Wednesday, April 17, 2013

NEW/old Kristen's interview with Fotogramas ('On the Road' Cannes promo)

NOUVELLE/ancienne interview de Kristen avec Fotogramas (lors de la promo de 'Sur la Route' à Cannes)

Kristen Stewart, a girl like others

The Kristen Stewart we met in Cannes at the premiere of 'On the Road' is different. More daring, more free. And she does not renounce her fame. She knows what is the reason for her success: she's like her fans, that's why they like her. She tells us why she's a girl like the others.

Kristen Stewart (Los Angeles, 1990) has the look of an iconic person. At just 22, she has gotten into the skin of several legendary figures of the past and present. As Joan Jett of The Runaways (Floria Sigismondi, 2010), she approached the punk rock of the 70s to a young audience. With Snow White and the Huntsman (Rupert Sanders, 2012) breathed a contemporary determination to the heroin by the Brothers Grimm. And as Bella Swan in the pentalogy Twilight Saga she became the Juliet of a new generation. Now, in On the Road, an adaptation of the legendary novel by Jack Kerouac, Stewart plays Marylou, the lively travel companion of Sal Paradise and Dean Moriarty. And despite all this history, she is still a young retracted girl finding her way to the microphones of journalists and the flashes of photographers, who she amazes -or desconcerts- with explosives looks. With her meet with FOTOGRAMAS at the Cannes Film Festival, the actress wears a shirt with the single cover of 'Picture This' of Blondie (design by Dolce & Gabbana), black mini-shorts, high heels and an orange Balenciaga leather jacket. There you have it.

"Each time I find out that is less hard for me to stand in front of a microphone," the actress confesses with that fast and choppy talking that has converted her in the perfect embodiment of post-adolescent angst. "Some time ago, I worried too much about protecting my privacy and I didn't know how to mark the boundaries. With the time, I have been adapting myself, letting out a little. Also, everything changes when you get to promote something you believe deeply in, as with my role in On the Road." Stewart tries to project a serene image: her words and reactions are restraint, yet her youthful momentum explodes in sudden outbreaks of excitement, as when she exclaims: "I think it's soooo ridiculous when an actor tries to sell himself like someone super interesting! Some people just end becoming their own media product. Before, I had a terrible shame that people could see me that way, so that's why I always tended to show tight."

Learn how to lose control

As with most of the young Americans, the novel On the Road was for Kristen Stewart a mirror in which to dump her longings of adolescence. "I always identified with the character of Sal Paradise, who is mostly an observer. I'm not the type of person who open roads. I am not a natural leader. However, in parallel, the novel awoke the desire in me to grow beyond my limitations, to be a little more like Dean Moriarty or Marylou." Thus, the film directed by Brazilian Walter Salles has allowed Stewart get under the skin of her former spiritual guide. "Many people have the impression that Marylou was used almost as an object for the other characters, but in reality she received as much as she gave." For the actress, the key is how the character laughs. "When Marylou laughs, she does in a expansive and generous way, she wants to give and give for her to receive more and more. I, however, tend to laugh inwardly into myself. That small difference identifies two very different approaches to life," Stewart concludes.

These character differences made Stewart hesitated when approaching to the character of Marylou. "I was worried about not being able to lose control and let it go. Luckily I got it" (laughs to herself). "Usually I distrust of actors who boast that a character has changed them as people, but it is true that sometimes a character can reveal a part of yourself that was hidden. Interpreting Marylou has shown me that I can be like her." In this walk on the wild side of life, Stewart had to assemble a fictional trio with the actors Sam Riley and Garrett Hedlund. "In reality, the trio scene was simpler than the other sex scenes that were more intimate and intense. It was one of the first scenes we shot and was obsessed with talking like the real Marylou: I wanted to imitate the speech they had in the 40s. I was so worried about how my voice sounded that I almost forgot that I was half naked!"

The fame and Twilight

There are a few young actresses who have experienced the fan phenomenon so intense as Kristen Stewart has. What does the actress think about the legion of followers that idolize her fervently? "Celebrities tend to be placed on a different level than the rest of the people, but I would like to tell my fans: You love me because we are alike! We are equal!"

The message could be read as a call for help: it should be easy to live under the watchful eyes of the fans ... and the paparazzi.

Meanwhile, from the questioned altar that offers fame, Kristen Stewart feels any responsibility towards her followers? The actress appears cautious. Is aware that Marylou in On the Road-a girl eager to experience the spiritual and sexual freedom- is not an exemplary character in the traditional sense of the term: "People are free to choose their role models. I think if you're not old enough to see and understand a film like this, you should not see it."

And speaking of fans, it is impossible not to look back and remember the passing of Stewart by that whirlwind teen that was The Twilight Saga. "I vividly remember the moment when I realized it would be more successful than I expected," says the actress. It was at Comic-Con San Diego 2008: "I expected an intimate encounter with fans, I was convinced I had starred in a strange little film. And then suddenly appeared 6,000 followers absolutely dedicated! It was surprising and shocking." A star was born.

¿The maturity of the star?

There is no doubt that the work of Kristen Stewart in On the Road is a leap of complexity and maturity in the career of the young star. However, the actress maintains that her decisions "do not respond to a master plan: I have not too much tactful with regard to the design of my career." Stewart acknowledges that "my participation in The Twilight Saga has overshadowed the rest of my work," such as her role as Jodie Foster's diabetic daughter in Panic Room (David Fincher, 2002), his work on the orders of Sean Penn in the drama Into the Wild (2007) or his foray into the generational drama Greg Mottola's hand moving in Adventureland (2009).

To argue that hers is not a sudden turn, Stewart claimed other jobs that she did that involved committed thematics: "At just 13, I starred Speak (Jessica Sharzer, 2004), a film about the trauma that was dragging a girl who had been raped. Maybe I was so young to make a film like that, but I changed as an actress and it revealed the true potential of cinema. And then there's Welcome to the Rileys (Jake Scott, 2010), where I was a stripper teenager. If that is not an adult film" ... Stewart ends.
Kristen Stewart, une fille comme les autres

La Kristen Stewart que nous avons rencontré à Cannes à la Première de 'Sur la Route' est différente. Plus audacieuse, plus libre. Et elle ne renonce pas à sa gloire. Elle connait la raison de son succès: elle aime ses fans, ce pourquoi justement ils l'aiment. Elle nous raconte pourquoi elle est une fille comme les autres.

Kristen Stewart (Los Angeles, 1990) a l'apparence d'une personne emblématique. A seulement 22 ans, elle a été dans la peau de plusieurs personnages légendaires du passé et du présent. Comme Joan Jett des The Runaways (Floria Sigismondi, 2010), elle a fait connaitre le punk rock des années 70 à un public jeune. Avec Blanche Neige et le Chasseur (Rupert Sanders, 2012) elle a soufflée une détermination contemporaine à l'héroïne des frères Grimm. Et en Bella Swan dans la saga Twilight elle est devenue la Juliette d'une nouvelle génération. Maintenant, dans Sur la Route, une adaptation du roman mythique de Jack Kerouac, Stewart joue Marylou, la compagne de voyage 'vivante' de Sal Paradise et Dean Moriarty. Et malgré toute cette histoire, elle est encore une jeune fille en retrait trouvant son chemin vers les micros des journalistes et les flashes des photographes, qu'elle étonne -ou déconcerte- avec ses looks explosifs. Lors de sa rencontre avec FOTOGRAMAS au Festival de Cannes, l'actrice porte un t-shirt avec la jaquette du single 'Picture This' de Blondie (stylisé par Dolce & Gabbana), un mini-short noir, des talons hauts et une veste en cuir Balenciaga orange. Là vous l'avez.

"A chaque fois je trouve que c'est moins dur pour moi de me tenir devant un microphone," avoue l'actrice avec son parler rapide et saccadé qui l'a transformé en l'incarnation parfaite de l'angoisse post-adolescent. "Il n'y a pas si longtemps, je m'inquiétait beaucoup trop de la protection de ma vie privée et je ne savais pas comment marquer les limites. Avec le temps, je me suis moi-même adaptée, en laissant sortir un peu. Alors, tout change quand vous arrivez à promouvoir quelque chose en quoi vous croyez profondément, comme avec mon rôle dans Sur la Route." Stewart tente de projeter une image sereine: ses paroles et ses réactions sont retenue, son élan juvénile explose en soudaines éclosions d'excitations, comme quand elle s'exclame: "Je pense que c'est tellementtttt ridicule quand un acteur essaie de se vendre comme quelqu'un de super intéressant! Certaines personnes finissent juste par devenir leur propre média. Avant, je ressentais une terrible honte dû au fait que les gens puissent me voir de cette façon, c'est pour ça que j'ai toujours eu tendance à montrer hermétique."

Apprendre à perdre le contrôle

Comme avec la plupart des jeunes Américains, le roman Sur la Route était pour Kristen Stewart un miroir dans lequel elle déversait ses désirs d'adolescente. "Je me suis toujours identifiée au personnage de Sal Paradise, qui est surtout un observateur. Je ne suis pas le genre de personne qui cherche à ouvrir la voie. Je ne suis pas un leader naturel. Cependant, en parallèle, le roman a réveillé en moi le désir de grandir au-delà de mes limites, pour être un peu plus comme Dean Moriarty ou Marylou." Ainsi, le film réalisé par le Brésilien Walter Salles a permis à Stewart de se mettre dans la peau de son ancien guide spirituel. "Beaucoup de gens ont l'impression que Marylou a presque été utilisée comme un objet par les autres personnages, mais en réalité, elle a reçu autant qu'elle a donné." Pour l'actrice, la clé est de savoir comment le personnage riait. "Quand Marylou rit, elle le fait d'une manière contagieuse et généreuse, elle veut donner et donner pour elle c'est recevoir de plus en plus. J'ai, cependant, tendance à rire intérieurement en moi. Cette petite différence identifie deux approches très différentes de la vie," conclut Stewart.

Ces différences entre elle et le personnage a fait hésiter Stewart sur son approche du personnage de Marylou. "J'étais inquiète de ne pas être en mesure de perdre le contrôle et de me laisser aller. Heureusement, je l'ai fait" (riant toute seule). "Habituellement je me méfie des acteurs qui se vantent du fait que leur personnage a changé tant que personnes, mais il est vrai que parfois un personnage peut vous révéler une partie de vous-même qui était cachée. Interpréter Marylou m'a montré que je pouvait être comme elle." Dans cette promenade du côté sauvage de la vie, Stewart a dû monter un trio de fiction avec les acteurs Sam Riley et Garrett Hedlund. "En réalité, la scène du plan à trois était plus simple que les autres scènes de sexe qui étaient plus intime et intense. C'était l'une des premières scènes que nous avons tournées et j'étais obsédée par le fait de parler comme la véritable Marylou: Je voulais imiter la discussion qu'ils avaient eu dans les années 40. J'étais tellement inquiète sur ​​la façon dont ma voix sonnait que j'ai presque oublié que j'étais à moitié nue!"

La célébrité et Twilight

Il y a quelques jeunes actrices qui ont vécu le si intense phénomène des fans qu'a Kristen Stewart. Qu'est-ce que l'actrice pense de la légion de partisans qui l'idolâtrent ardemment? "Les célébrités ont tendance à être placé sur un niveau différence de celui des autres personnes, mais je voudrais dire à mes fans: Vous m'aimez parce que nous nous ressemblons, nous sommes égaux!"

Le message peut être lu comme un appel à l'aide: ça doit être facile de vivre sous le regarde attentif des fans... et des paparazzi.

Pendant ce temps, une autre question se pose, Kristen Stewart se sent t'elle responsable d'une quelconque façon de ses fans? L'actrice semble prudente. Est t'elle consciente que Marylou dans Sur la Route, une jeune fille désireuse de découvrir la liberté sexuelle et spirituelle, n'est pas un personnage exemplaire dans le sens traditionnel du terme: "Les gens sont libres de choisir leurs modèles. Je pense que si vous n'êtes pas assez âgé pour voir et comprendre un film comme celui-ci, vous ne devriez pas le voir."

Et en parlant de fans, il est impossible de ne pas regarder en arrière et se souvenir du passage de Stewart par ce tourbillon ado qu'était la saga Twilight. "Je me souviens très bien du moment où j'ai réalisé qu'elle aura plus de succès que ce à quoi je m'attendais," explique l'actrice. C'était à la Comic-Con de San Diego en 2008: "Je m'attendais à une rencontre intime avec les fans, j'étais convaincu que j'avais joué dans un petit film étrange. Et puis sont soudainement apparu 6.000 fans absolument dévoués. C'était surprenant et choquant." Une étoile est née.

¿La maturité de la star?

Il ne fait aucun doute que le travail de Kristen Stewart dans Sur la Route est un saut de complexité et de maturité dans la carrière de la jeune star. Cependant, l'actrice affirme que ses décisions "ne répondent pas à un plan d'ensemble: je n'ai pas trop de tactique sur la conception de ma carrière." Stewart reconnaît que "ma participation à la saga Twilight a éclipsée le reste de mon travail," comme son rôle de fille diabétique de Jodie Foster dans Panic Room (David Fincher, 2002), son travail sous les ordres de Sean Penn dans le drama Into the Wild (2007) ou son incursion sous la main du drama générationnel de Greg Mottola dans Adventureland (2009).

Prétendant qu'il n'est pas un virage brusque, Stewart a revendiquée d'autres jobs dans lesquels elle touchait déjà à des sujets engagés: "A tout juste 13 ans, j'ai jouée le rôle principal dans Speak (Jessica Sharzer, 2004), un film sur le traumatisme d'une jeune fille qui avait été violée. Peut-être que j'étais trop jeune pour faire un film comme ça, mais je me suis changée en actrice et il m'a révélé le vrai potentiel du cinéma. Et puis il y a Welcome to the Rileys (Jake Scott, 2010), où j'étais une adolescente strip-teaseuse. Si lui n'est pas un film pour adulte" ... Stewart termine.


Source - Via - Translation by @woahrobsten

1 comment:

  1. Merci pour cette interview intéressante !

    ReplyDelete