Tuesday, January 8, 2013

NEW outtake added - Kristen on the cover of V Magazine, NEW photoshoot & interview (January 2013 issue)

Une NOUVELLE photo ajoutée - Kristen en couverture du magazine V, NOUVEAU photoshoot & interview (numéro de janvier 2013)

image host image host
WOW, WOW, WOW!
Photographed by Inez & Vinoodh - On sale on Jan 3, 2012 - You can order it: VMagazine
Photographiée par Inez & Vinoodh - En vente au USA le 3 janvier 2012 - Vous pouvez l'acheter: VMagazine

Pictures

image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host

Scans

image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host

Fashion

Victoria Beckham SS13 with George Cox creepers from Trash and Vaudeville
Collection Victoria Beckham Printemps/Été 2013 avec des creepers George Cox de Trash and Vaudeville
image host image host
Victoria Beckham Spring/Summer 2013
Collection Victoria Beckham Printemps/Été 2013
image host
Balenciaga Resort 2013
Balenciaga Collection 2013
image host

Interview

HAVING CONQUERED THE BOX OFFICE AND THE TABLOIDS, KRISTEN STEWART RETURNS TO THE SMALL SCREEN IN WALTER SALLES’S BEWITCHIG ADAPTATION OF ON THE ROAD. AS IT TURNS OUT, THE EPIC TALE OF LOVE, WANDERLUST, AND SOUL-SEARCHING DOVETAILS PERFECTLY WITH THE ACTRESS’S POST-TWILIGHT STATE OF MIND

Kristen Stewart is nothing short of gracious. Upon walking into this interview a few minutes behind schedule, she proffers a hug and an offer to “stay until you get everything you need.” There are no publicists, handlers, ringleaders, or beefcake bodyguards hanging around, and she is dressed in 7 for All Mankind jeans and Converse kicks. For the world’s highest-earning actress—last year she dethroned Sarah Jessica Parker and Angelina Jolie at the top of the Forbes list, to the tune of $34.5 million—the lack of pretense is really quite remarkable…not that this is her favorite part of the job. “I really love people,” she says as she hops into a chair and folds her tiny frame like origami. “You can’t not as an actor. It’s just strange meeting someone and going, Okay, you start at square one and I will try and make up for what you already think you know about me.”

The 10,000-pound gorilla in the room is of course that people—present company included—think they know a lot: how much she earns, whom she dates, and even more intimate details. Since her Twilight reign began, digging into Stewart’s personal life has become a bit of a blood sport. (To wit, a gossip rag recently splashed a photo of her with presumed boyfriend Robert Pattinson and announced that she’s pregnant. She’s not.) The Star Wars-esque emotional force field that she instinctually activates for self-preservation is palpable. In this instance, her armor is enhanced by pulled-back hair, glasses, and an oversize bomber jacket that serves as a kind of cocoon. There’s a slightly feral air to her presence—she’s jumpy and prone to pacing—but all the anxiety is kind of endearing. She’s young and excitable, and having weathered the highs and lows of 2012, she claims to feel stronger than ever before.

“I have realized that you can close yourself off to life if you put walls up, but it’s a difficult thing,” she says. “You can’t see over, people can’t see in, and you also can’t see out. So I’ve gotten quite comfortable with just being unafraid. I keep saying the same thing: it’s not about being fearless but really just embracing the fears and using them.”

It’s of little surprise then that she describes her latest project—the indie adaptation of On the Road—as “a fucking amazing experience.” Jack Kerouac’s seminal novel as seen through the lens of director Walter Salles features Stewart as the shy and somewhat guileless 16-year-old bride Marylou. Her husband, Dean Moriarty (brilliantly portrayed by Garrett Hedlund), takes her on a wild ride as they crisscross the country, living to the fullest and then some. The sparkling cast also includes Sam Riley, as Sal; Tom Sturridge, as Carlo; and Kirsten Dunst, as Camille. Amy Adams, Viggo Mortensen, Steve Buscemi, and Terrance Howard make stellar cameos.

“I would have done anything, I would have played any part,” says Stewart. “Marylou is remarkable because she’s got a tough core. When you’re a teenager, a year can be crippling to maneuver through. You’re just out there questioning things, and so to be completely okay with that and not think that there’s anything wrong with you, that’s something I’ve recently understood. I’m 22. Marylou started this whole thing when she was 15.”

When it comes to the Beat Generation’s radical ideology of choosing the life you want to live versus succumbing to bourgeois expectations, Marylou is the perfect pilgrim. She expertly rolls and smokes joints, dances as if possessed by a divine spirit, carouses late into the night, and engages in threesomes with her beloved and his best friend, even efficiently issuing synchronized hand jobs while driving cross-country. But to hear Stewart tell it, the part is only slightly more provocative than some of her previous roles.

“It’s a pretty fucking odd thing to want to pretend to be another person,” she says, “and then have a lot of other people who watch you do that. You have this experience of reading something, and if you don’t bring it to life, you’re basically deleting it. Every day of shooting you’re depriving the world of having that. The responsibility is amazing.”

“Until you really get to know the woman behind the character, it’s difficult to connect the dots,” she continues. “I’m a contemporary, sensitive, normal girl, and it’s difficult to try and empathize with someone who seems to have a lack of empathy. She seems a bit callous in the book. She’s literally the farthest…I have never encountered a person that had their nerves so fucking close to the surface.”

Any freshman psych student could draw parallels between the fictional Marylou’s demeanor and Stewart’s protective façade. Delicate and darling, the two of them are also tough as hell. But whether the actress realizes it or not, her defensive posture only makes her more beguiling, by revealing how susceptible she is underneath it all. “Oh, I could have worked with her all week, or done a movie with her,” says Inez van Lamsweerde, who with her partner, Vinoodh Matadin, photographed Stewart for this cover story a short while after compromising photos of the actress with her Snow White and the Hunstman director had surfaced. “We worked with her for a Gap campaign in 2006, and even back then she was extremely intelligent and questioned everything. You could say anything to her and she would respond in a wonderful way. She is that delicate blend of masculine and vulnerable. She is unbelievably beautiful, not just on the outside but also in her being. She gets right in, there is no in between.”

The admiration is mutual. “When you find yourself with people like that, you can really thrive,” says Stewart of Inez and Vinoodh. “It was fun. I would follow them wherever they wanted to go. I had a really good time that day, I was kind of shocked by that.”

Photo shoots and fashion in general have become an increasingly important part of Stewart’s evolution. Together with longtime stylist Tara Swennen, she concocts looks that consistently become much-ballyhooed fodder for the style blogs. Former Balenciaga creative director Nicolas Ghesquière, who hired Stewart to be the face of his Florabotanica fragrance, says that “she is never scared of strong fashion choices, which is very exceptional for an actress. For me she is a true heroine. The fact that we had the opportunity to work on an artistic adventure together is fantastic.

Fashion, of course, is a huge component of moviemaking, an art to which Stewart was drawn from a young age. She grew up on sets; her parents, Jules and John, still work as a script supervisor and stage manager, respectively. (“I started doing the job because I wanted adults to talk to me,” says Stewart. “I wanted to be on set in a different way than just hanging around.”) After starring in bit parts in film and television, she landed the role of Jodie Foster’s daughter in Panic Room. The Oscar-winner was impressed by the chutzpah and dedication of her younger costar, and has remained a fairy godmother of sorts as she learns to navigate the topsy-turvy world of Tinseltown. Stewart was even handpicked to announce that Foster would receive the Cecil B. DeMille award at this year’s Golden Globes.

On the Road is perhaps the perfect segue to the new challenges on which Stewart is about to embark. There are rumors of a Snow White sequel, but with the Twilight chapter closed, one surmises she is ready to start anew, and she is clearly bracing herself for the next thing—in this case a comedy called Focus, in which she plays a young vixen who catches the eye of a veteran grifter. “The script is really fun and I love the writers and directors, Glenn Ficarra and John Requa,” she says.

Stewart has never conquered the Great White Way, but she’d be up for it. (“Theater is a completely different way of working, but, yeah, I would be very much down.”) She also tosses out the idea of being part of an ensemble cast that would ideally include fellow actresses whose work she greatly admires. (How many starlets do you hear saying that these days?) “There are so many cool girls out there!” she says, name-checking Jennifer Lawrence, Amy Adams, and her best friend, Dakota Fanning.

“I am not closed off to anything right now,” she says, smiling. “That is what I was saying about not having any more walls up. I don’t want to deprive myself of any bit of life.” By the end of our conversation, Stewart is a bit more relaxed—hair down, glasses off, bomber jacket removed—and cracking jokes aplenty. That nervousness she was experiencing before has apparently been channeled. Like a true Beatnik, she is embracing life as it comes.
APRES AVOIR CONQUIS LE BOX-OFFICE ET LES TABLOÏDS, KRISTEN STEWART EST DE RETOUR SUR LE PETIT ÉCRAN DANS L'ADAPTATION ENSORCELANTE DE WALTER SALLES DE SUR LA ROUTE. IL SE TROUVE QUE, L’ÉPOPÉE D'AMOUR, LA NOSTALGIE DU VOYAGE, ET L'INTROSPECTION CADRE PARFAITEMENT AVEC L'ETAT D'ESPRIT POST-TWILIGHT DE L'ACTRICE.

Kristen Stewart n'est rien de moins que gracieuce. En entrant pour l'interview avec quelques minutes de retard, elle donne une accolade et une offre de "rester jusqu'à ce que vous ayez tout ce dont vous avez besoin." Il n'y a pas de publicistes, agents, encadreurs, ou énormes gardes du corps qui traînent autour, et elle est habillée en jeans 7 for All Mankind et Converse. Pour l'actrice au monde qui a le mieux gagnée - l'année dernière elle a détrônée Sarah Jessica Parker et Angelina Jolie en tête de la liste Forbes, à hauteur de 34,5 millions de dollars - l'absence de prétention est tout à fait remarquable... non pas que cela soit sa partie préférée de l'emploi. "J'aime vraiment les gens," dit-elle, en sautant sur une chaise et pliant son minuscule corps comme un origami. "Vous ne pouvez pas ne pas, en tant qu'acteur. C'est juste étrange de rencontrer quelqu'un et dêtre du genre, Ok, vous commencez à la case départ et je vais essayer de rattraper ce que vous pensez déjà savoir sur moi."

L'imposant éléphant (ndt: expression originale 'The 10,000-pound gorilla') dans la salle est évidemment que les gens - la société actuelle inclus - pensent qu'ils savent beaucoup de choses: combien elle gagne, avec qui elle sort, et encore plus de détails intimes. Depuis que son règne Twilight a commencé, creuser dans la vie personnelle de Stewart est devenu un peu un sport sanglant. (À savoir, un torchon à potins a récemment lancé une photo d'elle avec son petit ami présumé Robert Pattinson et a annoncé qu'elle est enceinte. Elle ne l'est pas.) Le champ de force émotionnel à la Star Wars qu'elle active instinctivement pour se préserver est palpable. Dans ce cas, son armure est renforcée par ses cheveux tirés en arrière, des lunettes et un blouson d'aviateur surdimensionné qui sert d'un genre de cocon. Il y a un air un peu sauvage dans sa présence - elle est nerveuse et sujette aux cent pas - mais toute cette anxiété est assez attachante. Elle est jeune et nerveuse, et après avoir traversée les hauts et les bas de 2012, elle affirme se sentir plus forte que jamais.

"J'ai réalisée que vous pouvez vous fermer à la vie si vous mettez en place des murs, mais c'est une chose difficile," dit-elle. "Vous ne pouvez pas voir au-dessus, les gens ne peuvent pas voir, et vous aussi ne pouvez pas voir. Donc je suis devenu assez confortable avec le fait de juste ne pas avoir peur. Je dis toujours la même chose: il ne s'agit pas d'être courageux mais vraiment de juste adopter les peurs et les utiliser."

Il n'est guère surprenant alors qu'elle décrive son dernier projet - l'adaptation indépendante de Sur la Route - comme "une expérience putain incroyable." Le roman précurseur de Jack Kerouac vus à travers l'objectif du réalisateur Walter met en vedette Stewart comme la timide et un peu candide mariée de 16 ans Marylou. Son mari, Dean Moriarty (brillamment interprété par Garrett Hedlund), l'emmène dans une course folle alors qu'ils sillonnent le pays, vivent pleinement et même plus. Le pétillant casting comprend également Sam Riley, en Sal, Tom Sturridge, en Carlo, et Kirsten Dunst, en Camille. Amy Adams, Viggo Mortensen, Steve Buscemi, et Terrance Howard font de brèves apparitions stellaires.

"J'aurais fait n'importe quoi, j'aurais jouer n'importe quel rôle," dit Stewart. "Marylou est remarquable car elle a un cœur solide. Lorsque vous êtes un adolescent, une année à manœuvrer à travers ça peut endommager. Vous êtes juste là-bas à vous questionner sur des choses, et ainsi être complètement d'accord avec cela et ne pas penser qu'il y a quelque chose qui ne va pas, c'est quelque chose que j'ai récemment entendu. J'ai 22 ans. Marylou a commencée toute cette histoire quand elle avait 15 ans."

Quand il s'agit de l'idéologie radicale de la Beat Generation de choisir la vie que vous voulez vivre par rapport à céder aux attentes des bourgeois, Marylou est le pèlerin parfait. Elle roule et fume de façon experte des joints, danse comme si elle était possédé par un esprit divin, roule jusqu'à tard dans la nuit, et se livre à des trios avec son bien-aimé et son meilleur ami, voire même délivre avec synchronisation des branlettes pendant que vous conduisez. Mais à entendre Stewart le raconter, le rôle n'est que légèrement plus provocateur que certains de ses rôles précédents.

"C'est une putain de chose assez bizarre de vouloir se faire passer pour une autre personne," dit-elle, "et puis il y a beaucoup d'autres personnes qui vous regardent faire ça. Vous avez cette expérience de lire quelque chose, et si vous ne l'amenez pas à la vie, fondamentalement vous le supprimer. Chaque jour de tournage vous privez le monde d'avoir cela. La responsabilité est incroyable."

"Jusqu'à ce que vous appreniez vraiment à connaître la femme derrière le personnage, il est difficile faire le lien," poursuit-elle. "Je suis une contemporaine, sensible, fille normale, et il est difficile d'essayer et de sympathiser avec quelqu'un qui semble avoir un manque d'empathie. Elle semble un peu insensible dans le livre. Elle est littéralement la plus éloignée... Je n'ai jamais rencontrée une personne qui avait les nerfs si putain de près de la surface (ndt: prête à exploser)."

Tout étudiant de première année de psycho pourrait établir un parallèle entre le comportement de fiction de Marylou et la façade de protection de Stewart. Délicates et chéries, toutes les deux sont également dur à cuire. Mais que l'actrice s'en rend compte ou non, sa posture défensive ne la rend que plus séduisante, en révélant combien elle est sensible en dessous de tout cela. "Oh, je pourrais travaillée avec elle toute la semaine, ou faire un film avec elle," dit Inez van Lamsweerde, qui avec son partenaire, Vinoodh Matadin, a photographiée Stewart pour cette couverture un peu après que les photos compromettantes de l'actrice avec son réalisateur de Blanche Neige et le Chasseur aient fait surface. "Nous avons travaillé avec elle pendant une campagne pour Gap en 2006, et même à l'époque elle était extrêmement intelligente et s'interrogée sur tout. Vous pouvez lui dire n'importe quoi et elle répondra de façon merveilleuse. Elle est ce délicat mélange de masculin et vulnérabilité. Elle est incroyablement belle, et pas seulement à l'extérieur mais aussi dans son être. Elle va droit au but, il n'y a pas d'entre les deux."

L'admiration est mutuelle. "Quand vous vous retrouvez avec des gens comme ça, on peut vraiment s'épanouir," a dit Stewart d'Inez et Vinoodh. "C'était amusant. Je les aurais suivis partout où ils auraient voulu aller. J'ai passé un très bon moment ce jour-là, j'étais un peu choqué par cela."

Les photoshoots et la mode en général sont devenus une partie de plus en plus importante de l'évolution de Stewart. En collaboration de longue date avec la styliste Tara Swennen, elle concocte des looks qui deviennent systématiquement du fourrage très appétissant pour les blogs de style. L'ancien directeur artistique de Balenciaga Nicolas Ghesquière, qui a engagé Stewart pour être l'égérie de son parfum Florabotanica, dit qu'"elle n'a jamais peur des forts choix en mode, ce qui est tout à fait exceptionnel pour une actrice. Pour moi, elle est une véritable héroïne. Le fait que nous avons eu l'opportunité de travailler sur une aventure artistique ensemble est fantastique."

La mode, bien sûr, est une composante importante de la réalisation des films, un art auquel Stewart a été habituée depuis un jeune âge. Elle a grandi sur les plateaux, ses parents, Jules et John, travaillent toujours en tant que scripte et régisseur, respectivement. ("J'ai commencée à faire ce travail parce que je voulais que des adultes me parlent," dit Stewart. "Je voulais être sur le plateau pour une raison différente que juste traîner.") Après avoir jouée des petits rôles au cinéma et à la télévision, elle a décrochée le rôle de la fille de Jodie Foster dans Panic Room. L'oscarisée a été impressionnée par l'audace et le dévouement de sa jeune co-star, et elle est restée une marraine la fée en quelque sorte alors qu'elle apprenait à naviguer dans le monde fou d'Hollywood. Stewart a même été triée sur le volet pour annoncer que Foster recevra le prix Cecil B. DeMille aux Golden Globes de cette année.

Sur la Route est peut-être l'enchaînement idéal pour les nouveaux défis sur lesquels Stewart est sur ​​le point d'embarquer. Il y a des rumeurs d'une suite de Blanche-Neige, mais avec la clôture du chapitre Twilight, on devine qu'elle est prête à recommencer à zéro, et elle se renforce clairement pour la chose suivante - en l’occurrence une comédie intitulée Focus, dans lequel elle joue une jeune renarde qui attire l'œil d'un arnaqueur vétéran. "Le script est vraiment amusant et j'aime les scénaristes et réalisateurs Glenn Ficarra et John Requa," dit-elle.

Stewart n'a jamais conquis Broadway, mais elle serait prête pour. ("Le théâtre est une autre façon de travailler, mais, ouais, je serais très pour.") Elle lance aussi l'idée de faire partie d'un casting qui devrait idéalement inclure des actrices dont elle admire grandement le travail. (Combien de starlettes entendez-vous dire ça ces jours-ci?) "Il y a tellement de filles cool là!" dit-elle, citant Jennifer Lawrence, Amy Adams, et sa meilleure amie, Dakota Fanning.

"Je ne suis fermé à rien là tout de suite," dit-elle, souriant. "C'est ce que je disais à propos de ne plus avoir d'autres de murs. Je ne veux pas me priver d'un quelconque bout de vie." A la fin de notre conversation, Stewart est un peu plus détendu - les cheveux lâchés, lunettes enlevées, blouson retiré - et blagues à profusion. Cette la nervosité qu'elle éprouvait avant a apparemment été canalisée. Comme un vrai Beatnik, elle adopte la vie comme elle vient.
Source: #1 #2 #3 - Fashion