extrêmement nerveuse. Heureusement, tout s'est amélioré entre temps.

FOCUS: Qu'est-ce qui vous a aidée à en arriver là?

Stewart: J'ai beaucoup appris de Rob ( Robert Pattinson, rédacteur). Dès le début, ça a été beaucoup plus facile pour lui de gérer les fans et les médias. Rob a été, en général, un soutien important durant toutes ces années 'Twillight'.

FOCUS: Les émissions de 'nouveaux talents' sont en plein essor, beaucoup de personnes rêvent de devenir célèbres. Le comprenez-vous?

Stewart: Il y a probablement plusieurs raisons pour que les gens s'inscrivent à ces émissions-casting. Certains d'entre eux ont réellement du talent; ils veulent juste le montrer et peut être en faire leur métier s'ils en ont la chance. Les autres vivent dans un monde imaginaire. Je n'ai jamais voulu devenir actrice pour être célèbre. Probablement que ceux qui vivent pour ces fantasmes échoueront terriblement. La célébrité semble valoir néanmoins la chandelle pour beaucoup de gens. Ils changeraient sûrement d'avis s'ils avaient l'occasion de voir ce que l'on ressent lorsqu'on doit renoncer en grande partie à sa vie privée.

FOCUS: Vous conservez votre vie privée tenue secrète - ce qui n'est pas toujours un succès.

Stewart: J'ai déjà tellement de moi-même à donner, ce qui me fait considérer ma vie privée, ce que je fais chez moi, où avec qui je sors, c'est simplement sacré. On ne doit pas complètement s'abandonner dans ce métier, c'est que j'ai appris plutôt vite. C'est aussi du au battage médiatique de 'Twilight'.

FOCUS: Est-il difficile après tout ce qui s'est passé au cours des derniers mois de faire une tournée promotionnelle conjointe avec Robert Pattinson?

Stewart: Non, on va bien.

FOCUS: Est-il plus facile de jouer un couple dans un film quand on entretient aussi une relation hors-écran?

Stewart: Au final, nous nous sommes tous deux concentrés sur les rôles qui ne pouvaient pas être plus à l'opposé de la réalité. Je veux dire, Rob joue un vampire. Il portait des lentilles de contact rouges et était maquillé très pâle. Donc vous ne vous dîtes pas: Oh, c'est Rob là. Sur le plateau je l'ai toujours vu comme Edward, le vampire.

FOCUS: Pouvez-vous comprendre cette énorme fascination pour les vampires?

Stewart; En quelque sorte. C'est juste une espèce de monde fantastique. Une jeune fille tombe amoureuse d'un vampire qui peut voler avec elle à travers les bois. Un type du genre super héros. Je peux comprendre qu'en particulier les jeunes aiment se plonger dans de telles idées. Autrefois, les femmes rêvaient d'être prises par un prince sur un cheval blanc, juste que de nos jours ce sont les vampires. Mais au final tout se résume au désir de la romance.

FOCUS: 'Harry Potter', 'Twilight', 'The Hunger Games' -- est-ce que plus le désir pour les mondes fantastiques s'accroit plus ça devient problématique pour le monde réel?

Stewart: C'est ce qui depuis 100 ans définit le cinéma. Ça devient plus compliqué, les films fantastiques offrent une variété accueillante pour la vie quotidienne. On nous a souvent demandé pourquoi la saga a eu un extrême succès. Nous avons attiré les gens dans un monde où l'impossible devient possible. Bella donne naissance à l'enfant d'un vampire alors qu'elle était encore humaine, pour finalement se transformer en vampire avec des forces décuplées. Dans un mauvais jour j'aimerais probablement aussi trouver refuge dans une sorte de monde fantastique. Ça à l'air tentant, pas vrai?

FOCUS: Lisez-vous des romans fantastiques vous-même?

Stewart: Je préfère plutôt les classiques. Les auteurs tels que Albert Camus et John Steinbeck m'inspirent.

FOCUS: Il fût un temps vous vouliez étudiez la littérature?

Stewart: C'est ce que je pouvais complètement envisager faire de mon avenir. J'ai quittée l'école après la quatrième, j'ai eu un enseignement assuré principalement par des professeurs particuliers et j'ai été diplômée du lycée via internet. L'idée de retourner à l'école à nouveau est attrayante. Mais actuellement je préfère utiliser les opportunités que je reçois dans le milieu du cinéma. Je veux être une meilleure actrice. C'est quelque chose que j'ai réalisé sur mes capacités en tant qu'actrice dans 'Twilight'. J'ai encore beaucoup d'espace à améliorer.
Source - English translation via