Saturday, November 10, 2012

New interview with The Philippine Daily Inquirer

Nouvelle interview avec The Philippine Daily Inquirer


LOS ANGELES— “I have been asked a lot about growing up lately,” Kristen Stewart said in a recent press conference, in reply to a question about what she had learned about herself, especially this year which saw her go through a turbulent few months.

“One solid thing I can say is that fear is not necessarily a bad thing,” declared Kristen, clad in a Stella McCartney dress and sporting Christian Louboutin shoes. “It’s something that, as you get older, you can get a bit more comfortable with. Fear is a very motivating thing in life. You should not be crippled by it—use it instead.”

Kristen said that with the release this week of “The Twilight Saga: Breaking Dawn–Part 2,” the media interviews were making her feel like she was “graduating from high school.” The actress remarked, “Everyone’s asking, ‘What have you learned at the end of this ‘Twilight’ experience? What did ‘Twilight’ do to you?’ You pick up, drop off so many different inhibitions and you’re never going to have none. Fear is a good thing.”

Back stories

Is this really the end of the “Twilight” series? How about prequels and sequels? “We’ve spoken to Stephenie (Meyer) about it since the beginning,” came Kristen’s quick reply. “Are there going to be more books? I think Stephenie has decided that Edward and Bella are allowed to be happy forever now. We’ve gotten them to a really good place. I think we should leave them alone.”

Then Kristen offered a tantalizing prospect to “Twilight” fans: “There are so many back stories that haven’t been explored. There’s the wolf pack …”

On the final movie itself, which costars Robert Pattinson and Taylor Lautner, of course, she had this to say: "Bill (Condon, director) really does twist the knife at the end of this one for anybody who doesn’t really want to say goodbye yet. I still feel like I don’t have to say goodbye, though. That’s the beauty of making movies. They’re not going anywhere."

Last shooting day

She added: “There have been so many times when everybody thinks that the moment’s going to hit them. There are various degrees of letting something go. I don’t know if it’s more of me as a fan of the series, from an outsider’s perspective. It’s strange that we’re not going to sit here and talk about it directly anymore. It’s strange that we’re not going to be all together anymore but we all still have it. It’s not going anywhere.”

Kristen recounted the last shooting day: “[There were] two different times when we thought that we had finished. We wrapped on the majority of the production with the wedding scene and the entire cast was there. It was one of those moments that didn’t hit. It was almost like we all knew that we weren’t done yet.”

“We had to go and do a little bit of additional footage for the honeymoon in St. Thomas. The sun was coming up. We had to stop shooting. We must have been finished hours before but we just kept going. It was weird. Nobody was tired at the end of the day. Typically, after a long day in the ocean, standing on apple boxes, everyone would be exhausted but there was this serious lightness that was unlike anything I’d felt.”

She continued to share her thoughts on the end of her “Twilight” era. What we’ve always liked about her is that she weighs the words that come out of her mouth. She does not just blurt out any empty statements. “At the end of a movie, whether it was like five weeks or five months, nobody really wants to let it go,” she pointed out.

“We got to live in this world for so long that it was like, suddenly this weight was lifted. There are so many beloved moments that weigh on you for years. The fact that it was all done—it was strange to actually miss the worry, to suddenly go, ‘Whoa, I don’t have this worry anymore.’ That’s when the pain gets you. You’re suddenly like … I’ve really desperately wanted someone to take it off my hands for so long. Suddenly, I want it back.”

Asked about Jodie Foster, whom she announced as the next recipient of the Golden Globes’ Cecil B. DeMille Award, Kristen said of the actress who played her mom in David Fincher’s “Panic Room”: “[At my age at the time] she was the perfect example to be around. This may not be the most remarkable thing about her. It’s always shocking for people to see—which is strange—that when she’s doing a movie, she’s like a hired hand. She completely understands that it takes a lot of people to make a movie. There’s no hierarchy with her. It’s a group effort. Most actors take themselves incredibly seriously. She’s just incredibly normal. I’ve always really identified with that. I have that mentality, possibly partly due to her.”

When a reporter touted the usual question about what special power she would like to have, Kristen graciously obliged with, “I would like to be able to teleport. I’d love to be able to jump. And that would be different a few years ago.” In her calm demeanor, she dished this year’s understatement: “I might be really obvious and say that I would want to fly but that would draw a little bit too much attention nowadays—if I started flying now.”

On her other film, Walter Salles’ adaptation of Jack Kerouac’s iconic novel that defined the Beat Generation, Kristen said, “I read ‘On the Road’ for the first time when I was a freshman in high school. One thing that’s said about the book is that it really does change as you get older. If you pick it up again and read it, you do start realizing that you can choose the people that you surround yourself with. You start to feel the choice in your life. You start to feel that you can actually reach out and grab something. Even if you don’t know what it is, there’s just that itching beneath the surface.”

In a fitting move for her post-“Twilight” career, Kristen boldly plunges into her role as Marylou and appears in a threesome bed scene with Garrett Hedlund and Sam Riley. “When I read the book, I was so taken by how the characters were with each other,” she stressed. “I wanted to find people who pushed me like that. I wanted to move. I’m seriously opposed to anything that stays too stagnant. I do really appreciate things being fluid and there’s nothing more fluid than that book. It runs like water. I wanted to chase after it. It’s a pretty universal feeling, too. How to escape”

“A lot of people would say that I was fairly young to read that book. Between 15 and 25 is a big gap but it’s a period so completely full of desire. It was like okay for them to explore that and it was fun.”

At the AFI Fest gala screening party of “On the Road,” Kristen, fetching in an all-black outfit (she quickly changed from her red-carpet Balenciaga attire), surprised us with her answer on what challenged her the most in the movie. She said it was the dance scene with Garrett—a wild, uninhibited one to percussive rhythm. Sitting nearby at the party was Robert.

In the press con, Kristen offered this reply about how she escapes from it all: “I really love my car. I’m from LA so any time I can get behind the wheel, I feel good.” On the road. Of course.
LOS ANGELES – "On m'a énormément parlé du fait de grandir ces derniers temps," dit Kristen Stewart lors d'une récente conférence de presse, en réponse à une question sur ce qu'elle avait appris sur elle-même, surtout cette année qui l'a vu passer quelques mois turbulents.


"Une chose certaine dont je peux parler, c'est que cette peur n'est pas nécessairement une mauvaise chose," a déclarée Kristen, vêtue d'une robe Stella McCartney et de chaussures Louboutin. "C'est quelque chose qui, alors que vous vieillissez, vous permet d'être un peu plus à l'aise. La peur est une chose très motivante dans la vie. Elle ne doit pas vous handicaper – au contraire on doit l'utiliser."

Kristen a dit qu'avec la sortie de Breaking Dawn Part.2 cette semaine, les interviews avec la presse lui donnaient le sentiment 'd'avoir obtenu son diplôme de fin de lycée'. L'actrice fait remarquer que, "Tout le monde demande, 'Qu'avez-vous appris de l'expérience Twilight en fin de compte ? Qu'a fait Twilight pour vous ? On entasse, abandonne tant d'inhibitions différentes et on en aura plus jamais aucune. La peur est une bonne chose."

Histoires du passé.

Est-ce vraiment la fin de la saga Twilight ? Qu'en est il des pré saga et des suites ? "On en a parlé avec Stephenie (Meyer) depuis le début," Kristen dit elle rapidement. "Est-ce qu'il y a aura des livres supplémentaires ? Je pense que Stephenie a décidé que Bella et Edward sont maintenant autorisé à être heureux pour l'éternité. On leur a donné une excellente place. Je pense qu'on devrait les laisser tranquilles."

Puis, Kristen a offert une perspective alléchante aux fans de Twilight : "Il y a tant d'histoires qui n'ont pas été explorées. Il y a la meute de loups…"

Concernant le dernier film en lui-même, avec ses partenaires Robert Pattinson et Taylor Lautner, bien sûr, elle avait ceci à dire : "Bill (Condon, le réalisateur) retourne vraiment le couteau dans la plaie à la fin de celui-ci pour quelqu'un qui ne veut pas encore dire adieu maintenant. J'ai toujours l'impression que je n'ai pas à dire au revoir, toutefois. C'est la beauté de la réalisation de films. Ils ne partent nulle part."

Dernier jour de tournage

Elle ajouta : "Il y a tant de fois où tout le monde pense que le moment allait les frapper. Il existe divers degrés pour laisser aller les choses. Je ne sais pas si plus de ma perspective, en tant que fan de la saga, que de celle d'une personne extérieure. C'est étrange on ne va plus s'asseoir ici et en parler directement. C'est étrange on ne va plus être ensemble mais c'est encore là. Ça ne va aller nulle part."

Kristen a raconté la dernière journée de tournage: "[Il y avait] deux moments différents lorsqu'on a pensé qu'on avait terminé. On avait terminé la majorité de la production avec la scène du mariage et le casting complet était là. C'était l'un de ces moments où on ne réalise pas. C'était presque comme si on savait tous qu'on n'en avait pas encore fini."

"On a du tous aller faire quelques scènes additionnelles pour la lune de miel à St. Thomas. Le soleil se levait. On devait s'arrêter de tourner. On devait avoir fini depuis plusieurs heures, mais on avait simplement continué. C'était bizarre. Personne n'était fatigué à la fin de la journée. Généralement, après une longue journée dans l'océan, debout sur des cagettes à pommes, tout le monde aurait dû être épuisé, mais il y avait cette légèreté grave qui ne ressemblait à rien de ce que j'ai ressenti' auparavant."

Elle a continué à partager ses réflexions sur la fin de son époque Twilight. Ce que nous avons toujours aimé chez elle, c'est qu'elle pèse les mots qui sortent de sa bouche. Elle ne se contente pas de laisser échapper des déclarations vides. "A la fin d'un film, que ce soit un tournage de cinq semaines ou cinq mois, personne ne veut réellement partir," a t-elle souligné.

"On est arrivé à vivre dans ce monde depuis si longtemps que c'était, tout d'un coup que ce poids fut retiré. Il y a tellement de moments chéris qui pèsent sur vous pendant des années. Le fait que tout ai été fait – en fait c'était étrange d'oublier les soucis, tout à coup, de se dire, 'Wow, je n'ai plus à m'en soucier'. C'est alors que la douleur vous accueille. Vous êtes tout à coup comme … j'ai désespérément voulu que quelqu'un me l'enlève de mes mains pendant si longtemps. Soudainement, je veux la récupérer."

Interrogée sur Jodie Foster, qu'elle a annoncé  comme étant la prochaine lauréate du Prix des Golden Globes 'Cecil B. DeMille', Kristen a dit de l'actrice qui a joué sa mère dans Panic Room de David Fincher: "[A mon âge à l'époque], elle était le parfait exemple avec qui il fallait s'entourer. Cela n'est peut-être pas la chose la plus remarquable à son sujet. C'est toujours choquant pour les gens de voir – ce qui est étrange – que lorsqu'elle fait un film, elle est comme un mercenaire. Elle comprend parfaitement qu'il faut un grand nombre de personnes pour faire un film. Il n'y a pas de hiérarchie avec elle. Il s'agit d'un effort collectif. La plupart des acteurs se prennent très au sérieux. Elle est juste incroyablement normale. Je me suis toujours identifiée à cela. J'ai cette mentalité, peut-être en partie grâce à elle."

Lorsqu'un journaliste vante la question habituelle de ce pouvoir spécial qu'elle aimerait posséder, Kristen répond gracieusement par: "J'aimerais être capable de me téléporter. J'adorerais être capable de sauter. Et cela aurait été différent il y a quelques années." Dans son attitude calme, elle évite l'euphémisme de cette année: "Ça pourrait être évident et je pourrais dire que je veux voler, mais ça attire un peu trop d'attention de nos jours – si je commençais à voler aujourd'hui."

Concernant son autre film, l'adaptation par Walter Salles du roman emblématique de Jack Kerouac qui a défini la Beat Generation, Kristen a dit, "J'ai lu Sur la Route pour la première fois lorsque j'étais en seconde au lyçée. Une chose qui est dite sur le livre, c'est que ça vous change vraiment alors qu'on vieillit. Si on le reprend et le relit, on commence à réaliser qu'on peut choisir les gens dont on s'entoure. On commence à ressentir le choix dans votre vie. On commence à ressentir qu'on peut réellement atteindre et saisir quelque chose. Même si on ne sait pas ce que c'est, il ne s'agit seulement que de démangeaisons sous la surface."

Dans un geste appropriée pour sa carrière post-Twilight, Kristen plonge ardemment dans son rôle de Marylou et apparaît dans une scène à trois au lit avec Garrett Helund et Sam Riley. "Lorsque j'ai lu le livre, j'ai tellement été saisie par la manière dont les personnages étaient les uns avec les autres', a t-elle souligné. 'Je voulais trouver des gens qui m'ont poussé comme ça. Je voulais bouger. Je suis sérieusement opposée à tout ce qui reste trop stagnant. J'apprécie vraiment les choses qui sont fluides et il n'y a rien de plus fluide que ce livre. Il coule comme de l'eau. Je voulais courir après ça. C'est un sentiment assez universel, également. Comment s'échapper?"

"Beaucoup de gens diraient que j'étais trop jeune pour lire ce livre. Entre 15 et 25 ans, il y a un grand écart, mais c'est une période pleine de désirs. C'était bon pour eux de découvrir cela et c'était amusant."

Lors de la soirée de projection de Sur La Route à l'AFI Fest, Kristen, toute vêtue de noire (elle s'est rapidement changée de sa tenue Balenciaga du tapis rouge), nous a surpris avec sa réponse sur ce qui l'a défiée le plus dans le film. Elle a dit que c'était la scène de danse avec Garrett – une danse sauvage, décomplexée sur un rythme de percussions. Robert était assis à proximité lors de la soirée.

Lors de la conférence de presse, Kristen a donné cette réponse sur la façon dont elle échappe à tout cela : 'J'aime vraiment ma voiture. Je viens de LA donc à chaque fois que je suis derrière le volant, je me sens bien'. Sur la route. Bien sûr.
Source