Friday, November 9, 2012

NEW portraits added - LA Times Interview & Portraits with Stephenie Meyer

Ajout de NOUVEAUX portraits - Interview & Portraits pour LA Times avec Stephenie Meyer


Photographed & interviewed on Nov 1st - Photographiées & interviewées le 1er nov

image host image host image host

Nov 12.
image host
LA Times - This last weekend saw the last tent city for the diehard fans of "The Twilight Saga." Hundreds of loyal devotees of the epic romance between a mortal teenager and her vampire boyfriend braved cold nights camped out at the L.A. Live complex awaiting Monday night's premiere of the fifth and final "Twilight" movie, "The Twilight Saga: Breaking Dawn Part II."

The film's nationwide debut in theaters this Friday marks the end of an era for the five-part movie series starring Kristen Stewart, Robert Pattinson and Taylor Lautner, based on the books by Phoenix-based author Stephenie Meyer. Back in 2008, when it all began on location in Portland, Ore., no one could have imagined what a cultural phenomenon "Twilight" would become for young female audiences.

"The first one felt like our one-shot, didn’t it?" Meyer asks Stewart during a recent wide-ranging interview with the L.A. Times. "[Our attitude was] we are all going to go have fun and make a vampire movie and that’s it, we will walk away from it. I don’t think anyone of us thought it was going to be five years of our life."

During those intervening years, the three relatively unknown actors became huge superstars and the films grossed $2.5 billion worldwide. The movies also proved that girl-driven stories could dominate the box office, paving the way for "The Hunger Games," and the slew of book adaptations currently in development across Hollywood.

And as the series became more and more popular, the pressure to create a cinematic experience while remaining faithful to the books mounted. Meyer is a firm believer that the first movie's director Catherine Hardwicke had the most freedom, while the others were more constrained by the series' popularity.

"When we started doing this, there weren’t a lot of people screaming about what they wanted. Catherine had a more creatively-open environment. Then after the reaction, Chris [Weitz] came in and there was a sense that these people are watching, they are waiting for the details, they want to see this exact scene. All the rest of the directors had a more difficult challenge. There was more pressure."

Pressure was also mounting on the young stars, though it turned out to be far less then the weight Stewart put on herself to get the character of Bella Swan right.

"I never let the imposing, ever-present cloud of pressure affect me," Stewart said. "To me, it was all pressure from the inside. Not the outside. That could have been crippling. You would wind up playing a really disjointed character if you were trying to satisfy a hundred thousand girls."

"And every girl wants something different from each other," added Meyer.

Rather, through the years, Stewart's commitment to Swan and her loyalty to the novels only grew.

"I wanted to protect [Bella] so badly. That’s how I find myself gravitating to certain roles," she said. "I have to say though, considering we didn’t know we were going to finish the series, we made the first one our own in a way I would never, ever, ever feel humanly comfortable doing later on. I was much more concerned with detail later on in the series."
LA Times - Tent City fut mis en place ce week-end dernier pour la dernière fois pour les fans purs et durs de la "Twilight Saga". Des centaines de dévots fidèles du roman épique entre une adolescente mortelle et son petit ami vampire ont bravé les nuits froides et ont campé devant le LA Live complex en attendant la première lundi soir du  cinquième et dernier "Twilight" film, "The Twilight Saga: Breaking Dawn Partie II."

Les débuts nationaux du film en salle ce vendredi marque la fin d'une ère pour la série de film en cinq parties mettant en vedette Kristen Stewart, Robert Pattinson et Taylor Lautner, basé sur les livres de Stephenie Meyer de Phoenix . Retour en 2008, quand tout a commencé sur place à Portland, dans l'Oregon, personne n'aurait pu imaginer que Twilight deviendrait un tel phénomène culturel pour le jeune public féminin.

"Le premier fut ressenti comme un essai, pas vrai?" Meyer demande à Stewart lors d'une récente grande interview avec le Los Angeles Times. "[Notre attitude était] nous allons tous aller nous amuser et faire un film de vampires et c'est tout, nous nous en éloignerons. Je ne pense pas que quiconque d'entre nous pensaient que ça allait prendre cinq années de notre vie. "

Au cours de ces années qui ont suivi, les trois acteurs relativement inconnus sont devenus des superstars énormes et les films ont rapporté 2,5 milliards de dollars dans le monde entier. Les films ont également prouvé que les histoires axées sur les filles pourraient dominer le box-office, ouvrant la voie à "The Hunger Games", et ainsi qu'aux adaptations de livres en cours de développement à travers Hollywood.

Et comme la série est devenue de plus en plus populaire, la pression pour créer une expérience cinématographique tout en restant fidèles aux livres montait. Meyer est persuadée que le réalisateur du premier film de Catherine Hardwicke avait le plus de liberté, tandis que les autres étaient plus limités par la popularité de la série.

"Lorsque nous avons commencé à le faire, il n'y avait pas beaucoup de gens qui criaient à propos de ce qu'ils voulaient. Catherine avait un environnement plus ouvert créativement  Puis, après la réaction, Chris [Weitz] est arrivé et il y avait un sentiment comme si ces gens regardaient, ils sont en attente pour les détails, ils veulent voir cette scène exacte. Tout les autres réalisateurs ont eu un défi plus difficile. Il y avait plus de pression."

La pression a été également monté pour les  jeunes stars, mais il s'est avéré être beaucoup moins imposant, que le poids que Stewart a mis sur elle-même pour obtenir le bon caractère de Bella Swan.

"Je ne laisse jamais l'imposant, toujours présent nuage de pression me toucher," a dit Stewart. "Pour moi, c'était toute la pression de l'intérieur. Pas l'extérieur. Cela aurait pu être rédhibitoire. Vous finirez par jouer un personnage très décousu, si vous tentiez de satisfaire une centaine de milliers de filles."

"Et chaque fille veut quelque chose de différent les unes des autres," a ajouté Meyer.

Au contraire, au fil des ann"es, l'engagement de Stewart envers Swan et sa loyauté envers les romans n'ont fait que progresser.

"Je voulais tellement protéger [Bella]. C'est comme ça que je me retrouve gravitant autour de certains rôles," at-elle dit. "Je dois dire cependant, qu'étant donné que nous ne savions pas que nous allions finir la série, nous avons fait le premier à nôtre façon, d'une manière dont je ne me saurais jamais, jamais, jamais sentie à l'aise de faire humainement plus tard. J'étais beaucoup plus préoccupée avec des détails plus tard dans la série."

Nov 9.
image host
LA Times - Even after all this time, author Stephenie Meyer, the Mormon mother of three who became an overnight literary sensation with the 2005 publication of her young-adult novel "Twilight," can't explain the phenomenon that surrounds the grand romance between vampire Edward Cullen and human teenager Bella Swan, characters played on-screen by Robert Pattinson and Kristen Stewart.

"I don't know what makes people love it, I don't know what makes people hate it," said Meyer, seated comfortably in a suite of a Beverly Hills hotel. "But I do know that the feeling of being in love is a good feeling. We want to feel that emotion."

"I've always said that," Stewart said to Meyer, sitting beside her. "It's so vicarious. It's not like you are watching two people or reading two people. You feel like you are doing it. It's rare."

There's no question that "Twilight" is that rare gem: a book and movie property that stokes a kind of unquenchable fire among its largely female fan base. That following has been so sizable and so fervent that the "Twi-hards," as they're called, have helped transform Meyer's supernatural tale into a $2.5-billion business, proving that girl-centric tales can be powerful forces at the box office.

With the fifth and presumably final big-screen entry, "The Twilight Saga: Breaking Dawn — Part 2," due to arrive in theaters Friday, Meyer and Stewart seem to share a bond reminiscent of the connection between Meyer's two protagonists.

Their closeness stems from the unlikely duo's joint goal of ensuring that the beloved material, for all its melodrama, remained intact as it was translated to the big screen. That required them to battle nervous studio executives who wanted Stewart's interpretation of Bella to be less tortured, hardened detractors who railed against overwrought story lines and pop culture satirists who often turned the franchise into its own punch line.

Meyer had already made the leap from Arizona housewife to bestselling author when she first met Stewart, then an up-and-coming actress building her career primarily through roles in indie films. In the intervening years, Meyer's stature and influence as a young-adult author became comparable to that enjoyed by J.K. Rowling or Suzanne Collins, though critics never responded to her writing the way enthusiastic readers did.

Stewart, however, has garnered plenty of acclaim — if not in the often tepidly reviewed "Twilight" movies, then in small challenging roles in films such as Sean Penn's "Into the Wild" or Walter Salles' upcoming adaptation of the Beat Generation classic "On the Road." She's also endured a tabloid celebrity she never planned for thanks to her on-again, off-again relationship with "Twilight" costar Pattinson.

Reaching the end of the saga was particularly satisfying for the actress, who seemed pleased to be able to take Bella to the happy if somewhat complicated conclusion of her journey — and to move on to the next phase of her career.

"I'm so ready to be done," said the 22-year-old.

A changed Bella

Directed like its predecessor by Oscar winner Bill Condon, "Breaking Dawn — Part 2" begins with Bella Swan as a newborn vampire and a new mother, whose half-human daughter, Renesmee, threatens to spark a war among various tribes of vampires from around the globe. The ruling class in Italy, the Volturi, wrongly assume that Bella and Edward have transformed a human child into a vampire, something that is expressly forbidden, and gather forces to take down the entire Cullen clan.

The story line gave Stewart the opportunity to bring a new dimension to a character who'd always considered herself ordinary and clumsy; with her supernatural powers, she could be graceful and beautiful, lightning-fast and lethal.

"I played her as human for so long, so the enhanced version of her made so much sense to me," said Stewart, her long limbs folded under her on the couch. "Everything so perfectly fit that I was so amped to do it."

Meyer recalled standing in front of the monitor on the set of the film when Stewart shot her first scene as vampire Bella, nervously anticipating the outcome.

"We were dancing by the monitors — 'Look at her go,'" Meyer said as Stewart pretended to leave the room, not wanting to hear the compliment. "It was such a huge weight lifted. It wasn't a different character. It was Bella, but it was a totally different Bella. It was so exciting."

Her newfound abilities also might help to dispel notions that Bella is too passive a character, a young girl too dependent on her boyfriend as a source of her happiness — though Meyer and Stewart flatly reject that view.

"Flop the roles. If Bella was a vampire and Edward was the human and you changed nothing but the genders, none of that criticism would exist," said Stewart. "It would be 'Wow, he just laid everything on the line for her. It's so amazing, and it must take such strength to subject yourself to that.' Also, the relationship is entirely equal."

"She gets what she wants," Meyer added.

"Plus, she's the one that keeps the bus going the entire time," continued Stewart. "If it was up to Edward, they would have given up at the first movie."

A new ending

The 700-page-plus "Breaking Dawn" novel was released just a few months before director Catherine Hardwicke's adaptation of "Twilight" reached theaters in 2008. The book was met with controversy, even among Meyer's loyal fans. Renesmee's birth is an especially gruesome sequence — one that Condon had to carefully navigate for the previous PG-13-rated movie — and some readers complained about Bella's choice to carry the child to term despite obvious risks to her own health.

There was also grumbling about an ending that felt too soft, too anticlimactic.

"I had a lot of concerns about making 'Breaking Dawn' a movie," said Meyer, who holds final approval on the scripts for the "Twilight" films. "There were a lot of things they wanted to change. There were some serious problems."

Fealty to source material on beloved properties like "Twilight" is always a concern — deviate too much from the book and fans, even those who maybe weren't wild about what was on the page initially, will cry foul. But it was Meyer herself and screenwriter Melissa Rosenberg, who has written each of the five scripts for the films, who devised a new ending over dinner one night in Vancouver while the second "Twilight" movie, "New Moon," was filming.

Of course, neither Meyer nor Stewart will reveal the new conclusion, but Meyer believes the solution is one fans will embrace. She and her star are somewhat less reserved in their elation for the digital trickery used for Renesmee, who in the book is born the size of a normal baby but whose unusual parentage results in rapid growth. (The character is played in the film by 12-year-old actress Mackenzie Foy.)

Stewart was initially asked to hold a robotic doll instead of a real baby for some scenes, but that approach didn't yield quite the right result.

"It was the most creepy, horrific horror doll you've ever seen — and it was mechanical," Meyer said with a laugh. "It's gouging her cheek and sticking to her hair. We reshot the whole thing. We didn't wind up using any of the footage, but that doll was so horrifying. I mean that doll comes to life and kills people."

"They should have had a real baby," Stewart said. "I really missed having a real baby. They were the scenes I looked forward to the most, and then I had this thing. It was really disheartening."

Instead, the filmmakers employed some techniques David Fincher and his team pioneered for "The Curious Case of Benjamin Button," projecting Foy's face on older and younger girls as the script required.

Life after 'Twilight'

Stewart and Meyer are ready for "Twilight" to come to a close. Its years of pop culture dominance have taken a toll on the women, particularly Stewart, who appears resigned to the glaring spotlight, though no more comfortable with it.

The two discussed the public's desire to put celebrities on pedestals only to knock them down and the reality of the 24-hour news cycle as the mechanism that's destroyed the mystery of the movie star.

Stewart compared the need-to-know frenzy to the public wanting another movie, one played out in magazines, on the radio and on television, based on the actors' real lives. Things turned especially personal for Stewart last summer when photographs surfaced of the actress apparently cheating on boyfriend Pattinson with filmmaker Rupert Sanders, who directed Stewart in the fairy-tale adventure "Snow White and the Huntsman."

"People are just going to write the movie version of your life and consume it the way they please. I get the inclination to be entertained by that as well, so go for it. Have at it. Take it. Take it," Stewart said, pulling at her cashmere sweater. "But you knew nothing about my relationship before. You know less now. How could you?"

Meyer sympathizes with Stewart's plight. Until the teenage stars came along, the author, a self-described introvert troubled that people felt that they knew her without ever having met her, was the one in the eye of the storm.

For Meyer, life after "Twilight" will involve more movies — Open Road will release writer-director Andrew Niccol's adaptation of her novel "The Host" in March, and she recently produced her own indie film, "Austenland," based on her friend Shannon Hale's novel.

Stewart is moving on as well. She just signed on to join Ben Affleck in the lighthearted film "Focus," in which she'll play a woman who falls for a veteran con-man.

Meyer said new tales set in the "Twilight" universe continue to rumble in her head, but she's not sure she's willing to write them down and reignite the firestorm of publicity and attention.

"The stories are there. I'm just not sure I'd want to get into the hurricane again," Meyer said. "Maybe on my death bed I'll gather everybody around and tell them what happens: who dies, who turns into a bad guy. And then I'll breathe my last breath and be done."

"What a perfect way to end it," Stewart added.
LA Times - Même après tout ce temps, l'auteur Stephenie Meyer, mère de trois enfants qui Mormone, est devenue un phénomène littéraire du jour au lendemain  avec la publication en 2005 de son roman pour jeunes adultes "Twilight", ne peut pas expliquer le phénomène qui entoure la grande romance entre le vampire Edward Cullen et Bella Swan humaine adolescente, personnages joués à l'écran par Robert Pattinson et Kristen Stewart.

"Je ne sais pas ce qui fait que les gens aiment, je ne sais pas ce qui fait que les gens détestent," dit Meyer, confortablement assise dans une suite d’un hôtel de Beverly Hills. "Mais je sais que le sentiment d’être amoureux est un sentiment agréable. On veut ressentir cette émotion."

"J’ai toujours dit ça," dit Stewart à Meyer, assise à côté d’elle. "C’est tellement le fait d’autrui. Ce n’est pas comme si on regardait deux personnes ou lire deux personnes. On le ressent comme si on le vivait. C’est rare."

Il ne fait aucun doute que "Twilight" soit une perle rare: un livre et un film sous licence qui attise une sorte de feu qui ne s'éteint pas parmi sa base de fans majoritairement féminine. Ce qui suivi a été si important et si fervent que les "Twi-hards", comme on les appelle, ont contribué à transformer ce conte surnaturel de Meyer en une entreprise de 2,5 milliards $, ce qui prouve que les contes centrés sur une fille peuvent être des forces puissantes au box-office.

Avec le cinquième et probablement derniere sortie sur grand écran, "The Twilight Saga: Breaking Dawn - Part 2", devrait arriver en salles vendredi, Meyer et Stewart semblent partager un lien fort nous faisant penser au lien entre les deux protagonistes de Meyer.

Leur proximité découle d'un objectif commun de duo improbable qui avait pour but de veiller à ce que le matériau bien-aimée, malgré son mélodrame, reste intacte comme il a été traduit pour le grand écran. Ce qui les obligeait à se battre faces aux nerveux dirigeants des studios  qui voulaient que l'interprétation de Bella par Stewart soit moins torturée, ainsi que face aux détracteurs endurcis qui pestaient contre certaines lignes de l'histoire surmenés et satiristes de la culture pop qui ont souvent tourné la franchise dans sa propre finalité.

Meyer avait déjà fait le saut de la femme au foyer d'Arizona pour un auteur à succès quand elle a rencontré Stewart, une actrice qui a construit sa carrière principalement par l'intermédiaire de ses rôles dans des films indépendants. Dans les années qui ont suivi, la stature et l'influence de Meyer comme  jeune auteur-adulte sont devenues comparable à celle de JK Rowling ou Suzanne Collins, bien que les critiques n'aient jamais répondu à son écriture de la façon dont les lecteurs enthousiastes l'ont fait.

Stewart, cependant, a suscité beaucoup d'éloges - si ce n'est dans les nombreux tièdes commentaires sur les films «Twilight», puis dans de petits rôles difficiles dans des films tels que Sean Penn "Into the Wild" ou l'adaptation prochaine de Walter Salles du classique de la Beat Generation "Sur la route". Elle a également subi une célébrité tabloïd qu'elle n'avait jamais prévu grâce à sa relation tumultueuse, avec sa costar de 'Twilight' Robert Pattinson.

Atteindre la fin de la saga a été particulièrement satisfaisant pour l'actrice, qui semblait heureuse d'être en mesure d'amener Bella vers une conclusion heureuse si quelque peu compliquée de son voyage - et de passer à la prochaine étape de sa carrière.

"Je suis tellement prête à le faire," a déclarée l'actrice de 22 ans.

Une Bella transformée

Réalisé comme son prédécesseur par un réalisateur oscarisé Bill Condon, «Breaking Dawn - Part 2" commence avec Bella Swan en vampire nouveau-né et une nouvelle mère, dont la fille demie-humaine, Renesmée, menace de déclencher une guerre entre les différentes tribus de vampires du monde entier. La classe dirigeante en Italie, les Volturi, à tort, pensent que Bella et Edward ont transformé un enfant humain en vampire, ce qui est expressément interdit, et ils rassemblent des forces pour abattre l'ensemble du clan Cullen.

La trame de l'histoire a donné à Stewart l'occasion d'apporter une nouvelle dimension à son personnage qu'elle avait toujours considéré elle-même comme ordinaire et maladroite, ici avec ses pouvoirs surnaturels, elle pourrait être gracieuse et belle, rapide comme l'éclair et mortelle.

"Je l’ai jouée en tant qu’humaine depuis si longtemps, donc sa version améliorée a tellement plus de sens pour moi," dit Stewart, ses longues jambes repliées sous elle sur le canapé. "Tout colle si parfaitement que j’ai été tellement exacerbée pour le faire."

Meyer se souvient être debout devant le moniteur sur le plateau de tournage lorsque Stewart a tourné sa première scène en tant que Bella vampire, anticipant nerveusement le résultat.

"On gesticulait devant les moniteurs – ‘Regardez-là’," dit Meyer alors que Stewart fait semblant de quitter la pièce, ne voulant pas entendre le compliment. "C’était un tel poids à retirer. Ce n’était pas un personnage différent. C’était Bella, mais c’est une Bella totalement différente. C’était tellement excitant."

Ses capacités nouvellement acquises pourraient également aider à dissiper les idées que Bella soit un personnage trop passif, une jeune fille trop dépendante de son copain comme une source de son bonheur - bien que Meyer et Stewart rejettent catégoriquement ce point de vue.

"Changeons les rôles. Si Bella était un vampire et Edward était l'être humain et vous ne changeriez rien sauf leurs genres, aucunes de ces critiques n'existeraient," a déclarée Stewart. "ce serait: "Wow, il a juste mis tout sur la ligne pour elle. C'est tellement incroyable, et cela doit prendre une telle force pour vous soumettre à ça. En outre, la relation est tout à fait égalitaire."

"Elle obtient ce qu'elle veut," ajoute Meyer.

"De plus, c'est elle qui maintient la barque tout le temps," poursuit Stewart. "Si c'était à Edward, ils auraient renoncé au premier film."

Une nouvelle fin

Le roman "Breaking Dawn" de plus de 700 pages a été publié quelques mois avant l'adaptation de Catherine Hardwicke de "Twilight" qui est sorti en salles en 2008. Le livre a soulevé la controverse, même parmi les fidèles supporters de Meyer. La naissance de Renesmee est une séquence particulièrement horrible - que Condon avait soigneusement su gérer pour le film précédent en le gardant PG-13 - et certains lecteurs se sont plains au sujet du choix de Bella pour mener sa grossesse à terme en dépit des risques évidents pour sa propre santé.

Il a également été maugréant contre une fin qui se sentait trop molle, trop décevante.

"J'ai eu beaucoup de préoccupations à propos de faire de 'Breaking Dawn' un film," a déclarée Meyer, qui détient l'approbation finale des scripts pour les films "Twilight". "Il y avait beaucoup de choses qu'ils voulaient changer. Il y avait de sérieux problèmes."

La Fidélité à la source sur les propriétés matérielles aimées comme "Twilight" est toujours une préoccupation - trop s'écarter de l'ouvrage et des fans, peut-être même de ceux qui n'étaient pas enthousiastes à propos de ce qui était sur la page de départ, criaient à l'injustice. Mais c'était Meyer elle-même et la scénariste Melissa Rosenberg, qui ont écrit chacun des cinq scénarios pour les films, qui ont conçu une nouvelle fin au cours du dîner un soir à Vancouver alors que le second "Twilight" film "New Moon", se filmait.

Bien entendu, ni Meyer, ni Stewart ne va révéler la nouvelle conclusion, mais Meyer croit que la solution est telle que les fans vont adorer. Elle et sa star sont un peu moins réservérs dans leur exaltation de la ruse numérique utilisé pour Renesmée, qui dans le livre est née de la taille d'un bébé normal, mais dont les résultats inhabituels du à sa filiation lui donne une croissance rapide. (Le personnage est joué dans le film par , l'actrice Mackenzie Foy âgée de 12 ans.)

On a d'abord demandé à Stewart de tenir une poupée robot au lieu d'un vrai bébé pour certaines scènes, mais cette approche n'a pas donné le résultat tout à fait escompté.

"C'était la plus effrayante, poupée d'horreur horrible que vous ayez jamais vu - et elle était mécanique," Meyer dit en riant. "Ça lui gonflait les joues et lui collait à ses cheveux. Nous avons dû refilmer le tout. Nous avons fini par n'utiliser aucunes de ces séquences, mais cette poupée était tellement horrible. Je veux dire que cette poupée prend vie et tue des gens."

"Ils auraient dû utiliser un vrai bébé," a dit Stewart. "Ça m'a vraiment manqué d'avoir un vrai bébé. Il s'agissait des scènes que je regardais avec le plus intérêt, et puis j'ai eu cette chose. C'était vraiment décourageant."

Au lieu de cela, les cinéastes employaient quelques techniques de David Fincher et de son équipe pionnière pour "L'étrange histoire de Benjamin Button," en projettant le visage de Foy sur des filles plus âgées et plus jeunes que le script requis.

La vie après la 'Twilight'

Stewart et Meyer sont prêtes à voir "Twilight" se terminer. Ses années de domination de la culture pop ont eu beaucoup d'effets sur les femmes, en particulier Stewart, qui semble résignée à une célébrité flagrante, mais qui n'en ai pas plus à l'aise avec.

Elles ont discuté de la volonté du public de mettre des célébrités sur des piédestals seulement pour les abattre par la suite et la réalité du cycle des nouvelles 24 heures sur 24 comme étant le mécanisme qui a détruit le mystère de la star de cinéma.

Stewart a comparé la nécessité de connaître la frénésie du public qui veulent un autre film, un écrit dans les magazines, à la radio et à la télévision, à celle sur la base de la vie des acteurs réels. Les choses ont surtout été  personnelles pour Stewart l'été dernier quand les photographies de l'actrice ont fait surface la montrant semble-t'il trompant son petit ami Robert Pattinson avec le réalisateur Rupert Sanders, qui a dirigé Stewart dans le conte de fées et d'aventure "Blanche-Neige et le chasseur".

"Les gens vont juste écrire la version cinématographique de votre vie et ainsi la montrer de la façon dont ils veulent. J'ai l'envie de me divertir avec cela aussi, alors allez-y. Faîtes le! Faîtes vous plaisir. Prenez-le. Prenez-le," Stewart dit, en tirant sur son pull en cachemire. "Mais vous ne saviez rien de ma relation avant. Vous en savez encore moins maintenant. Comment pourriez vous?"

Meyer sympathise avec le sort de Stewart. Jusqu'à ce que les stars adolescentes n'arrivent, l'auteur, qui se décrit comme introvertie est troublée que les gens estiment qu'ils la connaissaient, sans l'avoir jamais rencontrée, alors qu'elle était celle prise dans l'oeil de la tempête.

Pour Meyer, la vie après "Twilight" impliquera plus de films - Open Road sortira l'adaptation du scénariste-réalisateur Andrew Niccol de son roman "The Host" en Mars, et elle a récemment produit son propre film indépendant "Austenland", basé sur le roman de son amie Shannon Hale.

Stewart avance de son côté aussi. Elle vient de signer pour rejoindre Ben Affleck dans le film léger "Focus", dans lequel elle jouera une femme qui tombe amoureuse d'un vétéran escroc.

Meyer a déclaré que de nouveaux récits de l'univers "Twilight" continuent à gronder dans sa tête, mais elle n'est pas sûre qu'elle soit prête à les écrire et à rallumer l'incendie dévastateur de la publicité et de l'attention.

"Les histoires sont là. Je ne suis pas sûre que je veuille entrer dans l'ouragan de nouveau," commente Meyer. "Peut-être que sur mon lit de mort, je vais rassembler tout le monde autour d'eux et je dirai ce qui arrive:.. Qui meurt, qui se transforme en un mauvais gars Et puis je vais respirer mon dernier souffle et en finir."

"Quelle belle façon d'y mettre fin," a ajoutée Stewart.
Via via