Tuesday, January 14, 2014

'Camp X-Ray' Director Peter Sattler talks about Kristen & Peyman Moaadi - a must read

Le réalisateur de 'Camp X-Ray' Peter Sattler parle de Kristen & Peyman Moaadi - à lire

Q: In your own words can you describe what this film is about?

At its most basic level, CAMP X-RAY is a story about two people trapped in a very strange place that manage to find a connection with each other. But of course, it’s about a lot of other things too. It’s about a young woman who leaves her home for the first time. A woman who joins the army to find purpose, only to end up in a place where that purpose couldn’t be less pure. It’s about a man desperate to reach out beyond his world as well. To experience something outside the routine of his tiny cell.

Q: What was the inspiration for CAMP X-RAY?

It all started with the book cart. I saw some documentary footage of a guard and a detainee arguing about the different books on the library cart. Their exchange was so mundane, so idiosyncratic, so utterly ridiculous given the context of where they were. And in that exact moment, I could see an entire film. One hallway, two people, and the utterly absurd relationship that they are forced to have. And that’s what I was drawn to. I just wanted to put those two characters in a room and see what they said to each other, which is very much the way I started writing. Having no direction at all. Just dropping them in a test tube and seeing what words came out of their mouths. And the more banal their conversation, the more interested I was in it, because it was the absurdity of these moments that most perfectly captured my feelings on Guantanamo Bay. I very much wanted to paint our portrayal of this place in stark absurdist colors.

Q: Can you talk about the casting process and how you ended up working with Kristen, Peyman and the rest of the cast?

We started with a Hail Mary to Kristen. It was certainly a long shot, but she was absolutely perfect for the role, so we had to try. Her character requires a lot of acting without words, a lot of living in the moment, and that is something Kristen absolutely excels at. Her character also needed a mixture of toughness and vulnerability which, to me, are traits that she embodies perfectly. So we got the script to Ken Kaplan, her agent, who, much to his credit, sent it on to her, and a few weeks later we sat down to talk about the film. And in that first meeting, I was blown away by her approach to the material, her dedication to the details, and her passion for independent cinema. I think we could both tell that we were pointing in the same direction, so off we went. It all happened pretty quickly by Hollywood standards.

But first I needed to see what they [Peyman & Kristen] were like together. The entire movie hinges on their relationship. So we arranged another video chat, and the second they started speaking, it was like they were already their characters. Peyman was talking and talking and talking, and Kristen was kind of quietly listening to him, wryly observing, chiming in, Peyman would coax a laugh out of her. It was like I was literally watching a scene from the script play out before my eyes. I gave Peyman the job right then and there during the phone call. We all knew there was a magical chemistry between the two of them.

Q: What was your favorite scene to write, and what was your favorite scene to shoot?

I most enjoyed writing the scene that inspired the entire film: the first exchange over the book cart. It is the scene where Kristen and Peyman’s characters first meet. We open the movie as a young woman enters the detention camp, which is, understandably, a very intense and frightening place. But when she first meets Peyman’s character, we are given a very surprising moment of levity. It underscores the surreal duality of this place and these characters, where one moment you can be literally fighting for your life, but the next, you find yourself arguing with a detainee over Harry Potter.

I also just loved the idea of doing a movie about Gitmo, but not focusing on torture or politics and instead writing scenes about the stupid little things. These two sides are set up to be antagonistic to each other. It’s unavoidably engineered into their relationship. But they can’t fight a real war, so instead they fight it through these little idiosyncratic battles. Arguing about what’s on the lunch menu today or about when they’re getting new books. Stupid arguments, but to these characters, they’re supremely important. This is their Bunker Hill. This is their jihad. And I loved writing those scenes because they were an amusing way to illustrate the idiocy of their conflict in the first place.

My favorite scenes to shoot were always the ones with Kristen and Peyman. They were, on the whole, the more daunting ones to film because they were big scenes. But every moment, every take that those two interacted had a real magic to it. They would find their own rhythms and create little interchanges. It was always so effortless and natural. You usually have to fight to get a scene on its feet before you can start working it, but with those two, it was always just there, which meant the three of us could focus on shaping and molding that reality instead of trying to bring it to life.

Q: What was the most difficult scene to shoot?

The end of the movie was the most difficult to shoot. Reel six is essentially one giant 21-minute scene divided into three or four sections. It was terribly difficult to stage and direct such a massive piece of drama. And to add to the pressure, it is the emotional climax of the film, one that required both actors to reach into the absolute depths.

Q: Why did the story of these two intersecting characters appeal to you?

One of the primary dramatic interchanges we have in our day-to-day life is meeting and dealing with strangers. Anytime you meet someone, there’s posturing, subtle bragging, feeling one another out. Whether it’s a first date, your first day at school, or the first time you meet a guy you’re supposed to be guarding. It really all comes down to that primal fight or flight instinct. Can I trust this guy? Is he nice? Is he being too nice because he’s trying to play me? I see it happen every single day all around me, in small and large ways. A million scared little monkeys trying to figure one another out. Ali and Cole, to me, are just playing out that intrinsic eternal dance of raising and lowering your defenses when you meet a stranger.

Q: The story of a woman in the service is one not often told – what attracted you to that angle?

My initial reason for writing a woman in this film was one of contrast. How do I make these two characters start as far apart as possible at the beginning. And from the research I had done and given the very complicated relationship Muslim extremists have with women, it was clearly the most interesting way to go.

But in a way, it was about more than that. As I was writing this film, my wife was pregnant with our first child, a daughter, and it made me see much more clearly how few films are told from a female point of view. It was kind of an eye-opening realization for me, and it only made me more determined to create a strong woman who wanted something more than to just be rescued.

Q: When and where was the film shot, and how long was the shoot?

We shot in the summer of 2013, mostly in an abandoned juvenile prison in Whittier, CA, which is just outside of Los Angeles. We shot for 21 days.

Q: How did you prepare the actors for their roles before production? Was there a rehearsal process?

Kristen and Peyman are interesting in that they both work in very different ways.

Kristen really loves intellectualizing her character because she absolutely wants to live in the moment. And to do that, it requires truly knowing your character from the inside out. So we spent a lot of time talking about girls we knew that were like Cole. Really just talking around the character, building out her backstory. Going back and forth about little awkward moments from her fictional life that we felt was the type of girl we were building.

Peyman, to some degree, had a similar approach. He would share stories with me about people who knew who had been imprisoned in Iran, and he would invent little rules which he felt defined who Ali was. But what’s interesting about Peyman is that he’s an accomplished writer and filmmaker as well as an actor. So he would most often gravitate towards little turns of a phrase, or try and establish very visual reactions or ticks his character could employ on-screen.

I had some time to develop both of these methods with Kristen and Peyman separately, but due to Peyman’s schedule, we were only able to get him in the states to rehearse a few weeks before shooting. In that time, the three of us spent as much time as possible together. We concentrated mostly on the big scenes. There’s about four or five of them, really long scenes that are the crux of the film. In the first pass, we mostly just dialed in intentions and wants and particular approaches to certain lines. We also auditioned new lines and improvised around the scenes a little to find truth. The script was never sacrosanct; it was always just about getting to the truth of their interaction.

But the most helpful thing we did was actually to go rehearse in the actual prison where we shot. It was here that we worked out the dance of how to play the back and forth of lines as Kristen’s character was patrolling the hallway. What line she said where and how that was going to all work out. As I’ve said before, those scenes are incredibly complicated to stage properly, so it was something we definitely had to work out before hand.

And then, finally, during our last rehearsal at the location, I left Peyman in his cell, and had Kristen walk in circles around that hallway for about twenty minutes. We left them there alone to try and get some sense of what it would actually be like to be spend all day stuck there. There’s a very palpable reality to being behind those thick doors, walking those long hallways.

Q: How much historical research did you do while writing the film? Were some scenes influenced by real life events?

CAMP X-RAY required an immense amount of research, most of which was done during the writing process. The idea I had was to focus on the mundane minutiae of life at Gitmo, but to really pull that off required the kind of details that reporters don’t normally cover. So I watched lots of documentaries, read lots of books and news articles. One unlikely asset in all this was through Wikileaks. They had leaked the Standard Operating Procedure for Gitmo’s Camp Delta. It was a treasure trove of microscopic military procedural details. Exactly the kind of material I needed to write the type of movie I was attempting.

And while the film wasn’t inspired by any real events, I did, as much as possible, try to weave true elements into the film. So for example, if I read about a certain nickname that soldiers would use for detainees, I’d try and work that into the movie. Or if there was some small detail about the mess hall, or about life on the base, or a story about something weird that happened down there, I’d very much try to find a way to digest and regurgitate that into the script.

The broad movements we approached like a work of art. The small details we treated like a documentary.

Q: Avec vos propres mots pouvez-vous nous décrire ce dont ce film parle?

A son niveau premier, CAMP X-RAY est une histoire sur deux personnes coincées dans un endroit très étrange, qui parviennent à se lier [d'amitié] l'une avec l'autre. Mais bien sûr, il [le film] est un tas d'autres choses aussi. Il s'agit d'une jeune femme qui quitte sa maison pour la première fois. Une femme qui rejoint l'armée pour trouver un sens, un but, qui finit dans un endroit où ce sens ne pouvait pas y être moins pur. Il s'agit d'un homme désespéré d'aller au-delà de son monde. De vivre quelque chose hors de la routine de sa minuscule cellule.

Q: Quelle a été la source d'inspiration pour CAMP X-RAY?

Tout a commencé avec la bibliothèque. J'ai vu quelques images d'un documentaire avec un gardien et un détenu qui discutaient sur les différents livres d'une bibliothèque. Leur échange était tellement banal, tellement singulier, tellement et complètement ridicule étant donné le contexte de l'endroit où ils étaient. Et à ce moment précis, je pouvais voir un film entier. Un couloir, deux personnes, et la relation complètement absurde qu'ils sont forcés d'avoir. Et c'est ce par quoi j'ai été attiré. Je voulais juste mettre ces deux personnages dans une pièce et voir ce qu'ils se disaient à l'autre, ce qui est assez bien la façon dont j'ai commencé à écrire. Sans aucune direction du tout. Juste les déposer dans un tube à essai et voir quels mots sortaient de leurs bouches. Et plus leur conversation était banale, plus j'étais intéressé, parce que c'était l'absurdité de ces moments qui ont en majorité parfaitement capturés mes sentiments sur le Camp de Guantanamo. Je voulais vraiment dépeindre notre représentation de ce lieu dans des couleurs mornes et absurdes.

Q: Pouvez-vous nous parler du processus de casting et comment avez-vous fini par travailler avec Kristen, Peyman et le reste de la distribution?

Nous avons commencé avec une prière [un Ave Maria] pour Kristen. C'était certainement un long tournage, mais elle était absolument parfaite pour le rôle, donc nous devions essayer. Son personnage exige beaucoup de jeu sans paroles, beaucoup de 'vivre dans l'instant', et c'est quelque chose dans quoi Kristen excelle absoluement. Son personnage avait aussi besoin d'un mélange de ténacité et de vulnérabilité ce qui, pour moi, sont des traits qu'elle incarne parfaitement. Nous avons donc remis le scénario à Ken Kaplan, son agent, qui, tout à son honneur, lui a envoyé, et quelques semaines plus tard nous nous sommes assis pour parler du film. Et lors de cette première rencontre, j'ai été époustouflé par son approche, son dévouement pour les détails, et sa passion pour le cinéma indépendant. Je pense que nous pourrions tous les deux dire que nous pointions la même direction, alors nous y sommes allés. Tout s'est passé très vite par rapport aux normes d'Hollywood.

Mais avant j'avais besoin de voir comment [Peyman et Kristen] étaient ensemble. Le film entier repose sur leur relation. Donc nous avons organisé un autre chat vidéo, et à la seconde où ils ont commencé à parler, c'était comme s'ils étaient déjà leurs personnages. Peyman parlait et parlait et parlait, et Kristen l'écoutait assez tranquillement, l'observant avec une ironie désabusée, acquiesçant, Peyman l'amadouant jusqu'à lui exhorter un rire. C'était comme si je regardais littéralement une scène du scénario se jouant devant mes yeux. J'ai donné à Peyman le job tout de suite, pendant le chat téléphonique. Nous savions tous qu'il y avait une alchimie magique entre ces deux.

Q: Quelle a été votre scène préférée à écrire, et quelle a été votre scène préférée à tourner?

J'ai pris le plus de plaisir à écrire la scène qui a inspirée le film entier: le premier échange à la bibliothèque. C'est la scène où les personnages de Kristen et Peyman se rencontrent. Nous commençons le film avec une jeune femme entrant dans le camp de détention, leque est, naturellement, un endroit très intense et effrayant. Mais quand elle rencontre pour la première fois le personnage de Peyman, ça donne un très surprenant moment de légèreté. Il souligne la dualité surréaliste de ce lieu et de ces personnages, où à un moment vous pouvez être littéralement entrain de vous battre pour votre vie, et après, vous vous retrouvez à discuter avec un détenu sur Harry Potter.

J'ai aussi adoré l'idée de faire un film sur Guantanamo, mais pas axer sur la torture ou la politique et à la place écrire des scènes sur les petites choses stupides. Ces deux côtés sont sont mis en place pour être hostile à l'autre. C'est inéluctablement dans leur relation. Mais ils ne peuvent pas combattre une véritable guerre, donc à la place ils combattent par le biais de ces petites batailles idiosyncrasiques. Se disputant sur ce qui est sur ​​au menu du déjeuner aujourd'hui ou sur quand ils obtiendront de nouveaux livres. Des disputes stupides, mais qui sont pour ces personnages, extrêmement importants. C'est leur Bunker Hill. Il s'agit de leur djihad. Et j'ai adoré écrire ces scènes car elles étaient en premier lieu une façon amusante d'illustrer l'idiotie de leur conflit.

Mes scènes préférées à tourner étaient toujours celles avec Kristen et Peyman. Elles étaient, dans l'ensemble, les plus redoutables à tourner parce que c'était les grosses scènes. Mais chaque moment, chaque prise dans lesquels ces deux-là ont interagi avait une vraie magie. Ils ont trouvés leurs propres rythmes et ont crées des petits échanges. Ca a toujours été tellement facile et naturel. Vous devez en général vous battre pour mettre une scène sur pied avant de commencer à la faire, mais avec ces deux-là, c'était juste toujours là, ce qui veut dire que nous trois nous pouvions nous concentrer sur l'élaboration et le moulage de cette réalité au lieu d'essayer de l'amener à la vie.

Q: Quelle a été la scène la plus difficile à tourner?

La fin du film a été la plus difficile à tourner. Elle est essentiellement une gigantesque scène de 21 minutes divisée en trois ou quatre parties. C'était très difficile d'organiser et de réaliser un tel morceau massif de drama. Et pour ajouter à la pression, c'est le point culminant émotionnel du film, celui qui nécessitait des deux acteurs qu'ils atteignent les profondeurs absolues.

Q: Pourquoi l'histoire de ces deux personnages qui se croisent vous plait?

Un des échanges principaux considérables que nous avons dans notre vie de tous les jours est de rencontrer et d'avoir affaire à des étrangers. Chaque fois que vous rencontrez quelqu'un, il y a une manœuvre de fanfaronnade subtile de l'un envers l'autre. Qu'il s'agisse d'un premier rendez-vous, d'un premier jour d'école, ou de la première fois que vous rencontrez un gars que vous êtes censé surveiller. Tout se résume vraiment à cette lutte primitive. Puis-je faire confiance à ce gars-là? Est-il bon? Est t'il aussi gentil car il essaye de m'avoir? Je vois ça arriver chaque jour autour de moi, à grande ou petite échelle. Un million de petits effrayés essayant de se comprendre l'un l'autre. Ali et Cole, pour moi, jouent juste la danse éternelle intrinsèque, lever et abaisser vos défenses lorsque vous rencontrez un étranger.

Q: L'histoire d'une femme dans l'armée n'est pas souvent racontée - qu'est ce qui vous a attiré vers cet angle?

Ma raison première d'avoir écrit sur une femme dans ce film était de trancher. Comment puis-je faire pour que ces deux personnages commencent au début aussi loin que possible. Et à partir des recherches que j'avais fait et compte tenu des relations très compliquées qu'ont les extrémistes musulmans avec les femmes, c'était clairement le plus intéressant [angle] vers où aller.

Mais dans un sens, c'était plus que cela. Pendant que j'écrivais ce film, ma femme était enceinte de notre premier enfant, une fille, et ça m'a fait voir beaucoup plus clairement comment certains films sont racontés d'un point de vue féminin. C'était une sorte de réalisation 'qui ouvre les yeux', pour moi, et ça m'a uniquement rendu plus déterminer à créer une femme forte qui voulait quelque chose de plus que d'être simplement sauver.

Q: Quand et où avez-vous tourné le film, et combien de temps a duré le tournage?

Nous l'avons tourné en été 2013, la plupart du temps dans une prison pour mineurs abandonnés à Whittier, en Californie, qui est juste en périphérie de Los Angeles. On a tourné pendant 21 jours.

Q: Comment avez-vous préparé les acteurs pour leurs rôles avant la production [le tournage]? Y avait t'il des répétitions?

Kristen et Peyman sont intéressants dans le fait qu'ils travaillent tous les deux de manières très différentes.

Kristen aime vraiment intellectualiser son personnage car elle veut absolument vivre dans l'instant. Et pour cela, il faut vraiment connaître votre personnage de l'intérieur. Nous avons donc passé beaucoup de temps à parler des filles que nous connaissions qui étaient comme Cole. Vraiment juste à parler du personnage, à construire son trame de fond, son histoire. Aller et venir sur les petits moments difficiles de sa vie fictive qui nous ont semblé être le genre de fille que nous construisions.

Peyman, dans une certaine mesure, a adopté une approche similaire. Il partageait des histoires avec moi au sujet de personnes qu'il connaissait qui avait été emprisonnées en Iran, et il inventait de petites règles qui, selon lui, définissaient qui était Ali. Mais ce qui est intéressant à propos de Peyman, c'est qu'il est un écrivain et réalisateur, aussi bien qu'un acteur, accompli. Donc il gravitait le plus souvent vers de petites tournures de phrase, ou essayer d'établir des réactions très visuels ou de donner des tiques à son personnages, qu'il utiliserait à l'écran.

J'ai eu le temps de développer ces deux méthodes avec Kristen et Peyman séparément, mais en raison de l'agenda de Peyman, nous avons pu l'avoir au États-Unis pour répéter que quelques semaines avant le tournage. A ce moment-là, nous trois avons passé le plus de temps possible ensemble. Nous nous sommes concentrés principalement sur les grosses scènes. Il y a quatre ou cinq très longues scènes qui sont le cœur du film. Dans le premier passage, nous nous sommes surtout occupé des intentions et des désirs et des approches particulières de certaines lignes. Nous avons également auditionné, essayé, de nouvelles lignes et improvisé autour des scènes un peu pour trouver la réalité. Le scénario n'a jamais été sacro-saint, il était toujours juste question d'avoir la véracité de leur interaction.

Mais la chose la plus utile que nous avons fait était d'aller répéter dans la prison même où nous avons tourné. C'est là que nous avons travaillé sur la chorégraphie, sur comment jouer le va et vient des lignes pendant que le personnage de Kristen patrouillait le couloir. Quelle ligne elle dit et où, et comment cela allait fonctionner. Comme je l'ai déjà dit, ces scènes sont incroyablement compliquées à mettre correctement en scène, donc c'était quelque chose que nous devions vraiment travailler avant [de tourner].

Et puis enfin, lors de notre dernière répétition sur place, j'ai laissé Peyman dans sa cellule, et Kristen marchait en cercles autour du couloir pendant une vingtaine de minutes. Nous les avons laissés là seuls, pour essayer d'avoir une idée de ce que ce serait en réalité que de passer toute la journée coincé ici. Il y a une réalité bien palpable à être derrière ces portes épaisses, marchant dans ces longs couloirs.

Q: Combien de recherche historique avez-vous faites pendant l'écriture du film? Certaines scènes ont t'elles été influencées de réels événements?

CAMP X-RAY a nécessité une quantité immense de recherche, dont la plupart ont été faites au cours de l'écriture. L'idée que j'avais était de me concentrer sur les petits détails de la vie banale à Guantanamo, mais d'aller vraiment chercher le genre de détails que les journalistes ne couvrent pas normalement. Alors j'ai regardé beaucoup de documentaires, lu de nombreux livres et articles de presse. Un atout improbable dans tout cela était Wikileaks. Ils ont laissé fuiter les procédures opératoires normalisées du Camp Delta de Guantanamo (Standard Operating Procedure for Gitmo’s Camp Delta). C'était un véritable trésor de détails microscopiques sur la procédure militaire. Exactement le type de matériel dont j'avais besoin pour écrire le type de film que je m'efforçais à faire.

Et tandis que le film n'a pas pas été inspiré par un quelconque événement réel, j'ai essayé, autant que possible, de glisser de vrais éléments dans le film. Ainsi, par exemple, si j'ai lu un certain surnom que les soldats utilisaient pour les détenus, je vais essayer et l'inclure dans le film. Ou si il y avait un petit détail sur le réfectoire ou sur la vie sur la base, ou une histoire à propos de quelque chose de bizarre qui s'est passé là-bas, j'essayais vraiment de trouver un moyen de l'inclure dans le scénario.

Les grands mouvements nous les avons approchés comme une œuvre d'art. Les petits détails nous les avons traités comme un documentaire.
Source via