Sunday, November 4, 2012

Full Kristen's interview with Movieline at the Toronto International Film Festival

Interview complète de Kristen avec Movieline au Toronto International Film Festival


ITsOTBY: Our previous post with some quotes

Stewart spoke with ML during the Toronto International Film Festival where the film had its North American premiere. She shared thoughts on her character's "hard love," how she grew herself being a part of the film and how this was the "biggest experience" she's felt on a set.

So what was your road to On the Road?

I was 14 or 15 when I first met Walter Salles. I spoke to him when I was 17, I think I may have shot the first Twilight, I'm not sure - possibly I was about to go do it. At first I was talking about playing another part, so it's been a long time coming. I don't know how I was able to get around that kind of energy, but to convey that I loved this thing in the way [Walter Salles] does and as soon as you get around that energy it passes between you, nothing really needs to be said. I got the job on the spot, and I drove away just vibrating. I was like, 'Are you kidding me?' Plus I was very young, I wasn't quite old enough for the part yet.

When I read the book many years ago, I found it sprawling and didn't seem to have elements that would make it translatable to the screen - at least I remember thinking that at the time. What did you think of the book when you first read it?

I was reading it for school, so I had to read it. I did independent study when I was in high school. I remember, I took so long to read the book. All I had to do was read it and write a report, it wasn't like I had to do an intensive study of the book, and it took me months and months - I was late. But, I think my teacher was OK with it because I think ultimately the paper was good.

But, people say it's different when you read it at different ages - but for me at the time, it was fun! At that age you start realizing you have a choice in who you surround yourself with. Up until that point, you're just around circumstantially who you're with - your family or whatever - but at that point you can start choose your family - and I've got a great family by the way - but I mean just the people you decide to surround yourself with. I don't want to sound cliché, but people should pull something out of you that would otherwise remain unseen.

And when I read the book I thought, 'gosh I need to find people like that.' I'm definitely not [my character, Marylou's] type. As I continued reading it and got older, the weight of it started to mean more. I was totally enamored by the colors and the way he wrote it and jumped over words and how it read like a song. Then when I did the movie, to play a part like Marylou - she's very vivid. She's very colorful and interesting and on the periphery so you don't know how and why she can do the things that she does.

By the time it came to bring it to life, I didn't want to play just a crazy, wild sexy girl. I wanted to apply all the whys and get to know the people behind the characters. There's a weight to it. It's not easy to live a life like that. That's what makes these people kind of remarkable. It's a give and take. There's no way to have this without pain, but they're not frivolous, they can feel it…

Marylou's a forward thinking progressive soul, but she's also surrounded by this situation with her ongoing yet ever-changing situation with her ex-husband, Dean, who is still an emotional roller coaster, both for himself and her. Did you ever judge her in respect to why she'd tolerate him for so long?

No, I never had done so. I always wondered how she could take it. How deep is that well? How much can you give and how much can you let be taken from you?

What I found about her is that she's very unique to her time, but nowadays she'd be something else. Her capacity to see everyone's flaws and appreciate them is really unbelievable. Any interview we did with anyone who was involved with them [before doing the movie] always said the same thing - that she was such a wonderful woman. She's infectiously amazing. So, no I didn't judge her.

So then, how would you describe the relationship between your character, Marylou and Dean?

They really are simpatico. It's tumultuous. It's hard to love like that. But they're so in love with each other. You don't know this from reading the book, but they stayed lovers until the end of his life. He kind of raised her and she always had a place in his heart, though I think the capacity was so enormous that there were also others in that heart, but she was at the center. And the same goes the other way around. I think they helped each other grow up and they raised each other.

How do you hope your Twilight fans will approach seeing this movie? Undoubtedly some will be curious to see you doing something outside of Bella and this may be for many their first chance. How do you hope they'll approach seeing this film?

Well, I mean you just walk into a theater [laughs]… I think if I can have anything to do with just one person that would not have otherwise read On The Road, then that would be incredible and I'm very happy to be a part of that.

I think that if you have any inclination of seeing this being a Twilight fan, I have to say I don't have much control over the things that I choose because I do need to feel compelled to do the roles that I do. I very rarely tactfully think about my career and how people are going to perceive it and I think that's what people appreciate and if that's not the case, then it's kind of like - um, that's not going to go away. It's a false thing. I think people will really like it and if you didn't like the book, then don't watch the movie. You know what I mean? However anyone wants to interpret it is all good with me.

People describe On the Road as a "watershed moment" in American culture in that it upended the strict conservative culture that prevailed in the 1950s in the U.S. So from your perspective as a 20-something, how do you see it as relevant culturally today?

I think this is a good time to see this story visually because most people can watch it and not be shocked by it as they might have before. Back then, it would have been so shocking to see people doing drugs and having sex that they wouldn't have seen the spirit behind it - the message behind it would have been [diluted].

Though, maybe it would have been good because it would have forced people to look. But maybe they weren't able to yet. There's always going to be conflicting intuitions that might not even go together, but these are people who have the strength to be OK with people disagreeing.

At that stage of your life, there's so much ahead of you - at least it feels that way. The reach is so important even if something is unbeknownst to you, but you feel compelled to find out what it is… Don't ignore it! At that age, it's important to have a faith in feelings you can't articulate because at some point you need to hold onto them. And these guys found a word for that, it's the "It" and I don't think that's ever going to go away.

So what is that "It"? How would you describe the It?

[Laughs] Trust me, we've talked about that so much… It's the pearl. It's that thing that makes your life bounce. I think if we knew it… I honestly think it's an individual thing, but if something is funny to you and you're alone you can smirk at it or whatever, but suddenly if you're with a lot of people that also find it funny, you can be hysterically laughing. There's something about life that you can't completely describe. It also goes along with not ignoring that burn and going, 'OK, I'm content right now to be smart and conservative and hold onto what I've got.' I just think it's important to keep going for it.

How has your experience playing Marylou or in On the Road generally influenced your life professionally or personally? You said you've been a part of this project for a long time, so you've had quite a turn at experiencing this culture even as you took on other roles including, of course, Twilight.

It was the most time I've ever spent feeling. Twilight was a good five years and was a very indulgent creative experience. [Most projects] are usually only about five weeks, three months or six months tops. But because I was attached to On the Road so long, the build up and pressure inside by the time we go there was just bigger than anything I've ever felt on a set.

We had four weeks of proving that we were so thankful and happy to be there because we're all fans of the book, but we had put in the work and we knew the purpose and the weight of it and how so important it is to so many people. It's all to Walter [Salles'] credit, but if anything, what this has taught me is that if you stop thinking and just breathe through it, you're such a better actor. You just have to put in the initial work and then not become too analytical because you have to trust that you've already done it all.

So it's opened me up in a way that's appropriate to my age. I'm just a bit less inhibited. Just being able to not think so much before you speak is good. It has helped me in that way. It's not being less shameful, it's just being so much more unabashedly myself. I think that all started when I was 15. I can be around people and say what I think and have a conversation with a stranger and it's all good.
ITsOTBY: Notre post précédent avec des quelques citations

Stewart a parlé avec ML durant le Festival du film de Toronto où le film a eu sa première en Amérique du Nord. Elle a partagé ses pensées sur son personnage "d'amour difficile",comment elle en venueelle-mêmeà faire partie du film et comment cela a été la plus grande expérience qu'elle ait vécu sur un plateau.

Alors, quelle a été votre route vers Sur la route?

J'avais 14 ou 15 ans quand j'ai rencontré Walter Salles. Je lui ai parlé quand j'avais 17 ans, je pense que j'avais déjà tourné le premier Twilight je n'en suis pas sure-peut-être que j'étais sur le point de le faire. Au début, je parlais de jouer une autre rôle, donc ça apris du temps. Je ne sais pas comment j'ai pu contourner ce type d'énergie, mais pour transmettre que j'aimais cette chose de la façon dont [Walter Salles] le faisait et dès que vous passez autour de cette énergie elle vous traverse , rien n'a vraiment besoin d'être dit. J'ai obtenu le poste sur-le-champ, et je suis partie toute vibrante. J'étais comme, 'Tu te moques de moi?' En plus j'étais très jeune, je n'étais pas encore tout à fait assez âgée pour le rôle.

Quand j'ai lu le livre il y a plusieurs années, je l'ai trouvé si vaste et ilme semblait qu'il n'avait pas assez d'éléments pour le retranscrire à l'écran - du moins,c'est ce que je me souviens avoir pensé, à l'époque. Qu'avez-vous pensé du livre la première fois que vous l'avez lu?

Je l'ai lu pour l'école, alors j'ai dû le lire. J'ai fait une étude indépendante quand j'étais au lycée. Je me souviens, ça m'a prit tellement de temps pour lire le livre. Tout ce que j'avais à faire était de le lire et de faire un compte-rendu, ce n'était pas comme si je devais faire une étude approfondie de l'ouvrage, et il m'a fallu des mois et des mois - j'étais en retard. Mais, je pense que mon professeur était ok avec ça parce que je pense que finalement le papier était bon.

Mais, les gens disent que c'est différent quand on le lit à des âges différents - mais pour moi à l'époque, c'était amusant! A cet âge, vous commencez à réaliser que vouspouvez choisir qui vous voulez dans votre entourage . Jusqu'à ce moment là, vous êtes justeselon les circonstances avec qui vous êtes - votre famille ou autre - mais à ce stade, vous pouvez commencer à choisir votre famille - et d'ailleurs j'ai une grande famille- mais je veux dire vous décidez de qui va vous entourer. Je ne veux pas paraître cliché, mais les gens devraient pouvoir faire ressortir quelque chose en vous qui autrement resterait invisible.

Et quand j'ai lu le livre, j'ai pensé: "Dieu, j'ai besoin de trouver des gens comme ça." Je ne suis certainement pas de ce genre [mon personnage, Marylou ]. Comme je continuais à le lire en prenant de l’âge, le poids de celui-ci a commencé à avoir plus de sens. J'ai été totalement séduite par les couleurs et la façon dont il l'a écrit et a sauté sur les mots et comment il se lit comme une chanson. Puis quand j'ai fait le film,jouer un rôle comme celui de Marylou - elle est si vive. Elle est tellement colorée et intéressante et sur la périphérie de telle sorte que vous ne savez pas ni comment ni pourquoi elle peut faire les choses qu'elle fait.

Quand le moment de lui donner vieest arrivé, jene voulais pas juste jouerune folle, une fille sauvage et sexy. Je voulais appliquer tous les tenants et apprendre à connaître toutes les personnes derrière ces personnages. Ça a un certain poids au final. Il n'est pas facile de vivre une vie comme la leur. C'est ce qui rend ce genre de personnes remarquables. C'est un donnant-donnant. Il n'y a pas moyen d'avoir cela sans souffrir, mais ils ne sont pas frivoles, ils peuvent le ressentir ...

Marylou est une âmeavant-gardiste progressive , mais elle est également encerclée par sa situation actuelle toujours en évolution constante avec son ex-mari, Dean, qui est encore une des montagnes russes émotionnelles, à la fois pour lui comme pour elle. L'avez-vous déjà jugée sur les raisons pour lesquelles elle l'avait tolérer pendant si longtemps?

Non, je ne l'ai jamais fait. Je m'étais toujours demandé comment elle pouvait le prendre.Quelle en est même la profondeur?Combien pouvons-nous donner et à quel point pouvons-nous laisser nous prendre?

Ce que j'ai trouvé chez elle, c'est qu'elle est tout à fait unique pour son époque, mais aujourd'hui, elle serait tout autre chose. Sa capacité à voir les faiblesses de chacun et de les apprécier est vraiment incroyable. Toute entrevue que nous avons fait avec quelqu'un qui était impliqué avec eux [avant de faire le film] a toujours fait ressortir la même chose - qu'elle était une femme merveilleuse. Elle est contagieusement incroyable. Donc, non, je ne l'ai pas jugée.

Alors, comment décririez-vous la relation entre votre personnage, Marylou et Dean?

Ils sont vraiment simpatico. C'est tumultueux. C'est difficile d'aimer comme ça. Mais ils sont tellement amoureuxl'un de l'autre. Vous ne l'apprenait pas en lisant le livre, mais ils sont restés amants jusqu'à la fin de sa vie (Dean) . Il l'a en quelque sorte élevée et elle a toujours eu une place dans son cœur, mais je pense que la capacité était si énorme qu'il y en avait d'autres aussi dans ce cœur, mais elleétait au centre. Et c'est la même chose dans le sens inverse. Je pense qu'ils se sont aidés à grandir et qu' ilsse sont élevés l'un l'autre.

Comment espérez-vous que vos fans de Twilight aborderont ce film? Sans aucun doute certains seront curieux de voir que vous faites autre chose que de jouer Bella et ça pourrait être pour beaucoup leur première chance. Comment espérez-vous qu'ils vont aborder ce film?

Eh bien, je veux direvous venez juste d'entrer dans une salle de cinéma [rires] ... Je pense que si je peux avoir quoi que ce soit à faire avec une seule personne qui n'aurait pas pris autrement connaissance de 'Sur la route' , alors ce serait incroyable et je suis très heureuse d'en faire partie.

Je pense que si vous avez une quelconque inclinaison de voir ceci en étant un fan de Twilight, je dois dire que je n'ai pas beaucoup de contrôle sur les choses que je choisis parce que j'ai besoin de me sentir obligée de prendre les rôles que je fais. Je pense très rarement ma carrière avec tact et comment les gens vont le percevoir et je pense que c'est ce que les gens apprécient et si ce n'est pas le cas, alors c'est un peu comme - euh, ça n'est pas près de changer. C'est une faux truc. Je pense que les gens vont vraiment l'aimer et si vous n'avez pas aimé le livre, alors il ne faut pas aller voir le film. Vous voyez ce que je veux dire? Cependantqui que ce soit qui veuille interpréter cela pour moi ce sera très bien.

Les gens décrivent Sur la route comme un «tournant» dans la culture américaine du fait qu'elle ait bouleversé la culture stricte et conservatrice qui prévalait aux États-Unis dans les années 1950. Alors, de votre point de vue de fille de vingt et quelquesannées, comment le trouvez-vous aussi culturellement pertinent aujourd'hui?

Je pense que c'est un bon moment pour regarder cette histoire visuellement, car la plupart des gens peuvent le regarder et ne pas en être choqué, ils l'auraient été avant . À l'époque, il aurait été si choquant de voir des gens sedroguer et avoir des relations sexuelles qu'ils n'auraient pas vu l'esprit qui se cache derrière - le message derrière, aurait été [dilué].

Bien, peut-être qu'il aurait été bon parce qu'il aurait forcé les gens à regarder. Mais peut-être qu'ils n'en n'étaient pas encore capables. Il y a aura toujours des intuitions conflictuelles qui pourraient même ne pas aller de pair, mais ce sont des gens qui ont la force d'être OK avec des gens en désaccord.

A ce stade de votre vie, tout est devant vous - du moins on le ressent de cette façon.Tout est tellement à votre portée, même s' il y a des choses à votre insu, mais vous vous sentez obligée de trouver ce que c'est ... de ne pas l'ignorer ! À cet âge, il est important d'avoirfoi en les sentiments que vous ne pouvez pas exprimer parce qu'à un moment donné vous avez besoin de vous accrocher à eux. Et ces gars-là ont trouvé un mot pour ça, c'est le "It" et je ne pense pas que ça s'en ira jamais.

Alors qu'est-ce que le "It" ? Comment décririez-vous le It?

[Rires] Croyez-moi, nous en avons tellement parlé... C'est la perle. C'est ce truc qui fait rebondir votre vie. Je pense que si nous le savions ... Honnêtement, je pense que c'est une chose individuelle, mais si quelque chose est amusant et que vous êtes seule, vous pouvez lui sourire en coinou peut importe, mais tout à coup si vous êtes avec un grand nombre de personnes qui vont aussi le trouver drôle, vous pouvez en rire hystériquement. Il y a quelque chose à propos de la vie que vous ne pouvez pas complétement décrire. Il faut également ne pas ignorercettebrûlure et faire, 'OK, je me contente pour l'instant d'être intelligente et prudente et garder ce que j'ai déjà. "Je pense qu'il est important de continuer d'avancer.

Comment a été votre expérience en jouant Marylou ou dans Sur la route a t'il de manière générale influencé votre vie professionnelle ou personnelle? Vous avez dit que vous avez fait partie de ce projet pendant longtemps, de sorte que vous avez faitun tour complet de l'expérience de cette culture alors même que vous aviez accepter d'autres rôles, y compris, bien sûr, Twilight.

Ça a été le plus long moment que j'ai du passer a ressentir.Twilight a duré cinq bonnes annéeset a été une expérience créative assez indulgente. [La plupart des projets] ne durent environ normalement que cinq semaines, trois mois ou au maximum six mois. Mais parce que j'étais attachée à Sur la route depuis longtemps, l'accumulation et la pression à l'intérieur au momentoù nousy sommes allés a juste été plus grande que tout ce que j'ai jamais ressenti sur un plateau.

Nous avons passé quatre semaines à prouver que nous étions si reconnaissants et heureux d'être là parce que nous sommes tous des fans du livre, mais nous nous sommes mis au travail et nous savions que le but et le poids de celui-ci et la façon dont il a tant d'importance pour autant de personnes. Tout le mérite revient à Walter [Salles], mais si il y a quelque choseque cela m'a appris, c'est que si vous arrêtez d'y penser et que vous le respirer simplement, vous êtes un meilleur acteur. Vous avez juste à vous mettre au travail initial et ensuite ne pas devenir trop analytique parce que vous devez être confiant du fait que vous avez déjà tout fait.

Donc, il m'a ouvert d'une manière qui convient à mon âge. Je suis juste un peu moins gênée. Juste d'être capable de ne pas trop penseravant de parler c'est bien. Il m'a aidé dans ce sens . Ça n'est pas moins honteux, c'est juste être tellement moins intimidée. Je pense que tout a commencé quand j'avais 15 ans. Je ne peux pas être avec des gens et dire ce que je pense et avoir une conversation avec un étranger, et tout va bien.
Source via via