Friday, April 5, 2013

New Kristen's interview with The Sacramento Bee + Walter Salles talks about Kristen

Nouvelle interview de Kristen avec The Sacramento Bee + Walter Salles parle de Kristen


SAN FRANCISCO – To meet Kristen Stewart is to want to defend her.

A young-looking 22 , she's practically still a kid. Her features appear even more delicate than they do on screen, and she's devoid of swagger, despite the black leather jacket she wears for an interview about "On the Road." The film adapts the classic 1957 Jack Kerouac novel tracking the thrills- and truth-seeking experiences of Kerouac and his postwar Beat generation nonconformist pals.

Stewart is enthusiastic, conscientious even, in discussing her character, Marylou – fictional stand-in for Lu Anne Henderson, teenage wife of Kerouac's muse, Neal Cassady – in "On the Road," which today starts a three-day run at Sacramento's Crest Theatre and is available on video on demand.

"She was very much an equal part" of the road trips that inspired Kerouac's novel, she said of Henderson. "She was such a formidable partner for (Cassady). She was his counterpart in that sort of crazy life."

Stewart first attached herself to the project at 17, after she met with director Walter Salles ("The Motorcycle Diaries") to discuss playing Marylou. She had read the novel at 15. Its story of curious young people finding kindred spirits spoke to her, Stewart said.

"What I loved about the book is that (it chronicles) an age when you sort of get to look up and you get to choose your surroundings," she said. "You get to find those people who shock you and also make you aware of those things about yourself that also shock and surprise you."

As she discusses this passion project, Stewart never comes off as sullen, sulky or downcast, as she can in television interviews. It's hard to reconcile this pleasant young woman with the one who draws Lohan-esque levels of scorn in the blogosphere, even though her reputation isn't one of hard-partying excess or courtroom tears.

But she did star in five "Twilight" films, which earned more than $3 billion in worldwide box office and inspired a fandom that bests any other in obsession with its stars.

Intense scrutiny and criticism became inevitable, and rarely has a movie star been less suited for it. Stewart seems genuinely uncomfortable in the spotlight. When attention focused on her begins to encroach on her personal life, she cannot fake being OK with it, she said.

"I will never kowtow" to media intrusions, she declares. But she's smiling as she says it. And she's fine doing press "when it makes sense – when there is context," she said. "I have no problem sitting here and talking about 'On the Road,' or Walter (Salles) or 'Twilight.'"

But just in case, she has girded herself for today's interview with a pair of Allen Ginsberg-esque tortoise-shell eyeglasses. They are not prescription, Stewart acknowledged, grinning and a bit abashed.

"They are just kind of an extra layer, for when you feel tired," she said. "I envy people that actually need them, because I don't want people to think I am a poseur or something. It is just an extra layer of 'get out of my face.'"

As a stager of tiny, daily rebellions, Stewart can relate to Kerouac, Cassady, Ginsberg and especially to Henderson, the novel's and the film's female representative of the Beat generation's sex, drugs and jazz-baby-jazz ethos.

Stewart researched her character's life thoroughly, listening to recordings by Henderson and meeting with Henderson's daughter. Stewart said she would like to dispel any idea that Henderson was a vulnerable figure in the Beat boys' club. She was just as sexually adventurous and committed to counterculture pursuits as the famously voracious Cassady (fictionalized as Dean Moriarty and played by Garrett Hedlund in the movie).

"I didn't want to just be ambience," Stewart said of researching her character. "It was always, 'What is she getting? What is she giving up? Is she being taken from?' And I would have to say, having gotten to know her daughter and listened to those tapes … there was nothing you could take from her. She was offering it up, and she was getting so much in return."

Henderson was "ahead of her time by 20 or 30 years," said director Salles, in San Francisco with Stewart.

Yet some fascinations are timeless, and thousands of young Stewart fans who never heard of Kerouac no doubt will arrive at "On the Road" by Googling "Kristen Stewart nude."

Playing an exuberant libertine means the clothes came off.

"There aren't too many scripts or projects that you come across and go, 'It just can't be done without it,'" Stewart said. Remaining clothed in the scenes in question "would have been really dishonest and afraid. All of ('Road') needs to be unabashedly itself and sprawlingly impulsive, and it needs to celebrate life in every way, and that's not by covering up."

Salles said Stewart's acting also pushes boundaries.

"She is constantly trying to reach the best performance she can give in every single take, and that is something I find admirable," Salles said.

Salles met with Stewart after two friends – director Alejandro González Iñárritu and film composer Gustavo Santaolalla – raved about her after seeing an early screening of Sean Penn's 2007 film "Into the Wild." In "Wild," Stewart plays a teen who shares a bond with Emile Hirsch's wanderer.

"I understood completely why they had been so impacted by her, because there is something completely magnetic in Kristen's acting in 'Into the Wild,'" Salles said.

Salles settled on Stewart for the Marylou role then, but it took years to secure financing for "On the Road," the shoot for which traversed Montreal, New Orleans, San Francisco and the Sacramento-San Joaquin Delta town of Locke (see sidebar) in trying to capture its Beat characters' travels.

Stewart said she now appreciates the delay, since she was not ready at 17 or 18 for the role's racier aspects. As the project sat on the back burner, Stewart became a household name through the "Twilight" movies and also showed range by playing real-life rocker Joan Jett in "The Runaways."

"Her work in independent cinema is very much driven by characters who enter uncharted territories and trespass boundaries that are not immediately acceptable to the culture of the time," Salles said.

Stewart's vibrant, sun-kissed Marylou offers a stark visual and philosophical counterpoint to Bella, her dark-haired, pale Pacific Northwest virgin-until-married and human-until-vampired "Twilight" heroine. But no Stewart role is a reaction to any other, she said.

"I am drawn very naturally and very intuitively to everything I have done, including my commercial films," she said. "I think it is the same thing for those ('On the Road') characters and the people who inspired those characters. They weren't trying to make a statement necessarily. At one point they obviously saw that what they were doing was a statement. But initially, they were just being who they were."

Stewart's own personality remains in the development stage, as it does for anyone in his or her early 20s.

With the "Twilight" films complete, and after so much focus on a private life also inextricably linked to that franchise, Stewart appears to be entering a new chapter.

Or at least she might be. Stewart will not kowtow to any narrative for herself.

"I guess if I stepped outside of my own life and looked at it, you might put a bookmark in, 'Oh, there's a good time to put Chapter 3,'" she said. "But when you are actually living it, no. I don't do things for impact. I have never been able to step outside my career, or especially my life – and you should never, ever mistake the two – and shape it like it is this malleable thing."
SAN FRANCISCO - Rencontrer Kristen Stewart est vouloir la défendre.

Jeune de 22 ans, elle est pratiquement toujours une enfant. Ses traits semblent encore plus délicats que sur ​​l'écran, et elle est dépourvue de vantardise, en dépit de la veste en cuir noir qu'elle porte pour une interview sur "Sur la Route". Le film adapte le roman classique de 1957 de Jack Kerouac suivant les sensations - et la recherche de vérité de Kerouac et de ses potes après-guerre non-conformistes de la Beat Generation.

Stewart est enthousiaste, consciencieuse même, en discutant de son personnage, Marylou - fictif remplaçant Lu Anne Henderson, la femme adolescente de la muse de Kerouac, Neal Cassady - dans "Sur la Route," lequel entame aujourd'hui une sortie de trois jours au cinéma Crest Theatre de Sacramento et est disponible en vidéo à la demande.

"Elle était vraiment une part égale" des voyages qui ont inspiré le roman de Kerouac, dit-elle d'Henderson. "Elle était comme une partenaire formidable pour (Cassady). Elle était son homologue dans ce genre de vie de dingue."

Stewart a rejoint le projet à 17 ans, après sa rencontre avec le réalisateur Walter Salles ("The Motorcycle Diaries") pour discuter de Marylou. Elle avait lu le roman à 15 ans. Son histoire de jeunes personnes curieuses trouvant des âmes sœurs lui a parlée, dit Stewart.

"Ce que j'ai aimée du livre c'est qu'(il raconte) un âge où vous avez en quelque sorte à lever les yeux et choisir votre entourage," a t-elle dit. "Vous arrivez à trouver ces gens qui vous heurtent et vous font aussi prendre conscience de ces choses sur vous-même qui vous choquent et vous surprennent également."

Pendant qu'elle parle de ce passionnant projet, Stewart ne semble jamais renfrognée, maussade ou triste, comme elle peut l'être dans des interviews télévisées. Il est difficile de rapprocher cette jeune femme agréable de celle Lohanèsque (ndt: référence à Lindsay Lohan) qui s'attire les foudres sur la blogosphère, même si sa réputation n'est pas d'être une fêtarde excessive ou d'une pleurnicheuse dans les salles d'audiences.

Mais elle a été la vedette des cinq films "Twilight", qui ont fait plus de 3 milliards de dollars au box-office dans le monde entier et ont inspirés un fandom de battre un tout autre record, celui de l'obsession de ses stars.

Examen minutieux et critique sont devenus inévitables, et rarement une star de cinéma a été moins adapté pour cela. Stewart semble vraiment mal à l'aise sous les projecteurs. Lorsque l'attention est centrée sur elle, ça commence à empiéter sur sa vie personnelle, elle ne peut pas faire semblant d'être OK avec ça, dit-elle.

"Je ne courberai jamais l'échine" aux intrusions des médias, déclare t'elle. Mais elle sourit en le disant. Et elle va bien en faisant la promo "quand cela est logique - quand il y a le contexte," dit-elle. "Je n'ai aucun problème sur le fait d'être assise ici et de parler de 'Sur la Route,' ou de Walter (Salles) ou de 'Twilight'."

Mais juste au cas-où, elle a pour l'interview d'aujourd'hui une paire de lunettes écaillée style Allen Ginsberg. Elles ne sont pas sur ordonnance, Stewart a reconnu, souriante et un peu décontenancée.

"Elles sont juste une sorte de couche supplémentaire, pour quand vous vous sentez fatiguée," dit-elle. "J'envie les gens qui en ont véritablement besoin, parce que je ne veux pas qu'on pense que je suis une crâneuse ou quelque chose comme ça. C'est juste une couche supplémentaire de 'hors de ma vue.'"

En tant que petite rebelle quotidienne, Stewart peut s'identifier à Kerouac, Cassady, Ginsberg et surtout à Henderson, la représentante féminine dans le roman et le film du sexe, de la drogue et de la philosophie jazz-baby-jazz de la Beat generation.

Stewart a soigneusement étudiée la vie de son personnage, en écoutant des enregistrements d'Henderson et en rencontrant la fille d'Henderson. Stewart a dit qu'elle aimerait écarter toute idée sur le fait qu'Henderson fut une figure vulnérable dans le club des garçons Beat. Elle était tout aussi sexuellement aventureuse et engagée envers les poursuites de contre-culture (ndt: mouvement culturel contestataire) que le célèbre vorace Cassady (romancé comme Dean Moriarty et joué par Garrett Hedlund dans le film).

"Je ne voulais pas juste faire partie du décors," a dit Stewart de la recherche sur son personnage. Ça a toujours été, 'Que recevait t'elle? A quoi a t'elle renoncer? Que lui a t'on pris?' Et je dois dire qu'après avoir appris à connaître sa fille et écoutée ces enregistrements... il n'y avait rien que vous auriez pu lui prendre. Elle vous l'aurait offert, et elle recevait tellement en retour."

Henderson était "en avance sur son temps de 20 ou 30 ans," a déclaré le réalisateur Salles, à San Francisco avec Stewart.

Pourtant certaines fascinations sont intemporelles, et des milliers de jeunes fans de Stewart qui n'ont jamais entendu parler de Kerouac en arriveront sans doute à "Sur la Route" en tapant sur google "Kristen Stewart nue."

Jouer une libertine exubérante signifie que les vêtements sont enlevés.

"Il n'y a pas beaucoup de scripts ou de projets que vous rencontrerez et qui disent: 'Ça ne peut pas se faire sans elle,'" dit Stewart. Rester habiller dans les scènes en question "aurait été vraiment malhonnête et effrayant. Tout dans ('Sur la Route') doit être sans vergogne et incroyablement impulsif, et il doit célébrer la vie par tous les moyens, et ce n'est pas en vous couvrant."

Salles dit que le jeu de Stewart pousse également les frontières.

"Elle est sans cesse entrain d'essayer d'atteindre la meilleure performance qu'elle puisse donner, pour chaque scène, et c'est quelque chose que je trouve admirable," a déclaré Salles.

Salles a rencontré Stewart via deux amis - le réalisateur Alejandro González Iñárritu et le compositeur de film Gustavo Santaolalla - qui n'ont pas tarit d'éloges à son sujet après une première projection d'Into the Wild de Sean Penn en 2007. Dans "Into the Wild", Stewart joue une adolescente qui a une liaison avec le vagabond Emile Hirsch.

"J'ai entièrement compris pourquoi ils avaient été si touché par elle, parce qu'il y a quelque chose de complètement magnétique dans le jeu de Kristen dans 'Into the Wild,'" dit Salles.

Salles avait casté Stewart pour le rôle Marylou à l'époque, mais il a fallu des années pour obtenir le financement pour "Sur la Route," le tournage qui avait traversé Montréal, la Nouvelle Orléans, San Francisco et le delta San Joaquin-Sacramento essayant de capturer les voyages de ses personnages beat.

Stewart a déclarée qu'elle apprécie maintenant le délai (ndt: qu'il y a eu entre le début du projet et le tournage), car elle n'était pas prête à 17 ou 18 ans pour les aspects plus racés du rôle. Alors que le projet était en veilleuse, Stewart est devenu un nom familier avec les films "Twilight" et a également montré son éventail de jeu en jouant la rockeuse vivante Joan Jett dans "The Runaways".

"Son travail dans le cinéma indépendant est fortement conduit par des personnages qui entrent dans des territoires inexplorés et passent outre les limites qui ne sont pas immédiatement acceptable pour la culture de l'époque," a déclaré Salles.

La dynamique et ensoleillée Marylou de Stewart offre un saisissant contrepoint visuel et philosophique de Bella, son héroïne de "Twilight" brune et pâle vierge-jusqu'au-mariage et humaine-devenant-vampire du Nord-Ouest Pacifique. Mais aucun rôle de Stewart est une réaction à un autre, dit-elle.

"Je suis attirée très naturellement et très intuitivement vers tout ce que j'ai fait, y compris mes films commerciaux," a t-elle dit. "Je pense que c'est la même chose pour ces personnages (de 'Sur la route') et ces personnes qui ont inspiré ces personnages. Ils n'essayaient pas de faire nécessairement une déclaration. A un moment il est évident qu'ils ont vu que ce qu'ils faisaient était une déclaration. Mais initialement, ils ont juste été qui ils étaient."

La personnalité de Stewart est toujours en phase de développement, comme c'est le cas pour n'importe qui dans ses 20 ans.

Avec les films "Twilight", et après tant de focalisation sur une vie privée aussi inextricablement liée à celle de la franchise, Stewart semble être entrée dans un nouveau chapitre.

Ou du moins, elle pourrait l'être. Stewart ne courbera l'échine devant aucun récit sur elle-même.

"Je suppose que si je sors de ma propre vie et la regarde, je pourrais mettre un signet, 'Oh, c'est un bon moment pour mettre le chapitre 3,'" dit-elle. "Mais quand vous êtes en train de la vivre, non. Je ne fais pas les choses pour les impacts qu'elles donneront. Je n'ai jamais été capable de sortir de ma carrière, ou surtout de ma vie - et vous ne devez jamais, jamais inverser les deux - et la (ndt: la vie) façonner comme si c'était cette chose malléable."

Source - via - via