Tuesday, December 4, 2012

Kristen talks about 'On the Road', 'Twilight' & her future plans with the Los Angeles Daily News

Kristen parle de 'Sur la Route', 'Twilight' et ses futurs projets avec le Los Angeles Daily News



Los Angeles Daily News (Rob Lowman) - 'Road' trip: 'Twilight's' Kristen Stewart enters a new chapter in her career with film based on famed Kerouac novel

Kristen Stewart is waiting for me - and she looks pretty intense.

The 22-year-old actress is running behind schedule, and her handlers are concerned about getting her across town for an appearance on the "The Tonight Show with Jay Leno" to promote "The Twilight Saga: Breaking Dawn Part II." Three weeks into its release, the movie remains atop the box-office chart earning more than $255 million domestically.

Still, she wants to take time to talk about her next film, "On the Road," coming out Dec. 21.

In the movie, based on Jack Kerouac's enduring semi-autobiographical novel, Stewart plays Marylou, a free-spirited, sexually liberated young woman. She is one of the girlfriends/wives to the film's central character, Dean Moriarty (Garrett Hedlund), the magnetic but self-destructive friend of narrator Sal Paradise (Sam Riley).

Dean was based on the infamous beat-generation figure Neal Cassady, Sal on Kerouac, himself, and Marylou on LuAnne Henderson, who married Cassady in 1945 at age 15.

"It's said that she was ahead of her time," says Stewart about Marylou, who is a very different character than "Twilight's" staid Bella Swan. "But it takes a particular kind of person to live a life like that. She sort of had an unlimited empathy."

The actress has been committed to playing Marylou since before the "Twilight" mania began, having spoken to director Walter Salles ("The Motorcycle Diaries") about doing the role after he had seen her in 2007's "Into the Wild."

Financing for the film took awhile. Still, Stewart hung in there, saying she "would've signed on to the movie in any capacity. I would've done craft service."

The director and cast were certainly attractions for her, but a main draw was that Kerouac's novel "kick-started something" in her when she encountered it at 14.

"I read it at a stage of life where you realize that you can choose the people who surround you," she says.

"You can fall into the habit of being comfortable. There are people that are nice to be around, but they don't challenge you. Those are not the people I wanted in my life. I want people to throw me off a little bit so I can figure out why. After I read the book, I thought I needed to find people that I feel like I needed to chase after. And I wanted it to be hard to keep up with them. So it wasn't difficult to stay committed to the movie."

In person, the actress displays a thoughtful intelligence and makes a case that Marylou and the other female characters are not just sexual objects in the movie.

"For anyone who thinks that she is just a woman who was taken from, that's just a heavily misogynistic viewpoint," says the actress. "It's a really rare quality that makes you capable of living a really full, a really rich life."

Though "On the Road" was published in 1957, Stewart points out that the story is actually set in the late-1940s and written from a male perspective. "That's why you don't know where their heads are and where their hearts are," she says. "So it may be difficult to understand that they have the capacity to not be broken by (men)."

Interestingly, Stewart thinks the women's movement has taken a step back over the years.

"People ask me why is the story so relevant if we progressed to this point - that times were so different, so conservative then," she says. "I'm not too sure about that. Maybe on the surface, but I don't think people change. Circumstances change. Human desires, things that you want out of life are always going to be pretty varied. But there'll always be a group of outsiders who don't feel that way. Once they find each other ... they make it OK to walk a different line and have different expectations of life."

The actress says although she was about the same age as Marylou was when she first agreed to play her, she wasn't ready then.

"This is a very irresponsible thing to do - I committed to a role before I thought I could play it," she acknowledges.

Thankfully, she says, the film took a while to get made.

"Marylou is not fearless - because that would be such a silly thing, and she's not a silly person," Stewart says.

"But she is so motivated and not crippled by fear in life. As a teenager that's a very difficult thing to achieve. That's something that a lot of people get when they're older."

At the time of this interview, Stewart was beginning final rounds of press for "Breaking Dawn Part II." Asked if she was relieved to be at the end of the five-film franchise, she said that would be an overstatement.

Still, the actress admitted that it weighed on her to be responsible for a character for so many years.

"Usually you look at the schedule and it will be like in two weeks that'll be a big day. For me it was like in three years that will be a big day. I would wonder, how's that going to go? So I'm incredibly relieved to have the story told."

She adds that the "Twilight" phenomenon is one that she is unlikely to experience again.

"It's weird to look up and notice that something you really care about has also affected so many other people. It multiplies. It's flammable, and that energy is what keeps you going," she says. "But that's a lot of energy to take in as well if you're not the most out-there person. It's overwhelming, but at the same time you can't start putting up walls. ... And the whole experience has definitely got me to a point that I don't want any walls up because I want to see out as well."

As far as what roles Stewart looks to do in the future, she has no plans.

"To find what really challenges you and really gets you off at such a young age is pretty (expletive) lucky. Most people spend years trying to find that and they never do," she says.

"I don't know what I want to do until it falls in my lap. ... I like big movies. I like small movies as long as there's an actual person to play at the center of it. I feel if I knew the stories that I wanted to tell before I saw them as an actor then I'd want to direct them, and I'm not there yet."

Los Angeles Daily News (Rob Lowman) - Le voyage "sur la route": Kristen Stewart de Twilight entame un nouveau chapitre de sa carrière avec un film basé sur le célèbre roman de Kerouac.

Kristen Stewart m'attend - et elle a l'air assez profonde.

L'actrice âgée de 22 ans a pris du retard, et ses managers sont préoccupés car elle doit traverser la ville pour son apparition au "The Tonight Show with Jay Leno" pour promouvoir "Breaking Dawn Part 2". Trois semaines après sa sortie, le film perdure au sommet du box-office rapportant plus 255 millions de dollars au niveau national.

Cependant, elle veut prendre le temps pour parler de son prochain film, "Sur la Route," qui sort le 21 décembre.

Dans le film, basé sur l'inaltérable roman semi-autobiographique de Jack Kerouac, Stewart joue Marylou, un esprit libre, une jeune femme sexuellement libérée. Elle est l'une des copines / épouses du personnage principal du film, Dean Moriarty (Garrett Hedlund), l'ami magnétique mais auto-destructeur du narrateur (Sam Riley).

Dean est basé sur la figure tristement célèbre de la beat-generation Neal Cassady, Sal est Kerouac lui-même, et Marylou est LuAnne Henderson, qui épousa Cassady en 1945 à l'âge de 15 ans.

"On raconte qu'elle était en avance sur son temps," dit Stewart à propos de Marylou, qui est un personnage très différent de la banale Bella Swan de "Twilight". "Mais il faut être un style de personne particulier pour vivre une vie comme celle-là. Elle avait une sorte d'empathie illimitée."

L'actrice à été engagée pour jouer Marylou avant même que la folie "Twilight" ne commence, après avoir parlé au réalisateur Walter Salles ("The Motorcycles Diaries"), au sujet de faire ce rôle après qu'il l'ai vue dans "Into the Wild" en 2007.

Le financement du film a mis un certain temps. Cependant, Stewart s'y est accrochée, disant qu'elle "aurait pour n'importe quel titre que ce soit signé sur ce film. J'aurais même fais des petits travaux."

Le réalisateur et le casting ont sûrement été attrayants pour elle, mais ce qui l'a captivée a été le roman de Kerouac qui a "stimulé quelque chose" en elle lorsqu'elle l'a découvert à 14 ans.

"Je l'ai lu à un stade de la vie où vous vous rendez compte que vous pouvez choisir qui vous entoure," dit-elle.

"Vous pouvez prendre l'habitude de vous satisfaire de ce que vous avez. Il y a des gens qu'il vous est agréable de côtoyer, mais qui ne vous défient pas. Ceux-là ne sont pas les gens que je veux dans ma vie. Je veux des gens qui me troublent un peu pour que je puisse comprendre le pourquoi. Après avoir lu le livre, j'ai pensé que je devais trouver des gens qui me font sentir que je dois leur courir après. Et je voulais qu'il me soit difficile de les suivre. Donc, ça n'a pas été dur de rester engagée à ce film."

En personne, l'actrice affiche une intelligence réfléchie et en fait une affaire que Marylou et les autre personnages féminins ne sont pas que des objets sexuels dans le film.

"Pour tous ceux qui pensent qu'elle est juste une femme de qui on obtenait, c'est juste un point de vue fortement misogyne," dit l'actrice. "C'est une qualité vraiment rare qui vous permet de vivre une vie bien pleine, une vie réellement riche."

Bien que "Sur la Route" ai été publié en 1957, Stewart souligne que l'histoire se déroule en fait à la fin des années 1940 et a été rédigée d'un point de vue masculin. "C'est pourquoi vous ne savez pas où sont leurs têtes et où sont leurs cœurs," dit-elle. " Donc il peut être difficile de comprendre la capacité qu'ils avaient à ne pas se laisser briser par (les hommes)."

Intéressant de noter que, Stewart pense que le mouvement des femmes a fait un pas en arrière au fil des années.

"Les gens me demandent pourquoi cette histoire est aussi pertinente si nous progressons à ce point - cette époque était si différente, alors si conservatrice," dit-elle. "Je n'en suis pas si sûre. Peut-être en surface, mais je ne pense pas que les gens changent. Les circonstances changent. Les envies des gens, les choses que vous attendez de la vie resteront toujours assez variées. Mais il y aura toujours un groupe d'étrangers qui ne ressentiront pas la même chose.
Une fois qu'ils se trouvent l'un l'autre...il font en sorte que ce soit ok de prendre un chemin différent et d'avoir d'autres attentes dans la vie."

L'actrice affirme que même si elle avait environ le même âge que Marylou quand elle a décidé de l’interpréter, elle n'était pas encore prête.

"C'est une chose vraiment irresponsable à faire - je me suis engagée à jouer un rôle avant même de penser pouvoir le jouer," reconnait-elle.

Heureusement, dit-elle, le film a mis un certain temps à se faire.

"Marylou n'est pas intrépide - parce que ce serait une chose stupide, et elle n'est pas quelqu'un de stupide," dit Stewart.

"Mais elle est si motivée et non paralysée par la peur dans la vie. A l'adolescence c'est une chose très difficile à réaliser. C'est une chose que beaucoup de personnes comprennent lorsqu'ils prennent de l'age."

Au moment de cette interview, Stewart commençait les derniers tournées promo pour "Breaking Dawn Part 2". Interrogée pour savoir si elle était soulagée d'être arrivée à la fin d'une franchise de cinq films, elle dit que ce serait une exagération.

Cependant, l'actrice admet qu'être responsable d'un personnage durant tant d'années a pesé sur elle.

"Habituellement vous regardez le calendrier et c'est un peu comme dans deux semaines ce sera un grand jour. Pour moi c'était un peu comme dans trois ans ce sera un grand jour. Je me demande comment ça va se passer? Donc je suis incroyablement soulagée d'avoir racontée l'histoire."

Elle ajoute que "Twilight" est un phénomène qu'elle a peu de chances d’expérimenter à nouveau.

"C'est bizarre de lever les yeux et de remarquer que quelque chose à laquelle vous tenez vraiment a aussi touchée tellement d'autres personnes. Ça se multiplie. C'est inflammable, et cette énergie est ce qui vous permet de continuer," dit-elle. "Mais ça fait beaucoup d'énergie à encaisser aussi si vous n'êtes pas la plus ouverte des personnes. C'est submergeant mais en même temps vous ne pouvez pas commencer à vous barricader. Et toute cette expérience m'a amenée au point où je ne veux pas de murs parce que je veux aussi bien pouvoir regarder dehors."

En ce qui concerne les futurs rôles que Stewart cherche à faire à l'avenir, elle n'a rien prévu.

"De trouver ce qui vraiment vous met au défi et qui vraiment vous fait décoller à un si jeune âge c'est assez (juron) chanceux. La plupart des gens passent des années à chercher ça sans jamais y arriver," dit-elle.

"Je ne sais pas ce que je veux faire jusqu'à ce que ça me tombe dessus...j'aime les grands films. J'aime les petits films tant qu'il y a une personne réelle à interpréter au cœur de ceux-ci. Je crois que si je savais quelles histoires je voulais raconter avant de les avoir vues en tant qu'actrice alors je voudrais les réaliser, et je n'en suis pas encore là."