Tuesday, May 13, 2014

Kristen on the cover of Les Inrockuptibles's Cannes 2014 Special issue (NEW Behind the scenes picture + Olivier Assayas talks about Kristen)

Kristen en couverture du numéro spécial Cannes 2014 de Les Inrockuptibles (NOUVELLE photo du tournage + Olivier Assayas parle de Kristen)

image host
"Kristen Stewart by Assayas - Olivier Assayas talks about his meeting with the shining Kristen Stewart for his movie Sils Maria."
Issue out tomorrow in France
"Kristen Stewart vue par Assayas - Olivier Assayas raconte sa rencontre avec l'étincelante Kristen Stewart pour son film Sils Maria."
Numéro qui sort demain en France


image host image host image host

Translation by itsoktobeyou.org - Retranscription par itsoktobeyou.org

In Sils Maria, Olivier Assays organizes a few confrontations. Confrontations between two characters, an internationally renowned actress and her young American assistant, both isolated in the outback of Tyrol to prepare a play. But it's also a confrontation between two real actresses: Juliette Binoche in a mirror role that she interpreted in her debut in André Téchiné's Rendez-Vous (1985) (written by Assayas), and Kristen Stewart, the Twilight star (2008, etc.), reinvented here as an American student a little tomboyish with an incredible finesse and comical nature. The filmmaker explains for us some facets of this magnificent portrait of actresses, sensual, wily and kaleidoscopic.

Danger
"I wrote the movie thinking only of Juliette (Binoche). The movie is constructed around her. Next to this character of a French actress with an international career, I imagined the character of a young assistant and I instantly envisioned for the role an Anglo-Saxon actress. The character had to have this pragmatism that Anglo-Saxon people have, really be of her time, to the point of incarnate some sort of hardness. And it was also important to me that the dialogues are in English. Because I wanted to go search into Juliette something different than what she can do in French. I was looking for an actress who could put her (Juliette) in danger, shake her up."

Identification
"I saw the first Twilight, which I like, but I didn't see the next ones. Before that, I had already noticed Kristen in her role pretty fugitive, Sean Penn's Into the Wild (2007). Then I saw her in The Runaways (2010), who isn't a good movie, where the reconstitution of the rock industry in 70s is very artificial. But she believes in it and we totally accept that she is Joan Jett. In The Runaways especially, we discover in her something pretty rough, tensed. I hoped to find behind this wall some form of humour, something human, close, who produces identification. I found it beyond what I expected."

After
"I ran into Kristen a few times thanks to my producer Charles Gillibert, who also produced On the Road (2012). We spent some informal time together after premieres, in small groups. We didn't talk about my work, or hers, but the contact was nice. I had the intuition that it interested her to work in one of my movies."

On the side
"She really understood well everything that was going on in the movie, the mapping of feelings, including the more ambiguous ones... But she mostly seen, I think, how this role, which is not in appearance at the center of the movie, was interesting for her. Kristen has a slightly sulfurous reputation in Hollywood. In the movie, there is a character close to that, a teen star played by Chloë Moretz, and the character of Kristen judges her, never cease to comment what she represents. This step aside a little reflective, it's what attracted her to the project, I think. It allowed her to say: I have this distance, I have this remoteness and I fuck you."

Star and novice
"I made sure that her status in international cinema is never perceptible on screen. I wanted to deal with the role as if it was played by a young actress fresh out of drama classes. Somehow, I saw Kristen as a novice. When I chose Chloë Sevigny in Demonlover (2002), it was because I admired her in Larry Clark (Kids, 1995). There, I wanted to work with Kristen because of a delightful meeting and the feeling that, until then, she had exploited a very a small portion of her high potential as an actress. She's a superstar but hasn't done much yet. So she's available to go in directions where she has never been."

One take
"Kristen is not an actress who rehearses a lot. She learns the text twenty-five minutes before the take and knows it to perfection. Her precision, malicious intellect, quick comprehension impress me. She thinks she's never as good as during the first take. And most of the time it's true. Her implication is due to the fact, I think, that in the movies she shoots in Hollywood the system doesn't allow to do just one take. They do, for everything, a lot of rehearsals, we can't know this special shiver of the one and only take."

No look
"The style of the character, in collaboration with Jürgen (Doering), the costume designer, she really built it. She wanted this androgynous look, these big walking shoes, these glasses. She liked the idea of leaving the glamorous to Juliette and to slip into the skin of an American student a little bit 'no look'."

Liberty
"In the scene where they both swim in the lake, I let them free to undress completely or not. I simply said that Kristen would go in water first and Juliette would follow her. Kristen undressed and kept her underwear. Less because of modesty, I think, she felt sexy like that, with her thong under her panties.. But Juliette took her by surprise, by getting naked and ran in the water the first. Kristen was quite admiring of a certain freedom that belonged to Juliette, a capacity to live in the moment, to try risky things, that could've been aberrant. So, Juliette wanted to impress her, to go get her."
Dans Sils Maria, Olivier Assayas organise plusieurs confrontations. Celle de deux personnages, une actrice de renom international et sa jeune assistante américaine, toutes deux isolées au fin fond du Tyrol pour préparer une pièce. Mais aussi deux actrices réelles: Juliette Binoche, dans un rôle en miroir avec celui qu'elle interprétait à ses débuts dans Rendez-vous (1985) d'André Téchiné (écrit justement par Assayas), et Kristen Stewart, l'idole de Twilight (2008, etc.), réinventée ici en étudiante américaine un peu garçonne et qui fait preuve d'une finesse et d'une cocasserie inouïes. Le cinéaste détaille pour nous quelques facettes de ce magnifique portrait d'actrices, sensuel, retors et kaléidoscopique.

Danger
"J'ai écrit le film en ne pensant qu'à Juliette (Binoche). Le film s'est construit autour d'elle. Face à ce personnage d'actrice française à la carrière internationale, j'ai imaginé celui d'une jeune assistante et j'ai immédiatement envisagé pour le rôle une actrice anglo-saxonne. Le personnage devait avoir ce pragmatisme propre aux Anglo-Saxons, être vraiment de son époque, jusqu'à en incarner une certaine dureté. Et puis c'était important pour moi que les dialogues soient en anglais. Parce que j'avais envie d'aller chercher chez Juliette des choses différentes de ce qu'elle peut faire en français. Je cherchais une actrice qui puisse la mettre en danger, la bousculer."

Identification
"J'avais vu le premier Twilight, que j'aime bien, mais je n'ai pas vu les suivants. Avant, j'avais déjà remarqué Kristen dans son rôle assez fugitif de Into the Wild (2007) de Sean Penn. Puis je l'ai vue dans The Runaways (2010), qui n'est pas un bon film, où la reconstruction du milieu rock des années 70 est très artificielle. Mais elle y croit et on accepte parfaitement qu'elle soit Joan Jett. Dans The Runaways surtout, on découvre chez elle quelque chose d'assez dur, tendu. J'espérais trouver derrière ce mur une forme d'humour, quelque chose d'humain, de proche, qui produise de l'identification. Je l'ai trouvé au-delà de ce que j'escomptais."

After
"J'ai croisé Kristen plusieurs fois grâce à mon producteur, Charles Gillibert, qui a aussi produit Sur la route (2012). On a passé quelques soirées informelles ensemble après des avant-premières, en petits groupes. Nous n'avons parlé ni de mon travail, ni du sien, mais le contact était sympa. J'ai eu l'intuition que ça l'intéressait de tourner dans un de mes films."

Pas de côté
"Elle a très bien compris tout ce qui se jouait dans le film, la cartographie des sentiments, y compris les plus ambigus... Mais elle a surtout vu, je crois, en quoi ce rôle, qui n'est pas en apparence au centre du film, était intéressant pour elle. Kristen a une réputation un peu sulfureuse à Hollywood. Dans le film, il y a un personnage proche de cela, une ado star jouée par Chloë Moretz, et le personnage de Kristen porte un regard sur elle, ne cesse de commenter ce qu'elle représente. Ce pas de côté un peu réflexif, c'est ce qui l'a attirée dans le projet, je pense. Ca lui permettait de dire: j'ai cette distance-là, j'ai ce recul et je vous emmerde."

Star et débutante
"J'ai fait en sorte que son statut dans le cinéma mondial ne soit jamais perceptible à l'écran. Je voulais traiter le rôle comme s'il était interprété par une jeune actrice qui sort d'un cours de théâtre. D'une certaine façon, je voyais Kristen aussi comme une débutante. Quand j'ai choisi Chloë Sevigny dans Demonlover (2002), c'était parce que je l'avais admirée chez Larry Clark (Kids, 1995). Là, j'ai désiré tourner avec Kristen sur le charme d'une rencontre et le sentiment que, jusque là, elle n'avait exploité que très peu de son grand potentiel d'actrice. Elle est une superstar mais n'a encore presque rien fait. Elle est donc disponible pour aller dans des directions où elle n'est jamais allée."

Une prise
"Kristen n'est pas une actrice qui répète énormément. Elle apprend le texte vingt-cinq minutes avant la prise et elle le sait à la perfection. Sa précision, son intelligence malicieuse, sa rapidité de compréhension m'impressionnent. Elle pense qu'elle n'est jamais la meilleure qu'à la première prise. Et souvent c'est vrai. Son implication était liée au fait, je pense, que dans les films qu'elle tourne à Hollywood le dispositif ne permet pas qu'on ne fasse qu'une prise. Tout est archi répété, on ne peut connaître ce frisson particulier de la prise unique."

No look
"Le look de personnage, avec la collaboration de Jürgen (Doering), le costumier, elle l'a vraiment construit. Elle avait envie de cette silhouette androgyne, ces grosses chaussures de marche, ces lunettes. Elle aimait bien l'idée de laisser le glamour à Juliette et de se glisser dans la peau d'une étudiante américaine un peu no look."

Liberté
"Dans la scène où elles se baignent toutes les deux dans le lac, je les avais laissées libres de se déshabiller entièrement ou pas. J'avais simplement indiqué que Kristen irait dans l'eau la première et que Juliette la suivrait. Kristen s'est mise en sous-vêtements. Moins par pudeur, je pense, que parce qu'elle se trouvait sexy comme ça, avec son string sous son slip.. Mais Juliette l'a prise de court, s'est mise à poil et a couru dans l'eau la première. Kristen a été assez admirative d'une certaine liberté propre à Juliette, une capacité à vivre dans le plan, à tenter des trucs risqués, au risque que ce soit aberrant. Du coup, Juliette avait envie de l'épater, d'aller la chercher."

7 comments:

  1. We're wating for your translation!!!!!

    ReplyDelete
  2. Omg,we're so spoilt for news atm,I'm on KS overload and its fantastic,bring on Cannes,I luv it!

    ReplyDelete
  3. Thank you for the translation. Great interview.

    ReplyDelete
  4. I love the work you do.

    Love the translation. However, the one quote when translated to English is not I have this distance, I have this step back and I fuck you." BUT " I have this distance, I have this remoteness and it pisses you off" . You may want to change it, because the misquote has Kristen sounding angry and doesn't make sense in English

    ReplyDelete
  5. You are doing auch an amazing job! I wish we can use the comment section as a forum to fangirl over the amazing Kristen news!!

    ReplyDelete