Saturday, July 5, 2014

Olivier Assayas talks about 'Clouds of Sils Maria' & Kristen with CineforumWeb

Olivier Assayas parle de 'Sils Maria' & Kristen avec CineforumWeb


(Translated from Italian by @Pichgonz ♥)

Sils Maria, presented little more than a month ago in competition at Cannes, is perhaps the pinnacle of the career of Olivier Assayas, a masterpiece of writing and staging, a reflection on life and its representation on the cinema and its relationship with the time. The film tells the story of an actress fifty (played by an extraordinary Juliette Binoche) and her work on a new staging of the play, as a young woman, gave her the notoriety: retired with her assistant (Kristen Stewart) in a house Sils Maria, Engadin mountain resort in Switzerland, she is confronted with the text, the new part (no longer a young girl reckless, but her victim, a mature lady seduced), the sense of the past and the relationship with modernity, the contemporary imagination and the sensibilities of her young collaborator.

After speaking to youth, adulthood, love, family ties, in Sils Maria for the first time speaks of the time. And in particular, the relationship that each of us has with their time, with the present, the past and the future. Is it your first movie "mature"?

Olivier: In fact I do not think at the time in terms of aging for me is the time it is as if it were still, I still have the feeling of being the person who many years ago started making films or even before painting. But it is true that over the years it adds something to the personality, perhaps the experience of the world, perhaps the perception of things, which makes us less intuitive and more reflective. The fact remains that the question of time and aging is easier to deal with when one is a director, or more generally a man. For women and for actresses is much more difficult, there are signs that time leaves on the face and the camera takes as a microscope.

That's why you decided to make Juliette Binoche, her face and her body, the focus of the film?

Olivier: The experience of Juliette let me talk about the weather through a pain that I do not live, but I can understand. On my way to go back to Juliette and the way in which she had to take possession of her character were complementary, as there was a dynamic between me, her and a common experience of the past, but different. To make a living this tension, however, I need a young counterpart, and from there came the idea of ​​the character of Valentine, the assistant of the leading actress. The presence of youth has always been crucial in my films, because I think the film itself is an art of youth: there is something in the constitutive relationship that establishes not only the representation of that period of life, but also with the young audiences. I knew then, that in the film there would be a relationship between a mature woman and a young and that my position as a director would be ambiguous, because as a contemporary of Maria, I feel much closer to Valentine.

At this point it is natural to ask Kristen Stewart and her character's Valentine, the most ambiguous and elusive of the film. As you wrote a figure so fleeting and indefinite, able to disappear from the scene, but at the same time to leave the indelible mark of the absence, the mystery?

Olivier: All the characters of Sils Maria were written in a very precise way, but at the same time modified by their actors. The part of Valentine was actually designed to Mia Wasikowska - and I'm sure even she would have worked fine - but when Kristen took over (which to be honest was the initial choice, then skipped for various reasons and returned in vogue at the moment when Mia was forced to give up the film to contract issues with another production ...) has taken a new form. The ambiguity of the character obviously has to do with what I wrote, but also with the interpretation of Kristen: if she is appropriate in a subtle, intelligent, and I have limited myself to suggest to interpret a character so pragmatic and almost brutal, but also affectionate. For me it was important to feel empathy towards Valentine, because the identification of the viewer against her is essential. Sils Maria in the identification moves continuously passes from one character to another, but Valentine is as privileged; in a sense I have that I feel closer to her than to the character of Juliette, despite the age difference. What interested me in her disappearance was his echo, its resonance: Valentine disappears from the scene, but because of this no end inside the movie, the viewer can continue to think of her when he came out ... this is exactly what happens!

Regarding the relationship between the body and the absence, do not you think that over the years your film has been made less direct and more physical and discursive, also because of the dive in the television narrative of Carlos? In this sense, it seems to me that Sils Maria achieves a delicate synthesis between these aspects of your film, that anthropocentric, say, and the narrative ...

Olivier: The truth is that yes Carlos is a TV movie, but the film I've done: in reaction to the television format, in fact, I felt the need to push me to the cinema. I used larger lenses and wider, because I wanted to shoot landscapes, apartments and spaces where the décor is crucial. Until that moment I had only used long lenses, with an abstract effect, but Carlos I forced to open as much as possible, open, open, open ... until you get to reinvent my relationship with space. From then on I have not changed, I want to film with more perspective and have a greater presence of the body in the shots. Before filming faces only, I was only interested in those, but now I take the whole body into a new and more satisfying for me. What has been of fundamental importance with Kristen, for example, because she uses her body like a dancer. It has an extraordinary mobility and modernity in the use of physical, it seems that you do not work, but the way in which you place on the stage is magnetic, really impressive.
(Traduit de l'italien à l'anglais par @Pichgonz ♥ puis en français par moi-même)

Sils Maria, présenté il y a un peu plus d'un mois en compétition à Cannes, est peut-être le pinacle de la carrière d'Olivier Assayas, un chef-d'œuvre d'écriture et de mise en scène, une réflexion sur la vie et sa représentation du cinéma et de sa relation avec le temps. Le film raconte l'histoire d'une actrice de la cinquantaine (jouée par une extraordinaire Juliette Binoche) et de son travail sur une nouvelle mise en scène de la pièce de théâtre, qui jeune femme, lui a apportée la notoriété: se retirant avec son assistante (Kristen Stewart) dans une maison de Sils Maria, une station dans la montagne en Engadin en Suisse, elle est confrontée au texte, au nouveau rôle (elle n'est plus une jeune fille insouciante, mais sa victime, une dame d'âge mûr séduite), au sens du passé et au rapport avec la modernité, l'imaginaire contemporain et la sensibilité de sa jeune collaboratrice.

Après avoir parlé de la jeunesse, de l'âge adulte, de l'amour, des liens familiaux, dans Sils Maria pour la première fois vous parlez du temps. Et en particulier, du rapport que chacun de nous avons avec le temps, le présent, le passé et l'avenir. Est-ce votre premier film "mature"?

Olivier: En fait je ne pense pas au temps en terme de vieillissement, pour moi c'est comme si le temps était immobile, j'ai toujours le sentiment d'être la personne qui, il y a de nombreuses années a commencé à faire des films ou même avant, la peinture. Mais il est vrai qu'au fil des ans il ajoute quelque chose à la personnalité, peut-être l'expérience du monde, peut-être la perception des choses, laquelle nous rend moins intuitive et plus réfléchie. Le fait est que la question du temps et du vieillissement est plus facile à traiter quand on est un réalisateur, ou plus généralement un homme. Pour les femmes et pour les actrices c'est beaucoup plus difficile, il y a des signes que le temps laisse sur le visage et que la caméra capture comme un microscope.

C'est pourquoi vous avez décidé de faire de Juliette Binoche, de son visage et de son corps, le centre du film?

Olivier: L'expérience de Juliette me permet de parler du temps comme d'une douleur que je ne vis pas, mais que je peux comprendre. Mon chemin pour revenir à Juliette et la façon dont elle devait prendre possession de son personnage sont complémentaires, car il y avait une dynamique entre moi, elle et une expérience commune du passé, mais différente. Pour donner vie à cette tension, cependant, j'avais besoin d'une jeune homologue, et de là est venue l'idée du personnage de Valentine, l'assistante de l'actrice principale. La présence de la jeunesse a toujours été cruciale dans mes films, parce que je pense que le cinéma lui-même est un art de la jeunesse: il y a quelque chose dans la relation constitutive qui établit non seulement la représentation de cette période de la vie, mais aussi avec les jeunes publics. Je savais alors, que dans le film il y aurait une relation entre une femme mûre et une jeune et que ma position en tant que réalisateur serait ambiguë, parce que, en tant que personne contemporaine par rapport à Maria, je me sens beaucoup plus proche de Valentine.

A ce stade il est naturel de se questionner sur Kristen Stewart et son personnage Valentine, la plus ambiguë et insaisissable du film. Comment écrivez-vous une figure si fugace et indéterminée, capable de disparaître de la scène, mais en même temps de laisser la marque indélébile de l'absence, du mystère?

Olivier: Tous les personnages de Sils Maria ont été écrit de façon très précise, mais en même temps modifiés par leurs interprètes. Le rôle de Valentine a été en fait conçu pour Mia Wasikowska - et je suis même sûr qu'elle l'aurait bien réussi - mais quand Kristen l'a repris (laquelle pour être honnête était le choix initial, puis ignorée pour des raisons diverses et vers qui on est retourné à un moment quand Mia a été contrainte d'abandonner le film pour des problèmes de contrat avec une autre production ...) le rôle a pris une nouvelle forme. L'ambiguïté du personnage a évidemment un rapport avec ce que j'ai écrit, mais aussi avec l'interprétation de Kristen: si elle se l'est appropriée d'une façon subtile, intelligente, et que je me suis limité à suggérer qu'elle interprète un personnage très pragmatique et presque brutale, mais aussi affectueux.. Pour moi c'était important de ressentir de l'empathie envers Valentine. car l'identification du spectateur chez elle est essentiel. Sils Maria dans la question d'identification passe continuellement d'un personnage à l'autre, mais Valentine est la privilégiée; dans un sens je me suis senti plus proche d'elle que du personnage de Juliette, malgré la différence d'âge. Ce qui m'a intéressé dans sa disparition était son écho, sa résonance: Valentine disparaît de la scène, mais à cause de cette non-fin dans le film, le spectateur peut continuer à penser à elle quand il en sort ... c'est exactement ce qui se passe!

En ce qui concerne la relation entre le corps et l'absence, ne pensez-vous pas qu'au fil des ans votre cinéma a été moins direct et plus physique et discursif, aussi à cause de la plongée dans le récit du téléfilm narratif Carlos? Dans ce sens, il me semble que Sils Maria réalise une synthèse délicate entre ces aspects de votre cinéma, l'anthropocentrique, par exemple, et le récit ...

Olivier: La vérité est que oui Carlos est un téléfilm, mais le film que j'ai fait: en réponse au format télévisé, en fait, j'ai ressenti le besoin de passer au cinéma. J'ai utilisé des objectifs plus grands et plus large, parce que je voulais photographier des paysages, des appartements et des espaces où le décor est crucial. Jusqu'à ce moment je n'avais utilisé que de longs objectifs, avec un effet abstrait, mais Carlos m'a forcé à m'ouvrir autant que possible, ouvrir, ouvrir, ouvrir ... jusqu'à ce que j'en arrives à réinventer ma relation avec l'espace. Depuis là je n'ai pas changé, je veux filmer avec plus de perspective et avoir une plus grande présence du corps dans les plans. Avant de ne filmer que les visages, je ne m'intéressais qu'à eux, mais maintenant je prend l'ensemble du corps d'une façon nouvelle et plus satisfaisante pour moi. Ce qui a été d'une importance fondamentale avec Kristen, par exemple, parce qu'elle utilise son corps comme une danseuse. Il a une extraordinaire mobilité et modernité dans l'utilisation du physique, on dirait qu'elle ne l'utilises pas, mais la façon dont elle le place sur scène est magnétique, vraiment impressionnant.
Source