Friday, December 28, 2012

NEW Portraits & Interview with USA Today (+ New portrait from 'Toronto International Film Festival')

NOUVEAU Portraits & Interview avec USA Today (+ Nouveau portrait du 'Toronto International Film Festival')

Pictures:

image host

Scans:

'On the Road' Toronto International Film Festival Portraits
image host image host image host image host image host
* OUTTAKE *

Interview:


+ Dakota Fanning, Jennifer Lawrence and Walter Salles talk about Kristen

NEW YORK — Kristen Stewart has a solid, vigorous handshake.

When she arrives at the darkened restaurant at the Tribeca Grand hotel, precisely seven minutes late, she's guardedly apologetic about her tardiness. A table of men gawks at Stewart as she keeps her head down, her hair loose around her face, clad in jeans and a T-shirt and sneakers, and quickly crosses the room to a more secluded table in the corner.

Stewart, barely out of her teens, has tasted the flip side of fame, and it isn't much to her liking. She's cautious and watchful and ill at ease, until she's not. The thing is, give Stewart a little bit of time, a glass of pinot grigio, and some thoughtful conversation, and she warms up.

Being gaped at, she says, brings out her inner dork.

"I feel like I'm in the sixth grade, and everyone in the room is laughing at me. Some people can come into a room and say hello to everyone, and it's fine. I'm not that person. I don't think I'm very approachable," says the actress, 22.

She's no pushover. If there's one thing you need to note about her, it's this: When she suddenly was anointed the tabloid scarlet woman — Stewart didn't hunker down and hide under the covers. She went to Toronto in September to promote her labor of love, On the Road, the adaptation of Jack Kerouac's classic 1957 novel about the Beat Generation. She talked to press. She posed for photos. She attended the premiere of the film.

"I've been working on this thing for five years. When it makes sense, when there's a platform for it, it makes so much sense for me to be there. I can stand tall. I can stand proud," Stewart says. "I've never been the type of person who can stand in the forefront of nothing. That occasionally makes public appearances awkward. It feels a lot different when you're going to unleash something that feels worth it."

A conversation with the actress isn't linear. It ebbs and flows and touches on everything from her love of cooking to her appreciation of Kerouac to her recent fascination with the reality show Duck Dynasty, courtesy of her best friend Dakota Fanning.

"She is 100% herself 100% of the time, which is admirable and difficult to do," Fanning says. "She's very unapologetic of herself. She does everything to the fullest. She's really honest."

Silver Linings Playbook and The Hunger Games star Jennifer Lawrence calls Stewart "one of the coolest people I've ever met. She's just really laid-back. She's one of those people who owns her own energy. She's down to earth and funny and nice and just cool."

And for someone who has never been at ease in the spotlight, Stewart isn't about to start spilling her guts now. She's not telling whether she and Pattinson are back together, or not, or something in between. And she doesn't really care what anyone thinks, either way.

"People think they knew a lot about me before. They know even less now," she says. "People will project whatever. It's a huge form of entertainment. As soon as you step outside your own life and look at it like that and think that you can shape something — you need to live your life. I'm just going to live my life, actually."

Stewart's career is also at a crossroads of sorts. She just wrapped up the Twilight film series, based on the insanely popular books and starring Stewart as Bella Swan, the love of vampire Edward Cullen (Pattinson). The films made her famous beyond belief, rich beyond comprehension, and even more leery of being a superstar who can't go out to dinner without being mobbed. Stewart is grateful to have been part of the Twilight behemoth, and to have played a character who was so pivotal in many teens' lives.

"I never felt stuck in that. Not at all," she says. "I had so many opportunities in the midst of that to do a million things. If it kept me from doing other things, I still wouldn't resent it. You start a project to finish it. I was eager to get back and finish the story."

A different kind of role

As for On the Road, which shows a far more adult side of Stewart, "this wasn't me stepping out to do a different thing to liberate myself," she says.

Playing Marylou, the free-spirited, uninhibited girlfriend of Dean Moriarty (Garrett Hedlund) is a departure for Stewart, who is an observer by nature.

"I had to jump into somebody who wasn't watching, who wasn't thinking about being watched," she says. "She's the least vain person who completely lets her face hang out. Those people are few and far between. I was sort of nervous I would be playing the crazy girl, the girl who was wild. She offers the exuberance in the story, as well. I'm so not that person, so it was hard."

Director Walter Salles met Stewart when she was 16, after seeing her in Sean Penn's Into the Wild, and he approached her about playing Marylou.

"She thought the role was very different from who she was but she was tempted to do it. She's been part of this ever since. It speaks a lot to how much she reads, how sharp she is, and how attracted she is by challenging material," Salles says. "She's very different from Marylou and yet — she truly understands that it is important to constantly redefine her sense of the future, which is what Marylou does."

And Stewart felt liberated by playing Marylou, a woman who is free just being herself.

"It's easier to not throw up so many barriers," she says. "Do you have butterflies in your stomach? Great. Don't try and get rid of them. I'm oddly incredibly measured. I take things too seriously sometimes. I take myself too seriously sometimes."

Stewart is loath to sound like a complainer. She's not going to whine about being famous, or her inability to walk through an airport without paparazzi intrusion.

"Rob is (noticed) way more than I am, especially if we're out together. He's so recognizable, and I'm not. I put a hood on, and I'm a girl with long hair. I can go out," she shrugs.

And even though, at the height of her scandal she issued a statement apologizing to Pattinson, she's not going to address what's written about her in endless stories that speculate about her romantic status.

"They don't write about my personal life. You know what I mean? The same exact thing about being able to choose your path and your career — you don't step outside your life and look at it like you're someone else. It's the most disjointed, uninformed, and completely unsatisfying and completely depressing (stuff)," she says. "I have the same friends I've had for years and years. I make new friends. I'm a really good judge of character. I know who I like, and I know who I don't like, almost to a fault."

Fanning says: "People don't know her as a person. What she says is what she believes. She's never fake. She does what she cares about and lives her life and has to deal with a lot and does it the best way she knows how."

This kitchen whiz shoots pool

It's hard to dislike Stewart after spending any amount of time with her. She seems solid and smart, an observant, attentive person to whom quotes and sound bites don't come easily.

"She's a good listener," Salles says. "When you cut for lunch, you can bet the best music will come from her trailer. She can be extremely funny and loose, and she's great company to have around. She's a fierce pool player. There's a lot to Kristen that is very revealing of a personality that is curious and open to the world and certainly very accessible."

And she's a whiz in the kitchen. Stewart eagerly shares her foolproof way of roasting vegetables to ensure that they're fully cooked yet also crisp (heat the oven as high as it will go). Her hobbies are simple: music, books, friends.

"We're homebodies," Fanning says. "She cooks for me. She loves to cook. I go to her house. Certainly there are times it's crazy, but we're also just friends. We go to Target to get wrapping paper. She has to do things like everyone else."

At the top of Stewart's to-do list: getting a script in her hands. She has spent this year doing non-stop press, first for Twilight and then for On the Road. And she's ready to be back on set in the grifter comedy Focus.

"I really want to work," she says. "I'm working in April, but that's too long. I haven't worked in a year. I've been promoting (stuff). I should go and chill somewhere. But at the same time, I haven't done what I do in so long. I need to get back there."
+ Dakota Fanning, Jennifer Lawrence et Walter Salles parlent de Kristen

NEW YORK - Kristen Stewart a une solide, vigoureuse poignée de main.

Quand elle arrive au restaurant assombri de l'hôtel Tribeca Grand Hotel, sept minutes en retard précisément, elle s'excuse avec réserve de son retard. Une table de badauds regarde bouche bée Stewart alors qu'elle garde la tête baissée, les cheveux dénoués autour de son visage, vêtue d'un jean et d'un t-shirt et de baskets, et traverse rapidement la salle pour une table plus isolée dans un coin.

Stewart, à peine sortie de l'adolescence, a goûtée au revers de la gloire, et ce n'est pas tellement à son goût. Elle est prudente et vigilante et mal à l'aise, jusqu'à ce qu'elle ne le soit plus. Le truc c'est, donne à Stewart un peu de temps, un verre de pinot gris, et une conversation réfléchie, et elle se réchauffe.

Etre regarder bouche bée, dit-elle, ressort son côté crétin intérieur.

"J'ai l'impression d'être en 6ième, et que tout le monde dans la salle se moque de moi. Certaines personnes peuvent venir dans une salle et dire bonjour à tout le monde, et c'est très bien. Je ne suis pas ce genre de personne. Je ne pense pas être très abordable," a déclarée l'actrice, 22 ans.

Elle est pas molle. S'il y a une chose que vous devez noter sur elle, c'est ceci: Quand soudain, elle fut la femme écarlate pointée du doigts par les tabloïds - Stewart ne s'est pas repliée sur elle-même et cachée sous des couvertures. Elle est allée à Toronto en septembre pour promouvoir son labeur d'amour, Sur la Route, adaptation du roman classique de 1957 de Jack Kerouac sur la Beat Generation. Elle a parlée à la presse. Elle a posée pour les photos. Elle a assistée à la première du film.

"J'ai travaillée dessus pendant cinq ans. Quand il y a un sens, quand il y a une estrade pour lui, c'est tellement logique pour moi d'être là. Je peux marcher la tête haute. Je peux être fier," dit Stewart. "Je n'ai jamais été le genre de personne qui peut se tenir debout en premier plan pour rien. Cela donne occasionnellement des apparitions publiques maladroites. On se sent un peu différent quand on déclenche quelque chose qui donne l'impression d'en valoir la peine."

Une discussion avec l'actrice n'est pas linéaire. Elle monte et descend et touche à tout, de son amour pour la cuisine à son appréciation de Kerouac et à sa fascination récente pour l'émission de télé-réalité Duck Dynasty, avec la permission de sa meilleure amie Dakota Fanning.

"Elle est 100% elle-même à 100% du temps, ce qui est admirable et difficile à faire," dit Fanning. "Elle est très difficile envers elle-même. Elle fait tout au maximum. Elle est vraiment honnête."

La star de Happiness Therapy et Hunger Games, Jennifer Lawrence appelle Stewart "l'une des personnes les plus cool que j'ai jamais rencontrée. Elle est vraiment décontractée. Elle est une de ces personnes qui possède sa propre énergie. Elle est terre à terre et drôle et gentille et juste cool."

Et pour quelqu'un qui n'a jamais été à l'aise sous les projecteurs, Stewart ne s'apprête pas à répandre ses tripes maintenant. Elle ne dit pas si elle et Robert Pattinson sont à nouveau ensemble, ou pas, ou quelque chose entre. Et elle ne s'inquiète pas vraiment de ce que les gens pensent, de toute façon.

"Les gens pensent qu'ils savaient beaucoup de choses sur moi avant. Ils en savent encore moins maintenant," dit-elle. "Les gens projettent quelque chose. C'est une forme énorme de divertissement. Aussitôt que vous sortez de votre propre vie et la regardez comme ça et pensez que vous pouvez modelez quelque chose - vous devez vivre votre vie. Je vais simplement vivre ma vie, en fait."

La carrière de Stewart est également à un carrefour. Elle vient de terminer la série de films Twilight, basé sur les livres incroyablement populaires et mettant en vedette Stewart, Bella Swan, amoureuse du vampire Edward Cullen (Robert Pattinson). Les films l'ont rendu célèbre au-delà de l'espérance, riche au-delà de la compréhension, et encore plus méfiante d'être une superstar qui ne peut pas aller dîner au restaurant sans être prise d'assaut. Stewart est reconnaissante d'avoir fait partie du géant Twilight, et d'avoir jouée un personnage qui était si crucial dans la vie de tellement d'adolescents.

"Je ne me suis jamais senti coincé dedans. Pas du tout," dit t'elle. "J'ai eu tellement d'occasions au milieu de faire un million de choses. Si elle m'a empêchée de faire d'autres choses, je n'en aurais pas éprouver du ressentiment. Vous commencez un projet pour le terminer. j'avais hâte de revenir et de finir l'histoire."

Un autre genre de rôle

Comme pour Sur la Route, lequel montre un côté beaucoup plus adulte de Stewart, "ce n'est pas moi de sortir pour faire autre chose que de me libérer," dit-elle.

Jouer Marylou, la petite amie libre d'esprit, désinhibée de Dean Moriarty (Garrett Hedlund) est un nouveau départ pour Stewart, qui est une observatrice par nature.

"J'ai dû plonger dans quelqu'un qui ne regardait pas, qui ne pensait pas être regarder," dit-elle. "Elle est la personne la moins vaine, celle qui laisse complètement son visage exposé. Ces personnes sont peu nombreuses et loin les unes des autres. J'étais en quelque sorte nerveuse de pouvoir jouer la fille dingue, la jeune fille qui était sauvage. Elle offre l'exubérance de l'histoire, aussi bien. Je suis pas cette personne, donc c'était dur."

Le réalisateur Walter Salles a rencontré Stewart quand elle avait 16 ans, après l'avoir vue dans Into the Wild de Sean Penn, et il l'a approché pour jouer Marylou.

"Elle pensait que le rôle était très différent de ce qu'elle était, mais elle était tentée de le faire. Elle fait partie de cela depuis. C'est une bonne indication de combien elle lit, de combien elle est pointue, et de combien elle est attirée par les challenges," dit Salles. "Elle est très différente de Marylou et pourtant - elle comprend vraiment qu'il est important de constamment redéfinir son sens de l'avenir, ce qui est ce que fait Marylou."

Et Stewart se sentait libérer en jouant Marylou, une femme qui est libre d'être tout simplement elle-même.

"C'est plus facile de ne pas créer tant de barrières," dit-elle. "Vous avez des papillons dans votre estomac? Génial. N'essayez pas de vous débarrasser d'eux. Je suis étrangement incroyablement mesurée. Je prends les choses trop au sérieux parfois. Je me prends pas trop au sérieux parfois."

Stewart n'est pas disposée à ressembler à une râleuse. Elle ne va pas se lamenter d'être célèbre, ou de son incapacité à marcher dans un aéroport sans empiétement de paparazzi.

"Rob est plus (reconnu) que moi, surtout si nous sommes ensemble. Il est si reconnaissable et je ne le suis pas. Je met une capuche et je suis une fille aux cheveux longs. Je peux sortir," elle hausse les épaules.

Et même si, au sommet de son scandale elle a publiée un communiqué s'excusant auprès de Robert Pattinson, elle ne va pas répondre à ce qui est écrit à son sujet dans des histoires sans fin qui spéculent sur ​​son statut romantique.

"Ils n'écrivent pas sur ma vie personnelle Vous voyez ce que je veux dire? Exactement la même chose que d'être en mesure de choisir votre chemin et votre carrière - vous ne sortez pas hors de votre vie et la regardez comme si vous étiez quelqu'un d'autre. C'est (le truc) le plus incohérent, mal informé, et complètement insatisfaisant et complètement déprimant," dit-elle. "J'ai les mêmes amis depuis des années et des années. Je me fais de nouveaux amis. Je suis un très bon juge des caractères. Je sais qui j'aime, et je sais qui je n'aime pas, presque à l'excès."

Fanning dit: "Les gens ne la connaissent pas en tant que personne. Ce qu'elle dit est ce qu'elle croit. Elle n'est jamais fausse. Elle fait ce qu'elle veut et vit sa vie et doit faire face à beaucoup de choses et le fait de la meilleure façon qu'elle connait."

Ce prodige de la cuisine tire au billard

Il est difficile de ne pas aimer Stewart après avoir passé un certain temps avec elle. Elle semble solide et intelligente, une observatrice, attentive à laquelle des citations et des extraits sonores ne viennent pas facilement.

"Elle est une bonne auditrice," dit Salles. "Quand on coupait pour le déjeuner, vous pouviez parier que la meilleure musique viendrait de son camping-car. Elle peut être extrêmement drôle et décontractée, et elle est une compagnie géniale à avoir autour de soit. C'est une joueuse de billard féroce. Il y a beaucoup chez Kristen qui est très révélateur d'une personnalité qui est curieuse et ouverte sur le monde et certainement très accessible." Et elle est un as de la cuisine. Stewart partage avec enthousiasme son moyen infaillible sur comment s'assurer que les légumes à rôtir soient bien cuits mais aussi croustillants (chauffer le four au plus élevé que vous le pouvez). Ses passe-temps sont simples: la musique, les livres, les amis.

"Nous sommes casaniers," dit Fanning. "Elle cuisine pour moi. Elle adore cuisiner. Je vais chez elle. Certes il y a des moments, c'est dingue, mais nous sommes également avec quelques amis. Nous allons à Target pour prendre du papier d'emballage. Elle doit faire les choses comme tout le monde."

Au sommet de la liste des choses-à-faire de Stewart: avoir un scénario dans ses mains. Elle a passée cette année non-stop à faire de la promo, d'abord pour Twilight et puis pour Sur la Route. Et elle est prête à être de retour sur les plateaux avec la comédie d'escroc Focus.

"Je veux vraiment travailler," dit-elle. "Je travaille en avril, mais c'est trop long. Je n'ai pas travaillée depuis un an. J'ai fait de la promo. Je devrais aller me détendre quelque part. Mais en même temps, je n'ai pas fait ce que je fais depuis si longtemps. J'ai besoin d'y retourner."

Source - via - HQ - Scans