Sunday, September 15, 2013

NEW portraits & old ones now in better quality - Kristen & Garrett Hedlund's Portrait (+ interview with LA Weekly)

NOUVEAUX portraits & anciens désormais en meilleur qualité - Portrait de Kristen et Garrett Hedlund (& interview avec LA Weekly)



NEW outtakes - NOUVELLES photos
imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

In better quality - En meilleure qualité
imagebam.com imagebam.com

---------------

image host image host image host
Photographed by Kevin Scanlon on November 5, 2012 at Four Seasons Hotel in Los Angeles.

December 12, 2012

LA Weekly interview:

There's traffic from Silver Lake. That's why Kristen Stewart and Garrett Hedlund, the stars of On the Road, are late to the Benedict Room of the Four Seasons Hotel in Beverly Hills. We're as psychically far from Jack Kerouac's Beat gospel as you can get: fidgeting under crystal chandeliers in a $400-per-night hotel, with guests in comfy white robes riding gilded elevators and maids pushing breakfast trays of eggs Hollandaise and medicine ball–sized avocados.

The journey from scroll to screen has been an equally strange odyssey.

Since Kerouac published his sex-, drugs- and satori-searching novel in 1957, false starts and "unfilmable" rumors have lengthened its odds of adaptation.

The author once sought Marlon Brando to play Dean Moriarty, the book's infamous thief/wildman and Kerouac's trim-hipped "Western Kinsman of the Sun" (Kerouac assured he could handle the narrator/protagonist Sal Paradise, based on himself).

Two decades later, Francis Ford Coppola acquired the rights and famously struggled to bring the book to life, with actors Colin Farrell, Ethan Hawke, Brad Pitt and Billy Crudup variously attached as male leads. We were one German investment group away from On the Road as proto-slacker parable.

A decade later, aided by several European and Latin American co-financiers and Walter Salles, director of The Motorcycle Diaries, the $25 million adaptation premiered to mixed reviews at May's Cannes Film Festival.

The local unveiling occurred during November's AFI Fest at Grauman's Chinese Theatre with an afterparty at the Hollywood Roosevelt Hotel. There was an electro-funk mash-up DJ, a shadow light projection for Shellback Caribbean Rum and the dull iridescence of a thousand iPhones and bald agent scalps. No whiskey was served.

It's two days after that Hollywood night on a weatherless Southern California Monday morning. Early November. 9:17 a.m.

With silver eyes and wine-dark hair, Kristen Stewart is sitting in front of me and we're not talking because Hedlund still hasn't shown up and what small talk can you make with the 22-year-old, tabloid-tormented star of Twilight. In person, she's pretty but severe, as though her face is all elbows.

When her co-star finally arrives, Stewart offers a sisterly hug with a sense of relief that suggests she's acutely aware of how awkward it is to be interviewed by people who know every uncomfortable (and possibly spurious) facet of your existence.

Hedlund is her opposite. If Stewart is shy and pallid, and balsamic salad-thin, Hedlund is broad-shouldered, farmer-tanned and blond.

The 28-year-old Midwesterner has the loquacious confidence and aw-shucks ambition of a young congressional chief of staff.

As a movie star, he is in the Armie Hammer–as-Winklevii mold. She is an L.A.-born goth locker pinup for kids who define old-school as before Instagram arrived on Droid phones.

The question before them is: What is On the Road even supposed to mean when you can Google Earth and Yelp your way across the heartland?

"I think [the Internet] gives people the urge to travel to further and more remote locations to get their kicks ... to find lands that are untouched by human hand," Hedlund says, with slang indicative of the time he spent researching the Beat muse Neil Cassady, Kerouac's model for Moriarty.

There was the cast's three-week Beat boot camp, which included Skype tutorials from an old Kerouac colleague about the proper way to break Benzedrine capsules with beer bottles.

In order to get into the spirit of the book, Hedlund estimates that he filled up about 100 notepads on multiple treks across the country's surviving backroads.

Stewart was originally cast at 17 to play Mary Lou, née Luanne Henderson, the sexualized child bride worshipped and scorned by Moriarty and Paradise.

"I'm 100 percent nostalgic for times that I haven't lived in ... when there was less insignificant stimulation," Stewart says, tapping her foot with nervous energy, jangling the copper bangles around her wrists, folding her T-shirt with her hands and mostly looking down.

"If you're not watching a TV show or downloading something, you're bored," she adds. "Back in the day, there was less to do, people had to use their minds."

Stewart speaks infrequently and with caution, cognizant that even her most banal sentences are parsed with vice presidential scrutiny, or at least NBA All-Star. After all, most basketball franchises can't sell merchandise like Team Edward.

Hedlund, whose previous big credit was Tron: Legacy, handles most of the talking — staying true to the dynamic of the film.

"I've always romanticized the late '40s and '50s — the cars, jazz, the open roads and lack of pollution," he says, business-casual in a navy blue dress shirt, the top button unbuttoned; his chest is nearly hairless. "Now there are more vehicles, less hitchhikers, more billboards and power lines and stuff.

"People wrote wonderful long letters that took months to receive, and now everything is email."

Both reiterate the idea that the book's timelessness is immutable. Even though a contemporary Kerouac could have seen Cassady's conquests on Facebook, the actors point out that young people will always be hypnotized by the amphetamine prose and intoxicating ideas of freedom and rebellion.

"Anybody that wants to walk out that door and leave home for a few months and rely on themselves instead of fate might have some interesting stories to tell," Hedlund says.

"I don't think there's ever going to be a point when there aren't a group of people who have varied expectations of what they want from fate. You gravitate toward those people and you do things you couldn't do alone," Stewart, also a big Henry Miller fan, adds. "That's why the book has never been not popular amongst people pushing and running after something."

We talk for a little while about the characters, their models, jazz, their Beat reading list. Inside the Actors Studio stuff — none of it is very interesting, and neither is entirely unaware of that. Then Stewart's publicist whisks her out and she says "nice to meet you" with more sincerity than she needs to.

Hedlund talks a little more about his road trips and research. But what really stands out isn't one of his own stories but one from Salles, the director, via Hedlund, about a pilgrimage to the Bay Area to meet Beat poet and Kerouac comrade Lawrence Ferlinghetti.

"They were on the streets of 'Frisco and they looked over and there's cars and traffic jams, and all these billboards and signs and advertisements and bright lights," Hedlund says, jabbing at why On the Road's ideas are indelible yet inimitable. "Then Ferlinghetti pointed and said, 'See ... there is no more way."
Photographié par Kevin Scanlon le 5 novembre 2012 au Four Seasons Hotel à Los Angeles.

12 décembre 2012

Interview avec LA Weekly:

Il y a de la circulation depuis Silver Lake. C'est pourquoi Kristen Stewart et Garrett Hedlund, les stars de Sur la Route, sont en retard au Benedict Room de l'Hotel Four Seasons à Beverly Hills. Nous sommes aussi psychiquement éloignés de l'évangile beat de Jack Kerouac que vous pouvez l'être: s'agitant sous des lustres de cristal dans un hôtel à 400 $ la nuit, avec des clientes en confortables peignoirs blancs se promenant dans les ascenseurs dorés et des femmes de chambre poussant les chariots de petit déjeuner d'œufs Bénédicte et d'avocats de la taille d'une médecine-ball.

Le parcours du rouleau à l'écran a été une odyssée toute aussi étrange.

Depuis que Kerouac a publié son roman de recherche de sexe, drogues et satori en 1957, les rumeurs de faux départs et d''inadaptable à l'écran" ont rallongées ses chances d'adaptation.

L'auteur a d'abord voulu Marlon Brando pour jouer Dean Moriarty, l'infâme voleur & sauvage du livre de Kerouac, le "Western Kinsman of the Sun" (Kerouac a assuré qu'il pourrait gérer le personnage du narrateur/protagoniste Sal Paradise, basé sur lui-même).

Deux décennies plus tard, Francis Ford Coppola a acquis les droits et comme tout le monde le sait a lutté pour donner vie au livre, avec les acteurs Colin Farrell, Ethan Hawke, Brad Pitt et Billy Crudup qui auraient de façon diverses interprétés les principaux rôles masculins.

Une décennie plus tard, avec l'aide de co-financiers de plusieurs pays d'Europe et d'Amérique latine ainsi que Walter Salles, réalisateur de The Motorcycle Diaries, l'adaptation de 25 millions de dollars fait son avant-première recevant un accueil mitigé au Festival de Cannes en mai.

Le dévoilement local a eu lieu en Novembre à l'AFI Fest au Grauman's Chinese Theater avec une after-party à l'Hôtel Hollywood Roosevelt. Il y avait un DJ qui faisait des mixages électro-funk, une projection d'ombres et de lumières pour Shellback Caribbean Rum et les reflets irisés d'un millier d'iPhones et les crânes dégarnis des agents. Aucun whisky n'a été servi. Nous sommes deux jours après cette soirée Hollywoodienne par un Lundi matin au temps peu clément au sud de la Californie. Début Novembre. A 09H17.

Avec des yeux gris et des cheveux d'un noir-acajou, Kristen Stewart est assise en face de moi et nous ne parlons pas parce que Hedlund n'est toujours pas là et quelle genre de causette pouvez-vous entamer avec la star de Twilight mal-menée par les tabloïds? En personne, elle est jolie mais à un air sévère, comme si son visage reflétait sa gaucherie.

Lorsque sa co-star arrive enfin, Stewart lui offre une accolade fraternelle avec un sentiment de soulagement qui suggère qu'elle est parfaitement consciente d'à quel point ça peut être gênant d'être interviewée par des gens qui connaissent chaque facette embarrassante (et peut-être fausse) de votre existence.

Hedlund est tout son opposé. Si Stewart est timide et pâle, et mince du genre salade au vinaigre balsamique, Hedlund lui est large d'épaules, bronzé comme un agriculteur et blond.

L'homme du Midwest âgé de 28 ans a la confiance loquace et cette adorable ambition d'un jeune chef d'état-major au congrès.

Comme star de cinéma, il entre dans le même moule qu'Armie Hammer en Winklevii. Elle est une native de LA, pin up gothique pour les enfants qui définissent de vieille école l'avant Instagram qui arrive sur les androids.

La question devant eux est: Qu'est-ce que Sur la Route est supposé signifier lorsque vous pouvez chercher votre chemin dans les lieux perdus du pays avec Google Earth et Yelp?

"Je pense qu'Internet donne aux gens l'envie de voyager davantage vers des destinations plus éloignées et prendre leur pied... pour trouver des terres qui ont été épargnées par la main de l'homme," dit Hedlund, avec l'argot indicatif du temps qu'il a consacré à la recherche de Neal Cassady la muse Beat, l'inspiration de Kerouac pour Moriarty.

Le casting a passé trois semaines au camp d'entraînement Beat, qui comprenait des tutoriels sur Skype d'un ancien collègue de Kerouac sur la bonne façon de briser les capsules de Benzedrine avec des bouteilles de bières.

Afin d'entrer dans l'esprit du livre, Hedlund estime avoir rempli environ 100 blocs-notes sur plusieurs treks à travers les petites routes de campagne qui ont survécus.

Stewart a initialement été castée à 17 ans pour jouer Marylou, née Luanne Henderson, l'enfant sexualisée et mariée, adorée et dédaignée par Moriarty et Paradise.

"Je suis à 100 pour cent nostalgique des époques où je n'ai pas vécues... quand il y avait moins de stimulations insignifiantes," dit Stewart, tapant du pied nerveusement, faisant des cliquetis avec les bracelets de cuivre qu'elle porte aux poignets, repliant son t-shirt avec ses mains et baissant les yeux la plupart du temps.

"Si vous ne regardez pas une émission de télévision ou téléchargez quelque chose, vous vous ennuyez," a t-elle ajouté. "Retour à cette époque là, il y avait moins à faire, les gens ont dû user de leurs esprits."

Stewart parle rarement et avec prudence, consciente que même ses phrases les plus banales sont analysées avec un contrôle vice-présidentiel, ou du moins de star de NBA. Après tout, la plupart des franchises de basket-ball ne peuvent pas vendre de marchandises comme le fait la Team Edward.

Hedlund, dont le grand succès précédent était Tron, gère le plus gros de la conversation - en restant fidèle à la dynamique du film.

"J'ai toujours idéalisé la fin des années 40 et des années 50 - les voitures, le jazz, les routes ouvertes et l'absence de pollution," dit-il, habillé chic et décontracté dans une chemise bleu-marine, le bouton du haut déboutonné, sa poitrine est presque sans poils. "Maintenant, il y a plus de véhicules, moins d'auto-stoppeurs, plus de panneaux d'affichage et des lignes électriques et tout ça."

"Les gens écrivaient de merveilleuses longues lettres qui mettaient des mois à arriver, et maintenant tout se fait par mail."

Les deux ont réitéré l'idée que l'intemporalité de l'ouvrage est immuable. Même si un Kerouac contemporain aurait pu voir les conquêtes de Cassady sur Facebook, les acteurs soulignent que les jeunes seront toujours hypnotisés par cette prose amphétaminique et les idées enivrantes de liberté et de rébellion.

"Toute personne qui voudrait passer cette porte et quitter sa maison pendant quelques mois et se fier à soi-même plutôt qu'au destin pourrait avoir quelques histoires intéressantes à raconter," dit Hedlund.

"Je ne pense pas qu'il n'y ai jamais un moment où il ne sont pas un groupe de personnes qui ont des attentes variées de ce qu'ils espèrent de leur destin. Vous côtoyez ces gens et vous faites des choses que vous ne pourriez pas faire seul," Stewart ajoute, qu'elle est aussi une grande fan d'Henry Miller. "C'est pourquoi le livre n'a jamais été impopulaire parmi les personnes poussant et courant après quelque chose."

Nous parlons un petit moment des personnages, de leurs modèles, de jazz, de leur liste de lecture Beat. Au sein de ce truc d'Actors Studio - rien de tout ça n'est très intéressant, et aucuns d'eux n'ignorent totalement cela. Puis la publiciste de Stewart l'embarque et elle nous dit "ravie de vous avoir rencontrer" avec plus de sincérité qu'il ne le fallait.

Hedlund nous en dit peu plus sur ses voyages et ses recherches. Mais ce qui se démarque vraiment n'est pas l'une de ses propres histoires mais une de Salles, le réalisateur, via Hedlund, au sujet d'un pèlerinage à la Bay Area pour rencontrer le poète Beat et camarade de Kerouac, Lawrence Ferlinghetti.

"Ils étaient dans les rues de Frisco et ils visitaient et il y avait des voitures et des bouchons, et tous ces panneaux publicitaires et enseignes et publicités lumineuses et des lumières vives," dit Hedlund, marquant d'un point la raison pour laquelle les idées de Sur la Route sont indélébiles, encore plus même inimitables. "Puis Ferlinghetti pointa du doigt et dit: 'Vous voyez... il n'y a pas d'autre chemin'."
Source: #1 #2 #3 #4

3 comments:

  1. Anyone can just see and feel the bias among these so called real, educated journalists. Pity they have to spend their college years learning what real journalism means for nothing.

    ReplyDelete
    Replies
    1. I agree,seems like the worst person to send for an interview with Kristen.I don't even know if it's a male or female but even the first sentence put me right off.

      Delete
    2. I love those portraits but yeah.. Preconceived idea about Kristen! This article just shows how unprofessional this man is as a journalist.

      Delete