Monday, December 10, 2012

Full interview with the Huffington Post (+ Kristen CONFIRMS she will star in 'Focus')

Interview complète avec le Huffington Post (+ Kristen CONFIRME qu'elle jouera dans 'Focus')

Kristen Stewart was not a global superstar when "Motorcycle Diaries" director Walter Salles cast her in his long-gestating adaptation of "On the Road." It was 2007 and she had just appeared in "Into the Wild," playing a trailer-park siren who almost but doesn't quite tame Emile Hirsch's wanderlust. It would be another year before she become known to millions of fans around the world as Bella Swan from "Twilight."

It would have been easy -- and maybe even prudent -- for Stewart to back out on Salles as her star inexorably rose, but she stayed on board and delivered a performance that is all the more powerful because it comes from a woman with so much to lose. Yes, Kristen takes off her clothes -- she talks about that below -- but that's not the half of it: her character, Marylou, the teenage bride of Beatnik hero Dean Moriarty (Garrett Hedlund), may exist as a mere plot device in the testosterone-fueled novel, but at the hands of Salles and Stewart she becomes a symbol of unapologetic feminine self-gratification. As I wrote after seeing "On the Road" at the Toronto International Film Festival, "Stewart's Marylou is pure Id: she steals what she needs and she screws who she wants, when she wants." The point is not that she's admirable; it's that she comes alive, fully and indelibly, which is the only job an actor has.

The creative team behind the film wants the Academy of Motion Picture Arts and Sciences to recognize Stewart for her role by nominating her for an Oscar for best supporting actress, and although she doesn't appear on any of the short lists I've seen, I think she's earned a place in the conversation. "On the Road" has its slow and meandering moments, but it roars to life when Stewart appears on screen -- and if you don't believe me, take a look at these fan-produced animated gifs and tell me you're not at least intrigued. Stewart and I spoke on the phone for about 20 minutes on Saturday about her character's real-life inspiration, her decision to make her first post-cheating-scandal appearance at the Toronto International Film Festival, her feelings about awards season, and, yeah, the pros and cons of taking off her top.

Michael Hogan: I remember reading On the Road as a teenager, and the women didn't register for me so much as characters. So I wonder, as a teenage girl reading it, how the women seemed to you when you first read the book?
Kristen Stewart: Yeah, it's funny, they didn't really register with me, either. People do love to say that this is a boy book and that the female characters tend to be treated as play things and are peripheral. When you read the book, they tend to seem as though they're almost like a tool for Kerouac to show that life's crazy, that things are wild and sexy. That's why, playing the part, we were privy to information that made this thing so different. I think getting to know the women behind the characters and getting to know Jack's relationships with them and Neal's relationships with them, it made it easier to play the character.

Did you meet LuAnne Henderson, whom your character, Marylou, is based on?
She had passed away, like, right before we started. But I met her daughter and there were hours and hours of tapes where she recalled her life in great detail, and very much within that time frame as well. When I first read the book -- I have brothers, and so I always felt like there wasn't a huge distinction. I kinda wanted to be one of the boys for a while, and in some cases still do, and I think there are a lot of girls who read "On the Road" who feel [that way]. I wasn't aware then that the females weren't at the forefront of the story. I was just so into the main characters, I was so enamored by them, I wanted to meet people in my life that were going to shock me and pull something out of me that I didn't expect --

Marylou's a little bit that way too, isn't she?
Oh, definitely. She was such a formidable partner for Neal [Cassady, the real-life inspiration for the book's Dean Moriarty]. Men, especially, love to identify with me and go, "Well, you know, it's kind of a misogynistic viewpoint. The book has a fairly chauvinist feel to it. How do you feel about that?'

Kind of like my first question.
No, no, no. Not at all. That was actually really different. Because their thing is, 'Oh, how could they have allowed all those terrible things to happen to them?' It's like, What makes you think that they were not absolute equal partners in that? What makes you think that they were taken from more than they gave, or more than they got back from the men that were apparently taking from them. I feel like getting to know LuAnne and who she was, and why she did the things that she did, and how she felt about them afterward, there was no thievery going on. She loved his life so much that she didn't want to deprive him of any of that life, and he felt the same about her, and she very, very much carved her own path.

What was the most surprising thing that you learned when you were talking to these folks and listening to the tapes?
I think the most surprising thing for me, given the way [Marylou's] storyline ends in the book and in the movie, was that [LuAnne and Neal] maintained their relationship in some capacity until his death. He could never stop going back to her. And that for me kind of was like the key. She wasn't leaving him. It was just this sliver of life that you see that's not expounded upon because it's not her story. Like, there's an entire "On the Road" for every single one of those characters. It's just that who you follow is Sal and Dean. [Sal Paradise is the fictional stand-in for author Jack Kerouac.]

Obviously, you're really asked to go places in this role. After I saw "On the Road" in Toronto, I wrote an analysis of it, and one of the things I focused on is that you're committing to the role to an admirable degree, with nudity, with sleeping with two men at the same time, with all this other stuff, and some people attacked me, saying, "Just because she takes off her clothes, you think that's real art?" But what I meant is that it's an actor's job to do the role she's given without holding back. Can you help me defend myself a bit here?
[Laughs.] Actresses love to stand up and say, after they've shown their tits in a movie, that it was done tastefully and that it was, you know, far from gratuitous. I mean, projects that really require it are really few and far between. And I think that in this case, it needed to be. This book celebrates being alive and it celebrates being human, and if you want to cover up and deny any aspect of that, you are denying the spirit of the book. I think that it would have been so wrong to shy away from anything in this movie. I think that I would have gotten flak for that. I think that it would have been that I was scared to disappoint my "Twilight" fans or something.

And I do hate also when people go, "Oh, wow, great performance. So brave." Oh, because I'm naked? That's very annoying. But at the same time, if that's what they're focusing on, then "On the Road" probably isn't for them anyway. Also, I understand when people are already successful, you try to control some perception or you try to choose parts based on some expectation of what people are going to think. You're clearly doing things because you want to be in some position of power and fame, which is not why I do what I do. And people, anyone that consumes that is then obviously going to think that you must have some consideration for those types of things, like what people are going to think.

But how hard is it ignore those considerations when you really are one of the biggest celebrities in the world? I mean, there's no way around that.
It's really not that hard. I can't pragmatically approach anything in terms of my career. I need to be so rocked by something, so moved by something that the idea of letting it down or ruining it is painful, and that's what gets you through the shoot. You read material and it provokes you on some level, and the reason you make the movie is to find out why it made you feel all those things. Those things are so rare to find that if you start also considering what people are going to think, you'll never make a movie.

At the Toronto Film Festival, you took a full hour to come out and be with all your fans, and that was at a difficult time. How important was it for you to come out for the film and reconnect with your fans that day?
You should never step outside of your life and look at it like it's this malleable thing you can shape so that people view it a certain way. I would never not have gone to something like that. I've been working on this for five years. I love this movie. I'm so proud of everyone involved -- I feel so strong standing next to them. I was asked a few times whether I was going to do it or, "Oh, was it difficult for you? What made you stand up and do this?" It was like, why wouldn't I? It made so much sense to me. I mean, the only time I feel comfortable being on TV or doing any sort of public appearance or anything, it has to have context. I don't like just being a famous person, but with "On the Road" it's so clear why I'm there. With the fans and stuff, it's just human energy that you simply cannot deny. People are standing there and sort of screaming for you and I'm not about to turn my back and walk away and go get warm inside, you know what I mean? So I didn't plan anything. I just went to the opening of the movie and there were a bunch of people there and it was really nice to see them.

Have you heard from your "Twilight" fans about this movie yet?
I mean, not really. "Breaking Dawn 2" just came out and we carted that one around the world for a bit. And there were a bunch of people in the crowd in Europe -- because the movie's out already in Europe -- who said, "Oh, my god, 'On the Road, we loved it." Everyone likes to think that we just have teenage fans -- we have girls, women in general, it literally is every single age, well into peoples' 70s. So yeah, people were into it, I think.

What's your feeling about awards season and all the events and interviews it entails? Is it enjoyable? Is it a nightmare? Is it somewhere in between?
I love talking about this movie and everyone involved and the book and everything I've been through since the start of it. I would do anything to get the word out. The fact that it has something to do with the Academy, I simply personally can't acknowledge it in any way because it's a ridiculous notion to suddenly go, like, "Yep, I'm really gunning. I'm really gunning for it."

There's a rumor that you're going to star alongside Ben Affleck in a movie called "Focus."
I can confirm that rumor. It's a comedy, I'm really excited about it, we start shooting in April.

Are there any other projects on the horizon?
Not yet. I would love to find some microproject before then, because April is kind of a ways away, but not yet, haven't been "taken" yet.


Dec 8 - Preview + Kristen CONFIRMS she will star in 'Focus'.

ITsOTBY - Fa': Congrats! I can't wait to have more info about this project (& I totally agree with you for the micro-project, April is far away lol).
Kristen Stewart n'était pas une superstar mondiale quand le réalisateur de "The Motorcycle Diaries" Walter Salles l'a casté pour son adaptation longue-en-gestation de "Sur la Route". C'était en 2007 et elle venait d'apparaître dans "Into the Wild", jouant une sirène dans une caravanne qui a failli, mais qui n'a pas apprivoiser le nostalgique du voyage Emile Hirsch. Une année avant qu'elle ne devienne connue par des millions de fans à travers le monde comme Bella Swan de "Twilight".

Il aurait été facile - et peut-être même prudent - pour Stewart de se retirer du film de Salles avec sa célébrité qui a inexorablement augmentée, mais elle est restée à bord et a livrée une performance qui est d'autant plus puissante qu'elle vient d'une femme avec tant à perdre. Oui, Kristen se déshabille - elle parle de ça ci-dessous - mais ce n'est pas la moitié d'elle: son personnage, Marylou, l’adolescente mariée au héros Beatnik Dean Moriarty (Garrett Hedlund), peut exister comme simple appareil dans le roman rempli de testostérone, mais aux mains de Salles et Stewart elle devient un symbole de l'auto-satisfaction féminine sans complexe. Comme je l'ai écrit après avoir vu "Sur la Route" au Toronto International Film Festival, "la Marylou de Stewart est pure c'est-à-dire: elle vole ce dont elle a besoin et elle se tape qui elle veut, quand elle veut." Le point n'est pas qu'elle est admirable, c'est qu'elle prend vie, complètement et de manière indélébile, ce qui est le seul travail qu'un acteur peut avoir.

L'équipe créative derrière le film voudrait que l'Academy of Motion Picture Arts and Sciences (L'académie des arts et des sciences du cinéma) gratifie Stewart pour son rôle en la nominant pour l'Oscar du Meilleur second rôle féminin, et même si elle ne figure sur aucunes des présélections que j'ai vu, je pense qu'elle a méritée sa place dans la conversation. "Sur la Route" a ses moments lents et sinueux, mais il décolle dès que Stewart apparaît à l'écran -- et si vous ne me croyez pas, jetez un coup d’œil à ces gifs animés crées par les fans -- et dites-moi que vous n'êtes pas au moins intrigués. Stewart et moi avons eu une conversation téléphonique Samedi qui a durée environ 20 minutes à propos de l'inspiration de son personnage dans la vie réelle, sa décision de faire sa première apparition au Toronto International Film Festival après sa post-tromperie, ses sentiments à propos de la saison des récompenses, et, ouais, le pour et le contre d'avoir à retirer son haut.

Michael Hogan: Je me souviens avoir lu Sur la Route étant adolescent, et les femmes n'apparaissaient pas tellement comme des personnages. Alors je me demande, de l'avoir lu en tant qu'adolescente, comment avez-vous perçu les femmes lorsque vous avez lu le livre?
Kristen Stewart: Oui, c'est drôle, moi non plus je ne les aient pas perçues comme ça. Les gens aime dire que c'est un livre de garçons et que les personnages féminins ont tendance à être traités comme des choses ludiques et sont secondaires. Lorsque vous lisez le livre, elles ont tendance à paraître comme si elles étaient presque comme l'instrument de Kerouac pour montrer que la vie est démente, que les choses sont sauvages et sexy. C'est pourquoi, en jouant ce rôle, nous avons été tenu au courant d'informations qui ont fait que cette chose soit si différente. Je pense qu'apprendre à connaître les femmes derrière ces personnages et apprendre à connaître les relations que Jack entretenait avec elles et les relations que Neal avait avec elles, ça m'a facilité la tâche pour jouer ce personnage.

Avez-vous rencontré LuAnne Henderson, de laquelle votre personnage, Marylou, est tirée?
Elle est décédée, à peu près, juste avant que nous commencions. Mais j'ai rencontrée sa fille et là on a eu des heures et des heures d'enregistrements où elle a nous rappelé sa vie dans les moindres détails, et beaucoup de cette période là aussi. Quand j'ai lu le livre - j'ai des frères, et donc je me suis toujours sentie comme si nous n'avions pas une énorme différence. J'ai un peu eu envie d'être l'un des garçons pendant quelque temps, et dans certains cas encore aujourd'hui, et je pense qu'il y a beaucoup de filles qui lisent "Sur la Route" qui se sentent [de cette façon]. Je ne savais pas alors que les femmes n'étaient pas au premier plan de l'histoire. J'étais tellement portée sur les personnages principaux, j'ai été tellement séduite par eux, je voulais rencontrer des gens dans ma vie qui allaient me choquer et tirer quelque chose de moi auquel je ne m'attendais pas --

Marylou est aussi un peu comme ça, n'est-ce pas?
Oh, certainement. Elle a été une partenaire formidable pour Neal [Cassady, l'inspiration dans la vie réelle de Dean Moriarty dans le livre]. Les hommes, en particulier, aiment s'identifier à moi et dire 'Eh bien, vous le savez, c'est un peu un point de vue misogyne. Le livre est dans un sens assez chauvin. Que pensez-vous de cela?'

Un peu comme ma première question.
Non, non, non. Pas du tout. C'était en fait très différent. Parce que leur truc, c'est 'Oh, comment ont ils permis que toutes ces choses terribles leur arrivent?' C'est comme si, qu'est-ce qui vous fait penser qu'ils n'ont pas été des partenaires absolument égaux dans cela? Qu'est-ce qui vous fait penser qu'ils ont obtenu plus d'elles que ce qu'elles voulaient donner, ou plus que ce qu'elles recevaient en retour de ces hommes, qui soit disant prenaient quelques choses d'elles. J'ai l'impression qu'apprendre à connaitre LuAnne et qui elle était et pourquoi elle a fait les choses qu'elle a faites, et comment elle se sentait après ça, a fait qu'il n'y avait pas de larcin là dedans. Elle aimait tant sa vie à lui qu'elle ne voulait pas le priver de quoi que ce soit de cette cette existence, et il ressentait la même chose à son sujet, et elle a très, très bien tracée sa propre trajectoire.

Quelle a été la chose la plus surprenante que vous avez apprise en parlant à ces gens et en écoutant ces enregistrements?
Je pense que la chose la plus surprenante pour moi, étant donné la façon dont l'histoire de [Marylou] se termine dans le livre et dans le film, ce fut que [LuAnne et Neal] aient maintenu leur relation dans une certaine mesure jusqu'à sa mort. Il n'a jamais pu s’empêcher de retourner vers elle. Et cela pour moi ça a été en quelque sorte la clé. Elle ne le quittait pas. C'était juste cette petite parcelle de vie que vous voyez qui n'est pas exposée en détail car ce n'est pas son histoire. C'est comme, il y a un "Sur la Route" entier pour chacun de ces personnages. C'est juste que ceux que vous suivez sont Sal et Dean. [Sal Paradise est le remplaçant fictif de l'auteur Jack Kerouac.]

De toute évidence, on vous a vraiment demandé de faire de la route pour ce rôle. Après avoir vu "Sur la Route" à Toronto, j'ai écrit une analyse sur ce dernier, et l'une des choses sur laquelle j'ai mis l'accent c'est que vous vous engagez sur ce rôle d'une façon admirable, avec la nudité, en couchant avec deux hommes en même temps, avec tout un tas d'autres choses, et certaines personnes s'en sont prises à moi, en disant: "Juste parce qu'elle se déshabille, tu crois que c'est du vrai art?" Mais ce que je voulais dire, c'est que c'est le travail d'un acteur est de jouer le rôle qu'on lui a donné sans retenue. Pouvez-vous m'aider à me défendre un peu ici?
[Rires.] Les actrices aiment se lever et dire, après qu'elles aient montré leurs seins dans un film, que ça a été fait avec bon goût et que c'était, vous savez, loin d'être gratuit. Je veux dire, les projets qui réellement le requiert sont vraiment rares. Et je pense que dans ce cas, ça devait l'être. Ce livre célèbre la chance d'être en vie et il célèbre le fait d'être humain, et si vous voulez le dissimuler et nier n'importe quel aspect de cela, alors vous niez l'esprit du livre. Je pense que ça aurait été tellement mal de se dérober sur quoi que ce soit dans ce film. Je pense que j'aurais eu plusieurs critiques pour cela. Je crois que ça aurait été comme si j'avais eu peur de décevoir mes fans de "Twilight" ou quelque chose comme ça.

Et je déteste aussi quand les gens font "Oh, wow, formidable prestation. Si courageuse." Oh, parce que je suis nue? C'est vraiment ennuyeux. Mais en même temps, si c'est ce sur quoi se porte leur attention, alors "Sur la Route" n'est probablement pas pour eux de toute façon. Aussi, je comprends quand les gens ont déjà du succès, vous essayez de garder le contrôle d'une certaine perception ou vous essayez de choisir des rôles en fonction de l' attente de ce que les gens vont penser. Clairement, vous faites ces choses parce que vous voulez être dans une certaine position de pouvoir et de gloire, ce qui n'est pas la raison pour laquelle je fais ce que je fais. Et les gens, n'importe qui qui est dans ce délire là de toute évidence va penser que vous devez avoir une certaine considération pour ce genre de choses, comme 'qu'est-ce que les gens vont penser'.

Mais à quel point est-ce difficile de faire abstraction de ces considérations quand vous êtes réellement l'une des plus grandes célébrités au monde? Je veux dire, il n'y a aucun moyen de contourner cela.
Ce n'est vraiment pas si difficile. Je ne peux pas aborder quoi que ce soit pragmatiquement en ce qui concerne ma carrière. J'ai tellement besoin que quelque chose me secoue, que quelque chose me touche au point que l'idée même de la laisser tomber ou de la ruiner serait douloureux, et c'est ce qui vous fait tenir le coup lors du tournage. Vous lisez un document et d'une certaine façon il vous incite, et la raison pour laquelle vous faites le film est de déterminer pourquoi il vous a fait ressentir toutes ces choses. Ces choses-là sont si rares à trouver que si vous commencez aussi à tenir compte de ce que les gens vont penser, vous ne ferez jamais de films.

Au Toronto Film Festival, vous avez pris une bonne heure pour sortir et être avec tous vos fans, et ce fut à une période difficile. A quel point était-ce important pour vous de sortir pour le film et de renouer avec vos fans ce jour-là?
Vous ne devriez jamais sortir de votre vie et la regardez comme si elle était cette chose malléableque que vous pouvez façonner pour que les gens la voit d'une certaine façon. Je n'aurais jamais pu arriver à quelque chose comme ça. J'ai travaillée dessus pendant cinq ans. J'adore ce film. Je suis très fière de tous les acteurs impliqués - Je me sens si forte debout à leurs côtés. On m'a demandé plusieurs fois si j'allais le faire ou, "Oh, était-ce difficile pour vous? Qu'est-ce qui vous a fait vous lever et faire ça?" C'était comme si, pourquoi ne le ferais-je pas? C'était si logique pour moi. Je veux dire, la seule fois où je me sens à l'aise en passant à la télévision ou à faire toute sorte d'apparition publique ou quoi que ce soit, ça doit être mis en contexte. Je n'aime pas être simplement une personne célèbre, mais avec "Sur la Route" la raison pour laquelle je suis là est si évidente. Avec les fans et tout ça, c'est juste de l'énergie humaine que vous ne pouvez pas nier. Les gens sont là debout et en quelque sorte crient pour vous et je ne vais pas leur tourner le dos et partir me réchauffer à l’intérieur, vous voyez ce que je veux dire? Je n'ai donc rien planifié. J'y suis juste allée pour la sortie du film et il y avait un tas de gens là-bas et c’était vraiment agréable de les voir.

Avez-vous déjà entendu parler vos fans de "Twilight" à propos de ce film? Je veux dire, pas vraiment. "Breaking Dawn 2" vient de sortir et nous avons transporté celui ci à travers le monde pendant un temps. Et il y avait un tas de gens dans la foule en Europe -- parce que le film est déjà sorti en Europe -- qui disaient: "Oh, mon dieu, 'Sur la route, nous l'avons adoré.' Tout le monde aime penser que nous avons juste des fans adolescents -- nous avons des filles, des femmes en général, il y en a littéralement de tout âge, des gens déjà bien des années 70. Donc ouais, les gens ont adhéré, je pense.

Quel est votre sentiment concernant la saison des récompenses et tous les évènements et les interviews qu'elle implique? Est-ce que c'est agréable? Est-ce que c'est un cauchemar? Est-ce que c'est quelque chose entre les deux?
J'adore parler de ce film et de toutes les personnes impliquées et le livre et tout ce que j'ai vécu depuis le début de tout ça. Je ferais n'importe quoi pour faire passer le mot. Le fait que cela ai quelque chose à voir avec l’Académie, je ne peux pas personnellement et d'aucune façon l'admettre parce que c'est une notion ridicule de soudainement faire, comme, "Ouais, je le vise vraiment, je veux vraiment mettre la main dessus."

Il y a une rumeur qui dit que vous allez jouer aux côtés de Ben Affleck dans un film appelé "Focus".
Je peux confirmer cette rumeur. C'est une comédie, je suis vraiment excitée à ce sujet, nous commençons le tournage en avril.

Y a t-il d'autres projets à l'horizon?
Pas encore. J'aimerais trouver un micro-projet d'ici là, parce qu'avril est un peu loin, mais pas encore, je n'ai pas été "prise" pour le moment.


Dec 8 - Extrait + Kristen CONFIRME qu'elle jouera dans 'Focus'.

ITsOTBY - Fa': Félicitations! Je suis impatiente d'avoir plus d'infos sur ce projet (& je suis totalement d'accord avec toi pour le micro-projet, avril est vraiment loin lol).
Source: #1 - #2